Archives par mot-clé : sciences politiques

Tu fais de la politique ? Non de la science politique

Amin Allal
Photographie de Amin Allal

Le chercheur en science politique est souvent amené à répondre à cette question : « tu fais de la politique ? ». La question/défi exprime la curiosité mais rappelle surtout que pour bon nombre de gens, la raison d’être sociale de cette discipline ne va pas de soi. Cette épreuve est partie prenante des contraintes ordinaires de la recherche en sciences sociales et pas seulement en Tunisie. Elle rappelle que la stratégie de l’enquêteur est fragile, qu’elle peut être réduite à néant par les multiples interactions dans les différentes configurations d’enquête. Mais en définitive, ces bricolages et ces incertitudes sont les sciences sociales en actes, et en rendre compte c’est d’une certaine façon déjà faire des sciences sociales. Dans le contexte tunisien de la fin des années 2000, cette question récurrente – angoissée plus souvent qu’amusée – relevait davantage de l’environnement paranoïaque de la fin du régime autoritaire de Ben Ali. La période n’était pas propice pour le développement d’une recherche collective en science politique ni pour des échanges sur celle-ci. Le voisin, l’ami, le cousin et parfois même le collègue chercheur vous suspectaient d’avoir un agenda caché ; un intérêt dissimulé forcement « politique » ou « carriériste » pour vous frotter ainsi au « Pouvoir ». Beaucoup de chercheurs eux mêmes intériorisant la censure, devenaient des « reproducteurs indirects » de celle-ci, consolidant parfois les supposées lignes rouges à ne pas franchir. Les chercheurs étrangers travaillant sur la Tunisie n’en étaient d’ailleurs pas exempts, loin de la.

Dans cette situation, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain auquel j’étais rattaché entre 2006 et 2009 en tant que Boursier a constitué une sorte de refuge. Tout d’abord parce qu’il offrait des moyens matériels enviables et rares (dont ne peuvent – c’est regrettable – bénéficier que les titulaires de la nationalité française). L’IRMC permettait également une forme de protection autorisant une recherche en science sociale du politique désintéressée. La curiosité policière, les mises en garde n’étaient pas suivies d’effets dès lors que l’on m’étiquetait « stagiaire au consulat de France ». Simultanément aucune immixtion notable de la part des autorités de tutelle n’était faite, cela est important lorsque l’on sait le peu d’égard qu’une partie des représentants consulaires avaient pour la recherche et le zèle dont ils témoignaient pour maintenir le statu quo politique en Tunisie. De retour de mes séjours parfois tumultueux d’investigation dans la région de Gafsa, la sérénité de l’IRMC permettait une plongée paisible dans les données glanées lors de mon terrain. Lieu de convivialité tenu par un personnel permanent de grande qualité, l’IRMC est surtout un centre pluridisciplinaire où historiens, anthropologues, sociologues, géographes, économistes et politistes cohabitent. Cela engendre une confrontation des points de vue et des méthodes remettant en cause nos reflexes de travail : un décentrement salutaire par rapport aux ancrages disciplinaires respectifs qui sont souvent davantage des effets de chapelles et de découpages institutionnels. Lieu d’équilibre précaire – site d’observation et d’analyse privilégié – l’IRMC peut maintenant pleinement collaborer avec une science politique tunisienne encore incertaine, pas assez développée, encore moins banalisée pour comprendre les mutations politiques d’importance en cours dans le pays. En ces temps de rétrécissement identitaire, il serait profitable d’ouvrir les vannes… L’illusion « d’autochtonie », de l’identitaire et de l’appartenance nationale propre du chercheur sont des croyances trompeuses et somme toute peu fructueuses.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Amin ALLAL

est doctorant en science politique, rattaché à l’IREMAM et à l’IEP d’Aix-en-Provence. Il a été boursier à l’IRMC de 2006 à 2009.

Pour citer ce billet : Amin Allal, « Tu fais de la politique ? Non de la science politique », Le Carnet de l’IRMC, 12 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1138

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook