Bicentenaire de la Révolution française

QU’EST-CE-QUE LE TIERS ETAT ?


Le 5 Mai 1789 eut lieu l’ouverture des Etats Généraux. Ils constituaient une pièce essentielle des rouages de l’appareil d ’Etat monarchique et leur réunion fut un fait majeur. Cette instance des temps de crise, instance supérieure, représentative de la population française, n’avait pas été réunie depuis 1614.
1165 députés avaient été élus, répartis à parts égales entre les deux ordres privilégiés – Eglise et Noblesse – et le Tiers Etat.
Les députés du Tiers ne comptaient parmi eux ni artisans ni paysans, ils étaient gens de robe pour moitié (dont 200 avocats), le reste étant constitué de commerçants, manufacturiers et financiers. C’est donc une certaine élite intellectuelle ou bourgeoise qui avait été élue. Représentaient-ils alors la totalité du Tiers Etat appellation apparue aux XVème siècle -, dans ses contradictions et sa grande diversité ? Non si l’on ne prend en compte que les critères sociaux. Représentatifs, ces avocats, juges et autres manufactures l’étaient pourtant, luttant tous pour un même but et sur la même voie que les autres roturiers, qu’ils soient paysans, artisans ou manœuvres : l’abrogation des privilèges et l’égalité de tous devant la loi.
Qui constituait le Tiers ? ce que Sieyès dans son fameux ouvrage désignait comme la seule et authentique Nation. En premier lieu la paysannerie, qui sur 27 millions d’habitants en représentait près de 85% avec 23 millions d’individus. On y distinguait les propriétaires (leur proportion variant de 20 à 70% des terres utiles selon les régions; chiffres à relativiser compte tenu des densités que les campagnes connaissaient à l’époque). Venaient ensuite les fermiers qui louaient leurs terres, puis les journaliers sans terres, n’ayant que leur force de travail et leur abnégation à proposer.
Les populations urbaines étaient, elles aussi, hiérarchisées , avec au sommet les artisans et compagnons et les
petits boutiquiers. Les plus riches pouvant être qualifiés de bourgeois puisque propriétaires de leur outil de travail et maîtres de leur destin.
Quant à la bourgeoisie, elle était tout aussi diverse; quels points communs pouvait-il y avoir entre l’artisan compagnon, et le riche négociant international, de Rouen, Bordeaux ou Marseille lié par le mariage à la noblesse et dont les finances royales étaient dépendantes ? La propriété sans doute, mais aussi malgré tout la conscience contrainte et forcée d ’appartenir à un ordre Inférieur et cela bien que constituant l’élite intellectuelle et productive du Royaume. On y trouvait aussi bien des rentiers passifs et non productifs que des membres de professions libérales, gens de robe ou médecins, ou des artisans et commerçants auxquels nous avons déjà fait référence.
On le voit, divers, structuré, hiérarchisé, le Tiers l’était, et si les classes populaires avaient le plus souvent été écartées lors de la préparation des Etats Généraux, ses membres étaient soudés par les mêmes aspirations, ce qui ne tarda pas à se traduire, non sans contradictions ni heurts, dans les faits, comme le prouvèrent les événements de l’été 1789.

Benoît FRICAUD


Benoît Fricaud, “Qu’est-ce que le Tiers Etat ?”, Correspondances n°7, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, mai 1989

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (12 décembre 1989). Bicentenaire de la Révolution française. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi71


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search