Dieu va ouvrir la mer. Christianismes africains au Maroc – Présentation de l’ouvrage au Forum Insaniyyat

Sophie Bava présente son dernier ouvrage (co-écrit avec Bernard Coyault et Malik Nejmi), Dieu va ouvrir la mer. Christianismes africains au Maroc, le 22 septembre 2022 à la Maison du Roman (Cité de la Culture de Tunis), dans le cadre du Forum Insaniyyat.

L’ouvrage, fruit de terrains et de regards partagés entre un photographe et deux chercheurs anthropologues, offre une plongée inédite dans le quotidien des « Églises de maison » fondées par les migrants subsahariens dans les quartiers périphériques de Rabat. Tout en privilégiant les témoignages et la parole des acteurs concernés, il restitue une expérience d’observation et esquisse, à partir de ce contexte marocain, une analyse des mouvements migratoires africains contemporains ainsi que des reconfigurations socioreligieuses et théologiques du christianisme sur le continent.

 

« L’expérience de la migration peut être en même temps un espace de découvertes dans tous les domaines et d’expérimentation en matière religieuse. Elle convoque ainsi de nouvelles solidarités religieuses et de nouvelles vocations. Si on s’interroge sur la place de la religion dans la migration, on observe des phénomènes d’adaptation de la part des migrants mais aussi des innovations religieuses de la part des acteurs religieux et de leurs institutions, de nouvelles vocations ainsi que des constructions religieuses complexes entre plusieurs territoires (…). Après avoir durant plus d’un millénaire construit leurs représentations du christianisme en relation avec les velléités de conquête des puissances européennes du Nord, les populations musulmanes du Maghreb sont désormais exposées à un christianisme africain venu du Sud, dégagé de toute culture de domination et porteur de connivences culturelles et religieuse inédites. Ce christianisme, autonome ou appuyé principalement par des églises mères du continent africain, se déploie par le bas, dans les marges de ces sociétés, en périphérie des villes, dans les quartiers où séjournent les migrants. »
Sophie Bava et Bernard Coyault

 

Socio-anthropologue à l’IRD, AMU-LPED, Sophie Bava coordonne le Laboratoire international Movida. Ses recherches portent sur les migrations africaines et les constructions religieuses musulmanes et chrétiennes entre l’Afrique méditerranéenne et subsaharienne. Elle propose une anthropologie religieuse du mouvement qui s’attache tout autant aux parcours des croyants, aux histoires des institutions religieuses, qu’aux figures et objets de la mobilité religieuse (pèlerinages, études, migration, réseaux religieux, moyens de communications, circulation des articles religieux…) mais qui requestionne également la place du religieux dans les sociétés traversées par les migrants.

 

Bernard Coyault est docteur en anthropologie (EHESS), chercheur affilié à l’Institut des Mondes africains (IMAf Paris), membre fondateur de l’Institut Al Mowafaqa de Rabat. Ses recherches et publications portent sur les dynamiques religieuses des parcours migratoires, la pluralisation religieuse en Afrique subsaharienne et au Maghreb et le déploiement des christianismes du Sud en Europe. Il enseigne l’anthropologie des religions à la Faculté universitaire de théologie protestante de Bruxelles où il dirige le CARES Centre for Afro-European and Religious Studies.

 

Malik Nejmi est un photographe franco-marocain basé à Orléans. Après un premier reportage photographique au Bénin en 1999 il découvre et forge ce qui deviendra, au sein d’une extrême variété de formes et de techniques, l’axe de son travail. Celui-ci se compose en deux parties : l’une engagée, aborde les migrations contemporaines et tente d’en comprendre les enjeux, entre l’Afrique Méditerranéenne et l’Europe (Maroc, Sénégal, Italie). L’autre, plus vaste, s’attache à renouer avec le Maroc, pays de son père. Ainsi il produit entre 2001 et 2021 tout un corpus autobiographique, dont l’ensemble des œuvres sont dans les collections du Musée National de l’Histoire de l’Immigration. Il accompagne également dans une approche plus sociale, des communautés, des familles, son travail étant attaché à cette notion d’appartenance au groupe.

Il reçoit en 2005 le Prix Kodak de la Critique Photographique, une mention spéciale du Jury du prix Nadar du livre 2006 pour l’ouvrage el Maghreb, et le Prix de Photographie 2007 de l’Académie des Beaux-Arts. Il a reçu plusieurs allocations du Centre national des Arts Plastiques et de la Drac Centre pour ses travaux personnels et de recherche. En 2013-2014 il est pensionnaire à la Villa Médicis (Rome). Depuis 2020, il mène un travail de mémoire dans son quartier d’enfance, à Orléans-la-Source qui signe la fin d’un long cycle autobiographique sur l’immigration. Son travail est distribué par l’Agence VU’.

 

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search