Compte-rendu : Présentation de l’ouvrage « L’Algérie au présent », Sous la direction de Karima Dirèche

Manon Rousselle est en volontariat international à l'IRMC depuis 2019, en charge des projets scientifiques et de la valorisation de la recherche.
Retour en image sur la présentation d’ouvrage de Karima Dirèche le 29 janvier 2020 dans la bibliothèque de l’IRMC.

Le 29 janvier 2020, Karima Dirèche, directrice d’études au CNRS (TELEMME) et ancienne directrice de l’IRMC, est venue présenter l’ouvrage sous sa direction, L’Algérie au présent. Entre résistances et changements, paru en 2019 aux éditions IRMC- Karthala. L’objectif de ce que plusieurs collègues ont appelé un « travail colossal » est de donner un aperçu multidimensionnel de l’Algérie contemporaine : les dynamiques qui ont traversé les trente dernières années et les enjeux actuels, dans une perspective analytique poussée.

Cet ouvrage regroupe une soixantaine de contributions, mettant en valeur aussi bien la jeune recherche que les chercheurs confirmés. Un tiers des contributeurs sont des collègues de l’Université algérienne. Lors de son intervention, Karima Dirèche est revenue sur les difficultés à travailler sur l’Algérie et sur la genèse de cet ouvrage.

Les conditions de production du savoir en Algérie

Karima Dirèche explique qu’au lancement de ce projet, les contributions manquaient sur l’Algérie contemporaine. En effet, les propositions portaient sur des thématiques trop spécifiques et sèches ou relevaient de recherche-action, qui sont certes privilégiées, en général, par les politiques des universités, mais qui ne permettent pas de rentrer dans le cadre d’un ouvrage collectif à visée académique.

Un constat a émergé : les SHS semblent bouder l’Algérie. Ce pays a longtemps été considéré comme un pays hors-champs dont les expériences historiques auraient constitué une spécificité historique, économique et religieuse, créant un modèle algérien qui ne s’appliquerait qu’à lui-même, ne se soumettant pas à l’analyse critique et à la déconstruction de ses catégories théoriques. À ce propos, Karima Dirèche cite Abdallah Mazouni qui expliquait, il y a cinquante ans, qu’en Algérie tout est spécifique « même les oranges » [MAZOUNI Abdallah, 1969, Culture et enseignement en Algérie et au Maghreb, Paris, Éditions Maspero]. Pourtant une recherche de qualité existe bel et bien en Algérie, mais elle n’est pas assez mise en valeur. 

Dans la formation doctorale, on ne pousse pas assez les jeunes chercheurs à écrire et à publier. Ils manquent d’outils méthodologiques nécessaires à la rédaction d’articles et d’ouvrages internationaux. C’est ce qui s’est imposé, brutalement, à la chercheure, lors de ses premières tentatives de récolte des travaux. Elle insiste sur l’absence, au premier abord, de la sociologie politique et de l’historie contemporaine qui reflète les difficultés qu’affronte la recherche en contexte autoritaire. L’autocensure se pratique de manière presque automatique et certains objets de recherche sont tout simplement inenvisageables.

Elle explique ainsi la surprise manifeste des observateurs devant les événements de 2019 en Algérie. Les manifestations citoyennes, le hirak, ont semblé sortir de nulle part, même pour les analystes les plus attentifs. Les clés de compréhension restent encore insuffisantes pour analyser ce phénomène.

Rappelons que Karima Dirèche présente les conditions de la recherche et les protestations en Algérie dans son article « Écrire sur l’Algérie. Les SHS à l’épreuve de la mobilisation citoyenne du 22 février 2019 » paru dans L’Année du Maghreb en 2019.

1. DIRECHE Karima (dir.), 2019, L’Algérie au présent. Entre résistances et changement, Paris-Tunis, IRMC-Karthala, « Hommes et sociétés ».

Une genèse chaotique

Pour toutes ces raisons, les premiers travaux qu’elle a reçus ne permettaient pas de faire valoir la qualité des recherches, la réalité sociale de l’Algérie et encore moins les terrains de recherche. C’est dans l’optique de pallier à ce déficit que la chercheure a persévéré dans ce projet. Néanmoins, sa genèse s’est avérée plus que difficile. Initié en 2011 lors de l’affectation de Karima Dirèche au Centre Jacques-Berque à Rabat, cet ouvrage aurait dû aboutir pour le cinquantenaire de l’indépendance algérienne en 2012. L’appel à contributions a dû être relancé en 2017 et la parution, reportée à 2019, alors que l’actualité algérienne est au cœur des débats, avec les mobilisations citoyennes.

Lors de son directorat à l’IRMC, Karima Dirèche a rencontré de nombreux enseignants-chercheurs algériens et de jeunes docteurs qui n’avaient aucune visibilité. Soucieuse de mettre en valeur leurs travaux, elle les a préférés aux grands noms de la sociologie algérienne qui sont, a
contrario, trop visibles.

Cet ouvrage est donc une tentative d’approche, par des entrées très diverses, en un tableau cohérent, renvoyant à des enjeux cruciaux faisant sens dans la société algérienne. Très fourni, il off re un aperçu général de l’Algérie contemporaine, pays pluriel qui a subi de nombreuses évolutions au cours de ces dernières années. Des questions d’histoire et de mémoire, de langue, de culture et identité, d’aménagement du territoire, de ruralité, de villes nouvelles, d’eau, d’agriculture, etc. sont analysées. Les textes sont volontairement courts, écrits dans une langue accessible, pour permettre une lecture diversifiée et plus aisée. Si d’aspect extérieur, ce livre est conséquent, il a vocation
à être feuilleté pour y chercher des entrées thématiques.

Ce sont tous ces défis que met en perspective l’ouvrage. Karima Dirèche fait ainsi le constat des lacunes méthodologiques de la recherche en Algérie qui renvoient à des difficultés liées à la problématisation, à la rédaction et à la structuration de cette recherche algérienne. Pourtant, aujourd’hui, les rapports complexes entre sciences et pouvoir sont en redéfinition au Maghreb et cela, plus intensément encore en Algérie.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°27, avril-mai-juin 2020, parue en juillet 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.