La littérature tunisienne contemporaine

Au moment de l’indépendance, la production littéraire tunisienne en volumes est pratiquement nulle. Les écrivains potentiels se mettent aux tâches administratives : les structures du pays sont à installer. Une fois disparue la collection Kitàb al Baath (dirigée par Aboulkacem Mohamed Kerrou),la revue mensuelle al-Fikr (octobre 1955) reprend le flambeau grâce à une pléiade d’intellectuels entourant son directeur Mohamed Mzali. Un nom émerge alors, celui de Mahmoud Messadi ( avec”Le Barrage” en 1955),orfèvre dans l’utilisation de la forme léguée par le patrimoine, héraut de l’anxiété du monde moderne.

L’Avant – Garde
Les années soixante voient appliquée la collectivisation. Ahmed Ben Salah pousse vigoureusement le pays en avant. La production littéraire fait un saut quantitatif avec la création de la Maison Tunisienne de l’Edition (1966) et la naissance du Club de la Nouvelle (octobre 1964) à la Ouardia avec sa revue Qisas (septembre 1966) dirigée par Mohamed Laroussi Metoui.
Le roman réaliste s’épanouit. Il peut être de tendance sociale avec “Les régimes de dattes” (1969) de Béchir Khraief chantant les femmes du sud profond, ou de tendance patriotique avec ” Pourpre” (1970 ) de Mokhtar Jannet. La poésie néo-classique s’impose chez Noureddine Sammoud rejoignant les rythmes africains (“Voyage dans les parfums” en 1969), ou Jaafar Majed amoureux delà belle langue arabe (“Etoiles sur le chemin ” en 1968).
Mais c’est surtout la décennie de l’Avant-Garde, annoncée par les tentatives encore isolées de Salah Garmadi et Rachad Hamzaoui. Cette génération n’a pas connu la lutte nationale. Elle se plaint d’un vide idéologique reconnu en haut lieu. Elle pense que les genres classiques ne peuvent rendre compte de la réalité actuelle du pays .Alors Ezeddine Madani publie quelques chapitres de son “Homme zéro” (à partir de juillet 1967), rêveries de l’homme contestataire au milieu du verbe, avant de se lancer dans le théâtre de l’histoire. Samir Ayadi l’accompagne dans son refus de l’habituel avec “Le vacarme du silence” (1970 ). La poésie sans entraves est pratiquée par Tahar Hammami qui, peu à peu, se dirige vers la poésie militante : il y avance comme dans une cellule, entre la souffrance et la révolte. Mohamed Driss, partant de l’exode rural, fournit un théâtre où se pose la question : la nouvelle cité est-elle meilleure que l’ancienne?

Le Nouveau Théâtre
Les années soixante-dix voient le retour du libéralisme économique. Le courant du bon roman se poursuit dans “Mouvements/Voyelles” (1979) de Moustafa Fersi, opuscule à plusieurs lectures, contestant le pouvoir personnel et qui couronne une oeuvre déjà abondante. Hasan Nasr porte la nouvelle à un degré d’expression complexe où la vie locale est vue à travers une certaine migration de “52 Nuits” (1979). Salah Jabri aborde fixement la montée des arrivistes dans “La mer rejette ses épaves” (1975) et son réalisme ressemble à celui, poétique cette fois, de Midani Ben Salah dans “Mémoires d’un ouvrier au quint” (1977 ). La poésie contemplative trouve sa meilleure expression chez Mohieddine Khraief qu poursuit sa quête itinérante à travers les mots.
Mais c’est la décennie du Nouveau Théâtre. A partir de 1976 ,son équipe, animée par Fadhel Jaïbi et Fadhel Jaziri fait sauter les cadres traditionnels de l’écriture dramaturgique. Une langue dialectale châtiée sert un texte corrosif, n’épargnant aucun des aspects négatifs provoqués par l’enrichissement rapide de la nouvelle bourgeoisie: contradiction entre les classes, remise en question du sens de la famille, exploitation des autres comme héritage imposé, la presse comme moyen d’aliénation, naissance de la violence…

L’Ecole de Kairouan
Les années quatre-vingt commencent dans le sang. Les inégalités sociales provoquent des affrontements douloureux et permettent l’émergence de l’islamisme. Ces faits marquent profondément la jeune génération. Les autres sont plus lents à réagir. Le roman réaliste se perpétue chez Mohamed Hedi Ben Salah dans ”Le livre de la transition et de la conception” (1988). Complètement hors classe, Fadhila Chabbi ressurgit du lointain des “Nuits aux cloches pesantes” (1988) pour proposer une cosmogonie originale, prémisses de la réconciliation…
Les genres éclatent. Les “Verrous” (1985 ) de Aroussia Nalouti transposent les événements sociaux dans une évolution intérieure. ” Automne ” (1984) de Ridha Kefi rassemble des nouvelles qui installent dans l’horreur de la mort. “Noun“(1983 ) de Hichem Karoui, c’est aussi Nécropolis, la ville des morts, où le personnage du roman commence à faire peur à son créateur. “La mort, la mer et le rat “(1985) de Frej Lahouer, c’est le texte hermétique, roman de l’œuvre, à lire de différents points de vue, à plusieurs niveaux.
Mais c’est la décennie de l’Ecole de Kairouan, en poésie, la littérature de l’expatriement à la suite des défaites et des souffrances. D’où la tentation de se réfugier dans l’histoire ( Béchir Kahouaji), dans la mystique (Mohamed Ghozzi ) ou dans la joie simple communiquée par les éléments naturels (Moncef Louhaybi). Comment donc se purifier pour entrer dans le temple de Dieu?

Trois tournants de notre histoire contemporaine n’ont pas tari la source profonde de la littérature tunisienne qui se manifeste, individuellement, dans le roman réaliste et la poésie néo-classique. Trois tournants cependant ont provoqué, simultanément, l’apparition de formes collectives, non lues encore, et qu’expriment, tour à tour l’Avant-Garde, le Nouveau Théâtre et l’Ecole de Kairouan.

 

Jean Fontaine ( I.B.L.A.)


Initialement paru dans Correspondances n°5, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, mars 1989

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (8 décembre 1989). La littérature tunisienne contemporaine. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi6q


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Mafiora Mayor dit :

    Est ce que vous pouvez m’expliquer l’idéologie de la littérature tunisienne d’expression française: le causes, le style,le courant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search