Bicentenaire de la Révolution française – Vendée et chouannerie

La décision de la Convention, le 2 février 1793, de lever 300 000 hommes pour faire face aux nécessités de la guerre
extérieure, provoque dans de très nombreuses communes rurales de tout l’Ouest armoricain, les 11,12 et 13 mars, une vive opposition qui tourne à l’insurrection. Au nord de la Loire, la présence de troupes suffisantes permet une répression rapide dès la fin du mois de mars, si bien que seules des révoltes temporaires et limitées, désignées ultérieurement sous le nom de chouannerie, seront désormais possibles. En revanche, au sud du fleuve, les troupes, trop peu nombreuses et mal commandées, sont battues le 19 mars par les paysans révoltés, ce qui permet à ceux-ci et aux chefs qu’ils se donnent, d’occuper le terrain et de s’organiser en véritable armée. En même temps, pour sauver l’honneur de la République après cette défaite humiliante, la Convention veut y voir un complot contre la République, fomenté par les Anglais et tous les ennemis de la liberté. C’est alors qu’apparaît le mot Vendée pour désigner non plus seulement le département de ce nom, mais aussi les parties des départements limitrophes gagnés à l’insurrection. Vendée et chouannerie ont donc une même origine et traduisent un même mécontentement paysan face à la Révolution. La question qu’il convient de se poser c’est pourquoi, dans cette région de France, la décision de la Convention de lever 300 000 hommes a suscité, du Finistère à la Mayenne, du Morbihan aux Deux-Sèvres, un tel mouvement de révolte, alors que la Révolution y avait été initialement bien accueillie.


François LEBRUN (Université de Rennes)


François Lebrun, “Vendée et chouannerie”, Correspondances n°7, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, mai 1989

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (12 décembre 1989). Bicentenaire de la Révolution française – Vendée et chouannerie. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi72


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search