CAMAU (Michel). – La Tunisie. – Paris : P.U.F., mars 1989. -125 p. – (Que sais-je ?).

Compte-rendu de lecture

Trente années d’indépendance, le départ de celui qui s’était identifié à cette indépendance et l’avènement d’une « nouvelle ère» depuis le 7 novembre 1987 ; autant d’éléments sur lesquels Michel Camau nous livre sa réflexion, fruit de constantes recherches sur l’histoire nationale tunisienne et d ’un long séjour dans le pays. L’Etat tunisien est analysé à travers toutes les étapes de son histoire bien que l’accent soit mis sur les trente années du régime civil républicain (1956-1989), années déterminantes puisqu’elles ont fait de la Tunisie, selon les termes de Michel Camau, un cas particulier au sein du Monde arabe. Ce particularisme a été cultivé par le régime qui a cherché à promouvoir une politique modernisatrice dont les référents culturels tendaient à une tunisianité distanciée de la mystique unitaire de l’Oumma musulmane ou de la nation arabe. Emancipation de la femme, réduction de la portée politique et sociale de l’Islam, urbanisation, industrialisation sont quelques-unes des multiples dimensions d ’une réforme conforme à une certaine idée que l’on se fait du développement et qui ont facilité l’émergence d’une nouvelle société.
L’auteur s’interroge sur l’ambivalence du Nouvel Etat et du leadership bourguibien et sur la complexité des rapports de l’Etat à la Société civile et à l’Islam.
Depuis le départ du chef charismatique de la scène politique, la fin d’un leadership constitue en soi un facteur décisif de changement, mais ce changement à la tête de l’Etat est-il susceptible de se traduire par un changement significatif du régime politique ? Michel Camau développe une solide argumentation en avançant des réponses qui poussent le lecteur à tirer profit des expériences de certains pays voisins. Selon ses propres termes, «pour comprendre le devenir de la Tunisie, il faudrait alors plus que jamais, porter le regard vers l’Orient».
★ * ★
Michel Camau également auteur de la «Tunisie au Présent» publié aux éditions du CNRS en novembre 1987, 420 pages, dirige actuellement le Centre de Recherches et d’Etudes sur les Sociétés Méditerranéennes (C.R.E.S.M.) à Aix-en-Provence, un des laboratoires de recherche de l’I.R.E.M.A.M., institut fédératif du C.N.R.S. créé en mai 1986 dans le cadre d ’Aix-Marseille I et III et la région Provence Alpes-Côte d’Azur. L’activité de l’I.R.E.M.A.M. couvre dans le domaine des sciences de l’homme et de la société, l’ensemble du monde arabe ainsi que les régions musulmanes situées sur ses marges (Turquie, Iran, Afrique islamisée).

K.M


Correspondances n°8, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, mai 1989

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (12 décembre 1989). CAMAU (Michel). – La Tunisie. – Paris : P.U.F., mars 1989. -125 p. – (Que sais-je ?). Le carnet de l'IRMC. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi7c


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search