Archives par mot-clé : Souheil Arfaoui

Sit in : une nouvelle effervescence sociale en Tunisie

Le phénomène du Sit-in, jusqu’ici presque inconnu en Tunisie, s’est manifesté ces derniers temps dans le paysage tunisien, avec force, partout devant les ministères, les institutions, et les entreprises. Des Sit-in se sont formés pour appuyer certaines revendications syndicales ou politiques. Syndicales afin d’obtenir un statut d’employé ou de salarié confirmé, des indemnités diverses, une augmentation de salaire, une amélioration des conditions de travail, etc. Politiques pour demander la dissolution des institutions constitutionnelles (chambre représentative, conseil constitutionnel…), la création d’une assemblée constituante, pour proclamer dés le début le parlementarisme comme seul choix pouvant convenir pour gouverner la Tunisie.

Si le mode du sit in a envahi les espaces publiques sur tout le territoire, celui de la Casbah où se trouvent plusieurs ministères symbolisant le pouvoir, mérite d’être traité à part vu l’importance du lieu et la diversité et le nombre de jeunes venus de tout le pays d’une part et le message qu ils ont voulu faire passer d’autre part.

Ainsi les différents messages que les jeunes révolutionnaires ont affiché dans cet espace sont une prise de conscience de leur état longtemps marginalisé et qu’ils veulent aujourd’hui remettre au centre des préoccupations du pouvoir : « vous nous avez marginalisés, maintenant le pouvoir nous appartient ».

La sémiologie nous aide à déchiffrer, à décoder tous les signaux que les jeunes ont allumé et à comprendre leurs préoccupations. Les groupes formés à l’occasion évoquent l’appartenance régionale tribale de ces jeunes, révélant aussi leur référence à la conscience groupale, aux sentiments collectifs et à leurs identités sociales.

Le sit-in témoigne de l’envahissement de l’espace symbole de ce pouvoir qu’on soupçonne de vouloir arrêter la révolution au milieu du gué. Il manifeste l’occupation de cet espace par les différents groupes suivant une organisation traduisant bien cette appartenance aussi bien sociale que régionale et soutenue par des slogans spécifiques à chaque groupe porteur d’un message identitaire où est mise en exergue l’appartenance à telle ou telle région bien plus qu’à telle ou telle « Arch ».

Ce sit-in de la Casbah a été une occasion pour ces laissés pour compte, pour ces habitants de l’arrière pays pour se faire entendre et crier qu’ils existent et qu’il faut désormais compter avec eux.

Aussi, pour ne pas pousser ces révoltes à se réfugier dans des postures identitaires étroites vautrant et glorifiant les mérites de la tribu au déterminant de l’appartenance à cette Tunisie dont la civilisation est trois fois milliaires, le pouvoir doit répondre positivement à toute les exigences des foules portant sur une vie digne, libre et démocratique pour tous.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Souheil ARFAOUI

Étudiant en sociologie et développement, ISSHT

 

crédit photographique : © Leaders.com

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook