Archives par mot-clé : révolution

La culture amazighe et la révolution

Conférence de presse annonçant la naissance de l’Association Tunisienne de la Culture Amazighe, 30 juillet 2011
© CMA

Avant l’implosion révolutionnaire, l’officialisation de la culture berbère butait sur le système totalitaire. Aujourd’hui surgit et sévit un nouvel adversaire. Le 27 mars, Hamadi Ben Yahia, fondateur de la troupe « Imazighen », concluait la conférence de presse tenue à la maison de la culture « Ibn Rachiq » par ce propos : « on ne baissera pas les bras. La lutte continuera ». À l’heure où les salafistes agressent partout, et à maintes reprises, les artistes, aucune ambiguïté ne persiste quant à cette lutte et à ses protagonistes. Même s’il est question de continuation, à quel passé le conférencier faisait-il allusion ? Voici deux décennies, j’introduisais une doctorante, Inès Horchani, auprès de la communauté berbère. Elle préparait une thèse d’État, à Paris, sur la culture amazighe en Tunisie. Depuis, elle a réussi avec les félicitations du jury. Durant l’enquête, nous voici donc chez Hamadi Ben Yahia, mon ami. Il habite à « Sabbat Edhlem », le dédale de l’ombre, situé au cœur de la médina et rendu célèbre depuis l’hécatombe des youssefistes pourchassés par les bourguibistes. Bien des archives secrètes seraient à mieux divulguer. Chez Hamadi, l’architecture berbère de la demeure étonne le visiteur, tant elle tranche eu égard au style de la ville. Imprégné de convivialité, ce fut là un moment désormais inoublié. Sur fond musical, Hamadi parle et Inès, ravie, écrit ceci : « nous étions en train de préparer une importante réunion pour en finir avec la marginalisation de notre culture. Nous ne sommes, peut-être, que dix pour cent de la population, mais nous voulions évoquer la langue, l’art, la cuisine et d’autres aspects de nos traditions. Irrité, le ministre de l’intérieur nous a intimé l’ordre de tout arrêter, immédiatement, sous peine de nous envoyer la police. Nous savions de quoi il était capable et notre initiative avait été étouffée dans l’œuf ». Mais Hamadi Ben Yahia ignorait les blocages plus feutrés.

Ainsi, la suspicion universitaire ajoutait sa contribution à la surveillance policière, malgré la propagande afférente à la situation, privilégiée, des minorités. Avec un berbérophone chevronné, souvent sollicité à l’échelle internationale, des collègues proposèrent à Ben Dhia, alors ministre de l’Enseignement supérieur, l’introduction du berbère à la faculté. En dépit de l’avis favorable, un arabisant, à la fois universitaire et oeil du parti, où il jouit de notoriété, sabota le projet. Aujourd’hui, dans le sillage de la révolution, les pouvoirs publics jouent, plus ou moins, le jeu d’une libre expression ; mais les salafistes inquiètent l’artiste.

L’appréhension, fondée, lève un coin du voile sur la nouvelle complexité. Avatars de la révolution, illusions et désillusions, espoirs et désespoirs arborent la valse des signaux contradictoires. Dans ces conditions, le témoignage du militant berbère, depuis l’heure première, a valeur d’analyse. La révolution inspira deux principales orientations. L’optimisme porte l’accent sur les fruits de l’indignation montée à l’assaut de la répression. De là provient l’incessante répétition de cette appréciation : « plus jamais rien ne sera comme avant ». Mais après l’énumération des inconvénients, au premier rang desquels figurent la récession et l’insécurité, les tenants du verdict négatif dénoncent le jargon laudatif. Ils proposent une meilleure adéquation du signifié au signifiant par la substitution de la « révolte » à la « révolution ». Hamadi Ben Yahia lui aussi, pris entre les promesses islamistes et les foudres salafistes, ne sait plus sur quel pied danser. Cependant, un dénominateur commun renvoie, dos à dos, positivistes et négationnistes. Engagés, tous deux, sur la même piste, ils partagent l’illusion d’une transformation perçue à travers une grille de lecture holiste. Ou bien tout change, ou rien d’essentiel n’advient. Le débat contradictoire, et encore inachevé, renoue avec l’histoire des idées. Les critiques adressées à la notion de « progrès », si chère à Auguste Comte, incriminent la méconnaissance de la pluridimensionalité.

Car, dans tous les cas de figure, et vues les pesanteurs du passé, les multiples niveaux de la société n’évoluent pas au même rythme. Une fois sous-analysée, ou occultée par les commentateurs désoutillés, cette complexité ouvre la voie aux voix contradictoires, au vu de quoi, les uns parlent de révolte et les autres évoquent la révolution. Propice aux pêcheurs en au trouble, cette vision indifférenciée ou sélective de la globalité perpétue le vice de forme débusqué dans la notion de « progrès ». Elle perpétue le présupposé légué par la philosophie de l’histoire à la pensée sociale des XVIIIe et XIXe siècles. Une ultime conclusion bruisse à l’aval de cette prospection. Souvent un doute me prend lorsque j’entremêle ainsi, les détails d’apparence anecdotique et les perspectives quelque peu théoriques. Mais, chaque fois, me revient, soudain, à l’esprit cet éloge, sans aucun doute excessif, du professeur Marie Louise Pellegrin : « j’ai infiniment aimé. Voilà comment se produit, aujourd’hui, la sociologie. Observation du quotidien et langage raffiné. Quel bonheur ».

Alors, narcissisme aidant, je trouve ce mot plutôt subtile et, rassuré, je dors tranquille.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Khalil ZEMITI

Sociologue émérite

 

Pour citer ce billet : Khalil Zemiti, « La culture amazighe et la révolution », Le Carnet de l’IRMC, 5 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/628

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La Haute Instance : de l’utopie révolutionnaire à la réalité des élections

Siège de la Haute Instance

Cette enquête s’intéresse au changement de régime en Tunisie, ses logiques et ses cohérences. L’idée de départ était d’étudier la « transition » en cours dans ses particularités qui la différencient des exemples qui servirent de cas d’étude au courant d’analyse « transitologue » (les pays de l’Europe du sud, puis d’Amérique latine et de l’Europe de l’Est). En particulier, il s’agit d’analyser la façon dont « les pactes » entre élites de l’opposition et du régime dans la comparaison des processus déterminants dans ces pays ne semblent pas jouer un rôle prédominant dans les dynamiques qui affectent aujourd’hui le régime tunisien. S’il est possible de démontrer des négociations et des recherches d’accord en Tunisie, c’est avant tout entre acteurs des oppositions (à l’ancien régime) excluant les représentants du régime déchu plus qu’un pacte entre les anciens gouvernants et leurs oppositions constituées ou organisées dans l’insurrection. Nous observons comment s’organisent ces rapports de forces dans un endroit bien particulier, une institution sui generis créée ad hoc dans le but d’assurer le passage du pays de la « révolution » aux élections de la Constituante : la « Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique », composée de 155 membres choisis par divers canaux, créée le 15 mars 2011 et dissoute le 13 octobre 2011.

Étant située au cœur même des activités transitionnelles, parfois présentée comme « quasi-substitut » de parlement, mais non élue, elle constitue à nos yeux un cas d’étude parfait pour analyser les logiques et spécificités du changement de régime tunisien. Trois axes centraux guident cette enquête : d’abord, faire l’historique, étudier la composition et le fonctionnement de cette institution éphémère, dissoute à la veille des élections d’octobre 2011. Ensuite, identifier le rôle que la Haute Instance a joué dans ce processus en matière d’organisation des règles du jeu et de réorganisation de la scène politique. Finalement, étudier la production de la Haute Instance et les débats qui l’ont animée, afin d’identifier les clivages idéologiques, théoriques et pragmatiques qu’ils traduisent.

Pendant son existence, la Haute Instance occupe plusieurs rôles importants. Elle sert avant tout de lieu de préparation et d’organisation des élections à venir. De fait, elle adopte deux lois essentielles, emblématiques de son travail et de sa vocation : la loi électorale et la loi portant sur la création de « l’Instance Supérieure Indépendante pour les Élections (ISIE) ».

Mais elle constitue également un premier lieu de rencontre et de formation démocratique, car sous son toit se rassemblent des acteurs que tout oppose a priori : ses membres proviennent de la gauche et de la droite, du Grand Tunis et des régions du Sud et de l’intérieur du pays, d’un milieu universitaire ou de passé de chômeur.

Elle constitue donc une mosaïque de la société tunisienne, réunie pour se prêter au jeu démocratique et pour s’y habituer. À travers ce travail au quotidien, la quête de consensus ou d’accord, ainsi que les conflits politiques ou partisans qui divisent ses membres, cette institution fait figure de « miracle » pour la plupart de ses ex-acteurs interviewés et à ce titre, présente un poste d’observation remarquable de la fabrication de la norme politique dans un contexte révolutionnaire, ici inscrit dans une histoire récente d’autoritarisme et de réformisme sous contrôle.

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Michael LIECKEFETT

est étudiant en master 2 à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence. Il prépare un mémoire sur la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique, sous la direction de Myriam Catusse. Il a bénéficié d’une Bourse Moyenne durée de l’IRMC.

crédit d’illustration : © Michael Lieckefett

 

Pour citer ce billet : Michael Lieckefett, « La Haute Instance : de l’utopie révolutionnaire à la réalité des élections », Le Carnet de l’IRMC, 25 septembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/529

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Être chercheur après janvier 2011

Dans l’intermède d’un an, et même si un souffle révolutionnaire a balayé beaucoup de choses, la pratique de chercheur, une activité lente et d’arrière-plan ne peut vivre un retournement brusque et direct. Ce qui n’empêche pas les chercheurs d’être touchés, comme tout le monde, par ce qui arrive au quotidien, qui atteint les hommes et les institutions comme les conditions matérielles et morales d’exercice du métier. Les chercheurs ne peuvent être indifférents à leur contexte ni éviter l’émotion qui empreint cette période exceptionnelle même si la profession incite au recul et se construit sur la capacité à observer, sinon froidement, du moins en tenant compte, au maximum, des facettes d’une situation, de la complexité des questions, de la pluralité des points de vue qui se rattachent aux faits. Entre la fièvre causée par l’hyper-rapidité et l’ampleur des faits et les impératifs intellectuels du métier, une palette de réactions est possible. Je ne parlerai que de la mienne puisqu’on me demande de faire part de mon expérience de chercheur en Tunisie depuis janvier 2011, pour illustrer une des façons dont la profession d’historien est concernée par le potentiel révolutionnaire qui s’est déclenché au début de 2011.

Trois leçons
En Tunisie comme ailleurs, le terme histoire recouvre plusieurs sens : il renvoie à une culture, il en appelle parfois à la connaissance et désigne plus rarement une condition, un métier. La passion du passé est répandue dans l’opinion, le goût de l’histoire fait partie de la culture tunisienne contemporaine et s’enracine dans un héritage intellectuel. L’histoire en appelle également à une conscience du temps et à l’étude de la façon dont il régit les rapports humains dans une société, au cours d’une époque. Étudier l’histoire constitue enfin un métier qui, avec les sciences sociales voisines et les sciences dures moins mitoyennes, a une évolution intrinsèque, aux aspects entremêlés : à une histoire des contenus et des formes que peut prendre cette expression du passé d’individu et de groupe que chaque personne ou communauté porte en elle, s’ajoute l’histoire des hommes et des institutions qui la fabriquent. L’année 2011 a été pour moi une leçon à chacun des ces niveaux de conception de l’histoire.

Leçon de culture
Vivre un soulèvement qui se déclenche après l’immolation d’un homme et entraîne des conséquences avec l’ampleur constatée est pour le moins édifiant sur le phénomène de l’opinion et sur la façon dont il peut agir sur le réel. Cet acte désespéré, pas le premier du genre ni hélas le dernier, est un des mythes fondateurs de la « Révolution tunisienne ». La construction du mythe appelle évidemment son contraire par la bataille autour des dates de commémoration (17 décembre ? 14 janvier ?), par les tentatives de fondre le peuple dans la figure du martyr, par les pressions pour la captation d’un leadership. L’opinion, objet commun au journalisme et aux sciences sociales et matériau de choix des acteurs politiques, est devenue une source vivante d’inspiration.
Grâce à l’électrification de la parole et des médias, j’ai pu vérifier la magie d’un phénomène échappant toujours aux prévisions et aux manipulations, même si on ne renonce jamais à le réifier après coup, et même si les politiciens ne guérissent jamais de la tentation de l’aiguillonner et de le sonder parce qu’il est craint. Est-ce qu’un vote signifie opinion ? La culture est-elle une somme d’opinions ? Les médias sont-ils seuls face à l’opinion ? Toutes ces interrogations trouvent dans la situation tunisienne une série d’alchimies incompréhensibles si on s’en tient à la crête de l’actualité et des discours. L’étude de l’opinion est certes complexifiée par la technicité des réseaux sociaux, accélérateurs de faits et d’opinions, mais la compréhension de la situation souffre également d’un déficit d’études historiques, sociologiques, psychologiques, journalistiques sur les traits culturels et l’évolution des mentalités. Les tensions qui explosent à la face des Tunisiens, de leur classe politique et du monde, révèlent entre autres un déficit de connaissances sur la société. Considérant la remontée en surface de la politique, et sachant que les problèmes économiques et sociaux constituent la lave volcanique et la colère intériorisée et partagée le détonateur imprévu de cette Révolution, l’histoire peut aider à établir des connexions.

Leçon d’histoire
Habituée à une histoire contemporaine qui se fait essentiellement à partir des archives écrites, même si elle s’est ouverte sur le témoignage, j’ai pris la mesure et en live de l’importance méthodologique des questions basiques enseignées par la discipline. Qu’est ce qu’une source ? Qu’est ce qu’une information ? Qui est l’auteur d’un document ? Depuis la gifle qui aurait causé le suicide de Bouazizi jusqu’aux nuées de rumeurs qui ont banalisé buzz et inventé l’intox, l’historienne flotte dans la multitude d’informations, la multiplication des modes d’expression, la liberté de ton et jusqu’au libertinage des propos. Avec le temps, j’ai commencé à noter la façon, parfois surprenante, dont les données s’organisent en fonction d’acteurs insoupçonnés, comment des événements au départ bénins prennent de l’importance. Cette physique de l’événement et la mayonnaise plus ou moins réussie d’un pouvoir façonné au jour le jour, représente pour moi un terreau de réflexion vivace sur la naissance d’une culture politique, peut-être en transformation.
Entraînée aux mécanismes langagiers de la dictature, j’ai déplacé l’attention au vocabulaire post- révolutionnaire parvenu lui aussi à recevabilité. Le mot Révolution qui a beaucoup servi par commodité, par paresse ou par fierté appelle à réfléchir sur l’efficience des mots dans le jeu du présent puis la répercussion sur l’écriture de l’histoire. En attendant d’approfondir l’analyse des discours qui orchestrent la vie politique et les arguments échangés tous médias confondus et jusque dans le privé, je regarde davantage la télévision, lis plus de journaux, écoute plus les radios, fréquente la toile. S’y déploie une société en pleine éclosion de capacités étouffées, niées ou simplement ignorées, une jeunesse contestatrice, énergique et parfois désespérée, des femmes omniprésentes dans l’espace public. Alors que les résultats des élections de l’Assemblée Nationale Constituante sont interprétés comme les chiffres d’une représentation populaire, ces images de la société me semblent mettre le doigt sur une ignorance, d’abord scientifique, de la diversité et des profonds ressorts d’une Tunisie sous-analysée.
Les pratiques de pouvoir apparaissent rigidifiées par le temps, trop vieilles pour les besoins et urgences du pays, trop pauvres devant sa complexité. La masculinité et la moyenne d’âge des responsables politiques est un des signes d’un décalage flagrant entre la société et le pouvoir.

Leçon civique
Dans un pays où la vie scientifique manque de revues, de lieux et de traditions de débat, le politique magnétise les professions intellectuelles, les asservit aussi dans la mesure où il s’est érigé en source unique de légitimité, but ultime de toute réussite. Exercice et conditions du métier de chercheur ne sont pas pires que le reste, encore faut-il ajouter qu’ils illustrent une conception totalitaire du savoir desséchante et, à la longue, dévalorisante des métiers de la connaissance. Une année ne peut suffire à agir sur l’hypertrophie de l’idéologie des diplômes, la surveillance des idées, les mécanismes gelant les forces créatrices, autant de graines ayant semé dans la société un désamour envers les intellectuels et dressé des clivages partisans à l’université. Je sais faire partie de secteurs minés par le manque de liberté et le déni politiques, le culte techniciste achevant de rendre les sciences de l’homme en Tunisie inutiles à lui-même.
Politiques et scientifiques ont beaucoup à faire pour soigner ces maux afin de redonner au savoir sa fonction humaniste et la place qui lui revient dans la richesse globale. En tant que chercheur, j’ai cependant éprouvé, au cours de cette année, une conscience accrue de l’importance de l’histoire face à la montée des émotions, des revendications individuelles et des phénomènes religieux et mémoriel. Comme tout référentiel important – et cette Révolution en est un de taille -, l’histoire doit rester en alerte, un peu comme une veille météorologique en cas de beau temps, en prévision des intempéries.
Penser à la suite, à la connaissance future et à la mise en ordre raisonné de ce présent aujourd’hui en déroulement me semble être une hygiène à conserver face à la gestion des événements et aux réponses politiques hâtives.
Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

Kmar BENDANA
Historienne, ISHMN/IRMC

crédit photographique : © GID.org

 

Pour citer ce billet : Kmar Bendana, « Être chercheur après janvier 2011 », Le Carnet de l’IRMC, 5 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/477

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La révolution tunisienne : ruralité vs urbanité. Quelques réflexions

La révolution tunisienne a bien eu comme point de départ les zones rurales profondes. Car il faut bien reconnaître que la ville de Sidi Bouzid ou celle de Kasserine n’ont d’urbain que le nom (à Sidi Bouzid, la ville manquait d’un hôtel digne de ce nom jusqu’à il y a 3 ou 4 ans). Sans parler des agglomérations de Menzel Bouzaiène, de Regueb ou de Meknassi qui ne sont toutes que de petits bourgs ruraux dépourvus de tout le tissu socio-culturel qui fonde la ville, et où les rapports sociaux dominants gardent un caractère, sinon tribal, du moins où l’allégeance au groupe familial est prégnante.

Mais la révolte de ces régions aurait pu connaître le même sort que le soulèvement du bassin minier de janvier 2008, qui a été réprimé à huis clos faute de relais dans les grandes villes du littoral. C’est ainsi que la diffusion de la protestation vers les grandes villes et notamment Sfax et Tunis a fait basculer la révolte en une révolution qui a conduit au départ de Ben Ali et d’une partie de sa cour mafieuse. Le rôle joué par la Centrale syndicale et notamment ses représentations régionales et par les réseaux sociaux sur Internet a été lui aussi déterminant.

D’ailleurs, l’origine rurale des révolutions en Tunisie n’est pas une première. Ainsi un détour par l’histoire, nous ramène à la révolte de Abou Yazid « l’homme à l’âne » au Xe siècle (originaire de Tozeur dans le Djérid), puis à celle de Ali Ben Ghedhahem en 1864 (originaire de Kasserine), toutes les deux sont qualifiées de révoltes paysannes contre l’État central et sa pression fiscale jugée insupportable. Ce qui rappelle par ailleurs la préférence aux consommateurs qui caractérise la politique agricole de ces vingt dernières années et qui a engendré la précarité des ruraux à l’origine de la révolution.

Mais le rôle des ruraux et notamment des jeunes parmi eux n’est pas reconnu par tous et certains cherchent à mettre en avant l’impact des villes et de certaines catégories sociales. Cela se traduit d’ailleurs, durant cette période de transition, par la faible représentativité des régions rurales dans les rouages de prises de décision.

Comme exemple des signes de cette controverse, citons la polémique sur la date de commémoration de la révolution entre le 17 décembre (anniversaire de l’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi) et le 14 janvier (date de la fuite du président déchu). Derrière ce débat de date se cache en réalité la revendication de la paternité de la révolution entre les ruraux et les urbains. En effet la date du 17 décembre qui renvoie à l’origine de la révolution que d’autres d’ailleurs voudraient faire remonter à janvier 2008 et au soulèvement du bassin minier, correspond bien à un soulèvement initié par des ruraux exclus des fruits de la croissance et peu touchés par la modernisation de la société, alors que le 14 janvier renvoie à la mobilisation des urbains qui à partir de début janvier ont donné une vraie dimension nationale à la révolte et ont permis le renversement du régime.

D’ailleurs il n’est pas étonnant que le premier responsable à avoir tranché, provisoirement, le débat sur la date de commémoration de la révolution en choisissant celle du 17 décembre, soit Moncef Marzouki, président du CPR, lors de son premier discours devant les membres de la Constituante qui venaient de l’élire premier président, et qui est connu par son attachement à la ruralité et revendique son conservatisme comme en témoigne le port du burnous.

Mais cette évacuation de l’opposition entre les ruraux et les urbains se reflète aussi dans les débats publics, voire même dans la manière dont les chercheurs abordent la question de la révolution et de la période de transition. En effet c’est plus souvent par le prisme de l’opposition entre les laïcs et les islamistes que la scène médiatique est occupée, scène qui reflète plus un débat qui est à l’oeuvre en milieu urbain et qui de fait exclut encore une fois les ruraux et ne leur donne pas la parole

En effet si le fait religieux peut servir de loupe pour comprendre certaines luttes pour le pouvoir au niveau des partis politiques, cette lutte en se concentrant elle aussi en milieu urbain exclut une grande partie de la population, celle du milieu rural et qui ne se reconnaît ni dans les partis de l’islam politique, ni dans ceux qui prônent la laïcité et la modernité.

Certains indicateurs témoignent de ce décalage. Ainsi en est-il du score du CPR, qui se présente comme étant à la fois progressiste sur la question de la religion et conservateur en terme de morale et de moeurs, qui pourrait être interprété comme la preuve de la rencontre entre les attentes de cette population [1] et les positions de ce parti.

Ce décalage se reflète aussi dans le vote des ruraux lors des élections du 23 octobre : faible participation corrélée avec le taux de ruralité [2]. Aussi certains ruraux ont choisi de voter pour les listes d’El Aridha pour exprimer leur rejet à la fois des laïcs et progressistes de gauche et des islamistes d’Ennahdha en votant pour d’illustres inconnus qui n’ont comme principal avantage que d’être issus d’un milieu populaire et rural. C’est le cas à Kébili, Tataouine, Kasserine, Sidi Bouzid, etc.).

Dans le cas de Sidi Bouzid, le vote en faveur de la liste d’El Aridha est interprété par certains comme un vote sanction contre Ennahdha, d’ailleurs à l’annonce de l’invalidation de la liste d’El Aridha par l’ISIE, c’est l’un des bureaux du Parti du Cheikh Rached Ghannouchi qui a été la cible des attaques des manifestants.

Au niveau recherche, les approches qui dominent la scène proposent des lectures ayant comme principale problématique celle de la place de la religion (de l’islam politique) dans la construction de l’État post révolutionnaire et accessoirement de la sécularisation de cette religion ou de sa compatibilité avec la démocratie et les droits de l’Homme.

Sans vouloir nier l’importance de ces questions, même si elles empruntent un prisme par trop extérieur à la Tunisie avec le risque de nous tendre un miroir déformant pour nous y jauger, il me semble que cela se fait au détriment d’une analyse qui replace de nouveau les rapports entre les ruraux et les urbains au centre des problématiques et qui partirait de l’opposition, toujours à l’ordre du jour, de deux visions du monde et de deux projets de société totalement différents, voire antagonistes.

En effet, il est important de souligner que les leaders ruraux sont porteurs d’un projet de société plus conservatrice, mais où la place de la religion est moins présente que celle occupée dans les projets politiques des partis implantés en milieu urbain. Et que tant que la dimension rural/urbain n’est pas prise en compte dans les débats et dans les projets de société, les ruraux se sentirons exclus et auront des raisons objectives de ne pas y adhérer.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Mohamed ELLOUMI

Agronome, INRAT

crédit d’illustration : © Agence de Promotion de l’Industrie


[1] Très peu de données sont disponibles et encore moins d’analyses sur les résultats des élections et le comportement des électeurs selon les régions, le milieu et encore moins les classes socio-professionnelles pour nous permettre de faire des analyse fines du comportement des électeurs.

[2] Selon les premiers résultats d’un travail en cours réalisé par Kawther Latiri que je remercie.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Hybridation du politique, maux et mots de la révolution tunisienne

Compte-rendu de conférence, IRMC – 7 décembre 2011

Sarah Ben Nefissa et Michaël Béchir Ayari ont présenté à l’IRMC le dernier numéro de la revue Tiers Monde, « Protestations sociales, révolutions civiles ».

Sarah Ben Nefissa a montré comment la recherche française, polarisée sur les questions de l’islam, s’intéressant peu aux mouvements sociaux dans les sociétés arabes, a entretenu l’illusion de leur immobilisme, et a en partie manqué l’histoire de la mise en place de leurs révolutions. Elle a par la suite développé l’idée d’une hybridation du politique en se référant aux travaux de Michel Camau sur la combinaison des enclaves autoritaires et démocratiques dans ces régimes. Elle a défini la revendication communautaire comme l’expression d’une inégalité d’appartenance citoyenne, une demande de reformulation de l’unité nationale pour une intégration effective de l’ensemble de la société. Parlant d’hybridation idéologique, elle l’a caractérisée d’une part par l’insertion d’une rhétorique des droits de l’Homme dans les régimes autoritaires et d’autre part par une réappropriation et une reformulation de ces discours par la société civile (par exemple, le droit à la protection de l’environnement comme prétexte pour développer ses revendications). Enfin, elle a souligné la dichotomie entre temps révolutionnaire et temps électoral. Entre les deux, les acteurs et enjeux changent : les partis conservateurs peuvent sortir vainqueurs, le clientélisme électoral issu des partis d’État peut favoriser les partis islamistes, bien implantés localement.

De son côté Michaël Béchir Ayari a parlé de la cristallisation des souffrances populaires dans l’idée de « dignité », qui fait sens pour tous et sert de moteur et de cadre au mouvement social. Il décline alors les différentes définitions du terme de « dignité » : celle associée à l’idée de rang, que tout le monde peut acquérir par l’éducation ; la réponse au mépris permanent du pouvoir central et à l’humiliation permanente des Omda, celle des droits de l’Homme ; la dignité nationale post-indépendance comme forme d’accession à la condition humaine et que Bourguiba qualifiait de « dignité nationale ». Le conférencier rappelle que dans la révolution, des mobilisations de corporations, telles que les journalistes ou les avocats, évoquaient une dignité de rang. Ces mobilisations successives ont permis d’aller « au delà de la peur », comme l’a dit Hamma Hammami (POCT). Il était ici question de dignité ouvrière face à la taylorisation du travail par l’intermédiaire de l’action syndicale.

Il conclut sur la dignité par le travail comme symbole de la révolution tunisienne réalisant, autour de l’idée de dignité, « l’union sacrée » de toute une société.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

Irène CARPENTIER, IRMC

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Compte rendu de lecture du dernier livre de Jocelyne Dakhlia « Tunisie, le pays sans bruit »

Stéphanie Pouessel, anthropologue à l’IRMC vient de publier un compte rendu de lecture du dernier livre de Jocelyne Dakhlia, Tunisie, le pays sans bruit aux éditions Actes Sud, dans la rubrique « Lectures inédites » de la revue des mondes musulmans et de la méditerranée :

Pourquoi n’a-t-on pas « voulu voir et pas pu voir ce qu’était réellement la situation politique tunisienne » (p.48) ? C’est à partir de cette question que Jocelyne Dakhlia construit ce livre qui apparaît comme la libération d’un cri longtemps étouffé. L’on peut ressentir les années de silence que la dictature a imposées à tous et dont Jocelyne Dakhlia se libère ici d’une partie. Historienne tuniso-française, ses origines paternelles la relient à Metlaoui, berceau du soulèvement social inédit et précurseur en 2008. Bien que l’auteure précise avec humilité que ses écrits ne sont ici pas ceux d’une chercheuse mais la « lecture personnelle d’une citoyenne tunisienne, franco-tunisienne », ce livre est loin de constituer une lecture auto-centrée et affective, à l’instar de tant d’autres qui ont suivi janvier 2011, mais il apporte des clés théoriques de compréhension du regard ou plutôt de l’absence de regard objectif que nous portions sur la Tunisie, et plus largement sur le « monde arabe et musulman » jusqu’à l’avènement du dit printemps arabe… (La suite sur le site de la REMMM)

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Réinventer la démocratie

« Si nous ne trouvons pas le chemin, nous allons l’inventer ».

Hannibal

 

La démocratie à l’occidentale n’est qu’un modèle parmi d’autres constructions de l’esprit humain. Remettre en question ce modèle ne doit pas être un tabou n’en déplaise à l’empire.

Amartya Sen, prix Nobel d’économie, a montré que la démocratie peut jouer le rôle de moteur pour le développement. Mais encore faut-il que ce développement ne soit pas inégalitaire. Dans un article publié sur le site du New York Times sous le titre « When Wealth Breeds Rage » (quand la richesse produit la rage), John Githongo[1] fait remarquer que les pauvres des pays africains, dont la Tunisie, sont agressés quotidiennement par les symboles imposants de l’inégalité : des malls clinquants pleins de produits de design et de babioles dont le prix est dix fois celui du salaire minimum. Le ressentiment de la jeunesse est exacerbé par les outils de l’ère de l’information – Facebook, Twitter, le Web – qui leur rappellent qu’ils sont interdits de s’abreuver aux sources des nouveaux riches d’autant qu’ils sont sans emploi. Pour l’auteur, l’inégalité est plus explosive que la pauvreté car elle est plus facilement « politisable, ethnicisable et militarisable » surtout lorsque les institutions de régulation sont faibles. En effet la croissance associée à l’inégalité donne une visibilité à « l’ennemi » qui est désormais reconnu dans la classe qui a bénéficié de façon disproportionnée des richesses en profitant de sa collusion avec le pouvoir. Cette analyse est soutenue par un argument de taille. « Ce n’est pas un hasard, écrit Githongo, que cinq pays arabes dont la Tunisie, l’Algérie et le Maroc, sont parmi les dix premiers dans le classement du rapport des Nations Unis sur les progrès en matière de développement humain ». Cela dénote qu’un pays qui progresse en matière de santé, d’éducation et d’infrastructure, mais dont la gouvernance en matière de libertés, de leadership, de satisfaction de la demande des jeunes et de réduction des inégalités, reste médiocre, court le risque de voir son système exploser. Cela a été le cas de la Tunisie, l’Égypte, le Bahreïn, le Yémen, la Libye, la Syrie, en plus d’autres mouvements observés dans d’autres pays comme le Maroc, l’Algérie…

Lorsque la marginalisation et les inégalités flagrantes s’installent, la démocratie formelle ne peut y mettre fin. José Saramago, prix Nobel de littérature, lançait une critique vive du fonctionnement du système démocratique actuel : « Les autorités politiques ont intérêt à détourner notre attention de la contradiction au cœur du processus électoral, entre le choix politique tel que représenté par le vote et l’abdication de la responsabilité civile. Au moment où le bulletin de vote est plongé dans la boîte, l’électeur transfère à d’autres mains le pouvoir politique qu’il possédait en tant que membre de la communauté de citoyens, et il ne reçoit rien en échange à part les promesses faites durant la campagne électorale »[2].

Il paraît que pour Aristote, toute forme de gouvernement est susceptible de corruption et la démocratie serait la forme corrompue de la république. Comment alors gouverner en évitant la dictature d’un seul homme ou d’une majorité[3] ainsi que la corruption ?

Ce qui importe aujourd’hui pour la Tunisie d’après la révolution, c’est l’institution de valeurs qui soutiennent une bonne gouvernance respectueuse des droits de l’homme quels que soient les résultats des élections. Il y a nécessité d’un minimum garanti de valeurs à respecter par tout candidat aux élections de l’assemblée constituante. Néanmoins l’engagement des partis envers des valeurs consensuelles n’est durable que s’il trouve son répondant dans la société. C’est pourquoi l’instauration d’une démocratie fondée sur les valeurs et non les intérêts partisans est un projet à long terme. Elle ne peut se réaliser sans un travail pédagogique fait de débats et d’information honnête qui rompt avec celle manipulatoire qui a sévi dans le pays des années durant. Les débats ne devraient pas être non plus synonymes d’agitation populaire et de simulacre démocratique sans effets palpables sur les choix politiques déterminants de l’avenir du pays.

Dans un contexte démocratique – au sens où la liberté d’expression est permise – les débats honnêtement conduits, favorisent un diagnostic impartial des situations et la formation de consensus sur les actions à entreprendre et, par voie de conséquence, une vision de l’avenir partagée par le plus grand nombre. Cela ne peut se faire sans un leadership de proximité en plus de celui national. Et ce sont justement les débats qui vont permettre l’émergence de ces leaders. Leur passage à l’action permettra d’apprécier s’ils sont portés par l’intérêt collectif ou par la soif de pouvoir, s’ils sont pragmatiques et efficaces ou s’ils sont prisonniers d’une idéologie sectaire qui pousse au rejet agressif de toute opinion qui sort de ses cadres.

Si on admet que la démocratie est d’abord une attitude et un comportement, il apparaît clairement que l’exercice doit commencer au niveau des structures de base locales. L’institution d’une démocratie locale fera le lit d’un système démocratique à l’échelle nationale. C’est lorsque le citoyen

aura expérimenté concrètement la confrontation avec les opinions différentes, qu’il aura compris que l’acceptation de la différence est la condition sine qua non du vivre ensemble, qu’il aura pratiqué la liberté d’expression sans être exclu pour autant, qu’il aura pris part à la réalisation d’objectifs partagés dans le respect des lois, c’est alors qu’il sera plus à même de saisir le sens de la démocratie à l’échelle nationale et de se soucier des diversions par rapport à ses principes fondamentaux d’égalité et d’équité. Ce sera un apprentissage de longue haleine qui exigera beaucoup de pédagogie et de patience. Mais sans cela, sous prétexte de démocratie, on ne récoltera que des vœux pieux aisément contournables par les acrobaties et l’hypocrisie politiques. Ceci dans le meilleur des cas, le pire étant la résurgence d’une nouvelle dictature.

Et si au lieu d’une dictature, on peut espérer que la Tunisie qui a vu éclore la première révolution du XXIe siècle, pourra jeter les bases d’un nouveau modèle démocratique plus juste, plus englobant des différentes composantes de la société et plus équitable dans la répartition des richesses par le fait des acteurs sociaux et non d’un quelconque « Big Brother ». D’aucuns rétorqueront que cela est utopique. Mais l’utopie a cet avantage de remettre à plat les idées reçues, ce qui la rend porteuse de changement. Osons espérer que de la révolution du 14 janvier, la plus pacifique du monde si l’on considère le nombre de victimes qu’elle a occasionnées, pourrait naître une démocratie qui n’est pas une « forme corrompue de la république ».

À cet égard, un signe positif peut être déjà relevé à savoir l’éclosion d’un élan collectif de création d’associations[4]. Le tissu associatif peut servir d’outil pour aider les citoyens à prendre conscience de leurs droits, contribuer à la réduction des différences entre riches et pauvres, milieu rural et milieu urbain, hommes et femmes et assurer le contrôle de la gouvernance des institutions qu’elles soient politiques, administratives ou économiques. Plus que jamais, la démocratie rime avec la bonne gouvernance et celle-ci n’est durable qu’en présence d’un contrôle social assurant la redevabilité des gouvernants. De même pour construire une société démocratique il faudra rompre avec l’idée d’État providence et stimuler des synergies entre les structures de la société civile et celles de l’État (locales, régionales et nationales). Cela implique la prise de conscience chez le plus grand nombre qu’il existe des chances pour peser sur les décisions, de participer activement à la vie publique en agissant, en s’exprimant et en critiquant. En revanche, la participation a pour corollaire la responsabilisation. Si les citoyens participent à la gestion de leurs affaires, ils devront assumer le partage des responsabilités, leur redevabilité au même titre que celles des commis de l’État. En échange, ils auront quitté la condition d’individus passifs, victimes des choix politiques pris en leur nom, et se retrouveront au cœur de l’action et de l’initiative. Alors les citoyens quitteront le statut de sujets pour celui d’acteurs responsables de l’édification d’un système démocratique réel qui ne s’arrête pas au vote partisan.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Riadh Chaabouni ZGHAL

Professeur émérite en Sciences de Gestion, ancienne doyenne de la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de Sfax

 

crédit photographique : © Maher Tekaya ; Martin Bureau-AFP


[1] Président de l’Institut Africain pour le gouvernement avec intégrité et président de Inuka Kenua Trust.

[2] José Saramago “THE LEAST BAD SYSTEM IS IN NEED OF CHANGE. Reinventing democracy”, Le Monde Diplomatique, English Edition August 2004.

[3] Sur les risques de dictature de la majorité cf. J.S. Mill (1909) On Liberty, “Harvard Classics” Volume 25, published in 1909 by P. F. Collier & Son (version électronique). On lit dans l’introduction : “« The tyranny of the majority » is now generally included among the evils against which society requires to be on its guard.”

[4] Le nombre d’associations en janvier 2011 était de 9600, le 30 mars, à peine deux mois et demi après le 14 janvier, le ministère de l’intérieur fait état du dépôt de 81 déclarations de constitution d’associations.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Transition démocratique et mutations institutionnelles

Table ronde IRMC – Tunis, 20mai 2011.

À la suite de ses manifestations du 4 février (La question autoritaire au prisme des sciences sociales) et du 29 mars (Constitutions et révolutions), l’IRMC a organisé le 20 mai une table ronde sur Transition démocratique et mutations institutionnelles. Sana Ben Achour (juriste, Faculté des sciences juridiques et politiques de Tunis) a traité du Rôle du droit constitutionnel dans les transitions démocratiques. Elle distingue trois registres de modification constitutionnelle mobilisés en réponse aux soulèvements populaires. Le premier pour désamorcer la contestation sociale, au Yémen « sous le signe de la présidence à vie », en Syrie « pour sauver le clan au pouvoir », à Oman face au sultanat sans contre-pouvoir. Le second « comme outil de démocratisation dans un cadre immuable », au Maroc dans une « démocratisation par le haut » et en Jordanie afin de « renforcer la vie parlementaire et politique ». Le troisième « comme nouvelle ressource de légitimation », en Égypte autour d’une révision constitutionnelle et en Tunisie dans la rupture. Le cas tunisien témoigne d’une volonté de suspendre la constitution, et de s’en remettre à une légitimité justifiée par ses seuls objectifs incarnés par des commissions dont celle pour la réalisation des objectifs de la révolution, des réformes politiques et de la transition démocratique.

Anna Krasteva (politologue, Nouvelle université bulgare de Sofia), a traité de L’émergence d’une citoyenneté post communiste. Elle a décrit les modalités de l’engagement communiste considéré non comme un droit mais comme un devoir (on doit être heureux, la mélancolie est bannie). Le communisme ayant concentré les droits sociaux et marginalisé les droits politiques et civils, le citoyen n’y a pas la liberté de se désengager. Ont été évoqués les deux fleurons du post communisme : le désengagement (abstention, apathie, non-participation comme droits et libertés) et la jubilation politico affective de la liberté, passant de la citoyenneté publique ascendante à la citoyenneté privée descendante. L’individualisme post communiste dessine plusieurs types de leaders : le charismatique allié du peuple, l’extrémiste xénophobe, l’adulé self made man. Et l’engagement s’incarne dans un mimétisme des sociétés de l’ouest et de la référence à une « société civile ».

Imed Melliti (sociologue, Institut supérieur des sciences humaines de Tunis) discuta les « passerelles » entre les interventions à travers quelques caractéristiques des pays arabes : des régimes autoritaires, idéologiquement affaiblis, en proie au gigantisme de leurs appareils partisans devenus des coquilles vides, défaillants pour la redistribution économique et sociale (d’où un chômage endémique), et avec un maillage associatif au service du pouvoir politique. Il posa la question du droit comme possible régulateur du conflit dans le passage de l’avant à l’après révolution, où la citoyenneté se négocie entre l’engagement individuel et la surproduction de leaders contre le citoyen, entre plus ou moins d’État et de social.

Lors du débat, l’accent a été mis sur les similitudes (surveillance, culte de la personnalité) et les différences (embrigadement politique) entre les sociétés de l’Est et la Tunisie. Il fut question de l’effondrement des structures de l’État ainsi que du manque de visibilité du rôle des jeunes dans l’actuelle mobilisation politique. On évoqua le tiraillement de la société tunisienne entre le mode de l’unité issu du consensus sur la suspension constitutionnelle, les principes d’universalité démocratique et les références aux valeurs d’un passé sur-investi. Avec l’espoir que le débat pour la constituante lui permette de redéfinir son projet et ses valeurs.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Pierre-Noël DENIEUIL

 

crédit photographique : © dndf.org

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Révolution tunisienne : le roi est mort, il n’y a plus de rois!

La chute de la dictature et la disparition de ses référentiels classiques à savoir la personnalisation absolue du pouvoir et la centralisation de l’autorité sociale ne peuvent en aucun cas laisser le psychiatre insensible aux remous symboliques qui agitent aujourd’hui la société tunisienne.

Oui ; la dictature avait un certain côté sécurisant. Le dictateur, personnage déifié, jouait de manière perverse aux yeux de ses sujets, le rôle d’un père, détenteur d’une loi primitive sévère et incontestable. Mais aussi, celui d’une mère nourricière et bienfaitrice. Il maintenait ainsi ses sujets qui ainsi advenaient, dans une position régressive tantôt infantile tantôt avilissante et dégradante.

Il faut se rappeler pour l’anecdote, mais c’est aussi très significatif, que cette dictature, avait activement interdit l’importation puis la fabrication locale des inducteurs d’érection. Comme si un peuple qui avait accès à la sexualité aurait accès à une liberté qui terrorisait le dictateur. Sujets soumis, volontairement maintenus dans une régression infantile, il est uniquement demandé aux Tunisiens de travailler, de consommer et de servir le maître et sa clique. Toute tentative de rébellion par rapport à l’ordre établi était sévèrement réprimée. Pour sortir de l’esclavage, point de salut en dehors de l’immigration ou encore la folie ; l’addiction et le repli sur soi.

Plus sujets que citoyens, les tunisiens se résignaient à leur sort et s’abandonnaient à une dépression chronique avec pour seules défenses quand ils ne voulaient pas s’engager dans les risques terribles de l’opposition, la religion pour les uns et la fuite vers un modèle de vie consumériste pour les autres.

Dans ce contexte, la créativité devenait abrasée, la citoyenneté inexistante. Alors que la majorité des Tunisiens faisaient le dos rond faisant mine de se désintéresser da la chose politique, certains malheureusement s’abandonnaient à la tâche de faire plaisir à ce père pervers et incestueux qu’est le dictateur. En le glorifiant sans retenue et sans relâche, ils le poussaient pourtant au plus haut de la pyramide de la toute puissance jusqu’à ce qu’il eut atteint la hauteur critique où tout bascule et où soudain le roi se redécouvre nu et où les attributs de la royauté redeviennent ce qu’ils sont : des chimères.

Il est d’ailleurs intéressant d’étudier ce moment critique dans le processus du culte de la personnalité quand les forces qui poussent à la déification du dictateur au sein de la population le détachent soudain de tout lien avec les citoyens qu’il est censé représenter et où la seule issue pour lui pour perdurer consiste à prendre toujours plus de hauteur. Mais cet exercice suppose qu’il se prive de ressembler aux autres pour vivre aux côtés des surhommes au sens nietzschéen. Succombe-t-il à la tentation de partager avec les hommes leurs plaisirs terrestres de la fortune, du sexe et de l’argent et le voilà qui dégringole de son piédestal pour revenir homme parmi les hommes. Lacan aimait dire qu’un fou qui se croit roi est fou mais un roi qui se croit roi n’est pas moins fou. Dans cette optique Bourguiba a mieux réussi que Ben Ali dans l’exercice de la Dictature, le premier fut dépossédé du pouvoir par le coup d’état de 1987 alors que le second, le fut suite à la révolution de

Janvier 2011. Entre Bourguiba et Ben Ali, il y a toutefois d’autres différences. Bourguiba, cultivé et patriote justifiait le culte de sa personne par son passé militant et sa sagesse. Il demandait aux tunisiens de lui ressembler, ils devaient se hisser haut et devenir cultivés, sages studieux pour obtenir sa grâce. Ben Ali, inculte, rustre, roublard sur les bords s’adonnait sans frein ni mesure aux plaisirs que procure l’argent. Le Tunisien idéal sous son règne se devait d’être soumis et obéissant et si possible riche et parader de sa richesse. Activité qu’affectionnait particulièrement la famille régnante.

Mais dans un cas comme dans l’autre, que ce soit sous Bourguiba ou sous Ben Ali, le Tunisien n’était pas citoyen, mais sujet d’un tyran éclairé dans un cas, despotique dans l’autre, tyran qui l’a privé du minimum nécessaire pour être et devenir acteur de sa propre histoire. La brusque libération du tabou du roi au sens primitif du terme (rappelé par Freud dans Totem et tabou) s’est accompagnée d’une forme de désorientation chez beaucoup de Tunisiens. Le roi est mort mais il n’y a plus de roi. L’institution est à réinventer. Un laps de temps insupportable pourrait s’écouler entre temps. Un temps où le plus faible est la merci du plus fort et où la loi du groupe prend le pas sur la loi sociale tout court. Le pouvoir fragile né après le 14 Janvier 2011 doit montrer son côté de mère nourricière avant d’être obéi. Partout en Tunisie, on continue à manifester, à exiger ici des aides sociales ; là-bas du travail.

À peine libérée de la dictature, toute une population plutôt que de fêter l’évènement s’engouffre dans un processus de réclamation d’avantages sociaux. Comme si quelques parts, les publicités pour les biens inaccessibles que faisaient miroiter les entreprises de Ben Ali et qui généraient chez les plus pauvres une immense frustration étaient à l’origine du soulèvement populaire et que les nouvelles autorités n’auraient de légitimité que si elles arrivent à satisfaire ce besoin de consommer et ramener cette mère nourricière imaginaire collée dans l’ambivalence à la personne du dictateur.

D’ailleurs ; derrière la révolution se cachent en fait trois Tunisie différentes, qui ont toutes les trois rejeté avec force la dictature. La Tunisie des couches aisées et intellectuelles qui réclame la liberté d’expression et d’entreprendre, la Tunisie religieuse et traditionaliste voire intégriste qui réclame un retour vers les fondements identitaires islamiques, et la Tunisie prolétaire qui demande le droit au travail et à la société de consommation.

À l’échelle des personnes, un vécu d’angoisse et d’incertitude est rapporté chez nombre de consultants. Une insoutenable angoisse par rapport à un lendemain dont les traits restent flous alors que les qualificatifs types démocratie, conseil constitutionnel, élections libres ne signifient pas grand-chose pour le citoyen lambda pour la simple raison que malgré son histoire millénaire le tunisien n’a jamais connu la liberté depuis la Numidie et Jugurtha.

Peut être par ce « meurtre du père » que les Tunisiens sont entrain de commettre, arriveront-ils à faire le saut symbolique nécessaire qui leur permettra de définitivement s’ancrer dans la modernité en devenant la source et les acteurs de la loi qui les organise et non de simples sujets pliés sous le joug du dictateur. Arriveront-ils à répondre à l’appel du destin comme leur hymne national les convoque ? Telle est la question à laquelle les mois prochains répondront ?

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Sofiane ZRIBI

Psychiatre, psychothérapeute, Tunis

 

Crédit photographique : © Reuters

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’avenue de la libre parole

À Tunis, quelle foule sur l’avenue !

Pas celle des employés qui se rendent à pas pressés à leurs bureaux, ni celle des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur qui commencent leur journée à arpenter le terre plein central, à surveiller et à écouter aux cafés. C’est une masse de visages nouveaux, jeunes filles et jeunes gars qui s’attroupent, s’interpellent, échangent des points de vue, argumentent. La libre parole explose, elle renvoie aux graffitis des façades qui appellent à la démocratie et à la laïcité. D’autres messages rappellent que « la femme est libre et elle le restera ». Cette liberté fragile est toutefois tangible puisque les femmes s’habillent semble-t-il, comme elles le veulent : robes- chemisiers, jeans blousons, robe et foulard, niqab toutes voiles dehors, gants et œillères. J’ai même rencontré une dame en safsari, une mode rare d’un autre temps. Tout est donc possible pourvu que ça dure et, comme disait M. Béji Caïd Sebsi, à l’époque écrivain, en évoquant le statut des femmes : « Regarder le monde sans voile et, sans voile être regardée » (Habib Bourguiba.)

Qu’est ce qu’on cause sur l’avenue ! Debout, en petits groupes décontractés ou bien aux terrasses des cafés où des groupes d’amis se retrouvent ou se forment. Pas de touristes. Le théâtre municipal a été « retourné » « détourné ? », le spectacle est à présent sur les marches, la nouvelle grande scène !

On chante sous cette belle façade Art nouveau d’où jaillissent des chevaux marins, des nymphes et des naïades. Tout à coup, l’hymne national jaillit, des voix s’élèvent, le ton monte, la foule invite « à dégager ». L’avenue plus que séculaire dont les ficus ont vu bien d’autres dégagements de l’histoire, est subitement parcourue par des groupes compacts scandant des slogans que d’autres contestent ou reprennent en chœur

Ces manifestants – 30 ans tout au plus marchent à grands pas sur le terre plein central ; mais subitement, tout s’arrête devant le quadrilatère de fils de fer barbelés qui enchâsse le ministère de l’intérieur, comme si c’était une icône. Ainsi protégé, il n’est plus possible de prendre d’assaut les fenêtres ni de grimper sur le auvent de la porte centrale, comme cela se produisit un certain 14 janvier 2011, entre 14 et 16 heures… N’empêche, les manifestants se massent, saluent les soldats, les slogans fusent encore et encore plus puis toute la foule se disperse, allez savoir pourquoi. Seule demeure une dame âgée, vêtue de guenilles, mal chaussée, rougeaude comme si elle avait dormi dans le froid de la nuit, sur le trottoir, devant la banque. Elle est debout, devant les barbelés ; elle fixe les soldats et les chars.

Debout, immobile, impassible ; le regard perdu devant elle. Elle stationne dans cette position un long moment sans rien dire, comme pétrifiée, scrutant la place du 7 novembre devenue Mohamed Bouazizi. Les soldats sont étonnés, sans doute gênés. Puis elle se retourne et se perd dans la foule. Je l’ai rencontrée au même endroit, plusieurs jours de suite, silencieuse au milieu de toute cette foule qui laissait courir des flots de paroles. J’ai eu envie de lui parler mais je n’ai pas osé l’aborder. Elle avait sans doute quelque chose à dire, mais à l’inverse de tous ceux qui l’entouraient, elle n’a pas jugé utile de s’exprimer. A moins qu’elle n’ait été saisie de stupéfaction par le spectacle inouï de cette avenue d’ordinaire, banalement encombrée par les voitures, reconvertie, Intifadha oblige, en un vaste espace public que le peuple s’approprie pour parler et causer, chanter et danser ! Mais aussi lancer des pierres, casser les vitrines et affronter la police ou les soldats. L’avenue s’est métamorphosée au fil du temps politique. La statue en pieds de Jules Ferry a disparu le beau jour de l’indépendance ; la statue équestre de Habib Bourguiba a subi les outrages du coup d’État médical. Depuis le 14 janvier, l’avenue est le grand salon des Tunisois auxquels désormais viennent se mêler les provinciaux de Sidi Bouzid, Kasserine, Le Kef…y compris les étrangers, désireux de ressentir l’énergie de la révolution, pour qui elle est devenue un passage obligé. Une façon comme une autre de rappeler les émeutes du pain de janvier 1984 et si cela ne suffisait pas, l’insurrection des tribus de 1864.

L’avenue est désormais un espace public national où se jouent toutes sortes de luttes politiques, certaines pacifiques, d’autres violentes. Souvenons-nous d’un certain vendredi ou le hezb Ettahrir a investi l’avenue pour prier et en même temps menacer d’exécuter les femmes du quartier

réservé à l’extrémité de Bab Bhar. Même technique qu’à Alger en 1988 où les jihadistes avaient imposé la séparation des trottoirs pour les hommes et pour les femmes. Les luttes politiques sont également des luttes urbaines. Il faut se battre sur les deux fronts pour construire les institutions de la démocratie et la ville de la liberté. Monsieur Rajhi au temps où il fut ministre de l’intérieur, a été interpellé au cours d’une émission télé par un journaliste qui demandait le déplacement du ministère dans un autre endroit, pas à l’extrémité de cette belle avenue. Le ministre s’est montré favorable en doutant toutefois de la possibilité de réaliser cette belle utopie. Mais la question méritait d’être posée ne serait-ce que pour réfléchir à l’héritage de l’histoire coloniale. Car, ce qui est aujourd’hui le ministère de l’intérieur a été conçu par les autorités du protectorat comme le commissariat central de police, avec une grande cour intérieure surmontant des caves, pour rassembler les manifestants nationalistes et les syndicalistes, notamment les dockers du port de Tunis. Ce bâtiment en position stratégique puisqu’il contrôlait les flux des travailleurs, a été conçu par l’architecte Kyriacopoulos qui s’est fait un point d’honneur de construire la première architecture moderne en béton armé tramé. Achevé en 1954, il a bien résisté à l’usure du temps et à l’enfermement des manifestants.

En 1966, le maire de Tunis Hassib Ben Ammar recevait l’architecte Georges Candilis au moment où O. C. Cacoub, grand prix de Rome, architecte conseiller du Président de la République proposait, froidement, de percer la médina en prolongeant l’avenue Bourguiba jusqu’à la Kasbah. Candilis, étonné, a vu les choses autrement : pourquoi faire une autoroute dans la ville a-t-il demandé ? Supprimons la circulation automobile et créons une vaste avenue piétonnière. La proposition a fait sourire la classe dirigeante qui y voyait un retour à la tradition… si humiliante pour nombre de modernistes acculturés.

A Barcelone, les ramblas qui traversaient la ville ancienne jusqu’au port ont été fermées à la circulation automobile. Un immense succès. L’intifadha a paralysé la circulation automobile sur la grande avenue de Tunis, lui rendant sa fonction première de promenade piétonnière. Une sorte d’exercice grandeur nature dont la municipalité pourrait tirer parti pour concevoir un autre système de circulation, introduire des moyens de transport en commun qui donneraient satisfaction à tous ceux qui manifestent pour une meilleure répartition des droits et des obligations. Marcher à pied, circuler en autobus ou en trolleybus comme au bon vieux temps, est un droit. Le tout-automobile est un abus de pouvoir qui coûte cher, qui discrimine les citoyens, une nuisance sociale. Jean Pierre Vernant, analysant « Les origines de la pensée grecque » a décrypté « le régime de

la cité, qui lui est apparu solidaire d’une conception nouvelle de l’espace, les institutions de la Polis se projetant et s’incarnant dans ce qu’on peut appeler un espace politique. On notera à cet égard que les premiers urbanistes, comme Hippodamos de Milet, sont en réalité des théoriciens politiques : L’organisation de l’espace urbain n’est qu’un aspect d’un effort général pour ordonner et rationaliser le monde humain »

Faisons en sorte que cette pensée grecque soit à nouveau entendue

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Jellal ABDELKAFI

Urbaniste, Tunis

 

Crédit photographique : © Jellal Abdelkafi

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Acquis et défis de la révolution tunisienne

La révolution a révélé les Tunisiens à eux-mêmes. C’est un phénomène nouveau dans la mesure où le régime de Ben Ali a cassé tous les baromètres avec lesquels on pouvait mesurer les tendances de la société tunisienne. Tous ceux qui étaient sevrés de liberté, et d’expression, se manifestent parfois bruyamment. Et le remarquable est qu’ils apprennent eux-mêmes à prendre en compte les opinions différentes exprimées par leurs concitoyens. Il est incontestable qu’il s’agit là d’une conquête très importante, qui aura des répercussions essentielles sur la vie politique, mais également sur la vie sociale dans tous les secteurs d’activité.

Mais aussi, cette révolution a permis au droit, dans le sens large et non technique du terme, d’être une locomotive de la société, de jouer un peu le rôle qu’il a joué au début de l’indépendance avec la promulgation du Code du statut personnel. Le fait que la parité dans les listes électorales soit instituée avec une très large majorité, est révélateur du rôle que peut prendre le droit, et on constate par la même occasion que notre droit n’était pas trop au diapason de la société, voire plutôt en retard par rapport à l’évolution des esprits. Cette question de la parité constitue une avancée dans la reconnaissance des droits des femmes, et une première dans le monde arabe et islamique.

Par ailleurs, la période que vit la Tunisie depuis le 14 janvier n’a pas que des aspects positifs. Parmi les manifestations négatives, il faut voir la surenchère que pratiquent beaucoup de ceux qui étaient plus ou moins impliqués dans l’ancien régime, profitant de cette situation pour s’octroyer une certaine virginité. Il y a là un vrai problème, surtout au niveau des médias et des journaux qui juste avant la révolution ne faisaient que louer l’ancien pouvoir. Dans les mêmes journaux et médias, les rédacteurs mais également d’anciens responsables, deviennent les porte paroles de la révolution, plus révolutionnaires que les révolutionnaires. Au titre des aspects défavorables, on peut également citer les décisions précipitées auxquelles sont acculées les autorités, lourdes de conséquences pour l’avenir. Je pense particulièrement au recrutement de centaines de diplômés chômeurs dans l’enseignement sans s’assurer suffisamment à l’avance qu’ils répondent aux exigences du métier. Quand vous avez un diplômé qui a obtenu son diplôme il y a dix ans et qui a pratiquement tout oublié, c’est dangereux de ne le recruter que pour des considérations sociales ou politiques.

Ces éléments positifs et négatifs caractérisent une période ouverte à tous les scénarii. Personne ne peut avoir de certitude sur la tournure que prendront les évènements après les élections, parce que, en l’absence de baromètres laissés par l’ancien régime, personne ne connaît les tendances d’ensemble de la population. L’on peut tout au moins dire que la Tunisie se confronte à des problèmes économiques et qu’il y a lieu de réfléchir à un autre modèle de développement tenant compte de la réalité tunisienne et des contraintes de l’économie mondialisée. Trois questions se posent à ce propos : le type d’intervention de l’État à définir ; le rôle de la fiscalité qui doit être révisée de fond en comble ; la production des richesses, comment et par quels moyens, en tenant compte des déséquilibres régionaux mais aussi de la rentabilité purement économique. Ces trois aspects sont liés. Il ne s’agit pas seulement de penser la redistribution de la richesse, il faut auparavant penser sa production. Ces défis majeurs sont structurels et non plus seulement conjoncturels.

On peut toutefois être optimistes dans la mesure où les décisions politiques et bureaucratiques seront prises sous les feux d’une communication libre où l’opinion publique, qui était jadis absolument exclue de cette décision, aura son mot à dire. Car en définitive il faudra bien aboutir à un certain consensus, explicite ou implicite, qui ne devra pas être factice, de façade tel celui proclamé sous l’ancien régime. Il sera la résultante des volontés libres, de gens qui adhèrent de leur plein gré et dans leur majorité à ce modèle de développement. Cela ne veut pas dire que d’autres problèmes non moins importants ne se poseront pas dans l’avenir. En particulier des choix d’ordre culturel, non moins importants, et qu’il faut actuellement affronter. On peut résumer les défis qui s’y posent de la manière suivante : comment les Tunisiens apprendront-ils à se tourner résolument vers le futur et ne seront plus obnubilés par le passé quel qu’il soit ? C’est à la base de tout. Par passé j’entends le passé récent, le mouvement national de libération, les réalisations du pouvoir depuis l’indépendance, ou bien le passé lointain, la pratique historique de la religion ou les symboles culturels qui étaient à l’oeuvre dans les mentalités tunisiennes en général, par exemple le rôle des oulémas, le rôle du chef, la hiérarchie au sein de la famille. Tout cela, ce sont des symboles culturels et pas uniquement des réalités.

C’est tout un état d’esprit tourné vers l’avenir qui permettra aux potentialités qui existent chez les jeunes en particulier, de s’épanouir, et notamment pour certains dans la recherche non seulement scientifique et technologique, mais dans les sciences de l’homme et de la société. Autrement dit, il s’agit d’apprendre à se remettre en cause, d’avoir une attitude interrogative au lieu et place de l’attitude dogmatique, savoir se débarrasser de la théorie des complots. Cette éventualité est maintenant possible. Si cette révolution aboutit à un changement profond dans les manières de penser des Tunisiens dans tous les domaines, elle méritera alors le nom de révolution et non d’un simple soulèvement ou évènement conjoncturel.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Abdelmajid CHARFI

Historien de la pensée islamique

(propos recueillis par PND)

 

Crédit photographique : © Fethi Belaïd – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Révolution et rupture(s)

C’est un lieu commun de faire de la rupture avec l’ordre établi une condition sine qua non de la réalisation de la révolution. Mais, la notion de rupture est moins évidente à saisir qu’il n’y paraît. Elle n’est jamais définie définitivement, car c’est dans le feu de l’action qu’on fixe son plafond et toujours d’une manière provisoire en rapport avec le contexte. Il n’est pas exclu d’ailleurs qu’elle débouche sur la notion antinomique de continuité.

En Tunisie, en l’espace de quelques semaines, la rupture a changé plusieurs fois de contenu. Le suicide de Bouazizi a révélé la nécessité de rompre avec une politique de l’emploi aussi inefficace qu’inéquitable. Les réactions maladroites et de toute façon tardives du pouvoir central ont scellé la rupture avec Ben Ali et son clan, avec pour mot d’ordre « plutôt crever que perdre sa dignité ». Au lendemain de la fuite du dictateur, c’est au tour de la dictature, puis du parti qui lui est associé, de tomber dans le collimateur de la rupture. Du coup, avec l’appel à la démocratie, c’est tout le système politique qui est remis en question. Ainsi, la succession en un temps record des mots slogans de la rupture : équité, dignité et démocratie donnent-ils la mesure de l’importance de la cassure entre gouvernants et gouvernés.

Cependant, comme dans la plupart des révolutions, une autre rupture n’a pas tardé à se mettre à l’oeuvre, cette fois-ci entre révoltés et révolutionnaires, entre ceux qui, excédés par la radicalisation de la contestation, entendent maintenant marquer le pas et ceux qui, emportés par l’élan, sont décidés à aller de l’avant. Si la rupture recèle pour ces derniers un contenu positif, elle devient pour leurs contradicteurs synonyme de déstabilisation, voire d’anarchie.

D’aucuns se risquent même à gommer la radicalité de la rupture en réintégrant le phénomène révolutionnaire dans la longue durée. La recherche du temps perdu ou le retour à une période considérée idyllique fournit une autre dimension à la rupture, celle de la continuité. Ce résultat paradoxal est, en fait, le résultat du passage de l’enthousiasme à la peur. Peur de perdre des acquis, mais aussi de provoquer un désordre social, défavorable à l’establishment. Maintenant, il faut dire que rupture en temps révolutionnaire rime aussi avec surenchère, du moins pour une catégorie de personnes, celle qui, par opportunisme ou par peur d’être démasquée lorsque sonne l’heure de la vérification des cursus, n’a pas d’autre moyen que de se saisir de la rupture comme d’une arme de la dernière chance. La notion de rupture se présente alors de plus en plus en filigrane, servant de prétexte à certaines idéologies ou de stratégies de gestion des risques. Aussi, certaines ruptures réclamées apparaissent-elles comme artificielles, voire comme des leurres.

En fait, l’approche de cette notion est inhérente à l’étude des acteurs et des intermédiaires. Elle requiert de la part du chercheur une analyse à la fois du discours et de la pratique des uns et des autres pour distinguer la rupture qui a favorisé une dynamique d’innovation de celle qui a suscité plutôt le besoin de continuité, voire la restauration sous une autre forme d’une situation prérévolutionnaire.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Hassen EL ANNABI

Historien, Tunis

 

Crédit photographique : ©Fethi Belaïd – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Piste pour une lecture sociologique de la révolution tunisienne : les structures, les acteurs et la complexité

Une révolution n’est pas un moment (un point de rupture). C’est plutôt un processus (une tranche d’histoire). L’on gagnerait à la penser comme un long mouvement ou cycle de déstructuration /restructuration qui est loin d’être linéaire et ne s’inscrit pas nécessairement dans un schéma évolutif. De ce point de vue, une lecture sociologique ne doit pas se limiter à une approche descriptive ni se cantonner dans un schéma large décrivant les déterminants historiques structurels régissant le mouvement social.

Face à un changement social brutal, l’analyste collé au sens commun risquerait de faire fausse route tout comme l’acteur, collé à ses idéaux, risquerait la désillusion. Il est donc impératif de saisir les faits dans leur complexité : de quoi, paradoxalement, conforter l’analyste et réconforter l’acteur social et politique. La sociologie tunisienne doit dans le nouveau contexte-pouvoir rendre opérationnel le concept de « complexité » à l’instar de la sociologie italienne d’avant les années 90.

Au sens sociologique, la Révolution est une Crise. Mais le concept de crise a été banalisé et approprié par le sens commun, incluant le discours politique et médiatique, au point de perdre toute valeur opérationnelle pour saisir la « complexité ». Quels sont les déterminants de la révolution tunisienne ? Est-il permis de rechercher des causalités simples et linéaires ?

À priori, les traits structurels et objectifs suffiraient pour camper le schéma théorique : Le blocage relatif du développement ; les inégalités régionales ; la sclérose de l’appareil d’état ; le verrouillage dictatorial de la société civile ; l’absence de libertés ; les menaces de déclassement au sein des strates moyennes ; les faibles perspectives d’ascension voire de fixation socio économique sur un marché du travail valorisant la précarité et la flexibilité de l’emploi …

Ces traits illustrent certes le contexte historique de la mondialisation et de l’extraversion libérale depuis trois décennies mais sont à retenir comme les descripteurs majeurs de la société tunisienne depuis d’indépendance.

Alors, pourquoi la Révolution (la rupture) maintenant et pas plus tôt ou plus tard ? C’est parce que à notre sens le point d’inflexion est intervenu au moment ou tous les paradoxes ont atteint leur point culminant. Je m’explique sommairement : Les régions de centre ouest (Kasserine, Kairouan, Sidi Bouzid) ont « explosé » au moment où elles ont commencé à connaître un processus significatif de développement. Sous plusieurs indicateurs socio-économiques, les régions de l’intérieur et plus particulièrement le Nord et le Centre-Ouest, ont connu au cours de la dernière décennie, des changements significatifs des modes et conditions de vie, illustrés par le développement des petites villes au niveau de « l’axe médian » (bande parallèle à ligne côtière dans une profondeur de 50 a 70 km) : et le recul de l’habitat rural dispersé et des formes anciennes de subsistance et de pauvreté, l’extension du salariat et de l’emploi féminin, une migration « pendulaire » exprimant des stratégies multiformes des ménages ….

Rappelons que le pouvoir déchu a inscrit le développement de régions intérieures comme un thème majeur de sa quête de légitimité socio –politique. Mais dans les limites d’une politique de saupoudrage du développement fortement encadrée par les réseaux clientélistes sous la coupe du RCD, à travers le Programme Régional de Développement, les divers instruments d’appui à l’agriculture, à l’artisanat et à la micro entreprise et les chantiers d’emploi. Dans ces régions à dominante rurales, un peu plus qu’ailleurs l’Etat apparaît comme l’extension du parti plutôt que l’inverse.

Dans la mesure où ce sont là les régions les plus représentées au RCD (Données vérifiables et existantes), l’explosion ressemble à une crise interne de l’appareil socio politique du parti-État au pouvoir dont l’UGTT n’était plus qu’une annexe turbulente et sous contrôle. Cette crise interne est venue amplifier une crise sociale que l’élite politique locale a pour rôle historique de contenir et de retarder. Pour l’anecdote (…), les acteurs institutionnels centraux (UGTT) du mouvement à Sidi Bouzid portent la seconde casquette RCD.

Dans le même sens, les régions défavorisées de l’intérieur ont toujours été les plus grandes pourvoyeuses de policiers. Les passe-droits accordés à la police et aux « militants » du parti et autres pôles satellites de pouvoir, ont impulsé des acteurs et des pratiques qui ont fortement noyauté l’économie informelle et au-delà, et ceci dans l’ensemble du pays. Les rivalités entre les différentes composantes de l’économie maffieuse liée à la gestion du secteur informel approchaient de leur point de rupture. Le jeune marchand ambulant Mohamed Bouazizi, s’est trouvé face à une situation intenable : Il devait distribuer plusieurs « rachouas » à la fois.

Cette crise locale n’était en fait que la manifestation d’une crise générale qui imprégnait l’ensemble du tissu social et institutionnel tunisien. Elle prend son sens dans une crise originelle ou congénitale de légitimité du pouvoir depuis 1987. Une crise liée non seulement au profil personnel du successeur de Bourguiba mais aussi et surtout au profil autoritaire et centralisateur du pouvoir qui prolonge bien l’ancien régime mais selon un modèle nouveau à forte connotation policière (« le changement dans la continuité » est un slogan récurrent). Un modèle nouveau où le parti reste un pole de pouvoir mais doit désormais composer avec l’appareil sécuritaire et le prolonger. Le parti versera le plus souvent dans la surenchère dans la glorification de « Siyadet Errais » pour le rassurer sur sa pertinence incontournable – en comparaison avec la police- dans le quadrillage du pays. En milieu rural, et au niveau des petites villes de l’axe médian notamment, c’est le parti qui assure le mieux la fonction préventive sécuritaire. Il en tire plus d’aura auprès de la police, de meilleures places pour les « militants » provenant de ces régions, davantage de pouvoir et une meilleure part du gâteau national. La machine clientéliste ne doit pas échapper totalement au parti.

Mais les pans les plus viables du « gâteau national » au niveau desquels s’échange l’essentiel des ressources (financières notamment) fait l’objet de convoitises et de traitement particuliers. Il s’agit des activités et des acteurs liés à l’ouverture libérale et à l’émergence du gros capital privé structuré, que la mondialisation a porté à des niveaux inédits en Tunisie (sociétés, entreprises, groupes et holdings au niveau des secteurs clé).

Le pôle politique et le pôle économique entretiennent des relations d’interdépendance sur un fonds de méfiance larvée. Cette méfiance entre ces deux pôles est un processus ancien car depuis d’indépendance, le pouvoir central (développeur exclusif de la nation) a toujours vu d’un mauvais œil l’émergence d’un entreprenariat national qui constituerait l’embryon d’une bourgeoisie nationale susceptible de prétendre au pouvoir (rappelons-nous le traitement réservé par Bourguiba aux acteurs politiques réputés financiers, banquiers, chefs d’entreprises, … et autres héritiers de grosses fortunes ; il ne semblait aimer ni l’argent ni les gens qui en parlent, à commencer par son propre fils) .

Or, le déficit de légitimité du pouvoir déchu (et déjà déçu !…d’être aussi mal aimé) l’a conduit à la dérive maffieuse et à des rapports ambigus avec les pôles de l’argent qui ont ambitionné de se structurer comme pôle de pouvoir prétendant à l’autonomie et à la participation aux processus décisionnels : La caste au pouvoir cherchait tour à tour à rivaliser , à soumettre au chantage, à ravager, à phagocyter ou à se substituer aux détenteurs de capitaux pour peu qu’ils soient suspectés de désir ou des capacité de puissance. Les alliances matrimoniales ont servi parfois à exorciser la peur qui marquait les rapports entre le pôle économique et le pôle politique (mariages entre le clan et le milieu entrepreneurial à commencer par le « patron des patrons »)

Le clan au pouvoir vivait un double déficit de légitimité : D’un coté vis-à-vis de la population, perçu comme un pseudo leadership, et de l’autre coté vis-à-vis de la classe des entrepreneurs, considéré comme acteurs parvenus disposant d’une fortune indue qui se confond avec les ressources publiques.

Une sociologie de la complexité et des paradoxes doit intégrer dans la même unité d’analyse les structures, les acteurs et les processus qui les traversent. De ce point de vue, la tendance totalitaire et la dérive maffieuse en tant que processus, prennent appui sur les comportements stratégiques des divers acteurs mais trouvent leur source dans les structures aussi bien organisatrices qu’idéologiques qui en constituent le support. C’est tout l’enjeu d’une sociologie de la complexité post révolution qui devra analyser la dynamique des acteurs face à un ensemble de processus interdits d’expression : l’islamisme, le régionalisme, le mouvement revendicatif syndical et populaire, la lutte des classes et la lutte des places désignant les enjeux de pouvoir.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Abdelkhaleq B’CHIR

Sociologue, Monastir, INTES, Tunis

 

Crédit photographique : © Fred Dufour – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Facebook, un outil d’identité pour la révolution

Internet offre de plus en plus de services aux particuliers, aux entreprises, aux associations et aux acteurs sociaux de différents âges et catégories sociales. L’utilisation du réseau numérique y est devenue un moyen de participation sur le mode de l’éventuel et du virtuel. A ce propos, qu’est ce que Facebook ? Quelle a été la portée de ce réseau social sur la révolution tunisienne ?

Sur Facebook on crée un compte, une liste d’amis, un profil, on y multiple les données personnelles sur sa page de démarrage. Chaque utilisateur, à partir des informations rentrées dans son profil, y gère une véritable « identité numérique » qui intériorise son « identité individuelle » et favorise l’identification de soi dans la contribution à un champ social virtuel. Chaque site possède un espace de reconnaissance sur lequel chaque membre peut inviter un nouveau contact et ainsi accroître les réseaux des nouveaux adhérents du site visité.

Facebook constitue un espace de soulagement pour extérioriser nos idées, nos émotions, nos attitudes, nos envies, tout ce qui constitue nos identités duales et assemblées. Bref, une identité plutôt schizophrène entre la réalité sociale qui impose un contrôle de l’expression sur des sujets interdits tels les sujets politiques, et une réalité personnelle par laquelle l’utilisateur dévoile et construit sa nouvelle conception de soi dans la réflexivité sociale et sa validation par autrui. C’est dans cette même expérimentation de soi, que l’on observe la vie des autres, et que l’on se positionne par rapport à leur existence.

Facebook a joué un rôle important dans le contexte tunisien. Tout d’abord par les photos qui ont été prises de Bouazizi en train de se brûler devant la municipalité, images partagées sur Facebook par son cousin, et ayant un pouvoir d’influence. Cet incident, historique dans le cadre de la progression des révoltes de jeunes dans les différents gouvernorats, a renforcé l’exaspération et la colère envers l’Etat dictateur. Le courant de manifestation a commencé à prendre de l’ampleur grâce aux vidéos enregistrées par des téléphones mobiles et partagées sur les pages du réseau social. Facebook est ainsi devenu un vecteur de circulation d’une information qui échappait au contrôle des autorités, plateforme d’échange qui a libéré la parole et mobilisé les énergies.

Facebook a été aussi un moyen de coordination d’actions collectives telles les manifestations. Il a de même constitué un outil puissant pour contourner les barrières mises en place par le pouvoir afin d’empêcher les médias étrangers de couvrir les événements. Les vidéos filmées sur le terrain et diffusées sur Facebook ont été massivement exploitées par les télévisons étrangères (France 24 et Al jazeera) pour relater les faits sur le terrain et informer l’opinion publique internationale et nationale sur l’évolution de la situation.

Enfin, Facebook est devenu un exutoire des jeunes tunisiens dans l’intention de s’exprimer et de publier des vidéos, des photos voire des citations personnelles. Il s’est agi de dépasser un monde contrôlé et interdit pour s’ouvrir à un autre monde, virtuel, auquel il est possible de s’identifier plus librement afin de réaliser notre propre liberté, liberté d’expression et de pensée, en vue de construire une nouvelle Tunisie.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6 

 

Sihem TALBI

Étudiante en Master, ISSHT, Tunis

 

Crédit de l’illustration : © rizkallah-d3ale98

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Quand dire c’est faire : la révolution tunisienne, un évènement de langage fait l’histoire

« C’est le langage qui fait de l’homme un animal politique, […] les mots justes trouvés au bon moment sont de l’action […] seule la violence brutale est muette » Hannah Arendt

Au moment où les Tunisiens commencent à parler le langage des partis et des élections, il est bon de rappeler les énoncés de la révolution, ce premier réveil arabe pour la liberté qui a résonné dans toute la région et où les mots clés de ses slogans furent répétés. Initiée par une jeunesse que l’on croyait apolitique, cette révolution a d’abord montré la vertu performative du langage, sa capacité de transformer par le simple fait de dire une situation politique longtemps considérée comme le destin de certains peuples à vivre sous la tyrannie. Aussi, la théorie du langage comme action ne trouvera pas meilleure illustration que dans les propos de Hannah Arendt, et la théorie du clash de civilisations plus juste démenti que dans les mots des slogans qui ont secoué la Tunisie et d’autres pays arabes dix ans après les événements de septembre 2001.

La révolution comme événement de langage et événement politique

Ecrasés sous une chape de plomb de silence pendant 23 ans, les Tunisiens ont accompli une révolution qui a abattu l’une des dictatures les plus sévères de notre temps avec pour seule arme le langage. Brève, pacifique, sans leaders, sans partis, la révolution tunisienne a réuni toutes les classes sociales autour de slogans qui ont catalysé la haine d’un régime policier et corrompu. Lorsque le mur de la peur est tombé, la parole s’est libérée. Et c’est cet événement de langage qui a constitué en même temps un évènement politique. C’est une révolution qui a opposé à la répression policière la performance langagière. Des mots longtemps tus, censurés ont été criés à haute voix dans les manifestations, écrits sur les pancartes et sur les murs de la ville après avoir été écrits sur les murs de Facebook où l’on a pu voir et entendre ce qu’on n’osait pas se dire à soi-même. Ce fut une révélation : l’impensable devient dicible et communicable. Facebook est remercié pour sa contribution à la victoire. Il a anticipé et valorisé le regroupement, la manifestation qui rend au peuple son autonomie en la lui manifestant.

La révolution « pour la liberté et la dignité »

Alors que l’information officielle avait déclaré que l’immolation par le feu de Bouazizi était un « fait divers », la population a mis en mots cet acte comme une déclaration politique, un appel pour dénoncer une vie sans dignité et sans liberté où le citoyen réduit à rien s’anéantit. Les mots qui furent répétés durant les manifestations étaient : « shoghl, horryya, karama wataniyya » (emploi, liberté et dignité de citoyen), des mots justes qui ont sonné l’heure de parler pour tout un peuple humilié par la peur et l’absence de liberté. Le mot « emploi » a une connotation politique avant tout. Il dénonce la corruption et l’inégalité de la répartition des richesses. Il est glosé par cette précision : « Ce n’est pas une révolution des affamés »[1] que nous voyons sur cette image. Nous ne sommes plus dans le cycle des révoltes du pain, comme le souligne l’un des plus célèbres slogans de la révolution: « Khobz w mé w ben ali lé » (du pain, de l’eau et pas de Ben Ali). « Emploi » Ce mot a fini par trouver son sens intégré dans les mots de « liberté » et « dignité » qui sont les seuls marqueurs linguistiques de la révolution tunisienne et ses repères fondateurs : des valeurs universelles. Point de référence à l’islamisme, ni à l’impérialisme, ni au panarabisme.

C’est cette nouveauté dans les mots des slogans des révolutions arabes qui a surpris. Le quotidien français Libération a signalé cette nouveauté dans la couverture de sa livraison du 15 janvier 2011 par le mot « horrya » écrit en arabe et en grands caractères sur une photo de la manifestation de la veille qui a chassé Ben Ali du pouvoir. Sans doute pour la première fois, le mot « liberté » en arabe donne-t-il à voir, dans la lettre que les Tunisiens commencent à écrire avec ce mot, une nouvelle page de l’Histoire[2]. Après eux, au Caire, à Sanaa, à Damas, … les jeunes se sont soulevés pour exiger le départ de leur gouvernant en scandant : « Horrya », ou « ashaab youreed isqat an-nidham » (le peuple veut la chute du régime).

La thèse du clash de civilisations peutelle encore résister ?

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Nabiha JRAD

Linguiste, Université de Tunis

 

Crédit photographique : © DR ; Fethi Belaïd


[1] Jacques Chirac, lors de sa visite officielle à Tunis en 2003 avait déclaré « Le premier droit humain est celui de manger » pour vanter le miracle économique de la Tunisie, crédo de tous ceux qui défendaient le régime.

[2] Certains observateurs se sont empressés de penser que la démocratie peut s’exporter par les mots. « Dégage » « un mot français pour une invitation à la démocratie ». Le Monde. Mensuel Numéro 13. Février 2011. En réalité c’est un mot que la mémoire collective a réactivé pour revendiquer la liberté et la souveraineté du peuple, d’où le symbole du drapeau et de l’hymne national dans cette révolution vécue comme une seconde indépendance voire l’indépendance réelle comme l’ont affirmé les révolutionnaires.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook