Bicentenaire de la Révolution française. La réunion des Etats Généraux : un acte fondateur…

Convoqués pour résoudre la crise financière, à laquelle les finances royales étaient confrontées, les Etats Généraux furent, avant même leur réunion, le point de convergence de toutes les espérances, de toutes les passions. Très vite le simple cadre initial, celui de la gestion de la crise, fut dépassé. Pour le Tiers, il s’agissait avant tout d’officialiser sa prépondérance théorique, de passer outre les siècles de domination et de soumission aux deux ordres privilégiés, Clergé et Noblesse.
Depuis le début du siècle, l’idéologie des Lumières, les progrès scientifiques, la crise économique avaient doté
« l’opinion »d’un nouvel esprit critique tourné non plus contre tel ou tel chatelain, chanoine ou courtisan mais contre le système social en lui-même, désormais dans son ensemble et non en fonction de son expression locale quotidienne. Si le Tiers n’était pas uniforme dans sa critique, la Noblesse ne l’était pas non plus dans sa défense du système. En témoignent les premières semaines qui suivirent le 5 mai, date d’ouverture des Etats Généraux. Il s’agissait pour le Tiers de s’affirmer, d’obtenir coûte que coûte le vote par tête, d’envoyer aux oubliettes le vote par ordre prévu par le règlement. Les premières escarmouches eurent lieu autour de la « vérification des pouvoirs», en fait la reconnaissance pour chaque élu de son statut de Député. Le Tiers exigeait une vérification commune et non par ordre, ce qui fut refusé par les représentants de la Noblesse. Conscient de son «bon droit», de sa représentativité, porté par toute la «Nation» et les milliers de cahiers de doléance, le Tiers opta, sous la conduite de Sieyès et Mirabeau, pour une attitude ferme et intransigeante. Conforté par le «bas clergé», la frange la plus démunie et la plus populaire de cet ordre, il décida le 17 juin de se nommer « Assemblée Nationale» ce qui fut adopté par 491 voix contre 90. Le 20 ils trouvèrent porte close et se dirigèrent vers la salle du jeu de paume où fut prêté le fameux serment, acte consacrant une démarche éminemment politique et une formidable espérance.
Le 24 juin la grande majorité du clergé se joignit à l’«Assemblée Nationale», suivie le 25 par 47 députés de la noblesse. Le 27, le Roi enjoignit « sa fidèle noblesse» de siéger avec les deux ordres…
Les premiers jalons amenant à l’égalité de tous devant la loi avaient été posés, elle ne fut définitivement acquise que dans la nuit du if) août 1789 ; les privilèges furent abolis…


Benoît FRICAUD


Benoît FRICAUD, “La réunion des Etats Généraux : un acte fondateur…”, Correspondances n°8, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, mai 1989

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (12 décembre 1989). Bicentenaire de la Révolution française. La réunion des Etats Généraux : un acte fondateur… Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi78


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search