Colloque “Les pays du Maghreb face à la libéralisation financière”

Du 16 au 19 mai s’est tenu à l’hôtel Africa, un colloque sur la question du financement du développement et des
ressources en épargne disponibles dans les pays du Maghreb, organisé conjointement par l’institut pour le Financement et le Développement (IFID) et l’USAID et tenu en français avec la participation de spécialistes venus de tous les pays de la région (Libye exceptée), cette rencontre a été caractérisée par une grande densité.
La première communication (de M. Azabou et A. Zouari) a mis d’emblée la question dans la perspective générale du passage d’une économie d ’endettement (encore dominante dans les pays considérés) à une économie de marché(s) financier(s); c’est ce passage dont un expert de la Banque Mondiale (M. Kjelstrôm) a détaillé les conditions et les étapes, en prenant pour exemple le cas de la Turquie.
Plusieurs exposés ont été consacrés à la description des systèmes de mobilisation de l’épargne, sans craindre de souligner les insuffisances et les blocages des systèmes existants. La question du coût de l’argent (prêté par l’Etat) a été soulevée à plusieurs reprises, et une vive discussion s’est engagée sur la nécessité et les modalités d’un relèvement du taux d’intérêt.
Cette dernière mesure, en tout cas, a été préconisée par tous ceux qui ont parlé en faveur de la création d’un véritable marché financier dans les pays du Maghreb, marché qui se trouve en l’état actuel des choses, encore incipient ou inexistant ; la création récente en Tunisie d’instruments financiers tels que les certificats de dépôt, au demeurant mal utilisés, n’est qu’un premier pas timide dans le sens de son plein développement. Tant qu’il en sera ainsi, les économies du Maghreb continueront d’autre part à souffrir d’un excès de liquidités inemployées (le cas de l’Algérie notamment a été décrit par E. Benisad) et des ressources considérables – qu’il s’agisse de l’épargne thésaurisée des ménages, ou des sommes qui passent, en Mauritanie, dans le réseau traditionnel des tontines, ou encore de « l’argent des émigrés » – ne cesseront de circuler et de s’investir dans des circuits parallèles qui sont d’ailleurs loin d’être totalement étanches par rapport à la sphère officielle, ainsi que l’a montré A. Marouani.
Notons aussi que le rôle de mobilisation de l’épargne que pourrait jouer l’assurance, et notamment en ses formes
individuelles et volontaires, encore peu développées, a été évoqué dans une communication suggestive de M.B. Bouzid.
La conclusion prospective de ces journées a été tirée par Christian de Boissieu, qui ne voit aucune raison de refuser aux pays dits en voie de développement les moyens d’un financement de leurs économies par le marché. Encore faudrait-il que ces nouveaux moyens, peu connus de ce côté-ci de la Méditerranée (certificats d’investissement, actions non-votantes, obligations associées à des actions…) puissent être introduites dans un paysage monétaire et financier véritablement libéralisé, c’est-à-dire affranchi moins du poids de «l’Etat» que de l’influence paralysante des
groupes, des cartels et des pouvoirs en place. Mais il n’aura été fait, au cours de ces quatre journées bien remplies, que quelques brèves allusions à cette dimension socio-politique du problème de « la transition vers l’économie des marchés financiers». 

Luc BARBULESCO


Luc Barbulesco, “Les pays du Maghreb face à la libéralisation financière”, Correspondances n°8, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, mai 1989

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (12 décembre 1989). Colloque “Les pays du Maghreb face à la libéralisation financière” Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi7b


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search