Naguib Mahfouz le clandestin

La gloire soudaine vient de tomber sur le plus modeste, le plus effacé, le moins orgueilleux des écrivains arabes vivants : ennemi souriant et décidé du bruit et du flamboiement dont bien des artistes du verbe aiment entourer leur génie, leur talent, ou même leur absence de talent, Naguib Mahfouz n’a presque jamais changé le rythme régulier d’une vie obscure de fonctionnaire, apparemment contenue dans le cercle étroit d’habitudes
paisibles. Qui sait si l’espèce de dépersonnalisation qu’il reconnaît lui-même avoir toujours pratiquée comme une ascèse spontanée n’a pas mystérieusement partie liée avec sa force créatrice, avec l’autorité, la densité particulière de son univers romanesque ?

Certes le roman, comme genre littéraire moderne bien dégagé du récit traditionnel, existait en Egypte avant Mahfouz ; mais ce qu’il a introduit, et que l’on ne trouvait ni chez Haykel, ni chez Taha Hussein, c’est la présence proprement imaginaire, et quasiment hallucinatoire, de la grande ville (qui est le Caire dans presque tous ses livres, et Alexandrie dans un seul, peut-être le plus achevé: Miramar) ; plus encore qu’à leurs caractéristiques psychologiques, c’est à ce paysage urbain au sein duquel ils se meuvent, et croisent leurs itinéraires avec celui de l’Histoire que les personnages doivent leur épaisseur, leur vérité irréfutable. En ceci, et en ceci essentiellement, vaut la comparaison souvent faite avec Flaubert ou Zola, et plus généralement avec les maîtres européens du récit réaliste que Naguib Mahfouz dit lui-même avoir beaucoup lus, dès l’adolescence : la puissance évocatoire d’un univers romanesque – la ville, la société, la politique, et ce qui accompagne cette trilogie, et lui donne son parfum singulier : la sensualité – la cohérence et la profondeur de cet univers sont d’autant plus perceptibles que le narrateur est moins présent, qu’il a choisi de disparaître, comme le montreur d’images derrière la lanterne magique, et qu’il préfère, Mahfouz aujourd’hui au Caire comme Balzac hier à Paris, flâneur invisible et insaisissable, assister – et contribuer secrètement – à la transformation de la ville gigantesque et banale en espace littéraire.

Luc Barbulesco


Pour citer ce billet : “Naguib Mahfouz le clandestin”, Luc Barbulesco, in Correspondances n°1, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, novembre 1988

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (29 novembre 1988). Naguib Mahfouz le clandestin. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi61


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search