Jocelyne Dakhlia, portrait d’une histoire méditerranéenne

Jocelyne Dakhlia est Directrice d’études à l’EHESS, au sein de la Chaire « Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles ».

 

Les débuts : la thèse et le CDTM

Jocelune Dakhlia

L’historienne Jocelyne Dakhlia a été la première allocataire de recherche du Centre de documentation Tunisie-Maghreb (CDTM), alors doctorante à l’EHESS. Selon elle, le CDTM, sur l’avenue Charles de Gaulle du centre-ville de Tunis, avec Anne-Marie Planel à sa tête, est alors un lieu incontournable de rencontre pour la recherche en sciences humaines et sociales. C’est ici qu’il est possible de trouver un important fonds d’archives, de littérature grise, et de littérature coloniale. C’est surtout le lieu où l’on rencontre de nombreux chercheurs, mais aussi une équipe soudée et proche de la recherche, composée d’Anne-Marie Planel, Christiane Saddem et Hayet Naccache. Anne-Marie Planel lui offre alors l’occasion de présenter sa première conférence.

Elle soutient sa thèse en 1989, sous la direction de Lucette Valensi, et publie un an plus tard l’ouvrage L’oubli de la cité, la mémoire collective à l’épreuve du lignage dans le Jérid tunisien aux éditions La Découverte, issu de ce travail de thèse. Rapidement après l’obtention de son doctorat, elle devient Maître de conférences, puis Directrice d’études à l’EHESS.

Si ses ouvrages sont classés tantôt dans des collections d’histoire, tantôt en anthropologie, elle se définit toutefois en tant qu’historienne. Le moment où elle est en doctorat correspond à la « grande époque » de l’anthropologie historique, lancée initialement par l’Ecole des Annales, courant dans lequel s’inscrivent les travaux de Jacques Le Goff et de Jean-Claude Schmitt notamment. L’EHESS est alors le lieu où cette interdisciplinarité est encouragée, et les travaux de sa directrice de thèse, Lucette Valensi, se situent également dans ce courant.

Des programmes de recherche qui relient les deux rives de la Méditerranée

Suite à sa thèse, elle dirige ses travaux vers l’histoire des langues, et lance le programme de recherche « Trames de langues. Usages et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb » (une collaboration institutionnelle entre l’EHESS et l’IRMC), qui donnera lieu à un ouvrage éponyme paru en 2004, en coédition IRMC et Maisonneuve & Larose. Ce programme associe une quarantaine de chercheurs, et représente l’opportunité d’échanger entre historiens et linguistes autour des langues du Maghreb. Ses travaux de recherche portent également sur la lingua franca, langue commune en Méditerranée et disparue au cours du XIXe siècle avec les conquêtes coloniales puis les constructions politiques nationales. Son ouvrage Lingua franca. Histoire d’une langue métisse en Méditerranée paraît par la suite aux éditions Actes Sud en 2008.

Elle est par la suite coordinatrice scientifique de l’ANR Transméditerranées (2005-2009), qui tend à écrire l’histoire de la présence musulmane en Europe, largement méconnue dans l’histoire du continent. Cette ANR réunit donc principalement des chercheurs travaillant sur l’Europe, et l’ouvrage collectif Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, issu de ces réflexions, paraît en deux tomes aux éditions Albin Michel en 2011, en codirection avec Bernard Vincent puis en 2013 en cordirection avec Wolfgang Kaiser.. Au cours de ce programme, lle fait le choix d’associer des collègues marocains et tunisiens à ces réflexions, pour échanger autour des circulations, des formes de métissages transméditerranéens des sociétés, des minorités, etc. Plusieurs rencontres sont organisées à Tunis en 2011, à la Bibliothèque Nationale, ainsi qu’aux Archives nationales, en collaboration avec le laboratoire de Sciences sociales Diraset (Université de Tunis) et l’IRMC. Ces rencontres, autour de la thématique « Repenser l’assimilation et l’intégration en Méditerranée », coïncident avec les débuts de la Révolution tunisienne.

Arrive la Révolution en Tunisie…

C’est depuis Paris qu’elle assiste aux débuts de la Révolution en Tunisie. Avec un groupe de chercheurs, d’écrivains, traducteurs et universitaires, elle lance alors un site qui se voulait initialement une revue, nommé Nachaz. Devenu aujourd’hui une association, on retrouve toujours sur leur site internet les débats et articles publiés par ce groupe depuis la Révolution, dont ceux de Jocelyne Dakhlia. En 2011, elle publie également l’ouvrage Tunisie, le pays sans bruit, paru aux éditions Actes Sud. Cet ouvrage ne traite pas directement de la Révolution, mais du poids des malentendus et des faux-semblants qui entourent la perception communément admise de ce pays. Il s’agit d’un essai plus personnel, issu de réflexions sur une question posée régulièrement à ce moment : pourquoi n’a-t-on pas vu cette Révolution venir ? C’est la deuxième fois qu’elle recourt alors à ce type d’écriture. La première, ce fut après le 11 septembre 2001, à la demande de ses étudiants de l’EHESS, qui se demandent alors pourquoi les universitaires ne s’impliquent pas plus pour contrer les discours médiatiques simplistes. Son ouvrage Islamicités est ainsi une manière d’apporter de la nuance, une vision plus complexe que les discours réducteurs qui prévalent alors.

En 2012, à l’initiative de Stéphanie Pouessel (anthropologue, chercheure à l’IRMC de 2010 à 2013), elle participe à la deuxième édition du festival de la révolution de Regueb (gouvernorat de Sidi Bouzid). Elle y anime dans un café une conférence sur les arts contemporains en pays d’islam, et leur réception sur le plan international. C’est une expérience à la fois marquante et intimidante, cet événement militant, étant hors des cadres traditionnels des activités scientifiques.

Avec la Révolution, de nombreux jeunes chercheurs commencent à travailler sur la Tunisie. Elle lance en 2013 le séminaire « Sciences Sociales en Révolution », afin d’avoir un lieu pour les réunir et pour réfléchir ensemble sur les événements en cours. 2013 est un contexte où le débat devient particulièrement difficile, il importait alors de créer les conditions d’un débat plus apaisé et réflexif, ce qu’a permis ce séminaire. Ces rencontres ont également permis de créer un réseau de jeunes chercheurs travaillant sur la Tunisie. Ceux-ci étant principalement basés en Europe, elle organise des rencontres à Tunis en 2015, à la Bibliothèque Nationale de Tunisie et aux Archives Nationales, avec le concours de Nachaz et le soutien du Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie (CRLDHT)). 

Des liens constants avec la vie universitaire en Méditerranée

Ainsi, ce qui marque le parcours de l’historienne Jocelyne Dakhlia, ce sont ses liens – tant thématiques que relationnels – avec la Méditerranée. Tout au long de sa carrière, elle entretient des liens étroits avec l’Université tunisienne – et, notamment, le laboratoire Diraset de l’Université de Tunis. Elle est invitée à donner des cours au sein de cette université, dans le cadre d’un programme en faveur du développement des liens avec les chercheurs tunisiens en poste dans des universités à l’étranger. En 2012, elle participe à l’Université de printemps Ecrire en sciences sociales, organisée par Imed Melliti (Université de Tunis El Manar, chercheur associé à l’IRMC), qui aboutit à l’ouvrage collectif La fabrique du sens. Ecrire en sciences sociales (éditions IRMC-Karthala, 2016), auquel elle a également contribué.  Plus récemment, en 2019, elle intervient à l’Université de Sousse (sur invitation de Souad Matoussi), ainsi qu’à l’IRMC, pour présenter ses récents travaux, portant sur « Le Harem sultanien en mouvement : logiques d’Etats et mobilités féminines au Maghreb (XVIe-XVIIe) ».

Son engagement dans la vie universitaire dépasse les frontières tunisiennes : elle compte notamment parmi les membres des comités de publication des revues des Annales, de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (Remmm), et d’Hespéris-Tamuda. Elle a également été Présidente du conseil scientifique du Pôle Maghreb au Ministère des Affaires Etrangères, conseil qui statue sur les nominations aux postes de direction et de chercheurs de l’IRMC et du Centre Jacques Berque de Rabat. Cette expérience transitoire lui a permis de rencontrer de nombreux jeunes chercheurs travaillant sur le Maghreb, mais elle est plus à l’aise au cœur des processus de recherche que dans les institutions.

 

Vanessa Aubry, chargée de projets à l’IRMC


Pour citer ce billet : « Jocelyne Dakhlia, portrait d’une histoire méditerranéenne », Vanessa Aubry, Lettre de l’IRMC n°33, septembre 2022

Photo de couverture : ©Skander Khlif 

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (28 novembre 2022). Jocelyne Dakhlia, portrait d’une histoire méditerranéenne. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qily


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search