L’homosexualité en Tunisie. Retour sur un terrain sensible

Monia Lachheb est chercheure en sociologie à l'IRMC, détachée de l'Université tunisienne depuis 2017. Son programme de recherche porte sur les sexualités dites non-normatives en Tunisie et au Maghreb. 

Monia Lachheb contribue à l’ouvrage collectif Terrains difficiles, sujets sensibles. Faire de la recherche au Maghreb et sur le Moyen Orient, sous la direction de Ratiba Hadj-Moussa, issu du colloque du même nom.

Rendre compte du vécu du chercheur et de celui des enquêté·e·s sur le terrain est partie intégrante de l’expérience de la recherche et témoigne de la complexité du processus de connaissance, notamment en sciences sociales. Dans cette perspective, il est question, dans cette contribution, de rendre compte d’un retour sur une expérience de terrain portant sur l’homosexualité en Tunisie.

La recherche s’est construite progressivement depuis l’émergence de l’homosexualité dans les débats publics au lendemain des soulèvements sociaux de 2011. Elle s’interroge sur les parcours de vie d’un groupe de jeunes gays et lesbiennes dans un contexte politique et socioculturel hostile à l’homosexualité. En effet, cette forme de sexualité dite « non normative » demeure, en Tunisie, une pratique illicite, définie  essentiellement par une interprétation dominante de l’islam et criminalisée par le Code pénal en vigueur. L’homosexualité constitue, à ce titre, un objet sensible et un terrain difficile qui exige la mise en œuvre de
« bricolages » méthodologiques et d’ajustements multiples pour contourner des conditions contraignantes.

Le travail de terrain ne peut pas être statique et construit selon un schéma linéaire. L’identification de la population de l’étude, la construction des relations favorables pour la collecte des données, la reconnaissance des codes de l’échange avec les acteurs/actrices, la gestion de l’affectivité qui émerge dans le cadre des interactions, conduisent à des négociations et des formes d’arrangements variées. Des situations d’enquêtes singulières sont traversées par des moments difficiles, des silences et les émotions, souvent intenses, rappellent la difficulté de dire l’homosexualité et entravent le déroulement de la narration. Les charges émotionnelles traversent le terrain d’enquête et nécessitent une attention particulière. De fait, la relation enquêteur.trice / enquêté·e·s n’est pas une simple interaction qui vise la collecte de données. Elle est aussi une relation humaine et tient donc compte de la
part affective de l’échange.

Résumé d’article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.