Archives par mot-clé : Sihem Talbi

Facebook, un outil d’identité pour la révolution

Internet offre de plus en plus de services aux particuliers, aux entreprises, aux associations et aux acteurs sociaux de différents âges et catégories sociales. L’utilisation du réseau numérique y est devenue un moyen de participation sur le mode de l’éventuel et du virtuel. A ce propos, qu’est ce que Facebook ? Quelle a été la portée de ce réseau social sur la révolution tunisienne ?

Sur Facebook on crée un compte, une liste d’amis, un profil, on y multiple les données personnelles sur sa page de démarrage. Chaque utilisateur, à partir des informations rentrées dans son profil, y gère une véritable « identité numérique » qui intériorise son « identité individuelle » et favorise l’identification de soi dans la contribution à un champ social virtuel. Chaque site possède un espace de reconnaissance sur lequel chaque membre peut inviter un nouveau contact et ainsi accroître les réseaux des nouveaux adhérents du site visité.

Facebook constitue un espace de soulagement pour extérioriser nos idées, nos émotions, nos attitudes, nos envies, tout ce qui constitue nos identités duales et assemblées. Bref, une identité plutôt schizophrène entre la réalité sociale qui impose un contrôle de l’expression sur des sujets interdits tels les sujets politiques, et une réalité personnelle par laquelle l’utilisateur dévoile et construit sa nouvelle conception de soi dans la réflexivité sociale et sa validation par autrui. C’est dans cette même expérimentation de soi, que l’on observe la vie des autres, et que l’on se positionne par rapport à leur existence.

Facebook a joué un rôle important dans le contexte tunisien. Tout d’abord par les photos qui ont été prises de Bouazizi en train de se brûler devant la municipalité, images partagées sur Facebook par son cousin, et ayant un pouvoir d’influence. Cet incident, historique dans le cadre de la progression des révoltes de jeunes dans les différents gouvernorats, a renforcé l’exaspération et la colère envers l’Etat dictateur. Le courant de manifestation a commencé à prendre de l’ampleur grâce aux vidéos enregistrées par des téléphones mobiles et partagées sur les pages du réseau social. Facebook est ainsi devenu un vecteur de circulation d’une information qui échappait au contrôle des autorités, plateforme d’échange qui a libéré la parole et mobilisé les énergies.

Facebook a été aussi un moyen de coordination d’actions collectives telles les manifestations. Il a de même constitué un outil puissant pour contourner les barrières mises en place par le pouvoir afin d’empêcher les médias étrangers de couvrir les événements. Les vidéos filmées sur le terrain et diffusées sur Facebook ont été massivement exploitées par les télévisons étrangères (France 24 et Al jazeera) pour relater les faits sur le terrain et informer l’opinion publique internationale et nationale sur l’évolution de la situation.

Enfin, Facebook est devenu un exutoire des jeunes tunisiens dans l’intention de s’exprimer et de publier des vidéos, des photos voire des citations personnelles. Il s’est agi de dépasser un monde contrôlé et interdit pour s’ouvrir à un autre monde, virtuel, auquel il est possible de s’identifier plus librement afin de réaliser notre propre liberté, liberté d’expression et de pensée, en vue de construire une nouvelle Tunisie.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6 

 

Sihem TALBI

Étudiante en Master, ISSHT, Tunis

 

Crédit de l’illustration : © rizkallah-d3ale98

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook