A lire ou à connaître

 

UM KULTHUM
LAGRANGE (Frédéric). – L’Arabe dialectal égyptien dans les chansons d’Um Kulthum – mémoire de maîtrise sous la direction du professeur David Cohen (Université Paris III, Sorbonne Nouvelle, Juin 1988).
Il s’agit, comme l’indique le sous-titre d’un “aperçu sur la langue des chansons” de la grande cantatrice, symbole et mythe de l’unité arabe. Aperçu qui passe d’abord par une présentation de l’évolution culturelle de l’Egypte contemporaine : développement des médias, évolution du chant (influence de l’art de la psalmodie, apports de la musique classique savante ou populaire) jusqu’à la naissance de la chanson de film avec l’avènement du cinéma.
Um Kulthum (19027-1975) est rapidement devenue une figure singulière puis symbolique, rivalisant dès les années 30 avec le plus grand chanteur de l’époque Muhammad Abd al Wahheb.
Défrichant la voie pour une étude de la culture populaire égyptienne, cette étude historico-socio-linguistique part du corpus des “chansons longues” d’Um Kulthum, soit 65% du répertoire de la chanteuse estimé à 291 chansons. Selon les principaux auteurs ayant écrit pour Um Kulthum (A. Rami, Bayram al Tunsi, Muhammad ’Abd al Wahhab, Mursi Gamil ’Aziz), cette étude nous dresse un tableau du parler égyptien (et surtout cairote) qui porte la chanson la plus marquante du monde arabe contemporain.

Kmar BENDANA-MECHERI

 


AGRICULTURE
MOUSSA (Mohamed Larbi Fadhel). – L’Etat et l’agriculture en Tunisie ; préf. de Y. Ben Achour. – lmp. officielle de la République Tunisienne, 1988 – 634 p.
L’analyse de Med Moussa s’articule autour d’une double réflexion : en effet s’interroger sur l’agriculture c’est “dévoiler le fond du problème humain, économique et politique de la Tunisie”, c ’est aussi apprécier le rôle de l’Etat dans le mouvement de modernisation.
Pour son analyse, l’auteur adopte une méthodologie fort originale qui considère séparément l’organisation et la gestion de l’espace agricole d’un
côté et l’activité agricole proprement dite de l’autre.
Comme le signale Y. Ben Achour dans la préface du livre, cette démarche a l’avantage de mettre en exergue la mutation juridique fondamentale qui s’est opérée en Tunisie conduisant l’agriculture tunisienne d’un droit fondé sur la propriété à un droit fondé sur l’entreprise agricole. Comme prolongement à l’étude proprement technique et juridique de l’Agriculture tunisienne, c’est un projet socio-politique qui est envisagé à savoir la substitution de l’esprit associatif à la conception individualiste. Se pose alors le problème fondamental : comment moderniser les mentalités ? Quoi qu’il en soit, cet ambitieux projet ne peut se réaliser, semble-t-il, que sous la tutelle d’un Etat doté de légitimité et d’autorité.

Khadija MOHSEN

 


Philosophie : AL AASAM (Abdel Amir). – Al Ghazali le philosophe : redressement de la courbe de son évolution spirituelle. – Tunis : M.T.E., 1988. -232 p.
Al-Ghazali a maîtrisé un vaste champ du savoir : la rhétorique, le soufisme, la littérature, la philosophie… C’est l’aspect philosophique de son œuvre que le docteur Abdel Amir Al Aasam a choisi de traiter en essayant de retracer la trajectoire de son évolution spirituelle, offrant par là un regard neuf sur un homme dont la vie et l’oeuvre ont été maintes fois analysées.

Littérature : FONTAINE (Jean). – Histoire de la littérature tunisienne par les textes. – Le Bardo : Turki. – T. 1 : des origines au Xllè siècle. – 1988. – 194 p .
Jean Fontaine, grand spécialiste de la littérature tunisienne nous fournit une bibliographie commentée de cette littérature en enrichissant son travail analytique d’extraits significatifs puisés dans le riche répertoire national, travail qui n’avait jamais été
réalisé jusqu’alors.

Poésie : AL-KHANSA’. – Moi, poète et femme d’Arabie/poèmes traduits de l’arabe et présentés par Anissa Boumédienne ; liminaire d’André Miquel. – Paris : Sindbad, 1987. 270 p.
Anissa Boumédienne nous propose les plus beaux poèmes de la grande poétesse arabe AlKhansâ’.

Beaux-Arts : SABAHI (Tahar). – Splendeurs des tapis d’Orient. – Paris : Atlas, 1987. – 461 p.
De superbes planches éclairent un texte fouillé qui retrace l’Histoire du tapis et l’évolution des matériaux et techniques qui lui sont propres dans un Orient aux frontières étendues, de la Turquie à la Chine en passant par la Perse, le Caucase, le Turkestan, l’Afghanistan et l’Inde.

Tunisie : TRAB ZEMZEMI (A.) – La Tunisie face à l’imposture : le bourguibisme. – Paris : Albatros, 1988. -185 p.
L’auteur décrit l’histoire contemporaine de la Tunisie en en révélant les dessous, analysant et commentant le livre de Mohamed Mzali “Lettre ouverte à Habib Bourguiba”. Il plonge dans l’Histoire à la recherche des racines du bourguibisme et conclut en se posant des questions sur l’avenir de la Tunisie.

Sociologie : PLANTADE (Nedjima). – La Guerre des femmes : magie et amour en Algérie. – Paris : La Boite à documents, 1988. -184 p.
Se marier, avoir des enfants, garder son mari, ce sont là les problèmes majeurs de la femme Kabyle qui pour arriver à ses fins invoque la magie, pratique incontestée de la femme. L’auteur situe son travail sur la magie dans le champ de la recherche ethnologique.

Sarra REGAIA


Correspondances n°1, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, novembre 1988

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (29 novembre 1988). A lire ou à connaître. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi5w


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search