Archives par mot-clé : shs

L’Université de printemps du RéDoc : une expérience réussie

Visite de Hammamet

Comment amener des doctorants en sciences sociales à penser l’écriture dans leurs disciplines respectives et à prendre conscience de la centralité des exercices dont elle relève, sans verser dans la normativité, ni dans le technicisme des livres de « recettes » méthodologiques ? Voilà le défi relevé par l’Université de printemps organisée par le Rédoc, en partenariat avec l’IRMC, l’Association tunisienne d’anthropologie sociale et culturelle, le Laboratoire Dirasset-Etudes maghrébines et l’Ecole doctorale de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, et tenue à Hammamet du 19 au 23 mars 2012, avec la présence d’une quinzaine de conférenciers et d’encadrants et plus d’une cinquantaine de doctorants issus de plusieurs pays francophones (Belgique, Cameroun, Canada, RDC, France, Maroc, Sénégal, Suisse et Tunisie). Les travaux de l’Université de printemps du RéDoc ont duré cinq jours et ont eu lieu en enclave, afin de favoriser les échanges entre les participants, doctorants et enseignants. Ils ont été structurés autour de deux types d’activités : des conférences

plénières données par des sociologues, des anthropologues et des historiens et traitant plusieurs aspects ayant trait à la question de l’écriture ; des travaux en ateliers organisés sur la base des présentations données par les doctorants et des discussions de leurs travaux par leurs pairs et par les encadrants.

Parmi les objectifs assignés à cette session doctorale animée par la volonté délibérée de déplacer le centre d’intérêt dans la formation doctorale des étudiants des questions de méthode vers les questions d’écriture, figure au premier plan la mise en place d’un cadre collectif qui a permis aux doctorants de débattre entre eux et avec les conférenciers de deux problèmes majeurs : les difficultés et les enjeux de l’écriture dans les disciplines des sciences sociales. Les difficultés évoquées sont nombreuses et concernent aussi bien la gestion du processus d’écriture lui-même, avec ce qu’il implique en termes de passage des textes intermédiaires et « privés » à un texte définitif que l’on peut rendre « public », que celle de l’implication et de la présence de l’auteur dans le texte et les problèmes d’intertextualité, de citation et de restitution des matériaux issus de l’enquête (verbatim, documents d’archives, etc.). La déconstruction analytique de l’écriture comme praxis a permis de situer les enjeux qui lui sont relatifs au niveau de trois registres différents : un registre de redevabilité scientifique, un registre de redevabilité éthique et un registre de lisibilité. Comme le montre certaines conférences, les enjeux et les difficultés se répondent dans l’acte d’écrire : laisser parler d’autres voix dans son propre texte, c’est aussi une manière de régler le problème éthique de la responsabilité de l’auteur, voire de l’éluder.

Quelques idées majeures ont été au centre des débats au cours de cette session doctorale.

Conférence d’ouverture

Ce qui est d’abord certain, c’est que l’écriture est un acte omniprésent dans toute la chaîne d’opérations qui commande le processus de recherche dans les sciences sociales. Enquêter et écrire ne sont qu’artificiellement dissociables : d’un côté, l’enquête est une succession d’écritures et de réécritures ; de l’autre, l’écriture est l’une des modalités de l’enquête, dans la mesure où la prise de notes produit des données et les reconfigure. Les enjeux de scientificité qui accompagnent la production des textes dans nos disciplines ont également accaparé une part importante des exposés et des débats. Il en ressort la nécessité de les prendre en compte, sans les surestimer.

La comparaison entre écriture littéraire et écriture scientifique est, à ce titre, très instructive. S’il est certain qu’il existe entre ces deux formes d’écriture plus de continuité qu’on ne le suppose a priori, il est tout à fait primordial de rappeler que l’écriture dans les sciences sociales est centrée sur le contrôle des langues naturelles et qu’elle est par définition une « écriture sous contrainte ». Ce qui veut dire que nous sommes tenus à une « écriture de la preuve », qui n’est pas celle du journaliste ou de l’essayiste, mais aussi que nous sommes appelés à écrire contre nous-mêmes ; et que notre écriture n’est possible qu’au prix d’une distance acquise vis-à-vis de ce que nous sommes.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Imed MELLITI

est sociologue à l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis et chercheur associé à l’IRMC.

 

crédit d’illustration : © RéDoc

 

Pour citer ce billet : Imed Melliti, « L’Université de printemps du RéDoc : une expérience réussie », Le Carnet de l’IRMC, 6 novembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/567

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La force de l’insoumission

De la révolte de la rue à la révolution des esprits

Les évènements vécus depuis le 17 décembre 2010 constituent une véritable « onde de choc » pour l’ensemble des Tunisiens. Il s’en dégage un sentiment de fierté, une dignité retrouvée, d’avoir combattu et écarté Ben Ali seuls, sans leader, sans parti et sans soutiens étrangers. S’en trouve renforcée l’image d’une Tunisie avant-gardiste dans le monde arabe, et qui, après avoir aboli la polygamie, érigé le code du statut personnel, revendique sa liberté d’expression et d’auto détermination. Ce mouvement valorise les jeunes (« on n’est pas des voyous mais on veut défendre nos valeurs »). Il illustre la mobilisation de toutes les catégories sociales autour de la lutte contre les milices tant dans les quartiers populaires que dans les quartiers chics. Se profile un autre visage du civisme et de la solidarité (« la solidarité nous appartient ») que celui des slogans abstraits de l’État.

L’homme de la rue tout comme l’intellectuel, en appellent à une séparation stricte entre l’État et tout parti. Il en ressort une confrontation des « jusqu’au boutistes » refusant la présence d’anciens du RCD au gouvernement, et des « on y va quand même ». Les forums de discussion se sont installés sur les chaînes de la radio et télévision nationale, invitant des acteurs et observateurs de la société civile, intellectuels, artistes, universitaires et chercheurs, hommes et femmes, de toutes tendances et sensibilités politiques. Des journalistes se questionnent sur leur mission, leur implication dans le mouvement social. Des métiers redéfinissent les contours de leur corporation (avocats, architectes, cinéastes, professions de santé…). Dans les entreprises publiques, des groupes de personnels demandent le départ de leur directeur général et souhaitent renouveler les lignes hiérarchiques.

Il s’agit là d’un mouvement multidimensionnel, impulsé par la jeunesse mais auquel participent toutes générations, catégories socioprofessionnelles, et classes sociales. Il faut insister sur la dimension sociale de ce mouvement qui a pris la forme d’une révolte des populations : contre la vie chère, contre le chômage des jeunes et des diplômés, contre les détournements économiques et la corruption financière, contre la censure de la liberté d’expression et l’autoritarisme politique. Face au foisonnement de l’expression, plusieurs réclament une pédagogie de la démocratie, un apprentissage de la liberté naissante, estimant « qu’il faut du temps pour un peuple non habitué à la démocratie », et que la « révolution des cerveaux » implique « d’enlever l’autocensure de nos têtes ».

La mobilisation numérique

Dans un contexte de censure de la presse, de mainmise de l’État sur les médias (radio, télévision), d’interdiction de sites internet, et dans l’un des pays les plus connectés d’Afrique, le mouvement tunisien s’est inscrit au cœur de la révolution numérique. Depuis la rue et avec l’aide des vidéos amateurs (fournies par les téléphones portables) et des ordinateurs, les messages numériques et les blogs ou encore les sites Twitter ou Facebook ont relayé les appels à manifester. Ils ont fourni des messages de dissidence ou de blocage de sites gouvernementaux, puis des commentaires en direct des émeutes. Le 12 janvier, le monde entier a eu connaissance en temps réel de la photo du décès par balle d’un enseignant franco-tunisien à Douz. Les acteurs de ce mouvement ne sont plus seulement dans la rue. Ce sont souvent des jeunes qui l’ont impulsé et qui, depuis leur ordinateur, en parlent le langage (le slogan des manifestants, « Game over »).

Internet s’est imposé comme un nouveau support d’information, de communication et de « résistance » au service d’une « cause ». Ce processus connecte les acteurs politiques de tous bords à la pression de la rue et des médias numériques. On doit y voir une profonde mutation où l’information passe directement de la parole de l’acteur à l’appréciation du spectateur. La communication sur le net a ainsi contourné et démenti les (non) informations de la radio et télévision nationale. Avec l’écueil toutefois d’une information issue de la rumeur et non confirmée, dont le récepteur doit reconstituer la véracité, et un court-circuit du canal du journaliste informateur et du « professionnel » de l’information. A noter le rôle fort de relais en direct de cette « micro information », joué par la chaîne internationale Al Jazira.

L’impact sur le métier de chercheur

Dans leurs soucis d’interrogation et d’interprétation des faits sociaux, entre l’analyse scientifique qui nécessite un recul, et l’urgence de l’implication au présent, les sciences sociales sont fortement interpellées par ces évènements. Une tradition en ce sens existe à l’IRMC, qui a déjà produit des recherches et des réflexions sur la question étudiante, sur les reconfigurations religieuses, les, migrations précaires ou clandestines, la crise du travail et de l’emploi, mais aussi sur le développement local et les révoltes ouvrières du bassin minier de Gafsa, puis sur les démocraties autoritaires. Cette « révolution des esprits » est susceptible auprès des étudiants et chercheurs sur le Maghreb puis le monde arabe et musulman, de renouveler les sujets de recherche objets d’articles, mémoires ou thèses sur des thèmes tels que la transition politique, les notions de revanche sociale, de rumeur, la question des suicides par immolation. Autres thèmes : les solidarités ; les jeunes et le changement social ; Internet et les nouveaux modes de communication ; les révoltes populaires régionales ; les rapports de force entre l’Armée, l’État et la police ; les compromis politiques et le jeu des partis dans les gouvernements de transition ; les relations du social, du politique et du religieux.

Ces évènements, au cours desquels les médias ont beaucoup sollicité les chercheurs, interrogent la relation, parfois source de malentendus, entre le journaliste et le chercheur, entre le temps circonscrit de l’évènement et le temps long et cohérent de l’histoire. Ils questionnent aussi les frontières disciplinaires internes aux SHS. Par exemple ils ne sont pas perçus de la même manière par les sociologues, juristes ou politologues qui souhaitent les analyser « à chaud », alors que les historiens prendront plus de recul sur les traces de ce qui est advenu ou sur les leçons du passé. Tout en respectant ces frontières, ces nouvelles recherches gagneront à être abordées dans une perspective comparative entre pays du Maghreb, ou avec l’Égypte. Cette confrontation des expériences internationales avec le vécu de la révolution tunisienne, devrait contribuer à un dialogue approfondi et à un renforcement de la coopération au sein de la communauté des chercheurs en sciences sociales.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Pierre-Noël DENIEUIL

Sociologue, IRMC, Tunis

 

Crédit photographique :  ©Zohra Bensemra – Reuters.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook