Archives par mot-clé : soulèvement

Compte rendu de lecture du dernier livre de Jocelyne Dakhlia « Tunisie, le pays sans bruit »

Stéphanie Pouessel, anthropologue à l’IRMC vient de publier un compte rendu de lecture du dernier livre de Jocelyne Dakhlia, Tunisie, le pays sans bruit aux éditions Actes Sud, dans la rubrique « Lectures inédites » de la revue des mondes musulmans et de la méditerranée :

Pourquoi n’a-t-on pas « voulu voir et pas pu voir ce qu’était réellement la situation politique tunisienne » (p.48) ? C’est à partir de cette question que Jocelyne Dakhlia construit ce livre qui apparaît comme la libération d’un cri longtemps étouffé. L’on peut ressentir les années de silence que la dictature a imposées à tous et dont Jocelyne Dakhlia se libère ici d’une partie. Historienne tuniso-française, ses origines paternelles la relient à Metlaoui, berceau du soulèvement social inédit et précurseur en 2008. Bien que l’auteure précise avec humilité que ses écrits ne sont ici pas ceux d’une chercheuse mais la « lecture personnelle d’une citoyenne tunisienne, franco-tunisienne », ce livre est loin de constituer une lecture auto-centrée et affective, à l’instar de tant d’autres qui ont suivi janvier 2011, mais il apporte des clés théoriques de compréhension du regard ou plutôt de l’absence de regard objectif que nous portions sur la Tunisie, et plus largement sur le « monde arabe et musulman » jusqu’à l’avènement du dit printemps arabe… (La suite sur le site de la REMMM)

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Transition démocratique et mutations institutionnelles

Table ronde IRMC – Tunis, 20mai 2011.

À la suite de ses manifestations du 4 février (La question autoritaire au prisme des sciences sociales) et du 29 mars (Constitutions et révolutions), l’IRMC a organisé le 20 mai une table ronde sur Transition démocratique et mutations institutionnelles. Sana Ben Achour (juriste, Faculté des sciences juridiques et politiques de Tunis) a traité du Rôle du droit constitutionnel dans les transitions démocratiques. Elle distingue trois registres de modification constitutionnelle mobilisés en réponse aux soulèvements populaires. Le premier pour désamorcer la contestation sociale, au Yémen « sous le signe de la présidence à vie », en Syrie « pour sauver le clan au pouvoir », à Oman face au sultanat sans contre-pouvoir. Le second « comme outil de démocratisation dans un cadre immuable », au Maroc dans une « démocratisation par le haut » et en Jordanie afin de « renforcer la vie parlementaire et politique ». Le troisième « comme nouvelle ressource de légitimation », en Égypte autour d’une révision constitutionnelle et en Tunisie dans la rupture. Le cas tunisien témoigne d’une volonté de suspendre la constitution, et de s’en remettre à une légitimité justifiée par ses seuls objectifs incarnés par des commissions dont celle pour la réalisation des objectifs de la révolution, des réformes politiques et de la transition démocratique.

Anna Krasteva (politologue, Nouvelle université bulgare de Sofia), a traité de L’émergence d’une citoyenneté post communiste. Elle a décrit les modalités de l’engagement communiste considéré non comme un droit mais comme un devoir (on doit être heureux, la mélancolie est bannie). Le communisme ayant concentré les droits sociaux et marginalisé les droits politiques et civils, le citoyen n’y a pas la liberté de se désengager. Ont été évoqués les deux fleurons du post communisme : le désengagement (abstention, apathie, non-participation comme droits et libertés) et la jubilation politico affective de la liberté, passant de la citoyenneté publique ascendante à la citoyenneté privée descendante. L’individualisme post communiste dessine plusieurs types de leaders : le charismatique allié du peuple, l’extrémiste xénophobe, l’adulé self made man. Et l’engagement s’incarne dans un mimétisme des sociétés de l’ouest et de la référence à une « société civile ».

Imed Melliti (sociologue, Institut supérieur des sciences humaines de Tunis) discuta les « passerelles » entre les interventions à travers quelques caractéristiques des pays arabes : des régimes autoritaires, idéologiquement affaiblis, en proie au gigantisme de leurs appareils partisans devenus des coquilles vides, défaillants pour la redistribution économique et sociale (d’où un chômage endémique), et avec un maillage associatif au service du pouvoir politique. Il posa la question du droit comme possible régulateur du conflit dans le passage de l’avant à l’après révolution, où la citoyenneté se négocie entre l’engagement individuel et la surproduction de leaders contre le citoyen, entre plus ou moins d’État et de social.

Lors du débat, l’accent a été mis sur les similitudes (surveillance, culte de la personnalité) et les différences (embrigadement politique) entre les sociétés de l’Est et la Tunisie. Il fut question de l’effondrement des structures de l’État ainsi que du manque de visibilité du rôle des jeunes dans l’actuelle mobilisation politique. On évoqua le tiraillement de la société tunisienne entre le mode de l’unité issu du consensus sur la suspension constitutionnelle, les principes d’universalité démocratique et les références aux valeurs d’un passé sur-investi. Avec l’espoir que le débat pour la constituante lui permette de redéfinir son projet et ses valeurs.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Pierre-Noël DENIEUIL

 

crédit photographique : © dndf.org

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Premiers « moments » révolutionnaires

De Gafsa à Sidi Bouzid

On situe généralement l’acte de Bouazizi comme le déclencheur de la révolution tunisienne, en réponse à la marginalisation, à l’injustice et au chômage. Révolution des chômeurs, dont les jeunes ont pris le flambeau, guidés par une volonté de liberté, de dignité et de droit de vivre. Disons plus objectivement que cette révolution a connu deux foyers de déclenchement.

Avant Sidi Bouzid, il faut mentionner les protestations du bassin minier du phosphate à Gafsa en 2008. Les habitants de la région y ont manifesté durant six mois sans que leur action n’ait pu trouver un écho sur le plan national. Ce mouvement de bassin minier visait à lutter contre la situation de chômage croissante dont souffrent les jeunes de la région de Gafsa. Il dévoilait la réelle situation économique et sociale de marginalisation et de pauvreté des citoyens dans une région supposée être riche. Le fait que l’État ait négligé les demandes des protestataires a contribué à politiser le mouvement ainsi passé d’une demande d’emploi vers un mouvement politique contre la gouvernance de Ben Ali et contre la fuite de l’argent de Gafsa hors de l’activité minière. Puis est intervenu le mouvement politique des syndicats et de l’UGTT (l’Union Générale Tunisienne du Travail) visant à abattre une dictature coupable de vol. Il y a eu alors la flambée des slogans réclamant un pays sans Ben Ali. Il s’en est suivi une guerre locale, entraînant victimes et crimes, entre la police et les citoyens de différentes délégations du gouvernorat. A cette époque, une majorité de tunisiens n’était pas au courant de ce qui passait dans la région, voire n’avait pas entendu parler du mouvement du Bassin minier. Les médias tunisiens, contribuant à dissimuler le mouvement, avaient occulté ces manifestations en déclarant seulement quatre meurtres dénoncés comme étant à l’origine des émeutes et comme commis par des irresponsables fauteurs de troubles et menaçant la sécurité… Cette voix de dignité issue du bassin minier, avait été éteinte sous l’usage de la violence et de l’agressivité de la police.

Ces protestations qui ne s’étaient pas achevées en 2008, sont réapparues lors de la déclaration du décès de Bouazizi, dans les gouvernorats de Kasserine, Sidi Bouzid et Gabes. À ce moment là, le mouvement n’était pas encore répandu sur tout le territoire tunisien, et il fut porté par des élites dont les avocats témoins de toutes les corruptions et les criminalités de la famille présidentielle ainsi que de l’usage des armes par la police tunisienne durant les manifestations. Tel fut le début de cette grande éruption volcanique des tunisiens de tout âge et catégorie socioprofessionnelle, guidés par leur patriotisme, leur amour du pays et leur solidarité.

Qui sera le martyr ?

Dès le déclenchement des protestations révolutionnaires, l’acte de Bouazizi a été considéré comme le flambeau de la révolution, son nom a été scandé par tous les Tunisiens comme celui du héros du pays, du sacrifice de la liberté, annonciateur du retour au droit de tout être social : avoir du travail, une vie digne et devenir respecté. L’on sait de ce héros qu’il était un vendeur ambulant de légumes, appartenant à une classe sociale défavorisée et ayant grandi dans un milieu marginalisé situé à Sidi Bouzid au centre ouest de la Tunisie. Il a été sacralisé comme une victime de l’ancien régime de Ben Ali, des inégalités sociales, du chômage, du détournement économique, de la censure des libertés d’expression suite à la gifle reçue d’une femme membre de l’équipe de contrôle municipal, symbole de l’injustice incontournable du pouvoir gouvernemental.

Depuis le 17 Décembre, personne ne savait où se trouve Fédia Hamdi la femme qui a giflé Bouazizi. Il a fallu attendre le mois de Mars pour découvrir qu’elle était prisonnière depuis le début de la révolution, observant une grève de faim afin d’être présentée rapidement devant le tribunal. Plusieurs mouvements solidaires ont voulu défendre cette femme sous le motif que sa gifle n’était qu’une réaction pour se protéger face à l’irrespect des paroles scabreuses utilisées par Bouazizi. Outre l’acquittement rendu le 19 avril par le tribunal, pour une gifle qui n’aurait pas été donnée, Fédia vient en outre d’obtenir un nouveau statut et une nouvelle appellation : « le martyr est encore en vie ». L’interprétation des faits prend désormais un nouveau sens : lors du « moment révolutionnaire », ils étaient considérés comme une réponse à la dictature de Ben Ali et au système politique abusif ; par la suite, ils ne deviennent que la réponse d’une faible créature n’ayant pas trouvé d’autre moyen de se défendre face à une violence verbale, que celui d’une gifle qui a été « représentée » comme la cause de la révolution. Gifle « construite » par les représentations sociales, et finalement infirmée par la confrontation des témoignages.

On constate ainsi la manipulation par une action de politisation d’un incident qui a abouti à la chute d’une dictature et à la légitimité révolutionnaire d’un vendeur de légumes, aboutissant à la dépolitisation et à la stigmatisation d’une réaction conduite par l’instinct protecteur d’une femme devant des provocations blessantes. Il s’agit d’une lecture des faits, et d’une transformation des rôles par la domination d’un groupe social ayant une influence majeure au nom de la voix du peuple. Sous cette instrumentalisation politique des mots et des faits, sera t-il possible de relever la vérité ? Bouazizi demeurera-t-il le martyr de la Tunisie ou bien, avec la réhabilitation sociale de Fédia Hamdi, sa situation changera-t-elle de celle d’un martyr vers celle d’un simple homme mis en défaut ?

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Amira MOKDED

Étudiante en Master, ISSHT, Tunis

 

Crédit photographique : © EPA – Lucas Mebrouk Dolega

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Tunisie, qu’est ce qu’une révolution non-religieuse?

Un événement inédit a ébranlé la paisible Tunisie. En près d’un mois ou presque (17 décembre 2010-14 janvier 2011), un peuple chasse son tyran. C’est du Sud que le processus a été déclenché. Et ses vents continuent à souffler. Aussi les observateurs sont-ils embarrassés, ne sachant s’il faut parler de coup d’État, de rébellion ou de révolution ? Ceux qui ont été surpris par le départ précipité du tyran placent leur confiance dans les services de renseignements et attendent une reprise en main par les tenants de l’ancien régime. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’ils le souhaitent rien que pour le plaisir de confirmer une vague intuition et peut-être des bribes d’informations qu’ils ont glanées auprès de « sources autorisées ». Leur maître à penser est Thierry Meysson. Il a déjà douté d’un 11 septembre 2001 planifié par Ben Laden alors que ce dernier a publiquement reconnu son forfait ! Des esprits brillants s’y sont malheureusement laissés prendre. Ils ne connaissent pas l’homme : Ben Ali est lâche. De l’aveu de son entourage immédiat, il a fondu en larmes la veille de son coup, le 6 novembre au soir… Un coup d’État se concocte dans le cercle restreint du pouvoir. Or, les premiers témoignages disponibles indiquent que Ben Ali s’est éclipsé discrètement laissant les siens dans le flou juridique et le désarroi politique. Un coup d’État sauve le régime. Le sien est menacé de disparaître. De multiples enquêtes criminelles sont ouvertes par le parquet de Tunis contre Ben Ali, son clan et son staff. Et le peuple en redemande ! Plus nombreux ceux qui parlent d’insurrection. Ben Ali a été chassé par un soulèvement populaire, mais la différence entre une révolte et une révolution est moins de degrés que d’échelle. Une révolte s’épuise, une révolution se prolonge. Une sédition finit par être mâtée, une révolution triomphe. Une révolte est limitée, une révolution est générale. Un soulèvement est une agitation, une révolution clôt un cycle. Une jacquerie produit du désordre, une révolution invente un ordre nouveau. Il suffit alors de compter les acquis des derniers jours pour se rendre à l’évidence qu’il s’agit bien d’une révolution. Ben Ali a été éconduit par des actes de bravoure exemplaires dignes d’une tragédie grecque, des protestations civiles qui ont déprimé les forces de l’ordre et même des batailles rangées. On comprend que les Tunisiens en soient légitimement fiers. Et ce n’est pas flatter l’égo d’un peuple humilié que de reconnaître son mérite, autant que d’autres peuples qui ont accompli de si grandes choses ! A juste titre, les nombreuses pétitions des intellectuels et leurs interventions écrites et orales témoignent d’une dignité retrouvée. Il existe enfin un critère fatidique pour savoir si la Tunisie a accompli une révolution : l’enthousiasme. Dans le Conflit en trois sections, Kant s’interroge sur les effets de la révolution française. Il dit que ce ne sont pas les acteurs qui qualifient la révolution (on le concède) mais ce sont les spectateurs lorsqu’ils sont saisis par l’enthousiasme (ce mélange de plaisir et de peine) pour ce qui est universel et partout moral dans l’événement. Tel est le cas de la révolution tunisienne. Elle réinvente à sa mesure les idéaux de liberté, de dignité et de justice. On se croirait dans n’importe quelle capitale postsoviétique, mais guère à Téhéran en 1979. Et le seul portrait exhibé par les manifestants est celui du Che ! C’est ce qui explique l’emportement qu’elle éveille, l’admiration qu’elle suscite, l’effet de contagion qu’elle diffuse. Partout dans le monde islamique, voire au-delà. Ceux qui mauvais spectateurs en doutent n’ont aucune idée de ce qui se joue dans le théâtre de la révolution. Ils confondent intelligence et malice (à ne pas confondre avec la ruse de la raison). Même la confiscation plausible de la révolution ne leur donnera pas raison.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Hamadi REDISSI

Politologue, université Tunis-El Manar

 

Crédit photographique : ©Lucas Mebrouk Dolega – EPA

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La brise des steppes sur… le littoral

Je ne peux m’empêcher, dans ce regard à chaud, de me retourner sur la propagation géographique du soulèvement du peuple tunisien pour se réapproprier sa liberté et sa parole. Faudrait-il rappeler que les foyers de départ de ce soulèvement du centre Ouest de la Tunisie correspondent aux gros bourgs ruraux «communalisés» dont la population varie de quelques milliers (Menzel Bou Zayane, Regueb…) à une dizaine de milliers d’habitants (Thala), ou encore servant de sièges régionaux du pouvoir central (Sidi Bouzid et Kasserine) qui ont fixé des dizaines de milliers de ruraux venus des campagnes environnantes depuis un demi siècle ? Pourquoi les populations de ces bourgs ont-ils pu entretenir la flamme de la révolte durant deux semaines avant que ne les rejoignent les populations des grandes villes littorales (Sfax en premier lieu, mais aussi Monastir, Nabeul et Sousse et surtout Tunis à la fin) ? Faudrait-il aussi rappeler que la Tunisie littorale, c’est-à-dire les deux tiers de la population tunisienne et les trois quarts des citadins, est restée à l’écart du soulèvement durant plus de deux semaines (entre le 17 décembre 2010 et le début du mois de janvier 2011) ?. Les instances locales et régionales de l’UGTT (Union Générale Tunisienne du Travail) des régions de Kasserine et Sidi Bouzid ont joué en réalité un rôle décisif dans l’allongement du souffle de la révolte. Ce sont également ces mêmes instances syndicales qui ont gagné l’adhésion des autres syndicats régionaux, surtout en direction du littoral et du Nord, et ont surtout fini par impliquer les instances dirigeantes de l’UGTT à Tunis. L’accélération de la contestation et son élargissement à la jeunesse et aux citadins du littoral, aux avocats, aux hospitalo-universitaires, aux étudiants et aux universitaires, dés les premiers jours de la nouvelle année, ont été déterminants dans son aboutissement. Si Sidi Bouzid et Kasserine sont généralement considérées comme l’arrière cours économique de la métropole sfaxienne, la mobilisation massive de celle-ci a apporté au soulèvement des steppes la force et l’ardeur nécessaires à son déferlement vers les villes littorales et en particulier vers le Grand Tunis. Peux-ton prétendre qu’il s’est agi là de l’une des rares occasions historiques où peuples de l’intérieur et populations du littoral, où paysans et citadins, se sont retrouvés réunis dans une même entreprise révolutionnaire ? Cette révolution n’a pas uniquement rapproché, pour un moment, des mondes géographiques distants, pour ne pas dire opposés, mais a aussi réuni des mondes sociaux et professionnels aussi différents que les jeunes, les chômeurs, les professions libérales, les fonctionnaires, les syndicalistes…etc. La question reste vigoureusement posée quant à l’attitude, et à la réaction, non seulement aujourd’hui mais aussi sur le cours et le moyen terme, de deux autres catégories de la population : les milieux d’affaires et, surtout, les bénéficiaires, directement ou indirectement, des avantages et de la rente générés par l’ancien régime?

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Hassan BOUBAKRI

Géographe, université de Sousse

 

Crédit photographique : ©Fathi Belaïd – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une onde tsunamique

Nous devons distinguer entre l’acte de Bouazizi et la mobilisation générale qui s’en est suivie. Bouazizi a commis cet acte d’immolation parce qu’il n’a pas été reçu par une autorité locale, après avoir été frappé et insulté par une femme agent de police ou municipal. D’après sa sœur, dans la région, un homme frappé doit porter la robe et c’est là l’extrême limite de l’humiliation. Mais ce n’est pas cela qui a déclenché son acte, c’est lorsqu’on a refusé de le recevoir, le refus de parole. Bouazizi a un niveau bac, il veut laisser sa sœur faire des études, dans sa région il devrait avoir un statut, et contre ce statut il a dû vendre des fruits et légumes. Il pensait pouvoir convertir sa scolarisation, son capital culturel en capital économique, et il n’a pas eu cette possibilité. Car cette conversion exige une capacité psychologique de soumission et des relations sociales. Or Bouazizi n’a pas de relations sociales, dans sa région marginalisée tout est fermé, et il n’accepte pas la soumission clientéliste. Il n’a pas pu gérer la limite de la schizophrénie entre le statut social et les conditions de vie, et il a été conduit au suicide.

Et cela a déclenché un tsunami de mobilisation. Des jeunes qui n’ont pas le même statut que lui se sont identifiés à cet acte. Comme dans un théâtre, ils ont vécu leur expérience personnelle à travers cet acte. Bouazizi n’a pas fait cela pour être imité, mais il a été l’élément déclencheur. Ce n’est pas lui mais c’est le fait qu’il soit perçu « comme ». Son vécu a été lu comme une tragédie grecque. Il s’en est suivi, Facebook aidant, une mobilisation cathartique et générale, qui a touché toutes les catégories sociales. La matrice symbolique de ce mouvement est, accompagnée d’une demande économique, une demande de la libération de la parole, de respect de soi et de dignité, de sortie de cette condition schizophrénique et clientéliste. Le cas est arrivé à un moment de sensibilité générale, et les avocats des régions ont été les premiers à s’identifier à Bouazizi.

Un tsunami est un acte qui noie tout. Rien n’a résisté à cette onde tsunamique. Et c’est un mouvement interne. Il n’y a pas de chef, il n’a pas un guide, il n’y a rien d’extérieur, il n’est pas pensé à partir d’un projet ou d’une stratégie comme d’autres révolutions. Sa seule dynamique est la demande de respect, une matrice souterraine qui fait avancer l’ensemble sans acteur qui dirige et organise. C’est la dynamique elle-même qui marche. Personne ne l’attendait mais rien ne peut résister et plusieurs tendent à croire que rien ne peut l’arrêter. Le pouvoir a cédé devant ce mouvement qui balaie tout. Rien n’a pu résister. C’est une révolution de la parole libérée, et l’extraordinaire est qu’elle est contagieuse. Elle a changé l’ordre politique. Ben Ali n’est pas tombé par la faiblesse des institutions mais par la force du mouvement et sans violence. C’est fini, au moins de manière aussi radicale que la révolution française a balayé l’ancien régime.

Il peut y avoir des retournements, c’est fragile, mais on ne peut plus revenir en arrière. Le seul risque, et qui a été évité, était que la révolte des segments les plus radicaux de la jeunesse et de ceux qui n’ont plus aucune perspective de transformer leur capital culturel, entraîne une répression sanglante mobilisant alors l’armée. Scénario qui aurait entraîné l’alliance entre mouvements néo islamistes et néo marxistes, et la prise momentanée du pouvoir par l’armée. Mais l’armée a laissé la police faire son travail. C’est une option qui ne s’est pas déroulée, mais dont les éléments structuraux existent et étaient présents.

 Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Abdelkader ZGHAL

Sociologue, Tunis

(propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

 

Crédit photographique : ©Fathi Belaïd – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La force de l’insoumission

De la révolte de la rue à la révolution des esprits

Les évènements vécus depuis le 17 décembre 2010 constituent une véritable « onde de choc » pour l’ensemble des Tunisiens. Il s’en dégage un sentiment de fierté, une dignité retrouvée, d’avoir combattu et écarté Ben Ali seuls, sans leader, sans parti et sans soutiens étrangers. S’en trouve renforcée l’image d’une Tunisie avant-gardiste dans le monde arabe, et qui, après avoir aboli la polygamie, érigé le code du statut personnel, revendique sa liberté d’expression et d’auto détermination. Ce mouvement valorise les jeunes (« on n’est pas des voyous mais on veut défendre nos valeurs »). Il illustre la mobilisation de toutes les catégories sociales autour de la lutte contre les milices tant dans les quartiers populaires que dans les quartiers chics. Se profile un autre visage du civisme et de la solidarité (« la solidarité nous appartient ») que celui des slogans abstraits de l’État.

L’homme de la rue tout comme l’intellectuel, en appellent à une séparation stricte entre l’État et tout parti. Il en ressort une confrontation des « jusqu’au boutistes » refusant la présence d’anciens du RCD au gouvernement, et des « on y va quand même ». Les forums de discussion se sont installés sur les chaînes de la radio et télévision nationale, invitant des acteurs et observateurs de la société civile, intellectuels, artistes, universitaires et chercheurs, hommes et femmes, de toutes tendances et sensibilités politiques. Des journalistes se questionnent sur leur mission, leur implication dans le mouvement social. Des métiers redéfinissent les contours de leur corporation (avocats, architectes, cinéastes, professions de santé…). Dans les entreprises publiques, des groupes de personnels demandent le départ de leur directeur général et souhaitent renouveler les lignes hiérarchiques.

Il s’agit là d’un mouvement multidimensionnel, impulsé par la jeunesse mais auquel participent toutes générations, catégories socioprofessionnelles, et classes sociales. Il faut insister sur la dimension sociale de ce mouvement qui a pris la forme d’une révolte des populations : contre la vie chère, contre le chômage des jeunes et des diplômés, contre les détournements économiques et la corruption financière, contre la censure de la liberté d’expression et l’autoritarisme politique. Face au foisonnement de l’expression, plusieurs réclament une pédagogie de la démocratie, un apprentissage de la liberté naissante, estimant « qu’il faut du temps pour un peuple non habitué à la démocratie », et que la « révolution des cerveaux » implique « d’enlever l’autocensure de nos têtes ».

La mobilisation numérique

Dans un contexte de censure de la presse, de mainmise de l’État sur les médias (radio, télévision), d’interdiction de sites internet, et dans l’un des pays les plus connectés d’Afrique, le mouvement tunisien s’est inscrit au cœur de la révolution numérique. Depuis la rue et avec l’aide des vidéos amateurs (fournies par les téléphones portables) et des ordinateurs, les messages numériques et les blogs ou encore les sites Twitter ou Facebook ont relayé les appels à manifester. Ils ont fourni des messages de dissidence ou de blocage de sites gouvernementaux, puis des commentaires en direct des émeutes. Le 12 janvier, le monde entier a eu connaissance en temps réel de la photo du décès par balle d’un enseignant franco-tunisien à Douz. Les acteurs de ce mouvement ne sont plus seulement dans la rue. Ce sont souvent des jeunes qui l’ont impulsé et qui, depuis leur ordinateur, en parlent le langage (le slogan des manifestants, « Game over »).

Internet s’est imposé comme un nouveau support d’information, de communication et de « résistance » au service d’une « cause ». Ce processus connecte les acteurs politiques de tous bords à la pression de la rue et des médias numériques. On doit y voir une profonde mutation où l’information passe directement de la parole de l’acteur à l’appréciation du spectateur. La communication sur le net a ainsi contourné et démenti les (non) informations de la radio et télévision nationale. Avec l’écueil toutefois d’une information issue de la rumeur et non confirmée, dont le récepteur doit reconstituer la véracité, et un court-circuit du canal du journaliste informateur et du « professionnel » de l’information. A noter le rôle fort de relais en direct de cette « micro information », joué par la chaîne internationale Al Jazira.

L’impact sur le métier de chercheur

Dans leurs soucis d’interrogation et d’interprétation des faits sociaux, entre l’analyse scientifique qui nécessite un recul, et l’urgence de l’implication au présent, les sciences sociales sont fortement interpellées par ces évènements. Une tradition en ce sens existe à l’IRMC, qui a déjà produit des recherches et des réflexions sur la question étudiante, sur les reconfigurations religieuses, les, migrations précaires ou clandestines, la crise du travail et de l’emploi, mais aussi sur le développement local et les révoltes ouvrières du bassin minier de Gafsa, puis sur les démocraties autoritaires. Cette « révolution des esprits » est susceptible auprès des étudiants et chercheurs sur le Maghreb puis le monde arabe et musulman, de renouveler les sujets de recherche objets d’articles, mémoires ou thèses sur des thèmes tels que la transition politique, les notions de revanche sociale, de rumeur, la question des suicides par immolation. Autres thèmes : les solidarités ; les jeunes et le changement social ; Internet et les nouveaux modes de communication ; les révoltes populaires régionales ; les rapports de force entre l’Armée, l’État et la police ; les compromis politiques et le jeu des partis dans les gouvernements de transition ; les relations du social, du politique et du religieux.

Ces évènements, au cours desquels les médias ont beaucoup sollicité les chercheurs, interrogent la relation, parfois source de malentendus, entre le journaliste et le chercheur, entre le temps circonscrit de l’évènement et le temps long et cohérent de l’histoire. Ils questionnent aussi les frontières disciplinaires internes aux SHS. Par exemple ils ne sont pas perçus de la même manière par les sociologues, juristes ou politologues qui souhaitent les analyser « à chaud », alors que les historiens prendront plus de recul sur les traces de ce qui est advenu ou sur les leçons du passé. Tout en respectant ces frontières, ces nouvelles recherches gagneront à être abordées dans une perspective comparative entre pays du Maghreb, ou avec l’Égypte. Cette confrontation des expériences internationales avec le vécu de la révolution tunisienne, devrait contribuer à un dialogue approfondi et à un renforcement de la coopération au sein de la communauté des chercheurs en sciences sociales.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Pierre-Noël DENIEUIL

Sociologue, IRMC, Tunis

 

Crédit photographique :  ©Zohra Bensemra – Reuters.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Trente jours qui changèrent la Tunisie

Sidi Bouzid, chef-lieu de gouvernorat situé au centre-ouest du pays et ville de 50.000 habitants vécut un évènement anodin qui se transformera en un véritable drame. Un jeune vendeur de légumes fut bousculé par des employés municipaux qui saisirent son matériel arguant du fait qu’il n’avait pas à s’installer dans le centre de la ville. Devant son refus et ses protestations, il fut giflé par une jeune femme membre de l’équipe municipale de contrôle. En désespoir de cause, il acheta un bidon d’essence et s’immola par le feu. Transféré à Tunis à l’hôpital des grands brûlés, le drame avait suscité une grande émotion dans sa région d’abord, puis dans l’ensemble de la Tunisie, à telle enseigne que le chef de l’État rendit visite au jeune vendeur à l’hôpital où il décédera quelques jours plus tard.

Ce sacrifice de Bouazizi fut le point de départ d’une véritable protestation collective avec des manifestations organisées dans de nombreuses villes tunisiennes. D’abord dans les villes du centre ouest (Kasserine, Sidi Bouzid) puis dans celles du nord-ouest (le Kef, Thala etc.), ces manifestations se développèrent jusque dans les zones littorales à Sousse, Gabès, Bizerte, puis à Tunis. Cet embrasement de la population se transforma en un véritable soulèvement visant à travers les slogans, le chef de l’État. Ben Ali fut contraint à trois reprises de s’adresser à la population pour menacer et prendre des mesures à l’encontre de ce qu’il considérait comme des actions de déstabilisation. Ses menaces eurent un effet contraire, car les protestations et les manifestations se développèrent de plus belle sur l’ensemble du territoire. Entre-temps des informations firent état de plusieurs morts dans différentes villes. Durant les deux premières semaines, les morts et les blessés étaient mis sur le compte des forces de police, puis il s’avéra que des tireurs d’élite (Snipers) étaient à l’origine des nombreux morts et blessés.

Dans une ultime tentative de convaincre la population de mettre un terme aux manifestations, Ben Ali fit de nombreuses promesses comme celle de donner l’ordre aux forces de police de cesser les tirs à balles réelles, puis pathétique il promit d’appliquer la démocratie, ce qu’il n’avait jamais réalisé en 22 ans de règne, en répétant qu’il avait compris les demandes de la population et qu’il envisageait de créer 300.000 emplois en deux ans. Ce mea culpa perçu par la population dans de nombreuses villes, encouragea les habitants à réclamer la démission de Ben Ali et à juger comme un signe de faiblesse ces pratiques maffieuses de sa belle famille. D’importantes manifestations dans les grandes villes (Sfax, Tunis, Sousse etc.) sonnèrent le glas du dictateur puisque la population tunisienne apprit sa fuite vers l’Arabie Saoudite le 14 janvier soit 3 semaines après la mort de Bouazizi, le jeune vendeur de légumes de Sidi-Bouzid. Le soulèvement de la population tunisienne s’est soldé par une centaine de morts et plus de 400 blessés. Plusieurs membres de la famille des Trabelsi et de Ben Ali furent arrêtés à l’aéroport et devront répondre devant la justice des actes délictueux qu’ils ont commis. En dépit de la fuite du dictateur et de l’arrestation des membres de sa famille, les snipers poursuivirent leurs assassinats durant cinq jours. L’armée en pourchassant les tireurs de la brigade présidentielle, parvint à les mettre hors d’état de nuire et procéda à l’arrestation de près de 400 tireurs d’élites qui s’étaient repliés au palais de Carthage.

Les manifestations et la mobilisation de la population, ainsi que la constitution des comités de quartiers ont contribué à mettre un terme à une dictature féroce, fondée sur le pillage des ressources du pays, et de multiples pratiques maffieuses. Ces résultats bien que rassurants, ne sont pas suffisants dans la mesure où le parti-Etat, le « rassemblement constitutionnel démocratique » n’a pas été dissout et, de ce fait, le gouvernement de transition, regroupe des ministres impliqués dans la mise à sac du pays. C’est pour cela que les manifestations se sont poursuivies réclamant la constitution d’un gouvernement, composé de membres qui n’ont pas été impliqués dans les affaires du dictateur. Cette exigence de la population a été satisfaite et la constitution d’un gouvernement de transition a été réalisée.

En outre, trois commissions chargées de redéfinir les modes de fonctionnement du gouvernement, et de réaliser des enquêtes approfondies sur les affaires de détournement et toutes les activités ayant contribué à détourner les deniers de l’Etat, furent constituées. En dépit de ces dispositions, un problème de taille, le corps de la police, qui totalise 120.000 membres soit trois fois les effectifs de l’armée tunisienne qui ne compte que 40.000 soldats et officiers, n’a pas été traité. Parce qu’elle a été le bras armé du dictateur, la police doit être restructurée et ses effectifs réduits afin de se prémunir de toute déconvenue.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5.

 

Morched CHABBI

Urbaniste, Tunis

 

Crédit photographique : ©Salah Habibi – AP Photo – ; ©Zoubaïr Souissi – Reuters.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook