Etre chercheur au temps du Coronavirus : « le retour à la vraie vie » ?

Oissila SAAIDIA
Professeur des Universités en Histoire contemporaine
Directrice de l’IRMC

Tunis, le 3 avril 2020

Alors que le confinement est perçu par l’écrasante majorité de la population comme une période extra-ordinaire, dans le sens premier du terme, c’est-à-dire hors de l’ordinaire, il est pour les chercheurs en sciences humaines et sociales un moment qui relève aussi de « la vraie vie » du chercheur. En effet, le temps de la recherche se répartit, dans ses grandes lignes, en deux moments forts : celui de la collecte de l’information et celui de son traitement. Si dans la première étape du travail scientifique, le chercheur est un être social au contact du monde, dans la seconde étape, il se transforme en reclus. Depuis son bureau, il semble alors s’isoler, y compris de ses proches. Ces derniers doivent apprendre à composer avec ce moment de l’enfouissement, ce tournant décisif où ils savent qu’il va devenir difficile de respecter les usages d’une vie « normale », notamment durant les week-end et les vacances, pour entrer dans un espace-temps assez proche du monastère. Le plus souvent retiré dans son bureau, le chercheur classe, analyse, interprète pour construire, donner à lire et à penser le monde. Absorbé par son objectif, il semble imperméable à toute autre préoccupation. 

Et pourtant cette période de confinement volontaire n’est pas un repli sur soi qui met hors de la société. Le chercheur n’écrit pas pour lui-même mais pour proposer une lecture qu’il soumet à la communauté scientifique et dont il espère qu’elle servira bien au-delà. Pour parvenir au but, il est nécessaire de lire (beaucoup) tout en poursuivant un laborieux travail d’écriture mais aussi de favoriser les échanges avec les collègues pour vérifier avec d’autres la pertinence de ses résultats. Paradoxalement, le confinement, quand on lui fixe un cadre et un objectif, devient fécond et la crise sanitaire générée par le Covid-19 se révèle déjà propice à de nouvelles hypothèses et au débat. Le Coronavirus oblige chacun d’entre nous à interroger son propre terrain de recherche et à y puiser des pistes pour essayer de donner plus d’intelligibilité au monde qui nous entoure.

Le géographe sera attentif aux différentes échelles d’analyse mobilisées pour la compréhension de la diffusion d’un virus parti d’un marché chinois en décembre 2019 avant de toucher le monde entier aujourd’hui. Il reviendra aussi sur la question des mobilités et des circulations qui sont au cœur de nos sociétés contemporaines et qu’immanquablement cette crise amènera à reconsidérer. L’historien, de son côté, sera interpellé par le caractère « répétitif » des grandes épidémies, notamment de la peste noire du XIVe siècle à la grippe espagnole de 1918, et ne manquera pas de rappeler cet adage qui lui est cher : « l’histoire ne se répète jamais, mais elle bégaie étrangement ». Il reviendra au politiste de repenser le politique à la lumière d’un événement d’envergure mondiale qui questionne tous les jours le fonctionnement de nos institutions démocratiques. Une des grandes nouveautés de ces dernières années reste la valorisation du  « principe de précaution ». Nos élites dirigeantes ont appris à l’intégrer dans leur discours, mais sans pouvoir échapper à un cruel dilemme, choisir, dans des pays fragilisés, entre santé et paix sociale, protection sanitaire et accès de tous aux biens indispensables. Des choix cornéliens auxquels les dirigeants ne peuvent échapper car il n’est pas possible de penser les uns sans les autres. Quant aux sociologues, leurs analyses sont précieuses pour comprendre l’émergence de nouveaux modes d’être en société et analyser les recompositions en cours que le Covid-19 ne fait qu’exacerber. Comment penser le religieux dans un monde confiné où les lieux de culte ont été très vite fermés car perçus comme des lieux potentiels de grande propagation de la maladie et relevant des activités non essentielles ? Beau paradoxe, dans ce monde de l’incertain, que de considérer ces lieux vécus comme le siège de l’espérance par des milliards d’individus comme ne relevant pas de l’indispensable, sans contestation apparente de la part des fidèles. Mais les faits sociaux ne se résument pas au religieux, ils englobent tous les aspects de l’existence (le sport, la danse, le travail et les loisirs, la contestation sociale etc)… et le rapport à la mort. C’est bien toute notre vie sociale qui est touchée.

Cette crise sanitaire interroge aussi les anthropologues face à un phénomène d’ampleur planétaire qui met en évidence la diversité des réponses apportées pour combattre l’épidémie. Or, l’une des ambitions de l’anthropologie n’est-elle pas de penser l’humanité au-delà des « barrières » politiques, linguistiques, culturelles pour s’intéresser à l’humain dans son « essence » ?  La situation provoquée par le Covid-19 offre une opportunité unique de penser un même objet à l’échelle de toute la planète.

Je pourrai allonger la liste des sciences humaines et sociales, évoquer les effets probables de cette expérience inédite sur la littérature ou la philosophie par exemple. Mais l’objet de cette chronique est seulement de rappeler l’importance du rôle critique joué par les sciences humaines et sociales dans un monde qui semblait définitivement voué aux impératifs de la rentabilité et aux lois du marché. Si mon propos est resté général, dans les jours à venir des exemples précis seront proposés par des chercheurs de l’IRMC pour montrer comment leur spécialité nourrit leur approche de cette vie en mode coronavirus et nous donne à (re)penser notre monde.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.