In the Mirror of the European Neighbourhood (policy): Mapping Macro-Regional Imaginations (IMAGEUN)

Par Betty Rouland et Étienne Toureille (Postdoctorant – ANR-DFG IMAGEUN – CNRS/FR)

___________________________________________________________

De rencontres fortuites peuvent émerger des recherches innovantes à l’instar du projet franco-allemand “In the Mirror of the European Neighbourhood (policy): Mapping Macro-Regional Imaginations” (IMAGEUN), qui a débuté officiellement le 1er septembre 2020. Cette recherche s’inscrit dans le cadre des appels à projets franco-allemands en sciences humaines et sociales financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) et la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) pour une période de 36 mois.

Fortuitous meetings can lead to the emergence of innovative research projects. For instance, the Franco-German project “In the Mirror of the European Neighbourhood (policy): Mapping Macro-Regional Imaginations” (IMAGEUN), which officially started on the 1st of September 2020.This research project is part of the Franco-German call for projects in Human and Social Sciences funded by the French National Research Agency (ANR) and the German Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) for a period of 36 months.

يمكن أن تفرز لقاءات غير مبرمجة مسبّقا  عن بحث مبتكر مثلا للمشروع الفرنسي الألماني « في مرآة الجوار الأوروبي (سياسة): رسم خرائط تخيلات إقليمية كلية »(IMAGEUN)، الذي  إنطلق رسميًا في 1 سبتمبر 2020. هذا البحث هو جزء من الدعوات الفرنسية الألمانية لبعث مشاريع في العلوم الإنسانية والاجتماعية بتمويل من وكالة الأبحاث الوطنية (ANR)   ومؤسسة الأبحاث الألمانية (DFG) لمدة 36 شهرًا.

__________________________________________________________

L’Union Européenne (UE) traverse une phase de profonde restructuration spatiale et sociale. En effet, son territoire s’est élargi depuis 2004 grâce à l’adhésion de 13 pays d’Europe orientale et méridionale ; elle s’est dotée d’une nouvelle constitution sous la forme du traité de Lisbonne entrée en vigueur au 1er décembre 2009 ; elle tente de se sortir d’une grave crise financière et de la montée de nationalismes autoritaires dans et autour de la région ; enfin, avec le Brexit, elle accuse aujourd’hui la perte d’un membre, pour la première fois de son histoire. Simultanément, le voisinage de l’UE subit de profondes transformations. Non seulement le «voisinage» peut se modifier par l’adhésion ou la sécession (Brexit) mais aussi en raison de changements géopolitiques, tels que le conflit en Ukraine, les effets des soulèvements populaires dans les pays arabes (Tunisie, Égypte, Syrie, Libye) et les nouvelles stratégies de puissance de la Turquie, de la Russie, de l’Iran ou de l’Arabie Saoudite. La forme socio-spatiale de l’ensemble de la macro-région qui entoure l’UE, souvent appelée le « voisinage européen », a donc considérablement changé. Au-delà de l’UE et de ses voisins, les équilibres du monde qui semblaient stables au niveau macro-régional, sont en pleine mutation. Ces transformations du découpage macro-régional du monde et les significations changeantes de « l’Europe », de l’UE et des relations avec ses « voisins » se trouvent au centre de ce projet.

Dans ce contexte, nous proposons d’explorer les imaginaires géographiques de cette macro-région et les espaces d’interactions avec lesquels elle interagit, en nous concentrant sur cinq pays clés dans et autour de l’UE : l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, la Tunisie et la Turquie. Trois corpus d’analyse seront traités à travers des méthodes mixtes de recherche : des enquêtes menées auprès d’étudiants dans l’enseignement supérieur, auprès d’acteurs économiques clés et l’analyse de corpus médiatiques. Ce faisant, le projet vise à contribuer aux débats universitaires contemporains sur la macro-régionalisation du monde, l’européanisation, la forme socio-spatiale de l’Union Européenne, son identité et son rôle international, mais aussi les macro-régionalisations concurrentes qui se développent à l’intérieur de l’espace d’étude constitué par l’UE et les pays voisins. Plus concrètement, ce projet est guidé par deux ambitions principales. En premier lieu, il vise à réaliser une étude comparative des imaginaires géographiques dominants de cinq pays à travers trois niveaux d’analyse géopolitique décisifs pour la formation de macro-régions imaginaires. Deuxièmement, et en plus des résultats académiques, nous souhaitons travailler activement avec les acteurs macro-régionaux. En tant que tel, la collaboration avec d’autres chercheurs, groupes de réflexions, acteurs politiques et journalistes est un élément essentiel et durable de ce projet, qui assurera une large visibilité publique des résultats grâce à l’inclusion de ces citoyens et acteurs dans le processus de recherche.

À l’origine de cette collaboration, de part et d’autre du Rhin, Veit Bachmann (Goethe University, Frankfurt) et le professeur Claude Grasland (Collège International des Sciences Territoriales, Université de Paris) sont les coordinateurs scientifiques du projet ANR-DFG IMAGEUN. Au prisme d’analyses variées (diplomatie, représentations sociales, aménagement du territoire européen), ces derniers ont porté des projets de recherche qui s’attachent à analyser les dimensions géopolitiques des relations de l’Europe avec le reste du monde (Eurobroadmap, 2012 [1]) ou dans des régions plus spécifiques (EuroGaps, 2016). Concernant l’équipe française, sont impliqués : Arnaud Brennetot (maître de conférence, UMR IDEES, Rouen),  Pierre Beckouche (professeur, UMR LADYSS, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne),  Sophie de Ruffray (professeure, UMR IDEES, Rouen),  Clarisse Didelon (professeure, UMR Géographie Cités, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Antoine Laporte (maître de conférence, UMR EVS, ENS Lyon),  Étienne Toureille (CNRS – Collège International des Sciences Territoriales) postdoctorant et coordinateur adjoint recruté dans le cadre du projet ANR-DFG IMAGEUN et Camille Dabestani, doctorante recrutée dans le cadre du projet (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne). L’équipe allemande comprend le professeur Georg Glasze (FAU, Institut de Géographie d’Erlangen) et Laura Schuhn (doctorante à la FAU, recrutée dans le cadre du projet). Enfin, les principaux partenaires des trois pays en dehors de l’UE sont Julian Clark (University of Birmingham, Royaume-Uni), le professeur Murat Güvenç (Kadir Has Üniversitesi, Turquie), Alun Jones (University of Dublin) et Betty Rouland (IRMC, Tunis).

 

  • Figure 1 : Trois découpages du monde vus de Turquie : les fréquences d’inclusion des pays à l’« Europe », l’ « Asie », l’ « Afrique »

Note sur la figure : Les trois cartes représentent les fréquences d’inclusion des différents pays de l’espace d’étude dans trois régions du monde (l’« Afrique », l’« Asie », l’« Europe ») délimitées à la main sur des fonds de cartes imprimés par 734 étudiants turcs [2]. Les courbes de fréquence cumulées représentent la distribution des mêmes pays. Dans le premier cas, elle permet de mettre en évidence une courbe en « S » qui signale une distribution bimodale et l’existence de deux ensembles clairement distincts : un peu plus d’un tiers des pays situés sur la carte sont presque toujours intégrés à la région « Europe » (par plus de 90% des étudiants), contre deux tiers de pays qui en sont presque toujours exclus (par plus de 90%).

  • Figure 2: Fréquence d’inclusion. Dans quelle partie du monde les étudiants situent leur pays…

Note sur la figure : Ces quatre cartes représentent les fréquences d’inclusion des différents pays à la partie du monde délimitée dans laquelle les étudiants des différents pays le situent. Les tracés sont réalisés sur un fond de carte vierge du monde en projection polaire sur lequel sont tracées les frontières. La question était formulée de la manière suivante : « Sur la carte suivante, dessinez vos propres divisions du monde (15 au maximum) ? Quels noms donneriez-vous à chacune des zones ? ».

Source : Lambert N., Didelon C., 2011 pour l’Enquête Eurobroadmap (2009) [3]

English version

The European Union is in a phase of substantial spatial and social restructuring: its territory has increased through the accession of 13 Eastern and Southern European countries since 2004; it has given itself a new constitution in form of the Lisbon Treaty; it is trying to cope with a severe financial crisis and the rise of nationalism and autocratic appeal in and around it; and currently it has to work through the loss of a member for the first time in its history. Simultaneously, the EU’s neighbourhood is also undergoing severe transformations. Not only because the “neighbourhood” changes in form of accession to the EU or secession from it (Brexit), but also in light of geopolitical shifts, such as the conflict in Ukraine, the effects of the Arab revolutions (including the wars in Syria and Libya) and the power aspirations of Turkey, Russia, Iran and some Arab States. The socio-spatial shape of the entire macro-region around the EU, often termed the “European neighbourhood”, thus, has been changing substantially – and with it the relations between EU-members and non-members within this macro-region. Also beyond the EU and its neighbourhood, seemingly stable macro-regional orderings of the world are in flux. These transformations of global macro-regional ordering and the changing meanings of “Europe”, the EU and the relations with its “neighbours” are in the centre of this project.

Against this background, we propose to explore geographical imaginations of the socio-spatial shape of this macro-region and the spaces of interaction within it, focusing on five key countries in and around the EU: Germany, France, the UK, Tunisia, and Turkey. Then, three levels of geopolitical analysis will be covered: higher education systems, political stakeholders, media outlets. In so doing we will contribute to contemporary academic debates on macro-regionalization, Europeanization, the sociospatiality of the EU, and its international identity and role – including the relations with its neighbourhood and the socio-spatial shape of a larger (European) macro-region around it. More concretely, we pursue two key ambitions. Firstly, we aim to develop a comprehensive and dual comparative account of dominant geographical imaginations between five countries and three levels of geopolitical analysis decisive for shaping such imaginations. Secondly, and in addition to the academic output, we intend to not only study geopolitical agents on these levels but actively work with them for collectively developing visions on the future socio-spatial shape of the macro-region. As such, collaboration with fellow researchers, think tanks, political stakeholders and journalists is an essential and enduring part of this project that ensures broad public visibility and high political buy-in through the inclusion of these agents in the research process.

.

[1] Beauguitte Laurent, Didelon Clarisse, Grasland Claude, 2012, « e projet EuroBroadMap. Visions de l’Europe dans le monde », Politique européenne, vol. 2, n° 37, 156-167, [En ligne : 10.3917/poeu.037.0156]. Voir également les archives ouvertes du projet [En ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/EUROBROADMAP].

[2] Toureille Étienne,  2017,  La Turquie en Europe, la Turquie dans le Monde ; analyse d’une catégorie macro-régionale au regard d’une géographie des représentations de l’Europe et du Monde turco-centrée, thèse de doctorat, Université Paris 7 Diderot.

[3] in Grasland Claude (dir),  2011,  Cross country synthesis, livrable du projet « EuroBroadMap. Visions de l’Europe dans le monde », [En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00654536].

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search