Lancement du séminaire «Chercheuses et féministes au Maghreb : engagement(s) et production scientifique »

Le séminaire de recherche « Chercheuses et féministes au Maghreb : engagement(s) et production scientifique », coordonné par Khaoula Matri (Université de Sousse, chercheure associée à l’IRMC) et Kmar Bendana (professeur émérite à l’Université de la Manouba, chercheure associée à l’IRMC), a débuté à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes 2022.

L’objectif de ce séminaire est d’examiner le rapport entre l’engagement des chercheures et la production du savoir scientifique, de voir en quoi et comment ils se nourrissent réciproquement. Les intervenantes choisies dans différents champs disciplinaires (histoire, sociologie, philosophie, droit/ sciences juridiques, psychologie, médecine, etc.) seront invitées à partager leurs expériences académique, militante et scientifique. Le projet consiste à initier une réflexion autour de la production scientifique maghrébine (évolution des questions de recherche en lien avec les approches utilisées, les terrains exploités comme les concepts et théories mobilisés) portant sur les femmes et/ou le genre en articulant récits de chercheuses et publications scientifiques

Il s’agit de mettre en lumière les questions (égalité des sexes, émancipation des femmes, politique et genre) qui ont sculpté l’engagement féministe au Maghreb, d’en comprendre l’histoire, les revendications et les conditions, selon les contextes. Comment la cause féminine s’est-elle déplacée vers le champ scientifique et de quelle manière est-elle introduite dans l’enseignement universitaire ? Comment les chercheures pensent-elles le féminisme au Maghreb et dans leurs pays respectifs ? Quelles ressemblances et différences peuvent ressortir des différentes histoires ? Quels sont les outils méthodologiques et les cadres théoriques qui ont permis d’aiguiller les études sur les femmes et/ ou sur le genre ?

Cette première rencontre du 8 mars 2022, organisée par l’IRMC à l’Institut Français de Tunisie, a choisi de donner la parole à trois universitaires tunisiennes : Jalila Trittar, Leïla Blili et Khaoula Matri, et avec Kmar Bendana comme modératrice du débat. L’objectif d’aller vers cette catégorie d’actrices était de sortir des divisions habituelles entre femmes militantes et silencieuses, femmes en lutte et passives, femmes célèbres et inconnues. L’histoire du féminisme tunisien reste à faire afin d’en dégager les séquences en lien avec l’histoire sociale, politique, économique et culturelle du pays ainsi que les différentes catégories de femmes qui ont pu apparaître, depuis le début du XXème siècle.

La catégorie des femmes universitaires est un produit de l’histoire de la société et de l’enseignement. L’université nationale publique née en 1960 a eu le temps d’engendrer trois générations d’enseignantes et de chercheures dont les pratiques professionnelles comme le travail de réflexion pédagogique et scientifique rendent compte de quelques aspects encore peu explorés de l’évolution de la condition féminine.

Jalila Trittar, professeure de littérature moderne à l’Université de Tunis, auteure de Miroirs de femmes. Les écritures du moi des écrivaines arabes (en arabe), 2021 a rendu compte du droit de dire « je » que des auteures d’Egypte, de Syrie et du Liban du XXème siècle (Fadwa Touqan, Aïsha ‘Uda…) ont engrangé sur le plan littéraire. L’écriture féminine du moi est à inscrire dans l’évolution du geste autobiographique en général et les exemples qu’elle a présentés illustrent la façon dont certaines femmes s’emparent de la plume et du discours écrit, dans le but de contester le pouvoir et de sortir de l’invisibilité.

Leïla Blili, professeur d’histoire émérite (Université de La Manouba) a témoigné de la difficulté à écrire qu’elle a éprouvée et partagée avec de nombreuses camarades regroupées autour de Zeïneb Farhat (1957-2021) et de son projet de faire raconter les souvenirs de six militantes du mouvement Perspectives/ El ‘amel Et-tounsi des années 1970 : Amel Ben Aba, Dalila Mahfoudh-Jédidi, Zeïneb Ben Saïd Cherni, Sassia Rouissi Ben Hassen, Aïcha Guellouz Ben Mansour, et elle-même. Un atelier d’écriture conduit par Haïfa Zangana a donné lieu à un ouvrage en arabe (Bnet Essyassa i.e. Les filles de la politique) dont la version française vient de paraître. Ayant orienté son travail d’historienne vers les femmes et la parenté (étude des alliances matrimoniales dans la société tunisoise et au sein de la cour beylicale), Leïla Blili s’est interrogée sur les blocages qui ont, jusque là, empêché sa propre parole. Le terrain de la militance qui est une forme de refus du pouvoir comporte également des silences et des points aveugles. Elle a plaidé en faveur de systématiser les récits et de multiplier les occasions de transmettre par écrit les vécus des femmes.

Khaoula Matri, enseignante/chercheure en sociologie a présenté son parcours de recherche depuis sa thèse sur le voile (Le port du voile au Maghreb : l’exemple tunisien, Casablanca, 2015) jusqu’aux différents travaux menés pour questionner les normes répandues autour du corps et de la violence. Ses travaux donnent à voir comment les femmes vivent ces normes, et les négocient.

Le débat qui a suivi les trois interventions est revenu sur des références bibliographiques et sur la chronologie des féminismes entre Machrek et Maghreb (étendu à la Libye et à la Mauritanie). De nombreuses questions d’histoire tunisienne illustrant le rôle des femmes au sein du pouvoir, dans l’espace intime comme dans l’espace public, ont été abordées.

La prochaine séance du séminaire se tient le 23 mai 2022 à l’IRMC, avec la participation de Ahlem Belhaj (Hôpital Mongi Slim) et Rym Ghachem (Hôpital Razi), toutes deux psychiatres et militantes féministes. Le débat sera modéré par Fatma Charfi (Hôpital Mongi Slim et Université de Tunis El Manar), pédopsychiatre.

 

Kmar Bendana, modératrice du débat

 

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search