L’homme du Caire

Après avoir porté son choix sur un représentant de la négritude Wole Soyinka, puis de la dissidence soviétique, Joseph Brodsky, le jury de Stockholm a décerné son Prix Nobel de Littérature 1988 à l’écrivain de langue arabe Naguib Mahfouz. Pour la première fois de son histoire, la célèbre académie suédoise élit son lauréat au sein de la communauté arabe. Bien plus qu’un oubli, cela est symptomatique du faible accès à la langue arabe, et de l’insuffisante traduction des écrivains en cette langue, deux arguments qui n’ont probablement pas permis à d’autres grands de la littérature arabe contemporaine, tels que Taha Hussein ou Taoufik el Hakim, d’acquérir cette reconnaissance publique et internationale qu’ils méritaient pourtant. C’est d ’ailleurs à la traduction française des deux premiers volumes de sa trilogie que N. Mahfouz pense devoir son prix Nobel.
Naguib Mahfouz, égyptien mais surtout cairote, est profondément attaché à sa culture et à sa langue. Il ne voyage hors de son pays que rarement et maîtrise fort peu les langues étrangères ; c’est dans une langue arabe riche en nuances qu’il poursuit sa quête de l’identité égyptienne. Domestiquant toutes les formes de l’écriture, de l’essai à la nouvelle, en passant par le conte, Mahfouz aboutit à son mode de prédilection, le roman scalpel qui le mène à resserrer sa vision de son environnement immédiat en des cercles concentriques, partant de l’Egypte, traversant Le Caire, pour arpenter
les quartiers qu’il affectionne afin de porter son regard scrutateur sur la plus petite cellule organisée, ce microcosme qu’est la famille.
Naguib Mahfouz poursuit à travers son œuvre romanesque, le démontage des rouages du fonctionnement social pour atteindre l’essence des personnages, tentative qui confère à son travail, selon André Miquel, “une originalité foncière dans le cadre de la littérature arabe et même dans celui du roman universel”.

Anthony Finan, CDTM


Bibliographie choisie

Trilogie
* Impasse des deux palais – Paris : Lattès, 1985
* Le Palais du désir : Paris : Lattès, 1987
* El Sukkariya (en arabe) : Tunis : M.T.E., 1985
Le Voleur des chiens : Paris : Sindbad, 1985
Passage des miracles : Paris : Sindbad, 1983
 

Ouvrages critiques sur Naguib Mahfouz :
– MIQUEL (André). – Propos de littérature arabe. – Paris : Le Calligraphe, 1983.
– CHEHAYED (Jamal). – La Conscience historique dans les Rougon-Maquart d’Emile Zola et dans les romans de Naguib Mahfouz. – Damas, éd. Universitaires, 1983.


Pour citer ce billet : “L’homme du Caire”, Anthony Finan, in Correspondances n°1, Centre de Documentation Tunisie-Maghreb, novembre 1988

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (29 novembre 1988). L’homme du Caire. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qi65


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search