Amin Allal, des lendemains qui chantent les sciences sociales du politique

A l’occasion de l’anniversaire de l’Institut, la Lettre de l’IRMC propose des portraits de chercheur.e.s qui nous exposent leur parcours, à l’occasion d’un entretien, ainsi que les choix qui ont déterminé leurs trajectoires professionnelles.

Amin Allal

Ce qui frappe l’esprit quand on regarde le parcours de Amin Allal, c’est d’abord une certaine continuité, certes renouvelée, mais brillamment assumée. Arrimée à une tradition de recherche très empirique en science politique, sa pratique du métier de « sociologue du politique » s’inscrit dans le sillage du maître Camau, père fondateur de la science politique tunisienne francophone, s’il en est. D’un autre côté, Amin Allal appartient à une nouvelle génération de chercheurs qui, tout en accompagnant les bouleversements politiques que connaissent le Maghreb et les mondes arabes, renouvellent des questionnements théoriques ancrés dans le champ des sciences sociales du politique. « La rigueur du qualitatif », la pratique ininterrompue d’enquêtes de terrain très fouillées et le primat accordé à la collégialité scientifique dans la production des textes scientifiques forment, chez lui, la recette d’une recherche excellente et prolifique.

Amin Allal est aujourd’hui chercheur au CNRS, affilié à la section 40 « Politique, pouvoir, organisation » dont il fut membre élu du comité national de 2016 à 2021. Sociologue du politique, ses travaux portent principalement sur les rapports au politique des classes populaires au Maghreb. Il mène de multiples investigations s’intéressant tout autant aux relations de travail, domestiques ou de genre, comme aux effets de politiques publiques, notamment de développement. Les expériences associatives, la vie de quartier, les politisations discrètes comme les insurrections ou protestations collectives sont au cœur de ses enquêtes au Maroc, en Algérie et en Tunisie.

Au commencement était le populaire : genèse d’un intérêt scientifique

Dès le début de sa trajectoire de chercheur, son appétence scientifique pour les « classes populaires » est construite en objet de recherche. En 2005, il entame une recherche doctorale en science politique. Ainsi sa thèse, soutenue en décembre 2013 à l’IEP d’Aix-en-Provence sous la direction de Mohamed Tozy, est intitulée L’autoritarisme participatif. Politiques de développement et protestations dans la région minière de Gafsa en Tunisie. 2006-2010. Cette recherche doctorale, dont une bonne partie a été réalisée à l’IRMC, s’intéressait à la manière dont l’injonction à la participation des classes subalternes sert la légitimation politique du régime autoritaire de Ben Ali, tout en restant attentive à l’affaiblissement de ses effets de légitimation par les protestations du bassin minier de Gafsa en 2008. À partir de cette recherche doctorale, exploitant un riche matériau empirique, il publie plusieurs articles dans des revues importantes de sciences sociales du politique. Contentons-nous de citer ici « Réformes néolibérales, clientélisme et protestations en situation autoritaire. Les mouvements contestataires dans le bassin minier de Gafsa en Tunisie (2008) », paru en 2010 dans la revue Politique Africaine.

Et puis survint la révolution…

Le soulèvement populaire de 2010-2011 constitue, pour Amin Allal, l’opportunité d’approfondissement d’une réflexion sur le rapport au politique des classes populaires, déjà amorcée dans sa thèse. Ainsi, sa réflexion sur les politisations populaires à l’aune de l’événement révolutionnaire tunisien se prolonge dans d’autres enquêtes et publications. On peut citer « Avant on tenait le mur, maintenant on tient le quartier ! Germes d’un passage au politique de jeunes hommes de quartier populaire lors du moment révolutionnaire à Tunis », publié également dans la revue Politique Africaine en 2011, ou encore « Trajectoires “révolutionnaires” en Tunisie. Processus de radicalisations politiques 2007-2011 », dans la Revue française de science politique.

Un tournant : la « confirmation » scientifique et la consolidation intellectuelle

Depuis son recrutement comme chargé de recherche au CNRS en 2014 (peu après sa soutenance de thèse en 2013), Amin Allal mène une activité scientifique collégiale et prolifique difficile à résumer. Core researcher dans le programme ERC/WAFAW (When Authoritarianism Fails in the Arab World), il y coordonne plusieurs publications et activités scientifiques, parmi lesquelles un colloque international à Beyrouth en octobre 2016 intitulé « How economics matter? L’an V des révolutions au prisme de l’économique et du social » ainsi qu’un manuel de sociologie politique sur les mondes arabes intitulé Introduction aux mondes arabes en (r)évolution, co-écrit avec Assia Boutaleb et Marie Vannetzel. Sa réflexion sur l’autoritarisme, présente continûment dès ses premiers travaux, se prolonge également après les révolutions arabes. On peut citer dans ce cadre un numéro thématique de la revue Politique Africaine qu’il co-dirige avec Marie Vannetzel en 2017, portant sur les Restaurations autoritaires dans les mondes arabes d’après les soulèvements populaires de 2011. Amin Allal coordonne par ailleurs depuis le CERAPS à Lille, avec Karel Yon, le projet ANR « Redécouvrir la citoyenneté industrielle : passés et présents des relations entre travail et agir politique ». Dans ce cadre, il organise en juin 2018 à Tunis, avec Samuel Hayat et Karel Yon, le colloque intitulé « La citoyenneté industrielle. Perspectives Sud Nord » qui donnera lieu à la publication en 2020 d’un dossier de la revue Critique Internationale intitulé : « Citoyennetés industrielles, (in)soumissions ouvrières et formes du lien syndical : pour une sociologie politique des relations de travail ».

Il est également l’un des core researchers du projet DREAM (Drafting and Enacting Revolutions in the Arab Mediterranean), porté par Leyla Dakhli. Outre la coordination de plusieurs activités scientifiques à Tunis et à Marseille, il contribue dans le cadre de ce projet à deux ouvrages. Avec Layla Baamara, Leyla Dakhli et Giulia Fabbiano, il codirige notamment Cheminements révolutionnaires. Un an de mobilisations en Algérie (2019-2020), paru aux Éditions du CNRS en 2021Soulignons à la fin l’ancrage « aréal » de Amin Allal dans les mondes arabes : sa plus récente aventure intellectuelle collective consiste en la résurrection de la revue homonyme Mondes Arabes, dont le premier numéro paraît en mai 2022. D’entrée de jeu, dans l’introduction intitulée « Aréal, parce que je le vaux bien ! », il défend, avec Assia Boutaleb et Manon-Nour Tannous, toute la pertinence du positionnement « aréal » de la revue dans la production théorique d’une connaissance universelle.

Back to the roots

En 2017, Amin Allal revient au point de départ de sa carrière. Affecté à l’IRMC entre 2017 et 2020, il y organise plusieurs activités de recherche et contribue à y faire vivre une ambiance de collégialité scientifique. Durant son affectation, il met en place le séminaire « Études du politique. Entre spécificité des cas et universalité des approches », lors duquel Amin Allal a invité conjointement un chercheur français et un autre tunisien pour confronter des expériences de recherche prenant pour objet le/la/les politique(s). Il publie dans le même temps un ouvrage collectif qu’il co-dirige avec Vincent Geisser intitulé Tunisie. Une démocratisation au-dessus de tout soupçon ?, paru en 2018 et réunissant plusieurs contributions sur les mutations que le processus de démocratisation produit dans plusieurs espaces sociaux tunisiens. Tout en continuant en parallèle ses enquêtes de terrain, il s’implique de manière notable dans les activités de formation à la recherche. Dans ce cadre, il lance l’atelier « Jeune Recherche », véritable espace d’échange et de convivialité doctorales au sein de l’IRMC.

Mohamed Slim Ben Youssef

Lors de ces séances fermées, la discussion animée par Amin Allal ne s’est jamais départie d’une attention particulière aux « ficelles du métier » de la recherche en sciences sociales, notamment de ses dimensions méthodologiques et rédactionnelles mais aussi des conditions sociales de production de la connaissance. Les discussions stimulantes qu’il y anime se prolongent la plupart du temps lors des déjeuners avec les doctorants, moments de partage de connaissances (et souvent, aussi, de très bonnes pizzas !).

Héritier d’une science politique tunisienne et maghrébine empirique, Amin Allal est également d’ores et déjà un chercheur qui transmet, qui forme et qui encadre.


Pour citer ce billet : « Amin Allal, des lendemains qui chantent les sciences sociales du politique » par Mohamed Slim Ben Youssef, Lettre de l’IRMC n°33, septembre 2022

Photo de couverture : ©Skander Khlif 

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
IRMC (3 octobre 2022). Amin Allal, des lendemains qui chantent les sciences sociales du politique. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qils


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search