Archives par mot-clé : ville

La révolution tunisienne : ruralité vs urbanité. Quelques réflexions

La révolution tunisienne a bien eu comme point de départ les zones rurales profondes. Car il faut bien reconnaître que la ville de Sidi Bouzid ou celle de Kasserine n’ont d’urbain que le nom (à Sidi Bouzid, la ville manquait d’un hôtel digne de ce nom jusqu’à il y a 3 ou 4 ans). Sans parler des agglomérations de Menzel Bouzaiène, de Regueb ou de Meknassi qui ne sont toutes que de petits bourgs ruraux dépourvus de tout le tissu socio-culturel qui fonde la ville, et où les rapports sociaux dominants gardent un caractère, sinon tribal, du moins où l’allégeance au groupe familial est prégnante.

Mais la révolte de ces régions aurait pu connaître le même sort que le soulèvement du bassin minier de janvier 2008, qui a été réprimé à huis clos faute de relais dans les grandes villes du littoral. C’est ainsi que la diffusion de la protestation vers les grandes villes et notamment Sfax et Tunis a fait basculer la révolte en une révolution qui a conduit au départ de Ben Ali et d’une partie de sa cour mafieuse. Le rôle joué par la Centrale syndicale et notamment ses représentations régionales et par les réseaux sociaux sur Internet a été lui aussi déterminant.

D’ailleurs, l’origine rurale des révolutions en Tunisie n’est pas une première. Ainsi un détour par l’histoire, nous ramène à la révolte de Abou Yazid « l’homme à l’âne » au Xe siècle (originaire de Tozeur dans le Djérid), puis à celle de Ali Ben Ghedhahem en 1864 (originaire de Kasserine), toutes les deux sont qualifiées de révoltes paysannes contre l’État central et sa pression fiscale jugée insupportable. Ce qui rappelle par ailleurs la préférence aux consommateurs qui caractérise la politique agricole de ces vingt dernières années et qui a engendré la précarité des ruraux à l’origine de la révolution.

Mais le rôle des ruraux et notamment des jeunes parmi eux n’est pas reconnu par tous et certains cherchent à mettre en avant l’impact des villes et de certaines catégories sociales. Cela se traduit d’ailleurs, durant cette période de transition, par la faible représentativité des régions rurales dans les rouages de prises de décision.

Comme exemple des signes de cette controverse, citons la polémique sur la date de commémoration de la révolution entre le 17 décembre (anniversaire de l’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi) et le 14 janvier (date de la fuite du président déchu). Derrière ce débat de date se cache en réalité la revendication de la paternité de la révolution entre les ruraux et les urbains. En effet la date du 17 décembre qui renvoie à l’origine de la révolution que d’autres d’ailleurs voudraient faire remonter à janvier 2008 et au soulèvement du bassin minier, correspond bien à un soulèvement initié par des ruraux exclus des fruits de la croissance et peu touchés par la modernisation de la société, alors que le 14 janvier renvoie à la mobilisation des urbains qui à partir de début janvier ont donné une vraie dimension nationale à la révolte et ont permis le renversement du régime.

D’ailleurs il n’est pas étonnant que le premier responsable à avoir tranché, provisoirement, le débat sur la date de commémoration de la révolution en choisissant celle du 17 décembre, soit Moncef Marzouki, président du CPR, lors de son premier discours devant les membres de la Constituante qui venaient de l’élire premier président, et qui est connu par son attachement à la ruralité et revendique son conservatisme comme en témoigne le port du burnous.

Mais cette évacuation de l’opposition entre les ruraux et les urbains se reflète aussi dans les débats publics, voire même dans la manière dont les chercheurs abordent la question de la révolution et de la période de transition. En effet c’est plus souvent par le prisme de l’opposition entre les laïcs et les islamistes que la scène médiatique est occupée, scène qui reflète plus un débat qui est à l’oeuvre en milieu urbain et qui de fait exclut encore une fois les ruraux et ne leur donne pas la parole

En effet si le fait religieux peut servir de loupe pour comprendre certaines luttes pour le pouvoir au niveau des partis politiques, cette lutte en se concentrant elle aussi en milieu urbain exclut une grande partie de la population, celle du milieu rural et qui ne se reconnaît ni dans les partis de l’islam politique, ni dans ceux qui prônent la laïcité et la modernité.

Certains indicateurs témoignent de ce décalage. Ainsi en est-il du score du CPR, qui se présente comme étant à la fois progressiste sur la question de la religion et conservateur en terme de morale et de moeurs, qui pourrait être interprété comme la preuve de la rencontre entre les attentes de cette population [1] et les positions de ce parti.

Ce décalage se reflète aussi dans le vote des ruraux lors des élections du 23 octobre : faible participation corrélée avec le taux de ruralité [2]. Aussi certains ruraux ont choisi de voter pour les listes d’El Aridha pour exprimer leur rejet à la fois des laïcs et progressistes de gauche et des islamistes d’Ennahdha en votant pour d’illustres inconnus qui n’ont comme principal avantage que d’être issus d’un milieu populaire et rural. C’est le cas à Kébili, Tataouine, Kasserine, Sidi Bouzid, etc.).

Dans le cas de Sidi Bouzid, le vote en faveur de la liste d’El Aridha est interprété par certains comme un vote sanction contre Ennahdha, d’ailleurs à l’annonce de l’invalidation de la liste d’El Aridha par l’ISIE, c’est l’un des bureaux du Parti du Cheikh Rached Ghannouchi qui a été la cible des attaques des manifestants.

Au niveau recherche, les approches qui dominent la scène proposent des lectures ayant comme principale problématique celle de la place de la religion (de l’islam politique) dans la construction de l’État post révolutionnaire et accessoirement de la sécularisation de cette religion ou de sa compatibilité avec la démocratie et les droits de l’Homme.

Sans vouloir nier l’importance de ces questions, même si elles empruntent un prisme par trop extérieur à la Tunisie avec le risque de nous tendre un miroir déformant pour nous y jauger, il me semble que cela se fait au détriment d’une analyse qui replace de nouveau les rapports entre les ruraux et les urbains au centre des problématiques et qui partirait de l’opposition, toujours à l’ordre du jour, de deux visions du monde et de deux projets de société totalement différents, voire antagonistes.

En effet, il est important de souligner que les leaders ruraux sont porteurs d’un projet de société plus conservatrice, mais où la place de la religion est moins présente que celle occupée dans les projets politiques des partis implantés en milieu urbain. Et que tant que la dimension rural/urbain n’est pas prise en compte dans les débats et dans les projets de société, les ruraux se sentirons exclus et auront des raisons objectives de ne pas y adhérer.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Mohamed ELLOUMI

Agronome, INRAT

crédit d’illustration : © Agence de Promotion de l’Industrie


[1] Très peu de données sont disponibles et encore moins d’analyses sur les résultats des élections et le comportement des électeurs selon les régions, le milieu et encore moins les classes socio-professionnelles pour nous permettre de faire des analyse fines du comportement des électeurs.

[2] Selon les premiers résultats d’un travail en cours réalisé par Kawther Latiri que je remercie.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les centralités périphériques et les recompositions territoriales en Algérie : l’exemple des villes de l’Est-algérien

Notre thèse s’intitule : « Les centralités périphériques et les recompositions territoriales en Algérie : l’exemple des villes de l’Est-algérien ». Elle se propose d’analyser des centralités commerciales en rapport avec les formes urbaines qui ont surgi depuis 1962 autour du noyau colonial et précolonial. En respectant la périodicité de leur création, la recherche analyse plusieurs types de périphéries, en partant de la ville de Constantine.

Deux échelles interfèrent dans la définition de ces recompositions territoriales :

L’échelle de l’agglomération. Il est question d’aborder quatre formes urbaines identifiant la ville multiple algérienne : le recasement, le lotissement, les secteurs illicites et les grands ensembles d’habitation “ZHUN” (Zones d’habitat urbain nouvelles).

L’échelle régionale. Intégrant plusieurs auréoles par rapport à Constantine, les analyses couvrent une partie du réseau des villes de l’Est algérien : le Khroub (1600 logements), Aїn Smara (souk informel), Ali Mendjeli (le centre), Ain M’lila (le village colonial) et El-Eulma (Dubaï).

Entre échelle locale et échelle régionale, l’objectif est de montrer comment, dans le cadre des centralités commerciales émergentes, des relations nouvelles se trament, des ramifications se créent, des polarisations commerciales en résultent, des territoires se recomposent et une métropolisation s’affine. Quels sont les acteurs qui sont derrière la mise en place de ces centralités ? Dans quel contexte économique et social émergent-elles ?

À l’échelle de l’agglomération constantinoise, de nouvelles centralités se sont mises en place en périphéries depuis cinquante ans maintenant. Éclatées, à l’image du tissu urbain fragmenté de la ville multiple, ces centralités sont diverses selon leurs formes, leur situation, leur contenant, leur contenu ainsi que selon le contexte économico social dans lequel elles ont évolué. À défaut d’avoir été programmées par le haut, ces centralités périphériques émergent en priorité dans l’informel ou dans le semi informel (secteurs qui sont à l’origine planifiés), et se renouvellent illégalement. Dans un premier temps il est question de savoir comment les centralités peuvent-elles émerger dans le cadre de processus illégaux ? Et comment ces processus illégaux offrent-ils une assise à l’appropriation ? Dans un deuxième temps, les exemples analysés font état d’une insertion des espaces dans l’économie mondiale. Une “mondialisation par le bas” transparaît. Elle est fabriquée par des entrepreneurs, les habitants commerçants, qui transforment leurs parcelles résidentielles et construisent des espaces commerciaux fortement puissants dont les plus célèbres sont les “Dubaï”. Ces mutations tendent-elles vers la « dubaïsation » des villes algériennes ? Et concourent-elles à insérer ménages et usagers de la société algérienne à l’économie mondiale ?

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Nadia KERDOUD est doctorante en géographie à l’université de Caen. Sa thèse sous la direction de Robert Hérin s’intitule : « Les centralités périphériques dans les villes de l’Est algérien ». Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière Moyenne Durée (BMD)[1].

crédit photographique : © Nadia Kerdoud


[1] Dans le cadre de la convention de partenariat passée entre l’IRMC et le SCAC/Ambassade de France en Algérie

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vers la reconquête de nos villes : pour une participation citoyenne au développement urbain local et régional

Le 14 Janvier fût un jour à jamais gravé dans ma mémoire, empreint d’émotions intenses et d’un espoir naissant pour un avenir meilleur. Restent maintenant la fierté et l’impératif de la reconstruction d’un avenir meilleur. Le mouvement de contestation a mis en évidence des disparités multiples, dont le sous équipement et le manque d’infrastructures, de services et de projets structurants dans les régions de l’intérieur du pays.

L’État tunisien a misé, durant les deux décennies écoulées, sur une politique de métropolisation, qui implique un surinvestissement dans des projets structurants dans la capitale et quelques villes littorales[1]. Cette politique est sous tendue par l’impératif d’insertion de la Tunisie dans le mouvement de globalisation, afin de promouvoir une croissance économique et d’attirer les investisseurs étrangers en leur offrant des conditions favorables à leur implantation. Elle a eu pour effet la marginalisation des régions du centre et du Nord-Ouest, de ce mouvement de mise à niveau des villes Tunisiennes, et n’a fait que renforcer les clivages existants. Bien qu’il soit impératif de garantir pour la Tunisie une insertion dans l’économie mondiale par les différents échanges économiques et l’implantation d’investisseurs étrangers susceptibles de créer des emplois, il est essentiel de réfléchir à une orientation stratégique qui garantirait un équilibre dans la répartition des investissements au niveau régional. Des travaux de terrain doivent être entrepris par les chercheurs en sciences sociales et les professionnels de l’urbain, afin de comprendre les processus qui ont mené à ces clivages sociaux et régionaux, et pouvoir ainsi proposer des solutions adéquates afin de les réduire [2].

Il est également de notre devoir de chercheurs de susciter le débat et d’entreprendre des recherches portant sur les processus et les dynamiques institutionnelles liées au développement urbain, mais surtout autour de la question de gouvernance urbaine. Ce concept galvaudé à l’ère de Ben Ali, et utilisé à tort dans une entreprise d’affichage politique, garantit en réalité la concertation et la participation citoyenne au développement urbain. Dans ce sens, selon P. Le Galès[3], la gouvernance urbaine est à la fois la capacité à intégrer, à donner forme aux intérêts locaux, mais aussi à les représenter à l’extérieur, à développer des relations plus ou mois unifiées en relation avec le marché, l’Etat, les autres villes et autres niveaux de gouvernement. Il s’agira donc de réfléchir à l’avenir de nos villes, et à la mise en place d’un réel développement local et régional, basé sur la rationalité procédurale, et l’élaboration de modes consensuels de coordination, aussi bien dans la planification et la programmation des projets urbains locaux, régionaux et nationaux, que dans leur mise en oeuvre.

S’agissant enfin de développement local, il est essentiel de reconquérir l’espace local en participant aux conseils municipaux et régionaux futurs, et d’oeuvrer à leur rendre leur autonomie et leur poids prépondérant dans les processus décisionnels. Il s’agira de proposer de nouveaux modes de gestion urbaine, davantage basés sur la concertation et la transparence et garants d’une démocratie participative. Un développement urbain ne peut en effet être efficient que s’il émane de la population cible, des acteurs privés et de la société civile.

Ces pistes de recherches pourraient constituer un support pour la compréhension des phénomènes urbains et sociaux et contribuer à modeler de nouvelles orientations stratégiques en vue d’un développement urbain local et régional équitable et d’une gouvernance urbaine. Issues de revendications légitimes et populaires, ces réformes pourraient garantir l’adhésion des populations aux politiques mises en place, et une légitimité de l’action publique urbaine.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Hend BEN OTHMAN

Architecte – Urbaniste, doctorante en urbanisme

 

Crédit photographique : © Siba-immobilière.com


[1] Ben Letaief M., 2008, « Quelques réflexions sur les mutations d’une action publique postkeynésienne », Revue Métropoles, n° 4, 133-155.

[2] Des débats sont programmés à l’initiative de l’Association Tunisienne des urbanistes (ATU), afin de réfléchir sur le devenir des villes tunisiennes et la gouvernance urbaine.

[3] LE GALÈS P., 1995, “Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine”, Revue française de science politique, n° 1, vol. 45, 57-95.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook