Changements politiques et socio-institutionnels en Afrique du Nord. Concurrence des modèles et diversité des trajectoires nationales (TARICA)

Photographie de l’auteure

La réunion de lancement du projet de recherche, Changements politiques et socio-institutionnels en Afrique du Nord. Concurrence des modèles et diversité des trajectoires nationales (TARICA), financé par le programme Advanced Grants du Conseil européen de la recherche (ERC), s’est tenue les 16, 17 et 18 février 2017. Elle, a réuni des chercheurs venant d’Egypte, du Maroc, d’Algérie, de France et de Tunisie.

La réunion a été ouverte par Karima Dirèche, directrice de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) à Tunis, et Alia Gana, chercheure principale du projet TARICA. Après avoir souhaité la bienvenue à l’ensemble des participants et remercié l’équipe de l’IRMC, ainsi que la gestionnaire du projet, Julia Taos Tortel, elles ont mis en avant le caractère inédit de ce projet de quatre ans qui a nécessité un travail d’écriture considérable. Il s’inscrit dans la continuité des travaux de l’Institut et est le fruit de la collaboration de six chercheurs : Alia Gana, Karima Dirèche, Eric Gobe, Jérôme Heurtaux, Imed Melitti et Enrique Klaus.

Alia Gana est revenue ensuite sur la problématique et les objectifs du projet TARICA. Le projet a pour objectif d’analyser les mutations en cours dans le nord de l’Afrique sous l’angle de la diffusion, la confrontation et l’hybridation de divers modèles politiques, sociétaux et économiques, et en tant que produit de l’appropriation et de la réinterprétation qu’en font les acteurs. Il s’agit de saisir la manière dont différents acteurs publics, privés et associatifs, se positionnent dans les espaces ouverts par l’effondrement ou la remise en cause des systèmes politiques autoritaires, et d’analyser leurs stratégies en lien avec les modèles de référence et les registres normatifs qui inspirent leurs actions. L’objectif est aussi d’identifier les facteurs et les processus qui rendent possible (ou qui empêchent) la mise en place de dispositifs institutionnels à même de gérer la diversité sociale, le pluralisme et les conflits. À partir de cette approche centrée sur les acteurs, il s’agit de mettre en évidence les processus complexes qui contribuent à la diversité des trajectoires suivies par les cinq pays d’Afrique du Nord directement ou indirectement touchés par les « révoltes arabes », à savoir la Tunisie, l’Égypte, leMaroc, l’Algérie et la Libye, chacun de ces pays représentant un cas d’étude, voire un « modèle » à part entière. S’appuyant sur une approche interdisciplinaire et comparative, qui articule différents niveaux d’analyse, le projet propose d’explorer ces différents processus à travers trois entrées thématiques complémentaires : (i) les recompositions et les formes de régulation politique, (ii) la justice transitionnelle et les modèles de réconciliation, (iii) les modèles de développement et de justice sociale.

© Louise Favel.

Trois séances ont permis de préciser les orientations thématiques des trois axes de recherche.

– Le premier inscrira ses analyses dans la problématique de la crise de la démocratie représentative, de la reconfiguration des périmètres de l’action étatique et des nouveaux modes de légitimité de l’État. Les trois entrées retenues portent sur les recompositions politiques et les conflits de légitimité, la reconfiguration/institutionnalisation du pluralisme politique, les réformes territoriales et les reconfigurations de l’action publique à l’échelle locale.

– Le deuxième analysera les modèles de réconciliation en rapport avec les transactions mémorielles et abordera la question du passé comme un objet de transaction politique. Trois modèles sont déjà distingués : un modèle de réconciliation sans transaction mémorielle (Algérie) ; un modèle de réconciliation par transaction mémorielle (Maroc) ; un modèle de transaction mémorielle sous tension (Tunisie).

– Le troisième s’intéressa aux « modèles de développement » à la fois comme modèles normatifs et prescriptifs et comme objet de recherche, en combinant des approches macro économique et sociopolitique. Il interrogera aussi les questions du développement et de la justice sociale et spatiale en lien avec la problématique de la refondation du pacte social et du pacte national et en articulant une analyse des pratiques (contestations, mobilisations, innovations) et des perceptions/représentations sociales d’acteurs (représentation du juste et de l’injuste, demande de reconnaissance).

Le projet, qui a démarré en janvier 2017, sera hébergé à l’IRMC durant les deux premières années et à l’UMR LADYSS (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) au cours des deux dernières années. Il permettra de recruter des jeunes chercheurs (doctorants et post-doctorants). Les activités prévues incluent, outre les recherches de terrain, l’organisation d’ateliers thématiques et méthodologiques, de colloques internationaux, ainsi qu’une école d’été destinée aux jeunes chercheurs.

Qu’est-ce que l’ERC ?

Créé en 2007, l’European Research Council – Conseil Européen de la Recherche – fait partie du programmecadre européen finançant la recherche et l’innovation (Horizon 2020).

Une bourse individuelle

Fort d’un budget de 13,1 milliards d’euros pour la période 2014-2020, l’ERC attribue chaque année des bourses de recherche individuelles à des scientifiques issus de tous les pays du monde. Une fois sélectionnés, les lauréats doivent accomplir leurs travaux de recherche dans un pays européen ou associé.

Aux frontières du savoir

L’ERC finance des projets exploratoires originaux porteurs de découvertes scientifiques, techniques et sociétales. Tous les domaines du savoir sont éligibles sachant que les idées neuves à l’interface des champs disciplinaires classiques sont particulièrement recherchées.

Les appels à projet se répartissent selon 25 panels thématiques couvrant les sciences physiques et l’ingénierie, les sciences humaines et sociales et les sciences de la vie.

© Louise Favel.

Évaluation par les pairs

L’excellence scientifique est l’unique critère de sélection de l’ERC. Elle est appréciée par des jurys internationaux réunis au sein de 25 panels thématiques. Le taux de succès des chercheurs français à l’ERC s’élève à 15 % en 2015 (13,4 % au niveau européen).

Des conditions favorables

Afin d’inscrire ces recherches dans la durée, les bourses sont attribuées pour une durée de 5 ans. Elles représentent 1,5 à 3,5 millions d’euros par chercheur. Ce financement permet aux lauréats de recruter des collaborateurs, d’effectuer des missions à l’étranger, etc. L’ERC propose aux chercheurs un cadre assez souple, notamment pour poser sa candidature et faire évoluer son projet en cours de route.

Les divers types de bourses individuelles 2

Le programme ERC propose quatre types de bourses individuelles :
– Starting Grant, pour les jeunes chercheurs deux à sept après obtention de leur thèse ;
– Consolidator Grant, pour les jeunes chercheurs sept à douze ans après obtention de leur thèse ;
– Advanced Grant, destiné aux chercheurs confirmés ;
– Proof of Concept (vérification de concept) pour l’aide à la valorisation. Cette dernière bourse est réservée aux lauréats ERC.*

1 http://erc.cnrs.fr/presentation-erc/
2 http://www.horizon2020.gouv.fr/cid72629/erc.html

Alia GANA

 

Pour citer ce billet : Alia Gana, « Changements politiques et socio-institutionnels en Afrique du Nord. Concurrence des modèles et diversité des trajectoires nationales (TARICA) », Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2057.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.