Chantiers d’écriture : lectures en partage

Asma Haj Hssan, Rahma Talmoudi et Abir Menci

Le séminaire doctoral Chantiers d’écriture organisé par l’IRMC et le Centre d’anthropologie de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Sousse (FLSH) en est à sa troisième édition. Les séances de l’année universitaire 2021/2021 ont été construites autour d’échanges avec les chercheur.e.s rattaché.e.s à l’IRMC sur la base de leurs travaux. 

Le cycle de l’année a débuté le 26 novembre 2020 pour s’achever le 11 mai 2021 totalisant huit rencontres entre les étudiant.e.s en sciences humaines et sociales et les chercheur.e.s de l’IRMC. Seules deux séances ont pu se dérouler en présentiel en respectant le protocole sanitaire. Avec la propagation de la Covid-19, six séances ont été organisées en ligne. 

Un des objectifs du séminaire étant de couvrir différentes disciplines des sciences humaines et sociales, ce chantier a mêlé des voix d’anthropologues, sociologues, géographes, historiens et cinéastes. Les intervenant.e.s ont choisi et partagé des articles pour revenir sur les phases de leur conception et expliquer leur élaboration. Ils ont exposé aux jeunes chercheur.e.s (en master et en doctorat) leurs questionnements, les outils méthodologiques mobilisés et les difficultés rencontrées. 

The doctoral seminar Chantiers d’écriture organised by the IRMC and the Anthropology Centre of the Faculty of Letters and Humanities of Sousse (FLSH) is in its third version. The sessions of the academic year 2021/2021 have been built around exchanges with researchers attached to the IRMC on the basis of their work.

The year’s cycle began on 26 November 2020 and ended on 11 May 2021, with a total of eight meetings between humanities and social sciences students and IRMC researchers. Only two sessions could be conducted face-to-face while respecting the health protocol. With the spread of Covid-19, six sessions were organised online. 

As one of the objectives of the seminar was to cover different disciplines of the humanities and social sciences, this workshop mixed the voices of anthropologists, sociologists, geographers, historians and filmmakers. The speakers selected and shared articles to go back over the phases of their conception and explain their elaboration. They explained to the young researchers (master’s and doctoral students) their questions, the methodological tools used and the difficulties encountered.

 

Chacun.e des chercheur.e.s invité.e.s a proposé un chapitre d’ouvrage, un article de revue ou de presse, un film, etc. pour une lecture préalable et un défrichage des principaux apports du texte. Le travail a ensuite été soumis à une grille de questions au cours d’un débat modéré par les coordinatrices du séminaire, Kmar Bendana et Khaoula Matri. 

Monia Lachheb a inauguré le cycle le 26 novembre 2020 à la FLSHS. La sociologue est détachée de l’université tunisienne et responsable d’un programme de recherche à l’IRMC depuis 2017. Ses travaux portent sur la socio-anthropologie du corps, du sport et du genre. En s’appuyant sur le chapitre « L’homosexualité en Tunisie. Retour sur un terrain sensible » tiré d’un ouvrage collectif , Monia Lachheb nous a amenés à réfléchir sur les terrains sensibles à partir de son expérience de recherche sur l’homosexualité en Tunisie, après 2011. La séance a apporté un éclairage et une réflexion approfondie sur les outils méthodologiques et la particularité d’un tel terrain. La chercheure a souligné l’importance de l’éthique, la relation enquêteur-enquêtée et la position du/de la chercheur.e par rapport à son objet d’étude. Monia Lachheb a mis en évidence les stratégies adoptées par le chercheur pour contourner les difficultés rencontrées pendant la réalisation de l’enquête. La discussion a été prolongée par une deuxième séance à distance : la chercheure a répondu aux questions relatives au métier du chercheur et aux procédures de la lecture et de l’écriture scientifique.

Dans le même sillage des terrains délicats, Betty Rouland, géographe et chercheure à l’IRMC a apporté son témoignage sur l’enquête menée auprès des populations migrantes et vulnérables. Son article « La santé des migrants internationaux dans la province d’Almería : indicateur de différenciations et d’inégalités » révèle les inégalités de la santé à travers l’étude des migrants internationaux installés dans la province d’Almería (Andalousie, Espagne). Betty Rouland a élargi la réflexion en expliquant le processus de construction du projet de recherche dans le champ de la migration. Elle a aussi évoqué les défis relatifs à l’accès au terrain et l’importance de la collaboration avec d’autres acteurs pour y parvenir. La chercheure a mobilisé une méthodologie intégrant approches quantitative et qualitative pour s’adapter à un terrain mouvant, comme elle a intégré l’échelle en tant qu’outil d’analyse des enjeux de santé locaux et globaux du monde contemporain. L’enquête a exigé une présence sur une longue durée et une implication du/de la chercheur.e, ainsi qu’une flexibilité dans le repérage et l’ajustement de différentes « lentilles » d’observation et d’écriture. Pour appréhender les inégalités en matière de santé entre différents groupes migrants, Betty Rouland ne s’est pas contentée de raconter son enquête en Espagne, elle est revenue sur d’autres terrains qu’elle a réalisés à Sfax auprès de migrants « médicaux » libyens tout en explicitant plusieurs concepts et variables. Dans une Tunisie en mutation, les étudiant.e.s ont pu découvrir comment se déroule l’expérience de la recherche scientifique « ici et maintenant ». 

La troisième rencontre avec Jamie Furniss, chercheur à l’IRMC, anthropologue spécialiste de l’urbain et de l’environnement nous a transportés d’Almería au Caire. Son corpus est composé de courts textes sur le recyclage des déchets, avec illustrations et photos, publiés dans le catalogue du MUCEM . Le chercheur a souligné qu’il était habité par une envie de déconstruire les préjugés et les stéréotypes pour reconstruire de nouveau. Il réfute l’idée que le problème des déchets est spécifique au « Sud », confirmant qu’en Europe, la production de déchets est importante, car dépendant de la valeur du produit intérieur brut (PIB), élevé dans les pays du Nord. Jamie Furniss estime que la notion d’« économie circulaire » dont l’objectif est de recycler les déchets pour produire des biens et des services, n’est pas une invention économique moderne ou occidentale. Elle a existé sous d’autres formes. Le chercheur s’est lancé dans le terrain afin de retracer le processus de recyclage des déchets à partir de l’expérience de deux catégories : les acheteurs ambulants d’objets encombrants : Bikia, et les collecteurs des déchets : Zabbalines. Il dresse le portrait des deux catégories en révélant quelques traits significatifs, comme celui d’une transmission héréditaire du métier. Si le facteur économique est déterminant dans le choix des métiers de recyclage, ces collecteurs, au-delà de leurs rôles de ramasseurs de déchets, représentent des acteurs historiques et sociaux. Ils façonnent l’espace urbain, questionnent la hiérarchie des rapports sociaux et interrogent le pouvoir public. Jamie Furniss souligne l’utilité des supports visuels (photos, films, etc.) artistiquement et méthodologiquement, car ils facilitent le travail du chercheur. 

Retour au Maghreb avec l’invité de la quatrième séance qui s’est tenue le vendredi 21 avril 2021. Pierre Vermeren est professeur d’histoire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chercheur détaché à l’IRMC et spécialiste du Maghreb et des mondes arabo-berbères contemporains. Il a travaillé sur l’histoire politique des pays du Maghreb et particulièrement la Tunisie et le Maroc. Il a proposé deux articles différents par le style et la longueur, mais aussi par les publics auxquels ils sont destinés. Le premier intitulé « Le Maghreb assiégé par la crise du Coronavirus et le moyen de s’en sortir » a été publié dans la revue spécialisée en géographie et en géopolitique Hérodote ; le second « Ce que cache le procès en “génocide” fait par Alger et Erdogan à la France » est plutôt un article de presse qui est paru dans le quotidien français Le Figaro. Inscrit au cœur de l’actualité, Pierre Vermeren compare, dans le premier article, la politique sanitaire liée à la crise de la Covid-19 dans les trois pays du grand Maghreb et en France. Dans le second article, il parcourt l’histoire des relations entre la France, l’Algérie et la Turquie, à travers les propos des responsables politiques se lançant des accusations mutuelles. L’historien a débroussaillé des termes fréquemment utilisés et qui prêtent à confusion : « crime contre l’humanité », « génocide » et « crime de guerre ». Comparant les deux articles, il expose la différence entre l’écriture d’un texte synthétique et d’un texte analytique ainsi que les raisons qui amènent le chercheur à écrire pour différents publics. 

Passant de l’écrit à l’image, la dernière rencontre du séminaire a accueilli Ons Kamoun enseignante-chercheure et cinéaste, chercheure associée à l’IRMC. Au cours de deux séances, elle a apporté un regard réflexif sur l’écriture cinématographique et/ou l’anthropologie visuelle, son rapport aux sciences sociales à partir d’un corpus composé de deux courts métrages : L’Absent الغايب de Sana Ben Zaghdane (2014) et Absence de Donia Saadi, Linda Slama et Amen Zaouali (2017). La cinéaste valorise la connaissance à travers l’image en anthropologie et l’exploration des champs longtemps restés marginaux, comme le corps et les émotions. Elle explique les étapes de la réalisation d’un film ethnographique. Un travail de recherche, de lecture et d’écriture est indispensable avant d’aller sur le terrain pour filmer des acteurs sociaux en train d’agir, de communiquer et de vivre des expériences quotidiennes. Ons Kamoun souligne le positionnement particulier de la part du chercheur-cinéaste, entre objectivité et subjectivité. 

 

Ces séances ont formé la toile de fond des chantiers d’écriture : des lectures en partage ont représenté une opportunité de débat et d’échange entre les chercheur.e.s et les étudiant.e.s qui ont tiré profit des retours d’expérience des invité.e.s du séminaire, à propos du choix de l’objet, des difficultés du terrain et au cours de la phase d’écriture. Cet apprentissage a consisté à mettre en dialogue chercheur.e.s  confirmé.e.s et étudiant.e.s à travers divers champs disciplinaires. La valeur ajoutée de cet atelier réside dans la qualité des intervenant.e.s qui se sont prêté.e.s à l’exercice en proposant des supports différenciés et en revenant sur les étapes de la réalisation de l’article. Les débats avec les auteur.e.s des textes ont permis aux étudiant.e.s de comparer plusieurs genres d’écriture scientifique, de découvrir la particularité de chacun, ainsi que les usages auxquels ils peuvent répondre.

 

 

Références (dans l’ordre d’apparition) :

 Lachheb Monia, 2019, in R. Haj Moussa (dir.), Terrains difficiles. Sujets sensibles. Faire de la recherche au Maghreb et sur le Moyen Orient, Paris, Éditions du Croquant.

Rouland Betty, 2015, « La santé des migrants internationaux dans la province d’Almería : indicateur de différenciations et d’inégalités », L’espace politique, vol. 26, n° 2, [En ligne : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.3526].

Chevallier Denis, Tastevin Yann-Philippe (dir.), 2017, Vies d’ordures. De l’économie des déchets, Marseille, Mucem-Artlys, (catalogue de l’exposition).

Vermeren Pierre, 2021, « Le Maghreb assiégé par la crise du Coronavirus et le moyen de s’en sortir », Hérodote, vol. 180, n° 1, 165-179

Vermeren Pierre, 2021, « Ce que cache le procès en “génocide” fait par Alger et Erdogan à la France», Le Figaro, 9 mars, [En ligne : https://www.lefigaro.fr/vox/societe/pierre-vermeren-ce-que-cache-le-proces-en-genocide-fait-par-alger-et-erdogan-a-la-france-20210309].

 



Citer ce billet
IRMC (2021, 27 juillet). Chantiers d’écriture : lectures en partage. Le carnet de l'IRMC. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qijd

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search