Atlas de l’Égypte contemporaine

Jamie Furniss est maître de conférence en anthropologie à l'Université d'Edimbourg. Il conduit depuis 2019 un programme de recherche à l'IRMC sur "Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain". 

En 2020, le CEDEJ, UMIFRE implantée au Caire depuis 1968, publie un Atlas de l’Égypte contemporaine. Cet ouvrage, étonnement le premier en son genre, présente les contributions de plusieurs chercheur-e-s, notamment celles/ceux accueilli-e-s au CEDEJ ces dernières années. Il donne un aperçu des travaux actuels sur l’Égypte, toutes disciplines de sciences humaines et sociales confondues – et pas uniquement en géographie. Les documents accompagnant les articles n’ont donc pas tous une dimension spatiale.
En binôme avec le géographe Pierre Desvaux, nous avons publié deux articles dans l’Atlas : le premier, dans la rubrique « Le Grand Caire », sur le système de ramassage des déchets de la capitale égyptienne ; l’autre, dans la rubrique « Environnement et économie », sur l’économie de recyclage au Caire. Ces travaux sont le fruit de longs terrains individuels et conjoints, menés entre 2009 et 2016. En 2009, nous avons, pour la première fois, travaillé ensemble sur le terrain égyptien. Puis, entre 2014 et 2016, nous avons effectué plusieurs terrains successifs, visant à retracer et décrire les différents maillons de la chaîne de valeur de plusieurs filières de recyclage. Ces recherches ont contribué à l’exposition « Vies d’ordures » en 2017, au Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) à Marseille. J’étais alors responsable des enquêtes de terrain pour le pavillon Égypte de l’exposition, l’un des trois sites phares de l’exposition.

BAYOUMI Hala & BENNAFLA Karine (dir.), 2020, Atlas de l’Egypte contemporaine, CNRS Editions.

La collecte des déchets au Caire

Dans le premier article, nous rappelons que, depuis le milieu du XXe siècle, les déchets ménagers et commerciaux du Caire sont ramassés de porte-à-porte par les zabbâlîn (« chiffonniers »), suivant des parcours et des découpages territoriaux héréditaires. Acteurs du secteur « informel », les zabbâlin privilégient les quartiers aisés et travaillent aussi avec des
entreprises, sources des déchets les plus rentables. Leur modèle économique consiste à élever des cochons sur les déchets organiques, à trier et revendre les matières premières recyclées (plastique, carton, cannette, verre). Il dépend donc grandement de la valeur de ces déchets, en tant que matières recyclables.

Le rôle des zabbâlîn a fortement évolué depuis les années 1980 en raison de plusieurs facteurs : la croissance et la complexification de leurs activités de recyclage (broyage, lavage et extrudage du plastique) ; l’abattage, en 2009, de leur cheptel de cochons élevés sur les déchets organiques dans des enclos appelés zarâyeb ; les recompositions provoquées par l’arrivée d’entreprises étrangères de gestion des déchets dans les années 2000.

Depuis les années 1970, avec les premières actions humanitaires de Sœur Emmanuelle dans les bidonvilles des chiffonniers, les zabbâlîn font l’objet de nombreux projets de la part d’acteurs du développement. Ceux-ci ont souvent mis l’accent sur les très hauts taux de recyclage et sur le fait que les zabbâlîn fournissent un service sophistiqué à très faible coût. Les autorités étatiques, pour leur part, considèrent que les zabbâlîn véhiculent une image peu flatteuse de l’Égypte et de ses conditions sanitaires. La charrette à âne utilisée par les zabbâlîn, dont l’usage a été interdit à de nombreuses reprises (sans effet), est emblématique de ce débat. Ce mode de transport est désormais minoritaire face aux pickups
customisés. Malgré l’importance indéniable des zabbâlîn, le système de gestion des déchets au Caire ne se résume pas à ces seuls acteurs.

Au début des années 2000, l’État égyptien signe une série de contrats d’une durée de 15 ans avec des entreprises privées de gestion des déchets. Ces sociétés sous contrat de délégation, rémunérées grâce à une taxe sur les factures d’électricité, se concentrent sur les espaces publics, les quartiers pauvres et les déchets sans valeur commerciale. Peu préparées aux réalités urbaines et sociales égyptiennes, deux d’entre elles ont rompu prématurément leur contrat. La société espagnole ENSER déclenche une polémique en apposant sur ses bennes le logo de la ville du Caire avec des minarets : elle fut obligée de gommer cette représentation associant un lieu de prières aux ordures.

Avec la mise en place de ce système de délégation, certains zabbâlîn travaillent en sous-traitance pour ces entreprises internationales, progressivement remplacées par des entreprises nationales. Ils assurent la collecte et rapportent les déchets dans leurs quartiers pour y extraire les matières recyclables, puis ils déposent le surplus non recyclé dans les points de transfert gérés par l’entreprise. 

L’économie de recyclage

En 2012, la production quotidienne de déchets municipaux solides (entreprises et ménages) pour le Grand Caire est estimée à environ 23 000 tonnes, dont près des deux-tiers serait ramassé. Les taux de valorisation des matières recyclables par les entreprises délégataires n’excèdent pas 10 à 15%. Ces chiffres, ainsi que les amoncellements visibles de déchets en ville, donnent l’impression d’une prise en charge insuffisante et d’une « crise continue ».

Ce portrait doit toutefois être nuancé à la lumière des volumes de déchets produits et des taux de valorisation par le secteur « informel ». En effet, la production de déchets par habitant en Égypte, environ 300 kg/hab/an, est plutôt faible comparée aux pays développés – les pays de l’Europe de l’Ouest produisent, en moyenne, 600 kg/hab/an. Qui plus est, les taux correspondants à la valorisation des déchets mise en place par les gouvernements locaux et les entreprises privées formelles ne permettent pas d’expliquer les nombreuses pratiques de récupération, réemploi et recyclage que l’on peut observer dans tout le pays et plus particulièrement au Caire.

Dans notre deuxième article, nous montrons que ces pratiques relèvent d’initiatives privées et sont portées par une multiplicité d’acteurs parmi laquelle deux grands ensembles se distinguent : les zabbâlîn et les ramasseurs d’encombrants (bekkia). Tous deux intéressés par les déchets
ménagers, ils sont organisés autour des réseaux mis en place par leur communauté respective.

Les déchets issus des activités industrielles, pour leur part, sont traités à proximité des zones de production, comme dans le quartier de Shubra el-Kheima ou dans la ville nouvelle du 6 Octobre. Les filières de valorisation
traditionnelles concernent principalement les déchets organiques qui servent à nourrir les élevages de cochons mais également les chiffons ou encore les os, permettant de fabriquer de la colle, par exemple. Ces filières de valorisation tendent à disparaitre pour plusieurs raisons. D’abord, l’évolution des modes de consommation des Cairotes génère des déchets différents. La part des produits manufacturés, et notamment des emballages (et donc du plastique, du carton et de l’aluminium), tend ainsi à augmenter même si les déchets organiques représentent toujours la grande majorité des déchets récupérés (56%). En conséquence, les moyens techniques affectés à la valorisation des déchets se sont adaptés et permettent aujourd’hui de traiter les différentes matières issues du gisement. Les machines de recyclage que l’on trouve dans les ateliers de Manshyet Nasser (plus gros quartier de la
communauté des zabbâlîn) ont d’abord été importées d’Asie de l’Est (Chine, Taïwan par exemple) avant qu’un savoir-faire local ne se développe. Les réparateurs ont progressivement acquis une expertise autour de l’entretien de ces machines aboutissant à l’émergence d’ateliers de conception et de fabrication. Ces machines Made in Egypt sont désormais exportées depuis l’Égypte, vers des pays arabophones avoisinants (Libye, Soudan par exemple). Non seulement moins chères, elles ont aussi subi des modifications qui les rendent plus facilement réparables et mieux adaptées au contexte local que les machines d’origines.

La vente de plastique recyclé en Chine à partir des années 2000 a largement reconfiguré l’économie des zabbâlîn. Ce trafic a été entravé par des taxes à l’export du côté égyptien pour être ensuite complètement arrêté, en janvier 2018. En effet, la Chine établit de nouvelles réglementations à l’importation de matières premières secondaires exigeant des seuils de pureté extrêmement élevés, afin de favoriser le recyclage domestique en Chine.

Le ramassage des encombrants relève d’un ensemble d’acteurs rassemblé sous le terme de bekkia, en référence aux acheteurs ambulants d’objets et de matériels dont les propriétaires souhaitent se débarrasser. Cette activité débouche sur deux circuits principaux pour la valorisation de ces déchets : d’une part, les filières de réparation et de réemploi et d’autre part, les filières de recyclage, distinctes des ateliers des zabbâlîn car les matières concernées sont différentes. 

Les objets récoltés sont ainsi amenés dans des quartiers comme celui d’Ezbet Abu-Hashish où sont effectuées les opérations de tri et de démontage, avant d’être redirigés vers des espaces de revente comme le Souq el-Gomaa, pour la réparation et la revente, ou vers des quartiers dédiés au recyclage comme celui d’Abu Zaabel. Le souq el-Gomaa (littéralement « le marché du vendredi ») est un espace de revente d’objets de seconde main organisé autour d’une multiplicité d’ateliers se spécialisant dans un domaine particulier (électronique, électricité, électroménager, mobilier, antiquités, etc.) qui n’est pas sans rappeler les puces françaises à la différence qu’y prennent place des activités de réparation. 

Nous montrons ainsi, à travers ces articles, que le système de gestion des déchets au Caire inclut une grande diversité d’acteurs, d’infrastructures et de sites. Nous essayons de démontrer de quelle façon les nouveaux modes de gestion des déchets témoignent de changements néolibéraux dans la conception du rôle et des attributs de l’État, tout en essayant de complexifier le récit sur la « privatisation » de la collecte des déchets au Caire. L’appropriation du travail historique des zabbâlîn par des entreprises sous contrat de délégation est plus complexe qu’une simple « privatisation » s’inspirant des principes de gouvernance néolibérale prônés par les bailleurs de fonds internationaux. Nous tentons également de mettre en lumière le dynamisme des économies informelles de recyclage, qui, selon nous, complexifie le récit concernant le recyclage et dément les représentations communes à l’égard de la circulation transnationale des déchets et la sévérité du problème des déchets dans les pays où la prise en charge publique est lacunaire.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°27, avril-mai-juin 2020, parue en juillet 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.