Protestations et mobilisations « environnementales » dans la Tunisie post-2011, entre mouvements spontanés et actions associatives

Il est fréquent d’entendre dire que l’environnement ou que l’écologie ne sont pas des préoccupations importantes en Tunisie. Lors de la présentation au public de la nouvelle « police tunisienne de l’environnement », le ministre de l’environnement Riadh Mouakher a ainsi fustigé « l’absence de conscience environnementale chez les citoyens », reprenant à son compte une formule largement répandue et qui caractérise de manière encore plus spécifique les catégories populaires, pour qui l’environnement ne serait pas « une priorité ». Pourtant, depuis 2011, de multiples mobilisations liées à des problématiques environnementales se sont fait jour, traduisant donc certaines préoccupations environnementales, et elles ne se sont pas cantonnées aux catégories les plus aisées de la population.

Ce décalage entre manque d’intérêt supposé pour l’environnement et présence manifeste des mobilisations tient peut-être aux manières dont les notions d’environnement, ou d’écologie, sont communément appréhendées, et à une représentation étroite de ce que recoupent les mobilisations écologiques…

© nawaat.org

Pour ma part, j’essaie de me placer dans le champ de l’écologie politique (political ecology), dont la littérature a mis en évidence les liens étroits entre dimensions écologiques, sociales et politiques1 : les conditions écologiques sont dépendantes de processus politiques. Inversement, les altérations de l’environnement, dont par exemple les changements climatiques ou les baisses notoires et rapides de biodiversité, affectent les dynamiques sociales, économiques, politiques, et ne peuvent se résumer à des « externalités négatives ». L’écologie politique invite à penser la nature comme produit d’acteurs humains et non humains, qui est aussi un objet de conflit : l’accès aux ressources, aux services, à ce qui permet l’existence, est dépendant de schémas économiques, sociaux, spatiaux, etc.

Joan Martiner Alier, auteur de L’écologisme des pauvres, a consacré une grande partie de ses recherches aux mouvements écologistes du Sud, notamment en Amérique latine. Il y fait usage de la notion de « conflits écologico-distributifs », définis comme des « conflits sociaux autour de l’accès aux ressources et aux services écologiques, et de leur destruction ». Il appelle à élargir et redéfinir la notion de mouvements écologistes : « Ce sont des mouvements écologistes – quelle que soit la langue dans laquelle ils s’expriment – dès lors que leurs objectifs sont définis en termes de besoins écologiques pour la vie : l’énergie, y compris les calories alimentaires, l’eau, l’espace pour se loger »2.

De tels conflits sont légion en Tunisie, autour de l’accès aux ressources et du cadre de vie. En voici un premier inventaire, non exhaustif.

On a observé une montée en puissance des mobilisations en réaction aux coupures d’eau ces dernières années. Au cours de l’été 2016, notamment, ces mobilisations et ces enjeux ont été très médiatisés, car les coupures ont touché les régions touristiques, urbaines, côtières. Mais c’est une réalité plus installée dans certaines régions de l’intérieur ou le scénario se répète tout le temps, où les coupures peuvent durer des mois. Le répertoire des mobilisations se décline en blocages de routes, de voies de chemin de fer, en manifestations, en rassemblements devant le siège de la SONEDE ou des municipalités… Les protestations peuvent aussi prendre d’autres formes, comme la destruction du matériel de la SONEDE ou des Groupements de développement agricole. Des initiatives associatives viennent se greffer à ces mouvements, plus ou moins à distance.

Le contrôle des ressources minières et pétrolières fait l’objet de contestations : citons par exemple le mouvement à Tataouine, le sit-in d’el Kamour, où il existe des revendications ciblées sur l’usage des ressources, la répartition des bénéfices, l’accès à l’information vis-à-vis des quantités extraites, du chiffre d’affaires engendré, etc.

Il existe aussi des mobilisations autour de l’accès à la terre : des mouvements d’occupation des terres détenues auparavant par l’état ou par des privés, avec la remobilisation d’un récit historique, des références à la terre des ancêtres confisquée lors de la période coloniale, comme à Jemna.

Parmi les mobilisations qui concernent le cadre de vie, la question des déchets occupe une place de choix. Après la “révolution », on a vu émerger plusieurs mobilisations de travailleurs. Par exemple, en 2012, les employés de la décharge du gouvernorat de Sfax située à Agareb ont observé un arrêt de travail pour exiger d’être rattachés au ministère de l’environnement et protester contre la sous-traitance – la décharge est gérée par une société privée, tout en faisant mention des mauvaises conditions sanitaires des travailleurs et des maladies auxquelles ils sont exposés. Des mouvements de riverains ont aussi émergé : à Borj Chakir, dans le grand Tunis, à Enfidha, certaines associations se sont proposées d’encadrer les décharges, autour du centre de déchets dangereux du Jradou…

Les protestations contre les pollutions industrielles ont également pris de l’ampleur, par exemple dans le secteur des phosphates à Sfax et à Gabès. Le secteur, dominé par l’entreprise étatique Compagnie des phosphates de Gafsa Groupe chimique tunisien, représente une part notable du PIB et emploie des milliers de personnes. Mais chaque étape de la chaîne de production est responsable de dégâts environnementaux et sanitaires : l’air, le sol, l’eau des zones concernées sont contaminés, avec des conséquences néfastes sur d’autres activités économiques et notamment l’agriculture ; les habitants et les travailleurs témoignent d’une fréquence accrue des maladies respiratoires, cutanées, osseuses, des cancers, sans compter les accidents de travail (fuites de gaz toxiques, brûlures à l’acide). En outre, les processus industriels nécessitent l’utilisation de très grandes quantités d’eau au détriment de la consommation agricole et domestique.

© nawaat.org

Cela m’amène à m’interroger : la montée en puissance des mobilisations liées à l’environnement semble mettre en évidence des contradictions du modèle de développement. Ces mobilisations font intervenir une grande variété d’acteurs, des mouvements de protestation spontanés aux ONG, et s’articuler avec les contestations des profonds déséquilibres sociaux et territoriaux. Dans quelle mesure, fortes de ces interactions, ces mobilisations appellent-elles à transformer ce modèle et sont-elles capables de porter des alternatives ?

Dans cette perspective, je voudrais souligner 4 pistes de questionnement pour orienter ma recherche à ce stade.

Ces protestations s’inscrivent dans des tissus de relations à différentes échelles : liens de solidarité locale ou familiale, rapports avec des acteurs associatifs, des militants politiques ou syndicaux, des acteurs privés, insertion dans des réseaux nationaux et internationaux… L’essor de nouveaux acteurs et de programmes de coopération internationale visant le développement ou le soutien à la transition démocratique, dans lesquelles des fonds sont destinés aux problématiques environnementales, ou encore des initiatives issues de la dynamique des Forums sociaux mondiaux, peuvent influencer le mode d’organisation des mobilisations et leur langage (« plaidoyer », bonne gouvernance »). Les frontières semblent parfois poreuses entre mobilisations, associations, groupe d’intérêts, ONG, etc. Les associations initiatrices ou impliquées ont parfois plusieurs casquettes. Certaines associations se proposent d’encadrer les mobilisations sociales, ou de leur donner voix, de parler en leur nom – citons l’initiative récente du Congrès national des mouvements sociaux porté par le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux. À quoi donnent lieu ces interactions entre acteurs, lexiques, modes d’organisation, répertoires d’action disparates, qui font appel à des modèles différents. Comment modifient-elles le rapport au politique, en dehors des cadres plus classiques d’organisation collective que sont les partis, les syndicats, peu représentés dans les mobilisations environnementales ?

Comment les notions de justice spatiale et de justice écologique peuvent être mobilisées pour l’analyse des mobilisations environnementales ? On observe en effet une forte inscription spatiale et territoriale des mobilisations liées aux problématiques environ-nementales, en termes d’enjeux, de réseaux de solidarité mobilisés, de représentations de la justice. Il semble alors pertinent d’interroger l’articulation entre les mobilisations environnementales et les fractures territoriales, à différentes échelles : les régions, mais aussi les villes, voire les quartiers.

Les mobilisations liées à l’environnement sont souvent en prise avec des intérêts contradictoires de différents acteurs, entre la nécessité de limiter les impacts sur la santé et l’environnement et le besoin revendiqué de « développement », d’accès à l’emploi.

Comment ces contradictions et ces divergences sont-elles négociées, résolues, ou donnent-elles lieu à des confrontations ? Cela renvoie aussi, il me semble, à la question de la temporalité, quand la possibilité d’assurer les besoins de leur famille au jour le jour, le souci de survie, éloignent les considérations sur les conséquences en matière de santé, et de cadre de vie, et les conséquences sur les possibilités de subsistance future. Dans le bassin minier, au rythme d’extraction actuel, les réserves de phosphate seront épuisées d’ici quelques dizaines d’années. Pourtant, peu de gens y envisagent la sortie du phosphate ou la reconversion de l’économie… Il faut dire que ce sont des villes créées littéralement autour du phosphate, contrairement aux lieux dans lesquels s’effectue la transformation du minerai comme Gabès, où les références à un paradis perdu sont fréquentes et les discours prônant l’abandon de l’activité plus nombreux, plus audibles.

© nawaat.org

A Sfax, il existe clairement une opposition entre d’un côté les travailleurs de l’industrie, le syndicat, et de l’autre le mouvement pour le démantèlement de l’usine SIAPE, traversé par des intérêts économiques. La situation de Gabès est différente : des travailleurs de la zone industrielle ont parfois pris part à des manifestations contre la pollution, l’UGTT ne s’est pas positionnée contre le mouvement, elle y appuie parfois les actions… En clair, l’opposition binaire environnement versus emploi semble devoir être tempérée, d’autant plus que les atteintes à la nature des industries et des activités industrielles, chimiques, pétrogazières entraînent des pertes d’activités et d’emplois dans d’autres secteurs : pêche, agriculture, etc., qui donnent parfois lieu, elles aussi, à des mobilisations.

Les mobilisations, qu’il s’agisse de protestations directes ou d’actions collectives institutionnelles, s’articulent à des représentations culturelles dominantes des problématiques environnementales qui semblent marquées par l’Histoire. Le souci de l’environnement a été mobilisé comme argument justifiant la colonisation française au Maghreb – le soi-disant déclin environnemental dû aux invasions arabes et au nomadisme, la prétendue nécessité du reboisement3 –, comme outil de contrôle des populations rurales pendant la dictature de Ben Ali4, de sensibilisation au “civisme » (la mascotte de Labib). Depuis 2011, et notamment durant les grèves des éboueurs, le sujet des déchets a beaucoup occupé les éditorialistes, mobilisant le champ lexical du désordre, et associant l’accumulation des déchets dans les rues au “désordre social » et aux mouvements sociaux. Se pose alors, en toile de fond, la question suivante : comment ces approches infantilisantes et répressives pèsent-elles sur la capacité à mobiliser et les cadres de références des mouvements sociaux relatifs aux problématiques environnementales ?

1 ROBBINS, 2004, Political ecology – a critical introduction, Malden, Blackwell.

2 MARTINEZ-ALIER, 2002, The environ-mentalism of the Poor, Edward Elgar Publishing.

3 DAVIS K., 2012, Les mythes environnementaux de la colonisation française au Maghreb, Seyssel, Champ Vallon.

4 GARDIN J., 2004, La forêt et l’État en Kroumirie : politique environnementale et contrôle social des populations rurales en Tunisie. Paris : Thèse de doctorat en géographie, Université Paris X-Nanterre, 550 p.

Diane ROBERT

doctorante en géographie, LADYSS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Pour citer ce billet : Diane Robert, « Protestations et mobilisations « environnementales » dans la Tunisie post-2011, entre mouvements spontanés et actions associatives », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2157.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.