Archives par mot-clé : TIC

La gouvernance de l’Internet en Tunisie depuis 2011

alexisComme ailleurs, l’accès à l’Internet en Tunisie est en nette augmentation. Au fur et à mesure que les médias “en ligne” complémentent ou supplantent les médias traditionnels, la question de la gouvernance de l’Internet gagne en importance dans l’étude du paysage médiatique et de la liberté d’expression en Tunisie. Dans cette optique, nous avons mené une recherche sur la régulation et la gouvernance de l’Internet en Tunisie dans le cadre d’un projet collaboratif sur les médias dans la transition politique tunisienne basé à l’Université de Cambridge avec le soutien du Al-Jazeera Centre for Studies.

Cette étude cherchait à identifier les structures clés (légales, institutionnelles, et architecturelles) qui sont sous-jacentes à la gouvernance de l’Internet, et à analyser leur évolution depuis le changement de régime en 2011. Entre février et juin 2014, nous avons mené une série d’entretiens avec des cadres et des ingénieurs du ministère des Technologies de l’Information et des Communications, des fournisseurs d’Internet, et des associations de défense de la liberté en ligne. Notre étude a été particulièrement éclairée par des témoignages très candides d’acteurs du secteur privé qui ont partagé avec nous de nombreux détails portant sur leur coopération avec le ministère de l’Intérieur.

Aussi, en collaboration avec le laboratoire des Sciences de l’informatique de l’Université de Californie Berkeley, nous avons mené une série de tests de réseaux pour identifier si des pratiques de censure ou de surveillance étaient détectables sur les réseaux des trois principaux fournisseurs d’Internet en Tunisie. En plus des résultats directs qu’ils nous ont fournis, ces tests de réseaux ont pu informer nos questionnaires lors de nos interviews.

D’un point de vue légal, nous avons cherché à comprendre ce qui résulte de la coexistence de textes liberticides établis sous le régime Ben Ali et de nouvelles garanties en faveur de la liberté d’expression et de la protection des données personnelles votées dans la nouvelle constitution. Ce niveau d’analyse met en lumière les ambiguïtés et les contradictions qui caractérisent l’actuelle législation tunisienne sur le sujet de la liberté “en ligne”.

Au niveau institutionnel, nous nous sommes penchés sur l’évolution du rôle des agences étatiques et de leurs collaborations avec les sociétés privées, acteurs dans le secteur de l’Internet et de la cyber-sécurité. En particulier, nous avons examiné quelles étaient les obligations des fournisseurs d’Internet envers l’État pour maintenir leurs licences d’exploitation. Dans cet axe, nous avons constaté une progression du modèle de gouvernance au travers des partenariats public-privé, et une régression de l’importance de l’Agence Tunisienne d’Internet dans la surveillance et la régulation de l’internet en Tunisie.

Microsoft Word - Lettre IRMC - Alexi
Ammar honoré par le président de la
République, 26 août. 2008.
Source : http://www.debatunisie.com/archives
/2008/08/26/10356388.html

Finalement, nous avons examiné la pertinence de ce qui est souvent appelé l’architecture du réseau (network architecture) dans la gouvernance de l’Internet en Tunisie : le support physique (câblage), la configuration et le fonctionnement organisationnel, et les principes et procédures informatiques. Malgré le fait que cette architecture demeure invisible à la majorité des usagers, dont les connections sont obtenues par la médiation d’interfaces-usagers, elle représente en fait un domaine d’intervention essentiel pour la gouvernance de l’Internet à l’intérieur d’un territoire national. Cette architecture est fondée sur un savoir scientifique qui échappe à la grande majorité des usagers. Et c’est à ce niveau-ci que les organismes privés et publics délimitent concrètement ce que sera l’expérience de l’usager qui accède à l’Internet depuis un réseau national.

Comme il a été reporté ailleurs, notre étude a confirmé qu’il y a eu un recul majeur de la censure de l’Internet en Tunisie depuis 2011. Par-contre, nous avons aussi constaté que ce recul n’est pas durablement implanté dans les institutions qui gouvernent l’Internet, et que les pratiques de surveillance d’usagers par les services de sécurité (en collaboration avec les fournisseurs privés d’accès) continuent sans le contrepoids de réels garde-fous contre des abus.

Les résultats de cette recherche seront publiés en décembre 2014 dans la revue, The Journal of North African Studies, sous le titre « The scissors and the magnifying glass: Internet governance in the transitional Tunisian context ».

Alexis ARTAUD DE LA FERRIERE

est doctorant à la Faculté d’éducation à l’Université de Cambridge. Chercheur associé au CIRMENA (Centre for the Study of the International Relations of the Middle East and North Africa, Cambridge) et doctorant associé à l’IRMC. Contact : alexis.delaferriere@gmail.com.

Publié en décembre 2014 dans la Lettre de l’IRMC n°14

Pour citer ce billet : Alexis Artaud de la Ferrière, « La gouvernance de l’Internet en Tunisie depuis 2011 », Le Carnet de l’IRMC, 6 janvier 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1714.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » Nouveaux supports, nouvelles pratiques

3Projet GDRI « Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » Nouveaux supports, nouvelles pratiques« , labellisé par le CNRS porté par l’IRMC (USR 3077) et le CERLIS (Université Paris 5), sous la responsabilité de Sihem Najar et Pierre-Noël Denieuil. Pays des participants : Tunisie, Algérie, Maroc, France, Espagne. Champs disciplinaires : sciences de l’information et de la communication, sociologie, psychologie, économie, marketing.

Compte-rendu de la réunion du 21-22 juin 2013.

L’objectif de cette réunion visait une première prise de contacts entre les membres de l’équipe constituée lors de l’appel à candidature, puis d’autres membres cooptés depuis,  et un état des lieux des potentialités et des actions projetées pour les années à venir.

– Ont été d’abord rappelés les objectifs généraux du GDRI, sur les points suivants : 1. Initier un réseau de recherche interdisciplinaire transméditerranéen qui croise des institutions et des approches différentes (constituer pendant 4 ans une sorte de laboratoire de recherche  sans murs). 2. Permettre au travers de ce réseau l’échange des connaissances et des expériences. 3. Développer une analyse comparative des usages sociaux des nouveaux médias dans la région méditerranéenne.

– Ont été présentés ensuite les trois ouvrages issus du programme de recherche dirigé par Sihem Najar à l’IRMC, qui est à l’origine du présent GDRI. Ils constituent une trilogie parue aux éditions Karthala/IRMC en 2012 et 2013 : 1. Les nouvelles sociabilités du Net en Méditerranée. 2. Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe. 3. Les réseaux sociaux sur Internet à l’heure des transitions démocratiques.

I. Thèmes prioritaires. Après un tour de table de présentation des équipes et des chercheurs, ont été discutées les thématiques prioritaires et les thèmes fédérateurs pour les prochaines rencontres. Ces thèmes devant se situer dans l’un des 4 axes définis lors du projet de candidature, à savoir :

            Axe 1. Les transformations des liens sociaux en Méditerranée à l’ère des TIC.

            Axe 2. Le processus communicationnel et l’interactivité concepteurs – usagers.

            Axe 3. Le cyberactivisme et les mouvements sociaux en ligne.

            Axe 4. La dimension linguistique dans les échanges établis grâce aux TIC

Les propositions des membres se résument en trois thématiques principales, sur lesquelles pourront s’articuler des sous-thématiques spécifiques. Ces thématiques énoncées ci-dessous ont été développées par le groupe et seront reprises dans l’argumentaire ci-joint pour les journées d’Oran.

1. Repenser l’espace temps du global au local. Incluant les questions de mondialisation des liens et des biens culturels, de liberté/surveillance, et de marchés globaux/espaces locaux.

2. La question des usages (appropriation, représentations…). Incluant les thématiques de la relation technologie/société, des pratiques discursives, des interactions concepteurs/usagers et de l’innovation.

3. Mobilisation des TIC et de l’action dans l’espace public  (politique). Incluant les thématiques des rapports industries culturelles/champ sociopolitique, des usages professionnels et du journalisme, des médias face au pouvoir politique.

Question transversale aux trois thématiques : On a tout d’abord évoqué la nécessité d’organiser des workshops thématiques dans le cadre du GDRI. Constituer des équipes de travail restreintes en binômes ou tripartites, liées aux problématiques et interrogeant les avancées des uns et des autres. Ces workshops alterneraient avec les séances plénières et permettraient de questionner la méthodologie et les modalités de l’approche comparative.

Questions abordées : Méthodes et objets  de recherche. Les bons outils d’observation et la construction d’un appareillage adapté. Quelles différentes méthodes en sciences sociales, appropriées pour aborder les objets numériques multiples, leurs concepts spécifiques et transversaux ?

Autre considération : Il ne faut pas que ce GDRI soit une simple juxtaposition de travaux, de terrains, de points de vue ou de méthodologies mais plutôt une véritable comparaison et un croisement des différents travaux menés. Il faut créer des zones de frontières pour que tout le monde puisse y participer.

II. Les activités du GDRI en programmation. On a évoqué la nécessité de rendre visibles et publics les travaux du GDRI par la création d’un outil de communication pouvant permettre aux membres d’échanger les informations, les documents et les points de vue relatifs à leurs travaux (Google drive, hypotheses.org, Facebook ou autres plateformes). Par ailleurs cet espace peut être ouvert aux publics externes souhaitant suivre nos activités. Abdel Benchenna se propose de prendre en charge la mise en place de cette plateforme avant la fin de septembre.

1. La prochaine activité du GDRI a été présentée par Chirine Ben Abdallah (doctorante). La journée d’études en question s’est tenue à l’IRMC le 28 juin 2013 sur : Transformations sociopolitiques et médias au Maghreb. Les nouveaux paysages télévisuels en Tunisie et les défis du passage à la démocratie. Elle sera suivie par une deuxième journée d’étude à Paris au troisième trimestre 2014. Une publication est envisagée.

2. La rencontre d’Oran. Par la suite ont été discutés les points concernant la prochaine rencontre d’Oran et le calendrier GDRI 2014-2016. Comité d’organisation : Pierre-Noël Denieuil, Aïda Fitouri, Mustapha Medjahdi, Vincent Meyer, Sihem Najar et Zeineb Touati. La date du 24-25 novembre 2013 a été retenue. Le thème de la rencontre intègrera les trois axes proposés ci-dessus et sera intitulé : Communication et recomposition des liens sociaux à l’heure des TIC. Chaque intervention sera commentée par un discutant qui insistera notamment sur la question méthodologique. On pourrait prévoir au milieu du séminaire une séance ou table ronde Workshop sur la méthodologie. 2 ou 3 intervenants extérieurs, susceptibles à terme de rejoindre le GDRI, pourraient être invités à communiquer.

Certains participants évoquent la difficulté d’y présenter un travail achevé et souhaitent que l’on donne plutôt un thème d’intervention permettant de présenter les enquêtes en cours. D’autre part, tous ne pouvant pas toujours assister aux RDV fixes, il faut trouver un moyen permettant le suivi des travaux par tous les membres. L’idée du workshop est à ce titre, intéressante.

 

III. Calendrier GDRI 2014-2015-1016. Fréquence des réunions (nommées rencontres, journées d’études ou colloques): tous les 6 mois.

Calendrier prévisionnel :

24/25 novembre. Oran/Algérie.

29-30 avril 2014. Rabat/Maroc.

Automne 2014. Malaga.

22-23 Avril 2015. Bejaïa.

Automne 2015. Toulon-Nice

Avril 2016. Sousse/Tunisie

Octobre 2016. Tunis ou Paris.

Répartition par groupes thématiques, des participants

Thème 1 : Repenser l’espace temps à l’ère des TIC

Dominique Carré, Professeur en sciences de l’information et de la communication, Labsic Paris 13.

Michel Durampart, Professeur des universités du Sud Toulon Var (UNS) en sciences de l’information et de la communication (SIC), I3M-Toulon

Francis Jauréguiberry, Professeur des Universités, Sociologie, Université de Pau

Vincent Meyer – Sociologue – Professeur des universités, Directeur-adjoint du Centre de recherche sur les médiations, Metz.

Marta Severo, chercheuse post-doc et chargée de communication pour le Groupement d’Intérêt Scientifique Collège International des Sciences du Territoire de Paris

Jean Max Noyer, chercheur I3M Toulon.

Hammad Sqalli, doctorant et chercheur au CESEM

Zeineb Touati ben Ali, Maître de Conférences à l’Université du Havre.

Thème 2 : La question des usages (appropriation, représentations…).

Miguel de Aguilera, Professeur en Communications. Chaire de communication et audiovisuel, Université de Malaga.

Hajer Bellalouna, Maître-assistante Sup’Com Tunis.

Chirine Ben Abdallah, Doctorante – IRMC.

Abdel Benchenna, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Labsic Paris 13.

Sarra Ben Jannet, Institut du cinéma, Université de Carthage.

Rached Ben Khalifa, Institut du cinéma, Université de Carthage.

Dominique Carré, Professeur en sciences de l’information et de la communication, Labsic Paris 13.

Sofiène Chérif, Professeur – Sup’Com Tunis.

Julien Denieuil, doctorant en sciences de l’information et de la communication au sein du LabSic, Université Paris 13.

Pierre-Noël Denieuil, Directeur de l’IRMC

Aïda Fitouri, Docteure en SIC, IRMC.

Francis Jauréguiberry, Professeur des Universités, Sociologie, Université de Pau

Driss Ksikes, Directeur du CESEM, Rabat.

Mustapha Medjahdi – Sociologue – chercheur au CRASC, Division de recherche: Socio-anthropologie de l’Histoire et de la mémoire.

Jean Max Noyer, chercheur I3M Toulon.

Kamel Rezgui, Maître de Conférences – Sup’Com Tunis.

Thème 3 : Les nouvelles formes de mobilisation de l’action et de l’espace public

Myriam Achour, Chercheure associée à l’IRMC

Fatma Aït Mous, CM2S

Dorra Ben Alaya, Directeure du département de psychologie, ISSHT Tunis.

Daim Allah Khaled Warda, Université de Béjaïa.

Hamida El-bour, IPSI Tunis.

Aïda Fitouri, Docteure en SIC, IRMC.

Rym Haloues Ghorbel, Doctorante en sociologie.

Koch Olivier, Labsic Paris 13

Abdelouahab Makhloufi, Université de Béjaïa

Imed Melliti, Maître de Conférences – ISSHT Tunis.

Aissa Merah – Maitre de conférences en Infocom, à la FSHS, Bejaïa

Racha Mezrioui, Maître-Assistante – IPSI.

Hayet Moussa, enseignante-chercheure – ISSHT.

Sihem Najar, Chercheure détachée à l’IRMC,

Robert Panico, Labsic Paris 13

Modération du workshop de Rabat :

Bertrand Cabedoche, Professeur en sciences de l’information et de la communication, Chaire UNESCO et Gresec, Université Grenoble-Alpes.

 

IV. Douze partenaires de part et d’autre de la Méditerranée

COMMED est un réseau de douze institutions universitaires et de recherche dont les membres impliqués dans le projet contribueront à l’approfondissement des cinq axes thématiques en apportant un cadre théorique, un dispositif conceptuel et des outils méthodologiques propres à leur champ disciplinaire.

– Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), Tunis
– Lexiques, dictionnaires, informatique (LDI), Paris
– Laboratoire Société, environnement, territoire (SET), Pau
– Laboratoire des sciences de l’information et de la communication (LabsSic), Villetaneuse
– Centre d’études européennes de Sciences Po (CEE), Paris
– Laboratoire de recherche Communication, signal et image (COSIM), Tunis
– Unité de recherche Traitement informatique du lexique (TIL), Sousse
– Unité de recherche Médias et société, Tunis
– Centre national de la recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC), Oran
– Équipe de recherche Les réseaux sociaux en Algérie, Béjaïa
– Centre d’études sociales, économiques et managériales (CESEM), Rabat
– Centre marocain des sciences sociales (CM2S), Casablanca

Le projet bénéficie du soutien de l’Institut français de Tunisie (IFT), du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de la direction de la Recherche du ministère français de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du Centre d’études et de recherches économiques et sociales (CERES).

 

Aïda FITOURI et Pierre-Noël DENIEUIL

Aïda Fitouri est chercheure en science de l’information et de la communication et chercheure associée à l’IRMC.

Pierre-Noël Denieuil est sociologue et l’ancien directeur de l’IRMC, de septembre 2008 à août 2013.

Pour citer ce billet : Aïda Fitouri et Pierre-Noël Denieuil, « Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » Nouveaux supports, nouvelles pratiques », Le Carnet de l’IRMC, 25 novembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1321

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mouvements sociaux en ligne face aux mutations sociopolitiques et au processus de transition démocratique

Tunis les 12-13-14 avril 2012 avec le soutien du Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI)

Dans l’objectif de contribuer à la réflexion sur les questions prioritaires qui se posent aux différentes sociétés du bassin méditerranéen, l’IRMC s’est engagé, avec le soutien du Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI, Ottawa), à initier un débat pluridisciplinaire sur le thème : « Mouvements sociaux en ligne face aux mutations sociopolitiques et au processus de transition démocratique ». Ce thème sera abordé dans une perspective comparative lors de la troisième réunion du programme de recherche de l’IRMC sur « La communication virtuelle par l’Internet et les transformations des liens sociaux et des identités en Méditerranée ».

La démarche qui sera adoptée dans le cadre de cette rencontre qui se tiendra à Tunis du 12 au 14 avril 2012 tend à privilégier une approche transdisciplinaire, en impliquant des chercheurs et des universitaires qui représentent les diverses disciplines des sciences humaines et sociales : sociologues, anthropologues, politologues, juristes, spécialistes dans le domaine des sciences de l’information et de la communication, etc. et comparative, en faisant participer des intervenants provenant de (ou travaillant sur des) pays qui passent par une phase de transition démocratique et de mutations sociopolitiques (la Tunisie, le Maroc, Égypte, la Syrie, la Libye, le Chili, la Roumanie, le Yémen, etc.).

Les travaux de cette rencontre donneront lieu, d’une part, à la publication des communications qui seront présentées par les différents intervenants et, d’autre part, à la mise en place d’un réseau de chercheurs autour du thème relatif au rôle des mouvements sociaux en ligne dans le processus démocratique et les mutations sociopolitiques.

Argumentaire

Les transformations qui traversent actuellement, à des degrés divers, les sociétés maghrébines, arabes, méditerranéennes et autres, constituent sans conteste une bifurcation sociopolitique qui ne cesse de susciter le débat à l’échelle locale, régionale et internationale. Objet d’intérêt, d’interrogation de polémique et de controverse, de tout ordre, cette bifurcation a été l’œuvre de plusieurs acteurs impliqués de manière directe ou indirecte, consciente ou inconsciente, apparente ou occulte dans le processus de transition politique proclamée « démocratique ». Parmi les protagonistes les plus influents de ce processus sociopolitique, les militants cyber activistes ont occupé le devant de la scène, imposant par leur perspicacité, détermination, engagement et conviction, une légitimité historique on ne peut plus indélébile.

Il n’est plus à prouver que les militants cyber activistes ont été à l’origine de l’émergence d’un mouvement social à l’œuvre sur la toile numérique qui a progressivement imposé une myriade d’espaces d’expression, de débats et de revendications, convergeant vers un espace public alternatif en rapport dialectique avec l’espace public matériel. C’est cette action communicationnelle (Jürgen Habermas) qui est à la base du mouvement social en ligne qu’il est impératif d’interroger en vue de décrypter les logiques différentielles imprégnant le déchaînement des potentialités citoyennes et politiques, jusque-là inertes, et la quête démocratique quelque peu indécise et fluctuante.

Axe 1- Routinisation des usages sociaux des TIC et socialisation politique et démocratique

Il est vrai que la fracture numérique et les inégalités en matière d’accès aux TIC en général et à l’Internet en particulier se manifestent au grand jour, mais il n’en demeure pas moins que l’on assiste à une routinisation des pratiques de l’Internet qui, en vertu des effets de sa propagation, ne manque pas de bouleverser la sphère publique. Même s’il est important de tenir compte des « ratés » de la révolution numérique qui sont privés de l’accès à

l’espace public alternatif, il ne va pas sans dire que les cyber activistes et les internautes engagés, ont ceci de particulier qu’ils représentent des « relais d’opinion » (Elihu Katz et Paul Lazarsfeld) très influents en matière de mobilisation sociale et politique. Le rôle de ces « nouveaux intercesseurs » (Fabien Granjon) est nettement plus efficient dans un contexte de transition démocratique.

En combinant un engagement direct sur le terrain matériel de l’action et un engagement à distance, mené sur la toile numérique, les militants (dans le domaine politique, syndical, associatif, des droits de l’Homme, de l’égalité entre les sexes…) et les cyber activistes assurent une socialisation démocratique à grande échelle et instaurent une nouvelle donne sociopolitique.

Les mutations sociopolitiques dans des pays arabes comme la Tunisie, l’Égypte et la Libye…révèlent que la socialisation politique et démocratique mise en oeuvre sur l’espace télématique n’est pas liée à la seule phase de transition. Il s’agit d’une action sociale qui plonge ses racines loin dans le temps en prenant des formes diverses selon les situations et le contexte dans lesquels elle s’inscrit. Cette socialisation est d’abord fondée sur une culture protestataire de revendication, hostile aux régimes totalitaires installés ; ensuite grâce à un travail de vulgarisation (des informations relatives à la démocratie, aux élections, aux partis politiques…) elle acquiert les contours d’une configuration pédagogique, qui finit par diffuser une culture de contrôle et de régulation de la scène politique, indispensable à l’action et à la mobilisation sociale.

Axe 2- Espace public « virtuel », exercice de la citoyenneté et enjeux éthiques dans un contexte de transition démocratique

Les mouvements sociaux en ligne, qui jouent un rôle crucial dans les bouleversements sociopolitiques actuels, prouvent que la toile numérique représente aujourd’hui un nouvel espace public. Ce cyberespace contribue à la transmission des valeurs de la citoyenneté en tant que conditions fondamentales de la mise en application de la démocratie, fondée sur l’engagement des différents acteurs sociaux et sur leur aptitude à respecter les principes de l’égalité, et des libertés individuelles et collectives. Ce rôle initiatique et mobilisateur joué par des acteurs politiques différents (membres de partis politiques, membres d’associations, militants des droits de l’Homme, blogueurs, universitaires…) sur la toile numérique consiste à inscrire les formes élémentaires de la citoyenneté dans le vécu quotidien des acteurs sociaux et dans leur environnement le plus immédiat. Cette vocation de mobilisation sociale et d’initiation civique que les acteurs politiques en question se sont attribuée est d’autant plus fondamentale que le processus de transition démocratique est conditionné par la disposition des acteurs sociaux à prendre conscience de leur citoyenneté moins en tant que statut qu’en tant que capacité (Catherine Neveu).

Axe 3- Mouvements sociaux en ligne, nouveaux acteurs politiques et légitimités antagoniques

Ce qui caractérise les mouvements sociaux en ligne c’est qu’ils sont fondés sur des actions sociales qui ne sont pas déconnectées de la réalité concrète de la contestation sociale et des différentes formes de militantisme à la base. Cependant, la particularité de l’Internet est d’offrir des possibilités de participation sociale et politique à des acteurs politiquement exclus et marginalisés et n’ayant aucune qualité « représentative ». Leur initiation est certes assurée par des « habitués » de l’Internet que sont les cyber militants et les « entrepreneurs politiques », mais aussi par leur volonté individuelle de se réserver une place sur un espace public et citoyen alternatif. La participation de ces nouveaux acteurs qui bénéficient d’une plus grande visibilité prend de plus en plus d’ampleur dans un contexte de transition démocratique caractérisé par la fragilité des institutions traditionnelles et la précarité des structures et des dispositifs politiques anciens.

Dans cette phase transitoire post révolutionnaire, où les règles du jeu et les légitimités des acteurs et des institutions sont négociables, les différents modes d’expression et d’engagement citoyens sur la plateforme numérique (en l’occurrence au travers des réseaux sociaux dont l’accès se généralise de manière accrue) ne vont pas sans affecter le paysage politique. Ils contribuent à restructurer les rapports entre citoyens, élites et État. Il suffit de mentionner, à titre d’exemple, la prolifération sur la plateforme Facebook des pages personnelles et/ou officielles de personnalités politiques et de ministères qui assurent la circulation des informations et la communication entre les citoyens et les leaders politiques ; la démythification des figures politiques à travers le dialogue assuré sur la toile numérique entre les citoyens et certains leaders politiques, est alors introduite dans le débat public avec des questions de société jusque-là inédites et marginalisées. Ces nouveaux protagonistes qui s’imposent sur la scène politique improvisent un nouveau mode de revendication et de critique sociale (journalisme citoyen, production de vidéos, caricatures…) et poussent à des renouvellements de la gestion des affaires publiques et de la planification de l’avenir.

Sur un autre plan, il est important de souligner que le processus de transition démocratique donne lieu à une nouvelle configuration sociopolitique où des acteurs perdent de leur crédibilité et de leur légitimité (il s’agit en l’occurrence des figures et des partisans du système politique démoli) qu’ils continuent à revendiquer. D’autres acteurs émergent alors et proclament une nouvelle forme de légitimité qu’ils tendent à construire sur la base à la fois d’actions protestataires réussies et d’un projet politique et démocratique futur. Ainsi, la toile numérique assure, dans une large mesure, une meilleure visibilité des nouveaux acteurs impliqués dans le processus de transition démocratique, tels que : les cyber activistes (les blogueurs et les facebookers), les femmes qui investissent l’espace publique alternatif et qui proclament, en tant que citoyenne à part entière, leur droit à la participation politique, les rappeurs qui sont généralement négligés par les médias traditionnels et qui s’expriment de plus en plus à travers les réseaux sociaux, les jeunes naguère dépolitisés qui imposent un nouveau rapport au politique et de nouvelles formes de participation citoyenne, etc. Ces divers acteurs sont porteurs de logiques différentes, voire contradictoires, et transforment le paysage politique dans son ensemble (les rapports de force, les rôles et les statuts des acteurs, l’exercice de la citoyenneté, le langage politique et les modes d’expression…).

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Sihem NAJAR

est sociologue et chercheure détachée de l’université Tunisienne. Elle conduit à l’IRMC un programme intitulé : « Communication virtuelle par l’Internet et transformations des liens sociaux et des identités en Méditerranée ».

 

crédit d’illustration : © Tunisie numérique

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mouvements sociaux en ligne, cyber activisme et nouvelles formes d’expression en Méditerranée

Deuxième rencontre du programme de recherche de l’IRMC – TUNIS – 24 et 25 juin 2011

La deuxième rencontre du programme de recherche de l’IRMC : « Communication virtuelle par l’Internet et transformations des liens sociaux et des identités en Méditerranée » sur le thème Mouvements sociaux en ligne, cyber activisme et nouvelles formes d’expression en Méditerranée, a été organisée à Sidi Bou Saïd (Tunis), les 24 et 25 juin 2011 avec le soutien du Ministère français des Affaires étrangères et de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF). Elle a réuni une vingtaine de chercheurs appartenant à des aires géographiques différentes (la France, la Belgique, l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, le Canada, l’Espagne et l’Italie) et à des champs disciplinaires divers (la sociologie, l’anthropologie, la psychologie, les sciences de l’information et de la communication, les sciences culturelles et les sciences politiques).

L’IRMC a placé la question des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) au centre de ses intérêts depuis 2000 avec la mise en place de programmes de recherche sur les économies numériques et l’institutionnalisation des NTIC dans la mondialisation. Il privilégie depuis une perspective plus sensible aux pratiques sociales et aux usages des médias de l’information et de la communication, en s’intéressant aux logiques et aux stratégies des différents acteurs sociaux. Cette réflexion s’inscrit dans une mise en réseau avec d’autres institutions universitaires et de recherche, au Maghreb, en Méditerranée et en Europe ainsi qu’au Canada, dans le cadre d’un projet CNRS de GDRI (Groupement de Recherche International) sur : « Communication, médias et identités en Méditerranée. Nouveaux supports, nouvelles pratiques ».

Les questions abordées sont parties de plusieurs constats qui caractérisent la mondialisation et s’appliquent particulièrement aux mouvements contestataires qui ont marqué la Tunisie et l’Égypte, puis le Maroc, la Lybie et l’Algérie. Le premier est que l’Internet, avec sa panoplie de réseaux sociaux, et notamment sa blogosphère, ouvre des espaces légitimes de participation, de revendications ou de protestations. Le second est que les cyber-citoyens parviennent ainsi, en relais des médias, à orienter à distance l’opinion publique et à agir sur la réalité sociale. Le troisième est qu’il en ressort de nouvelles formes d’engagement politique, produisant un nouvel espace public d’expression et de participation au quotidien. Plusieurs résultats ont pu être formulés :

1. Les révolutions et les mouvements contestataires qu’ont connus les pays du Maghreb et du monde arabe portent l’empreinte des NTIC et des réseaux sociaux (par le Net agora, le cyber agora) qui ont favorisé l’élargissement de la sphère publique à la « rue » qui s’est imposée comme un espace d’expérimentation et de reconfiguration du politique auparavant maîtrisé par les seuls régimes en place.

2. L’Internet est apparu comme un espace alternatif ayant favorisé la politisation des jeunes. En ce sens, la censure exercée par les régimes totalitaires a été présentée comme étant l’un des aspects essentiels qui ont largement contribué à la politisation des jeunes internautes (à l’intérieur et à l’extérieur des pays concernés) et au renforcement des mouvements protestataires, certes investis par les jeunes mais toutefois non exclusifs à leur classe d’âge.

3. L’usage des outils informatiques permet aux acteurs sociaux d’accéder à un nouvel espace de liberté d’expression et d’agir en tant que sujet et non plus assujetti. Ainsi l’accent a été mis, à partir de ces dispositifs d’information et de communication, sur le processus de construction de nouveaux univers publics favorisant l’émergence d‘un pouvoir citoyen (empowerment).

4. Tout en admettant que l’Internet (via Facebook ou Twitter) n’est pas le fondateur de la révolution tunisienne et des mouvements sociaux qui traversent le monde arabe, les participants ont toutefois reconnu son rôle de facilitateur et « d’instrument ». Son usage s’est avéré celui d’un nouvel outil pour la mobilisation sociale, correspondant à des formes encore inédites, de revendication, de participation des sociétés civiles, voire de militantisme.

5. Les mouvements sociaux en ligne ont constitué un point de jonction entre le local et le global. En effet, les NTIC permettent aux cyber activistes d’accéder à des réseaux transnationaux de militants et de placer les questions et les revendications locales dans un contexte global et international d’information, d’interpellation et de soutien à leurs mouvements.

Cette manifestation conforte l’IRMC dans ses objectifs de traiter des questions d’actualité qui interpellent les chercheurs en SHS, suite aux mutations politiques et sociales qui touchent la région méditerranéenne et le monde arabe. Outre la richesse des réflexions ci-dessus résumées, cette rencontre a permis d’initier une première mise en réseau de chercheurs méditerranéens appartenant à des disciplines diverses et à des générations différentes autour des questions relatives aux mouvements sociaux en ligne, aux révoltes numériques et au cyber activisme. Une publication des actes et des débats prévue pour 2012, viendra concrétiser cette initiative.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Sihem NAJAR

 

crédit d’illustration : © IRMC ; Khalid Albaih

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mouvements sociaux en ligne, cyberactivisme et nouvelles formes d’expressions en Méditerranée

Les divers réseaux sociaux à caractère a-topique et déterritorialisé qui structurent aujourd’hui le paysage virtuel génèrent de nouvelles configurations de sphères publiques où se manifeste un « agir communicationnel » (Habermas) dont les retombées sociales, économiques, culturelles et politiques ne sont plus à démontrer. Le cyberespace qui initie une dynamique globale et transnationale permet à des acteurs sociaux d’aller au-delà de l’espace habituel d’expression, d’interaction et de négociation, pour investir un nouvel espace-temps citoyen. Il est de plus en plus admis que la production, la circulation et l’échange des informations via les réseaux sociaux virtuels est une composante essentielle de la socialisation et de la mobilisation citoyenne.

En tirant profit du développement galopant des technologies de l’information et de la communication (TIC), les potentialités mobilisatrices s’engagent dans des actions qui touchent à des domaines d’intervention aussi divers que l’environnement, le développement local, le développement durable, les droits de l’Homme, l’égalité entre les sexes, la liberté d’expression, etc.

Qu’il s’agisse de réseaux télématiques qui naissent à travers les échanges électroniques entre militants, ou de communautés numériques qui prolongent celles qui sont actives sur le terrain, l’objectif étant de défendre des intérêts et d’exprimer des revendications. Le cyberactivisme tire sa légitimité du fait qu’il instaure et mobilise des réseaux télématiques en vue d’agir sur la réalité sociale et de défendre une cause commune. L’intérêt de cet engagement à distance réside, d’une part, dans le fait qu’il est enraciné dans la réalité sociale et, d’autre part dans sa capacité à constituer et à mobiliser des groupes de pressions transnationaux et décentralisés. L’engagement citoyen s’est depuis longtemps déroulé sur le terrain et avec le développement croissant des TIC s’est trouvé, d’une façon massive, doublé d’un cyberespace polyvalent et multi varié.

Ainsi, le cyberactivisme et les divers mouvements sociaux en ligne tendent à déboucher sur des mesures et des procédures propres à la vie réelle. De telles actions sont d’autant plus importantes qu’elles permettent d’élargir le champ de participation et de rendre la contribution de certains activistes et cybercitoyens possible et visible. En exemple, des diasporiens exclus du cercle du pouvoir et de la prise de décision peuvent s’exprimer à travers des réseaux sociaux virtuels et contribuer à l’orientation de l’opinion publique et à la mobilisation sociale et politique. En outrepassant les frontières matérielles, les acteurs en question se servent d’une base (plateforme) transnationale pour agir à distance sur la réalité sociale de leur pays. Par ailleurs, il est important de souligner que le cyberespace permet aux acteurs sociaux de jouir d’une grande marge de manœuvre et surtout d’échapper au contrôle auquel ils sont habituellement exposés.

Reste à montrer que les mouvements sociaux en ligne et le cyberactivisme développent de nouvelles formes d’expressions qui leur permettent de jouer pleinement, et de manière efficiente, leur rôle de mobilisation sociale et politique. Plus concrètement, l’engagement citoyen et l’action sociale sont essentiellement basés sur la production et l’échange des informations sous forme d’images, de sons et de texte. Les revendications sociales sont de plus en plus exprimées à travers des supports aussi divers que des caricatures, des séquences-vidéos produites par des citoyens profanes, des pétitions et des manifestations en ligne, des commentaires et des messages échangés sur la plateforme numérique (Facebook, blogs, mails, Twitter, forums de discussion, etc.), des chansons engagées ou révolutionnaires, etc. Il est certain que la nature et le contenu de ces différents supports varient en fonction des acteurs sociaux et des groupes concernés (des étudiants, des lycéens, des militants politiques, des syndicalistes, des militants dans le domaine des droits de l’homme, etc.).

En quoi l’Internet, avec la panoplie de réseaux sociaux qu’il offre, peut-il ouvrir des espaces légitimes de participation, de revendications et de protestations ? Dans quelle mesure les cybercitoyens parviennent-ils à orienter à distance l’opinion publique et à agir sur la réalité sociale ? Comment les cyberactivistes peuvent-il surmonter l’obstacle de la fracture numérique pour assurer une mobilisation sociale et politique à grande échelle et éviter toute forme d’exclusion sociale ? En vue d’amorcer des réponses à ces questions, trois axes thématiques seront privilégiés dans le cadre des journées d’études organisées par l’IRMC les 24 et 25 juin 2011 : les mouvements sociaux en ligne et les nouvelles formes d’expression contestataire ; les cybercitoyens, les groupes de pression et la production d’un nouvel espace public ; le cyberactivisme au service du développement local.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Sihem NAJAR

sociologue et chercheure détachée de l’université Tunisienne. Elle conduit à l’IRMC un programme intitulé : La communication virtuelle par Internet, la complexité des identités et les transformations des liens sociaux en Méditerranée.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La révolte du peuple à l’heure des TIC : la communication « engagée », une puissance révolutionnaire?

Il est difficile, me semble-t-il, de penser la « Révolution de la dignité », en dehors de son ancrage culturel. Notre ère est celle de la culture numérique qui a prouvé qu’elle est capable, non seulement, de bouleverser les mœurs et les mentalités, mais aussi de constituer un instrument efficient permettant de renverser le pouvoir totalitaire en place. L’un des aspects qui ont fait la singularité de la révolution tunisienne est, sans conteste, la capacité de ses protagonistes à faire bon usage des TIC. Bien qu’il s’agisse d’un lieu commun, il importe de rappeler que ce sont la téléphonie mobile, qui s’est substituée à l’appareil photo, et l’Internet, en l’occurrence le réseau social Facebook, qui sont, en quelque sorte, les armes de cette révolution. Qui dit que les révolutionnaires sont désarmés n’a certainement rien compris des rapports de force qui ont transformé la donne politique et sociale en Tunisie. Loin de faire le panégyrique des TIC, il est important de reconnaître que la communication engagée constitue un moyen de mobilisation sociale et politique, donnant ainsi une nouvelle allure au processus révolutionnaire. Le cyberactivisme, engagé par des acteurs d’ici et d’ailleurs, a été le leitmotiv de cette révolution de la dignité, à telles enseignes que les TIC sont considérées comme étant un danger qui menace les régimes totalitaires. Le spectre numérique est de plus en plus pourchassé par ceux qui tiennent à préserver leur autoritarisme. Nous retiendrons de cette expérience révolutionnaire singulière trois aspects essentiels. Tout d’abord son caractère imprévisible et contingent ; ensuite son essence populaire, en tant que révolution à l’origine acéphale et, enfin son statut d’observatoire révolutionnaire dans la région.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Sihem NAJAR

Sociologue, IRMC, Tunis

 

Crédit de l’illustration : toutça.com

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook