Archives par mot-clé : Tunisie

Mohamed Bouazizi, l’ouvrier agricole : relire la « Révolution » depuis les campagnes tunisiennes

Article déjà paru sur le journal Jadaliyya.com, le 21 juillet 2014.

Bouazizi, l’autre histoire

On pourrait commencer l’histoire au début des années 2000. Mohamed, orphelin de son père, devient responsable de sa fratrie et doit subvenir aux besoins de sa famille. Lorsque son oncle maternel, Salah, achète une terre agricole de 18 hectares dans la région de Regueb (gouvernorat de Sidi Bouzid, Tunisie), Mohamed commence à travailler sur l’exploitation. Lui, Salah et d’autres membres de la famille ainsi que des ouvriers saisonniers s’occupent des oliviers et des cultures maraîchères irriguées (tomates, melons). Le projet semble bien lancé, profitant de l’eau souterraine de bonne qualité et du micro-climat qui fait la réputation de cette région et de ses cultures primeurs.

Après trois années, Salah doit commencer à rembourser les premières échéances du crédit agricole qui lui a permis de lancer son exploitation. Mais à partir de 2006, il rencontre des difficultés financières, et ses revenus de préparateur dans une pharmacie de Sidi Bouzid ne lui permettent pas d’éviter son endettement auprès de la Banque nationale agricole.

mathilde1
Des habitants de la région de Sidi Bouzid occupent une terre agricole qui a été saisie par la banque et revendue aux enchères en juillet 2010, Regueb. © S. Rouissi.

Après quelques années, la banque lance une procédure de contentieux et la terre qui avait été déposée en hypothèque est mise aux enchères. L’acheteur, un homme d’affaires originaire de la région de Sfax proche du littoral, avait déjà proposé de racheter la parcelle en question mais s’était heurté au refus de Salah. Le jour de la vente, il est le seul acheteur potentiel à se présenter au tribunal. Salah dénonce ce qu’il considère comme une injustice. Après avoir tenté plusieurs mois, sans succès, d’obtenir une intervention du Président pour régler ce conflit, il chasse les ouvriers du nouveau propriétaire et organise à partir de juin 2010 l’occupation du terrain avec des membres de sa famille, et des rassemblements avec d’autres propriétaires de la région dont la terre a été saisie par la banque dans des conditions similaires.

L’occupation des terres dure plusieurs mois. Au début, une soixantaine de personnes, Mohamed compris, se réunit et organise le sit-in autour de quelques tentes installées sur l’exploitation. Au fil des semaines, le nombre de manifestants diminue mais il demeure un noyau dur de quelques personnes qui se relaient sur les terres de Regueb, pendant que des négociations sont entamées entre Salah et le nouveau propriétaire.

Mohamed a perdu son revenu issu de l’agriculture, il est contraint de trouver un autre travail. Il trouve une place en ville, à Sidi Bouzid, pour vendre des fruits au détail avec une charrette, sans autorisation officielle. Le 17 décembre 2010, le gouverneur fait appliquer sans doute plus systématiquement qu’auparavant la législation qui interdit la vente sans autorisation sur la voie publique. D’autres versions disent que Mohamed refuse de soudoyer les agents de police pour continuer de vendre sa marchandise. L’essentiel est qu’il se voit confisquer sa balance, outil de son travail. Furieux, désemparé, il cherche à rencontrer le gouverneur, mais il se voit refuser l’entrevue. Il finit par s’emparer d’un liquide inflammable dans une épicerie voisine, et s’immole par le feu devant le siège du gouvernorat.

C’est l’histoire de Mohamed Bouazizi ; une histoire qui ne commence pas au moment où il s’est immolé [1]. Car l’histoire telle qu’elle est couramment racontée commence avec ce feu du 17 décembre 2010 : l’immolation, les rassemblements devant le siège du gouvernorat (qui comptent notamment ceux qui occupaient les terres à Regueb), la répression policière, la propagation des manifestations et de la révolte aux petites villes du gouvernorat, puis aux autres régions de la Tunisie. Cette histoire se focalise sur ce qui est considéré comme l’étincelle de la révolution tunisienne ayant conduit au départ du président Ben Ali en janvier 2011, et sur les formes qu’a pris le mouvement de protestation qui s’est développé et amplifié par la suite. Ce récit répété, qui semble avoir été analysé sous toutes les coutures, élude pourtant une partie importante de l’histoire de Mohamed Bouazizi – tout ce qu’il a vécu avant de s’immoler. Il passe également sous silence l’histoire rurale de la région de Sidi Bouzid, dont soixante-quinze pour cent de la population vit en milieu rural, et dont le secteur agricole emploie près de cinquante pour cent des actifs et fournit des revenus à la majorité des ménages.

Le rural passé sous silence

Comment expliquer ces silences narratifs, alors que certains travaux biographiques ont évoqué le passé rural et agricole de Mohamed Bouazizi [2] ? Pourquoi certaines catégories d’appartenance ont-elles été supprimées (ouvrier agricole, habitant d’une région à dominante rurale, militant contre une dépossession foncière) là où d’autres semblent avoir été créées (chômeur, diplômé, giflé) ?

Mohamed Bouazizi est devenu une icône de la révolution tunisienne, mais toute icône est socialement construite. Cette image résulte de la façon dont on veut voir (ou dont on veut nous faire voir) Mohamed : un jeune chômeur diplômé urbain, humilié par un agent de police, et non un homme dont la situation précaire résulte en grande partie de la crise du secteur agricole. Ce portrait a contribué à construire le récit dominant de l’étincelle de la révolution : plusieurs témoignages s’accordent à dire que les réseaux militants et syndicalistes locaux ont appuyé leur discours sur des rumeurs populaires, qui ont ensuite été largement relayés par les élites politiques et les médias dominants, sur la scène nationale et internationale. La rumeur du « diplômé-chômeur » a ainsi permis de rallier rapidement une grande part de la population autour de la perception du chômage et de l’aspiration – érigée en norme – à obtenir un emploi dans son domaine à la suite de longues études [3]. Ce discours à potentiel fédérateur a trouvé un écho particulier auprès des classes moyennes et aisées tunisiennes, notamment parmi les élites de l’opposition, et auprès de celles d’autres pays marqués par une crise de l’emploi dans un monde qui s’urbanise. De même, la rumeur de la gifle a sans doute contribué à cristalliser les contestations autour de l’atteinte à la dignité de Bouazizi, dans une région où la référence à l’honneur tribal constitue un éthos partagé au-delà des classes sociales. En même temps, on peut se demander si cet aspect du récit ne tend pas à entretenir un regard moderniste stigmatisant les « populations tribales », en réduisant la mobilisation à une révolte de la fierté, comme si celle-ci en était le seul facteur.

Certains journalistes [4] se sont attachés à déconstruire ce discours, mais les dimensions rurale et agricole de la vie de Bouazizi demeurent rarement mises en avant [5]. Localement, les désaccords internes à la centrale syndicale à propos de la place des syndicats agricoles dans la région n’y sont sans doute pas étrangers. De même, à l’échelle nationale, il faudrait approfondir l’étude des affinités historiques entre le principal syndicat agricole (Union tunisienne de l’agriculture et la pêche) et le pouvoir central.

Cette construction sociale du personnage Bouazizi a sans doute permis au mouvement de protestation contre les injustices de dépasser le contexte local, et de rallier à sa cause une part importante des habitants des zones urbaines du pays. Mais elle contribue – comme d’autres récits simplificateurs de la chute du président Ben Ali (coup d’Etat, orchestration étrangère) – à rendre inaudibles les voix des ruraux, et invisibles les catégories oubliées de la révolution, au premier rang desquelles les agriculteurs et la petite paysannerie, que les élites politiques refusent souvent de voir et d’entendre. L’ouvrier agricole qu’a été Mohamed Bouazizi est invisible, non parce qu’il n’existe pas, mais parce que certains refusent de le voir. Peut-être aussi parce que la terre de son oncle qui avait été saisie a pu être récupérée – rachetée – par Salah, à travers un arrangement à l’amiable conclu mi-décembre 2010 avec l’homme d’affaire, et la banque, qui lui a accordé un nouveau crédit agricole.

Il serait trop rapide de conclure avec l’idée que la dépossession foncière de Salah Bouazizi en 2010, qui est apparue localement comme un fait divers (relaté notamment par France 24 et le quotidien El Shourouq), soit à l’origine du processus révolutionnaire. De nombreux travaux [6] rappellent que ce mouvement a des racines profondes et multiples, qui remontent avant 2010 et qui concernent plusieurs régions, en premier lieu Ben Guerdane et Gafsa.

Cependant, l’histoire de cette dépossession et de la perte d’un emploi agricole doit être questionnée plus en profondeur [7]. L’analyse de l’évolution du secteur agricole et des inégalités sociales et politiques en milieu rural est indispensable[8], d’abord pour comprendre les fondements du processus révolutionnaire, et pour construire ensuite un nouveau projet de société en Tunisie.

Mathilde FAUTRAS

est doctorante à l’université Paris Ouest Nanterre, rattachée à l’École doctorale « Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent » de Paris Ouest, au laboratoire Mosaïques (UMR LAVUE) et doctorante associée à l’IRMC (Tunis).

mfautras@gmail.com

Pour citer ce billet : Mathilde Fautras, « Mohamed Bouazizi, l’ouvrier agricole : relire la « Révolution » depuis les campagnes tunisiennes », Le Carnet de l’IRMC, 23 juillet 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1572


[1] Cette histoire a été racontée par la journaliste Lydia Chabert-Dalix (Bouazizi. Une vie, une enquête, Tunis : Cérès Éditions, 2012), et reconstituée à partir d’entretiens réalisés dans le cadre de mes recherches de doctorat, auprès de Salah et d’autres individus ayant participé aux rassemblements contre les saisies de terre.

[2] Chabert-Dalix, op. cit.

[3] Ayari, Michaël Béchir, « La « révolution tunisienne », une émeute politique qui a réussi ? », in Amin Allal et Thomas Pierret (éds), Au cœur des révoltes arabes. Devenir révolutionnaires, Paris : Armand Colin, 2013

[4] Notamment : Ayad, Christophe, « La révolution de la gifle », Libération, [En ligne] http://www.liberation.fr/monde/2011/06/11/la-revolution-de-la-gifle_741980, 2011 (Consulté le 11 mai 2014) ; Pain, Juliet et Grira, Sarra, « Connaissez-vous Slimane Rouissi, l’homme qui a lancé la révolution tunisienne ? », France 24, [En ligne] http://tunisie.france24.com/2011/10/25/connaissez-vous-slimane-rouissi-l%E2%80%99homme-qui-a-lance-la-revolution-tunisienne/ , 2011 (Consulté le 11 mai 2014)

[5] Lire néanmoins : Dahmani, Frida, « Mohamed Bouazizi, un héros arabe », Jeune Afrique, [En ligne] http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2615p040-044.xml0/, 2011 (Consulté le 23 juin 2014)

[6] Notamment : Allal, Amin, « Réformes néolibérales, clientélismes et protestations en situation autoritaire. Les mouvements contestataires dans le bassin minier de Gafsa en Tunisie (2008) », Politique africaine, Vol.1, n°117, p.107-125, 2010 ; Daoud, Abdelkarim, « La révolution tunisienne de janvier 2011 : une lecture par les déséquilibres du territoire », EchoGéo, [En ligne] http://echogeo.revues.org/12612, 2011 (Consulté le 17 juin 2014) ; Meddeb, Hamza, Courir ou mourir. Course à el khobza et domination au quotidien dans la Tunisie de Ben Ali, Thèse de doctorat en science politique, Institut d’Etudes Politiques de Paris, 2012 ; Saïdi, Mohamed Raouf, « La paysannerie et l’insurrection de Sidi Bouzid (Tunisie). Les raisons d’une (quasi) absence », Journées d’études « Les (petites) paysanneries dans des contextes de mouvement-crise », Nanterre, 9 octobre 2013

[7] Cf. Fautras, Mathilde (à paraître), « Injustices foncières et mobilisations collectives dans les espaces ruraux de Sidi Bouzid (Tunisie) : aux racines de la « révolution » ? », Justice spatiale/Spatial Justice (http://jssj.org)

[8] Ayeb, Habib, « Le rural dans la révolution en Tunisie : les voix inaudibles », Demmer [En ligne] http://habibayeb.wordpress.com/2013/09/28/le-rural-dans-la-revolution-en-tunisie-les-voix-inaudibles/, 2013 (Consulté le 17 juin 2014) ; Elloumi, Mohamed, « Trois ans après : retour sur les origines rurales de la révolution tunisienne », Confluences Méditerranée, Vol.4, n°87, p.193-203, 2013 ; Gana, Alia (éd.), Dossier thématique : « Agricultures du Maghreb-Machrek à l’épreuve de la crise alimentaire et des révolutions arabes », Maghreb/Machrek, Vol.1, n°215, 2013

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

الأرشيف الوطني التونسي على محك المرحلة الإنتقالية

affiche30maiCompte-rendu de la conférence IRMC du vendredi 30 mai 2014 : « Les Archives Nationales à l’épreuve de la transition tunisienne », de Hédi Jellab, directeur général des Archives Nationales de Tunisie, organisée en partenariat avec les Archives Nationales de Tunisie.

سمحت المحاضرة التي ألقاها الهادي جلاب المدير العام للأرشيف الوطني بمعهد البحوث حول المغرب المعاصر يوم الجمعة 30 ماي 2014 تحت عنوان « الأرشيف الوطني و الانتقال الديمقراطي » ، بمساءلة كلمتين مفاتيح : « الأرشيف » و »المرحلة الانتقالية » وذلك من خلال التدخل المباشر بين الكلمتين وكيف يُساهم المفهومان في خلخلة المحللين والمختصين ومستعملي المعلومات.

مع العلم أ ن « الإعلام » و »التوثيق » لهما صدى سحري في المجتمعات المعاصرة التي قيل إنها تأسست على اقتصاد المعرفة.

لذا فإن طرح المختصين في التوثيق والأرشفة والمستعملين للوثائق يخبرنا عن كيفية النظر والتفكير انطلاقا من هذه الكلمات المفاتيح ؟

الأرشيف الوطني : التاريخ والحصيلة

بالنسبة للهادي جلاب وهو المؤرّخ هناك « انتقا لان » متداخلان اليوم، انتقال يهدف إلى تغيير النظام السياسي الذي نريده أكثر انفتاحا وديمقراطية وانتقال يرتبط بالأرشيف يتعلق بالإجابة على تحديات الوثائق الرقمية الحالية.

في البداية أدرج المحاضرالمؤسسة التي يديرها منذ2011 في مسارها تاريخي، مذكرا بقدمها وعلاقتها ببناء دولة مركزية منذ القرن 19 والسياسية الإصلاحية للوزير خير الدين. فالمؤسسة التي أنشأها القرار95 لسنة 1988 تستند إلى تراث ساعدت البحث التاريخي حتى جاء اليوم الذي شعرفيه المسؤولون بالحاجة إلى تنظيم الأرشفة وإتاحة الوثائق الإدارية العمومية.

وفي بداية ثمانينات القرن الماضي كانت ملامح هذا التطور بادية للعيان: ربط أرصدة الأرشيف الوطني بتنظيم الإدارة وتوسيع مجال تكوين المختصين في الأرشيف والتوثيق بالجامعة في إطار المعهد العالي للتوثيق الذي أنشأ سنة 1981 والذي ربط بجامعة منوبة التي أنشأت حديثا. و يصل عدد الأرشيفيين اليوم إلى 1400 في مختلف هياكل الدولة وهم خريجو المعهد العالي للتوثيق (على سبيل المثال تضم وزارة العدل 160مختصا، وزارة الداخلية 90 مختصا إلى جانب 17 مديرا منهم 12نسا ء ) هؤلاء يعالجون الوثائق التي لم تعد الإدارة في حاجة ملحّة ويومية إليها والتي يتم تحويلها إلى مخازن الأرشيف التي بنيت خصيصا حسب المواصفات الدولية وذلك إضافة إلى مساعدة الموظفين في تنظيم وثائقهم ويتم تحويل الأرشيف التاريخي إلى مبنى تم افتتاحه في 1998 والموجود بشارع 09 أفريل 1938.

حدد القانون المذكور أعلاه النفاذ إلى الوثائق التاريخية بـ30 سنة بالنسبة لمجموع الوثائق وترتفع هذه الآجال إلى 60 سنة بالنسبة للوثائق الأمنية والملفات العدلية و100 سنة بالنسبة إلى دفاتر العدول ودفاتر الحالة المدنية والملفات الطبية والملفات الشخصية. إلى جانب مهمتها المتعلقة بجمع الأرشيف التاريخي وحفظه تساعد مؤسسة الأرشيف الوطني المرافق العمومية (الوزارة، المؤسسات، المنشآت، البنوك…) في حسن التصرّف في أرشيفها وذلك بإسداء المعونة الفنية (بلورة أدوات التصرّف وأدلة الاجراءات). كما توفر فضاءات لحفظ الوثائق بشرط توفير الرفوف.

تتصرّف مؤسسة الأرشيف الوطني في 12 كلم خطي من الوثائق منها 2 كلم تم جمعها سنة 2012. جمعت المؤسسة وثائق « الهيئة العليا لتحقيق أهداف الثورة » و »المجلس الاقتصادي والاجتماعي » و »وزارة الاتصال » و »لجنة التحقيق في الانتهاكات بين ديسمبر 2010 وجانفي 2011″، و »وثائق الهيئة العليا المستقلة للانتخابات بما في ذلك صناديق الاقتراع  » وجرد « وثائق المجلس الدستوري » و »وثائق الفترة البورقيبية برئاسة الجمهورية ».

الوضع الحالي وأسئلته

ان السرعة التي جمعت بها هذه الوثائق مدعاة للتعجّب. والهادي جلاب باعتباره رجل ميدان يعتبر أن الأرشيف الوطني نجح في ذلك بفضل البنية التحتية المتوفرة والتجربة التي تمت مراكمتها عن طريق عمليات التفقد المنتظمة وبفضل حسن التدبير الفني الذي راكمه المختصون منذ زمن، وحسن التصرف هذا لا يمنع من التساءل خاصّة حول عمليات الفرز في المنشأ ومقاييس الترحيل.

ونحن نجهل المنطق الداخلي الذي يدفع الإدارة إلى إيداع وثائقها والإجراءات المتبعة لتكوين سلاسل الوثائق المنتقاة.

من جهة أخرى لا يكفي المنطق البيروقراطي لضمان الطاعة لمبادئ التصنيف وتطوير الأرشيف، والظاهرة يصعب تقييمها كما هو الشأن بالنسبة للوثائق التي اتلفت بشكل متعمد خلال أحداث الثورة  والتي كثر الحديث حولها منذ 2011.

بعد الأحداث الثورية وحرق وإتلاف وثائق ما يقارب 300 مركز أمن و4 محاكم ابتدائية و14 محكمة ناحية و74 قباضة مالية وبعض الدوائر البلدية ومقرات لحزب التجمع الدستوري الديمقراطي المنحل، جاء ت بعض الإجراءات لفتح منافذ في مواجهة احتكار سرية الأرشيف.

فالفصل 40 من القانون الأساسي حول العدالة الإنتقالية الصادر في 24 ديسمبر 2013 ينص على « أن هيئة الحقيقة والكرامة وحتى تنجز مهامها مسموح لها بالنفاذ إلى الأرشيف العمومي والخاص وبغض النظر عن المنع الذي تنصّ عليه التشريعات الجاري بها العمل ».

وفي المقابل فإن المرسوم عدد 41 المؤرخ في 26 ماي 2011 والمتعلق بالنفاذ للوثائق الإدارية العمومية لا يزال يثير جدلا مثله مثل عمل لجان التحقيق في التجاوزات خلال أحداث أسابيع الإحتجاجات و الإصطدامات.

فهل أن حاجة البحث عن الحقيقة التي طفت على سطح النقاش العام سنة 2011 بدأت الآن تضعف وتتراجع في مواجهة التساؤلات حول مراجعة الأولويات أو تغيير الإجراءات حسب الأحداث الجارية؟

 قام الهادي جلاب بتنسيب وزن الأرشيف العمومي. إن كتابة التاريخ تمر كذلك بمصادر أخرى: الأرشيف الخاص وأرشيف الجمعيات والمنظمات غير الحكومية الناشطة جدّا حاليا وكذلك الوثائق الموجودة خارج البلاد. هذا دون أن نغفل أرشيف “الواب” الذي يطرح تحدي كبير للمهنيين والمختصين في الحفظ والصيانة وفنيي الورق والرقمنة.

ومقارنة بالجزائر التي ينبني نظامها على أرشيف الولايات يمكن أن نقول أن التقليد المركزي التونسي (رغم خروج رئاسة الجمهورية عن هذا النظام إلى حدّ الآن) يعطي لمؤسسة الأرشيف الوطني بعدا « بتريمونياليا ». في المغرب التشريعات حديثة (الظهير الملكي لسنة 2007) وأرشيف المغرب الذي أصبح الآن يملك مقرّا ومديرا عاما (المؤرخ جامع بيضا) منذ 2011 بدأ عملا طويلا وشاقا لجمع الأرشيف وفرزه لدى المرافق العمومية.

والأرشيف له عديد الدلالات هو ينتقل بين النظر للماضي والإنتظار المبالغ فيه للحقيقة. وهي تخضع حسب الظروف إلى اكراهات وزمن مختلفين. هناك جملة قالها الهادي جلاب اثارت ردود فعل متباينة في الحضور « الثورة شيئ ظرفي » إن الوعي بالزمن وبالأحداث لدى هذا المؤرخ المسؤول عن الأرشيف و عن الحفظ تعكس إدراكا خاصا لهما.

قمر بن دانة

المعهد العالي للتاريخ المعاصر

معهد البحوث المغاربية المعاصرة

حمام الأنف 8 جوان 2014

تعريب الهادي جلاب

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Recompositions et reconversions des élites tunisiennes. Sociologie d’un changement de régime

jerome_heurtaux
Photographie de Jérôme Heurtaux

Les « révolutions du printemps arabe » ont d’ores et déjà suscité un grand nombre d’analyses permettant d’apporter une intelligibilité à un processus « en train de se faire » et qui n’est pas terminé. Plusieurs travaux se proposent d’éclairer les dimensions du processus révolutionnaire, en insistant soit sur les causes de l’effondrement de certains régimes, en particulier en Tunisie et en Égypte, soit, dans une perspective micro-sociologique, sur les dynamiques contestataires. Ainsi, les révolutionnaires ont suscité un intérêt bien légitime, permettant de nuancer la thèse initialement formulée dans la presse de mouvements révolutionnaires spontanés. D’autres travaux, situant leur regard en aval du processus révolutionnaire, se sont focalisés sur les logiques du processus de transition/construction démocratique, en particulier sur les dynamiques partisanes et sur les séquences électorales. Ces travaux, qui se poursuivent aujourd’hui, contribuent à la connaissance fine du processus de changement de régime dans plusieurs pays arabes. Nous voudrions apporter notre contribution à la compréhension de ces évolutions en adoptant une perspective qui n’a été que rarement adoptée depuis le déclenchement des révolutions. Il s’agit d’étudier de manière approfondie les évolutions et transformations des élites, en particulier du personnel politique et administratif et, parmi celui-ci, d’inclure dans l’analyse les élites de « l’ancien régime » [1]. Il s’agit pour nous d’un point aveugle des analyses existantes, alors même que, nous le pensons, les élites sont au cœur des processus considérés. Plusieurs raisons motivent notre choix.

D’abord, parce que certaines fractions des élites ont joué et jouent un rôle majeur au cours du processus de changement de régime, tant pendant la courte séquence révolutionnaire (17 décembre 2010-14 janvier 2011) qu’après (dans les gouvernements de transition, la Haute instance, les partis politiques d’opposition ou les organisations de la « société civile »). Ensuite, les élites sont un enjeu même du processus de changement de régime. Les élites incarnant l’« ancien régime », en particulier celles de l’époque Ben Ali, sont l’objet d’une attention publique particulière et d’un débat au sujet de poursuites et/ou de sanctions possibles. Elles représentent une dimension du débat sur les fins et les moyens de la « justice transitionnelle ». En outre, les élites sont des analyseurs privilégiés pour reconstituer un processus de changement de régime. La littérature sur les « révolutions » en a fait un indicateur clé de l’explication des changements, révolutionnaires. Charles Tilly, par exemple, invite à focaliser l’attention sur la compétition entre groupes d’élites pour le contrôle de l’État : c’est lorsqu’apparaissent des candidats ou des « coalitions de candidats au pouvoir, qui avancent des prétentions concurrentes au contrôle exclusif de l’État, ou d’une de ses composantes », qu’une « situation révolutionnaire » prend forme [2]. Theda Skocpol va encore plus loin en proposant de tenir compte du principe d’autonomie relative de l’État : celui-ci n’étant pas la pure projection des rapports sociaux et économiques, il convient d’introduire dans l’analyse les élites étatiques, susceptibles de former un ou plusieurs groupes d’acteurs, dont on peut supposer qu’ils joueront un rôle significatif au cours du processus [3]. Les travaux sur la « transition démocratique »[4] ont également porté leur attention sur le rôle des élites dans un processus de changement de régime. Si les différences entre les « révolutions arabes » et les transitions démocratiques dans les pays postcommunistes, dont plusieurs ont été fondées sur un pacte entre élites modérées de l’opposition et du régime, sont incontestables, l’expérience postcommuniste incite néanmoins à consacrer une attention nouvelle au jeu des élites et à leurs recompositions. Deux pistes principales sont poursuivies :

1) Sociologie des trajectoires des anciennes élites et gestion publique du passé

Il s’agit d’abord de prendre pour objet les « anciennes élites » politico-étatiques, soit les membres du personnel politique, gouvernemental et étatique durant la période autoritaire (dirigeants du parti-État, ministres, gouverneurs, dirigeants d’entreprises et de banques publiques en particulier). Cette étude comprend trois volets.

Le premier consiste à étudier le rôle joué par les anciens serviteurs du régime de Ben Ali au cours de la séquence révolutionnaire (17 décembre 2010-14 janvier 2011). À la différence des transitions démocratiques à l’Est de l’Europe où les élites réformatrices des partis communistes ont joué, dans plusieurs pays, un rôle premier, elles ont été laissées de côte dans les études menées sur la révolution tunisienne. Or, il s’agit pour nous d’un point aveugle qui peut se révéler un analyseur puissant des transformations en cours. L’érosion des soutiens dont bénéficiait le RCD a, par hypothèse, été un des moteurs de l’effondrement de ce régime : car, en ne cherchant pas à en défendre les structures, nombre de cadres du régime en ont sans doute précipité, par leur passivité, la fin.

Le second volet est une étude de la « gestion publique » des anciennes élites : quelles politiques sont-elles décidées les concernant ? Les autorise-t-on à concourir aux élections, à créer des partis politiques ? Quelles élites font-elles l’objet de procédures judiciaires ? Quelles sont les logiques qui sous-tendent les initiatives prises au nom de la « justice transitionnelle », etc. ? Ce faisant, comment ces multiples initiatives, qui apparaissent comme éclatées, non coordonnées, mais globalement motivées par l’intention de faire justice et de sanctionner, redessinent-elles les contours des « élites de l’Ancien régime » ?

Enfin, le troisième volet propose de mener une étude qualitative (une vingtaine d’entretiens ont déjà été réalisés avec d’anciens ministres, gouverneurs et dirigeants de banques publiques) et quantitative des trajectoires suivies par les représentants de certaines fractions des élites de l’Ancien régime. Il s’agit notamment de retracer les parcours après la séquence révolutionnaire : parcours d’apprentissage des règles du jeu démocratique, à travers la constitution de nouveaux partis politiques par exemple, ou bien parcours de reconversion dans les domaines universitaires, associatifs, économiques ou autres (communication et conseil politiques, fondations, justice transitionnelle, etc.). Il s’agit aussi, par la méthode de l’entretien approfondi, de restituer la tessiture subjective de la séquence post révolutionnaire mais aussi, à travers une étude quantitative, de mesurer le poids respectif des différentes trajectoires afin d’alimenter le questionnement sur l’ampleur du renouvellement des élites au cours du processus de changement de régime.

ghannouchi_mbazaa_560
Le président par intérim de la Tunisie Fouad Mebazaa (G) et son Premier ministre Mohamed Ghannouchi (D).
© RFI

2) Gouverner une/en transition

Un second axe, amorcé en 2011 par plusieurs entretiens réalisés avec d’anciens ministres ou en exercice, consiste en une étude des pratiques gouvernementales dans un contexte de transition. Elle porte sur les équipes des gouvernements Ghannouchi 1, Ghannouchi 2 et Essebsi. Conduite sans visée normative, consistant par exemple à évaluer la pratique gouvernementale en termes d’accountability, cette enquête entend explorer un impensé de la sociologie des changements de régime. Qu’est-ce que « gouverner une/en transition » ? Qui gouverne et avec quel personnel ? Comment les ministres forment-ils leur cabinet et leur entourage ? Comment gouverne-t-on, dans un contexte de forte incertitude et alors que la durée du mandat est limitée dans le temps ? Comment définit-on l’action de son ministère, quels moyens engage-t-on ? Comment assurer la continuité de l’État et de ses engagements (par exemple en matière d’infrastructures) dans un contexte d’effondrement de la légitimité politique et de remise en cause de l’autorité ? Comment les ministres se constituent-ils une légitimité à agir et incarner l’État en dépit des multiples contraintes auxquelles ils doivent faire face ?

***

Le caractère imprévisible et régional des mouvements contestataires qui ont éclaté dans plusieurs pays du « monde arabe » à la fin de l’année 2010 et en 2011, l’entrée de plusieurs d’entre eux (la Tunisie et l’Égypte en particulier), dans un processus de transition démocratique, ont suscité chez nous le projet d’étudier, dans une optique comparée, certains aspects de la « transition tunisienne » à la démocratie. Il s’agit de comparer d’une façon particulière, puisque notre projet est de procéder à l’étude d’un seul cas (la Tunisie) en mobilisant de façon privilégiée le savoir acquis à travers l’étude d’un autre cas, celui de l’Europe centrale et orientale en général, de la Pologne en particulier. D’une certaine façon, notre ambition se fonde sur une des méthodes comparatives telle que définie par Arend Lijphart, qui consiste à considérer une étude de cas comme « génératrice d’hypothèses » (hypothesis-generating) pour analyser une autre étude de cas [5]. La première peut générer des hypothèses, la seconde confirmer la pertinence heuristique de ces dernières[6]. Il convient ici de préciser qu’en aucun cas l’expérience est-européenne n’est considérée comme un modèle : elle représente bien plus une source originale de savoir et offre un ensemble d’outils conceptuels dont certains sont susceptibles d’être mobilisés pour analyser le cas tunisien. Force est de supposer qu’en retour, l’expérience tunisienne contribuera à discuter la pertinence de certains de ces outils et concepts.

Ce projet de recherche, ici décliné sur le terrain tunisien, donnera lieu à la constitution d’un réseau inter-magrébin et à la mise en place de recherches collectives et comparées. Si nous avons choisi de commencer cette recherche en nous intéressant à un segment particulier des élites tunisiennes, nous ne souhaitons pas enfermer l’analyse dans une définition par trop restrictive de ce groupe. Nous estimons en effet devoir nous intéresser tant au personnel politico-administratif qu’aux élites sectorielles (universitaires, juristes, chefs d’entreprise…) et aux groupes sociaux dont elles sont issues.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Jérôme HEURTAUX

est Maître de conférences en science politique à l’Université Paris-Dauphine. Chercheur à l’IRISSO-UMR CNRS 7170 en détachement MAEE comme chercheur contractuel à l’IRMC .

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Recompositions et reconversions des élites tunisiennes. Sociologie d’un changement de régime », Le Carnet de l’IRMC, 06 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1330

 


[1] Si nous avons choisi de commencer cette recherche en nous intéressant à un segment particulier des élites tunisiennes, nous ne souhaitons pas enfermer l’analyse dans une définition par trop restrictive de ce groupe. Nous estimons en effet devoir nous intéresser tant au personnel politico-administratif qu’aux élites sectorielles (universitaires, juristes, chefs d’entreprise…) et aux groupes sociaux dont elles sont issues. Sur les élites tunisiennes sous l’ancien régime : Geisser Vincent, Camau Michel, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences po, 2003

[2] Tilly Charles, 1993, Les révolutions européennes 1492-1992, Paris, Seuil, 289.

[3] Skocpol Theda, 1985, États et révolutions sociales. La révolution en France, en Russie et en Chine, Paris, Fayard.

[4] Heurtaux Jérôme, Zalewski Frédéric, 2012, Introduction à l’Europe postcommuniste, Bruxelles, De Boeck, « ouvertures politiques ».

[5] Lijphart Arend, 1971, “Comparative Politics and the Comparative Method”, American Political Science Review, n° 65.

[6] Sartori Giovanni, 1994, « Bien comparer, mal comparer », Revue internationale de politique comparée, vol. 1, n° 1.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mon expérience à l’IRMC

Lassel
Photographie de Djaouida Lassel

Grâce à la bourse d’études de moyenne durée de l’IRMC, j’ai pu séjourner durant 3 mois (2011-2012) à Tunis. Ce séjour s’est inscrit dans le cadre d’un doctorat en sociologie débuté en octobre 2010, intitulé « Action des associations féminines : étude comparée sur l’évolution du statut de la femme en Algérie et au Maghreb (Maroc et Tunisie) ». Cette recherche s’appuie sur un travail de terrain important et le séjour en Tunisie était essentiel, notamment pour rencontrer les acteurs de la société civile s’étant engagés pour la défense des droits des femmes, dont entre autres l’AFTURD, l’ATFD, puis des responsables institutionnels autour de la condition féminine, ce qui a permis de donner corps à mon travail. Le second objectif de mon séjour était de bénéficier des ressources bibliographiques. La richesse de la bibliothèque de l’IRMC m’a permis de consulter les ouvrages et articles dont je n’avais pas encore pu prendre connaissance, et qui ne sont pas disponibles dans les bibliothèques aussi bien algériennes que françaises. Enfin, le troisième objectif de mon séjour était d’acquérir une nouvelle expérience dans la recherche en sciences sociales et de renforcer mes compétences de la pratique et de la culture scientifiques au sein de l’IRMC. J’ai pu y trouver un bureau ou travailler, avec accès à Internet, et des repas à partager avec toute l’équipe. Étant arrivée dans une période où les Tunisiens étaient à l’épreuve des premières élections révolutionnaires, ce fut l’occasion pour moi d’assister à un nombre de séminaires et conférences scientifiques extrêmement enrichissants, portant sur la démocratie, les transformations du politique en Tunisie et dans les pays arabes, etc. Par ce biais, j’ai pu avoir des discussions fructueuses et enrichissantes avec des conférenciers locaux et étrangers. En outre, j’ai eu l’occasion d’assister à d’autres conférences directement liées à mon sujet à travers d’autres institutions gouvernementales et associatives à Tunis et à Hammamet ce qui m’a permis de nouer de nouveaux contacts. Séjourner à Tunis était également propice à vivre le grand changement social que vient de connaitre la population tunisienne. Étant algérienne je me suis facilement intégrée dans l’environnement puisque je partage la même culture et la tradition, et je parle la même langue, ce qui m’a permis de renforcer des liens de solidarités et amicaux. Ce séjour à l’IRMC a été une réussite sur tous les plans : professionnel, académique et humain, je n’aurais pu rêver meilleur accueil et plus grande sympathie et soutien de la part de toute l’équipe de cet institut, son directeur, son personnel comme ses chercheurs.Je souhaite qu’à l’avenir, l’institut ne cesse d’être cet acteur de partenariat et continue à contribuer au développement de la recherche en sciences sociales sur la région maghrébine en collaboration avec la communauté scientifique française, européenne et maghrébine. J’invite tous les doctorants et chercheurs algériens qui mènent des recherches en sciences sociales et souhaitant vivre un séjour enrichissant humainement, scientifiquement et professionnellement à séjourner à l’IRMC !

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Djaouida LASSEL

est doctorante en sociologie à l’IREMAM (Aix-Marseille 1).

Pour citer ce billet : Djaouida Lassel, « Mon expérience à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1249

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Recherche en mode révolution

Stéphanie
Photographie de Stéphanie Pouessel

« L’avenir apparaît comme un champ largement ouvert, gros de toutes les menaces, mais aussi de tous les accomplissements. Alors, nous n’irons pas sur Mars ? Mais bien sûr que si… Et nous réaliserons d’autres impossibles. Il faut tout simplement croire au…miracle, qui est la règle et non l’exception. (…) notre nation n’est pas seulement une nation historique, mais une nation, pour le meilleur et pour le pire, en réserve de l’Histoire », Sousse, 1987. Moncef Marzouki, Arabes, si vous parliez…, Lieu commun, 1987.

Choisir de placer en exergue quelques lignes écrites il y a 25 ans par l’actuel président de la république voudrait ne pas être réduit à un positionnement politique partisan mais à la célébration de l’extraordinaire qui a mené un militant des droits de l’Homme sous dictature au Palais de Carthage quelques décennies plus tard. Pourtant, si à l’international, le Tunisien est passé du statut de « révolutionnaire libre et pionnier » en janvier 2011 à celui d’« islamiste rétrograde et dangereux » en octobre 2011, d’un point de vue de chercheur, la révolution ne m’a pas révolutionnée. Au contraire, elle a été pour moi conservatrice venant renforcer le postulat des sciences sociales, qu’une société n’est qu’inscrite dans l’histoire et en perpétuel mouvement. Donc ce « mouvement » – oui recroquevillé, timide et subtil – était là avant la révolution. La remise en cause des dominations et les rapports de force étaient bien présents mais pas forcement où l’on s’y attendait. Ils résidaient, en ce qui concerne mes propres recherches, dans la critique ethnoculturelle. Plus que jamais, c’était sous dictature qu’il fallait déployer patiemment et dans l’acharnement les ressources des sciences sociales pour nous permettre de voir le subtil du mouvement de la société. Aujourd’hui à découvert, la société tunisienne serait davantage à observer avec calme et humilité. Ce sont quelques fondamentaux que ce passage 2010-2011 et au-delà, mon passage à l’IRMC de 2009 à 2013, m’ont enseigné sur la place du chercheur en Institut français de recherche à l’étranger basé dans le monde arabe.

Il en est d’une francophonie redéfinie : la francophilie remontant au premier chef d’État tunisien et liée aux élites intellectuelles et économiques, et dont l’IRMC participait malgré lui, compose désormais avec l’arrivée au gouvernement de courants « islamistes » qui marquent la mise en valeur de « la langue arabe ». Les arcanes du pouvoir redéfinissent les lignes de démarcations, les critères symboliques, ici linguistiques, se déplacent : le chef de l’État adopte souvent la lahjatitude dans les discours officiels et réintroduit l’usage sudiste du « gue » à la place du « qef ». Et quand certains ministres, après des années d’exil en Angleterre ou au Moyen-Orient, s’avèrent davantage anglophones que francophones, la langue française relativisée est pourtant perpétuée par l’arrivée des Franco-tunisiens siégeant à l’Assemblée constituante.

Il en est de l’« islamisme », concept à géométrie variable et dont les fantasmes qui l’entourent, devraient en faire l’objet non acquis par excellence. Concevoir que ce que l’on nomme islamisme, dans sa configuration historique et nationale qui est la sienne aujourd’hui en Tunisie – qu’il soit le résultat aux dernières élections d’un choix temporaire ou d’une fidélité plus ancrée – ne soit qu’une configuration politique, une idéologie politique comme une autre. Un usage normatif est trop souvent imputé aux sciences sociales qui se font alors juge du bien et du mal de pratiques sociales ou politiques. L’usage normatif provient de la société elle-même et c’est à partir de la qu’il faut l’étudier : la réflexion sur la politisation de la religion, sur le « salafisme », sur la conjugaison possible entre démocratie et islamisme etc. est constante et profonde auprès de groupes issus de la société civile tunisienne. Depuis Tunis, le Forum El Jahedh en est l’exemple phare. Association tunisienne non gouvernementale créée en 1990, elle se présente comme un pont entre les intellectuels et la société afin de permettre une réflexion sur la culture et la pensée arabe. Dernier espace de liberté rassemblant quelques opposants politiques dont certains issus du parti Ennahdha, elle résistera jusqu’aux dernières heures du regime Ben Ali, traitant alors de sujets politiques non nationaux ou de sujets endogènes neutres (la famille). Depuis l’arrivée au pouvoir du parti islamiste en Tunisie, elle multiplie les conférences et les espaces de discussion sur le sujet. Le 14 décembre dernier, l’association reçoit avenue Bourguiba en plein cœur de Tunis le militant salafiste marocain docteur Abou Hafedh pour une conférence sur « le salafisme contemporain et la nécessité de son auto-critique » (Al salafiya al mou’asira wa hajatouha ilâ al naqd al dhati).

Enfin, c’est dans un mouvement d’aller retour France-Tunisie (Maghreb)-France que sont situées, malgré moi, mes recherches et dont le 14 janvier a relancé la donne. Si la recherche est dans sa constitution même une démarche qui vise à défaire les préjugés et les stéréotypes, celle tournée vers le « monde arabe » devait redoubler d’efforts tant le poids des fantasmes orientalistes, islamistes, autoritaristes, etc. étaient (sont) ancrés. Si l’on rajoute, en tant que chercheur de nationalité française, le lien colonial et migratoire entre France et Maghreb, le cocktail est explosif. Salvateur, le 14 janvier ne l’a été que pour quelques temps, le dévoilement d’une société civile hétérogène, ici conservatrice, la nationaliste, quoiqu’il en soit fragmentée a l’instar de toutes sociétés, semble avoir de nouveau jeté l’opprobre sur cette région du monde. De plus, la teneur du vote tunisien depuis la France (un taux important pour Ennahdha) a été interprétée comme un message politique en direction de la France. Mes recherches tunisiennes me ramènent à la posture clé de l’anthropologie qu’est l’anti-ethnocentrisme. N’est-il pas possible de penser que, face à telle situation et issu d’une même histoire, on aurait tous pu réagir ou agir de la même manière ?

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Stéphanie POUESSEL

est chercheure post doctorante et anthropologue en poste à IRMC de 2010 à 2013.

Pour citer ce billet : Stéphanie Pouessel, « Recherche en mode révolution », Le Carnet de l’IRMC, 12 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1133

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Des ingénieurs aux avocats ou de la dimension politique du fait professionnel

Eric
Photographie de Eric Gobe

Entre 1998 et 2002, l’IRMC m’a permis de coordonner le premier programme collectif de ma vie de chercheur. L’expérience que j’ai pu y accumuler a été déterminante dans ma trajectoire de chercheur. Le choix de mon objet de recherche, la naissance et le développement de l’ingénieur moderne au Maghreb, m’a fait découvrir le vaste domaine de la sociologie et de l’histoire des professions modernes. Politologue de formation, j’ai, depuis lors dans l’ensemble de mes recherches, utilisé les outils théoriques des deux champs disciplinaires, ainsi que l’apport de l’histoire afin de mettre en avant la dimension politique des « faits professionnels ».

Dans un premier temps, à travers la construction de l’objet « ingénieur » au Maghreb, j’ai tenté d’apporter, avec les collègues participant au programme, un éclairage sur la manière dont s’est recomposée l’articulation des enjeux politiques, économiques et sociaux dans un contexte de libéralisation économique. Il s’agissait d’analyser le processus par lequel les ingénieurs sont passés du statut de grands commis du secteur public au service de la construction d’un projet de développement national impulsé par l’État à celui de cadres moyens ou supérieurs se présentant sur un marché du travail de plus en plus ouvert. Ce processus apparaissait lui-même lié à la massification de l’enseignement supérieur et aux transformations économiques et sociales générées par l’application, à partir du milieu des années 1980, des plans d’ajustement structurel du FMI, synonymes d’élargissement progressif du secteur privé. Mais le programme de recherche, initialement axé sur les effets de l’intégration internationale des économies maghrébines sur la restructuration de la profession d’ingénieur, s’est progressivement élargi à des questions de caractère historique. Cela est apparu d’autant plus nécessaire que l’ingénieur tout au long de l’histoire contemporaine du Maghreb a souvent été un acteur social placé par les pouvoirs publics au centre des stratégies de développement tant urbain, rural qu’industriel. Le programme n’a pas pu échapper à l’histoire, marqué qu’il a été par une double césure historique (la colonisation et l’indépendance), sans laquelle il était impossible de penser la genèse de l’ingénieur moderne au Maghreb.

ericLes sociologues qui se sont penchés sur les ingénieurs du Maghreb indépendant ont ressenti la nécessite de recourir à une perspective diachronique pour mettre en exergue les lignes de forces des mécanismes de production et reproduction et d’insertion socioprofessionnelle des ingénieurs au Maghreb depuis les indépendances. In fine, les travaux des uns et des autres ont mis en valeur les trois temporalités historiques qui ont marqué l’organisation de la profession d’ingénieur : la temporalité coloniale (1830-1962), la temporalité étatiste développementaliste (1960-1980) et la temporalité du libéralisme économique et de la mondialisation (depuis 1990).

Les approches scientifiques développées dans le programme « ingénieur » ont marqué mes recherches ultérieures, notamment celles sur la profession d’avocat en Tunisie. Mon passage de la profession d’ingénieur comme objet d’étude à celle des avocats s’est effectué par le biais d’une réflexion sur l’Ordre des ingénieurs tunisiens et sur ses relations avec les pouvoirs publics. Ce travail m’a amené à revisiter les notions de corporatisme et de syndicalisme professionnel et m’a permis de prendre conscience que la seule organisation professionnelle relativement autonome et revendiquant avec succès une certaine indépendance était, sous la présidence Ben Ali, l’Ordre des avocats. Aussi, dans le contexte autoritaire du pays, il m’est vite apparu que l’Ordre des avocats constituait une organisation à part dans la société tunisienne et, par conséquent, que la profession dont il se voulait le représentant était digne d’intérêt.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Éric GOBE

est chargé de recherche (HDR) au CNRS en délégation au Centre Jacques Berque, Rabat. Il a été chercheur à l’IRMC de 1998 à 2002.

Pour citer ce billet : Eric Gobe, « Des ingénieurs aux avocats ou de la dimension politique du fait professionnel », Le Carnet de l’IRMC, 10 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1118

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un outil de coopération et de mise en réseau

Yamina-MATHLOUTHI-DALI
Photographie de Yamina Mathlouthi

Pour un chercheur en économie travaillant habituellement dans des labos mono disciplinaires, être à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) est une occasion précieuse pour pouvoir travailler dans un centre de recherche pluridisciplinaire en sciences humaines et sociales, c’est aussi une expérience très enrichissante qui m’a permis d’une part d’établir des réseaux de relations essentiels au développement de ma recherche, et d’autre part d’améliorer la coopération encore timide entre les acteurs de la recherche sur le Maghreb au moyen de rencontres, d’ateliers, de séminaires et de publications.

S’inscrire dans une diversité disciplinaire

À l’IRMC, les chercheurs sont bien outillés pour pouvoir suivre les évolutions de la société maghrébine sous plusieurs angles, disposant de relations de partenariats avec les intellectuels maghrébins et saisissant les bouleversements des systèmes politico-économiques des sociétés maghrébines, leurs projets de recherche privilégient considérablement l’approche pluridisciplinaire. Travailler selon cette approche change également la nature des rapports entre les chercheurs, pour mon cas par exemple, cette diversité m’a aidée à mieux répondre aux interrogations qui se posent au cours des enquêtes de terrain et à mieux cerner certains problèmes scientifiques. Les sujets proposés dans les séminaires et les conférences organisés par l’institution étaient de par leur diversité une excellente occasion pour s’ouvrir à d’autres sujets et paradigmes scientifiques. Je reste personnellement convaincue de la nécessite d’instaurer des synergies entre les différents axes de recherche et l’établissement de programmes de recherche fédérateurs susceptibles de répondre au mieux aux exigences de la période historique actuelle des pays du Maghreb.

Choisir son programme

Maghreb et sciences sociales 2008C’est l’une des raisons pour lesquelles j’étais séduite aussi à l’idée de travailler dans ce centre, cette liberté à laquelle je suis particulièrement attachée étant essentielle à la crédibilité de la recherche et au respect de la déontologie d’usage. Pourtant, elle n’est pas toujours acceptée par les autorités de tutelle et conduit dans certains cas à des crispations. Sur le plan financier et bien que le centre dispose de crédits modestes (et de plus en plus réduits, certes), il nous a quand même été possible de financer des recherches conjointes pour des budgets limités, ces travaux franco-tunisiens et plus généralement des projets franco-maghrébins centrés sur un projet spécifique sont une excellente occasion de faire travailler ensemble des chercheurs français et maghrébins, ces travaux de terrain effectués en commun permettent à leur façon un certain « partage du savoir ». Même si la mise au point de la problématique donne lieu, au départ, à des discussions scientifiques parfois difficiles, sur le terrain, la réalisation des entretiens permet souvent d’exploiter ces différences d’une manière très fructueuse.

… et s’outiller pour l’après

Les trois années passées à l’IRMC m’ont également permis de découvrir « le Maghreb » et de l’appréhender autrement. Ce territoire, en tant qu’objet de recherche, n’était analysé par les économistes, dont je fais partie, que sous le prisme économique pur, c’est-a-dire un ensemble de structures de production, de modalités de répartition des revenus et de circuits d’échanges internes et externes. Or, avec l’appui scientifique que ne cesse d’apporter l’institut aux chercheurs sur et pour le Maghreb, nous disposons aujourd’hui d’un ensemble de travaux de qualité qui ont le mérite de mettre à la disposition de la communauté scientifique, une panoplie de grilles de lecture aidant a analyser ce territoire comme « un construit social » plus qu’une aire géographique combinant ainsi des éléments de nature économique et sociale et politique. Avec « le Printemps arabe (?) », la pertinence de cette grille de lecture n’est plus à démontrer, permettant de suivre, avec la distance nécessaire pour la recherche, les évolutions et les ruptures qui ne cessent de se produire dans les sociétés maghrébines.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Yamina MATHLOUTHI

est économiste chargée de projets à l’AFD Tunis. Elle a été chercheure à l’IRMC de 2006 à 2009.

Pour citer ce billet : Yamnia Mathlouthi, « Un outil de coopération et de mise en réseau », Le Carnet de l’IRMC, 18 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1046

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et l’Institut français de Tunisie (IFT)

1L’IRMC, depuis sa création, se situe au carrefour institutionnel de plusieurs dispositifs correspondant à des objectifs et à des formes de partenariats spécifiques : le ministère français des Affaires étrangères qui valorise la production de connaissances sur la Tunisie et l’ensemble du Maghreb ; le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) qui vise plutôt la recherche fondamentale et l’entretien des réseaux « d’excellence » ; les universités et les institutions de recherche magrébines en quête de partenariat et de co-constructions scientifiques ; puis les services de l’Ambassade de France a Tunis, qui souhaitent sa visibilité et sa participation à la présence de la culture et de la langue française, ainsi qu’au débat d’idées en matière de coopération universitaire et scientifique. C’est dans ce dernier cadre que l’IRMC entretient des relations suivies avec l’Institut français de coopération, devenu aujourd’hui l’Institut français de Tunisie (IFT). Ainsi après un soutien indifférencié de l’IFC au fonctionnement de l’IRMC lors de sa fondation, s’est progressivement mise en place une coopération fondée sur des objectifs partagés et sur des projets communs.

Les modalités de travail

Dans le cadre du soutien de l’IRMC aux étudiants boursiers et à la recherche universitaire, des contacts étroits sont noués avec les services de coopération de l’IFT. Ces contacts sont régulièrement repartis entre la coopération éducative et pour le français en matière d’orientation sur des stages linguistiques ; la coopération scientifique et technique en vue du montage de projets, des partenariats Curien et d’une présence au CMCU ; la coopération universitaire lors d’échanges ou d’actions de coopération (cursus communs) entre universités françaises et tunisiennes, ainsi que par le biais d’une présence de l’IRMC au Forum des orientations universitaires.

Dans ce cadre, l’Institut de recherche joue un rôle important pour le conseil a l’octroi de bourses d’études (comité mixte Michel Foucault) et apporte régulièrement son expertise dans les commissions de sélection et d’attribution de soutiens a l’organisation de colloques et de manifestations scientifiques. Il contribue ainsi, dans un rôle de courroie de transmission, à promouvoir les sciences humaines et sociales, et à renforcer leur présence et leur audience au sein des services de l’IFT. De leur côté les attachés concernés et/ou le conseiller culturel, participent régulièrement à des réunions ciblées (dont les conseils scientifiques du Pôle Maghreb et les comités mixtes franco-tunisiens de suivi des activités de l’IRMC), contribuant ainsi à une meilleure circulation de l’information entre les deux établissements.

Les actions communes

3Elles sont nombreuses et variées. Elles peuvent tout d’abord concerner des invitations d’universitaires et de chercheurs en France ou en Tunisie, puis des aides financières à la publication (bulletin Correspondances en 1998-2000, Lettre de l’IRMC en 2013) ou a des enquêtes nationales (les diplômés et les ingénieurs en Tunisie, 1999-2002 avec l’INTES), ainsi que des soutiens financiers à des colloques et des manifestations internationales (dont les Chantiers de la recherche au Maghreb en 2006 ou le colloque de l’AISLF en 2007).

Elles concernent aussi les partenariats retenus avec le Fonds d’Alembert, et pour lesquels l’IRMC a eu en charge la définition des thèmes et la conduite des conférences. Citons à ce titre le projet de 2003, Nouveaux risques et culture du risque : quel avenir pour les sociétés contemporaines ? et celui de 2004-2006, Construire un monde ? Mondialisation, pluralisme et universalisme, qui a donné lieu à la publication d’un ouvrage en 2007, sous la direction de Pierre Robert Baduel. Enfin, notons qu’en 2006-2007, l’IRMC a servi de conseil scientifique pour l’organisation des conférences de la manifestation organisée par l’IFT sur L’image révélée. Orientalisme/Art contemporain.

Plus récemment et depuis la révolution tunisienne, plusieurs actions notoires ont sensiblement rapproché les relations de l’IRMC et de l’IFT. Citons d’abord l’organisation d’un cycle de conférences en partenariat conjoint avec la Médiathèque Charles De Gaulle, la BNT (Bibliothèque nationale de Tunisie) sur le thème : Avec quels outils penser la société tunisienne aujourd’hui ? Cinq conférences sont, entre autres, a signaler : « Les perspectives et nouveaux enjeux de l’édition au Maghreb » (Luc Pinhas), « Plus d’une langue » (Barbara Cassin), « La communication : guerre et paix au XXIeme siècle » (Dominique Wolton), et enfin au printemps 2013, « Aménagement du territoire » (Jean-Louis Guigou) et  « Décentralisation » (Jean-Pierre Worms). Mentionnons de même la présence ponctuelle lors de réunions de chercheurs a l’IRMC, de conférenciers du collège de France invités par l’IFT (Henri Laurens, Pierre Rosanvallon).

Citons aussi l’organisation conjointe en mai 2012 avec l’IFT, l’IRMC, l’IRD et l’Institut Pasteur, d’un séminaire sur l’histoire orale et la mémoire des Instituts Pasteur au Maghreb. Anciens directeurs et personnels de ces instituts ont pu y débattre sur le rôle historique de ces Instituts dans la distribution des produits pharmaceutiques, avec les facultés de médecine et d’enseignement, dans la transmission des connaissances, à travers la veille sanitaire et scientifique etc.

Enfin, mentionnons le récent partenariat (décembre 2012) de l’IRMC avec le MAE (Institut français Paris), l’IFT et la BNT lors du Forum sur la question comparée de la transition énergétique au Maghreb dans le cadre de la manifestation annuelle « Sciences en questions ». Ce forum, organisé par Sylvie Daviet (professeur à l’Université d’Aix-Marseille en délégation CNRS auprès de l’IRMC) avec le soutien de Yannick Leroux (attache de coopération scientifique auprès de l’IFT), a permis de rassembler pour la première fois en Tunisie autour d’une même table et sous l’égide des sciences sociales, des acteurs publics et privés non académiques et des universitaires. N’omettons pas non plus de signaler la présence conjointe de nos deux institutions sur des manifestations ponctuelles (escale à Tunis de « Ulysse 2009 », journées audiovisuelles en 2010, Forum social de 2011), ainsi que lors des sessions régulières de la Foire internationale du livre de Tunis.

En conclusion, il convient d’insister sur le fait que les relations nouées entre l’IRMC et l’IFT ont toujours eu lieu sur la base d’un consentement volontaire tenant compte des objectifs spécifiques des deux institutions, l’une en matière scientifique et l’autre en matière d’action culturelle. Et il faut reconnaître que cela n’alla pas toujours de soi. Si les chercheurs de leur côté ont pu revendiquer leur « autonomie scientifique » face aux services culturels français, à la mission diplomatique française et au politique, les Conseillers culturels successifs n’ont pour leur part pas hésité à rappeler la nécessité « pour les chercheurs de prouver aux décideurs l’utilité de leurs investigations ». Il faut toutefois resituer ces résistances mutuelles dans le contexte des « années Ben Ali » où l’IRMC, certainement sauvé par sa dimension internationale, tentait de s’imposer comme un « espace de liberté » en équilibre instable entre le contrôle du pouvoir tunisien et le maintien d’une autocensure a minima souhaitée par ses tutelles. Il semblerait toutefois que la révolution tunisienne et le projet désormais commun tant pour le Gouvernement français et l’IFT que pour l’IRMC, de s’inscrire dans une transition démocratique consensuelle, aient contribué au rapprochement de ces deux institutions au service de nouvelles modalités de la « diplomatie scientifique » en Méditerranée.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Pierre-Noël Denieuil

est directeur de recherche au CNRS et actuel directeur de l’IRMC. Son mandat a débuté en 2008 et s’achèvera à l’été 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et l’Institut français de Tunisie (IFT) », Le Carnet de l’IRMC, 2 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/928

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC un outil de coopération

Lazari
Photographie de Mohamed-Néjib Lazhari

L’IRMC est un outil particulier de coopération. Il a impulsé en Tunisie une communauté pour les jeunes chercheurs. Par exemple la mise à disposition de sa bibliothèque est un phénomène unique que l’on ne trouve pas dans les autres disciplines, avec pour effet de stimuler la circulation des chercheurs et la participation aux activités de l’Institut. Puis par le biais de son poste en détachement, de nombreux enseignants chercheurs tunisiens y ont transité et sont devenus chefs de laboratoire. Et tout cela a eu des effets démultiplicateurs sur d’autres, en palliant la mobilité parfois difficile avec la France et en contribuant à la formation. Puis il y a eu l’impact des rencontres avec les jeunes étudiants et doctorants lors des sessions doctorales.

L’IRMC a toujours joue un rôle de catalyseur et il doit s’y maintenir et renforcer une synergie des sciences sociales sur les réseaux nationaux, régionaux voire étendus à l’espace euro-méditerranéen, sans perdre toutefois son essence de coopération francophone qui est sa mission scientifique d’origine. Il doit aussi prendre la mesure des évolutions en informatique et en sciences exactes, et tenir compte de l’interférence qui existe entre les disciplines comme entres les sociétés. Par exemple les sondages d’opinion constituent un nouveau créneau pour les sciences sociales qu’il serait intéressant d’emprunter.

La coopération (que l’on peut définir comme savoir donner, savoir communiquer, savoir échanger) devient une association nécessaire dans un contexte où on ne s’en sort jamais seul. Et à ce titre, l’IRMC doit rester la locomotive d’un rapprochement des institutions universitaires. Et cela d’autant plus dans un contexte ou le CERES s’est trouvé marginalisé par rapport aux universités. C’est ainsi que certains chercheurs tunisiens ont trouvé à l’IRMC des choses qu’ils ne trouvaient ni au CERES ni ailleurs.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Mohamed-Nejib LAZHARI

est directeur des programmes et du Partenariat scientifique au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il est président du comité mixte de suivi franco-tunisien des activités de l’IRMC.

Pour citer ce billet : Mohamed-Nejib Lazhari, « L’IRMC un outil de coopération », Le Carnet de l’IRMC, 19 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/957

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC depuis son Comité de suivi

el gaied
Photographie de Mohamed Moncef El Gaied

L’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) boucle en 2012 ses vingt ans. Il a atteint aujourd’hui une maturité certaine. En effet, il est indéniable que l’IRMC constitue un outil d’une véritable coopération entre la Tunisie et la France. Il est indéniable également que, dans le cadre des sciences humaines et sociales, l’IRMC joue aujourd’hui un rôle important pour comprendre et appréhender certains phénomènes relatifs à la sphère maghrébine, ce qui est sa vocation première. Comment en est-on arrivé là ? Évoquer brièvement les circonstances qui ont jalonné son parcours et identifier succinctement l’environnement au sein duquel l’Institut a développé sa maturation pourraient, dans une certaine mesure, répondre à la question. Dans cet ordre d’idées, il y a lieu de rappeler les faits suivants :

La date de création de l’IRMC (1992) a coïncidé avec le début d’une véritable organisation de la recherche scientifique en Tunisie avec la création (1991) du secrétariat d’État auprès du Premier ministère, chargé de la Recherche scientifique (SERS), transformé (1992) en secrétariat d’État de la Recherche scientifique et de la technologie (SERST), la réactivation (1991), au sein du ministère de l’Enseignement supérieur (MES), de la Direction de la recherche scientifique et technique (DRST), élevée (1992) au rang de Direction générale de la recherche scientifique et technique (DGRST). À la même époque, la coopération scientifique et culturelle avec la France a atteint une densité remarquable et a pris une dimension supérieure, accompagnée d’une diversification des programmes bilatéraux touchant divers départements ministériels tunisiens.

Par ailleurs, le statut de l’IRMC prévoit la possibilité de créer un Comité mixte de suivi. Ce Comité comprend les représentants des autorités de tutelle, à savoir le ministère français des Affaires étrangères (MAE) et le ministère tunisien de l’Enseignement supérieur (MES). Il fut mis en place juste une année après l’entrée en fonctionnement de l’IRMC et organisa sa première réunion la même année (1993). Messieurs Brahim Baccari, directeur général de la recherche (MES) et Yves Saint-Geours, sous-directeur des sciences sociales et humaines (MAE) coprésidèrent cette réunion. Ils y ont souligné, notamment, que cette première réunion devrait permettre de définir les compétences et les modalités de fonctionnement du Comité dans le cadre de la coopération bilatérale franco-tunisienne.

En fait, quand on relit les procès-verbaux des premières réunions, on se rend compte que les interventions des membres du Comité, partie tunisienne et partie française confondues, ont surtout permis de définir une tonalite de discussion imprégnée de pragmatisme et de réalisme. A été installé, également, un état d’esprit ouvert au dialogue et à l’écoute. Liberté de réfléchir tout haut, échanges francs et propositions pertinentes ont toujours été à l’ordre du jour. Ils ont permis, à plus ou moins brèves échéances, de voir se réaliser sur le terrain, la majeure partie des propositions suggérées. Ainsi, quand j’ai succédé à M. Brahim Baccari, appelé à prendre la tête de l’Université de Tunis III, et eu l’honneur de co-présider le Comité, je n’avais plus qu’à surfer tranquillement sur la vague déjà en place pour poursuivre la réflexion avec l’ensemble des membres de cette instance, contribuant ainsi à la consolidation et au renforcement des activités de l’IRMC. Lors de ces réunions, des tendances ont été progressivement dégagées. Elles ont été dictées essentiellement par leurs apports nouveaux et leur pertinence au moment où elles ont été formulées. Certaines étaient susceptibles d’évoluer ou de disparaître et certaines étaient destinées à s’inscrire dans la durée. Sans être exhaustif, on peut citer à titre d’exemples :

– le renforcement et la diversification des partenaires ; le choix de thématiques pertinentes ; la priorité donnée aux formations doctorales et à l’organisation annuelle de rencontres tuniso-françaises de jeunes chercheurs, soutenue par les tutelles des deux pays ; l’institutionnalisation des cotutelles de thèses avec co-diplomation, ce qui constitue un instrument de mobilité pour les doctorants ; la diffusion et la valorisation des résultats de la recherche au Maghreb et sur le Maghreb à travers l’appropriation des nouvelles technologies de l’information et de la communication ; l’encouragement d’une politique de traduction en liaison avec les besoins de formation de chercheurs arabisants.

Du fait de la densité des actions en coopération, rappelées ci-dessus, l’IRMC s’est trouvé dans un environnement local renfermant, en son sein, des potentialités humaines, ayant des compétences reconnues dans les domaines des sciences humaines et sociales, prêtes à la concertation et à la collaboration. En outre, les différents organismes et structures de recherche, aussi bien tunisiens que français, étaient disposés à engager un effort de réflexion pour d’éventuelles coordinations ou intégrations. En particulier, la signature de conventions entre l’IRMC et les partenaires tunisiens a toujours été encouragée.

Bref, localement, une masse critique scientifique potentielle existait. C’était donc un environnement propice à l’épanouissement de toute initiative d’activité en coopération dans le domaine d’intervention de l’IRMC. Ainsi, de par la stature acquise, l’Institut est devenu, assez rapidement, un lieu d’ouverture et d’échanges, dans les domaines des sciences humaines et sociales, entre les chercheurs doctorants et les chercheurs universitaires confirmés. Cela a contribué à l’insertion quasi naturelle de l’IRMC dans le paysage national de la recherche, de sorte que l’Institut est arrivé à faire figure de nœud de réseaux de recherche, capables d’appréhender les mutations régionales, et même au-delà.

À ce titre, les résultats de la recherche peuvent être valorisés a plusieurs niveaux. Il y aurait lieu d’en faire une large diffusion, non seulement en direction des chercheurs (cas classique), mais en direction d’autres parties : grand public, entreprises locales et internationales, instances de la société civile et instances gouvernementales. Il y a là une source de prise de conscience pour les uns, une mine d’informations utiles pour l’aide à la décision pour les autres et une démonstration de l’utilité de la recherche scientifique dans les domaines des sciences humaines et sociales. L’IRMC a donc progressé par touches successives, palier par palier, sous le regard bienveillant des autorités de tutelles des deux partenaires. L’Institut continuera de progresser, j’en suis persuadé, tant que l’ensemble des acteurs concernés continuera d’agir dans le même sens, à savoir agir dans l’intérêt commun. Les deux seules limites à sa progression ne peuvent découler que, soit de l’exigüité des locaux (souvent évoquée lors des réunions du Comité), soit des conditions budgétaires, soit des deux.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Mohamed Moncef EL GAIED

est ancien directeur général à la DGRST du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur, et ancien co-président du Comité mixte franco-tunisien de suivi de l’IRMC.

Pour citer ce billet : Mohamed Moncef El Gaied, « L’IRMC depuis son Comité de suivi », Le Carnet de l’IRMC, 19 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/946

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les partis politiques tunisiens à la veille des élections législatives de 2013

1
© RFI – Reuters

La Tunisie organisera, vraisemblablement en automne 2013, ses secondes élections démocratiques depuis la chute du régime Ben Ali. Entre débats d’idées et violentes diatribes contre les adversaires qualifiés d’islamistes, de gauchistes ou de suppôts de l’ancien régime, la campagne s’annonce donc particulièrement animée. Difficile dans ce contexte de cerner la véritable identité des acteurs et les dynamiques à l’œuvre, d’autant plus que l’offre politique est en constante évolution depuis deux ans. Un état des lieux des forces s’avère donc nécessaire, tâche à laquelle est consacrée la présente note.

Deux approches seront à cette fin privilégiées, considérant l’évolution constante de la scène partisane tunisienne, mais aussi les limites habituelles des outils d’analyse quand il s’agit d’étudier des objets politiques non occidentaux. La première consistera donc à aborder les organisations partisanes sous l’angle de l’idéologie et de leur auditoire (première partie) et la seconde à analyser ceux-ci par le truchement de leurs structures (seconde partie). Ce faisant, nous découvrirons que le système partisan tunisien est moins fragmenté qu’il n’y parait et qu’il obéit à des logiques somme toute assez classiques.

1.         Classification par familles de pensée

Si les partis politiques tunisiens appartiennent à six familles de pensée (islamique, libérale, centriste, nationaliste, socialiste et écologique), l’analyse de leurs programmes révèle en réalité qu’ils s’inscrivent dans seulement trois courants, le conservatisme, le centrisme et la social-démocratie.

a)   Les conservateurs: Ennahda et les laïcs

L’électorat du courant conservateur, fortement majoritaire depuis les élections des 20-23 octobre 2011, à la fois en nombre d’électeurs (près de deux millions de voix) et en sièges à la Constituante (plus de 50%), se partage entre une aile conservatrice de sensibilité religieuse et une aile conservatrice laïque. La distinction entre laïcs et religieux, tout comme celle entre conservateurs et centristes d’ailleurs, ne se laisse pas aisément saisir, notamment parce que le concept de conservatisme peut inclure des projets évolutifs pour ne pas dire contradictoires. Cela étant, la polysémie du terme « tradition » permet également de dresser des ponts entre les courants. Il n’est ainsi pas exclu que certains jeunes Nahdaouis votent à gauche ni que les électeurs socialistes ou centristes soient conquis par la rhétorique d’Ennahda, moins pour le volet religieux que pour la reconquête morale et spirituelle prônée par le principal parti religieux tunisien.   Bien qu’ils hésitent à se réclamer de cette tradition dans une période révolutionnaire, les partis politiques conservateurs religieux sont, d’ailleurs, conscients de l’attractivité de leur message sur les si importants électeurs centristes et c’est notamment dans le but de conquérir leurs voix qu’ils devraient mener une campagne assez modérée, malgré quelques dérapages destinés à rassurer la base militante, comme dans l’affaire Habib Ellouze[1].

ennahdhaL’aile conservatrice religieuse comporte une dizaine de partis, dont les principaux sont Ennahda (R. Ghannouchi), le Parti de la Justice et du Développement (M. S. Hedri), le Parti de la Nation culturel et unioniste (M. El Hamdi), Al Rafah (M. Fakih), la Pétition populaire-El Aridha (H. Hemdi), le Mouvement tunisien de l’action maghrébine (M. Iemnif) ou encore, dans une certaine mesure, Al Amen (L. Bali.) Leur programme porte principalement sur des problématiques sociales (justice, lutte contre la pauvreté), ainsi que sur la question de la reconnaissance de l’islam (pour les radicaux), de l’identité arabo-islamique (pour les modérés), comme le pilier de l’ordonnancement juridique et politique du pays.

Les partis religieux disposent généralement de ressources financières importantes et ont un accès aisé aux médias (les chaînes de télévision Moutawassit, Al Moustaqella et Azzaytouna) ; ils s’appuient sur un large réseau de sympathisants, généralement issus des classes populaires (30-40 % de la population), sans distinction de sexe ni d’âge, parfois regroupés dans des associations très actives (Ligue de protection de la Révolution, Association de la Réforme et de la Prédication.) Ils obtiennent leurs meilleurs résultats dans les campagnes et les quartiers populaires des grandes villes (Tunis, Sfax, Sousse), comme en témoignent les scores obtenus en 2011 dans la circonscription plutôt rurale de Tataouine (59,3 %) et dans la populaire Tunis 1 (Médina, Bab Souika, Bab Bhar) où le vote pro-Ennahda a dépassé de 16 points (46,3 % contre 30,3 %) celui de Tunis 2, une circonscription plus aisée qui regroupe les communes de Carthage, du Bardo ou de La Marsa.

nidaaL’aile laïque, qui représente de 5 à 8 % des voix, se caractérise, pour sa part, par un autre type de conservatisme, de style que l’on qualifiera de « bourgeois », dans laquelle on retrouve souvent des partisans de l’ancien régime, des membres des grandes familles [2], des personnes issues des classes supérieures et de la moyenne bureaucratie. Parmi les partis appartenant à cette seconde tendance, citons plusieurs partis de la temporaire mouvance El Watani Ettounsi [3], le Parti néo-destourien (A. Mansour), de nombreux partisans de L’Appel pour la Tunisie-Nidaa Tounes (B. Essebsi) et de L’Initiative-El Moubadara [4] (K. Morjane) ou encore une partie non négligeable des soutiens aux députés indépendants (33 sièges). Les électeurs qui se revendiquent de cette tendance observent avec nostalgie et quelque amertume l’évolution de leur place dans la société et trahissent, ce faisant, une relative réticence à l’égard de la Révolution et de ses soubresauts. Avant tout attachés à la stabilité, à leur statut voire à l’ordre ancien, ils constituent une cible pour les partis centristes, et avant tout pour Nidaa Tounes.

On perçoit donc l’enjeu des électeurs conservateurs laïcs pour Ennahda. En obtenant le soutien de ces derniers, Ennahda confirmerait son rang de principale force du pays, avec un score similaire à celui obtenu en 2011 (37,04 %) et en en étant privé, il risquerait de se voir dépasser par Nidaa Tounes.  Les sondages révèlent d’ailleurs cet état de fait en attribuant au parti centriste entre 18 et 33 % des intentions de vote, avec de fortes fluctuations en fonction des régions, mais aussi en fonction des instituts de sondage[5].

b) Les centristes : Nidaa Tounes remplace le CPR et Al Joumhouri

cprDe Marzouki à Nidaa Tounes, le courant centriste semble lui aussi avoir les moyens de jouer un rôle sur la scène politique tunisienne, principalement en tant que valeur refuge pour les électeurs généralement issus des familles bourgeoises et des classes moyennes supérieures tournées vers l’Occident et que la fuite en avant, tout comme le retour en arrière, effraient. Mais enserrée entre les conservateurs et les socio-démocrates, une partie des centristes peine à exister à la fois politiquement et médiatiquement. Ses difficultés ne sont pas réellement liées à un déficit de structures (on dénombre une vingtaine de partis centristes), mais plutôt au manque de charisme de ses dirigeants et surtout à la difficulté d’élaborer un projet médian qui serait progressiste sans être révolutionnaire et défendrait les principes démocratiques sans renier les valeurs arabes traditionnelles.

Al-joumhouriOn retrouve dans ce courant quatre grands partis, le Congrès pour la République-CPR (M. Marzouki) et le Parti républicain-Al Joumhouri (M. Jribi) d’une part, et Nidaa Tounes ainsi qu’Al Moubadara, d’autre part, dont les thèses et les sympathisants appartiennent pour partie au courant conservateur. Autour d’eux gravitent plusieurs partis tels que le parti libéral maghrébin (M. Bouebdelli), l’Union patriotique libre (S. Riahi) ou les dissidents d’autres partis devenus l’Alliance démocratique (M. Hamdi).

Autrefois considérés comme les principaux rivaux d’Ennahda, Al Joumhouri et le CPR [6] ont laissé la place à Nidaa Tounes et affrontent aujourd’hui une crise identitaire. En effet, faute d’idée phare, le premier s’est enfermé dans une stratégie stérile de dramatisation du risque islamiste et le second a payé « l’Union sacrée » au gouvernement par le départ de plusieurs cadres (17 députés sur 29), le plus flagrant étant celui de son Secrétaire général Mohamed Abou en février 2013.

Pour ces partis, un aggiornamento s’avère nécessaire. Il pourrait consister à devenir un « swing party » qui appuierait tantôt la droite tantôt la gauche dans la constitution d’un gouvernement majoritaire, à l’image du FDP en Allemagne. C’est en substance ce qu’a réalisé, non sans mal, le CPR depuis 2011 au sein du gouvernement de transition et c’est ce qu’Al Joumhouri tente actuellement de faire en formant une alliance électorale avec Nidaa Tounes. Ce dernier, plus encore qu’Al Moubadara, s’affirme, par contre, comme le grand parti du centre, voire comme le principal adversaire d’Ennahda. Légalisé en 2012 et dirigé par Beji Caïd Essebsi, ministre sous la présidence Bourguiba pendant vingt ans, Nidaa Tounes est en train de réussir là où les autres centristes ont échoué, à savoir se présenter simultanément comme le parti de la rupture (avec Ennahda, avec l’ère Ben Ali) et de la continuité (avec les idéaux de la révolution, avec l’ère Bourguiba.)

En mobilisant à l’envi l’imagerie bourguibienne et grâce à un programme consensuel (pouvoir d’achat, liberté d’expression, justice), Nidaa Tounes se donne aussi les moyens de séduire les sympathisants de tous bords. Le fait que des cadres de Wafa, du Parti socialiste, d’Al Massar, du Parti du travail patriotique et démocratique et d’Al Joumhouri aient décidé de le rallier témoigne, d’ailleurs, de l’attractivité de ce « catch-all party », que l’on situera à mi-chemin entre les conservateurs laïcs et la gauche traditionnelle.

c) Les socio-démocrates : le Front Populaire en première ligne

Animée par une nébuleuse de partis, la social-démocratie tunisienne est un courant politique assez ancien qui a existé d’abord comme sensibilité (à l’origine du parti destourien) puis comme force politique structurée, malgré le monopartisme officiel qui a perduré jusqu’au milieu des années 1980 et en dépit de la droitisation du régime Bourguiba à partir des réformes libérales du long Gouvernement Nouira (1970-1980). Ces partis ont donc fondé leur identité sur une culture souterraine d’opposition au régime ainsi que sur des pratiques non institutionnalisées d’aide aux plus démunis durant les graves crises sociales de 1978, 1980 et 1983-84. La brève politique de la main tendue (1987-89) prônée par le successeur de Bourguiba, Zine el-Abidine Ben Ali et consistant à légaliser certains partis politiques n’a pas modifié cet état de fait.

massarSortie définitivement du bois en 2010, la social-démocratie se retrouve aujourd’hui à livrer contre la Troïka un combat qui rappelle singulièrement les luttes passées. Elle pourrait cette fois-ci sortir vainqueur, à condition de parvenir à incarner seule les idéaux de la Révolution et de s’entendre sur un programme ambitieux mais réaliste, qui éviterait l’écueil de la contestation systématique à l’autorité officielle. De par leur culture de la contestation et les thèmes défendus (justice, émancipation individuelle, développement économique, lutte contre les inégalités sociales et régionales), les socio-démocrates ont les moyens de séduire en dehors de leur cible classique, constituée de jeunes issus des classes populaires urbaines, des personnes exclues du système redistributif sous Ben Ali et également de ceux qui considèrent que le gouvernement n’a pas su saisir la chance historique que représente le processus révolutionnaire.

Ils tenteront pour ce faire de récupérer des voix au centre et chez les partis religieux sur le terrain desquels ils évoluent en partie, d’autant que ces derniers ont su démontrer leur capacité de conquérir une partie de l’électorat de gauche. Ils pourraient, pour ce faire, opter pour deux modes d’action. Le premier, appliqué par le Mouvement des démocrates socialistes-MDS (A. Khaskhoussi) ou le Parti unifié des patriotes (de feu C. Belaïd), consiste à dénoncer l’inefficacité et la dangerosité d’Ennahda et se présenter comme la seule alternative crédible face aux conservateurs, les centristes n’étant, selon eux, que les représentants cyniquement reconvertis de l’ancien régime.

front populaireLe Front Populaire [7] revendique aujourd’hui le rôle de porte-drapeau de ce courant. Crédité de 8 à 15 % [8] selon les sondages, ses ambitions sont légitimes et devrait remporter un certain succès, en récupérant le vote d’une partie des sympathisants du Parti Socialiste (ex-PDM) et d’Al Joumhouri et en capitalisant les tensions liées à l’impasse du gouvernement actuel et à l’assassinat de Choukri Belaïd. Il ne devrait, néanmoins, pas réussir à obtenir des scores identiques à ceux d’Ennahda et de Nidaa Tounes.

L’autre scénario serait, au contraire, de favoriser une alliance plus ou moins sincère avec les partis religieux pour profiter de leur popularité et/ou adapter leur programme à leurs propres idéaux. La participation aujourd’hui d’Ettakatol (M. Ben Jaafar) au gouvernement en est une illustration, tout comme le récent rapprochement opéré vers Ennahda par le Parti des travailleurs tunisiens-PTT, l’ancien Parti communiste des ouvriers de Tunisie (H. Hammami). Envisageable pour la minorité des partis de gauche, cette seconde option ne devrait, cela étant, pas s’imposer. Deux raisons à cela : d’abord, la gauche risquerait, ce faisant, de détourner ses électeurs, ce dont profiteraient les centristes. Ensuite, elle contribuerait à radicaliser le jeu politique, une perspective à laquelle les Tunisiens adhèreront difficilement après deux ans et demi de tumulte révolutionnaire.

Comme on le voit, l’approche des partis politiques par leur courant d’appartenance ne se suffit pas à elle-même. Trop schématique et basée sur une grille de lecture construite pour d’autres traditions nationales, elle ne permet pas toujours d’identifier avec précision la ligne d’un parti et  elle fait fi des stratégies d’alliance. D’où la nécessité de la compléter par une analyse des structures partisanes.

2.   Classification par typologie

Les partis politiques peuvent aborder la compétition électorale de diverses manières, en fonction de leur structuration interne et des éventuelles stratégies d’alliance.

a)   Partis de cadres et partis de masse

La scène partisane tunisienne peut être analysée à travers les typologies classiques de Duverger (1976) ou Sartori (1976) selon lesquelles il existe deux types de parti politique, le parti de cadres ou de notables et le parti de masse. Le premier type de parti a pour but d’obtenir des voix ou de peser sur le processus de prise de décision grâce à des personnalités influentes, alors que le second aspire à conquérir le pouvoir en obtenant l’adhésion du plus grand nombre.

Les partis que l’on retrouve dans la première catégorie sont souvent des partis conservateurs laïcs et des partis modérés ; ceux-ci omettent, parfois, le terme même de « parti » dans leur nom (« Congrès », « Pétition », « Initiative ») et, surtout, ils placent la compétence de leurs représentants et l’historicité (ou l’authenticité) de la formation au cœur de leur programme. Caractérisées par des structures lâches, un nombre réduit de membres et l’âge de ses dirigeants, sexagénaires pour les partis « historiques » et jeunes quadragénaires pour les nouveaux partis [9], ces formations n’ont pas toujours les moyens ou les ambitions de se lancer seules dans la compétition électorale. Elles peuvent alors servir de caution morale ou agir en qualité de groupes de réflexion, des groupes de pression et parfois de relai au service d’un parti de masse, à l’instar de la Pétition populaire avec Ennahda. Ce type de regroupement, que l’on qualifiera de partis de notables, inclut une quinzaine de partis, autonomes ou coalisés, comme le CPR, le Parti libéral maghrébin, l’Union patriotique libre, le MDS, le Parti des Verts pour le progrès (M. Khamassi), la Pétition populaire, Al Moubadara ou Wafa (A. Ayadi.)

Le second type de parti est celui du parti de masse. C’est généralement celui-ci qui connait le plus grand succès dans une période post-révolutionnaire, caractérisée par une expression démocratique paroxystique et liée à la volonté des citoyens, longtemps privés de considération, de participer à l’édification d’un nouvel ordre. Le parti Ennahda est son archétype : son organisation est hiérarchisée, sa direction centralisée avec, à sa tête, un chef de légitimité charismatique (R. Ghannouchi) et son discours, volontariste, parfois caricatural, est relayé par des associations solidement implantées. Peuvent aussi correspondent à cette définition d’autres partis comme Ettakatol, le PTT ou le Parti des Patriotes.

Cela étant, la distinction entre les partis de cadres et de masse n’est pas toujours évidente. Comme nous venons de le voir, il est rare que les partis répondent à l’ensemble des critères précédemment cités. Nidaa Tounes, par exemple, est bien moins centralisé qu’Ennahda, la direction d’Al Joumhouri est collégiale et le Front populaire est composé de nombreux petits partis.  De même, la frontière entre les partis de masse et de notables est poreuse et les connexions nombreuses, soit entre les partis de masse eux-mêmes (Ettakatol avec Ennahda, les partis du Front Populaire), soit entre un parti de masse  et un parti de cadres (la Pétition avec Ennahda ou encore Al Joumhouri, qui compte en son sein à la fois des partis de cadres (Parti républicain) et de partis de masse (Parti démocrate progressiste-PDP) [10].

b)   Partis et coalitions

L’autre angle d’attaque des stratégies d’alliance est celui de la coalition de partis. La fondation de celle-ci dépend, à ce titre, de cinq facteurs dont les trois principaux sont le degré de concurrence dans le courant, la capacité à assumer seul la charge d’une campagne et le souci de légitimité/exhaustivité. S’y ajoutent deux autres critères que sont le type de parti (parti de masse ou parti de notables) et enfin l’ancienneté de ce dernier. Ennahda et désormais Nidaa Tounes sont les deux seuls partis qui n’ont pas véritablement besoin d’une alliance. Ce sont des partis de masse structurés, sans véritable problème en termes de ressources, qui occupent une position hégémonique au sein de leur famille de pensée et qui mettent en scène leur légitimité historique. Pour eux, une alliance avec un autre (petit) parti présenterait cela dit l’avantage d’atteindre davantage d’électeurs. Il existe à ce titre trois formes d’alliance.

La première consiste à favoriser un regroupement autour d’un parti dominant, soit en devenir, à l’instar de l’Union pour la Tunisie autour de Nidaa Tounes, soit en déclin, comme Al Joumhouri autour du PDP ou de la Coalition du 18 Octobre pour les droits et les libertés autour d’Ettakatol.

La deuxième alliance, de type « technique », ou extraverti [11], sous-entend la réunion sous un large parapluie de formations qui ambitionnent de former un gouvernement et de peser dans les processus de prise de décision et de « marchandage » des postes. Ces coalitions extraverties concernent la grande majorité des partis nés après 2010, qu’ils siègent ou non à la Chambre des Députés. C’est le cas du Front Populaire, du Pôle démocratique moderniste (PDM) ou encore de la Voie démocratique et sociale-Al Massar, né de la fusion entre une partie d’Ettajdid, du Parti du travail tunisien et quelques indépendants du PDM [12].

La troisième et dernière alliance, de type « pragmatique », ou introverti, a pour finalité de rationaliser les moyens pour mieux conserver le pouvoir et non le conquérir. Elle est donc une option également pour les partis hégémoniques. C’est selon ce schéma qu’ont été conclues les quatre coalitions parlementaires au lendemain des élections de 2011 (la « Troïka », le Front populaire,  l’Union pour la Tunisie et la Coalition destourienne) [13].

Celles-ci s’avèrent indispensables pour certains partis qui souhaitent créer ou conserver un groupe parlementaire, vu la législation (un minimum de 10 députés est nécessaire), et elles sont aussi un lieu d’apprentissage de la négociation et de production d’idées. Enfin, elles peuvent, en théorie, aboutir à des regroupements plus durables. Il sera, à ce titre, intéressant de suivre l’évolution de l’Union pour la Tunisie, que les bureaux politiques d’Al Joumhouri et Al Massar envisagent, pour l’instant, comme une coalition électorale sous l’étendard de Nidaa Tounes.

 

Ce rapide tour d’horizon des principales forces politiques aura permis de dessiner les grandes lignes de la scène partisane tunisienne. Celles-ci sont au nombre de six.

1. Un mouvement naturel de reconfiguration continue de s’opérer dans le sens d’une réduction du nombre des partis en compétition, de 144 au lendemain de la Révolution à 49 aujourd’hui. Cela s’avère indispensable pour la lisibilité de l’électeur et logique car de nombreux partis politiques partagent le même programme.

2. La scène partisane tunisienne est organisée autour de trois courants que l’on retrouve dans d’autres pays, à savoir  le conservatisme, la social-démocratie et le centrisme, eux-mêmes structurés par trois partis dominants (Ennahda, le Front Populaire et Nidaa Tounes) autour desquels gravitent des petits partis alliés plus ou moins nombreux.

3. Plus concentrée, la scène politique est aussi plus polarisée. L’Union sacrée contre le régime Ben Ali est en train de faire place à un antagonisme de type conservateur-progressiste, arbitré par une « Troisième Force », malgré le fait que les programmes et la cible électorale de ces trois blocs peuvent se croiser.

4. Affaiblis par deux ans d’administration et de recherche du compromis entre les différentes fractions qui le composent, les partis gouvernementaux affrontent une opposition composite mais mieux structurée qui les attaquera sur leur bilan et leur ambition de toujours apparaître comme les seuls représentants légitimes de la transition démocratique.

5. Ennahda semble moins pâtir du bilan du gouvernement. Le report d’une partie des voix de l’électorat conservateur laïc devrait être atténué grâce à une communication maîtrisée, des soutiens solides et, peut-être une certaine démobilisation des électeurs qui lui sont hostiles.

6. Tous les partis souhaitent capitaliser le moment historique qu’a été la Révolution de 2010 et ont ainsi élaboré des programmes autour des valeurs de solidarité, de démocratie et de liberté. Cela fait écho à des convictions profondes, mais aussi au fait que tous devinent que la conquête du pouvoir, comme partout ailleurs, nécessitera de séduire l’électeur centriste.

Skander BEN MAMI

est politologue à l’état-major de l’Armée de Terre du ministère français de la Défense, spécialisé dans les processus de démocratisation dans les pays émergents, actuellement en position de disponibilité au Secrétariat général de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe–OSCE.

 

Pour citer ce billet : Skander Ben Mami, « Les partis politiques tunisiens à la veille des élections législatives de juin 2013 », Le Carnet de l’IRMC, 21 mars 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/848

Sources
DUVERGER Maurice, [1951] 1976, Les partis politiques, Paris, Seuil, « Points ».

SARTORI Giovanni, Parties and Party Systems, New York, Harper&Row, 1976.

http://www.cpsa-acsp.ca/papers-2004/Wolinetz.pdf

http://www.kapitalis.com/politique/14557-tunisie-ennahdha-et-nida-tounes-au-coude-a-coude-dans-les-sondages.html

http://www.newsoftunisia.com/politique/tunisie-sondage-nida-tounes-passe-devant-ennahdha-selon-3c/

http://www.letemps.com.tn/article-74261.html

http://www.webdo.tn/2012/04/08/ces-associations-qui-bossent-pour-ennahdha/

http://www.leaders.com.tn/article/decoupage-electoral-217-sieges-et-33-circonscriptions?id=6042

http://www.partistunisie.com

http://www.fhimt.com/2011/04/23/infographie-les-partis-politiques-tunisiens/

http://blogs.rue89.com/tunisie-libre/2011/09/06/qui-sont-les-nombreux-partis-politiques-tunisiens-220493

http://www.lemonde.fr/tunisie/article/2013/02/13/tunisie-qui-sont-les-principaux-partis-politiques_1831005_1466522.html

http://www.leaders.com.tn/article/quel-paysage-politique-pour-la-tunisie-en-2013-une-analyse-projective?id=7823

http://www.tunistribune.com/15589-quel-paysage-politique-pour-la-tunisie-en-2013/15589.html

http://www.lefigaro.fr/international/2011/10/26/01003-20111026ARTFIG00440-la-percee-surprise-d-un-ancien-allie-de-ben-ali-en-tunisie.php

http://www.tunisienumerique.com/tunisie-ennahdha-en-perte-de-vitesse-dans-les-sondages/167692


[1] Ce membre d’Ennahda a assimilé l’excision à une opération de chirurgie esthétique. Son parti a, évidemment, très rapidement pris ses distances avec une telle déclaration.

[2] Voir l’intéressant article paru dans Jeune Afrique http://www.jeuneafrique.com/Article/LIN17067queresellim0/

[3] Née de la fusion de onze partis dont La Voix du Tunisien et El Watan et désormais scindée au profit d’Al Moubadara.

[4] Ces deux partis ont été fondés par d’anciens ministres sous Bourguiba et des membres du RCD sous Ben Ali, d’où une certaine hésitation quant à leur appartenance au courant conservateur ou centriste. Le contenu de leur programme nous a malgré tout décidés à les classer dans la mouvance centriste.

[5] Il convient, en effet, d’être vigilant sur les résultats affichés par les instituts de sondage et l’usage que l’on peut en faire. Signalons à cet égard que l’institut SIGMA Conseil annonçait en février 2013  un différentiel de 13 points en faveur d’Ennahda (42% contre 29%), contre un différentiel de 1 point selon l’institut Emrhod Consulting en mars 2013 (19% contre 19%). Quant à l’institut 3C Etudes, il plaçait Nidaa Tounes en tête dès janvier 2013 avec 33.4% contre 33% pour Ennahda.

[6] Auxquels nous aurions pu autrefois ajouter le Parti démocrate progressiste, aujourd’hui dissout dans Al Joumhouri.

[7] Issu de la fusion d’une douzaine de partis de gauche, le Front Populaire a été créé en octobre 2012 pour succéder en partie au Front du 14 janvier, lui-même né au lendemain de la Révolution.

[8] 8 % pour 3C Etudes, 11.7 % pour Sigma conseil et 15 % pour Emrhod Consulting entre janvier et mars 2013.

[9] Au-delà de 65 ans pour Bouebdelli, Marzouki, Khaskhoussi et Morjane et moins de 45 ans pour Khamassi ou Riahi.

[10] Par contre, deux partis de cadres à l’identité affirmée trouveront plus difficilement un modus operandi.

[11] L’opposition extraverti/introverti renvoie à la capacité de l’alliance de faire évoluer la ligne du regroupement au fur et à mesure de l’inclusion des nouveaux partis dans ses rangs.

[12] Le Parti socialiste a quitté le PDM et la Voie du Centre et le Parti républicain ont, pour leur part fusionné avant de s’associer avec Afek Tounes et le PDP pour devenir Al Joumhouri.

[13] La « Troïka », composée d’Ennahda, du Congrès pour la République et d’Ettakatol, le Front populaire (Parti des travailleurs tunisiens, Mouvement du peuple, Mouvement des patriotes démocratiques), l’Union pour la Tunisie (Parti républicain-Al Joumhouri, Appel pour la Tunisie-Nidaa Tounes, la Voie démocratique et sociale-Al Massar) et la Coalition destourienne (L’Initiative, Union patriotique libre, Parti Néo-Destourien).

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’évolution des cultures politiques tunisiennes : l’identité tunisienne en débat

Manifestation du 9 avril 1938
© Ahmed Manai – Nawaat

La révolution tunisienne correspond à un moment de crise au cours duquel se renégocie le pacte national et l’identité de la communauté. Plus que les modalités de la transition démocratique, c’est bien la remise en cause de l’identité collective nationale, qui semblait jusque là faire consensus tant chez les partisans de l’ancien régime que dans l’opposition de la gauche, qui est en jeu.

Notion construite dans la lutte pour l’indépendance, cette identité s’incarnait, depuis l’indépendance dans l’idée bourguibienne de tunisianité. Ce concept se caractérise par son ouverture aux influences successives qu’a connues la Tunisie et ce, depuis la préhistoire. Il s’incarne dans une langue, l’arabe, langue d’expression politique pour le Néo-Destour à l’époque de Bourguiba. Tant le poids de son héritage historique que son appartenance à plusieurs cercles géopolitiques – la Méditerranée, l’Afrique, le monde arabo-musulman – justifient son ouverture vers la modernité : cette modernité s’appuie sur une forte tradition syndicale, sur une tradition constitutionnaliste pionnière ainsi que sur un projet social résolument progressiste (à travers un cadre juridique – le statut personnel – et des réalisations concrètes sur le plan des politiques éducatives, des politiques de santé, des infrastructures et de l’administration).

La nécessité de recomposer l’identité collective nationale s’exprime à travers plusieurs tendances. La première de ces tendances, c’est la demande renouvelée d’une citoyenneté politique et sociale par le peuple, depuis le 14 janvier. C’est ensuite la remise en cause de l’identité tunisienne – telle qu’elle avait été forgée depuis l’indépendance – et sa dilution dans d’autres cercles d’appartenances plus larges tels que l’oumma et le monde arabe, parfois au prix de violences physiques ou symboliques. En témoigne l’occupation de La Manouba, le drapeau noir sur la tour de l’Horloge, la réticence à fêter des fêtes nationales.

C’est enfin une demande de la société civile de retrouver son identité, de convoquer sa mémoire vive, ce que l’on peut observer à travers les ventes de librairies (en particulier avec l’Histoire de la Tunisie de la préhistoire à 2011) dans la création artistique, avec l’exposition Schkoun Nahnou au palais de Carthage en Juin 2012 et dans le monde associatif avec des mouvements tels que Kolna Tounes.

Ces trois tendances questionnent l’identité nationale collective sur sa résilience à la démocratisation du pays – puisque celle-ci avait été élaborée dans un contexte politique autoritaire et volontariste. Elles l’interrogent également sur son ancrage historique et géographique.

Assemblée constituante tunisienne, 22 novembre 2011.
© REUTERS – Zoubeir Souissi

Enfin elles remettent en cause son rapport à deux systèmes de valeurs. Les premières sont les valeurs individualistes et libérales de l’éthique de la citoyenneté politique ; les secondes sont les valeurs holistes à vocation anti libérale des identités collectives nationales. L’enjeu est donc également de recomposer le compromis historique entre une dimension culturelle séculière et une dimension cultuelle religieuse.

Ce sujet cristallise les oppositions dans les débats politiques et en particulier dans les débats de l’Assemblée Nationale Constituante. La gestion de cette crise de transition par les élus et les décisions qu’ils vont prendre dans le cadre de la rédaction de la Constitution, engagent la redéfinition de l’identité collective non seulement du régime, mais encore de la nation. Observer cette gestion de crise permet de voir si elle s’accompagne ou non d’une recomposition des cultures politiques des élus[1].

L’adoption de certaines attitudes politiques, comme celle du compromis – ferment d’une pratique démocratique de la politique – garantirait que le régime soit réellement démocratique et non pas une démocratie de papier qui ne fasse que suivre formellement les règles de la bonne gouvernance.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Déborah Perez

est élève fonctionnaire de l’école normale supérieur d’ULM (Paris). Elle poursuit un Master 2 à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales sous la direction de Monsieur le Professeur Hamit Bozarslan. Elle a été accueillie à l’ENS de Tunis et à l’IRMC en septembre-octobre 2012.

Pour citer ce billet : Déborah Perez, « L’évolution des cultures politiques tunisiennes : l’identité tunisienne en débat », Le Carnet de l’IRMC, 7 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/723

 


[1] C’est la thèse développée par G. Almond, S. Verba in The Civic Culture : Political Attitudes and Democracy, in Five Nations, Princeton University Press, 1963 : pour que les démocraties fonctionnent, il faut une adéquation entre les règles formelles du système politique et les cultures qui permettent la mise en pratique de ces règles.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un nouveau service en ligne IRMC : L’annuaire des centres de documentation tunisiens en sciences humaines et sociales

Le service documentation de l’IRMC présente son nouveau service en ligne : L’annuaire des centre de documentation tunisiens en sciences humaines et sociales.

De quoi s’agit il ?

Cet annuaire recense une centaine de bibliothèques, centres de documentation et autres structures documentaires se rattachant à la recherche en sciences humaines et sociales, en Tunisie.

Vous y retrouvez les informations qui comptent (Localisation / Espaces numériques / Contact…) pour chacunes des structures répertoriées.

Pourquoi un tel service ? 

L’outil s’adresse avant tout aux chercheurs et aux étudiants travaillant en Tunisie, mais reste accessible à chaque  internaute.

Son objectif est de palier l’absence de répertoire de structures documentaires en Tunisie et donc, de faire économiser un temps précieux aux chercheurs en centralisant l’information dans un annuaire.

Comment fonctionne l’annuaire ? 

Les informations sont maintenues à jour par le service documentation de l’IRMC. Néanmoins, conformément aux principes du Web 2.0, chaque internaute peut contribuer à ce maintient en fournissant des informations à jour, en toute simplicité. A terme, les structures documentaires elles même maintiendront à jour les informations qui les concernent!

Conçu et réalisé avec les technologies les plus récentes en matière d’application internet/intranet, l’outil propose des interfaces ergonomiques et intuitives permettant de rechercher  (classement par type, domaine…) et de localiser (vision cartographique) les centres. Un manuel d’utilisation présentant en détails les différentes fonctionnalités proposées est disponible en version numérique, sur la page d’accueil de l’outil (http://intranet.irmcmaghreb.org/centredoc/index/accueil).

Comment accéder à l’annuaire ?

Pour accéder à l’annuaire, rendez-vous à l’adresse http://intranet.irmcmaghreb.org, rubrique « Bibliothèque » puis « Centres de documentation« , ou cliquez ici.

En espérant que cette application vous sera utile!

Le service documentation de l’IRMC.

Les femmes cadres en Tunisie, identités et stratégies

Notre travail s’est construit sur une recherche empirique effectuée dans le cadre d’une thèse de sociologie du travail (El Amdouni, 2010). La recherche rend compte des identités des femmes cadres tunisiennes, qui se construisent dans les relations qui s’instaurent entre leur vie professionnelle et familiale. L’enquête de type qualificatif menée auprès de 60 femmes et de 20 hommes, principalement par le biais d’entretiens semi-directifs, illustre d’une part l’insertion de la femme cadre diplômée et active en tant que figure de réussite scolaire et sociale, mais démontre d’autre part que la progression de la carrière de ces femmes se construit de manière inégalitaire par rapport à celle de leurs homologues masculins : « l’histoire de leur accès à l’égalité de pouvoir est loin d’être terminée » (Laufer, 2004).

Pour autant, on constate que contrairement à certaines hypothèses, les femmes tunisiennes aspirent à des professions et à des carrières de haut niveau.Elles manifestent l’ambition d’accéder à des postes de responsabilité malgré leurs obligations familiales. Notre objet d’étude renvoie aux analyses de Geert Hofstede (1994) qui montre que l’on trouve en fait plus de femmes ambitieuses dans les cultures masculines. Par contre, dans les sociétés féminines, « les femmes rencontrent moins de réticences à vaincre pour accéder aux postes de responsabilités et elles sont aussi moins ambitieuses ». Il se trouve précisément que la culture tunisienne est bien une culture masculine mais que, profondément imprégnée depuis Bourguiba d’une culture politique énonçant les droits de la femme au travers du Code du Statut Personnel, cette masculinité ne « verrouille » pas juridiquement et économiquement l’ambition des femmes, même s’il n’en demeure pas moins que dans les rapports sociaux au quotidien, l’affirmation de soi dans le domaine professionnel pour les femmes s’impose comme un combat.

L’analyse a permis d’établir une typologie qui rend compte des identités différentielles des femmes cadres autour de la construction de l’identité dans le projet d’orientation, des stratégies professionnelles et familiales en relation avec une pluralité d’acteurs sociaux. La typologie montre comment ces femmes négocient leur activité. Si les femmes cadres « traditionnelles » se cantonnent à la reproduction des tâches au service d’un ordre familial, les « négociatrices » adoptent le « compromis » entre carrière et discrétion. Celles nommées les « ambitieuses », caractéristiques d’un modèle émergent dans le champ de l’emploi en Tunisie, se revendiquent dans « l’affrontement » et « l’investissement dans la réussite ».

Certaines d’entre elles adoptent le passage à l’entrepreneuriat pour s’émanciper des contraintes du salariat afin de pouvoir exercer librement leurs responsabilités. Cette ultime stratégie à l’entrepreneuriat se module selon qu’elles proviennent du secteur public ou du secteur privé. Les unes ont entrepris parce qu’elles reprochaient à la fonction publique la lenteur dans la carrière professionnelle. Les autres ont retenu du secteur privé, la difficile conciliation entre les responsabilités professionnelles et la vie familiale. Pour l’ensemble, la création d’entreprise est motivée par les stratégies d’une quête d’autonomie pour réaménager son temps de travail et mieux s’épanouir dans la vie privé, tout en visant la reconnaissance professionnelle de soi.

Les modèles que nous avons présentés montrent bien comment les identités des femmes cadres ont été sédimentées à travers la transmission familiale, l’éducation, la formation professionnelle, puis la famille (choix du conjoint ou choix du célibat, attitudes adoptés dans la famille). Il ressort de notre analyse différentes alternatives dont les femmes cadres disposent pour pouvoir affronter deux types de situation et deux maîtres, l’un au travail l’autre au foyer : le cadre concurrent dans la vie de travail, le mari dans la vie familiale. On voit par ailleurs que face à ces réponses multiples, les femmes cadres s’attachent à démontrer de la même manière les inégalités dans l’investissement des charges domestiques. Le quotidien est parsemé de difficultés et de « jonglages » parfois insurmontables entre responsabilités familiales et professionnelles.

Notre travail met au final en évidence que face au contrôle social imposé par la codification des sexes et la nécessité d’être la « meilleure », la majorité des femmes cadres interrogées cherchent moins à s’imposer dans « l’affrontement » ou dans la « rupture » qu’en s’employant à « ajuster » ou à « détourner » les obstacles pour produire leur propre culture et s’affranchir librement de leur propre destin.

Toutefois, le soulèvement populaire que vient de connaître la Tunisie qui a balayé l’ancien régime dictatorial, nous amène à nous réinterroger sur le sort des acquis de la femme tunisienne, même s’il est encore trop tôt pour être en mesure de répondre à cette question. Nous avons pu constater que les femmes et les jeunes filles ont joué un rôle important lors des manifestations, elles se sont inscrites à l’avant-garde de cette révolution aussi bien sur le Web que dans les rues, et ce, dans toute les régions de la Tunisie. À cet égard, il est clair que la gent féminine veille à ne pas fragiliser ses acquis et à les inscrire dans la nouvelle Tunisie, dans une progression moderniste.

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Sonia EL AMDOUNI

est docteur en sociologie, enseignante-chercheure, ATER à l’Université d’Évry, équipe Enseigner, Transmettre, Encadrer (ETE) et chercheure associée à l’IRMC.

crédit d’illustration : © Tunisiefemme.com

 

Pour citer ce billet : Sonia El Amdouni, « Les femmes cadres en Tunisie, identités et stratégies », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/544

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’attribution du nom du père à l’enfant né hors-mariage en Tunisie

En Tunisie du fait de l’application de la loi n° 75 de 1998, telle que modifiée en 2003, une femme ayant accouché hors du mariage, peut agir en justice contre le père de l’enfant pour obtenir un jugement qui décide le complément du certificat de naissance de l’enfant par l’insertion des éléments de l’identité du père : prénom du père (‘ism), prénom du grand-père paternel et nom patronymique du père (laqab). Depuis la réglementation de 2004, une procédure d’enquête est déclenchée automatiquement à l’hôpital à la naissance, rassemblant l’action des services sociaux et de la police pour atteindre la preuve de l’identité du père. Le Procureur de la République ordonne les analyses ADN et le juge décide sur la base des résultats de celles-ci.

L’intérêt de cette loi demeure dans le fait que le rapprochement entre le père et l’enfant est construit par l’attribution du laqab paternel. En effet, à partir de ce moment le père devient responsable pour l’enfant, il a un devoir de protection (racâya) et de maintient (nafaqa) à son égard. La symbolique du nom permet d’établir la continuité de cette loi avec les procédés de construction des généalogies de la tradition des sociétés arabes. Ibn Khaldun dans la Muqaddima au XIVe ap. J.-C./VIIIe H. siècle considérait qu’ « un lignage est une supposition et non une réalité » car en donnant plusieurs exemples, il démontrait que les généalogies ne décrivent pas l’enchaînement biologique mais elles ressortent souvent d’une construction opérée à travers la manipulation du nom du groupe ou de l’individu, afin de mettre à l’avant ou justifier une position sociale. L’ensemble des personnes rassemblées autour d’un nom partage droits et devoirs réciproques et les membres masculins s’appuient sur la communauté d’esprit de l’ caŝabiyya. On peut facilement remarquer que cette même logique caractérise la loi tunisienne sur l’attribution du laqab paternel. Les analyses ADN sont un critère de vérification de la paternité. À elles seules, elles sont insuffisantes pour désigner la parenté sociale, car c’est la transmission du nom qui transforme le géniteur en père.

En l’absence de publication de statistiques, ainsi que de rapports officiels, on peut essayer de croiser des informations provenant des associations et de la presse avec les données de la recherche de terrain pour analyser l’application de cette loi.

En Tunisie, le nombre des mères célibataires serait de 1149 femmes en 2010, dont 551 ont gardé leurs enfants. La Presse du 9 janvier 2012 a publié un chiffre similaire : 1100 mères célibataires en 2010. 66 % des enfants nés hors mariage seraient abandonnés. La loi semble avoir eu une bonne application à Tunis alors que dans le reste de la Tunisie plusieurs problèmes se présentent. Par exemple, les analyses ADN sont effectuées seulement à Tunis et dans les trois hôpitaux universitaires tunisiens à Sfax, Sousse et Kairouan. Leur déroulement implique le déplacement à l’hôpital de l’enfant, de la mère et du père ce qui peut poser une grande difficulté pour les femmes provenant du Sud du pays. Le risque est que le père ne soit pas recherché. En deuxième lieu, à l’attribution du laqab paternel devrait suivre une action auprès du juge cantonal contre le père pour obtenir le payement de la pension alimentaire pour l’enfant. Cela arrive à Tunis grâce aussi à une bonne assistance juridique auprès des femmes, assurée par les associations. Au contraire, dans le reste de la Tunisie, cette étape est restée longtemps inaccomplie pour plusieurs raisons, parmi lesquelles le manque de formation juridique des intervenants dans ce domaine. En revanche, on reconnaît aujourd’hui dans tout le pays, auprès de l’administration aussi bien que des associations, l’importance de pourvoir à l’assistance juridique des mères célibataires, ce qui entraîne une réorganisation majeure.

Enfin, les femmes et les intervenants souhaitent que la présence policière soit réduite au minimum.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Marta ARENA

est doctorante en anthropologie sociale et ethnologie à l’EHESS, Paris. Sa thèse s’intitule L’attribution du nom du père biologique aux enfants des mères célibataires en Tunisie, sous la direction de Pierre Bonte.

crédit d’illustration : © Businessnews.com

 

Pour citer ce billet : Marta Arena, « L’attribution du nom du père à l’enfant né hors-mariage en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 28 septembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/534

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook