Gérard Namer : la commémoration politique

Compte-rendu, conférence de Gérard Namer au CDTM, 26 octobre 1988

Gérard Namer, professeur de sociologie à l’Université de Paris VII, où il enseigne et dirige des recherches sur la Sociologie de la Connaissance nous a montré de façon passionnée et passionnante ce que commémorer implique, ce que la commémoration signifie tant sur le plan politique, idéologique que social.
Faisant revivre l’histoire, en l’occurrence la période de la libération en France où Gaullistes et Communistes s’affrontèrent à coup de commémorations, il a su avec brio modéliser l’acte commémoratif et envisager avec humour et perspicacité, ce que sera ou pourrait être la commémoration du Bicentenaire de la Révolution Française.
Commémorer, c’est avant tout un acte politique qui légitime un pouvoir, une institution ou un leader. La commémoration contribue à faire l’Histoire, à lui donner un sens et selon les mots mêmes de G. Namer cet acte est éminemment subjectif puisque “qui commémore est commémoré et rejoint la gloire de l’objet qu’il commémore” ; nous avons affaire là à un “jeu de miroir”.
Il va sans dire que cette remarque éclaire d’un jour nouveau les difficultés actuelles inhérentes aux préparatifs de la commémoration du Bicentenaire.
Avançant dans son exposé, Gérard Namer nous démontrera que commémorer c’est choisir un “lieu”, définir un “itinéraire”, utiliser, un “espace”, la commémoration est donc tri-dimensionnelle.
Tri-dimensionnelle sur le terrain et en pratique, elle est pourtant duelle, elle participe au débat politique de la société dans laquelle elle a lieu : l’affrontement entre De Gaulle et le Parti Communiste en 1944-45 étant à cet égard significatif.
En fait, commémorer c’est créer ou recréer une temporalité, rendre présent un temps passé et “le tourner du présent vers l’avenir”. Elargissant son champ d’action G. Namer conclut superbement en nous montrant que la commémoration est en fait humaine, terriblement sociale, commémorer c’est offrir à l’individu, au citoyen, à la société une “transcendance”, c’est “mériter le nom d’homme”

Pour citer ce billet : “Gérard Namer : la commémoration politique”, in Correspondances n°1, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, novembre 1988

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (28 novembre 1988). Gérard Namer : la commémoration politique. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi5p


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search