Archives par mot-clé : Sylvie Daviet

Un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain

Sylvie_Daviet
Photographie de Sylvie Daviet

Les IFRE : un outil exceptionnel pour la recherche

Passer deux ans à l’IRMC, c’est tout d’abord vivre l’expérience d’un institut français à l’étranger (IFRE). Et les Français ont beau s’auto-flageller de leurs multiples défauts et des dysfonctionnements de leur mère patrie, très peu de pays au monde sont capables d’entretenir des centres de recherche à l’étranger. Il nous faut parfois la remarque bienveillante d’un collègue d’une autre nationalité pour le réaliser. Sachons donc apprécier l’originalité et le potentiel de ce dispositif qui permet aux chercheurs en sciences sociales de s’expatrier, de quelques mois à quelques années, pour résider sur leur terrain d’étude, en bénéficiant de l’essentiel des services d’un laboratoire (bibliothèque, secrétariat, organisation de séminaires…). Autant de réalités matérielles évidentes sans lesquelles un intellectuel ne peut véritablement se livrer à l’exercice de sa pensée ; une pensée qui n’est jamais en apesanteur mais au contraire ancrée dans un milieu, un espace, une société. Être chercheur résident hors de France au sein d’un IFRE permet cette immersion, tout en étant assisté d’une logistique appropriée ; qu’il soit géographe, sociologue, historien ou politologue, le chercheur en sciences sociales prolonge en quelque sorte une tradition anthropologique en bénéficiant de cette immersion.

L’IRMC : un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain

Si les IFRE sont des avant-postes d’observation, l’IRMC est sans conteste un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain. Il faut le dire et, en tant que géographe sensible à la dimension géopolitique des faits et des institutions, je le dis pour deux raisons. Premièrement, parce que l’observation est une des briques fondamentales de la recherche scientifique dans le processus de production de connaissance, et contribue à légitimer la recherche en sciences sociales. Si des esprits prétendument rationnels en doutaient, ils auraient plus volontiers consacré les deniers publics aux seules disciplines ayant des retombées industrielles ou au remboursement de la dette, la révolution tunisienne et le printemps arabe sont fort opportunément venus rappeler qu’il était fondamental de connaître et comprendre les sociétés, que cette connaissance avait de la valeur et méritait un investissement. La portée des événements qui se sont enchaînés, tout particulièrement depuis le début de l’année 2011, a soudain, par effet de contexte, revalorisé le rôle stratégique de l’IRMC, comme celui des IFRE de la Méditerranée, dans un monde arabe en ébullition.

Deuxièmement, j’ai vécu au sein de l’IRMC une observation qui s’enracine dans le territoire, qui s’élabore dans de multiples partenariats pour coproduire la connaissance au sein d’équipes qui rassemblent des chercheurs des deux rives de la Méditerranée. L’effet de lieu implique un effet de réseau qui permet de tisser des liens avec les chercheurs et les institutions régionales. Il faut le dire et je le dis à l’heure où fleurissent des projets plus ou moins soucieux des exigences d’une coopération équilibrée.

2010-2012 : un moment d’histoire qui nous propulse dans un nouveau cycle

J’ai donc connu l’IRMC récemment, au cœur d’un moment d’histoire qui nous propulse dans un nouveau cycle à la logique encore incertaine. Et lorsque je parle d’un moment d’Histoire, le H majuscule n’est pas immérité car nous savons bien que, depuis la Tunisie, s’écrit la nouvelle page d’un monde où s’impose la « tectonique des sociétés », comme l’écrit Bertrand Badie. Arrivée en septembre 2010, j’ai pu connaître les dernières heures du régime de Ben Ali. Au cours de l’année 2011, en dépit de secousses multiples et parallèlement aux bouleversements opérés en Égypte et en Libye, c’est l’enthousiasme de la révolution en marche qui a dominé jusqu’aux élections du 23 octobre 2011. Au cours de l’année 2012, le contexte tunisien et régional s’est progressivement tendu. Ma mission en Tunisie s’est achevée à la veille des événements du 14 septembre 2012, marqués par l’attaque de l’ambassade des États-Unis à Tunis, deux jours après celle de Benghazi en Libye. D’autres événements ont traduit la montée d’une forme de violence à laquelle les Tunisiens n’étaient pas habitués ; mais la société civile est restée mobilisée, bien décidée à faire vivre l’espérance de jours meilleurs. Au cœur de cette actualité prégnante, les débats auxquels j’ai participé ont souvent été accaparés par les transformations au jour le jour de la situation politique. Il s’agissait pour moi d’observer et de comprendre. Dans ce climat passionnel et instable, ma préoccupation de chercheur est restée de conduire mon programme à son terme, tout en captant la façon dont les événements en cours métamorphosaient mon objet d’étude. L’accès à l’information et aux entrepreneurs est demeuré difficile, quelle que soit la conjoncture.

La reconfiguration des espaces et des enjeux méditerranéens

Si le vécu de mes deux années passées à l’IRMC est profondément marqué par la rencontre de cet humanisme tunisien, chaleureux et pétri de francophonie, mes réflexions de géographe pointent la reconfiguration des espaces et des enjeux méditerranéens. Le Maghreb relève bien de trois sphères d’appartenance : l’espace euro-méditerranéen, le monde arabe et l’Afrique. Si les dynamiques euro-méditerranéennes ont longtemps été dominantes, le printemps arabe en a révélé les fragilités. De multiples travaux en pointaient préalablement les signes, au point que l’hypothèse d’une « Méditerranée sans l’Europe » s’était manifestée non sans provocation (n°74 de Confluences Méditerranéennes), soulignant la complexité des rapports de forces dans une zone d’interface ouverte aux quatre vents de la mondialisation. Mon entrée dans cette problématique est partie de ma spécialisation géoéconomique, mais la nécessité d’une pluralité de regards et de disciplines s’impose évidemment pour prendre en compte un ensemble de dimensions culturelles, sociales et politiques… Tout en défendant la place de la géographie dans ce nouveau chantier scientifique, je n’ai donc pas cherché à être un acteur privilégiant le développement de ma discipline, je crois plutôt (et c’est même une conviction) à la nécessité de construire une interdisciplinarité audacieuse pour mieux répondre aux défis qu’exige de nous la complexité du réel.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Sylvie DAVIET

est professeur de géographie à Aix- Marseille-Université, UMR Telemme (7303). Elle a été chercheure en délégation CNRS à l’IRMC de 2010 à 2012.

Pour citer ce billet : Eric Gobe, « Des ingénieurs aux avocats ou de la dimension politique du fait professionnel », Le Carnet de l’IRMC, 10 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1129

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook