Delphine Cavallo, un parcours lié au développement du web scientifique

Delphine Cavallo est aujourd’hui ingénieure d’études au sein du laboratoire TELEMMe (Temps, espaces, langages, Europe méridionale, Méditerranée, AMU-CNRS). Elle y occupe le poste de responsable de la diffusion et du traitement numérique de la recherche.

L’IRMC, premiers pas en Tunisie

Delphine Cavallo

Delphine Cavallo a connu l’IRMC par l’intermédiaire de Michel Camau, fondateur et premier directeur de l’IRMC, qui était son directeur de thèse. Elle est en DEA « Monde arabe et musulman » à l’IEP d’Aix lorsqu’elle vient pour la première fois à l’institut, pour un terrain d’un mois dans le cadre de son mémoire. Elle est par la suite doctorante boursière de l’IRMC, de 2002 à 2006. Sa thèse portait alors sur le syndicalisme comme élément du système autoritaire tunisien (à la fois en tant qu’organe du système, et lieu d’expression d’une opposition). Son travail de recherche en Tunisie lui donne à voir le problème majeur d’accès aux ressources numériques – problème auquel s’ajoute la censure. C’est ainsi qu’elle appréhende les enjeux du numérique pour la recherche en SHS.

Ces quatre années seront marquées non seulement par son travail de recherche, mais également par sa participation à la vie de l’Institut : travail éditorial, et organisation de séminaires et écoles doctorales. Une expérience qui a marqué son parcours a été la participation à la construction de l’identité de la revue Alfa. Maghreb et sciences sociales, expérience qu’elle a pu valoriser par la suite tout au long de sa carrière. Il s’agissait en effet de contribuer à créer cette identité, de concert avec Kmar Bendana (Professeure émérite d’Histoire Contemporaine, Université de la Manouba) et Katia Boissevain (CNRS, aujourd’hui directrice de l’IRMC) pour le premier numéro thématique de la revue. De leur travail collectif est né le dossier Biographies et récits de vie en 2005. Il contient les réflexions de sociologues, historiens, ethnologues et politistes sur le rôle des trajectoires de vie dans leur méthodologie de travail. Si elle est titulaire d’un DEA en économie et d’un DEA en science politique à son arrivée à l’Institut, ses années passées ici ont été particulièrement formatrices, en cela qu’elles lui ont permis d’avoir accès aux différentes disciplines des sciences humaines et sociales – expérience qui se révélera également très importante pour la suite de son parcours.

 

Aux balbutiements du web scientifique

Après quatre années à l’IRMC, elle retourne en France et rejoint OpenEdition (alors Revues.org), en tant qu’assistante d’édition. Nous sommes alors aux balbutiements du web scientifique, et ses premières responsabilités consistent à accompagner les revues scientifiques pour la mise en ligne de leurs numéros. Petit à petit, elle sera également responsable de Calenda, plateforme d’OpenEdition qui regroupe les événements et appels en SHS. Elle est alors en charge de la mise en forme éditoriale, et de la mise en ligne des événements scientifiques. Des liens se construisent entre elle et des chercheurs pour développer cet outil, et elle sera finalement nommée rédactrice en chef de Calenda.

Elle participe ainsi pleinement à la structuration d’OpenEdition, qui n’était composée que d’une petite équipe à son arrivée. C’est ainsi que différents pôles sont constitués, dont celui de l’information scientifique, dont elle sera la responsable à partir de 2008. Ce pôle regroupe alors la communication, le référencement, une partie juridique (avec les contrats et l’accompagnement dans la mise en ligne), le suivi des candidatures des éditeurs pour apparaître sur revues.org, Calenda ainsi que les tout jeunes carnets Hypothèses. A travers la structuration de différents pôles au sein d’OpenEdition, ce sont aussi les métiers du web scientifique qui se définissent peu à peu. A la création de Revues.org, les ressources en ligne étaient difficilement considérées comme de la littérature scientifique. Le travail avec les conseils scientifiques des plateformes, et la définition des règles formelles d’accession des éditeurs aux plateformes d’OpenEdition, ont contribué également à la construction de la légitimité scientifique de ces ressources. Il s’agissait à la fois d’inventer des manières de donner confiance aux revues, aux éditeurs et aux lecteurs, et d’inventer de nouvelles formes éditoriales.

 

Arrive la Révolution en Tunisie…

La Révolution tunisienne illustre particulièrement bien l’importance pour les chercheurs en sciences sociales de s’emparer des outils numériques. Kmar Bendana est l’une des premières chercheures en Tunisie à lancer un carnet Hypothèses, du nom d’Histoire et culture dans la Tunisie contemporaine (HCTC). Elle saisit tout de suite l’intérêt de cet outil, qui permet des échanges plus directs avec la société. La Révolution donne à voir le besoin de modalités d’expression nouvelles, et ce blog permet de répondre à cette attente. Au début, c’est par la presse qu’elle s’exprime, avant qu’Alain Messaoudi ne lui parle de ces carnets d’OpenEdition. Delphine Cavallo travaille alors avec elle sur ce carnet, et elle considère qu’il incarne tout l’intérêt de cette plateforme. Kmar est également la première à faire de ses billets un livre : Chronique d’une transition, parue aux éditions Script en 2011. Elle fait partager cet outil à ses étudiants, en invitant Delphine à animer des formations sur l’écriture numérique à Tunis. Delphine participera également aux Chantiers d’écriture organisés aux Universités de la Manouba et de Sousse par Kmar et Khaoula Matri. Elle animera également un atelier d’écriture numérique au forum Insaniyyat en septembre 2022.

 

L’arrivée à TELEMMe, ou le retour dans un laboratoire de recherche

Elle rejoint le laboratoire TELEMMe en 2016 en tant que responsable de la diffusion et du traitement numérique de la recherche, après près de dix années passées au sein d’OpenEdition. Elle y retrouve une plus grande proximité avec les chercheurs, ce poste lui permettant de travailler directement sur leurs projets. Elle développe la communication de ce laboratoire, par la création de son nouveau site web, ainsi que de ses réseaux sociaux. Elle œuvre également à la visibilité du numérique des chercheurs du laboratoire, en les formant à l’écriture numérique et à la plateforme HAL-SHS, archive ouverte qui permet la diffusion d’articles de recherche.

Elle fait également partie des équipes de deux projets ambitieux : SfaxForward et « Marseille impériale : histoire et mémoires (post)coloniales XIXe-XXIe siècle) » (Mars-IMPERIUM). SfaxForward est un projet regroupant les Maisons des sciences de l’homme d’Aix, de Nice, Bruxelles et Sfax autour des questions patrimoniales. Elle est responsable des questions éthiques et de la gestion des données issues de ce projet. Le projet Mars-IMPERIUM rassemble plusieurs unités de recherche d’Aix-Marseille Université (IrAsia, IMAF, IREMAM, TELEMMe, LPED), la Bibliothèque numérique Odyssée et une dizaine de partenaires socio-culturels (ANOM, Archives municipales de Marseille, Bibliothèque municipale à vocation régionale de Marseille, Ancrages, INA-Méditerranée, les Archives de la Chambre de commerce de Marseille, le MuCEM et les Musées de Marseille). Au sein de ce projet, elle est en charge de la coordination des livrables web, (portail web, balades numériques dans Marseille sur son histoire coloniale, visite virtuelle du musée colonial et la plateforme documentaire regroupant l’ensemble des ressources documentaires utilisées dans le projet).

Le parcours de Delphine Cavallo est ainsi marqué par ses liens constants avec l’IRMC et la Tunisie, et par les évolutions majeures du web scientifique, auxquelles elle a largement pu contribuer, depuis les deux rives de la Méditerranée.

 

Vanessa Aubry, chargée de projets à l’IRMC


Pour citer ce billet : « Delphine Cavallo, un parcours lié au développement du web scientifique », Vanessa Aubry, Lettre de l’IRMC n°33, septembre 2022

Photo de couverture : ©Skander Khlif 

 



Citer ce billet
IRMC (2022, 24 novembre). Delphine Cavallo, un parcours lié au développement du web scientifique. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qilx

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search