Archives par mot-clé : réseaux sociaux

Les réseaux personnels et leurs évolutions

L’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) a accueilli le 30 janvier 2015 une conférence du sociologue Michel Grossetti dont l’intitulé était « les réseaux personnels et leurs évolutions ». Cet évènement coordonné par Hasnia-Sonia Missaoui, sociologue en délégation à l’IRMC, s’inscrivait dans le cadre du cycle de conférences MoRéMi Sud « Mobilité, Réseaux, Migrations Sud » et de la programmation scientifique de l’IRMC.

Directeur de recherche au CNRS et directeur d’études cumulant à l’EHESS, Michel Grossetti était invité à intervenir sur les réseaux sociaux, une thématique à laquelle il a consacré une part essentielle de ses travaux de recherche. Il a d’ailleurs coécrit avec Claire Bidart et Alain Degenne l’ouvrage La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, publié en 2011. Michel Grossetti était accompagné d’Imed Melliti, chercheur détaché de l’Université de Tunis à l’IRMC et qui était présent en qualité de discutant lors de cette séance.

Les réseaux personnels et leurs évolutionsEn guise d’introduction, Michel Grossetti a tenu à dresser un bref historique de la recherche sur les relations personnelles, qui constitue une approche particulière de l’analyse des réseaux sociaux. Parmi les racines à l’origine de cette approche, on retrouve les sciences sociales anglo-saxonnes (Stanley Milgram), la psychologie sociale (Jacob Moreno) et la sociologie francophone (Emile Durkheim, Georg Simmel). Cette approche a progressivement été formalisée grâce au travail d’anthropologues britanniques des années 1950 (John Barnes, Elisabeth Bott) et de sociologues américains formés aux mathématiques (Mark Granovetter, Harrison White) dans les années 1960. Il existe également une communauté de chercheurs français travaillant sur les réseaux dont font notamment partie Michel Grossetti, Alain Degenne, Michel Forsé, Claire Bidart et Pierre Mercklé. La recherche sur les relations personnelles connait d’ailleurs actuellement une expansion considérable dont témoigne par exemple l’affluence croissante aux colloques de l’International Network of Social Network Analysis au cours de ces dernières années.

Qu’est-ce qu’un réseau social ?

En abordant cette question préliminaire fondamentale, Michel Grossetti a d’abord cité la plus ancienne définition académique connue de cette notion, qui est l’œuvre de John E. Barnes, un anthropologue britannique des années 1950 : « J’imagine une série de points qui seraient, pour certains d’entre eux, reliés par des lignes. Les points sont des individus, ou parfois des groupes, et des lignes indiquent les interactions qu’ils ont entre eux ».

Dans le cadre des travaux contemporains, l’analyse des réseaux sociaux est considérée comme une approche qui consiste à étudier les relations sociales. On peut définir une telle relation comme une forme de connaissance et d’engagement réciproques fondée sur des interactions et permettant la transmission de ressources. L’idée sous-jacente étant ainsi que toute interaction n’est pas nécessairement une relation sociale, au sens strict de l’analyse des réseaux. Selon cette approche, pour qu’il y ait une relation, il est nécessaire que les interactions se répètent en faisant émerger une relation qui dépasse ces simples interactions, tout en les spécifiant. Cette conception particulière des relations personnelles peut d’ailleurs être transposée aux relations entre organisations.

Une fois que l’on sait définir une relation sociale, le réseau social peut être appréhendé simplement comme l’ensemble de ces relations. Le réseau social est donc une structure de « bas niveau » agrégeant des liens que l’on appelle des liens dyadiques (c’est-à-dire mettant chacun en relation deux entités). La densité et la connectivité des réseaux dépendent des critères adoptés pour définir la notion même de relation. Les analystes de réseaux connaissent donc un problème permanent qui est de définir, en théorie et en pratique, comment ils conçoivent les relations et le découpage des réseaux étudiés. Pour ce faire, quatre stratégies principales ont été développées en analyse des réseaux pour approcher et représenter les réseaux sociaux :

L’analyse de grands réseaux. Cette approche est actuellement en expansion du fait de la disponibilité croissante des données sur internet à l’ère du Big Data. Riches de ces données, les chercheurs tentent d’identifier des indicateurs qui résument les propriétés des réseaux qu’ils étudient. À l’origine, ces recherches étaient réalisées par des psychologues sociaux, comme Stanley Milgram qui est à l’origine de la célèbre expérience du « petit monde ». En sciences sociales, on distingue généralement trois approches différentes (dont les deux premières sont les plus classiques) pour appréhender les réseaux sociaux :

L’analyse des réseaux personnels, qui vise à étudier les entourages relationnels autour d’un acteur sur la base d’une approche par échantillonnage. L’entourage relationnel désigne les personnes avec qui sont entretenues les relations les plus suivies (collègues, famille…) Cette approche peut par exemple mettre en valeur l’existence d’inégalités relationnelles et les discriminations générées par ce type de relations personnelles.

L’analyse de « réseaux complets ». Cette démarche passe par la sélection d’acteurs sur un critère pour étudier les relations personnelles qui leur sont propres. Les problématiques types que permet d’aborder cette approche sont l’analyse des jeux de pouvoir et de l’action collective dans un groupe donné.

L’étude des chaines relationnelles. Cette approche permet notamment d’appréhender comment des réseaux et des relations sont mobilisés dans le cadre de processus sociaux et activés par des acteurs dans l’optique d’obtenir des ressources.

Le pré-requis à toute analyse de réseaux est la capacité de retracer empiriquement un réseau. Pour ce faire, les analystes de réseaux ont recours au travail d’archives, à l’observation et à l’utilisation de « générateurs de noms » (c’est-à-dire des questions qui sont conçus pour susciter l’énumération de relations par les acteurs) lors d’entretiens. Une fois les données relationnelles acquises, elles peuvent être analysées au travers d’un large arsenal de notions techniques définies dans le cadre de cette approche. Il est possible d’étudier si ces données relationnelles sont symétriques et si elles signalent une forme d’homophilie, voire d’homogamie. De même, la polyvalence (ou la « multiplexité ») et la forces des liens constituent des critères permettant de caractériser des relations personnelles.

En plus de la caractérisation des différents types de relations, la structure des réseaux, en elle-même, peut être appréhendée au travers de diverses notions techniques permettant par exemple d’apprécier sa densité, sa connectivité, sa centralité et son équivalence structurelle.

Les réseaux personnels et leurs évolutions

Michel Grossetti a ensuite tenu à mettre en avant plusieurs études sur les réseaux personnels afin de dresser un état des lieux de la recherche contemporaine. Il existe d’ailleurs un large corpus d’études sur les réseaux personnels qui ont été réalisées depuis les années 1950. Ces études ont en commun leur méthode, qui se fonde sur l’analyse d’une population donnée à travers l’utilisation d’un questionnaire avec « générateur de noms » et permettant ainsi la comparaison des réseaux personnels des acteurs étudiés. Les résultats de plusieurs de ces études sont extrêmement intéressants. C’est le cas par exemple d’une comparaison entre une enquête réalisée à San Francisco en 1977 et une enquête conduite à Toulouse en 2001 par Michel Grossetti. Cette comparaison a permis notamment d’appuyer l’hypothèse selon laquelle il y aurait moins de personnes isolées sur le plan relationnel en Europe par rapport à l’Amérique du Nord, notamment du fait d’une mobilité géographique moindre. Le travail d’enquête mené par Alain Degenne et Claire Bidart depuis maintenant deux décennies fut également abordé. Ces chercheurs suivent depuis plus de vingt ans une population de jeunes, qu’ils rencontrent périodiquement tous les trois ans afin d’étudier l’évolution de leurs réseaux personnels et leur processus de socialisation.

Au regard de l’ensemble de ces études, on s’aperçoit que plusieurs résultats sont récurrents et relativement stables, même si les contextes historiques conservent une influence certaine. D’une part, la taille des réseaux s’accroit en fonction du niveau social (et notamment avec le niveau d’études). De plus, les relations dans un réseau social sont souvent homophiles, dans le sens où des personnes aisées auront plus tendance à fréquenter des personnes de même statut social. Il est donc clair que les réseaux participent à l’accentuation d’inégalités déjà existantes, par le jeu des affinités sélectives.

De même, plusieurs études ont entrepris de comparer les milieux ruraux et urbains. Contrairement à ce qui est communément admis, le milieu urbain ne fait pas disparaître le lien social, en faisant plonger les citadins dans l’anonymat. Au contraire, le soutien social en milieu urbain est important. Cependant, les liens personnels sont plus homophiles et moins denses qu’en milieu rural, compte tenu du fort niveau de ségrégation qui peut exister en milieu urbain.

Plusieurs travaux permettent également de conclure que les relations entretenues par courriers électroniques sont plus homophiles. Ce constat a conduit certains auteurs à imaginer que l’internet avait un effet sur les réseaux personnels qui était similaire au passage du milieu rural à l’urbain pour nombre d’entre-nous.

L’un des grands intérêts de l’analyse des réseaux sociaux est d’avoir généré d’importants résultats cumulatifs, favorisés par une méthodologie rigoureuse et un vocabulaire stabilisé. Inévitablement, cette approche a également des limites, mises en exergue notamment par la littérature francophone qui lui reproche son réductionnisme relationnel, dans la mesure où cette approche prend faiblement en compte la classe sociale et le collectif, en ramenant tout à la notion de réseau.

Les réseaux sociaux en ligne

S’ajoute à ces développements l’émergence au cours des dernières années de nouveaux supports de communication particulièrement sophistiqués, que l’on désigne communément par le terme de « réseaux sociaux » ce qui introduit d’ailleurs un problème de terminologie pour les « analystes en réseaux sociaux ». Plusieurs ouvrages récents tentent d’analyser les conséquences du développement des réseaux sociaux numériques sur les réseaux sociaux. Des hypothèses ont été avancées, mais selon Michel Grossetti, elles demeurent encore trop peu étayées et il serait prématuré d’en tirer des conclusions définitives. Ainsi, certains auteurs se sont emparés de la question de la connectivité en tentant de démontrer que le monde se rétrécissait avec l’émergence des nouveaux supports de communication numériques. Pour autant, Michel Grossetti estime que ces études sont relativement difficiles à interpréter, et souligne que l’ordre de grandeur des « petits mondes », c’est-à dire du cercle des personnes proches, reste relativement stable avec l’émergence de ces nouvelles technologies.

© Claire Bidart, Alain Degenne et Michel Grossetti
© Claire Bidart, Alain Degenne et Michel Grossetti

De plus, des chercheurs avancent que ces nouveaux supports de communication participent à l’augmentation de la « dispersion » des réseaux personnels. Cette hypothèse n’est pas pour autant concluante, compte tenu du fait que les échanges numériques équipent tout autant les relations proches que lointaines. Enfin, des travaux s’interrogent sur le caractère plus ségrégatif et moins dense des réseaux sociaux numériques. Sur cette question, Michel Grossetti considère qu’ils sont probablement moins denses, mais que nous ne sommes pas en mesure de savoir s’ils sont plus ségrégatifs qu’auparavant.

En définitive, les hypothèses de Michel Grossetti sont que ces nouveaux supports de sociabilité ne bouleversent pas les relations personnelles, malgré des évolutions notables. Il y a probablement un renouvèlement plus rapide des liens les plus faibles et une diversification des expériences relationnelles. Il est également certain que les pratiques relationnelles évoluent de nos jours vers une réflexivité croissante et une nouvelle forme d’éthique de la communication. Enfin, il est possible que les nouveaux supports de communication renforcent des tendances plus générales marquant l’évolution des relations interpersonnelles, à savoir une légère régression des liens forts ou durables, et le renforcement des inégalités relationnelles et de l’homophilie.

Profitant du traditionnel jeu des questions-réponses qui clôturait cette conférence, Michel Grossetti a souhaité mettre en garde le public contre le danger consistant à appréhender les réseaux sociaux uniquement sous leur forme numérique. Il est important de rappeler que les supports numériques équipent les relations sociales, mais ne s’y substituent pas. Si une partie des relations sociales traditionnelles se retrouve dans ces dispositifs, ce n’est pas le cas de toutes les relations. Il y a par exemple un facteur générationnel important, dont atteste le recouvrement très partiel de ces technologies en fonction des classes d’âge. Enfin, si certains auteurs font de « l’analyse des réseaux » une théorie en soi, Michel Grossetti estime que cette démarche peut conduire à une forme de réductionnisme relationnel trompeur. Au contraire, il semble indispensable d’intégrer les réseaux dans une approche générale des phénomènes sociaux, à l’instar par exemple du séminaire « Mobilités, réseaux, migrations (MoRéMi) » dans lequel s’inscrivait cette conférence.

Clément PERARNAUD

est volontaire international à l’IRMC, chargé de la coordination scientifique et du montage de projets. Contact : clement.perarnaud@irmcmaghreb.org.

Pour citer ce billet : Clément Perarnaud, « Les réseaux personnels et leurs évolutions », Le Carnet de l’IRMC, 20 mai 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1843.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Transit, installations et transnationalisations en Tunisie : Interroger les mobilités et les migrations en temps de crise au prisme des réseaux sociaux

Population en marge, immigré, transmigrant

La mondialisation des échanges a généré plusieurs formes de mobilités (anciennes et nouvelles), de nouveaux couloirs migratoires et de nouvelles figures de migrants. Ces transformations globales amènent à visibiliser des acteurs déjà repérés, ou nouvellement identifiés, qui rencontrent dans leur migration des situations d’interaction qui redéfinissent les rapports à l’Autre et aux espaces traversés. Nos travaux de recherche portent sur les questions de migration de populations nouvellement arrivées en France ou déjà installées (Marocains en migration et Gitans Catalans, 2005) ou en circulation (accès aux soins de population en circulation, 2009) ou en transmigration (de l’immigré au transmigrant, 2012).

Dans un premier temps, nous avons cherché à saisir des parcours de formation de jeunes enfants gitans et maghrébins, ainsi que leur capacité à jongler entre les univers de normes scolaires et familiales. Nous nous sommes alors attachés à saisir les constructions sociales, les sociabilités et les formes de transmission que ces populations proposaient.

Dans les terrains plus récents, nous nous sommes attachés à saisir le croisement des migrants circulants avec les migrants installés ou dits « sédentaires ». Ces nouvelles formes migratoires où la circulation prime, que ce soit pour des activités économiques entre plusieurs nations (les transnationaux) ou que ce soit en faisant des allers-retours fréquents entre leur pays d’origine et leur pays d’installation (les internationaux), modifient à la fois les territoires (géographiques ou sociaux) et les pratiques vis-à-vis des institutions socialisatrices (École, famille).

Algerie-Tunisie-frontieres-maritimesCes différents terrains nous ont toujours amené à aborder les questions relatives aux migrations en prenant en compte à la fois la place saisie par les acteurs des groupes dits « ethniques » ou métissés et la place qui leur est accordée, que ce soit dans leurs espaces de vie quotidienne ou dans leurs réseaux internationaux. Nous considérons, comme l’ont déjà montré d’autres chercheurs tels que N. Glick Schiller et al. (2003 ; 2004), A. Tarrius (1992 ; 1993 ; 2001) ou encore A. Appadurai (2001), que les groupes sociaux ne sont pas définis uniquement par un territoire donné mais qu’ils créent par leurs mobilités, leurs mouvements, leurs réseaux locaux et/ou internationaux, des espaces déterritorialisés et transnationaux.

D’une recherche à l’autre, nous avons tenté de montrer que l’école ne peut prétendre assurer seule la transmission des compétences culturelles et sociales requises dans notre société pour l’accès à l’autonomie adulte et citoyenne (Missaoui, 2007). D’autres systèmes de prise en charge familiale ou d’apprentissage par la « débrouille » sont apparus comme nécessaires et pertinents dans la socialisation des individus qui étaient soit en « échec scolaire », soit en position de grande précarité sociale et économique.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Ces formes de transmission font-elles sens pour les populations installées, en migration ou en transit et/ou parfois en marge, comme dans les villes et les villages en Tunisie auxquels nous comptons désormais nous intéresser ? Quelle place occupent les formations diplômantes dans les parcours migratoires et/ou les mobilités professionnelles et sociales ?

Les révolutions arabes de 2011 ont entraîné une recrudescence des perturbations migratoires en Méditerranée, à la fois marquées par les harragas, les expulsions et la multiplication des camps de réfugiés, mais ont aussi permis des reconfigurations qui nous rappellent que les réseaux sur lesquels s’appuient nombre de ces mouvements ont une inscription sociale, spatiale et temporelle qui facilite leur résilience. Les acteurs en/du mouvement fabriquent et s’inscrivent dans des réseaux qui relient des mondes sociaux multiples, par delà les frontières de divers ordres (qu’elles soient géographiques, institutionnelles, politiques ou symboliques). Les perturbations et incertitudes nées de la crise économique et des « printemps arabes » permettent de mettre en évidence des initiatives de population souvent stigmatisées et/ou en marge, alors même que leurs pratiques, souvent peu considérées par les décideurs du centre, sont pour nous de véritables pratiques permettant des sorties de crise, à l’échelle locale.

Commerce transnational, frontières et transmissions

Le projet de recherche collectif et pluridisciplinaire « Mondialisations Discrètes en Méditerranée » (géographie, sociologie, anthropologie) a pour objectif de tenter de comprendre comment, en deux décennies, une « mondialisation par le bas » (Portes, 1999 ; Tarrius, 2002) circonscrite à quelques régions du monde (États-Unis-Caraïbes et Méditerranée occidentale) et animée par des entrepreneurs migrants pionniers s’est progressivement inscrite dans un cadre d’échanges globaux (Mathews G. et al., 2012). De multiples travaux ont déjà montré comment des Maghrébins, vendeurs de rue ou des propriétaires de boutiques, grossistes ou entrepreneurs migrants, sont impliqués dans des chaînes commerciales transnationales en pleine mutation qui dépassent le cadre méditerranéen, désormais bien connu (A. Tarrius, 1987 ; M. Péraldi, 2001), pour s’étendre aujourd’hui jusqu’en Chine (S. Belguidoum, O. Pliez, 2012). Cette mondialisation est qualifiée de « discrète » (O. Pliez, 2007) car elle se fonde sur des réseaux sociaux et territoriaux qui s’inscrivent à une échelle pleinement globale mais qui sont difficiles à appréhender.

Notre démarche s’inscrit dans une socio-anthropologie dynamique et complexe de l’altérité qui aura pour objectif de saisir le processus dynamique selon lequel des individus ou des collectifs de petite taille s’inscrivent dans des chaînes relationnelles. Afin de saisir les dynamiques à l’œuvre au sein des réseaux sociaux que tissent les acteurs et des réseaux territoriaux de places marchandes transnationales qu’ils fréquentent, nous souhaitons expérimenter sur nos terrains la méthode des narrations quantifiées (Grossetti, 2011). Il s’agit ainsi de valoriser et de systématiser le matériau empirique collecté lors des entretiens, par des schématisations des transmissions qui s’opèrent au sein de cette « mondialisation discrète », par des tracés généalogiques et des formalisations graphiques. Ces deux outils (tracés généalogiques et narrations quantifiées) nous semblent pertinents pour mettre à jour des éléments d’information que l’observation et/ou l’entretien seuls ne pourraient nous donner à voir.

Tunisie-Alger
Aïn Melloula et Babouche, près d’Aïn Drahem, sur la frontière tuniso-algérienne
© leaders.com.tn

Il s’agira durant mon affectation, de mener des enquêtes dans un contexte de transition politique qui provoque – et/ou permet de mettre en lumière – des recompositions sociales, spatiales, géopolitiques qui découlent de la montée en puissance des importations de produits chinois dans les places marchandes urbaines de la Tunisie et à ses frontières avec l’Algérie spécifiquement. Mon terrain d’étude se situe dans la partie frontalière Nord-Ouest de la Tunisie qui se considère souvent comme étant l’enfant oublié de la société tunisienne, comme un territoire délaissé et la population se vit dans un sentiment d’exclusion, ne bénéficiant jamais des richesses sociales et économiques qui se développent dans le centre. Allant de Aïn Draham, ville du Nord-Ouest de la Tunisie (gouvernorat de Jendouba) située à une vingtaine de kilomètres au sud de Tabarka, en passant par Ghardimaou, et jusqu’à Kalaat Senan (gouvernorat du Kef). Ces villes se situent dans des espaces transfrontaliers, des espaces de passage, d’installation de migrants (essentiellement des Algériens) et sont des lieux de circulation de produits licites et illicites.

Il n’est plus à démontrer qu’il existe de nouvelles modalités de mobilisations transnationales qui font le lien du local au global. Ces modalités renvoient à des trajectoires de réussites transnationales qui s’affichent. Il s’agira d’identifier l’émergence des formes de transmission qui sont opérées d’une génération à l’autre, au sein d’une catégorie de population en situation de précarité et résidant tout le long de la frontière tunisienne. Une à deux générations plus tôt, prédominaient les « porteurs de cabas », entre la Tunisie et la Libye (Boubakri, 2010), en France (Tarrius, 1987 ; Péraldi, 2001) ou en Turquie (Pérouse, 2007). Ces formes de transmissions nous éclairent sur les transformations des façons de migrer, de s’intégrer ou juste de « transiter » d’un État à un autre.

Sonia HASNIA MISSAOUI

est sociologue, Maître de conférences, chargée de recherche au CNRS (LISST-CERS UMR 5193) en délégation à l’IRMC, (contact : missaoui@univ-tlse2.fr).

Pour citer ce billet : Sonia Hasnia Missaoui, « Transit, installations et transnationalisations en Tunisie : Interroger les mobilités et les migrations en temps de crise au prisme des réseaux sociaux », Le Carnet de l’IRMC, 16 décembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1698.

 

Bibliographie

Bava S., Mazzella S., 2001, « Samir en voyage d’affaires. Un business entre plusieurs mondes », in M. Peraldi (dir.), Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve & Larose / MMSH, 269-275.

Belguidoum A., Pliez O., 2012, « Construire une route de la soie entre l’Algérie et la Chine », Routes, Diaspora, Histoire et sociétés, n° 20, 115-130.

Boubakri, H., M’barek, W., 2010, « Lieux, acteurs et réseaux de l’économie informelle à la frontière tuniso-libyenne », in Développement rural, Environnement et Enjeux territoriaux : regards croisés Oriental marocain et Sud-Est tunisien, Tunis, IRD & Cérès Edition.

Grossetti M., 2011, « Les narrations quantifiées. Une méthode mixte pour étudier des processus sociaux », Terrains et Travaux, n° 19, 161-182.

Mathews G. et al. (éd.), 2012, Globalization from Below, The World’s Other Economy, Routledge.

Missaoui H.-S., 2007, « Usage intermittent de l’école : des temporalités scolaires redéfinies par des enfants gitans et maghrébins nouveaux-arrivants », in « les temporalités des populations », Revue Espace, Populations, Sociétés, 385-396.

Péraldi M. (dir), 2001, Cabas et Containers, Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Aix-en-Provence, Maisonneuve & Larose et MMSH.

Pérouse J.-F., 2007, « Transits maghrébins à Istanbul : trajectoires, profils et stratégies », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 119-120, 115-138.

Pliez O., 2007, « Des jeans chinois dans les rues du Caire, ou les espaces discrets de la mondialisation », M@ppemonde, n° 88, vol. 4.

Portes A., 1999, « La mondialisation par le bas », in Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 129, Délits d’immigration, 15-25.

Simpfendorfer B., 2009, The New Silk Road: How a rising Arab world is turning away from the West and Rediscovering China, Palgrave Macmillan.

Tarrius A., 1987, « Naissance d’une colonie : un comptoir commercial à Marseille », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 11, 21-52.

Tarrius A., 2002, La mondialisation par le bas : Les nouveaux nomades de l’économie souterraine, Paris, Balland.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb

Enriqué Klaus
Photographie de Enrique Klaus

Beaucoup d’avis, plus ou moins bien informés, ont été émis sur le rôle joué par les médias dans les évènements qui ont secoué la région depuis 2011. Du soutien à géopolitique variable de la chaîne qatarie al-Jazeera aux actions « contre révolutionnaires » des chaînes publiques (égyptiennes, tunisiennes et syriennes), en passant par les louanges (souvent béates et absconses) dont ont fait l’objet les réseaux socio-numériques (Facebook, Twitter, YouTube), l’ensemble des médias semble avoir été partie prenante dans ce tournant historique, et continue de l’être[1].

Le programme de recherche « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb » repose sur deux hypothèses générales de travail. Premièrement, face à l’extrême volatilité politique que connaissent les institutions étatiques au Maghreb et au Moyen Orient, les médias constituent l’une des principales arènes du jeu politique et l’un des principaux lieux où se négocient les règles de ce dernier. Secondement, en lien quoiqu’en marge de la transition politique, une transition médiatique est à l’œuvre au Maghreb, et plus encore en Afrique du Nord. Cette transition n’épargne aucun pays de la région et elle se donne à voir, tant dans les pays connaissant une transition politique suite à un soulèvement populaire de grande ampleur (Tunisie, Libye, Égypte) que dans ceux ayant connu des manifestations suite auxquelles des réformes ont été entamées (Algérie, Maroc, Mauritanie).

La transition médiatique se nourrit d’au moins trois phénomènes concurrents, ou presque. Le premier a été initié bien avant 2011, alors que la concurrence des « nouveaux médias » a obligé les professionnels de l’information à faire évoluer leurs pratiques professionnelles pour proposer de nouveaux formats de production. Si ceci ne s’est pas accompagné d’un débat sur la fin programmée du journalisme, comme ce fut le cas aux États-Unis et en Europe[2], cet état de fait a amené les journalistes à faire évoluer leurs pratiques (newsrooms intégrées, multimédia, data-journalism), actant ainsi une transition technologique dans le domaine de la production médiatique.

enrique1
© www.dc4mf.org

Au-delà de cet aspect technique, la parenthèse enchantée de la transition, puis l’arrivée au pouvoir de coalitions intégrant des formations islamistes, ont amené à une redéfinition de la donne médiatique au Maghreb. En Tunisie, 228 titres de presse (dont presque la moitié hebdomadaires et 17 quotidiens) ont vu le jour en 2011, selon le rapport de l’Instance nationale de réforme de l’information et de la communication (INRIC)[3]. Cette catharsis devrait faire long feu, en raison de l’exiguïté du marché de la presse en Tunisie (et ailleurs au Maghreb), mais aussi en raison de la politique que mènera la Troïka (et les autorités marocaines, algériennes et libyennes) en matière de censure (morale et/ou politique) sur ce secteur. En outre, en Tunisie comme en Égypte, au Maroc et en Algérie, un véritable débat a émergé dans le sillage de 2011 autour de la réforme de l’audiovisuel public et de la création d’une institution médiatique d’État véritablement au service du public (cf. infra).

Par ailleurs, la vulgate de la « Révolution 2.0 »[4] a eu pour effet de réalité d’étendre la politique de communication institutionnelle des dirigeants à la sphère des réseaux socio numériques, dans un souci totalement inédit de communication et de transparence. C’est ainsi que, dans le sillage de ces évènements, plusieurs personnalités politiques de haut rang, ainsi que des partis politiques et des institutions d’État généralement peu prolixes (les ministères tunisien et égyptien de l’Intérieur, ou encore le Conseil des forces armées égyptiennes) ont créé (avec plus ou moins de maîtrise et d’audace) des comptes Twitter et des pages Facebook.

La transition politique au Maghreb et au Moyen-Orient se double d’une transition médiatique, pour partie inaugurée par les soulèvements de 2011, et pour autre, suscitée par l’innovation technologique et la concurrence d’acteurs nouveaux (professionnels et semi-professionnels des médias). Pour analyser les ferments et les accomplissements de cette nouvelle donne médiatique, le programme de l’IRMC « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb » ambitionne de topographier le champ élargi des médias, selon la double logique top-down/bottom-up, en anticipation des évènements institutionnels et politiques qu’annoncent la fin de la transition et l’édification d’un nouveau régime politique. Pour ce faire, le programme se structure autour des trois axes suivants :

Axe 1 : Souveraineté nationale et transformations du paysage médiatique

Ce premier Axe est conçu à la fois comme un prérequis nécessaire à la conduite des travaux des deux axes suivants, mais également comme un axe à part entière doté d’une problématique propre. Il constitue un pré requis dans la mesure où l’on considère que les utilisateurs de médias de facture plus récente n’évoluent pas dans un environnement médiatique vierge, fait des seuls réseaux socio-numériques, mais que leurs pratiques se nourrissent en grande partie de leur consommation de médias de facture classique (TV, radio, presse), dont ils relaient et commentent les productions.

Il s’agit d’un axe à part entière en ce sens qu’il ne se résume pas à une monographie du champ médiatique au Maghreb, mais qu’il interroge les nouvelles modalités pratiques de production de l’information au Maghreb. Deux sous-axes sont privilégiés dans cette optique. Le premier concerne les politiques publiques en matière d’information : quelles politiques en matière d’encadrement des médias sont-elles envisagées au Maghreb dans le sillage des soulèvements de 2011 ? Quels mécanismes de régulation sont mis en œuvre ? Quelle(s) identité(s) nationale(s) est(sont)-elle(s) promue(s) à travers la programmation et les cahiers des charges des médias publics ? Qu’entend-on à présent, sur les décombres de médias étatiques propagandistes, par « service public » ? Quel(s) public(s) se prête-t-on et quelle définition de la nation tunisienne est-elle retenue ? Quelles attentes lui sont attachées ? Quelles stratégies sont adoptées pour conserver une souveraineté nationale en matière d’information ?

Le second sous-axe consiste en une sociologie des journalistes privilégiant (sans toutefois s’y limiter totalement) les organes publics en matière d’information (agences, T.V., radios et presse) : de quelle(s) formation(s) ont-ils ou elles bénéficié ? Quelle(s) trajectoire(s) professionnelle(s) ? Quel est leur statut ? Leurs pratiques professionnelles différentielles de celles de leurs confrères et consœurs des médias privés ? Comment ces pratiques ont-elles évolué avec la concurrence des chaînes transnationales et des réseaux socio-numériques, et dans le contexte transitionnel que connaît la région ?

Axe 2 : Les nouvelles modalités de production de l’information sur les réseaux socio-numériques

Complémentaire du premier, l’Axe 2 s’intéresse à la production de l’information par des moyens non conventionnels, pour ainsi dire, principalement les réseaux socio-numériques (Facebook, Twitter, YouTube, etc.). Il s’agira ici d’éviter de se concentrer sur un cyberactivisme mollement défini qui laisserait accroire à l’existence d’un espace numérique arabe entièrement dévoué aux activités politiques. L’objectif est d’élargir la focale aux usages les plus quotidiens qui peuvent être faits de ces réseaux socio-numériques, c’est-à-dire les « cyberactivités » ordinaires et souvent ludiques des usagers[5]. C’est en analysant les liens entre, d’une part, les usages ludiques et récréatifs de Twitter et de Facebook et, d’autre part, ceux à caractère politique que l’on pourra approcher une « transformation plus essentielle du politique, tel qu’il se forge dans la société en conversation du Web arabe » (Gonzalez-Quijano, 2012)[6].

Trois sous-axes alimenteront nos travaux sur les nouvelles modalités de production de l’information en ligne à travers les réseaux socio-numériques. Le premier s’intéresse à un certain type de sources à partir desquelles est principalement produite l’information politique. On s’attachera ainsi à analyser la communication institutionnelle au Maghreb telle que celle-ci se pratique désormais sur les réseaux socio numériques. Comme mentionné en introduction, nombreux sont les hommes politiques – au pouvoir ou dans l’opposition – les partis politiques, ou les institutions étatiques, à s’exprimer directement ou indirectement sur les réseaux socio-numériques[7]. Quels types de communication sont privilégiés sur ces différents espaces en ligne ? En quoi diffèrent-ils de ceux utilisés sur les canaux classiques de l’information institutionnelle (communiqués, interviews, talk-shows, etc.) ? Quelles réactions suscite l’intrusion de l’establishment politique et des institutions étatiques sur ces plateformes dont ils étaient massivement absents jusqu’alors ? La communication institutionnelle sur les réseaux socio numériques inaugure-t-elle une nouvelle ère dans les relations entre gouvernants et gouvernés ?

TV_SCREENS_WHITE_BACKGROUND
© www.madwatch.net

Le deuxième sous-axe porte sur les producteurs d’information non institutionnels, semi-professionnels, collectifs ou individuels, actifs sur les réseaux socio-numériques (en tant qu’instrument connexe à un site ou un blog ou en tant que média en propre). On retrouve ici différents types d’acteurs qui ont gagné en visibilité dans la production de l’information sur ces espaces en ligne : les autoproclamées « agences de presse en ligne » qui ont fait leur apparition dès 2011, les weblogs collectifs (du type Nawaat en Tunisie ou Mamfakinch au Maroc), ou encore les comptes individuels de premier plan. S’agissant de ces derniers (généralement des blogueurs), on ne les considérera pas seulement comme des « leaders d’opinion » mais, au-delà d’une masse critique de followers, comme des médias à part entière dotés d’une audience propre. Quant aux « agences de presse en ligne », il s’agit de grandes structures disposant d’un réseau élargi de correspondants (par ex. @ActuTunisie ou @emouatin au Maroc), et dont certains, comme « Rasd » en Égypte lié au Frères musulmans, sont adossés à des structures politiques préexistantes, sans que cela ne soit forcément « assumé » en ligne. Toujours dans le même sous-axe, un type particulier de production retiendra notre attention. Nombreux sont les comptes Twitter, les pages Facebook et les chaînes YouTube à privilégier une satire apolitique, généralement sur le mode de l’autodérision nationale, pouvant ponctuellement déboucher sur une critique à caractère politique. L’un des exemples maghrébins les plus aboutis de ce type de phénomène est sans conteste la page « Bouzabal » (avec une audience de 931 946 « J’aime » au 22 octobre 2013), qui a fini par créer en 2012 son propre site Internet d’information mêlant le ludique et le politique, « BouzyPress ». Le but est d’analyser la dialectique menant « de la dérision à la subversion » que l’on a pu observer sur les réseaux en ligne en France (Dagneau, 2011) et ailleurs, et qui prend une tout autre dimension lorsqu’elle est projetée en contexte post-autoritaire (et non démocratique), comme celui de la Tunisie et des autres pays du Maghreb. Comment ces différents types d’acteurs produisent-ils de l’information ? Quelle fiabilité leur accorder ? Quels mécanismes de correction sont-ils prévus ? En quoi l’information s’en trouve-t-elle changée, dans sa nature même, notamment en raison du recours simultané à l’écrit, la photographie, la vidéo, mais aussi les enregistrements radiophoniques et les diagrammes analytiques ?

Enfin, le dernier sous-axe compte tirer pleinement profit de l’exceptionnel poste d’observation que constituent les réseaux socio-numériques afin de saisir les pratiques des consommateurs des médias. Jamais un moyen de communication ne nous aura donné un accès aussi direct à des occurrences naturelles (i.e. occasionnées sans la médiation de l’analyste) d’expériences réflexives de consommation des médias. Ainsi, à travers Twitter (et dans une bien moindre mesure Facebook), peut-on voir à l’œuvre un exercice très en vogue consistant à commenter en direct et à réagir à chaud à des productions médiatiques aussi diverses que des débats politiques télévisés ou radiophoniques, des journaux télévisés, des séries T.V., ou encore des rencontres footballistiques, sur le fil de hashtags formulés ad hoc. C’est en ce sens que l’on peut dire que les réseaux socio-numériques, et Twitter tout particulièrement, permettent de saisir à vif les réactions d’auditeurs, de téléspectateurs, ou de lecteurs, sans médiation aucune.

Axe 3 : Émergence et consolidation de médias alternatifs

Le dernier axe de ce programme s’intéresse à certaines formes d’expression artistique qui peuvent être employées en tant que médias. On pense ici aux (web)documentaires, à la bande dessinée[8] (en ce incluses les caricatures)[9], au street art (collages, graffiti, stickers)[10] qui peut être mis à contribution pour diverses campagnes de sensibilisation[11], au hip-hop et à la description qu’il offre d’un engagement politique ou d’un vécu marginalisé[12]. La plupart de ces modes d’expression a connu une évolution antérieure aux mouvements de contestation de 2011. Force est toutefois de constater qu’ils ont pris une nouvelle dimension depuis lors, en partie en raison de la catharsis qu’ont provoquée les évènements de 2011, et en partie en raison du recours aux réseaux socio-numériques pour diffuser ce type de productions.

Ce sont précisément là les deux directions que devront emprunter les travaux de cet axe. L’un s’intéressera à la production artistique en tant que telle : Quels référents culturels et idéologiques sont mobilisés dans ces diverses productions ? Quels acteurs les animent ? D’où viennent-ils ? Quelle est leur formation ? L’autre direction de recherche portera sur l’usage des réseaux socio numériques : comment ces productions, à la lisière de l’artistique et du politique, participent-elles de l’univers symbolique, visuel et culturel, des acteurs sur les réseaux socio-numériques ?[13] S’agit-il d’un choix par défaut ou d’une véritable stratégie visant à rester à l’écart des canaux de distribution « grand-public » ? Quels publics (locaux, nationaux, internationaux) visent-ils ?

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Enrique KLAUS

est politologue, chercheur postdoctoral contractuel du MAEE

Pour citer ce billet : Enrique Klaus, « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, 08 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1342

 


[1] À titre, d’exemple, en Égypte, la contestation s’est tôt déplacée de Tahrir à Maspero, devant les locaux de la T.V. publique. Récemment, le 7 octobre 2013, le transmetteur de la T.V. publique a été pris pour cible par des tirs de roquettes, dans le quartier de Maadi au Caire, dans une opération revendiquée par les Kata’ib al-Forqân . Quelques jours plus tard, le 13 octobre, ce fut au tour de la télévision publique syrienne d’être prise pour cible.

[2] Sur ce point, cf. Scherer Éric, 2011, A-t-on encore besoin des journalistes ? Paris, PUF.

[3] Rapport général de l’Instance nationale de la réforme des médias et de la communication, avril 2012, p. 52. [en ligne (en arabe) : http://www.inric.tn/INRIC%20Rapport%20final.pdf].

[4] Pour reprendre le titre du livre-témoignage de Wâ’il Ghunaym, 2012, Al-thawra 2.0. Idhâ alsha‘b yawman arâda al-haya (= La Révolution 2.0. Si le peuple veut un jour la vie), Le Caire, Dâr al- Shurûq.

[5] J’emprunte ici l’heureuse expression de « cyberactivités » à Myriam Achour Kallel, 2012, « Des écritures ordinaires sur Facebook : cyberactivités et cyberactivismes », in S. Najar (dir.) Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe, Paris-Tunis, IRMC-Karthala, 227-243.

[6] En lien avec ceci, une récente étude du PEW Research Center sur la population américaine montre que l’information sur les réseaux socio-numériques est « une expérience commune mais incidente », alors que 47 % des adultes utilisateurs de Facebook s’enquièrent de nouvelles sur cette plateforme, quand bien même 78 % de ces mêmes personnes y sont pour des raisons autres qu’informationnelles.

[7] Cf. sur ce point l’article de Chirine Ben Abdallah, 2012, « L’engagement politique des internautes tunisiens au lendemain de la révolution : les pages Facebook seront-elles une arme à double tranchant ? », in Najar S., op. cit.,125-140.

[8] Pour illustrer ce point, on contentera de citer Joe Sacco, l’un des pionniers du journalisme en bande dessinée, s’exprimant sur sa conception de l’enquête dans ce type de production : « Quand j’ai recours au témoignage d’un témoin oculaire, je pose des questions visuelles pertinentes : Combien de personnes y étaient ? Y avait-il des barbelés ? Les gens étaient-ils debout ou assis ? A minima, je veux orienter les lecteurs vers un moment particulier, mais mon but est de satisfaire le témoin oculaire de ce que ma description dessinée représente essentiellement son expérience ». Joe Sacco, 2011, Journalism, New-York, Metropolitan Books Henry Holt & Co., p.xii

[9] Avec des caricaturistes très actifs en ligne tels que Ali Dilem en Algérie, Khaled Gueddar au Maroc, Doaa el-‘Adl en Egypte, ou Z en Tunisie.

[10] Cf. la recension de l’anthropologue Vincent Battesti sur les autocollants de la Révolution égyptienne.

[11] On pense ici aux campagnes égyptiennes anti harcèlement sexuel, « les militaires sont des menteurs » (al-‘askar kâdhibûn), « attrape un suppôt de l’ancien régime » (imsik fulûl), ou encore leur usage en contexte électoral en Égypte comme en Tunisie.

[12] Cf. sur ce point les travaux de Nicolas Puig disponibles en ligne, avant 2011 ou ceux de Francesco Mazzucotelli après.

[13] On pense ici à l’adoption de certaines productions visuelles comme identifiant (« avatars ») sur les réseaux socio-numériques, marquant parfois un alignement politique. Un bon exemple est offert par le logo jaune de la main à quatre doigts adopté par les Frères musulmans égyptiens (lequel a fait des émules sur des comptes bien au-delà des frontières égyptiennes), ou encore par les caricatures de Willis from Tunis en Tunisie.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » Nouveaux supports, nouvelles pratiques

3Projet GDRI « Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » Nouveaux supports, nouvelles pratiques« , labellisé par le CNRS porté par l’IRMC (USR 3077) et le CERLIS (Université Paris 5), sous la responsabilité de Sihem Najar et Pierre-Noël Denieuil. Pays des participants : Tunisie, Algérie, Maroc, France, Espagne. Champs disciplinaires : sciences de l’information et de la communication, sociologie, psychologie, économie, marketing.

Compte-rendu de la réunion du 21-22 juin 2013.

L’objectif de cette réunion visait une première prise de contacts entre les membres de l’équipe constituée lors de l’appel à candidature, puis d’autres membres cooptés depuis,  et un état des lieux des potentialités et des actions projetées pour les années à venir.

– Ont été d’abord rappelés les objectifs généraux du GDRI, sur les points suivants : 1. Initier un réseau de recherche interdisciplinaire transméditerranéen qui croise des institutions et des approches différentes (constituer pendant 4 ans une sorte de laboratoire de recherche  sans murs). 2. Permettre au travers de ce réseau l’échange des connaissances et des expériences. 3. Développer une analyse comparative des usages sociaux des nouveaux médias dans la région méditerranéenne.

– Ont été présentés ensuite les trois ouvrages issus du programme de recherche dirigé par Sihem Najar à l’IRMC, qui est à l’origine du présent GDRI. Ils constituent une trilogie parue aux éditions Karthala/IRMC en 2012 et 2013 : 1. Les nouvelles sociabilités du Net en Méditerranée. 2. Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe. 3. Les réseaux sociaux sur Internet à l’heure des transitions démocratiques.

I. Thèmes prioritaires. Après un tour de table de présentation des équipes et des chercheurs, ont été discutées les thématiques prioritaires et les thèmes fédérateurs pour les prochaines rencontres. Ces thèmes devant se situer dans l’un des 4 axes définis lors du projet de candidature, à savoir :

            Axe 1. Les transformations des liens sociaux en Méditerranée à l’ère des TIC.

            Axe 2. Le processus communicationnel et l’interactivité concepteurs – usagers.

            Axe 3. Le cyberactivisme et les mouvements sociaux en ligne.

            Axe 4. La dimension linguistique dans les échanges établis grâce aux TIC

Les propositions des membres se résument en trois thématiques principales, sur lesquelles pourront s’articuler des sous-thématiques spécifiques. Ces thématiques énoncées ci-dessous ont été développées par le groupe et seront reprises dans l’argumentaire ci-joint pour les journées d’Oran.

1. Repenser l’espace temps du global au local. Incluant les questions de mondialisation des liens et des biens culturels, de liberté/surveillance, et de marchés globaux/espaces locaux.

2. La question des usages (appropriation, représentations…). Incluant les thématiques de la relation technologie/société, des pratiques discursives, des interactions concepteurs/usagers et de l’innovation.

3. Mobilisation des TIC et de l’action dans l’espace public  (politique). Incluant les thématiques des rapports industries culturelles/champ sociopolitique, des usages professionnels et du journalisme, des médias face au pouvoir politique.

Question transversale aux trois thématiques : On a tout d’abord évoqué la nécessité d’organiser des workshops thématiques dans le cadre du GDRI. Constituer des équipes de travail restreintes en binômes ou tripartites, liées aux problématiques et interrogeant les avancées des uns et des autres. Ces workshops alterneraient avec les séances plénières et permettraient de questionner la méthodologie et les modalités de l’approche comparative.

Questions abordées : Méthodes et objets  de recherche. Les bons outils d’observation et la construction d’un appareillage adapté. Quelles différentes méthodes en sciences sociales, appropriées pour aborder les objets numériques multiples, leurs concepts spécifiques et transversaux ?

Autre considération : Il ne faut pas que ce GDRI soit une simple juxtaposition de travaux, de terrains, de points de vue ou de méthodologies mais plutôt une véritable comparaison et un croisement des différents travaux menés. Il faut créer des zones de frontières pour que tout le monde puisse y participer.

II. Les activités du GDRI en programmation. On a évoqué la nécessité de rendre visibles et publics les travaux du GDRI par la création d’un outil de communication pouvant permettre aux membres d’échanger les informations, les documents et les points de vue relatifs à leurs travaux (Google drive, hypotheses.org, Facebook ou autres plateformes). Par ailleurs cet espace peut être ouvert aux publics externes souhaitant suivre nos activités. Abdel Benchenna se propose de prendre en charge la mise en place de cette plateforme avant la fin de septembre.

1. La prochaine activité du GDRI a été présentée par Chirine Ben Abdallah (doctorante). La journée d’études en question s’est tenue à l’IRMC le 28 juin 2013 sur : Transformations sociopolitiques et médias au Maghreb. Les nouveaux paysages télévisuels en Tunisie et les défis du passage à la démocratie. Elle sera suivie par une deuxième journée d’étude à Paris au troisième trimestre 2014. Une publication est envisagée.

2. La rencontre d’Oran. Par la suite ont été discutés les points concernant la prochaine rencontre d’Oran et le calendrier GDRI 2014-2016. Comité d’organisation : Pierre-Noël Denieuil, Aïda Fitouri, Mustapha Medjahdi, Vincent Meyer, Sihem Najar et Zeineb Touati. La date du 24-25 novembre 2013 a été retenue. Le thème de la rencontre intègrera les trois axes proposés ci-dessus et sera intitulé : Communication et recomposition des liens sociaux à l’heure des TIC. Chaque intervention sera commentée par un discutant qui insistera notamment sur la question méthodologique. On pourrait prévoir au milieu du séminaire une séance ou table ronde Workshop sur la méthodologie. 2 ou 3 intervenants extérieurs, susceptibles à terme de rejoindre le GDRI, pourraient être invités à communiquer.

Certains participants évoquent la difficulté d’y présenter un travail achevé et souhaitent que l’on donne plutôt un thème d’intervention permettant de présenter les enquêtes en cours. D’autre part, tous ne pouvant pas toujours assister aux RDV fixes, il faut trouver un moyen permettant le suivi des travaux par tous les membres. L’idée du workshop est à ce titre, intéressante.

 

III. Calendrier GDRI 2014-2015-1016. Fréquence des réunions (nommées rencontres, journées d’études ou colloques): tous les 6 mois.

Calendrier prévisionnel :

24/25 novembre. Oran/Algérie.

29-30 avril 2014. Rabat/Maroc.

Automne 2014. Malaga.

22-23 Avril 2015. Bejaïa.

Automne 2015. Toulon-Nice

Avril 2016. Sousse/Tunisie

Octobre 2016. Tunis ou Paris.

Répartition par groupes thématiques, des participants

Thème 1 : Repenser l’espace temps à l’ère des TIC

Dominique Carré, Professeur en sciences de l’information et de la communication, Labsic Paris 13.

Michel Durampart, Professeur des universités du Sud Toulon Var (UNS) en sciences de l’information et de la communication (SIC), I3M-Toulon

Francis Jauréguiberry, Professeur des Universités, Sociologie, Université de Pau

Vincent Meyer – Sociologue – Professeur des universités, Directeur-adjoint du Centre de recherche sur les médiations, Metz.

Marta Severo, chercheuse post-doc et chargée de communication pour le Groupement d’Intérêt Scientifique Collège International des Sciences du Territoire de Paris

Jean Max Noyer, chercheur I3M Toulon.

Hammad Sqalli, doctorant et chercheur au CESEM

Zeineb Touati ben Ali, Maître de Conférences à l’Université du Havre.

Thème 2 : La question des usages (appropriation, représentations…).

Miguel de Aguilera, Professeur en Communications. Chaire de communication et audiovisuel, Université de Malaga.

Hajer Bellalouna, Maître-assistante Sup’Com Tunis.

Chirine Ben Abdallah, Doctorante – IRMC.

Abdel Benchenna, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Labsic Paris 13.

Sarra Ben Jannet, Institut du cinéma, Université de Carthage.

Rached Ben Khalifa, Institut du cinéma, Université de Carthage.

Dominique Carré, Professeur en sciences de l’information et de la communication, Labsic Paris 13.

Sofiène Chérif, Professeur – Sup’Com Tunis.

Julien Denieuil, doctorant en sciences de l’information et de la communication au sein du LabSic, Université Paris 13.

Pierre-Noël Denieuil, Directeur de l’IRMC

Aïda Fitouri, Docteure en SIC, IRMC.

Francis Jauréguiberry, Professeur des Universités, Sociologie, Université de Pau

Driss Ksikes, Directeur du CESEM, Rabat.

Mustapha Medjahdi – Sociologue – chercheur au CRASC, Division de recherche: Socio-anthropologie de l’Histoire et de la mémoire.

Jean Max Noyer, chercheur I3M Toulon.

Kamel Rezgui, Maître de Conférences – Sup’Com Tunis.

Thème 3 : Les nouvelles formes de mobilisation de l’action et de l’espace public

Myriam Achour, Chercheure associée à l’IRMC

Fatma Aït Mous, CM2S

Dorra Ben Alaya, Directeure du département de psychologie, ISSHT Tunis.

Daim Allah Khaled Warda, Université de Béjaïa.

Hamida El-bour, IPSI Tunis.

Aïda Fitouri, Docteure en SIC, IRMC.

Rym Haloues Ghorbel, Doctorante en sociologie.

Koch Olivier, Labsic Paris 13

Abdelouahab Makhloufi, Université de Béjaïa

Imed Melliti, Maître de Conférences – ISSHT Tunis.

Aissa Merah – Maitre de conférences en Infocom, à la FSHS, Bejaïa

Racha Mezrioui, Maître-Assistante – IPSI.

Hayet Moussa, enseignante-chercheure – ISSHT.

Sihem Najar, Chercheure détachée à l’IRMC,

Robert Panico, Labsic Paris 13

Modération du workshop de Rabat :

Bertrand Cabedoche, Professeur en sciences de l’information et de la communication, Chaire UNESCO et Gresec, Université Grenoble-Alpes.

 

IV. Douze partenaires de part et d’autre de la Méditerranée

COMMED est un réseau de douze institutions universitaires et de recherche dont les membres impliqués dans le projet contribueront à l’approfondissement des cinq axes thématiques en apportant un cadre théorique, un dispositif conceptuel et des outils méthodologiques propres à leur champ disciplinaire.

– Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), Tunis
– Lexiques, dictionnaires, informatique (LDI), Paris
– Laboratoire Société, environnement, territoire (SET), Pau
– Laboratoire des sciences de l’information et de la communication (LabsSic), Villetaneuse
– Centre d’études européennes de Sciences Po (CEE), Paris
– Laboratoire de recherche Communication, signal et image (COSIM), Tunis
– Unité de recherche Traitement informatique du lexique (TIL), Sousse
– Unité de recherche Médias et société, Tunis
– Centre national de la recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC), Oran
– Équipe de recherche Les réseaux sociaux en Algérie, Béjaïa
– Centre d’études sociales, économiques et managériales (CESEM), Rabat
– Centre marocain des sciences sociales (CM2S), Casablanca

Le projet bénéficie du soutien de l’Institut français de Tunisie (IFT), du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de la direction de la Recherche du ministère français de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du Centre d’études et de recherches économiques et sociales (CERES).

 

Aïda FITOURI et Pierre-Noël DENIEUIL

Aïda Fitouri est chercheure en science de l’information et de la communication et chercheure associée à l’IRMC.

Pierre-Noël Denieuil est sociologue et l’ancien directeur de l’IRMC, de septembre 2008 à août 2013.

Pour citer ce billet : Aïda Fitouri et Pierre-Noël Denieuil, « Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » Nouveaux supports, nouvelles pratiques », Le Carnet de l’IRMC, 25 novembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1321

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mouvements sociaux en ligne, cyber activisme et nouvelles formes d’expression en Méditerranée

Deuxième rencontre du programme de recherche de l’IRMC – TUNIS – 24 et 25 juin 2011

La deuxième rencontre du programme de recherche de l’IRMC : « Communication virtuelle par l’Internet et transformations des liens sociaux et des identités en Méditerranée » sur le thème Mouvements sociaux en ligne, cyber activisme et nouvelles formes d’expression en Méditerranée, a été organisée à Sidi Bou Saïd (Tunis), les 24 et 25 juin 2011 avec le soutien du Ministère français des Affaires étrangères et de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF). Elle a réuni une vingtaine de chercheurs appartenant à des aires géographiques différentes (la France, la Belgique, l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, le Canada, l’Espagne et l’Italie) et à des champs disciplinaires divers (la sociologie, l’anthropologie, la psychologie, les sciences de l’information et de la communication, les sciences culturelles et les sciences politiques).

L’IRMC a placé la question des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) au centre de ses intérêts depuis 2000 avec la mise en place de programmes de recherche sur les économies numériques et l’institutionnalisation des NTIC dans la mondialisation. Il privilégie depuis une perspective plus sensible aux pratiques sociales et aux usages des médias de l’information et de la communication, en s’intéressant aux logiques et aux stratégies des différents acteurs sociaux. Cette réflexion s’inscrit dans une mise en réseau avec d’autres institutions universitaires et de recherche, au Maghreb, en Méditerranée et en Europe ainsi qu’au Canada, dans le cadre d’un projet CNRS de GDRI (Groupement de Recherche International) sur : « Communication, médias et identités en Méditerranée. Nouveaux supports, nouvelles pratiques ».

Les questions abordées sont parties de plusieurs constats qui caractérisent la mondialisation et s’appliquent particulièrement aux mouvements contestataires qui ont marqué la Tunisie et l’Égypte, puis le Maroc, la Lybie et l’Algérie. Le premier est que l’Internet, avec sa panoplie de réseaux sociaux, et notamment sa blogosphère, ouvre des espaces légitimes de participation, de revendications ou de protestations. Le second est que les cyber-citoyens parviennent ainsi, en relais des médias, à orienter à distance l’opinion publique et à agir sur la réalité sociale. Le troisième est qu’il en ressort de nouvelles formes d’engagement politique, produisant un nouvel espace public d’expression et de participation au quotidien. Plusieurs résultats ont pu être formulés :

1. Les révolutions et les mouvements contestataires qu’ont connus les pays du Maghreb et du monde arabe portent l’empreinte des NTIC et des réseaux sociaux (par le Net agora, le cyber agora) qui ont favorisé l’élargissement de la sphère publique à la « rue » qui s’est imposée comme un espace d’expérimentation et de reconfiguration du politique auparavant maîtrisé par les seuls régimes en place.

2. L’Internet est apparu comme un espace alternatif ayant favorisé la politisation des jeunes. En ce sens, la censure exercée par les régimes totalitaires a été présentée comme étant l’un des aspects essentiels qui ont largement contribué à la politisation des jeunes internautes (à l’intérieur et à l’extérieur des pays concernés) et au renforcement des mouvements protestataires, certes investis par les jeunes mais toutefois non exclusifs à leur classe d’âge.

3. L’usage des outils informatiques permet aux acteurs sociaux d’accéder à un nouvel espace de liberté d’expression et d’agir en tant que sujet et non plus assujetti. Ainsi l’accent a été mis, à partir de ces dispositifs d’information et de communication, sur le processus de construction de nouveaux univers publics favorisant l’émergence d‘un pouvoir citoyen (empowerment).

4. Tout en admettant que l’Internet (via Facebook ou Twitter) n’est pas le fondateur de la révolution tunisienne et des mouvements sociaux qui traversent le monde arabe, les participants ont toutefois reconnu son rôle de facilitateur et « d’instrument ». Son usage s’est avéré celui d’un nouvel outil pour la mobilisation sociale, correspondant à des formes encore inédites, de revendication, de participation des sociétés civiles, voire de militantisme.

5. Les mouvements sociaux en ligne ont constitué un point de jonction entre le local et le global. En effet, les NTIC permettent aux cyber activistes d’accéder à des réseaux transnationaux de militants et de placer les questions et les revendications locales dans un contexte global et international d’information, d’interpellation et de soutien à leurs mouvements.

Cette manifestation conforte l’IRMC dans ses objectifs de traiter des questions d’actualité qui interpellent les chercheurs en SHS, suite aux mutations politiques et sociales qui touchent la région méditerranéenne et le monde arabe. Outre la richesse des réflexions ci-dessus résumées, cette rencontre a permis d’initier une première mise en réseau de chercheurs méditerranéens appartenant à des disciplines diverses et à des générations différentes autour des questions relatives aux mouvements sociaux en ligne, aux révoltes numériques et au cyber activisme. Une publication des actes et des débats prévue pour 2012, viendra concrétiser cette initiative.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Sihem NAJAR

 

crédit d’illustration : © IRMC ; Khalid Albaih

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mouvements sociaux en ligne, cyberactivisme et nouvelles formes d’expressions en Méditerranée

Les divers réseaux sociaux à caractère a-topique et déterritorialisé qui structurent aujourd’hui le paysage virtuel génèrent de nouvelles configurations de sphères publiques où se manifeste un « agir communicationnel » (Habermas) dont les retombées sociales, économiques, culturelles et politiques ne sont plus à démontrer. Le cyberespace qui initie une dynamique globale et transnationale permet à des acteurs sociaux d’aller au-delà de l’espace habituel d’expression, d’interaction et de négociation, pour investir un nouvel espace-temps citoyen. Il est de plus en plus admis que la production, la circulation et l’échange des informations via les réseaux sociaux virtuels est une composante essentielle de la socialisation et de la mobilisation citoyenne.

En tirant profit du développement galopant des technologies de l’information et de la communication (TIC), les potentialités mobilisatrices s’engagent dans des actions qui touchent à des domaines d’intervention aussi divers que l’environnement, le développement local, le développement durable, les droits de l’Homme, l’égalité entre les sexes, la liberté d’expression, etc.

Qu’il s’agisse de réseaux télématiques qui naissent à travers les échanges électroniques entre militants, ou de communautés numériques qui prolongent celles qui sont actives sur le terrain, l’objectif étant de défendre des intérêts et d’exprimer des revendications. Le cyberactivisme tire sa légitimité du fait qu’il instaure et mobilise des réseaux télématiques en vue d’agir sur la réalité sociale et de défendre une cause commune. L’intérêt de cet engagement à distance réside, d’une part, dans le fait qu’il est enraciné dans la réalité sociale et, d’autre part dans sa capacité à constituer et à mobiliser des groupes de pressions transnationaux et décentralisés. L’engagement citoyen s’est depuis longtemps déroulé sur le terrain et avec le développement croissant des TIC s’est trouvé, d’une façon massive, doublé d’un cyberespace polyvalent et multi varié.

Ainsi, le cyberactivisme et les divers mouvements sociaux en ligne tendent à déboucher sur des mesures et des procédures propres à la vie réelle. De telles actions sont d’autant plus importantes qu’elles permettent d’élargir le champ de participation et de rendre la contribution de certains activistes et cybercitoyens possible et visible. En exemple, des diasporiens exclus du cercle du pouvoir et de la prise de décision peuvent s’exprimer à travers des réseaux sociaux virtuels et contribuer à l’orientation de l’opinion publique et à la mobilisation sociale et politique. En outrepassant les frontières matérielles, les acteurs en question se servent d’une base (plateforme) transnationale pour agir à distance sur la réalité sociale de leur pays. Par ailleurs, il est important de souligner que le cyberespace permet aux acteurs sociaux de jouir d’une grande marge de manœuvre et surtout d’échapper au contrôle auquel ils sont habituellement exposés.

Reste à montrer que les mouvements sociaux en ligne et le cyberactivisme développent de nouvelles formes d’expressions qui leur permettent de jouer pleinement, et de manière efficiente, leur rôle de mobilisation sociale et politique. Plus concrètement, l’engagement citoyen et l’action sociale sont essentiellement basés sur la production et l’échange des informations sous forme d’images, de sons et de texte. Les revendications sociales sont de plus en plus exprimées à travers des supports aussi divers que des caricatures, des séquences-vidéos produites par des citoyens profanes, des pétitions et des manifestations en ligne, des commentaires et des messages échangés sur la plateforme numérique (Facebook, blogs, mails, Twitter, forums de discussion, etc.), des chansons engagées ou révolutionnaires, etc. Il est certain que la nature et le contenu de ces différents supports varient en fonction des acteurs sociaux et des groupes concernés (des étudiants, des lycéens, des militants politiques, des syndicalistes, des militants dans le domaine des droits de l’homme, etc.).

En quoi l’Internet, avec la panoplie de réseaux sociaux qu’il offre, peut-il ouvrir des espaces légitimes de participation, de revendications et de protestations ? Dans quelle mesure les cybercitoyens parviennent-ils à orienter à distance l’opinion publique et à agir sur la réalité sociale ? Comment les cyberactivistes peuvent-il surmonter l’obstacle de la fracture numérique pour assurer une mobilisation sociale et politique à grande échelle et éviter toute forme d’exclusion sociale ? En vue d’amorcer des réponses à ces questions, trois axes thématiques seront privilégiés dans le cadre des journées d’études organisées par l’IRMC les 24 et 25 juin 2011 : les mouvements sociaux en ligne et les nouvelles formes d’expression contestataire ; les cybercitoyens, les groupes de pression et la production d’un nouvel espace public ; le cyberactivisme au service du développement local.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Sihem NAJAR

sociologue et chercheure détachée de l’université Tunisienne. Elle conduit à l’IRMC un programme intitulé : La communication virtuelle par Internet, la complexité des identités et les transformations des liens sociaux en Méditerranée.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Quelle portée des réseaux sociaux dans le processus révolutionnaire ?

La révolution tunisienne, cette révolution de la dignité, venue suite à un ras-le-bol du peuple et à sa décision de vaincre sa peur a été également le fruit d’un concours de circonstances, dans lequel Internet a joué un rôle prépondérant. Les postures scientifiques et journalistiques qui se sont exprimées sur le rôle à jouer d’Internet dans le « printemps arabe » se sont révélées contrastées voire dichotomiques. D’une part celles qui attribuent au réseau des réseaux un rôle central dans les révolutions et vont même jusqu’à dire qu’il s’agit de révolutions 2.0. Et d’autre part celles qui condamnent et considèrent les premiers comme des cyber-utopistes, comme le fait Evgeny Morozov, un exilé biélorusse aux Etats-Unis, dans son livre récent au titre évocateur : The Net Delusion (l’illusion du Net). Il apparaît que si les réseaux sociaux n’ont pas « fait » la révolution, ils ont toutefois contribué à la porter, dans un contexte historique et des structures sociales données, au travers des expressions physiques de désarroi et de contestation populaires. Ces réseaux sociaux sont devenus un « territoire libéré » pour les jeunes Tunisiens, un pays virtuel où se disait et se montrait tout ce qui pouvait déplaire au régime de Ben Ali.

Du « terrain » aux réseaux sociaux. Devant la censure, le déficit d’informations fiables et en l’absence d’une couverture réelle des événements par les télévisions nationales et internationales (mis à part quelques médias arabes dont Al jazeera), les Tunisiens, munis de leurs téléphones portables, ont tout filmé et posté sur Internet depuis l’immolation de Mohamed Bouazizi : des émeutes de solidarité avec ce jeune, en passant par les manifestations et répressions et jusqu’aux blessés et morts, premières victimes de Kasserine. Ces informations ont été relayées par les internautes, usagers de Facebook, Twitter et autres sites et réseaux. A partir des smart phones avec Internet 3G, d’une connexion à domicile ou depuis les publinets du quartier, la circulation des vidéos a contribué à rehausser le mécontentement et à mobiliser les masses. Leur reprise et diffusion en masse par les télévisions internationales notamment Al jazeera et Al Arabia leur a donné un véritable écho populaire.

La mobilisation des cyberactivistes. La divulgation par WikiLeaks de documents confidentiels de la diplomatie américaine sur la Tunisie, de même l’attaque des sites officiels du régime et le blocage de la machine étatique par le Groupe de Hackers Anonymous, afin de protéger cet espace de résistance de la cyberpolice, ont peut être renforcé le rôle d’Internet comme pierre angulaire du processus révolutionnaire. De

nombreux jeunes indépendants, actifs de la société civile et cyberactivistes, se sont mobilisés sur le net. Une dizaine d’événements et de pages facebook (appel à manifester, appel à grève régionale puis à grève générale le 14 janvier) ont été créées sur le réseau social. « Tout est passé par Facebook », témoigne une Tunisienne au site Nouvelobs.com, où le slogan « Partager nous sauvera » s’est érigé en règle. Quant à Twitter, il a servi pendant les « manifs » d’outil logistique pour les manifestants. Ils s’en sont servis pour envoyer des tweets indiquant les rues bloquées par les forces de l’ordre et proposant des itinéraires alternatifs pour encercler le ministère de l’intérieur le 14 janvier.

Un nouveau support de la communication. Au lendemain du 14 janvier, le rapport à sens unique télévision-Internet a cédé la place à un rapport de va-et-vient, d’interactivité et d’interconnexion entre les différents supports médiatiques. Internet servait auparavant de relais entre les médias : on y trouvait des extraits ou des émissions entières de télé, de radio, des articles de presse. Internet est devenu aujourd’hui la source privilégiée de l’information. Le gouvernement de transition formé par Mohamed Ghanouchi a créé les pages Facebook du premier ministère, du ministère de l’Intérieur, du ministère des Affaires Étrangères. Le même Mohamed Ghanouchi, a accordé une interview pour répondre aux questions des internautes, diffusée uniquement sur Viméo, Youtube et Facebook. Le ministère du Commerce et du Tourisme a lancé sur Facebook la campagne « I love Tunisia », un mois après la chute de Ben Ali, le 14 février jour de la saint-Valentin reconvertie en Saint-révolution ; ce site avait pour objectif de soutenir et de relancer le tourisme tunisien. Un logo militant sur lequel on pouvait lire « I love Tunisia » a remplacé les photos de profils des facebookers tunisiens tout comme le drapeau avec l’accolade des mains dans la mobilisation d’avant le 14 janvier. Ces réseaux ont mobilisé tout autant les masses que les communautés diasporiques qui ont pu contribuer par ce biais, à la diffusion de l’information et à la motivation de leurs compatriotes. Les images et vidéos diffusées sur Facebook ont permis également d’éclairer les rédactions occidentales sur la réalité des faits vécus. A ce propos, l’AFP a décrit Twitter et Facebook comme «des caisses de résonance de la révolte des Tunisiens», dans «un flux ininterrompu que le régime n’est pas parvenu à contenir».

Un outil politique. Les manifestants de la Kasbah ont investi la toile à leur tour, par la mise en ligne d’un streaming live assuré via le channel Tunilive sur ustream.tv afin de permettre la transmission en direct de leur sit-in contre le gouvernement de transition et de motiver les gens à venir, dans l’absence d’une couverture fiable par les médias classiques. Ces jeunes manifestants se proclamant protecteurs de la révolution tunisienne, ont créé leur page Facebook baptisée l’« Union des pages de la révolution » (Ittihad Safahat Ethawraa) à travers laquelle ils diffusent leurs communiqués et appels à manifester. Et pour consolider encore plus le rôle d’Internet dans la transition démocratique de la Tunisie, Mohamed Chaabane et Afef Amamou avec l’aide de deux étudiantes de l’Institut Supérieur d’Informatique et de Mathématiques de Monastir, ont eu l’idée de développer un logiciel permettant de voter par Internet. Les réseaux sociaux de la toile ont joué un rôle indéniable de relais de l’information dans la révolution tunisienne, dans la mesure où la parole du peuple est devenue davantage audible. Mais la révolution n’est pas terminée et les réseaux continuent à participer au processus de transition démocratique. Hier utilisé pour un seul but, celui de déboulonner Ben Ali de son siège, aujourd’hui les enjeux sont différents, les objectifs contradictoires et l’utilisation de l’Internet et notamment de Facebook peut se révéler une arme à double tranchant particulièrement dans la diffusion des Intox et des rumeurs qui peuvent semer ainsi la zizanie dans le pays. La maîtrise de cet outil se situe désormais moins dans ses performances et sa technicité, que dans les modalités citoyennes des usages que feront désormais les tunisiens de cette ingénierie sociale.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Chirine BEN ABDALLAH

Doctorante, sociologue, IRMC/CNRS

 

Crédit de l’illustration : © DR

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Facebook, un outil d’identité pour la révolution

Internet offre de plus en plus de services aux particuliers, aux entreprises, aux associations et aux acteurs sociaux de différents âges et catégories sociales. L’utilisation du réseau numérique y est devenue un moyen de participation sur le mode de l’éventuel et du virtuel. A ce propos, qu’est ce que Facebook ? Quelle a été la portée de ce réseau social sur la révolution tunisienne ?

Sur Facebook on crée un compte, une liste d’amis, un profil, on y multiple les données personnelles sur sa page de démarrage. Chaque utilisateur, à partir des informations rentrées dans son profil, y gère une véritable « identité numérique » qui intériorise son « identité individuelle » et favorise l’identification de soi dans la contribution à un champ social virtuel. Chaque site possède un espace de reconnaissance sur lequel chaque membre peut inviter un nouveau contact et ainsi accroître les réseaux des nouveaux adhérents du site visité.

Facebook constitue un espace de soulagement pour extérioriser nos idées, nos émotions, nos attitudes, nos envies, tout ce qui constitue nos identités duales et assemblées. Bref, une identité plutôt schizophrène entre la réalité sociale qui impose un contrôle de l’expression sur des sujets interdits tels les sujets politiques, et une réalité personnelle par laquelle l’utilisateur dévoile et construit sa nouvelle conception de soi dans la réflexivité sociale et sa validation par autrui. C’est dans cette même expérimentation de soi, que l’on observe la vie des autres, et que l’on se positionne par rapport à leur existence.

Facebook a joué un rôle important dans le contexte tunisien. Tout d’abord par les photos qui ont été prises de Bouazizi en train de se brûler devant la municipalité, images partagées sur Facebook par son cousin, et ayant un pouvoir d’influence. Cet incident, historique dans le cadre de la progression des révoltes de jeunes dans les différents gouvernorats, a renforcé l’exaspération et la colère envers l’Etat dictateur. Le courant de manifestation a commencé à prendre de l’ampleur grâce aux vidéos enregistrées par des téléphones mobiles et partagées sur les pages du réseau social. Facebook est ainsi devenu un vecteur de circulation d’une information qui échappait au contrôle des autorités, plateforme d’échange qui a libéré la parole et mobilisé les énergies.

Facebook a été aussi un moyen de coordination d’actions collectives telles les manifestations. Il a de même constitué un outil puissant pour contourner les barrières mises en place par le pouvoir afin d’empêcher les médias étrangers de couvrir les événements. Les vidéos filmées sur le terrain et diffusées sur Facebook ont été massivement exploitées par les télévisons étrangères (France 24 et Al jazeera) pour relater les faits sur le terrain et informer l’opinion publique internationale et nationale sur l’évolution de la situation.

Enfin, Facebook est devenu un exutoire des jeunes tunisiens dans l’intention de s’exprimer et de publier des vidéos, des photos voire des citations personnelles. Il s’est agi de dépasser un monde contrôlé et interdit pour s’ouvrir à un autre monde, virtuel, auquel il est possible de s’identifier plus librement afin de réaliser notre propre liberté, liberté d’expression et de pensée, en vue de construire une nouvelle Tunisie.

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6 

 

Sihem TALBI

Étudiante en Master, ISSHT, Tunis

 

Crédit de l’illustration : © rizkallah-d3ale98

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook