L’onomasticon arabicum : « vive la biographie !!! »

Titre aguicheur, emprunté à Jacques Le Goff qui écrit, à propos d ’un livre de Bernard Guenée consacré à l’histoire des quatre prélats français de la fin du moyen-âge : « C’est une réussite exemplaire et le manifeste du renouvellement de la biographie. (…) Mais l’histoire des individus ne vaut la peine des historiens que si elle éclaire les structures ».
Nous voilà donc réconciliés avec ce genre historique à la mode en littérature – «L’allée au roi» de F. Chandernagor,
« Champollion, une vie de lumière» de J. Lacouture – et en histoire – « Guillaume Le Maréchal » de G. Duby.
La littérature prosopographique arabe offre, elle aussi, la possibilité de connaître les hommes. Véritable science des hommes – ‘ilm ar-Rigât – est un aspect fondamental de l’historiographie arabe.
La littérature biographique arabe est née au IIIème siècle de l’Hégire du besoin de conserver les noms des transmetteurs de hadîth concernant le Prophète.
Elle a eu pour modèle la littérature généalogique, Ayyâm al ’arab – (des journées glorieuses des Arabes de
l’époque anteislamique). Elle a constitué la branche maîtresse de l’historiographie arabe. Les auteurs ont été amenés à mettre au point les centres de classement .qui ont évolué avec le temps. Ainsi il y eut :

  • des recueils de témoins et de transmetteurs classés suivant le critère de proximité (qarâba) par rapport au Prophète et classés par générations (tabâqât) dont la longueur ou la durée a varié suivant les auteurs.
  • des dictionnaires spécifiques d’une catégorie de gens par rite (hanafite, malikite, hanbalite, shafi’ite), par métier, par ville ou pays, par catégorie sociale (a’yân).
  • des classements alphabétiques des personnages et par siècle.

L’abondance des recueils biographiques amena les auteurs à réfléchir aux problèmes posés par les noms arabes et à composer des dictionnaires pour les définir.
Pour identifier un personnage, il faut connaître tous les éléments de son nom :

  • l‘ism ’alam, prénom que le personnage reçoit à sa naissance et par lequel on le désignera rarement.
  • les prénoms de son père et de ses ancêtres.
  • un prénom « shuhra » par lequel il sera le plus souvent appelé : ibn khaldûn, ibn Hagar.
  • deux laqab :
    * l’un qui peut être en dîn (Nûr ad-dîn) ou en dawla (Sayf ad-dawla).
    * l’autre qui représente une titulature as-sultan al Malik).
  • Un autre nom, la Kunya, souvent utilisé comme substitut du prénom (abû’ali…)
  • la désignation du rite (mdhab).
    – la désignation ou plusieurs noms de métiers (al-’lmâm, al-wazîr).
    – plusieurs nisba, noms d’origine tribale ou géographique (al-lahmî, al-awsî, al-Misrî, al-Dimashqî…)

Tous ne sont pas ainsi désignés de manière exhaustive et les auteurs du Moyen Age ont parlé des difficultés à déterminer l’identité exacte des personnages . Une histoire très amusante est racontée dans un manuscrit d ‘Ibn alAdîm pour les risques d’homonymie et la nécessité pour les auteurs de recueils biographiques de donner le maximum de renseignements pour éviter les confusions.

Abûl-Farag al-Mu’âgî Ben Zakariyya an-Nahruwânî raconte :

« Je me rendis au pèlerinage une année et je me trouvais à Munâ les jours de tasriq, lorsque j’entends un crieur appeler : – «  O Abû-l-Farag ! » Je pensais – « Peut-être m’appelle-t-il ?, puis je me dis, « il y a beaucoup de gens qui ont cette kunya ». Le crieur appela de nouveau « O Abû-I-Farag al-M u’âgî ». Je faillis lui répondre puis je me dis : « il peut y avoir quelqu’un d’autre qui ait pour nom, ism, al-M u’âgi, et pour kunya, abî-l-Farag, aussi resterais-je coi ». Il héla de nouveau : « O Abû-I-Farag al Mu’âgi Ben Zakariyya !». Je ne répondis pas davantage. Il appela encore « O Abû-I-Farag al Mu’âgi Ben zakariyya an-Nahruwânî !». Je me dis alors, « il n’y a pas de doute, c’est moi qu’il appelle puisqu’il a mentionné ma Kunya, mon Ism, celui de mon père et mon pays {nisba)». Je m’adressai à lui :« Me voilà que veux-tu ? ». Il dit alors serais-tu de Nahruwân as Sharq ? »-« Oui ». Il dit : « Celui que nous appelons est de Nahruwân al Gharb ».

Le projet « Onomasticon Arabicum»
A la fin du XIXème siècle, deux chercheurs italiens, Leone Caetani et Giuseppe Gabrieli avaient entrepris de
recenser les noms, accompagnés d’indications bio-bibliographiques de tous les personnages cités dans les sources
arabes. Une partie de ce projet a été réalisée sous la forme de 250 000 fiches qui ont été reclassées par une équipe franco-italienne en 1964. Une photocopie de ce fichier se trouve à l’Onomasticon Arabicum à Paris.
La deuxième étape se traduit par la formation d’une équipe au sein de l’institut de Recherche et d’Histoire des Textes en 1969 autour de Georges Vajda. L’équipe s’est attelée aux multiples problèmes posés par la mise en ordinateur des données bibliographiques. Les réunions périodiques de l’équipe ont lieu à la publication de fascicules qui reflètent la recherche progressive de l’établissement d ’un bordereau qui réponde le mieux possible à deux problèmes :

  • la transcription la plus fidèle possible des renseignements contenus dans les biographies.
  • le problème de la transcription des caractères arabes adaptés aux caractères latins de l’ordinateur.

La troisième étape consiste en l’adhésion de nombreuses équipes internationales : italienne, espagnole, portugaise, hollandaise, allemande, anglaise, américaine, tunisienne.
La quatrième étape qui va être franchie cette année est celle de l’acquisition d’un logiciel bilingue qui permettra de saisir les données directement en arabe et accélérera donc le travail de saisie.
Ces mêmes méthodes de travail doivent être utilisées pour constituer une banque de données rassemblant 100.000 personnages recensés dans les sources arabes antérieures au XVIIIème siècle.
L’équipe tunisienne a déjà réalisé :

  • la saisie des biographies du Fawât al-Wafayât d’ibn sâkir al Kutubî soit 599 biographies.
  • la saisie de 150 biographies du Tome I des Durar al-Kâmina d’ibn Hagar al’Asqualâni.
  • la saisie du volume II des Durar qui comprend les biographies 1268 à 2463 soit 1195 biographies.
  • la saisie des volumes III et IV.

 

Mounira CHAPOUTOT-REMADI
I.R.H.T. Section Arabe – 52 Rue Du Cardinal Lemoine – 75005 Paris


Mounira CHAPOUTOT-REMADI, « L’onomasticon arabicum : « vive la biographie !!! » », Correspondances n°8, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, mai 1989

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (12 décembre 1989). L’onomasticon arabicum : « vive la biographie !!! ». Le carnet de l'IRMC. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi7d


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search