Archives par mot-clé : Sébastien Boussois

Incertitudes sur les élections israéliennes du 17 mars : quelques enjeux clés du scrutin

Les élections en Israël se rapprochent et les discours et actions politiques chocs des candidats s’emballent et révèlent la violence de la bataille qui oppose ceux qui auront en leurs mains le destin d’un pays tourmenté de l’intérieur et par l’extérieur.

L’impératif idéologique sioniste au premier plan

Après le discours de Benjamin Netanyahou, actuel premier Ministre, à Washington devant le Congrès, le candidat Netanyahou est revenu en Israël auréolé de sa fermeté intangible.

Beaucoup de langues se délient, des historiens aux politiques, qui s’interrogent avec l’émergence d’une liste de gauche sioniste, sur ce qu’est devenu le sionisme aujourd’hui : pour beaucoup, le sionisme devait permettre l’établissement d’un foyer juif en Palestine. Il existe depuis 1948. Quid alors du sionisme ? Pour des intellectuels plutôt de gauche comme l’historien Benny Morris qui ont changé de bord avec la radicalisation de la société israélienne dans les années 2000, le sionisme c’est aussi se donner tous les moyens de préserver cet État. Quid du socialisme alors ? Il n’y a plus de politique socialiste, providentielle, nourrie des beaux idéaux du sionisme originel. Tous les Kibboutz sont privatisés aujourd’hui : quel meilleur symbole ? Le sionisme semblerait donc bien dès le début un mouvement fondamentalement nationaliste, qui dans la pratique et la conquête des terres depuis 1948 puis 1967 a gommé tous les autres aspects plus humanistes. La société israélienne est devenue comme toutes les sociétés modernes contemporaines noyées dans la mondialisation, une société ultralibérale et individualiste. Pas plus, pas moins. Tom Segev, nouvel historien, connu pour ses travaux sur la guerre des Six jours, écrivait récemment : « A l’époque, j’ai pensé, et je l’ai écrit, qu’Israël allait évoluer vers une société post-sioniste. Je me suis trompé. On a évolué vers une société encore plus sioniste ». Pour ressusciter, la gauche israélienne n’avait plus qu’à se présenter sous un angle qui parle aux Israéliens : celui du sionisme. Il n’y a et ce, pour longtemps, aucun moyen d’appréhender le sionisme d’une autre manière et de faire d’Israël l’État de tous ses citoyens.

Le classement des menaces extérieures : l’impératif sécuritaire

La priorité des gouvernements depuis des décennies a été légitimement donnée à la sécurité des Israéliens, se sentant souvent assaillis, ou en danger vital. Les ennemis de l’État hébreu sont historiques mais il y en a de nouveaux comme Daech. Mais parmi tous ceux-là le Premier ministre israélien a réinscrit l’Iran en menace numéro un comme à chaque scrutin crucial pour le pays : celui des USA en 2012 comme celui des élections anticipées israéliennes du 17 mars. Au-delà d’ISIS, au-delà du Hamas, au-delà du Hezbollah, Netanyahou concentre tous ses efforts et son énergie contre l’axe chiite, dont les tentacules poussent jusqu’à la frontière libanaise, sur le plateau du Golan, et à Gaza. L’ingérence israélienne pourrait gagner de plus en plus de terrain sur ces fronts. Et le cœur de l’hydre, c’est pour lui le régime de Téhéran, son financement des milices chiites et son programme nucléaire dont il ne doute pas un seul instant qu’une fois prêt, il l’utilisera contre Tel Aviv.

Droite contre centre-gauche israélienne, la puissance des extrêmes[i]

Du point de vue des sondages, le Likud, avec 23 sièges projetés à la Knesset, et la Liste du camp sioniste de Tsipi Livni et Isaac Herzog, sont au coude à coude. Les partis plus anciens comme Israel Beitenou d’Avigdor Lieberman ne comptent plus énormément dans la balance (5 sièges projetés) à l’heure actuelle. Mais dans ce paysage politique extrêmement mouvant d’une élection à l’autre, les alliances se font et se défont comme l’adhésion de personnages politiques clés en Israël à de nouvelles formations politiques. Ainsi Tsipi Livni a tout essayé : la droite comme le centre-gauche. Ayant repris Kadima, le parti fondé par Sharon le grand ennemi de Netanyahou, elle fut ministre de la justice de Netanyahou un temps, était récemment chargée du processus de paix pour Netanyahou et se présente aujourd’hui comme principale force d’opposition avec Herzog pour le 17 mars. Quant à l’actuel ministre des Affaires étrangères, Avigdor Liebermann, en tenant des propos qui ont créé une fois encore le scandale en Israël et au-delà, incitant à décapiter les Arabes déloyaux, sait très bien ce qu’il fait : s’il veut garder une place stratégique dans la prochaine coalition de droite, il doit faire allégeance aux partis qui contrebalancent le Likoud, depuis qu’il est en froid avec « Bibi ». Les deux autres partis qui peuvent faire ou défaire la prochaine majorité si les sondages se confirmaient sont Yech Atid de Yair Lapid, en froid également avec Bibi mais bien éloigné de Lieberman et… bien entendu Habayit hayehudi (Maison juive) de Naftali Bennett qui obtiendrait près de 12 sièges. Même si le Meretz a fait allégeance au centre gauche de Herzog « sans conditions », il ne pèse plus grand-chose : à peine 5 sièges projetés.

de gauche à droite : Yair Lapid, Itzhaak Herzog et Tzipi Livni. © Ynet.
de gauche à droite : Yair Lapid, Itzhaak Herzog et Tzipi Livni. © Ynet.

Le vote arabe israélien au cœur du scrutin

Qui peut faire basculer le résultat des élections au-delà du foisonnement de petits partis ? La liste arabe unifiée avec le parti communiste Hadash bien entendu avec actuellement une projection de 13 sièges. Même si l’opinion israélienne comme l’électorat sont extrêmement volatiles, et qu’on ne peut jamais s’assurer du résultat des élections avant qu’elles ne se soient bien sur déroulées, on comprend bien que malgré la radicalisation du paysage politique israélien depuis quinze ans, le poids de Netanyahou, le poids des nationalistes et des sionistes religieux fans de la colonisation et contre l’établissement d’un État palestinien, on semble constater tout de même la réapparition d’un centre gauche et d’une gauche en Israël. Si bien sûr, nous ne sommes pas comme Isaac Herzog, fils de l’ancien président israélien Chaïm Herzog, certain qu’il va gagner dans son duo de choc avec Tsipi Livni, nous savons que le vote arabe va peser plus que jamais. Depuis l’échec des négociations de camp david II en 1999, l’électorat arabe israélien trahi, s’était détourné de la gauche israélienne, pour qui il votait traditionnellement. On voit mal la liste arabe unifiée reporter ses voix sur la droite et l’extrême droite israélienne. La gauche a un va tout à jouer, vital pour son retour aux affaires politiques et dans sa réconciliation avec les Arabes de l’intérieur, qui représentent 1/5 de sa population. Netanyahou en a peur, la gauche israélienne doit redevenir leur principal allié.

La non-question économique et sociale

Le gouvernement Netanyahou n’est pas parvenu à résoudre la grave crise économique et sociale que traverse le pays. Les quelques mesures prises en 2011, après les plus grosses manifestations de l’histoire contre la crise, n’ont mené à rien malheureusement. Le Premier ministre sortant se représente sans véritable programme économique et social, pas plus que ses opposants du centre-gauche. Dans le contexte régional instable depuis justement 2011, la sécurité prime avant tout. Comme le budget du gouvernement n’est pas extensible à l’infini, le budget de la défense de 20% n’a jamais pourtant été remis en question. C’est un sujet tabou. C’est pour cela qu’il est difficile de trouver des solutions économiques et sociales et espérer comme beaucoup l’attendent le retour de l’État providence. Ces élections n’y changeront rien.

La question palestinienne out

S’il est difficile de départager les deux camps rivaux, on est à peu près sûr que ni l’un ni l’autre n’agiteront en priorité la promesse d’une reprise des négociations de paix. La liste travailliste est avant tout sioniste, et il est bon de rappeler que la gauche israélienne porte en elle les raisons de sa propre disparition dans les années 2000 : rendue responsable d’avoir fait confiance aux Palestiniens, mais dans le même temps responsable de l’expulsion originelle des Palestiniens en 1948, de la guerre des Six jours en 1967 et du début de la colonisation, et de son accélération jusqu’au mandat d’Ehud Barak, dernier Premier ministre travailliste ayant rejoint la coalition nationaliste de Netanyahou dès sa première réélection en 2003. Pourtant les tensions montent à l’approche des élections entre Israéliens et Palestiniens : inscription de la Palestine à la CPI, suspension du reversement des taxes israéliennes au Gouvernement palestinien, promesse de rupture de la coopération sécuritaire entre Israël et l’Autorité palestinienne, arrestations de cadres dirigeants du Hamas en Cisjordanie, etc.

Le scrutin se sera joué depuis des semaines sur plusieurs faits bien plus importants que la carte palestinienne qui reste contenue par magie : l’expérience de Netanyahou en matière de non négociations, la carte nouvelle du nouveau centre gauche d’Herzog en écartant l’ancien nouveau centre gauche de Yair Lapid de 2013, l’émergence de nouveaux partis « kleenex » qui durent rarement au-delà d’un mandat électif, les tentatives comme souvent d’émergence d’acteurs civils plus que politiques et militaires dans la nouvelle classe dirigeante politique israélienne, une tentative de replacer la crise économique et sociale grave que subissent les Israéliens au cœur de l’enjeu du scrutin en vain, la défense encore et toujours et la sécurité. En quelques mots : la capacité de la droite israélienne, malgré l’expérience, à rassurer les Israéliens face au monde entier qui semble contre eux. Au-delà de la communauté internationale critique, des voisins gênants, la brouille avec les USA, risque de fragiliser un peu plus encore l’image de l’État hébreu, et sa capacité éternelle à pouvoir agir en réaction contre tous. Netanyahou en est revenu plus fort, car il a joué le camp républicain. Et les prochaines élections américaines arrivent à grand pas et tourneront le chapitre Barack Obama.

Sébastien BOUSSOIS

est docteur en sciences politiques, policy advocacy à l’agence ForMENA.org, collaborateur scientifique de l’Institut d’Etudes Européennes/ REPI (Université Libre de Bruxelles).

Pour citer ce billet : Sébastien Boussois, « Incertitudes sur les élections israéliennes du 17 mars : quelques enjeux clés du scrutin », Le Carnet de l’IRMC, 12 mars 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1766.

Crédit photographique : Les bulletins de vote à la Knesset lors des élections du 22 janvier 2013, Yonatan Sindel / Flash90.

————————

[i] http://www.haaretz.com/st/c/prod/eng/2015/elections/center/

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook