Archives par mot-clé : Susan Ossman

Réflexions sur l’Itinéraire

Ossman
Photographie de Susan Ossman

Miroirs maghrébins, itinéraires de soi et paysages de rencontre : le titre de l’ouvrage issu du programme de recherche sur les pratiques culturelles que j’ai dirigé de 1993 à 1996 à l’IRMC, résume bien mon expérience de cette institution.

Miroirs : notre travail de recherche est à la fois un « miroir » de ce que nos études peuvent nous permettre de collecter, sentir et énumérer du monde et une participation à un monde collectif de la recherche. Avec une ambition intellectuelle certaine, Michel Camau et Anne-Marie Planel ont mis en place une structure souple, où la jeune chercheure que j’étais pouvait se sentir libre d’engager l’Institut lui-même comme une sorte de laboratoire pour tester des modes de collaboration, pour expérimenter des conceptions insolites de travail collectif, pour mélanger des disciplines et des traditions nationales de la recherche afin de dessiner divers « Maghreb » à partir de problématiques de recherche à même de dégager des connaissances.

Itinéraires de soi : depuis lors, mon itinéraire m’a amenée à entreprendre beaucoup d’autres projets en Europe, dans le monde arabe, en Amérique du Nord. En filigrane de ces projets sur la globalisation, les médias et les migrations, je perçois une dynamique rendue imaginable par la liberté de réflexion et d’action qui m’avait été offerte à l’IRMC, il y a si longtemps. Qui aurait imaginé que la jeune franco-américaine fraîchement diplômée que j’étais, qui passait ses journées dans des salons de coiffure à Casablanca, Paris ou le Caire, aurait vu se voir confier la tâche de fonder l’antenne du nouvel Institut à Rabat ? La confiance témoignée par mes collègues de l’IRMC, et l’expérience de conception et de direction de la recherche que j’ai acquise à l’IRMC a rendu pensable un itinéraire intellectuel et un parcours personnel peu conventionnels. C’est en pensant le Maghreb que j’ai pu développer des conceptions et des pratiques de continuité de soi et des lieux de la recherche qui m’ont servi dans des réalisations et des projets de vie menés par delà les frontières.

Paysages : dans une vie de migration sérielle, il est essentiel d’avoir des points de chutes. Depuis 1992, l’IRMC à Mutuelleville fut un de ces lieux fixes dans mon histoire. Le paysage de recherche ouvert par l’IRMC d’alors, ouvrait des horizons pour repenser les frontières nationales, et pour engager des débats sur les espaces maghrébins, méditerranéens et arabes. Le paysage apparaissait différent pour chaque projet, il dépendait des questions posées, mais aussi des gens qui se réunissaient pour chercher ensemble. L’espace de la recherche doit être conçu pour permettre l’évolution d’un projet, à travers les débats et les échanges des participants. Je pense aux salles de conférences des facultés ou de Beit al hikma, mais aussi, des randonnées de minuit dans le cimetière de Sidi Bou Saïd, et des « colloques » à huis clos des années 2000, tenus dans la bibliothèque de l’Institut, pour pouvoir parler franchement entre quelques personnes de confiance, en espérant échanger quelques mots libres.

Rencontre : créer un programme de recherche engage une réflexion sur les types d’échanges qui peuvent dégager des questions, nourrir des débats, provoquer des idées, et souder des liens entre chercheurs. Depuis quelques années, il est devenu courant pour les anthropologues de concevoir des recherches « multi-sites », de parler des divers modes de collaboration, et de s’inspirer des disciplines telle l’architecture pour envisager un travail « en commun » ; j’ai l’impression d’avoir eu, pour ma part, la possibilité d’expérimenter tout cela il y a déjà deux décennies entre Rabat et Tunis.

NabihaMais avant tout, les rencontres de l’IRMC ont permis de nouer des liens avec des hommes et des femmes ; des collègues respectés, des jeunes étudiants devenus aujourd’hui professeurs d’université, des personnels administratifs qui sont l’âme de l’institution, je pense à Christiane et Hayet notamment. Les gens associes a l’IRMC vivent aujourd’hui à Londres, à Dubaï, à New York, à Tunis ou à Marseille ; certains comme Alain Roussillon ou Nabiha Jerad nous ont quitté vraiment trop tôt. En 1993 et grâce à l’IRMC, j’ai fait la connaissance de mon amie Nabiha Jerad à Rabat, dans le cadre d’une recherche sur les faits divers. Nous nous recevions chez nous mutuellement, lorsque je venais à Tunis ou lorsqu’elle se rendait à Paris, puis à Washington, et plus récemment, en Californie. Nous avions collaboré à l’écriture d’un livre sur les migrations (The Places We Share, 2007), et depuis janvier 2011, nous travaillions à une étude sur la révolution et sur les pratiques de civilité. C’est comme si le programme d’étude sur les pratiques culturelles d’alors prenait une nouvelle vie avec le départ de Ben Ali et la possibilité de s’exprimer librement, suite au rassemblement des Tunisiens sur l’Avenue Habib Bourguiba. Nabiha prit pleinement part à cette renaissance jusqu’à ce qu’elle soit la victime d’un accident de voiture en août 2012. En pensant a l’IRMC, je ne peux m’empêcher de me remémorer les souvenirs des rencontres du passé au miroir d’un horizon futur ; j’aurais tant aimé être avec Nabiha a Tunis l’année prochaine, afin de présenter notre nouveau livre aux chercheurs et boursiers de l’IRMC, à Larbi et Mohammed, Jean- Philippe et Kmar, Riadh et Justin, et bien d’autres amis, collègues et collaborateurs.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Susan OSSMAN

est professeur en anthropologie et directrice du Département des Global Studies à l’Université de Californie Riverside. Elle a été chercheure et directrice de l’IRMC-Rabat de 1993 à 1996.

Pour citer ce billet : Susan Ossman, « Réflexions sur l’Itinéraire », Le Carnet de l’IRMC, 25 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1220

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Aux origines de l’IRMC

Michel Camau
Photographie de Michel Camau

1992 est l’année de naissance officielle de l’IRMC, mais celui-ci était en gestation depuis près d’un un an et demi avant son ouverture. La période était placée sous le signe de grandes transformations, avec la chute du mur de Berlin mais aussi la création de l’Union du Maghreb arabe. Du point de vue logistique, il y avait a Tunis le socle important du Centre de documentation Tunisie-Maghreb dont Anne-Marie Planel avait été la cheville ouvrière a partir de ressources françaises documentaires et bibliothécaires qu’elle a eu le talent d’organiser et de valoriser pour offrir un service très important a la communauté scientifique tunisienne. L’idée était de passer à la vitesse supérieure avec à l’esprit le format des centres de recherche français existant déjà de par le monde. Et ce projet a mûri.

Lorsque j’ai été sollicité, j’étais directeur de l’IREMAM depuis peu et j’ai hésité parce que cela m’ennuyait d’écourter mon mandat. J’ai fini par accepter car ce projet renouait avec un autre, entrepris avec le CNRS, qui devait en principe me nommer directeur adjoint de son bureau de Tunis en 1986. La chose ne s’était pas réalisée pour des raisons liées aux effets en chaîne de l’alternance politique (première cohabitation) en France. Lorsque l’administration française m’a relancé en 1990, certains de ses responsables avaient en tête ce premier projet non abouti. En acceptant, j’insistais sur la nécessité d’établir des liens entre des nouvelles générations de chercheurs en France et au Maghreb, sortir des relations franco-maghrebines « de papa » et créer quelque chose qui ne soit pas franco-français, mais franco-maghrébin, et d’abord franco-tunisien à partir de ce capital du CTDM, pour aller vers des perspectives euromaghrébines puisque le contexte était au renouvellement des relations entre l’Europe et le Maghreb.

Numériser0005
Inauguration de l’IRMC, 1992.

Sur le plan politique, il y avait eu une initiative du secrétaire d’État à la Coopération internationale du Gouvernement Rocard, Thierry de Beauce, qui, de passage a Tunis en 1990, avait émis le souhait de la création d’un « Institut de recherche sur le Maghreb contemporain », nom que nous avons retenu. J’avais souhaité mettre en place cet Institut en négociant d’abord avec les autorités tunisiennes avant de poser d’autres jalons, comme il m’était demandé, au Maroc et en Algérie. Du côté du ministère français des Affaires étrangères, il s’agissait de créer un établissement autonome financièrement, c’était là une grande conquête, qui ne plaisait pas à tout le monde. Cela signifiait qu’il y aurait une dotation budgétaire propre à l’IRMC, dont les crédits ne pourraient pas être amalgamés avec ceux de la coopération culturelle. Cette victoire sur le principe de la non fongibilité des crédits avait été remportée par Jean-Claude Vatin, directeur du CEDEJ au Caire, elle signifiait un statut d’Établissement à autonomie financière, condition d’autonomie de la recherche. À l’ambassade à Tunis tous ne voyaient pas cela d’un bon œil.

À mon arrivée, le message était : « débrouillez vous ! ». J’ai dû m’improviser diplomate. J’ai donc négocié avec le Ministre Charfi qui voyait les choses de façon favorable. Il était un souverainiste très ferme, c’était à son honneur, qui souhaitait s’assurer de la part des Tunisiens dans le projet. J’ai proposé la création d’un comité de suivi où la recherche tunisienne serait dûment représentée ; cela lui a convenu et il a transmis le dossier au ministère tunisien des Affaires étrangères, qui donna son aval quelques mois plus tard.

Les objectifs internationaux et l’expérience marocaine

Le premier principe était la relation entre les communautés scientifiques au-delà des chercheurs spécialisés sur le Maghreb et le monde arabe, que l’IRMC soit synonyme d’une ouverture et non d’un enfermement dans des échanges classiques et routiniers qui existaient déjà. Le second principe était la formation de jeunes chercheurs français mais aussi européens, espagnols, italiens ou autres, sur place ; qu’ils ne soient pas là en off shore mais en interaction avec les jeunes chercheurs du cru et avec le réseau scientifique local, dans le cadre de programmes de recherche configurés dans une perspective euromaghrébine. Nous avons entrepris à l’époque de faire venir des chercheurs marocains et algériens à Tunis ainsi que des Tunisiens et des Algériens au Maroc.

Ce fut une période difficile de discussions avec les services français au Maroc, parce que le projet était contraire aux routines administratives axées sur des relations de type bilatéral et non pas régional. La notion de Maghreb était totalement étrangère aux modes de fonctionnement des postes diplomatiques. Quant aux autorités marocaines, elles nous disaient « vous êtes a Tunis mais nous que sommes-nous dans votre projet ? ». Je voulais montrer qu’il n’y avait pas de tropisme particulier, que le directeur de l’IRMC pouvait résider 6 mois à Tunis et 6 mois à Rabat, dans une dimension régionale et française mêlée, ce qui est présentement le cas de l’IFPO au Proche-Orient. Je n’ai pas été entendu, faute de porte-voix, sans doute. Il a été décidé en haut lieu de transformer la représentation de l’IRMC au Maroc, assurée jusque-là avec grand mérite par Susan Ossman, en un centre distinct de celui de Tunis. J’ai alors incité amicalement Alain Roussillon à venir a Rabat, où son rôle a été déterminant. Rapidement, il s’est fortement inséré dans les réseaux marocains de recherche, permettant au Centre Jacques Berque (CJB) de prendre corps, l’IRMC assurant sa gestion administrative et financière jusqu’après mon départ. Il y a donc eu, échec du projet que j’avais porté, un Institut à vocation régionale, et néanmoins réussite, puisque le CJB a pu se constituer et par la suite prendre l’essor qui est le sien aujourd’hui.

La recherche en régime autoritaire

Inauguration Michel Camau
Inauguration de l’IRMC, 1992.
Michel Camau et Yves Saint Geours.

Quand nous avons nourri le projet d’un IRMC, le régime Ben Ali n’avait pas encore pris la forme que nous savons. Manque de chance ou d’à propos, c’est au moment ou l’IRMC entre en scène, que le pouvoir amorce un tournant répressif qui va cristalliser sa configuration autoritaire. Lors de mon premier voyage a Tunis pour prendre mes fonctions, l’ambassadeur avait fait état des déclarations de Rached Ghannouchi, me semble-t-il a l’appui, de l’épreuve de force engagée par Ben Ali contre Ennahdha ; il m’avait dit : « vous arrivez au mauvais moment ». De fait, le régime a basculé dans une formule autoritaire des plus professionnalisées, dont le fonctionnement s’apparentait au « panoptique » de Bentham, revisité par Foucault. Je parlerais à ce propos d’un « régime de surveillance » qui consiste à la fois dans l’affichage d’une omniprésence policière et dans l’aptitude à faire entrer dans les têtes que cette omniprésence est totale. C’est donner à croire que si la surveillance n’est pas nécessairement visible, il y a néanmoins toujours quelqu’un qui est la pour tout voir et tout entendre.

Peu étaient pleinement immunisés contre cette intériorisation de la surveillance. Sans être de ceux-là, nous étions en situation de prendre concrètement la mesure de la complexité d’un système autoritaire. Ainsi, avec la Sous-direction de la Recherche scientifique tunisienne, notre interlocutrice, nous avions affaire a des responsables, auxquels je tiens a rendre hommage, qui n’étaient pas les représentants patentés du Palais. Leur ligne de conduite par rapport au comité de suivi et aux activités de l’IRMC ne participait en aucune manière du régime de surveillance. Le régime autoritaire n’est pas un monolithe, il comporte des failles. Ainsi, par exemple, les autorisations d’accès au terrain ou d’enquêtes étaient soumises au visa du ministère de l’Intérieur. Nous passions par l’intermédiaire de la Sous-direction de la Recherche scientifique, qui nous couvrait, notamment pour les enquêtes hors de Tunis où il était plus difficile de ne pas respecter la consigne de demande préalable. Nos relations entre universitaires tunisiens et français n’avaient rien de conforme au portrait qui trônait dans tous les bureaux des administrations.

Du côté diplomatique français, il y avait ceux qui sans se faire d’illusion sur Ben Ali se demandaient s’il ne fallait pas le ménager et d’autres qui étaient implicitement sur la même longueur d’onde que la nôtre, a savoir ouvrir des espaces de liberté. Je me souviens d’une discussion avec l’Ambassadeur de France en fonctions lorsque le Gouvernement tunisien a décidé d’une autorisation préalable à tout colloque. Je lui avais dit qu’il n’était pas question de nous y soumettre et nous ne nous y sommes jamais soumis. Nous sommes allés le plus loin possible. Par exemple avant mon départ nous avons sorti un numéro spécial de la revue Maghreb/Machrek (juillet-septembre 1997) sur la Tunisie. Ma contribution était, thématiquement, la plus politique. J’ai essayé d’y dire des choses fortes tout en restant dans les normes académiques. Au demeurant, certains Tunisiens écrivaient des « choses fortes » dans la presse locale. Ainsi, par exemple, je me rappelle avoir cité un journaliste d’Achaâb qui, sur le mode humoristique, suggérait que la politique n’était pas une activité raisonnable en Tunisie.

Photo AMP inauguration 92
Inauguration de l’IRMC, 1992.

Il est possible de dire que l’IRMC a été un espace de liberté. Toutefois, je ne sais pas si tous les chercheurs, parmi les plus jeunes, l’ont toujours vécu ainsi. Par exemple pour le bulletin de l’IRMC il y avait de ma part une incontestable autocensure ; certains, à tort ou a raison, l’ont mal perçue. Les chercheurs tunisiens pouvaient trouver à l’IRMC des ouvrages indisponibles dans leurs institutions et travailler dans des conditions peu abordables ailleurs. On y voyait aussi des opposants politiques ; c’était un lieu ouvert, hélas même aux flics !… Espace de liberté quand nous organisions des séminaires à l’Académie de Carthage. Je retiens le souvenir d’une grande liberté de ces débats, qui touchaient à des questions de fond. Espace de liberté aussi avec les programmes de recherche. Il est vrai que les travaux étaient conduits en termes académiques et non de dénonciation politique. Ce qui nous ramène bien sûr au débat sur le rôle des sciences sociales et les limites de la « neutralité axiologique ».

Un bilan

Faisons un bilan de ces années de plomb avec des critères de satisfaction. La principale satisfaction est l’inscription de l’IRMC, des mon mandat, dans le paysage de la recherche, avec la réalisation d’excellents programmes, dirigés par Mohamed Elloumi, Abdelhamid Henia et Mohamed Kerrou. Quant aux insuffisances, elles ont été corrigées par mes successeurs. Il s’agit d’abord de la relation avec le CNRS, que je n’ai pas réussi à impliquer directement dans le développement de l’IRMC. Les choses ont changé plus tard quand le CNRS a reconnu le statut des IFRE sur le modèle du CEDEJ du Caire. Autre insuffisance, Alger, ou l’idée était de faire place à l’IRMC dans les locaux du nouveau centre culturel français qui était projeté. Il n’y a pas eu de suite du fait de l’évolution de la situation algérienne et de la politique française. Troisième insuffisance, rattrapée par la suite, une dimension européenne trop réduite en matière de recherche. S’il fallait parler d’échec, je mentionnerais celui du beau projet de constitution, auprès d’un éditeur français prestigieux, d’une collection d’ouvrages de chercheurs maghrébins, vivant et travaillant au Maghreb. Enfin, l’IRMC, lorsque je le dirigeais, n’a pas su ou pu se montrer suffisamment attractif auprès d’un milieu monolingue arabophone.

Table tonde 2011
Table ronde IRMC, avril 2011.
De gauche à droite : Michel Camau, Pierre-Noël Denieuil, Hamadi Redissi, Mouldi Lahmar, Vincent Geisser

Tout naturellement, j’ai eu droit a mon lot de critiques ici et là. À ce sujet, je me bornerai à mentionner deux anecdotes. Un jour, lors d’une brève conversation un quidam m’a aimablement traité de « mercenaire ». Sur Internet, quelqu’un s’est amusé à un jeu de mots pour m’appeler Kamel Michaud. Ces critiques, dont j’accepte le fait (surtout si l’humour s’en mêle), sinon la teneur, renvoient à des ambigüités fondamentales qui nous dépassent mais néanmoins nous concernent. À ce que je sache, il n’y a pas d’équivalent tunisien de l’IRMC à Paris ! Des relations historiques hégémoniques ? Assurément, mais cela ne signifie pas que nous, chercheurs, sommes nécessairement des vecteurs de l’hégémonie. Restent nos conduites… Libre a chacun d’en juger.

(propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil et Abdelhamid Henia)

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Michel CAMAU

est professeur émérite des universités. Il a dirigé l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (Aix-en-Provence), a enseigné à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et a été directeur de l’IRMC de 1992 à 1997.

Pour citer ce billet : Michel Camau, « Aux origines de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 3 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/901

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Hommage à Nabiha Jerad

Nabiha Jerad
© http://lacombattante.blogspot.com

Nabiha Jerad est décédée le 20 octobre 2012 des suites d’un accident de la circulation. Le directeur et toute l’équipe de l’IRMC s’associent à ses nombreux amis pour présenter leurs sincères condoléances à sa famille. Nabiha était chercheure associée à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain depuis pratiquement sa création. Elle y était particulièrement appréciée tant pour ses compétences et son dynamisme intellectuels que pour ses qualités humaines.

Elle a pris une part active au programme coordonné par Jocelyne Dakhlia Trames de langues. Usages et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb, publié en 2004, en coédition IRMC et Maisonneuve & Larose. Elle y a écrit « La politique linguistique dans la Tunisie postcoloniale ». Elle participa par la suite aux réunions de programme Dire en langues : analyses en anthropologie du langage, coordonné par Myriam Achour, et Le Maghreb et ses « africanités » : l’identité nationale au regard de ses altérités, coordonné par Stéphanie Pouessel. Elle y a présenté deux interventions : « La publicité : un champ pour une nouvelle lecture de la question des langues au Maghreb », et « Mise en mots d’une rencontre en Ifriqiya entre l’Africain et le Tunisien ». Puis en avril 2011, elle a collaboré au cahier de La Lettre de l’IRMC sur La révolution tunisienne au prisme des sciences sociales, par une contribution intitulée : « Quand dire c’est faire : la révolution tunisienne, un évènement de langage fait l’histoire ».

Nabiha Jerad a initié récemment à l’IRMC le programme de recherche Genre et postcolonialisme dont elle devait coordonner la première réunion le 22 septembre 2012, en collaboration avec Christine Detrez. En hommage, nous avons souhaité présenter l’argumentaire qu’elle a écrit pour cette rencontre, dernier texte d’elle à ce jour. Suivent deux témoignages de deux chercheures de l’IRMC.

 

*

*      *

 

Nabiha Jerad
© http://lacombattante.blogspot.com

S’il est né aux États-Unis et s’y est développé ces trente dernières années avec succès, le post colonialisme se base en grande partie sur des concepts produits par des auteurs maghrébins, ou français étant nés ou ayant vécu au Maghreb, comme Fanon, Memmi, Foucault ou encore Derrida. Il peut alors paraître étonnant que le « post colonialisme n’ait traversé l’Atlantique que très récemment, suscitant ces dernières années en France nombre de traductions, mais aussi des débats passionnés : effet de mode ou véritable outil de pensée heuristique, le post colonialisme mérite alors qu’on l’étudie avec sérieux, avant de s’en emparer, de l’adapter ou de le rejeter.

Comment démêler les deux aspects du « post colonialisme », qui renvoie à la fois à une temporalité (l’après colonialisme) et à un corpus de concepts théoriques ? Plusieurs points aveugles semblent ainsi devoir être interrogés : souvent utilisés dans les études littéraires, les concepts de post colonialisme peuvent-ils être transférés dans d’autres disciplines, comme la sociologie, l’histoire, l’histoire de l’art ? Résistent-ils à l’épreuve du ou des terrains ?

Alors qu’il implique un décentrement du Sud par rapport au Nord, n’est-ce pas étonnant que l’écrasante majorité des productions et publications s’en réclamant proviennent du monde anglo-saxon ? Par ailleurs, comme l’a souligné Spivak, l’articulation avec la pensée du genre reste encore problématique, et les oubliées demeurent, encore et toujours, les femmes. Enfin, les analyses restent essentiellement centrées, quand elles s’appuient sur des corpus, sur la littérature : qu’en est-il des autres arts, comme la danse, la peinture et les arts plastiques, le cinéma, le théâtre ?

Au moment où s’ouvre en France le débat, il paraît ainsi nécessaire de lancer une réflexion pluridisciplinaire, réunissant des chercheurs des deux rives dans le cadre de l’IRMC, sur les rapports entre post colonialisme et genre, tant dans une lecture critique des textes théoriques, que dans des recherches empiriques : l’objectif est ainsi de travailler sur des productions venant de la littérature, la peinture, la danse ou encore l’architecture produite au Maghreb, notamment – mais pas exclusivement afin de permettre une visée comparative – par les artistes féminines.

Il s’agirait ainsi d’une part d’articuler les méthodes issues de diverses disciplines (analyse de corpus, entretiens sociologiques avec les artistes notamment) et d’autre part, de réinsérer les oeuvres dans la chaîne de la production : quels sont les horizons d’attente avec lesquels doivent composer les artistes ? Si on veut appréhender la dimension sociale d’une oeuvre, peut-on l’isoler des contextes de production (maisons d’édition, galeries, etc.) et de réception, tant médiatique, universitaire que « publique » ? On voit ainsi combien le dialogue entre chercheurs d’horizons géographiques et disciplinaires différents, est nécessaire pour sortir des réactions d’adhésion ou de rejet unidimensionnelle dont n’est pas exempte la sphère scientifique.

Nabiha JERAD

(juin 2012)

 

*

*      *

 

Nabiha Jerad
© http://lacombattante.blogspot.com

Il est des chercheurs que l’on rencontre et qui ne laissent pas indemne notre petite réflexion ni notre petite vie. Nabiha l’a été pour moi.

Débarquée il y a 3 ans dans l’univers de la recherche à Tunis, j’ai tout de suite apprécié son caractère iconoclaste. Brillante dans ses recherches, elle faisait partie de ceux qui restent en prise avec la réalité, dans tout ce qu’elle a de corrosif et de prometteur. Légèrement blessée durant les manifestations qui ont suivi le 14 janvier, je la revois investie aux sit-in de la Koubba. Je l’entends encore me relater sa rencontre avec des jeunes d’obédience salafiste et tout ce qu’ils avaient pu partager autour de l’amour d’un même pays. Contrairement à beaucoup, elle avait refusé de partir vivre en banlieue nord de Tunis, et était heureuse dans son appartement bruyant de Lafayette car, de là, elle observait Tunis se mouvoir et changer. Sa curiosité infinie des détails du quotidien et son intuition des phénomènes cruciaux qui font qu’une société se transforme l’ont mené, par exemple, à s’interroger sur les étudiants subsahariens qu’elle croisait quotidiennement dans son quartier.

À ce sujet là, elle nous a offert une belle communication le 4 mars dernier débutant par « les Noirs sont invisibles dans la recherche »[1].

Elle aimait les initiatives nouvelles. Elle nous a soutenus, Nourredine Amara et moi dans une journée d’étude consacrée à l’africaniste Georges Balandier durant laquelle ce dernier était « présent » à Tunis via une visioconférence[2]. Elle avait alors interpellé Balandier sur le ressaisissement des « dominés », dominés par un pouvoir dictatorial mais dominés par la suprématie occidentale aussi. Fondamentalement libre, le « post-colonial », qu’elle a défini comme l’histoire racontée par le décolonisé[3], s’avérait le fond de son questionnement. Elle a tenté de donner une touche tunisienne à cette vaste théorie en rappelant que Sartre avait préfacé les travaux d’Albert Memmi, qu’elle considère comme fondateur du postcolonial aux US où elle se rendait régulièrement. Dans le même sens, elle voulait réhabiliter le Désenchantement national d’Hélè Béji[4] quand elle fait remarquer qu’il a été publié un an avant le fameux essai de Benedict Anderson qui fournit la démonstration de l’échec du nationalisme et de la nation[5]. C’est aussi la révolution tunisienne qu’elle a qualifiée de post-coloniale tant les Tunisiens n’attendaient rien de la France, tout comme on ne lui a pas reproché son soutien indéfectible à Ben Ali[6]. Ce ne sont que quelques uns des moments de réflexion que m’a offerts Nabiha, toujours emmitonnés de l’amitié qui fait que tout est plus léger.

Stéphanie POUESSEL

Anthropologue, IRMC

 

*

*      *

 

Nabiha Jerad et Susan Ossman
© http://lacombattante.blogspot.com

Nabiha devait être ici aujourd’hui ; présente parmi nous, et ces jours ci, en Californie, où nous avions prévu qu’elle passerait le mois de novembre à dépouiller des entretiens, analyser les articles de presse, visionner des vidéos de Youtube et écouter des chansons des rappeurs qui ont participé à la révolution tunisienne.

Le livre que nous préparions portait sur la révolution, les pratiques de civilité et les formes d’expression. Il était inspiré par le programme de recherche sur les médias et les pratiques culturelles qui nous avait amenées à nous connaître ; En 1992 je cherchais à former une équipe de chercheurs et Anne-Marie Planel voulait me présenter à une « fille très fine, très intelligente » : Nabiha, qui comprenait tout de suite pourquoi je passais mes journées à traîner dans les salons de coiffure pour essayer de comprendre quelque chose des relations sociales. À l’époque elle était engagée dans une recherche sur le sens des non-dits sociaux et politiques à travers l’étude des faits divers des journaux maghrébins.

Mais le fait, l’accident, le drame, qui nous a privé de Nabiha n’a pas de sens. Comment saisir que nous sommes privés pour toujours des doux conseils d’une soeur, d’une tante, d’une amie, d’une professeure ? Comment comprendre la perte absurde de cette belle âme, qui unissait une intelligence rigoureuse et une élégance innée à une très grande modestie ?

Nous ne pouvons qu’offrir à sa famille nos condoléances, tout en essayant de remplacer le vide que sa disparition a laissé dans nos vies et nos coeurs par des actions animées par le souvenir de sa joie de vivre, son amour pour son pays, sa fidélité en amitié, mais aussi sa volonté constante d’apprendre et sa capacité à se remettre en question.

Depuis janvier 2011 Nabiha a multiplié ses activités, ses interventions et ses collaborations : elle dormait à peine, elle parlait à tout le monde et à travers le monde de l’avenir de la Tunisie. Malgré tout elle réussit à écrire. Ces chapitres, articles et livres dans lesquels elle analyse des sujets allant du tourisme à la publicité à l’action politique des artistes seront publiés. Sa voix de chercheuse, d’intellectuelle sera ainsi mieux connue. Mais pour nous qui avons eu le privilège de la côtoyer, la lecture de ces textes offrira surtout l’occasion d’entendre, comme si elle nous dictait ces paroles encore une fois, la voix douce, pleine de chaleur et de sagesse de notre chère Nabiha.

Susan OSSMAN

Anthropologue, Université de Californie

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

[1] Réunion « Enjeux identitaires des mobilités subsahariennes au Maghreb. Sud-Nord : refonte des frontières du soi », 9 et 10 mars 2012, Tunis.

[2] Tenue dans à la Faculté des Lettres et des sciences humaines, Tunis, 4 mai 2011.

[3] Lors du séminaire de l’URESC à Hammamet le 24 avril 2010.

[4] Le désenchantement national, essai sur la décolonisation, Paris, Maspero, 1982.

[5] Imagined communities: reflections on the origin and spread of nationalism, London, Verso, 1983.

[6] Communication orale au CEMAT, Tunis, avril 2012. Des éléments dans : Nabiha Jerad, 2011, « la révolution tunisienne : des slogans pour la démocratie aux enjeux des langues », Archivio Antropologico Mediterraneo, vol. 13, n° 2.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook