L’UMA et l’Afrique, quelles perspectives ?

Analyser ce que représente l’Union du Maghreb Arabe sur la scène africaine c’est, somme toute, faire le bilan des relations interafricaines de ces 25 dernières années et en tirer les principaux enseignements. Il s’agit alors de prendre en compte les relations intermaghrébines et transsahariennes ; de replacer l’événement au sein de la trame politique africaine, des indépendances à la création de l’OUA en 1963 ; enfin d’envisager comment l’U.M.A. pourrait relancer les relations Afrique-Europe, la renaissance éventuelle de la coopération afro-arabe, le renforcement sur la scène Internationale et au sein des instances onusiennes d’une véritable politique africaine.
C’est au plan régional (nous entendons par là, non seulement les cinq pays constitutifs du Grand Maghreb, mais aussi ceux qui leur sont frontaliers, tant au Sud, qu’au Nord, sur la Méditerranée) que les problèmes et les défis sont sans conteste plus exacerbés, ou les plus passionnels. Nul n’est besoin de rappeler que les “entités* puis Etats maghrébins, avant même les indépendances et à fortiori après, n’ont pas abordé les problèmes africains de la même manière. Tour à tour parallèles, croisées ou opposées, progressistes ou conservatrices, leurs “destinées africaines” désormais communes doivent donc faire face à des alliances et engagements contradictoires ou difficilement conciliables à court terme.
Seul l’avenir dira si les cinq pays fondateurs seront à même de résoudre et de dépasser les problèmes nés de leurs anciennes rivalités sub-sahariennes que ce soit à propos du Sahara occidental, ou vis à vis de la Mauritanie, du Mali, du Niger ou du Tchad.
Rappelons que le Traité de Marrakech est ouvert et laisse la possibilité aux Etats africains frontaliers d’y adhérer. La réunion le 21 mars 1989 de la Commission Mixte tchado-libyenne en est une illustration. En ce qui concerne les relations avec les pays méditerranéens, la constitution d’un “grand marché maghrébin” est à même de bouleverser
les enjeux économiques actuels et de placer la France, l’Espagne et l’Italie en position avantageuse, du fait de leur proximité géographique. Ne parle-t-on pas en effet, de la construction d’un pont sur le détroit de Gibraltar… et de plus en plus d’un “espace communautaire de la Méditerranée occcidentale”…?
A l’échelle du continent africain, les effets de l’U.M.A. seront aussi idéologiques et politiques. On notera certes que ce n’est pas la première fois que l’Afrique voit se constituer des alliances régionales – les pays de l’Afrique de l’Ouest et ceux anglophones des “grands lacs’ sont eux aussi unis, sinon politiquement du moins économiquement – quant à la formation de l’U.M.A, elle intervient après une période de crise profonde, durant laquelle, face à un endettement devenu difficilement gérable, et devant l’échec des principales stratégies de développement on avait assisté en effet au recours à des stratégies nationalistes ou autocentrées avec pour seule règle, le chacun pour soi… Dans ce contexte précis, l’U.M.A. apparaît bien comme le vecteur d’une possible renaissance des mythes fondateurs de l’O.U.A. qui avaient fait la force dynamique de l’Afrique sur la scène -mondiale jusqu’à la fin des années soixante dix. Une nouvelle démarche unitaire pourrait donc voir le jour. De fait, le traité de Marrakech devrait entraîner le retour du Maroc au sein de l’O.U.A.
L’Union du Maghreb Arabe pourrait, par la dynamique ainsi créée, permettre à la coopération afro-arabe de renaître, elle qui, dans les années 70-79 était apparue si prometteuse. Interrompu brutalement en 1979 avec l’exclusion de l’Egypte de la Ligue Arabe, privé de son pivot initial, le dialogue afro-arabe devait sombrer dans un long sommeil dont il devait ressortir à la faveur de deux événements : la création de l’U.M.A. bien sûr, mais aussi le retour de l’Egypte au sein de la Ligue Arabe. La tenue à Tunis, en décembre 1988 et ces dernières semaines de différentes rencontres Ligue Arabe-O.U.A. et Tunisie-O.U.A., semble augurer de nouveaux développements.
A l’échelle internationale, l’apparition d’un “Maghreb uni” pourrait modifier les relations Afro-reste du monde au sein des différentes organisations internationales; la dynamique U.M.A.-Afrique sub-saharienne ainsi générée, permettrait peut-être à l’Afrique de peser davantage dans les résolutions des conflits du Proche Orient ou de l’Afrique Australe…principaux sujets du dialogue afro-arabe…

Benoît FRICAUD


Benoît FRICAUD, “L’UMA et l’Afrique, quelles perspectives ?”, Correspondances n°6, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, avril 1989

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (9 décembre 1989). L’UMA et l’Afrique, quelles perspectives ? Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi6y


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search