Archives par mot-clé : politique publique

La politique du genre en transition : une analyse des transformations du champ politique de genre en Tunisie au cours du processus de démocratisation (2011-2014)

Photographie de l'auteure.
Photographie de l’auteure.

Dans mon projet de recherche, j’analyse comment le champ politique du genre se transforme dans le contexte de la transition politique en Tunisie. La période analysée s’étend de la chute du régime Ben Ali en 2011 jusqu’à l’adoption de la nouvelle constitution et des lois organiques en 2014. Depuis la révolution, de nouveaux acteurs ont fait leur entrée sur la scène politique, le rapport de force s’est modifié, et les institutions et les règles du jeu se sont transformées. Mon projet de doctorat analyse ces changements afin de comprendre leur signification pour les dynamiques et les résultats de la politique du genre pendant la période de transition : quelles sont les nouvelles coalitions et les clivages en politique ? Quelles règles et quelles valeurs sont encore valables, lesquelles changent ? Les acteurs politiques adaptent-ils leur attitude politique avec la recomposition des constellations d’acteurs ?

Pendant la transition politique, les droits des femmes ont été un sujet primordial et un champ de lutte entre les forces libérales, islamistes et de gauche. En 2012 par exemple, des milliers de Tunisiens et de Tunisiennes se sont mobilisés contre un projet d’article de la constitution qui concernait les droits des femmes et qui qualifiait les femmes de « complémentaires » des hommes au sein de la famille. La manifestation à l’occasion de la journée nationale de la femme a été une des premières grandes manifestations contre le gouvernement transitoire. Quand le conflit entre la coalition gouvernementale et l’opposition dans l’Assemblée nationale constituante (ANC) s’est aggravé en 2013, la journée nationale de la femme a encore une fois donné lieu à de grandes manifestations, aussi bien pro, qu’antigouvernementales.

Manifestation contre les atteintes aux droits des femmes © AFP
Manifestation contre les atteintes aux droits des femmes © AFP

Ainsi, l’importance symbolique des droits des femmes a constitué à la fois une chance et des limites pour les revendications féministes. Les femmes font en effet traditionnellement figure de gardienne des traditions et de l’identité nationale. De plus les attitudes envers les droits des femmes servent d’indicateurs de modernité, de démocratie ou d’idéologie islamiste. En Tunisie, le projet moderniste de Bourguiba a inscrit l’idée d’un progressisme tunisien et de la promotion de la femme dans l’identité nationale (Hibou, 2009). Le nouveau Code du statut personnel de 1956 en est devenu la première pierre. L’éducation et la participation publique des femmes, et en particulier, leur intégration dans le marché du travail, ont été des piliers importants du projet moderniste. En dehors de la modernisation, la promotion des femmes visait à légitimer le régime et à garantir la loyauté des femmes. Alors que l’opposition de gauche critiquait la politique économique et l’autoritarisme de l’État, elle partageait largement les changements du statut des femmes. L’opposition conservatrice et islamiste en revanche accusait le gouvernement et les féministes de gauche d’occidentalisation et de trahison des valeurs tunisiennes. La légitimation est devenue encore plus importante sous Ben Ali, qui justifiait la persécution des islamistes, entre autres, en les présentant comme des ennemis des droits des femmes (Geisser, Gobe, 2007), même si ces derniers avaient entre temps signalé leur respect du Code du statut personnel (Brand, 1998, 234). Après la révolution, de nombreux observateurs et des citoyennes tunisiennes craignaient que l’instrumentalisation de la politique des droits des femmes par l’ancien régime et l’accession au pouvoir des islamistes aboutissent à une régression dans la politique du genre. La recherche sur les processus de transition politique en Europe de l’Est ou en Amérique latine pouvait également laisser présager un danger de régression en matière des droits des femmes. Dans les cas où les anciens régimes ont prétendu soutenir l’émancipation des femmes, des forces conservatrices ont gagné en influence après les révolutions, notamment en Pologne, où l’association de l’émancipation des femmes a débouché sur un rejet du féminisme après la révolution (Waylen, 1994 ; Baldez, 2003). Et même dans les cas où une opposition progressive a destitué un régime conservateur, les revendications féministes ont souvent été traitées comme des intérêts particuliers bien loin de l’intérêt général et des vrais buts de la révolution (Waylen, 2007).

La question du genre reste cependant un point central dans la quête d’une nouvelle identité nationale, d’une société idéale et de l’ordre de la reproduction sociétale. Une révolution implique une transformation des relations et une réorganisation des rôles entre les sexes, même si ce n’est pas explicitement discuté (Waylen 1994 ; Moghadam, 1995). Quelques conflits au cours de la transition politique tunisienne ont illustré des attentes de régression : par exemple le projet de l’article constitutionnel qui stipulait que les femmes étaient complémentaires des hommes au sein de la famille ; ou le refus du gouvernement transitionnel de communiquer la levée des réserves de la Tunisie sur la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) auprès des Nations Unies. Mais un véritable retour de bâton n’a pas eu lieu. La mention de la complémentarité des sexes a été retirée en raison de protestations et les droits acquis des femmes ont été sanctionnés dans la constitution et dans les lois organiques. Le principe de l’égalité des citoyennes et des citoyens (Art.21) est exprimé explicitement en langage épicène. L’article des droits des femmes (Art. 46) prescrit que l’État protège les droits acquis et « œuvre à les améliorer ». Il garantit l’égalité des chances dans tous les domaines et demande que « l’État œuvre à réaliser la parité entre la femme et l’homme dans les conseils élus » et qu’il lutte contre la violence à l’égard des femmes. Les discours féministes n’ont pas été rejetés dans l’absolu, mais la plupart des acteurs ont revendiqué l’égalité des genres. Des femmes urbaines, surtout des classes moyennes, qui jusque-là étaient les bénéficiaires principales de l’émancipation par le haut, s’engagent aujourd’hui dans l’activisme par le bas et s’approprient un propre discours féministe (Charrad, Zarrugh, 2014). Auprès des nouveaux groupes libéraux ou de gauche, se développent aussi des groupes d’activistes du droits des femmes d’orientation conservative ou islamique qui sont de plus en plus impliqués en politique.

Manifestation contre les atteintes aux droits des femmes © Amnesty International
Manifestation contre les atteintes aux droits des femmes © Amnesty International

J’analyse les processus de prise de décisions par les concepts du champ politique et de l’espace social de Pierre Bourdieu à partir de l’exemple de quatre décisions de politique publique : les deux décisions sur la composition des listes électorales en 2011 et 2014 qui ont toutes les deux abouti à la stipulation d’une composition paritaire et alternante, l’article constitutionnel 46 sur les droits des femmes, et la levée des réserves sur la CEDAW. À travers l’analyse de la politique du genre, on peut tirer des conclusions sur les dynamiques et les logiques politiques en général telles que la relation entre des acteurs de la société civile et la politique conventionnelle. En analysant comment ces décisions politiques sont élaborées, ma recherche aborde aussi des questions plus larges concernant les droits des femmes et la politique du genre en Tunisie. Cela étant, mes résultats ne peuvent pas être généralisés à la situation des femmes tunisiennes dans leur ensemble, ces dernières subissant l’impact d’une montée de la peur de la violence, d’un ralentissement économique, de l’expression d’opinions réactionnaires jusque-là proscrites de la sphère publique. Elles participent à la création de conditions inédites à travers un nouveau courage quant à la dénonciation de la violence policière, et les demandes d’autodétermination sexuelle et corporelle, parmi d’autres exemples.

Eva SCHMIDT

est doctorante en sciences politiques à la Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université libre de Berlin et doctorante associée à l’IRMC. Contact : eva.schmidt@fu-berlin.de

Article publié dans La Lettre de l’IRMC n°16.

Pour citer ce billet : Eva Schmidt, « La politique du genre en transition : une analyse des transformations du champ politique de genre en Tunisie au cours du processus de démocratisation (2011-2014) », Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1902.

Bibliographie

  • Baldez Lisa, 2003, “Women’s Movements and Democratic Transition in Chile, Brazil, East Germany, and Poland”. Comparative Politics, vol. 35, n° 3, 253-272, [En ligne].
  • Brand Laurie A., 1998, Women, the state, and political liberalization. Middle Eastern and North African experiences, New York, Columbia University Press.
  • Charrad Mounira M., Zarrugh Amina, 2014, “Equal or complementary? Women in the new Tunisian Constitution after the Arab Spring”. The Journal of North African Studies, vol. 19, n° 2, 230-243, [En ligne ].
  • Geisser Vincent, Gobe Éric, 2007, « La question de “l’authenticité tunisienne”. Valeur refuge d’un régime à bout de souffle ? », L’Année du Maghreb, n° III, 371-408.
  • Hibou Béatrice, 2009, « Le réformisme, grand récit politique de la Tunisie contemporaine », Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol. 56, n° 4 bis, 14-39.
  • Moghadam Valentine M., 1995, “Gender and Revolutionary Transformation: Iran 1979 and East Central Europe 1989”, Gender and Society, vol. 9, n° 3, 328-358, [En ligne].
  • Waylen Georgina, 1994, “Women and Democratization : Conceptualizing Gender Relations in Transition Politics”, World Politics, vol. 46, n° 3, 327-354, [En ligne].
  • Waylen Georgina, 2007, Engendering transitions. Women’s mobilization, institutions, and gender outcomes, Oxford-New York, Oxford University Press.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Quel est le rôle des organisations internationales dans le « renforcement » des institutions ?

Photographie de l'auteur.
Photographie de l’auteur.

Dans différents domaines (élections ; décentralisation, justice, etc.), les organisations internationales sont de plus en plus actives pour accompagner les États dans l’élaboration de politiques visant à établir des institutions stables et correspondant aux « standards internationaux ». Mais si les discours de ces organisations pour valoriser leurs actions sont souvent impressionnants (« bonne gouvernance » ; « renforcement de la démocratie » ; « soutien au processus de transition », etc.), ils en disent peu sur leurs pratiques concrètes.

Au-delà de ces discours, et alors que la notion d’institution en sciences sociales est difficile à saisir, indissociable de processus sociohistoriques longs et complexes, comment ces organisations transnationales travaillent-elle ? Qu’y-a-t-il concrètement derrière cette idée de « renforcement des institutions » ? Venant de l’économie du développement, où la question de la « qualité des institutions » est devenue centrale, en tant que condition préalable au développement économique, c’est ce point de départ que j’ai choisi pour construire ma recherche.

Par définition, une telle enquête ne doit donc pas rester au niveau théorique. Il est nécessaire d’aller étudier « sur le terrain », avec les méthodes des sciences sociales, le travail de ces organisations, d’observer des projets concrets, des pratiques quotidiennes. C’est à ce niveau qu’apparaît la pertinence d’une étude de cas précise en Tunisie, et plus largement une analyse du rôle des acteurs internationaux dans la région, dans le cadre des transformations politiques débutées en 2011. Mon enquête porte ainsi sur la construction des politiques internationales de renforcement des institutions, et sur leur mise en place dans la région depuis 2011, avec comme étude de cas principale la Tunisie.

Étudier la « communauté de pratique du développement parlementaire »

S’intéresser à la construction des politiques internationales nécessite tout d’abord de déterminer précisément un objet de recherche parmi les cloisonnements institutionnels et les divers champs de l’expertise internationale. Dans l’ensemble des activités qui forment le « marché des savoirs de réformes », identifié par Yves Dezalay et Bryant Garth[1], il est ainsi nécessaire d’isoler un type de réformes et d’experts, pour tenir un fil rouge. Celui de notre recherche est le « développement parlementaire ».

Assemblée des représentants du peuple (ARP). © D.R.
Assemblée des représentants du peuple (ARP). © D.R.

Le « développement parlementaire » est un champ qui a émergé au début des années 1990, dans la période post-guerre froide, et rassemble différentes activités visant le renforcement des parlements, qu’ils soient dans une période de transition démocratique, ou dans une « faiblesse institutionnelle » plus chronique. Analyser des politiques de renforcement des institutions nous amène ainsi à nous intéresser à un ensemble d’acteurs, d’experts et de savoirs.

Le « développement parlementaire » s’est ainsi structuré autour d’une « communauté de pratiques » rassemblant différentes organisations internationales, à la fois dans le système de l’ONU (le Programme des Nations Unies pour le Développement), mais aussi des ONGs (National Democratic Institute), ou des réseaux de parlementaires (Union Interparlementaire). Ma recherche s’intéressera ainsi, d’un point de vue « macro », à la sociohistoire de cette communauté de pratiques, en tâchant de comprendre comment ces institutions s’organisent, à travers une certaine division du travail, dans la production d’une expertise et plus largement d’un savoir prétendument « global » sur le fonctionnement des parlements.

De New York à Tunis : une enquête « globale » en sciences sociales

LOGO-ONUMais cette recherche m’amènera aussi à étudier très concrètement les pratiques des différents acteurs, sur l’ensemble de la « chaîne » permettant, à partir d’une politique pensée au niveau mondial, de mettre en place une politique de renforcement d’un parlement, et donc de travailler avec les députés et les administrations parlementaires, en l’occurrence en Tunisie. Mon travail se construit ainsi comme une « enquête globale en sciences sociales »[2], et m’amène à réaliser des périodes de terrain à la fois au sein des organisations internationales (en particulier du PNUD, dont le siège est aux États-Unis), ainsi qu’auprès des acteurs nationaux que sont par exemple les parlementaires.

Conseil de sécurité des Nations unies. © Le monde.fr
Conseil de sécurité des Nations unies. © Le monde.fr

Cette perspective plus « micro » me permettra de comprendre comment se mettent en place au quotidien des relations entre un parlement et l’institution internationale qui « l’accompagne », et de comprendre en quoi les trajectoires des différents acteurs peuvent permettre d’identifier la nature de l’expertise mise en circulation. Mes premières recherches montrent ainsi que la « communauté de pratiques du développement parlementaire » s’appuie en grande partie sur une certaine expérience pratique accumulée par des professionnels des parlements (élus ou issus de l’administration), et que les circuits de diffusion de cette expertise sont largement déterminés par des grilles linguistiques et juridiques, remettant ainsi en question sa nature « globale ».

Quentin DEFORGE

Est Doctorant contractuel à l’IRISSO – Université Paris Dauphine/CNRS et doctorant associé à l’IRMC. Contact : quentin.deforge@dauphine.fr

Article publié dans La Lettre de l’IRMC n°16.

Pour citer ce billet : Quentin Deforge, « Quel est le rôle des organisations internationales dans le « renforcement » des institutions ? », Le Carnet de l’IRMC, 18 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1893.

[1] Dezalay Yves, Bryant G. Garth, 2002, La Mondialisation des guerres de palais. Paris, Seuil.

[2] Siméant Johanna (dir.), 2015, Guide de L’enquête Globale En Sciences Sociales, Paris, CNRS.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Dans quelles conditions les reformes de la gouvernance locale renforcent la diffusion du conflit ? Les effets indirects des reformes néolibérales en Tunisie

Chiara LoschiLa Révolution tunisienne, qui a ouvert la vague des Printemps arabes, a obligé les chercheurs à reconsidérer les analyses qui identifient la Tunisie comme exemple dans la transition démocratique ; en même temps l’enclenchement de mouvements de contestations au niveau national a aussi mis en discussion la tendance de l’État à confirmer sa persistance par le biais de son réengagement dans les reformes institutionnelles et économiques. Sous la pression des bailleurs des fonds à partir des années 1980 le régime tunisien a inauguré un cycle de reformes liées à l’introduction des Plans d’Ajustement Structurel et de mise à niveau économique. Dans les années 1990 la nouvelle notion de « bonne gouvernance » élaborée par la Banque Mondiale et le FMI a fait son apparition. Pour les organismes de prêts internationaux, cette notion est devenue le moyen de préconiser les reformes institutionnelles nécessaires à la réussite de nouveaux programmes économiques. Dès lors, la « ville » est mise au cœur des stratégies internationales du développement et de soutien du processus démocratique : pour les acteurs internationaux, il s’agissait de limiter la présence étatique et de renforcer la participation politique dans les arènes locales. En d’autres termes, l’État devait assurer la présence de différentes formes d’oppositions en permettant, par exemple, à des acteurs privés de participer à la gestion des services municipaux, pour établir en théorie une pluralité des choix où le citoyen peut choisir le service le plus satisfaisant (aussi dites New Public Management reformes). En pratique le discours sur la décentralisation devenait une des stratégies de légitimation nationale où l’État maintenait son intervention et incorporait la prise en compte des spécificités de la « société civile » : dans le système ainsi créé, chaque mesure du développement local dit « déconcentré-centralisé », est encadrée dans des programmes d’ajustement et réadaptation aux exigences des territoires, élaborés par l’État même (Laroussi 2009).

Toutefois, la révolution a contribué à mettre en évidence les ambiguïtés de ce qu’on peut appeler la « gouvernance locale », soit conçue comme mutation de la gestion politico-administrative, soit comme terrain des enjeux sociaux et reformulations des relations entre acteurs au niveau local. En effet, les revendications de 2011 concernent aussi les territoires des municipalités, avec des grèves enclenchées entre employés du secteur public et ceux du secteur privé en matière de contrat de travail auprès, par exemple pour ce qui nous intéresse, du service de collecte des ordures ménagères. L’une des conséquences de ces réformes est la diffusion à l’échelle des municipalités des mouvements de grèves, ce qui peut aussi indiquer l’institutionnalisation du conflit social. En effet nos recherches initiales effectuées dans le gouvernorat de l’Ariana, nous ont montré qu’après 2011 les représentants des nouvelles délégations spéciales – les conseils municipaux temporaires – ont décidé de supporter les protestations des salariés du secteur public vis-à-vis du gouverneur et du gouvernement de transition, soulignant l’importance des effets indirects de certaines politiques urbaines dans la reformulation des équilibres des pouvoirs.

Dans cette perspective, notre recherche consiste à déchiffrer les conditions et les conséquences des reformulations du pouvoir au niveau local qui peuvent soutenir la diffusion et l’institutionnalisation du conflit social vis-à-vis des régimes autoritaires.

Avec une approche axée sur les territoires municipaux, le but de notre travail est d’analyser les conséquences des privatisations prérévolutionnaires sur la définition des rapports politiques et socio- économiques locaux actuels. L’hypothèse est que la fragmentation du pouvoir étatique, due aux privatisations, à la technicisation de l’intervention publique, et aux anciennes contestations sociales ont contribué à la pénétration du conflit social à l’échelle institutionnelle. En effet sont apparues deux formes de contestation, l’une au niveau de la conception des responsabilités des municipalités, l’autre au niveau des interprétations des habitants, qui s’attachent au thème de la « participation citoyenne » et de la « démocratie participative » comme stratégie de contestation.

Dans le cas de la Tunisie, malgré le fait qu’on ne puisse pas parler de gouvernement municipal, dans la mesure où les délégations spéciales seraient temporaires et non élues, il est néanmoins possible d’examiner les relations et les protestations qui ont eu lieu. En effet, ces délégations spéciales gèrent de facto le territoire depuis 2011, en établissant des dynamiques précises et particulières qui dépassent les formalités de la loi et du discours officiel.

Il est d’abord fondamental de situer l’analyse dans le cadre des deux logiques du découpage administratif tunisien, celle des gouvernorats et celle des communes. La première en montrant principalement la prédominance de la déconcentration, où le gouverneur est délégué de chaque ministère et représentant du gouvernement ; la deuxième en n’étant pas le résultat d’une vraie dévolution des pouvoirs au niveau institutionnel, lorsque que les municipalités sont chargées de la gestion des affaires administratives et quotidiennes (voiries, assainissements etc.) dont le budget est approuvé au niveau des gouvernorats. Il est évident, de ce point de vue, qu’il y a un profond décalage entre la décentralisation mise en place par l’État et celle conçue par les bailleurs de fonds internationaux. En outre, la non- éligibilité des délégations spéciales et leur mécanisme de nomination lié à l’approbation des gouverneurs apparaissent encore comme un renforcement de la logique administrative de la déconcentration.

L’objet de thèse est de ce fait lié aux politiques publiques urbaines. En analysant les applications des politiques en matière de privatisations des services municipaux dans les différentes réalités d’un même gouvernorat : l’Ariana. L’analyse se concentrera en particulier sur :

– la planification des politiques publiques au niveau national entre phases d’application du PAS et des reformes dites de bonne gouvernance, pour analyser les rôles de différents organismes de l’État engagés dans les processus.

– la définition des logiques d’intervention étatique entre logique de déconcentration et logique de décentralisation, dans le cadre des intégrations des reformes de la privatisation et le cadre institutionnel, avant et après la Révolution.

– les conséquences et les négociations parmi les liens sociaux et politiques dans le milieu urbain qui ont pu reformuler les voies institutionnelles de la diffusion des contestations vis-à-vis du régime.

Le terrain pourra de ce point de vue remarquer les conséquences des reformes et des négociations parmi les acteurs étatiques et sociaux, pour approfondir la reformulation des conflits et des contestations au niveau institutionnel et approfondir la compréhension du processus de transition ayant eu lieu après 2011.

Chiara LOSCHI

est doctorante en science politique et relations internationales à l’Université de Turin. Elle a rejoint l’IRMC pour une Bourse Moyenne Durée (BMD) en mars-avril 2014 et est toujours à l’Institut en accueil scientifique.

Pour citer ce billet : Chiara Loschi, « Dans quelles conditions les reformes de la gouvernance locale renforcent la diffusion du conflit ? Les effets indirects des reformes néolibérales en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 15 septembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1611

Bibliographie

Sylvia I. BERGH, 2012, « Introduction : researching the effects of neoliberal reforms on local governance in the southern Mediterranean », Mediterranean Politics, vol. 17, n° 3, 303-321.

Houda LAROUSSI, 2009, Micro-crédit et lien social en Tunisie. La solidarité instituée, Paris, IRMC-Karthala.

Michelle PACE, Francesco CAVATORTA, 2012, « The Arab Uprisings in theoretical perspective. An introduction », Mediterranean Politics, vol. 17, n° 2, 125-138.

Hammadi TIZAOUI, 2009, « La privatisation du service de la collecte des ordures ménagères en Tunisie : la « good governance » ou la mise a niveau des villes tunisiennes, étude de cas : la commune de Hammam el Chott », in J-M. Miossec (dir), Terrains et échelons de la gouvernance : expériences en France et au Maghreb, Paris, L’Harmattan, 231-265.

Lamia ZAKI(dir.), L’action urbaine au Maghreb. Enjeux professionnels et politiques, Paris, IRMC-Karthala

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les effets du développement durable sur les territoires. L’exemple de la région Sousse Nord au Sahel Tunisien : le cas de l’aéroport d’Enfidha

sousse1
Plan de situation du gouvernorat de Sousse

Le développement durable, pour reprendre une expression de François Mancebo (2006,84), « ne peut se déployer que dans des territoires et par des territoires ». L’introduction des problématiques de développement durable dans les politiques d’aménagement du territoire a accentué l’orientation sociale des territoires en révélant la territorialité qui en découle et qui « implique identité, appropriation et enracinement, c’est-à-dire des interactions complexes entre des hommes et une portion d’espace spécifique » (Bavoux, 2002, 73). Cette prise en compte de l’individu dans la relation à son territoire va engendrer des mutations territoriales et politiques importantes, bouleversant à la fois l’organisation des espaces institués ainsi que les institutions elles-mêmes. C’est pourquoi il est important de comprendre ce qu’est un territoire, de connaître son évolution administrative et historique, et d’analyser les effets que le développement durable va engendrer sur son organisation, de façon à saisir les enjeux qui règnent autour du devenir de ces nouveaux territoires, tant dans leur articulation et leur cohérence que dans leur aménagement. Dans le présent document on prendre comme exemple d’étude la réalisation de l’aéroport de la ville d’Enfidha, situé dans la région de Sousse Nord appartenant au Sahel tunisien, la décision de sa construction a pour origine le décalage entre une croissance interrompue de la fréquentation touristique et la faible capacité d’accueil des autres aéroports. Il s’est réalisé sur une superficie de 5700 ha au sein d’une zone naturelle (la sebkha). Le maître d’œuvre a-t-il intégré le projet de l’aéroport dans une perspective de développement régional intégré ? Existe-t-il une cohérence entre le projet et les caractéristiques actuelles du territoire ? S’implique t-il sous le paréo du développement durable ?

Pour une durabilité du développement territorial : la cohérence territoriale

Le fonctionnement systémique du développement durable lie les territoires entre eux et étend la transversalité à l’échelon global, mettant en évidence une nécessaire articulation entre l’échelle globale et l’échelle locale pour parvenir à une cohérence territoriale. La cohérence territoriale est une expression que l’on entend de plus en plus dans le discours des politiques, au sein des différents colloques ou séminaires scientifiques sur la thématique du développement durable, et qui est employée comme étant une évidence, sans jamais être réellement définie. Elle est caractérisée comme « ce qui consiste à rechercher des rapports, à créer des liens entre des projets, des politiques et des personnes quelles que soient leurs compétences et l’échelle territoriale à laquelle ils agissent. Elle vise l’harmonie et l’absence de contradiction. En matière de conduite de projet, elle évite des erreurs, permet des économies de temps et d’argent, des synergies et veille au respect des principes de développement durable » (ADEME, ARENE, ETD, DIRE, 2002). Cette définition, très floue et proche de la notion scientifique du terme, rapproche la cohérence territoriale de la notion d’articulation des territoires, dans le sens où elle sous-entend un lien logique entre différents espaces et la nécessité de les articuler avec harmonie (Lheritier, 2000 ; Zuindeau, 2000). L’articulation est définie comme « l’organisation, l’imbrication d’éléments distincts concourant au fonctionnement d’un ensemble » (ADEME, ARENE, ETD, DIRE, op. cit.) ce qui se traduit dans un projet de développement durable par « la reconnaissance des interconnexions entre les domaines recouverts par le champ du développement durable ». L’articulation passe nécessairement par « la mise en cohérence des domaines recouverts par le développement durable, des politiques, des projets mis en œuvre à des échelles géographiques et de temps différentes dans une approche globale », et qu’elle passe « par la mise en relation des acteurs agissant dans des domaines et à des échelles divers ». Bien que ces deux termes soient liés, la cohérence se positionne en amont de l’articulation qui est un moyen pour parvenir à une bonne cohérence territoriale.

Pour être réalisées, la transversalité et la coopération nécessitent l’implication des différents territoires à la construction d’un projet commun, et de fait, des acteurs qui les composent. Par définition, la cohérence territoriale implique un objectif de durabilité, à savoir la recherche de l’équilibre de l’articulation des territoires dans le temps et l’espace, articulation qui, rappelons-le, s’obtient par la réalisation d’une coopération territoriale, une co-construction de projets et une considération transversale des thématiques territoriales. Il convient alors de préciser que la durabilité ne pourra être atteinte que s’il y a évaluation des projets, des programmes, des politiques et des actions, car sans remise en questions ou en perspectives d’une politique, il ne peut y avoir d’évolution, ni d’amélioration. C’est pourquoi, il faut envisager la cohérence territoriale comme un indicateur potentiel de durabilité.

La territorialisation de la politique publique : les nouvelles formes de gouvernance

Le territoire est le lieu d’expression du développement des sociétés humaines, et réciproquement, d’où la nécessité pour les politiques publiques de développement durable de considérer le degré de territorialité d’un espace. Rappelons que la « territorialité implique identité, appropriation et enracinement, c’est-à-dire des interactions complexes entre des hommes et une portion d’espace spécifique » (Bavoux, 2002). Si l’attachement d’une population à son territoire et à ses habitudes de vie peut être un handicap dans l’exécution de certaines politiques publiques, il peut également être une force motrice de développement. L’harmonisation possible de l’interdépendance politique/population/territoire passe également par « l’humilité » décisionnelle ainsi que par la reconnaissance de l’utilité et du rôle de chacun. Cette approche ne peut conduire qu’à faciliter une bonne gouvernance, indispensable à l’articulation et la cohérence territoriale. Le concept de gouvernance est à la fois entré dans l’usage courant, resté très incompris, et porteur de connotations multiples, qui vont lui faire perdre de son sens. Il faut dans un premier temps distinguer la gouvernance, qui est considérée comme étant l’exercice des pouvoirs économiques, politiques et administratifs pour gérer les affaires des pays à tous niveaux, du gouvernement, qui se réfère aux institutions. Quand on examine la région de Sousse Nord, on réalise qu’on est en face de la région qui comprend le plus important ensemble de sebkhas littorales du pays, elle comporte également la plus grande étendue des plages ce qui a retenu toute l’attention et l’intérêt de promoteurs touristiques et immobiliers. Cette fenêtre littorale naturelle est directement en prolongement, au Nord comme au Sud, de deux des plus importants complexes touristiques du pays : Hammamet-Sud et Sousse.

autoroute
Sortie Enfidha sur l’autoroute A1
© skyscrapercity.com

La sensibilité de la zone d’étude résulte principalement de l’importance des projets dont elle est le siège, projets dont les impacts à terme sont méconnus et non évalués, même si on peut en entrevoir la nature. Cette zone est signalé par son rôle important comme couloir d’échange Nord-Sud, rôle qui est et sera encore renforcé par l’autoroute mise en service en 1994 et les aménagements de la route nationale RN2 à sa jonction d’Enfidha et sur le tronçon de cette ville à Kairouan et ce en plus de la réalisation de l’aéroport du centre Est de la Tunisie. La présence de quatre échangeurs ne peut manquer de susciter, à leur proximité, surtout celui d’Enfidha, des implantations industrielles et commerciales liées au transport routier et surtout aérien. L’importance des projets économiques de toutes natures (aéroportuaire, portuaire, touristique, industriel) qui sont en partie réalisés ou en voie de réalisation prochaine pose, en dehors des contraintes intrinsèques à chacun de ces projets (desserte, impact sur l’environnement, question foncières) un problème plus fondamental, qui est celui de l’impact socio-économique de chacun et de l’ensemble de ces projets.

La question que l’on est amenée à se poser est de savoir comment obtenir une cohérence territoriale pertinente, c’est-à-dire comment réaliser une bonne coopération des territoires, ainsi qu’une bonne intégration de la transversalité dans les approches. De plus, en quoi l’implication et les nouvelles approches du développement durable vont-elles permettre la réalisation des ces composantes de cohérence territoriale ?

Du territoire décisionnel au territoire de projet : existe-t-il une échelle pertinente pour l’application du développement durable ?

L’importante revendication d’une appartenance à un territoire ne facilite pas d’emblée la réalisation de projets communs et la construction de territoires partagés. Dans ce cas de figure, il est aisé de comprendre que la mise en œuvre du développement durable a tendance à se cantonner à un territoire administrativement délimité. De même le concept sera davantage saisi et appliqué par les politiques décisionnelles du dit territoire comme un outil de valorisation pour revendiquer une compétence territoriale, plutôt que comme un objectif de pertinence, de cohésion ou de durabilité. De ce fait, la cohérence et la coopération des territoires apparaissent peu dans l’application des politiques de développement durable (Laganier, Villalba, Zuindeau, 2001). La question qui en découle est de savoir s’il existe une échelle territoriale adéquate et adaptée à ce contexte, une échelle géographique qui faciliterait la coopération politique et partenariale tout en respectant l’appartenance territoriale de chacun des acteurs. Cela étant, les exemples de coopération territoriale sont-ils suffisants pour justifier de la pertinence d’une échelle d’application plutôt qu’une autre ?

En géographie, la notion de territoire est prioritairement définie à partir de l’espace vécu, ressenti et revendiqué par la population occupante (Vidal de la Blache, 1922, Brunet, 2003). Si cela ne signifie pas que le territoire juridico-économique (matériel et fonctionnel) soit remis en question, celui-ci n’aura de sens que s’il est revendiqué comme tel par sa population. C’est pourquoi l’organisation de nouveaux territoires ne sera pertinente que si sa population constituante se reconnaît majoritairement à travers les spécificités mises en avant par les pouvoirs organisationnels. Dans ce sens, on comprend que les larges thématiques transversales au concept du développement durable peuvent être des orientations intéressantes pour la constitution de territoires de projets partagés. Il faut alors imaginer que les limites de ces nouveaux territoires de projets de développement durable seront fonction des limites administratives imposées par le groupement d’institutions, mais également dépendant de la revendication et de l’identification de ce territoire par les acteurs et populations impliquées.

enfidha archimag
Vue aerienne de l’aéroport d’Enfidha
© Archi-mag

Prenons le cas de l’aéroport d’Enfidha qui est situé à 75 km de Tunis, entre les villes d’Enfidha et de Hergla, à une égale distance de 40 km de Sousse et de Hammamet et couvre une superficie totale de 5700 hectares avec une capacité en sa phase ultime de 20 millions de passagers. Le projet couvre une zone délimitée comme suit : au nord elle s’étend sur la Sebkhat Ajjriba au-delà de la route de la plage, qui mène d’Enfidha à la plage située au nord de la forêt d’El Madfoun ; de l’est vers l’ouest, la limite foncière du projet s’étend de la forêt d’El Madfoun à l’autoroute ; au sud, le projet empiète sur toute la partie Nord de Sebkhat Halk El Menjel ; le tracé de la limite foncière contourne le village de Laâribet et se prolonge jusqu’à la partie qui relie Hergla à l’autoroute.

Un tel projet dont la situation transforme plusieurs délégations en une seule zone cible directement ou indirectement de plusieurs impacts. Citons des Emplois additionnels estimés à 71 000 emplois (+425%), plus de 85 000 habitants additionnels en milieux urbain et rural, uniquement générés par les créations d’emplois, 12 300 hectares (23% de la superficie totale) sous forme de terrains affectés aux nouvelles grandes infrastructures agricoles, industrielles et de transports et environ 1300 hectares et des infrastructures en places (environ 1 100 hectares, soit 2% de la superficie totale) comme terrains minimums à réserver aux extensions urbaines. Il convient d’ajouter à ce bilan des superficies les réservations à faire pour les grandes infrastructures de liaison entre les pôles économiques et urbains de la région, vers l’extérieur de la région, sans compter les emprises à compléter pour les élargissements ou les déviations des infrastructures existantes.

En plus de ces impacts directs, citons principalement l’impact sur le trafic autoroutier. En effet, les trafics routiers sur l’axe nord-sud allant de Bouficha à Msaken se partagent pour environ 22 500 véhicules sur l’autoroute (A1) et pour environ 12 700 véhicules sur la route nationale RN1 (en 2007). Les impacts des projets localisés dans les délégations du Nord du gouvernorat de Sousse portent sur dix ans à venir une augmentation de la population d’environ 64 000 habitants dont 50% parviendront d’autres régions que le Sahel et de 32 000 emplois supplémentaires. Au phénomène purement démographique s’ajoute l’effet de la motorisation et de la propension à se déplacer en véhicule privé. Les effets sur la circulation routière des opérateurs économiques pourraient être les suivants pour  l’aéroport d’Enfidha : environ 10 millions de passagers concentrés sur huit mois de l’année pouvant générer  500 000 déplacements de véhicules divisés en deux sens : Nabeul et Hammamet vers le nord et Sousse-Monastir et Mahdia vers le sud. Le trafic supplémentaire dans les deux sens est estimé à 2000 véhicules. Ce bilan montre combien il sera difficile de préserver la totalité des aires agricoles et naturelles aujourd’hui recensées, même si un projet de très grande superficie comme celui du nouvel aéroport contribuera certainement à maintenir un vaste espace naturel dans ses limites (plus de 3 000 hectares non réellement aménagés).

L’ampleur des grands projets engagés dans le gouvernorat de Sousse notamment dans la région d’Enfidha représentent d’importants projets d’infrastructures et d’équipement structurants qui sont de nature à changer profondément le devenir de cette zone. Grace à ces infrastructures, Enfidha est appelée à jouer un rôle capital dans le renforcement de l’articulation entre Sousse et la région du Nord-Est abritant le plus grand aéroport du pays ainsi que par le biais des grand projets économiques  d’intérêt international tel que la station touristique de Hergla. L’ensemble de ces projets présente d’importantes opportunités pour la région de Sousse permettant de renforcer son poids économique mais risquent cependant d’avoir des effets sur le développement de l’urbanisation et la structuration de l’espace dans la région. En effet, ils peuvent générer un renchérissement des prix fonciers et favoriser de ce fait le développement de l’habitat anarchique en plus de leurs impacts sur la circulation et la congestion du trafic.

Prenant le cas de l’importante zone touristique de Hammamet Sud, la vitesse de l’installation d’une urbanisation sauvage qui s’est installée à proximité immédiate de la station était spectaculaire, d’abord lors des travaux d’aménagement et de construction, puis lors des mises en exploitation des hôtels. La planification urbaine dans cette région ne s’était réellement intéressée qu’au développement de résidences secondaires, souvent de haut niveau, et totalement inappropriées au logement des personnels employés et de leurs familles. Dans le cas de la région de Bouficha-Enfidha-Hergla, les créations d’emplois directs et indirects et, comme conséquence à court et moyen termes, le développement urbain se situe dans un contexte de faible peuplement et un éloignement notable des grands centres urbains du Nord (Nabeul Hammamet), du Sud (Sousse Monastir) et de l’Ouest (Kairouan). Les petites municipalités de la région (Bouficha, Enfidha, Hergla, Sidi bou Ali) ne maitrisent qu’une faible part des espaces qui vont être nécessaires pour l’implantation de ce qui va devenir une ou plusieurs véritables villes nouvelles ; de plus, elle ne sont pas actuellement équipées en moyens humains suffisants pour gérer de tels développements urbains, même si leurs territoires d’intervention étaient étendus en conséquence.

Conclusion

Le développement durable met en avant une multitude de caractéristiques à la fois éthiques, théoriques mais aussi territoriales, ce qui contribue à en faire un concept difficile à cerner, multidimensionnel et atemporel, qui contient tellement d’éléments fondamentaux qu’il devient le terme générique pour désigner une politique locale idéale, à la limite de l’idéologie. Le développement durable devient synonyme de territoire de décision, de territoire d’action et de territoire identitaire, encadrés par une « bonne » gouvernance qui saurait les articuler avec cohérence. Il doit avant tout prendre en considération la population comme facteur majeur de développement, mais aussi comme enjeu principal de préservation. C’est pourquoi celui-ci passe nécessairement par la reconnaissance et la conservation des territoires de vie et des peuples eux-mêmes. D’où le fait que pour certains auteurs (Debas, Ferone, Genin, 2003), la participation et la gouvernance soient les conditions de mise en œuvre du développement durable. Toutefois, et malgré le défi à relever, les politiques publiques en ont fait le nouvel enjeu de développement du XXIe siècle et tentent de l’appliquer sur les territoires locaux, à travers des leviers réglementaires, économiques et incitatifs, qui conduisent à l’expérimentation de nouveaux outils de planification et de gestion globale. Mais ces outils sont-ils appliqués aux principes du développement durable ? Peuvent-ils réellement permettre la mise en œuvre du développement durable ?

Amira HAMDAOUI

est ingénieur paysagiste diplômée de l’institut supérieur agronomique de Chott Mériam et doctorante en paysage, territoire et patrimoine (4ème année) au sein de l’unité de recherche « Agronomie, Paysage et Environnement ».

Hichem REJEB

est Professeur  à  l’Institut supérieur agronomique de Chott Mériam et le directeur de l’unité de recherche »Agronomie, Paysage et Environnement ».

 

Bibliographie

Ademe, Arene, Diren, ETD, Réseau Teddif, 2002, « La conduite d’un projet de développement durable, organiser les différentes échelles de temps et d’espace pour un développement durable des territoires », in Les cahiers du développement durable en Ile-de-France, Puteaux.

Allemand Sylvain, 2005, « Du gouvernement aux gouvernances », in Patrick (dir), Les enjeux du développement durable, Paris, L’Harmattan.

André Pierre, Delisle Claude E., Revéret Jean-Pierre, 2003, L’évaluation des impacts sur l’environnement, processus, acteurs et pratique pour un développement durable, deuxième édition, Paris, Presses Internationales Polytechnique.

Aubelle Vincent, 2008, « Les enjeux du nouveau mandat municipal ou Comment donner un sens au qualificatif intercommunal  ? » in Pouvoirs Locaux, 5 p.

Bavoux Jean Jaques, 2002, « Pays et polysémie géographique du territoire», in Ruget (dir), Pays et Territoires, pp 39 à 47.

Belhedi Amor, 1999, « Les nouveaux espaces touristiques », in communication L’espace touristique en Tunisie, FSHS, université de Tunis et Institut Supérieur des Etudes Touristique ISETUR, Université de Girona, pp 1-11.

Bourg Dominique, 2002, Quel avenir pour le développement durable ?, Les Pommes du Savoir, juin 2002.

Brunel Sylvie, 2005, Le développement Durable, PUF, « Que Sais-Je ? »

Brunet Roger, 2005, Le développement des territoires, formes, lois, aménagement, Paris, L’Aube Intervention.

Calame Pierre, 1994, Un territoire pour l’homme, Paris, Éditions de l’Aube.

Debas Dominique., Ferone Genevière., Genin Anne Sophie., 2003, Ce que le développement durable veut dire, Éditions d’organisation

Ducroux Anne Marie, 2002, Les nouveaux utopistes du développement durable, Autrement.

Eckert Denis, 1996, Évaluation et prospective des territoires, Paris, La Documentation Française, « Dynamiques du territoire ».

Elame Esoh, 2002, Géographie du Développement durable, plaidoyer, Paris, Anthropos.

Facchini François, 1993, « Paysage et économie: la mise en évidence d’une solution de marché », in Sandrine (dir), Economie Rurale, 218p.

Hass Sandrine., Vigneron Emmanuel., 2007, Evaluation et Territoires, Paris, La Documentation Française.

Laganier Richard., Villalba Bruno, Zuindeau Bertrand, 2002, « Le développement durable face au territoire : éléments pour une recherche pluridisciplinaire, in Olivier (dir), Développement durable et territoire, 20 p.

Lheritier Muriel, 2000, « Cohérence territoriale, disparités régionales et politiques régionales européennes », in Périodique économique, Centre de Documentation de l’Urbanisme, 50 p.

Mancebo François, 2006, Le développement durable, Paris, Armand Colin, « collection U ».

Meddeb Radhi (dir), 2010, Schéma directeur d’aménagement de la zone sensible de Bouficha-Enfidha-Hergla, Comete engineering.

Miossec Alain, 2008, Les littoraux entre nature & Aménagement, Paris, Armand Colin, « Campus ».

Veyret Yvette, Le Maitre Anne, 1996, « Réflexions sur le paysage : paysage et patrimoine historique – Quelques fonctions du paysage », in Jaqueline (dir), information géographique, Paris, Armand Colin, 60p.

Vidal De La Blache Paul, Martonne Emmanuel, 1922, Principe de géographie humaine, Paris, Armand Colin.

Pour citer ce billet : Amira Hamdaoui, Hichem Rejeb « Les effets du développement durable sur les territoires. L’exemple de la région Sousse Nord au Sahel Tunisien : le cas de l’aéroport d’Enfidha », Le Carnet de l’IRMC, 14 mars 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1436

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Dysfonctionnement et défaillance des instruments d’urbanisme en Algérie

Texte préalablement publié en deux parties (Partie 1, Partie 2) sur le site Maghreb émergent.

La théorie sociale a généralement tendance à exclure d’emblée la spatialité de son champ d’observation et en faisant une compilation non nécessaire. Ou alors, elle la traite comme le contenu simple et figé dans lequel se déroulent les processus sociaux. La théorie générale du développement géographique inégal qui m’intéresse devient impossible sur la base de l’un ou l’autre de ces présupposés. Au mieux, on peut énoncer une analyse des lois de l’accumulation en tant qu’elles produisent un développement inégal à l’intérieur d’une structure spatiale prédéterminée.

David Harvey

I. Le plan d’urbanisme directeur (PUD) un avatar de la charte d’Athènes

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
© D.R.

Face à une situation urbaine, architecturale et même territoriale que tout un chacun qualifie, à juste titre, d’anarchique (fawdhaoui comme la définit le terme populaire qui lui est consacré), une nouvelle réglementation qui est censée traduire une nouvelle politique d’urbanisation sera prochainement élaborée par le ministre de l’Habitat, Abdelmadjid Tebboune. Le temps est venu, selon lui, de « revoir de fond en comble » tous les aspects liés à l’urbanisation. Quel est donc l’enjeu des instruments de planification dans la production de l’espace urbain et dans quelle mesure pourraient-ils assurer une évolution en adéquation avec le rythme et le niveau de formation et de structuration de la ville, c’est-à-dire un contrôle de sa forme ? Pour qualifier la crise, disons que les instruments de planification et d’aménagement urbain en Algérie se caractérisent par leurs défaillances et leurs décalages avec la réalité. Ils se retrouvent souvent dépassés au moment de leur aboutissement. Ce phénomène finit par transformer ces plans d’instrument de gestion et de régulation urbaine, en outils de gestion de régularisation d’un état de fait. Mais, ce décalage n’est pas un simple dysfonctionnement lié à la mauvaise gouvernance ou aux lenteurs bureaucratiques. Il est le résultat de contradictions entre des choix de planification souvent abstraits qui s’avèrent  incapable de contenir la réalité.

Le PUD : instrument « alibi »

Le plan d’urbanisme directeur (PUD) est un instrument de planification urbaine introduit par la législation coloniale en 1958[1], dans le sillage du « plan de Constantine » de De Gaulle. C’est un héritage colonial qui va rester en vigueur jusqu’en 1990.  Mais ce n’est qu’à la fin des années 1970 que les villes algériennes seront dotées de PUD, dans un moment où des opérations de logements sous forme de ZHUN (Zone d’habitat urbaine nouvelle), de lotissements et d’équipements étaient déjà en construction. Entre temps, l’Algérie des deux premières décennies d’indépendance a vécu dans ce qui est connu comme « bien vacant ». Les besoins en production d’espace habitable ne se font sentir qu’au milieu des années 1970. Les premiers plans établis ne font, dans cette situation, qu’un état des lieux de la ville en pleine transformation. Ils n’ont fait, en fait, qu’entériner des actions déjà engagées. Les objectifs sont réduits aux seuls aspects techniques (viabilisation, assainissement) et à la recherche d’une affectation des espaces des différents quartiers en formation.

Algérie3
© D.R.

En réalité, le véritable instrument de planification n’était pas le PUD. Celui-ci n’était qu’un simple instrument alibi. Ce sont le plan communal de développement (PCD) et le lotissement qui constituent concrètement les outils d’intervention dans la production de l’espace et du cadre bâti de la ville.  Le PCD est un programme financier destiné à satisfaire les besoins d’urgence des habitants, notamment en termes d’équipements. Il est l’échelon qui permet « de regrouper dans un cadre cohérent toutes les interventions de portée locale proposées par la commune, réalisées et gérées par elle et financées par les ressources centrales »[2]. Mais la mise en place des mécanismes financiers nécessite un autre instrument relatif à la maîtrise du sol. Le texte fondamental qui allait ouvrir un processus de croissance planifiée de la ville algérienne est l’ordonnance n°74.26 du 20.02.74 portant constitution des réserves foncières au profit des communes, suivi de plusieurs décrets d’application et de circulaires présidentielles ou ministérielles[3]. Ces textes de loi sont particulièrement importants dans la mesure où ils vont conditionner en grande partie le processus et les formes d’urbanisation actuelles. En effet, le lotissement, destiné à l’habitat individuel, est le prolongement direct de cette politique de réserves foncières. Il va constituer l’essentiel de l’extension de la ville à coté de l’habitat collectif dans leur forme ZHUN.  La constitution des réserves foncières est une obligation. Elle concerne toutes les communes d’Algérie qui doivent établir un programme annuel d’acquisition de terrains. Ce programme doit être approuvé par le Wali conformément aux directives du PUD. en ce qui concerne leur affectation. C’est dans ce cadre où le PUD n’a d’intérêt  pour les communes que celui de définir les surfaces urbanisables. C’est dans ce sens qu’il est un instrument «alibi ».

C’est dans ces conditions que les premières importantes opérations de lotissement sont engagées d’une manière inégale vers la fin des années 1970. Les plans d’urbanisme, en revanche, ne sont engagés qu’ultérieurement, au début des années 1980. Ils définissent, outre le périmètre urbanisable, les sols affectés à l’habitat individuel et à l’habitat collectif et aux équipements financés par les PCD cités plus haut. Ni la forme, ni la dimension des parcelles ou des îlots encore moins celle des contours et de la totalité de la ville n’est prise en charge. Aucune référence n’est faite à la forme de la ville ni au bâti. Celle-ci est laissée, comme il est admis par la pratique dominante des architectes, à la conception et à l’expérimentation de ces derniers. Ce qui est source de fragmentation urbaine. Dans les lotissements, appropriation individuelle oblige, apparaît la parcelle comme unité d’intervention de base avec quelques références au bâti. Sur le plan méthodologique, le plan s’appuie essentiellement sur la « grille d’équipement » au niveau de la programmation des équipements[4]. Il reprend comme référence de planification le « zoning » fonctionnel. Démarche qui est, à notre sens, une des causes qui est à l’origine de la crise que vit la ville dite « Moderne ».

Aporie de la programmation selon  la « grille théorique des équipements ».

La « grille théorique d’équipements » est un document de programmation des équipements. il a été élaboré par la CADAT/BEREG en 1975. Elle consiste dans la répartition et la programmation des équipements publics selon des unités dites de voisinage ne dépassant pas les 3500 habitants. C’est-à-dire environ 1000 logements. Les bâtiments abritant des fonctions spécialisées, (santé, scolaires…) sont définis par leurs surfaces. Celles-ci sont calculées selon le nombre d’usager d’une manière strictement théorique, en partant des surfaces calculées selon les besoins du mobilier industriel ! Cette démarche est inspirée de la même pratique en vigueur en Europe, notamment en France.[5] La France sous De Gaulle est une France capitaliste industrialisée, qui a engagé la « reconstruction » de son économie après la Deuxième Guerre avec le poids exclusif de l’État et une conception centralisée de l’énergie et des matériaux. La France, et avec elle l’Allemagne, est traversée par l’idéologie techniciste, théorisée par l’école allemande du Bauhaus et soutenue par les hypothèses de Le Corbusier, provoque l’appel à une concentration de l’industrie du bâtiment dans les grandes entreprises. Cette politique est soutenue par un manuel de construction élaboré par l’allemand Ernest Neufert[6]. Le « Neufert » résume d’une manière exhaustive les normes surfaciques de toute construction selon les besoins de l’industrie. Il est devenu l’incontournable ouvrage pour toute conception pour les étudiants algériens.

A l’inverse, le capitalisme italien est « sous développé », en le comparant à l’économie allemande et française de l’après guerre. L’Italie fait, dans ces conditions, le choix de la décentralisation, du local. Elle se base sur la diminution du chômage en développant une culture populaire. La récupération de catégories frappées par le chômage, donc avec une faible formation professionnelle, provoque une réaction anti-technologique, aux conséquences essentielles sur la production de l’espace. Avec cette « génération qui identifie les horreurs de la guerre avec le mythe du développement technique », note Tafuri[7], il ne lui restera comme possibilité que de rassembler les cultures locales et artisanales du bâtiment, avec comme objectif clairement assumé de « définir un langage directement accessible aux classes populaires »[8]. Ce retour à des technologies et des motifs traditionnels et populaires va s’accomplir à l’aide d’un manuel. Le Mannuale dell’Archittetto, élaboré en 1946 par Mario Ridolphi, se pose en rival du « Neufert » franco-allemand. Cette orientation est soutenue par une tradition théorique et philosophique qui dépasse les clivages idéologiques, où on retrouve l’influence de Benedetto Croce pour les libéraux et Antonio Gramsci pour le courant marxiste. L’hypothèse chez ce dernier veut relier l’idée de Gramsci d’une « culture populaire » avec le patrimoine des formes des bourgs et des villages, pour définir un milieu urbain compréhensible par les classes populaires. Dans ce cadre émerge, sur le plan heuristique, l’institut universitaire de Venise au lendemain de la guerre. Dirigé par l’architecte Samona, il regroupe les « laissés pour compte » des différents courants idéologiques, les « exclus de nominations universitaires »,  note J. Castex. Parmi eux, Scarpa, B. Zevi, G. De Carlo. Muratori, plus tard, C. Aymonino, A, Rossi, M. Tafuri, L. Benevolo et G.F.Caniggia. Les débats très polémiques et les controverses font de l’institut une école qui fait vite tache d’huile en Italie puis en Europe  et dans le monde. Leur thèse est anti Moderne. Elle refuse la Charte d’Athènes. Elle est contre l’influence de l’école allemande du Bauhaus sur l’enseignement et la production de l’espace. Elle renoue avec l’histoire de la ville et tente la récupération des tissus et de leur logique de structuration. La France post Mai 68 prend le relai avec, entre autres, l’école de Versailles de Panerai, Castex, J. charles Depaule sous l’influence du sociologue H. Lefevbre.

L’Algérie indépendante a suivi le chemin tracé par la France de Le Corbusier et de la charte d’Athènes. Ce choix est dicté par deux critères : l’option de développement économique centré sur l’industrie industrialisant du capitalisme d’état algérien version Boumeddiene ; le poids de l’héritage culturel et intellectuel colonial, présent par la matrice idéologique du « plan de Constantine » de 1958, basée sur les thèses de Le Corbusier et de la Chartes d’Athènes. Dans un espace devenu « bien vacant », face à une société qui culturellement et socialement renaît de ses cendres, le choix est vite fait pour une construction rapide du pays avec le souci légitime de combler le déficit en logement dans son option technologique et industrielle selon les catégories du Mouvement Moderne. La rupture engagée par l’architecture dite « urbaine », pensée en vogue en Europe des années 1980, portée par les coopérants techniques français et italiens, a traversé timidement et inégalement les instituts d’architecture algériens. Les bureaux d’étude et maitres d’ouvrage sont restés imperméables au nouveau discours. Un colloque sur les tissus urbains s’est tenu à Oran en 1987[9] ; seuls les initiés sont au courant. L’enjeu est ailleurs.

II. PDAU, étalement et fragmentation de l’espace urbain                

Après une première partie où nous avons vu les limites et contradiction du PUD, nous allons voire dans cette 2° partie l’incapacité du PDAU et POS à contenir l’étalement de la ville algérienne. 

Le PDAU : du zoning fonctionnel au zoning formel

PDAU Tizi-ouzou
Exemple du PDAU de Tizi-Ouzou
© ADS Progress

C’est en 1990[10] qu’un nouvel outil d’urbanisme dénommé plan directeur d’aménagement et d’urbanisme (PDAU) est introduit dans la législation urbaine algérienne et remplace ainsi le PUD. L’objectif de cet outil est l’introduction d’une nouvelle politique dans l’utilisation de l’espace. Il vient sur le plan juridique conforter les dispositions foncières de la loi 90-25 relative au foncier qui a introduit la privatisation des sols et la libéralisation des transactions foncières et partant de nouveaux acteurs en matière d’urbanisation. Du point de vue de son intitulé, le PDAU consacre la dimension aménagement au lieu de planification. Il se veut une confrontation avec le sol et son occupation et il est opposable au tiers. Dans son contenu, tel que défini par le décret exécutif fixant les procédures d’élaboration et d’approbation du PDAU, il est censé déterminer « l’affectation dominante des sols et s’il y a lieu la nature des activités qui peuvent être interdites ou soumises à des conditions particulières » et « la densité générale exprimée par le coefficient d’occupation du sol »[11]. Il introduit l’obligation d’élaboration des plans d’occupation du sol (POS). C’est dire qu’au niveau des intentions et de l’esprit de la loi, le PDAU veut consacrer une rupture avec l’urbanisme en vigueur considéré comme bureaucratique dans sa procédure d’élaboration, et abstrait dans le traitement de l’espace. Mais, au-delà de la loi qui régule plus qu’elle n’ordonne l’édification, c’est dans son élaboration concrète qu’il faut mesurer son impact sur la ville et sa capacité à entraîner un processus de mise en forme de l’espace.

Analysé sous cet angle, les PDAU élaborés à l’instar des communes de l’algérois ne diffèrent en rien des PUD du point de vue de leur approche méthodologique[12]. Les études partent d’une analyse sociodémographique de la commune dont l’objectif est « la quantification des données de population »[13],  en vue de « définir une planification et une programmation pour la population existante ».[14] De l’analyse, deux points sont retenus : 1- les caractéristiques et l’évolution de la population ; 2-bilan et perspective de l’emploi.[15] C’est à partir des projections de population de la commune à court, à moyen et à long terme que des «besoins théoriques » en logements et en équipements sont calculés. Se référant toujours à la grille théorique d’équipements, la structuration urbaine proposée s’organise en unités urbaines hiérarchisées suivant une «unité de base » de 1250 habitants, une « unité de voisinage » de 5000 habitants puis un quartier de 15000 habitants[16]. On voit ici se répéter la démarche si abstraite qu’obsolète qu’on a vu dans le PUD. Le sol reste une simple surface neutre qui doit prendre en charge une programmation basée sur des quantités et des besoins théoriques. Le bâti quant à lui est réduit à des surfaces habitables suivant un taux d’occupation du logement (TOL) et un coefficient d’occupation du sol (COS) organisé en entités basées sur le nombre d’habitants définies comme «unité de voisinage », et non pas rapport de voisinage !

POS : une volonté de maîtriser l’espace urbain

Si le PDAU reste évasif et encore loin des exigences morphologiques de la ville et de l’espace réel, traînant avec lui les avatars d’un discours centré sur la programmation démographique et économique, il faut noter un fait nouveau dans son élaboration : une délimitation physique des secteurs d’intervention appelés plan d’occupation du sol (POS). Le POS se veut plus préoccupé des aspects de l’espace urbain, de sa structure et de sa forme. En effet, dans l’article 31 de la loi sur l’aménagement et l’urbanisme relatif à l’élaboration des plans d’occupation du sol (POS) on peut lire que celui-ci « (…) fixe (…) la forme urbaine, l’organisation des droits de construction et d’utilisation des sols (…) définit la quantité minimale et maximale de construction autorisée (…) détermine les règles concernant l’aspect extérieur (…) délimite l’espace public »[17]. Donc, sur le plan strictement juridique, le POS se veut plus opérationnel et plus proche de la réalité spatiale de la ville. Qu’en est-il dans la réalité ?

POS Tizi ouzou
Délimitation des POS du PDAU de Tizi-Ouzou
© ADS Progress

Sous l’influence du discours et de la critique morphologique que certains ateliers des instituts et des écoles d’architecture et d’urbanisme tentent d’introduire dans leur enseignement, des problématiques sont de plus en plus posées en terme spatial et morphologique. Dans un POS[18] engagé dans la ville de Douera (sud-ouest d’Alger), la problématique posée est la suivante : « le site étudié est une croissance urbaine du chef-lieu. Cette croissance s’effectue d’une manière désordonnée. Il est caractérisé par une implantation anarchique, et l’éparpillement des équipements. Les projets sont ponctués et réalisés sans coordination. De ce fait, ils n’assurent ni l’utilisation optimale des atouts du site, ni un développement harmonieux de ce quartier ».[19]Nous pouvons aussi trouver la même préoccupation dans d’autres études de POS élaborées sous la direction de la subdivision de l’urbanisme et de la construction de Douera. Pour un POS élaboré dans la commune de Draria par le même bureau d’étude, le CNERU, le problème soulevé est lié à la structure spatiale de la ville. La problématique soulevée s’interroge sur le «non-respect de la trame coloniale déjà existante » et sur les «différents lotissements et les opérations de logements collectifs (qui) viennent se greffer ponctuellement sans aucune liaison avec le tissu existant »[20]. Le POS devient ainsi une unité d’intervention qui coupe avec les «unités de voisinage », mais sans pour autant redéfinir les contours de la nouvelle entité d’intervention

Au niveau global, les PDAU partagent la ville en secteurs d’intervention (en POS). Ces secteurs sont définis aléatoirement. Ils sont délimités par les parcours les plus importants de la ville, démarche qui renvoie ces derniers au statut de périphérie du secteur d’intervention alors qu’ils prétendent avoir un statut de centralité à l’échelle global. En effet, la ville est un organisme qui vit en suivant un long processus de structuration et de formation. Les concepts de centralité et de périphérie (de nodalité et d’anti-nodalité)  sont les principes directeurs de la structure de la ville et de son évolution. Ces notions, et leurs diverses oppositions dialectiques, expliquent la croissance de la ville jusqu’au XIXe siècle et en quoi elle diffère structurellement de la ville Moderne. La relation entre espaces construits et la forme générale d’une ville ne repose pas sur l’ordre des figures simples, comme éléments juxtaposés mécaniquement dans un catalogue. Dans le processus dialectique par lequel une ville grandit, il y a une évolution constante entre le centre et sa périphérie, entre un pôle et pôle opposé. Dans la ville pré-Moderne, les tissus en construction sont généralement juxtaposés, séparées par des bandes de frontières pertinentes ou des voies périphériques. Juxtapositions dues souvent aux obstacles topographiques. Leur fusion se fait à travers un axe central, donnant lieu à une nouvelle centralité d’une unité plus grande. Les extrémités conservent leur caractère périphérique, mais se préparent  à modifier leurs  statuts dans les agrégations avenir. Alger offre de ce point de vue des exemples illustratifs compte tenue de son site très escarpé. Le boulevard Khemisti (grande poste) est une ancienne périphérie devenue centralité en articulant deux anciens tissus : l’ancien quartier d’Isly (actuel Ben Mhidi) et le quartier Mustapha (Hassiba). Aujourd’hui on assiste au même phénomène au quartier appelé « Oued Kniss » à Ruisseau. Celui-ci prend sa source au Val d’Hydra, aux hauteurs de Ben Aknoun. Il structure Bir Mandreis et il se prolonge dans le « ravin de la femme sauvage » pour finir au quartier Ruisseau. Il sépare différents quartiers et communes d’Alger. Aujourd’hui il les unit en un grand centre d’une grande unité urbaine à l’échelle de la métropole. La logique des POS en vigueur zappe cette logique. Elle découpe la ville suivant les anciens découpages administratifs.

Tout le problème réside donc dans la définition de l’entité d’intervention urbaine, cette unité appelée encore «unité de voisinage », c’est-à-dire une entité définie à partir du nombre d’habitants et leurs besoins théoriques et non pas à partir des relations entre ces habitants qu’exprime la typologie du bâti. Le quartier comme « unité de voisinage » reste une entité abstraite, faussement sociologique. Le découpage ainsi effectué est réduit à son aspect formel. C’est une sorte de « zoning » formel qui se substitue au « zoning » fonctionnel qui prédominait dans l’ancien PUD. Toute l’attention est portée sur la densification des surfaces résiduelles situées au centre de la zone définie. Au niveau architectural, la forme et la structure du bâti sont défini selon le COS (coefficient d’occupation du sol) et CES (coefficient d’emprise au sol), tout en gardant la fameuse grille d’équipement pour définir les besoins et les surface des équipements. Quand à l’habitat il est présenté dans ses catégories socio-économiques. Il procède par les notions de type privé / type collectif ou encore par le type social / type promotionnel. Le problème du COS est qu’il ne détermine que la densité du bâti. Or, celle-ci n’éclaire en rien sur sa structure, sa forme et encore moins sur sa place et son comportement dans le tissu, par rapport à la rue et à l’espace public. La même remarque est valable pour le CES. Cette règle d’emprise au sol rend injustement inconstructibles certains terrains, notamment les parcelles d’angle et les lots de petites tailles. Les limites du POS tel qu’il est élaboré résident dans le fait que la forme urbaine reste cette grande oubliée et méconnue de la planification encore en vigueur. Une mise en forme de l’espace qui se traduirait, certes, par une réglementation, mais une réglementation qui doit commencer par la remise en cause de la souveraineté du COS et du CES ainsi que le prospect H = L, pour la remplacer par une autre plus soucieuse du processus typologique et morphologique du bâti et de la ville.

Pour une approche morphologique et territoriale de la ville et de son architecture

La planification est la codification intentionnelle d’un moment du devenir évolutif des structures. Elle indique une attitude consciente et critique devant la réalité urbaine. C’est cette réalité qui n’est pas correctement appréhendée dans le cas algérien. Elle est négligée et même méconnue. Par réalité, il faut comprendre la réalité historique, physique et spatiale, c’est-à-dire morphologique. La réalité économique, politique et les systèmes fonctionnels et générateurs de l’espace architectural ne peuvent dépasser ou transcender les limites qu’imposent l’histoire, la culture et surtout la géographie qui la sous tend. Le cas échéant, le projet sur la ville se réduit à une utopie abstraite avec des « no man’s land » sans signification sur le plan spatial. C’est ce qui arrive à l’espace urbain algérien. Notre hypothèse dans cette critique considère que le contrôle de la ville passe par le contrôle de sa forme. La maitrise de cette dernière consiste à mettre en relation d’une manière rigoureuse et dialectique le découpage du sol avec les structures territoriales d’un coté et les types de bâtiments à édifier d’un autre coté. Le type est défini ici,  non pas dans ses catégories fonctionnelles et surfaciques (F2, F3,…) ni dans ses catégories économiques et financières (social ou promotionnel), mais comme l’expression des modèles culturels (une manière d’accéder à son propre espace, de le distribuer ou de le mettre en valeur – habitus selon Bourdieu) qui régissent les pratiques constructives et sociales d’abord et de l’espace projeté de l’édifice ensuite.  L’absence de référence à ces aspects de la ville dans les instruments de planification urbaine empêche une rigoureuse et harmonieuse structuration de l’espace urbain.

L’enjeu dépasse la problématique algérienne. La production de l’espace dans sa version Moderne, c’est- à dire centrée sur les catégories économiques définies par la production industrielle et son corollaire l’économie capitaliste et son développement que l’on connait aujourd’hui sous le terme « mondialisation », est à l’origine de la crise. Une crise qui dépasse « la question du logement ». Elle est environnementale et écologique. Si la question du logement trouvera sa solution dans un changement politique et social, la crise de l’environnement spatial et géographique risque de nous amené vers une situation de non retour. Notre regard de ce point de vue doit  indéniablement abandonner la rationalité et la rentabilité économique pour se centrer sur la rationalité géographique et environnementale. C’est à dire changer d’approche, renouer avec les processus morphologiques et typologiques que l’histoire et la géographie ont mis en place. C’est la source de création la plus rationnelle. Et pour finir avec un message du géographe américain David Hervey, « (…) on peut discerner  les ferments d’une forme de mondialisation radicalement différente,(… ) qui met d’avantage l’accent sur le bien-être social et sur des objectifs humanitaires associé à des formes créatives du développement géographique inégal. L’époque actuelle est peut être hautement instable et pleine d’incertitudes, mais cela signifie qu’elle est pleine d’imprévus et riche de potentialités »[21].

Nadir DJERMOUNE

est architecte-urbaniste, enseignant à l’Institut d’architecture de l’Université Saad Dahlab à Blida

ndjermoune@yahoo.fr

Pour citer ce billet : Nadir Djermoune, « Dysfonctionnement et défaillance des instruments d’urbanisme en Algérie », Le Carnet de l’IRMC, 24 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1421

 


[1] Cf. A. ZUCCHELLI, Introduction à l’urbanisme opérationnel, Alger 1983, p. 252-301

[2] 2° plan quadriennal 1974-77. Cf. à ce propos : A. ZUCCHELLI,  op. cit., Ch. RAHMANI, La croissance urbaine en Algérie, Alger 1982.

[3] Décrets n° 75.103 du 27.08.1975, n°76.27, n°76.28 et n°76.29 du 07.02.1976. Circulaire présidentielle n° 53. Pc/59 du 17.02.1976. Cf. aussi les différents textes de loi présentés dans la première partie de ce travail

[4] Cf. à ce propos : A. ZUCCHELLI,  op. cit.,  213-214, 218, « grille théorique des équipements », document élaboré par le bureau d’étude CNERU, édité par le ministère de l’urbanisme et de la construction, Alger,  janvier 1989.

[5] Y. LACOSTE, « un débat : les grands ensembles », in M. Roncaylo et Th.Paquot (dir.), villes et civilisation urbaine, VXII°-XX° siècle,  Larousse, Paris, 1992, p.497-502 ;  Cf. aussi URBANISME  n° 75 ; 76.

[6] E. NEUFERT, les éléments de projets de constructions, Dunod, Paris.

[7] M . TAFURI, Fr. DALCO, Architecture contemporaine ; Paris, 1982.

[8] Idem.

[9] Tissus Urbains, colloques internationale, Oran, Juin 1987, ENAG, Alger 1992.

[10] Loi 90-29 du 01-12-90 relative à l’aménagement et à l’urbanisme.

[11] Décret n°91-177 du 28-05-91

[12] Nous avons même assisté à des situations où par un simple changement d’intitulé, une étude menée dans l’objectif d’un PUD a été présentée en tant que PDAU.

[13] PDAU de Douera phase 2, février 1994, p.9.

[14] Idem.

[15] Idem.

[16] Ibid. p.48.

[17] J.O. du 1.12.90, loi 90-29 relative à l’aménagement et à l’urbanisme, art. 31.

[18] La première étude d’un POS engagée dans la ville de Douera est au 2000-2001.

[19] POS n°4 de Douera, phase 1, rapport d’orientation, 1995, p.7.

[20] POS n° 1 de Draria, rapport explicatif, phase 1, juillet 1997, p.20.

[21] D. HARVEY, Géographie et capital, vers un matérialisme historico-géographique,  Syllepse, Paris 2010, p. 276.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Concurrences et conflits pour l’usage de l’eau en Tunisie : étude de cas dans la région du Cap Bon

Barrage sidi salem
Barrage Sidi Salem
© commons.wikimedia.org

Un contexte national marqué par l’explosion des besoins en eau et des risques accrus de pénurie

La Tunisie est le pays du Maghreb qui fait face aux risques les plus importants de déficit en eau. Avec une disponibilité de 470 m3/ha/an, le pays est aujourd’hui classé en situation de stress hydrique. Au risque de pénurie, s’ajoute un grave phénomène de dégradation et de contamination de la ressource, résultant de la surexploitation des nappes phréatiques (1/4 d’entre elles), de l’intrusion marine et de la pollution.

L’explosion des besoins en eau, liée à la croissance démographique, à l’urbanisation et à la diversification des activités économiques, entraîne une compétition croissante entre ses divers usages et remet en cause la place prépondérante de l’agriculture dans l’utilisation des ressources hydriques (83% des quantités totales utilisées). Après la mise en œuvre d’une stratégie axée sur la mobilisation maximale des ressources et la construction de grands barrages (95% des ressources sont déjà mobilisées), les politiques de l’eau ont connu d’importantes réformes au début des années 1990. Celles-ci ont visé une meilleure maîtrise de la demande en eau et un meilleur ciblage de son usage, à travers la mise en œuvre d’instruments tarifaires et la diffusion de techniques d’économie d’eau. Elles se sont aussi accompagnées de réformes juridiques et institutionnelles qui ont permis le transfert de la gestion à des associations d’usagers de l’eau, plus couramment nommées groupements de développement agricole (GDA).

Force est de constater cependant que le désengagement de l’État du secteur de l’eau n’a pas permis une « rationalisation » de sa gestion et une véritable autonomisation des GDA. L’explosion des besoins (eau potable et irrigation) conduit aujourd’hui à de nombreuses incohérences dans les politiques publiques, principalement liées à la poursuite d’une stratégie de gestion de l’offre, qui génèrent des conflits accrus et une montée des revendications autour de l’eau, surtout depuis la révolution tunisienne du 14 janvier 2011.

Le Cap Bon, une région méditerranéenne à vocation agricole soumise à de fortes menaces de pénurie d’eau

carte du gouvernorat de Nabeul, peninsule du Cap Bon
Carte du gouvernorat de Nabeul,
Péninsule du Cap Bon

La presqu’île du Cap Bon, située dans la Nord Est de la Tunisie, constitue un exemple intéressant pour illustrer les dynamiques actuelles du secteur de l’eau en Méditerranée et les conflits dont fait l’objet sa répartition entre différents usages et usagers. Le Cap-Bon est traditionnellement une région de culture maraîchère et fruitière intensive, qui fournit environ 16 % de la production agricole nationale, avec seulement 4 % de la SAU totale du pays. Il s’agit principalement de la production d’agrumes, de tomates, de pommes de terre et de la viticulture. Le développement de l’agriculture intensive et de cultures fortement consommatrices en eau y ont entrainé une surexploitation et une dégradation des eaux souterraines qui se traduit par une chute de la piézométrie et une baisse de la qualité des eaux, notamment en raison de l’intrusion marine. L’évolution de la région est marquée également par une forte urbanisation et le développement du tourisme sur les zones littorales qui entraînent une augmentation rapide de la demande en eau potable. En raison notamment du déficit en eau, les conditions de l’activité agricole se sont fortement dégradées, ayant pour conséquence un important mouvement d’abandon des terres, plus particulièrement dans les zones littorales. Ceci a conduit les pouvoirs publics à mettre en œuvre, dès la fin des années 1980, un vaste programme de mobilisation des ressources en eau pour la sauvegarde de l’agriculture irriguée et l’approvisionnement en eau potable des zones urbaines. Les infrastructures existantes incluent cinq barrages, auxquels s’ajoute le canal Medjerda-Cap Bon[1] qui assure le transfert des eaux du Nord à partir de plusieurs barrages construits sur la Medjerda, le fleuve le plus long du pays, et permet leur acheminement vers plusieurs périmètres publics irrigués de la région, situés dans les zones littorales.

Le Lebna au cœur d’un système d’interactions génératrices de tensions croissantes autour de l’eau

La zone d’étude, objet de l’analyse développée dans cet article, est celle du bassin versant du Lebna qui couvre une superficie de 200 km2. Son réseau hydrographique est constitué de deux principaux oueds, El Widien et Bou Dokhane qui se rejoignent en aval du bassin versant, à 3km seulement de la mer, pour former l’oued Lebna. C’est à la jonction des deux oueds qu’a été construit le barrage du Lebna, le plus grand du Cap Bon. D’une capacité initiale de 30 millions de m3, le barrage devait assurer l’alimentation de la nappe orientale du Cap Bon et l’approvisionnement en eau des périmètres aménagés pour l’irrigation, situés en aval du barrage (périmètres gérés par les GDA Ettadhamen et Barrage). Aujourd’hui, les eaux du barrage, dont la capacité de stockage a diminué en raison de l’envasement (23 millions de m3), sont également utilisées par d’autres usagers : les riverains du barrage, qui pompent directement sur la retenue, les périmètres irrigués situés en dehors du bassin versant, la compagnie d’exploitation et de distribution de l’eau potable (SONEDE), enfin les usines de transformation. Le bassin versant et le barrage du Lebna se trouvent ainsi au cœur d’un système d’interactions qui génèrent des pressions accrues sur la ressource et des conflits croissants entre usagers.

barrage de Lebna C Hichem Fennia
Barrage de Lebna
© Hichem Fennia

Basé sur les résultats d’une recherche en cours réalisée dans le cadre du projet Approche biophysique et socioéconomique de la gestion de l’eau dans la région du Lebna-Cap Bon (Programme Sicmed/ Mistrals-IRD/INRGREF/CNRS), cet article propose une analyse préliminaire des processus qui sont à l’origine de pressions et de tensions accrues autour de l’usage de l’eau et de leur impact sur les pratiques de l’agriculture.

Afin de prendre en compte l’ensemble des interactions à l’origine des tensions sur l’eau, la zone d’étude retenue par le volet socioéconomique de la recherche couvre le bassin versant du Lebna (interactions amont/aval) et inclut également l’espace constitué par les périmètres irrigués de la région qui utilisent l’eau du barrage Lebna. L’approche méthodologique combine trois niveaux d’analyse : l’échelle du territoire constitué par le bassin versant de Lebna et les zones situées en aval pour l’étude des concurrences et les conflits d’usages autour de la ressource en eau ; l’échelle infrarégionale pour l’étude des cadres institutionnels qui influencent la répartition des ressources hydriques entre différents usages et usagers, en particulier les dispositifs (institutions, associations d’usagers) qui organisent la gestion de l’eau et définissent les modalités d’accès à la ressource ; l’échelle de l’exploitation pour l’étude des stratégies d’allocation de la ressource aux différentes cultures, des facteurs qui les influencent et des logiques sociales qui les guident.

Des facteurs d’exacerbation des conflits d’origine multiple

Il ressort des entretiens effectués auprès des gestionnaires et des usagers de l’eau que les facteurs d’exacerbation des conflits autour de la ressource hydrique sont d’origine multiple. Il s’agit tout d’abord de l’explosion des besoins en eau potable dont la satisfaction est considérée comme prioritaire par les pouvoirs publics. Les prélèvements effectués par la SONEDE sur le canal Medjerda Cap Bon ont doublé depuis 1997 et aujourd’hui la répartition des volumes prélevés entre usages agricoles et non agricoles s’est inversée en faveur de la consommation en eau potable. En outre la compagnie des eaux a installé récemment une station de pompage et de traitement des eaux sur le Lebna, pour faire face au manque d’eau qu’a connu la région, suite à la sécheresse de 2009-2010. Pour répondre en particulier aux besoins des villes de Menzel Temine et de Kelibia, la SONEDE prévoit l’installation d’une nouvelle station de pompage et d’épuration permettant de doubler les prélèvements sur le Lebna.

La pression croissante sur les eaux du Lebna et les conflits qu’elle génère résultent également de la diminution des quantités d’eau disponibles pour les périmètres irrigués alimentés à l’origine par d’autres sources. L’épuisement de la réserve d’eau du barrage Chiba, aujourd’hui quasi-totalement envasé, oblige les irrigants des périmètres de Chiba et de Korba Menzel Temime à recourir au canal Medjerda-Cap Bon. Ceci se fait au détriment des bénéficiaires initiaux du canal qui sont les périmètres de sauvegarde de Diar Hojjej, Lebna village et Tafelloun. Ces derniers sont désormais conduits à prélever aussi sur le barrage de Lebna, au moyen d’une pompe diesel installée sur la rive droite du barrage. Depuis la sécheresse qu’a connue la région en 2009, les quantités pompées sur le barrage par les périmètres irrigués initialement alimentés par le canal Medjerda Cap Bon ont été multipliées par cinq. La pression sur les ressources du Lebna est aussi aggravée par l’extension de périmètres irrigués existants et l’aménagement de nouvelles zones d’irrigation pour satisfaire les demandes sociales. Ainsi, le périmètre public irrigué géré par le GDA Ettadhamen connaît actuellement une extension, dont la superficie atteindra 80 ha d’ici 2014. Cette extension doit permettre le développement des cultures céréalières et fourragères en irrigué et s’inscrit dans la stratégie mise en place pour faire face à la hausse des prix des matières premières agricoles sur le marché international.

Enfin, l’augmentation des besoins pour l’irrigation est liée au développement de cultures spéculatives plus consommatrices en eau, en particulier le développement de la culture de la fraise, dont les superficies s’accroissent à un rythme rapide et qui sont principalement destinées à l’exportation. Cette évolution a non seulement pour conséquence d’augmenter les besoins quantitatifs en eau, mais également d’étendre la période de pointe de la demande en eau, qui s’étale désormais de mai à septembre.

Des dispositifs de gestion locale de l’eau défaillants

Localisation, modèle numérique de terrain et vue satellitale des bassins versants du Lebna et de Kamech (Sicmed
Localisation, modèle numérique de terrain et vue satellitale des bassins versants du Lebna et de Kamech
© sicmed

Les tensions autour de l’eau sont aggravées par le dysfonctionnement des GDA en charge de la gestion de l’eau à l’échelle des périmètres irrigués. Tout d’abord, les GDA, dont les recettes proviennent exclusivement de la vente d’eau, sont confrontées à de sérieuses difficultés financières, liées principalement aux impayés (le taux de recouvrement des factures d’eau ne dépasse pas 40% des volumes consommés par les agriculteurs). Ce phénomène s’est aggravé depuis 2011 et l’endettement des GDA a des répercussions négatives sur leur capacité à assurer l’entretien des réseaux et l’approvisionnement en eau des adhérents. À cela s’ajoutent le manque de transparence dans la gestion financière des GDA et la faible légitimité des conseils d’administration, souvent contrôlés par les autorités locales et les acteurs économiques influents. Ceci donne lieu à des inégalités de traitement entre adhérents et génère des conflits, d’une part, entre agriculteurs, d’autre part entre les GDA et les agriculteurs qui se sentent lésés en matière d’accès à l’eau. L’exemple le plus frappant des positions inégales des agriculteurs par rapport à l’accès à l’eau est fourni par le GDA barrage, dont un des adhérents est une grande entreprise agricole. Cette dernière couvre 224 ha, soit 50 % de la superficie totale du périmètre (450 ha) et garantit de ce fait la moitié des recettes du GDA, ce qui lui donne un accès privilégié à l’eau et la dispense notamment des contraintes des tours d’eau, auxquels sont soumis les petits exploitants.

Les pressions croissantes qu’exercent l’explosion de la demande en eau, la mise en concurrence et l’aggravation des conflits opposant les usagers des différents périmètres irrigués donnent lieu à des protestations régulières de la part des bénéficiaires initiaux des eaux du barrage (périmètres Ettadhamen et Lebna Barrage) qui contestent la position influente de certaines associations d’usagers pour l’accès à l’eau du barrage. Nous avons déjà signalé l’exemple du GDA de Diar Hojjej dont le périmètre était initialement approvisionné par le canal des eaux du Nord, et qui prélève des quantités d’eau de plus en plus importantes, directement sur la retenue du barrage[2]. Les protestations, qui vont jusqu’au sabotage des installations sur le barrage, sont également le fait des agriculteurs situés en amont du barrage qui estiment être dépossédés de « leur » eau.

Des stratégies d’adaptation qui aggravent la pression su l’eau et les inégalités entre agriculteurs

Dans ce contexte d’exacerbation des pressions sur l’eau, diverses stratégies d’adaptation sont déployées par les usagers. À l’échelle des périmètres irrigués, on observe des stratégies d’autonomisation par rapport à l’organisation collective de la gestion de l’eau. Les GDA n’étant pas toujours en mesure de satisfaire les besoins en eau de leurs adhérents, en quantité et en temps voulus, plusieurs agriculteurs ont mis en place des solutions alternatives, telles que le contournement des tours d’eau, la construction de bassins de stockage et de réservoirs, l’acquisition de motopompes individuelles pour prélever directement sur le barrage, le retour à l’exploitation des puits et la construction de forages illégaux. Dans le périmètre d’Ettadhaman, irrigué au départ par les eaux du barrage Lebna, 40 % des eaux actuellement utilisées par les agriculteurs proviendraient des puits privés. L’administration régionale de l’agriculture avance par ailleurs le chiffre de 1000 forages construits de manière illicite depuis 2011, dans le gouvernorat de Nabeul. Ces stratégies ont pour effet d’aggraver les problèmes liés à la surexploitation de la ressource et se traduisent par un manque à gagner important pour les associations d’usagers qui assurent la vente de l’eau.

Les difficultés d’accès à l’eau conduisent également certains groupes d’agriculteurs à réduire les superficies cultivées en irrigué (cultures maraîchères, en particulier la tomate) et à réintroduire les cultures en sec (fourrages et céréales). L’abandon de l’irrigation, surtout par les plus petits agriculteurs, se traduit par une diminution notable du nombre d’adhérents des GDA[3].

Ces évolutions s’accompagnent de tendances contradictoires qui se traduisent chez les catégories d’agriculteurs les plus dotés par un développement important des cultures à forte valeur ajoutée et une intensification de l’usage de l’eau (en particulier pour la culture des fraises). Outre un phénomène de différenciation des exploitations du point de vue des systèmes de production, les enquêtes préliminaires font ressortir un mouvement de concentration des exploitations, notamment à travers le développement de la location des terres par des promoteurs agricoles extérieurs à la région. Ces dynamiques se traduisent par une différenciation sociale accrue au sein de l’agriculture de la région – autrefois dominée par la petite exploitation familiale – qui oppose de plus en plus fortement des petits agriculteurs marginalisés économiquement et un groupe émergent d’entrepreneurs agricoles insérés dans les marchés internationaux.

De la prédominance des solutions techniques à la nécessité de politiques publiques cohérentes et intégrant les multiples enjeux de la gestion de l’eau

Face à ces évolutions et en particulier à l’accroissement de la demande et des conflits autour de l’eau, les autorités publiques axent leur stratégie sur l’augmentation de l’offre d’eau, à travers les solutions essentiellement techniques : meilleure interconnexion entre barrages et rehaussement des retenues existantes, installation d’une pompe électrique sur barrage Lebna pour l’irrigation complémentaire des périmètres irrigués initialement par le barrage Chiba et l’approvisionnement en eau de ce dernier, dédoublement de la conduite des eaux du Nord-Chiba, dédoublement du Canal Merdjerda Cap Bon à l’horizon 2030, développement des eaux non conventionnelles (eaux usées, dessalement).

Sur le plan institutionnel, les solutions préconisées apparaissent contradictoires. Ainsi, on propose d’un côté de renforcer les capacités de gestion des associations d’usagers, de l’autre d’encourager la participation du secteur privé local et régional, à travers des contrats de partenariats public-privé. En l’absence d’actions d’appui concrètes aux GDA concrètes, ceci reviendrait à marginaliser ou à mettre à l’écart les usagers dans la gestion de l’eau. De fait, leur rôle se limite aujourd’hui à la vente de l’eau et comme cela a été souligné, leur nombre d’adhérents a connu une baisse notable. Et les stratégies individuelles d’autonomisation des irrigants par rapport à l’organisation collective de l’eau se développent. Signalons également que les difficultés de fonctionnement des GDA d’eau potable, aggravées par l’augmentation des impayés et le phénomène des branchements illicites au réseau, favorisent aujourd’hui le développement d’un commerce privé de l’eau qui échappe à toute réglementation, aussi bien en matière de prix, que de normes sanitaires.

Sur le plan des pratiques agricoles, les préconisations des pouvoirs publics, qui font également ressortir quelques incohérences, portent sur la réduction des cultures consommatrices en eau (la tomate) et l’augmentation de la productivité, l’amélioration des assolements, enfin le développement du maraîchage et des fourrages d’hiver (pour l’élevage laitier). Mais ces préconisations ne se traduisent pas dans des changements réels de pratiques, faute d’actions globales d’appui aux agriculteurs. Ainsi les incitations à réduire les superficies cultivées en tomates se heurtent aux difficultés de financement des agriculteurs qui trouvent dans les contrats de production passés avec les usines de transformation une solution à leurs problèmes de trésorerie.

En conclusion, la gestion de l’eau dans la zone d’étude met en évidence les incohérences des politiques publiques, guidées – au-delà des discours sur la rationalisation de la gestion de l’eau – par une logique prédominante de satisfaction de la demande et caractérisée par la poursuite d’une gestion de l’offre, au détriment d’une gestion durable et équitable de la ressource. Pour satisfaire cette demande, ce sont essentiellement des solutions techniques qui sont mises en avant, ainsi qu’une approche en termes de gestion de volumes d’eau plutôt qu’en termes de gestion de la variabilité temporelle de la demande d’eau (en fonction des saisons et des besoins des cultures). Les mêmes lacunes et incohérences continuent de caractériser les dimensions institutionnelles de la gestion de l’eau. Les actions d’appui aux dispositifs de gestion de l’eau à l’échelle locale restent limitées, voire inexistantes. Le désengagement de l’État de la gestion de l’eau, sans transfert de moyens aux associations d’usagers, ne permet pas à ces dernières de se dégager de la tutelle de l’administration (tarif, quotas d’eau, travaux de maintenance, etc.) et, qui plus est, les soumet au jeu des acteurs locaux les plus influents, comme cela a été souligné plus haut. Ces tendances se sont aggravées depuis la révolution et surtout depuis les élections du 23 octobre 2011 qui ont conduit à un affaiblissement de la capacité d’intervention de l’administration, laissant le champ libre au jeu inégal des acteurs. Ce laisser-faire participe également de logiques politiques et électoralistes dans le nouveau contexte ouvert par la révolution.

Alors que le contexte post-révolution favorise la montée des revendications pour un meilleur accès aux ressources, mais aussi l’ouverture de nouveaux champs d’action pour des acteurs émergents, la construction de politiques de l’eau cohérentes prenant mieux en compte les concurrences entre différents usages et territoires, ainsi que les interactions entre les dimensions sociales, économiques environnementales de la gestion de l’eau s’avère plus qu’indispensable.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Alia GANA

est directrice de recherche CNRS et sociologue à l’IRMC

alia_gana@yahoo.fr

Benjamin FOUILLEN

est doctorant en socio-économie

benjamin.fouillenmarcel@gmail.com

 

Pour citer ce billet : Alia Gana, Benjamin Fouillen, « Concurrences et conflits pour l’usage de l’eau en Tunisie : étude de cas dans la région du Cap Bon », Le Carnet de l’IRMC, 21 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1412

 


[1] Le canal Medjerda-Cap Bon, d’une longueur de 120 km, fait partie du plan directeur des eaux du Nord qui prévoit l’interconnexion des barrages pour assurer une meilleure répartition des ressources hydriques entre les régions du Nord, du Centre et du Sud. À partir des prises aménagées tout le long de son trajet, il assure l’approvisionnement en eau potable de la ville de Tunis, du Cap Bon, du Sahel et de la ville de Sfax. Le canal alimente également les périmètres irrigués de M’ghira, de Mornag et du Cap Bon et sert à la recharge des nappes de Khlédia et de Grombalia. La gestion du canal, mis en service en 1987, est assurée par la Société d’exploitation du canal des eaux du Nord, établissement public sous tutelle du ministère de l’Agriculture.

[2] La pression sur les ressources du Lebna est également favorisée par la différence entre le prix de vente de l’eau dans les périmètres initialement alimentés par le canal Medjerda Cap Bon (115 millimes le m3 ) et celui de l’eau prélevé sur le barrage (68 millimes le m3).

[3] Entre 2002 et 2012, le nombre d’adhérents du GDA Lebna Barrage est passé de 99 à 61, celui du GDA Ettadhamen de 276 à 203.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb

Enriqué Klaus
Photographie de Enrique Klaus

Beaucoup d’avis, plus ou moins bien informés, ont été émis sur le rôle joué par les médias dans les évènements qui ont secoué la région depuis 2011. Du soutien à géopolitique variable de la chaîne qatarie al-Jazeera aux actions « contre révolutionnaires » des chaînes publiques (égyptiennes, tunisiennes et syriennes), en passant par les louanges (souvent béates et absconses) dont ont fait l’objet les réseaux socio-numériques (Facebook, Twitter, YouTube), l’ensemble des médias semble avoir été partie prenante dans ce tournant historique, et continue de l’être[1].

Le programme de recherche « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb » repose sur deux hypothèses générales de travail. Premièrement, face à l’extrême volatilité politique que connaissent les institutions étatiques au Maghreb et au Moyen Orient, les médias constituent l’une des principales arènes du jeu politique et l’un des principaux lieux où se négocient les règles de ce dernier. Secondement, en lien quoiqu’en marge de la transition politique, une transition médiatique est à l’œuvre au Maghreb, et plus encore en Afrique du Nord. Cette transition n’épargne aucun pays de la région et elle se donne à voir, tant dans les pays connaissant une transition politique suite à un soulèvement populaire de grande ampleur (Tunisie, Libye, Égypte) que dans ceux ayant connu des manifestations suite auxquelles des réformes ont été entamées (Algérie, Maroc, Mauritanie).

La transition médiatique se nourrit d’au moins trois phénomènes concurrents, ou presque. Le premier a été initié bien avant 2011, alors que la concurrence des « nouveaux médias » a obligé les professionnels de l’information à faire évoluer leurs pratiques professionnelles pour proposer de nouveaux formats de production. Si ceci ne s’est pas accompagné d’un débat sur la fin programmée du journalisme, comme ce fut le cas aux États-Unis et en Europe[2], cet état de fait a amené les journalistes à faire évoluer leurs pratiques (newsrooms intégrées, multimédia, data-journalism), actant ainsi une transition technologique dans le domaine de la production médiatique.

enrique1
© www.dc4mf.org

Au-delà de cet aspect technique, la parenthèse enchantée de la transition, puis l’arrivée au pouvoir de coalitions intégrant des formations islamistes, ont amené à une redéfinition de la donne médiatique au Maghreb. En Tunisie, 228 titres de presse (dont presque la moitié hebdomadaires et 17 quotidiens) ont vu le jour en 2011, selon le rapport de l’Instance nationale de réforme de l’information et de la communication (INRIC)[3]. Cette catharsis devrait faire long feu, en raison de l’exiguïté du marché de la presse en Tunisie (et ailleurs au Maghreb), mais aussi en raison de la politique que mènera la Troïka (et les autorités marocaines, algériennes et libyennes) en matière de censure (morale et/ou politique) sur ce secteur. En outre, en Tunisie comme en Égypte, au Maroc et en Algérie, un véritable débat a émergé dans le sillage de 2011 autour de la réforme de l’audiovisuel public et de la création d’une institution médiatique d’État véritablement au service du public (cf. infra).

Par ailleurs, la vulgate de la « Révolution 2.0 »[4] a eu pour effet de réalité d’étendre la politique de communication institutionnelle des dirigeants à la sphère des réseaux socio numériques, dans un souci totalement inédit de communication et de transparence. C’est ainsi que, dans le sillage de ces évènements, plusieurs personnalités politiques de haut rang, ainsi que des partis politiques et des institutions d’État généralement peu prolixes (les ministères tunisien et égyptien de l’Intérieur, ou encore le Conseil des forces armées égyptiennes) ont créé (avec plus ou moins de maîtrise et d’audace) des comptes Twitter et des pages Facebook.

La transition politique au Maghreb et au Moyen-Orient se double d’une transition médiatique, pour partie inaugurée par les soulèvements de 2011, et pour autre, suscitée par l’innovation technologique et la concurrence d’acteurs nouveaux (professionnels et semi-professionnels des médias). Pour analyser les ferments et les accomplissements de cette nouvelle donne médiatique, le programme de l’IRMC « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb » ambitionne de topographier le champ élargi des médias, selon la double logique top-down/bottom-up, en anticipation des évènements institutionnels et politiques qu’annoncent la fin de la transition et l’édification d’un nouveau régime politique. Pour ce faire, le programme se structure autour des trois axes suivants :

Axe 1 : Souveraineté nationale et transformations du paysage médiatique

Ce premier Axe est conçu à la fois comme un prérequis nécessaire à la conduite des travaux des deux axes suivants, mais également comme un axe à part entière doté d’une problématique propre. Il constitue un pré requis dans la mesure où l’on considère que les utilisateurs de médias de facture plus récente n’évoluent pas dans un environnement médiatique vierge, fait des seuls réseaux socio-numériques, mais que leurs pratiques se nourrissent en grande partie de leur consommation de médias de facture classique (TV, radio, presse), dont ils relaient et commentent les productions.

Il s’agit d’un axe à part entière en ce sens qu’il ne se résume pas à une monographie du champ médiatique au Maghreb, mais qu’il interroge les nouvelles modalités pratiques de production de l’information au Maghreb. Deux sous-axes sont privilégiés dans cette optique. Le premier concerne les politiques publiques en matière d’information : quelles politiques en matière d’encadrement des médias sont-elles envisagées au Maghreb dans le sillage des soulèvements de 2011 ? Quels mécanismes de régulation sont mis en œuvre ? Quelle(s) identité(s) nationale(s) est(sont)-elle(s) promue(s) à travers la programmation et les cahiers des charges des médias publics ? Qu’entend-on à présent, sur les décombres de médias étatiques propagandistes, par « service public » ? Quel(s) public(s) se prête-t-on et quelle définition de la nation tunisienne est-elle retenue ? Quelles attentes lui sont attachées ? Quelles stratégies sont adoptées pour conserver une souveraineté nationale en matière d’information ?

Le second sous-axe consiste en une sociologie des journalistes privilégiant (sans toutefois s’y limiter totalement) les organes publics en matière d’information (agences, T.V., radios et presse) : de quelle(s) formation(s) ont-ils ou elles bénéficié ? Quelle(s) trajectoire(s) professionnelle(s) ? Quel est leur statut ? Leurs pratiques professionnelles différentielles de celles de leurs confrères et consœurs des médias privés ? Comment ces pratiques ont-elles évolué avec la concurrence des chaînes transnationales et des réseaux socio-numériques, et dans le contexte transitionnel que connaît la région ?

Axe 2 : Les nouvelles modalités de production de l’information sur les réseaux socio-numériques

Complémentaire du premier, l’Axe 2 s’intéresse à la production de l’information par des moyens non conventionnels, pour ainsi dire, principalement les réseaux socio-numériques (Facebook, Twitter, YouTube, etc.). Il s’agira ici d’éviter de se concentrer sur un cyberactivisme mollement défini qui laisserait accroire à l’existence d’un espace numérique arabe entièrement dévoué aux activités politiques. L’objectif est d’élargir la focale aux usages les plus quotidiens qui peuvent être faits de ces réseaux socio-numériques, c’est-à-dire les « cyberactivités » ordinaires et souvent ludiques des usagers[5]. C’est en analysant les liens entre, d’une part, les usages ludiques et récréatifs de Twitter et de Facebook et, d’autre part, ceux à caractère politique que l’on pourra approcher une « transformation plus essentielle du politique, tel qu’il se forge dans la société en conversation du Web arabe » (Gonzalez-Quijano, 2012)[6].

Trois sous-axes alimenteront nos travaux sur les nouvelles modalités de production de l’information en ligne à travers les réseaux socio-numériques. Le premier s’intéresse à un certain type de sources à partir desquelles est principalement produite l’information politique. On s’attachera ainsi à analyser la communication institutionnelle au Maghreb telle que celle-ci se pratique désormais sur les réseaux socio numériques. Comme mentionné en introduction, nombreux sont les hommes politiques – au pouvoir ou dans l’opposition – les partis politiques, ou les institutions étatiques, à s’exprimer directement ou indirectement sur les réseaux socio-numériques[7]. Quels types de communication sont privilégiés sur ces différents espaces en ligne ? En quoi diffèrent-ils de ceux utilisés sur les canaux classiques de l’information institutionnelle (communiqués, interviews, talk-shows, etc.) ? Quelles réactions suscite l’intrusion de l’establishment politique et des institutions étatiques sur ces plateformes dont ils étaient massivement absents jusqu’alors ? La communication institutionnelle sur les réseaux socio numériques inaugure-t-elle une nouvelle ère dans les relations entre gouvernants et gouvernés ?

TV_SCREENS_WHITE_BACKGROUND
© www.madwatch.net

Le deuxième sous-axe porte sur les producteurs d’information non institutionnels, semi-professionnels, collectifs ou individuels, actifs sur les réseaux socio-numériques (en tant qu’instrument connexe à un site ou un blog ou en tant que média en propre). On retrouve ici différents types d’acteurs qui ont gagné en visibilité dans la production de l’information sur ces espaces en ligne : les autoproclamées « agences de presse en ligne » qui ont fait leur apparition dès 2011, les weblogs collectifs (du type Nawaat en Tunisie ou Mamfakinch au Maroc), ou encore les comptes individuels de premier plan. S’agissant de ces derniers (généralement des blogueurs), on ne les considérera pas seulement comme des « leaders d’opinion » mais, au-delà d’une masse critique de followers, comme des médias à part entière dotés d’une audience propre. Quant aux « agences de presse en ligne », il s’agit de grandes structures disposant d’un réseau élargi de correspondants (par ex. @ActuTunisie ou @emouatin au Maroc), et dont certains, comme « Rasd » en Égypte lié au Frères musulmans, sont adossés à des structures politiques préexistantes, sans que cela ne soit forcément « assumé » en ligne. Toujours dans le même sous-axe, un type particulier de production retiendra notre attention. Nombreux sont les comptes Twitter, les pages Facebook et les chaînes YouTube à privilégier une satire apolitique, généralement sur le mode de l’autodérision nationale, pouvant ponctuellement déboucher sur une critique à caractère politique. L’un des exemples maghrébins les plus aboutis de ce type de phénomène est sans conteste la page « Bouzabal » (avec une audience de 931 946 « J’aime » au 22 octobre 2013), qui a fini par créer en 2012 son propre site Internet d’information mêlant le ludique et le politique, « BouzyPress ». Le but est d’analyser la dialectique menant « de la dérision à la subversion » que l’on a pu observer sur les réseaux en ligne en France (Dagneau, 2011) et ailleurs, et qui prend une tout autre dimension lorsqu’elle est projetée en contexte post-autoritaire (et non démocratique), comme celui de la Tunisie et des autres pays du Maghreb. Comment ces différents types d’acteurs produisent-ils de l’information ? Quelle fiabilité leur accorder ? Quels mécanismes de correction sont-ils prévus ? En quoi l’information s’en trouve-t-elle changée, dans sa nature même, notamment en raison du recours simultané à l’écrit, la photographie, la vidéo, mais aussi les enregistrements radiophoniques et les diagrammes analytiques ?

Enfin, le dernier sous-axe compte tirer pleinement profit de l’exceptionnel poste d’observation que constituent les réseaux socio-numériques afin de saisir les pratiques des consommateurs des médias. Jamais un moyen de communication ne nous aura donné un accès aussi direct à des occurrences naturelles (i.e. occasionnées sans la médiation de l’analyste) d’expériences réflexives de consommation des médias. Ainsi, à travers Twitter (et dans une bien moindre mesure Facebook), peut-on voir à l’œuvre un exercice très en vogue consistant à commenter en direct et à réagir à chaud à des productions médiatiques aussi diverses que des débats politiques télévisés ou radiophoniques, des journaux télévisés, des séries T.V., ou encore des rencontres footballistiques, sur le fil de hashtags formulés ad hoc. C’est en ce sens que l’on peut dire que les réseaux socio-numériques, et Twitter tout particulièrement, permettent de saisir à vif les réactions d’auditeurs, de téléspectateurs, ou de lecteurs, sans médiation aucune.

Axe 3 : Émergence et consolidation de médias alternatifs

Le dernier axe de ce programme s’intéresse à certaines formes d’expression artistique qui peuvent être employées en tant que médias. On pense ici aux (web)documentaires, à la bande dessinée[8] (en ce incluses les caricatures)[9], au street art (collages, graffiti, stickers)[10] qui peut être mis à contribution pour diverses campagnes de sensibilisation[11], au hip-hop et à la description qu’il offre d’un engagement politique ou d’un vécu marginalisé[12]. La plupart de ces modes d’expression a connu une évolution antérieure aux mouvements de contestation de 2011. Force est toutefois de constater qu’ils ont pris une nouvelle dimension depuis lors, en partie en raison de la catharsis qu’ont provoquée les évènements de 2011, et en partie en raison du recours aux réseaux socio-numériques pour diffuser ce type de productions.

Ce sont précisément là les deux directions que devront emprunter les travaux de cet axe. L’un s’intéressera à la production artistique en tant que telle : Quels référents culturels et idéologiques sont mobilisés dans ces diverses productions ? Quels acteurs les animent ? D’où viennent-ils ? Quelle est leur formation ? L’autre direction de recherche portera sur l’usage des réseaux socio numériques : comment ces productions, à la lisière de l’artistique et du politique, participent-elles de l’univers symbolique, visuel et culturel, des acteurs sur les réseaux socio-numériques ?[13] S’agit-il d’un choix par défaut ou d’une véritable stratégie visant à rester à l’écart des canaux de distribution « grand-public » ? Quels publics (locaux, nationaux, internationaux) visent-ils ?

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Enrique KLAUS

est politologue, chercheur postdoctoral contractuel du MAEE

Pour citer ce billet : Enrique Klaus, « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, 08 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1342

 


[1] À titre, d’exemple, en Égypte, la contestation s’est tôt déplacée de Tahrir à Maspero, devant les locaux de la T.V. publique. Récemment, le 7 octobre 2013, le transmetteur de la T.V. publique a été pris pour cible par des tirs de roquettes, dans le quartier de Maadi au Caire, dans une opération revendiquée par les Kata’ib al-Forqân . Quelques jours plus tard, le 13 octobre, ce fut au tour de la télévision publique syrienne d’être prise pour cible.

[2] Sur ce point, cf. Scherer Éric, 2011, A-t-on encore besoin des journalistes ? Paris, PUF.

[3] Rapport général de l’Instance nationale de la réforme des médias et de la communication, avril 2012, p. 52. [en ligne (en arabe) : http://www.inric.tn/INRIC%20Rapport%20final.pdf].

[4] Pour reprendre le titre du livre-témoignage de Wâ’il Ghunaym, 2012, Al-thawra 2.0. Idhâ alsha‘b yawman arâda al-haya (= La Révolution 2.0. Si le peuple veut un jour la vie), Le Caire, Dâr al- Shurûq.

[5] J’emprunte ici l’heureuse expression de « cyberactivités » à Myriam Achour Kallel, 2012, « Des écritures ordinaires sur Facebook : cyberactivités et cyberactivismes », in S. Najar (dir.) Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe, Paris-Tunis, IRMC-Karthala, 227-243.

[6] En lien avec ceci, une récente étude du PEW Research Center sur la population américaine montre que l’information sur les réseaux socio-numériques est « une expérience commune mais incidente », alors que 47 % des adultes utilisateurs de Facebook s’enquièrent de nouvelles sur cette plateforme, quand bien même 78 % de ces mêmes personnes y sont pour des raisons autres qu’informationnelles.

[7] Cf. sur ce point l’article de Chirine Ben Abdallah, 2012, « L’engagement politique des internautes tunisiens au lendemain de la révolution : les pages Facebook seront-elles une arme à double tranchant ? », in Najar S., op. cit.,125-140.

[8] Pour illustrer ce point, on contentera de citer Joe Sacco, l’un des pionniers du journalisme en bande dessinée, s’exprimant sur sa conception de l’enquête dans ce type de production : « Quand j’ai recours au témoignage d’un témoin oculaire, je pose des questions visuelles pertinentes : Combien de personnes y étaient ? Y avait-il des barbelés ? Les gens étaient-ils debout ou assis ? A minima, je veux orienter les lecteurs vers un moment particulier, mais mon but est de satisfaire le témoin oculaire de ce que ma description dessinée représente essentiellement son expérience ». Joe Sacco, 2011, Journalism, New-York, Metropolitan Books Henry Holt & Co., p.xii

[9] Avec des caricaturistes très actifs en ligne tels que Ali Dilem en Algérie, Khaled Gueddar au Maroc, Doaa el-‘Adl en Egypte, ou Z en Tunisie.

[10] Cf. la recension de l’anthropologue Vincent Battesti sur les autocollants de la Révolution égyptienne.

[11] On pense ici aux campagnes égyptiennes anti harcèlement sexuel, « les militaires sont des menteurs » (al-‘askar kâdhibûn), « attrape un suppôt de l’ancien régime » (imsik fulûl), ou encore leur usage en contexte électoral en Égypte comme en Tunisie.

[12] Cf. sur ce point les travaux de Nicolas Puig disponibles en ligne, avant 2011 ou ceux de Francesco Mazzucotelli après.

[13] On pense ici à l’adoption de certaines productions visuelles comme identifiant (« avatars ») sur les réseaux socio-numériques, marquant parfois un alignement politique. Un bon exemple est offert par le logo jaune de la main à quatre doigts adopté par les Frères musulmans égyptiens (lequel a fait des émules sur des comptes bien au-delà des frontières égyptiennes), ou encore par les caricatures de Willis from Tunis en Tunisie.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Relations de pouvoir et ambitions coercitives dans la mise en oeuvre des politiques sociales en Tunisie

© D.R.

Longtemps présentée comme un modèle de réussite à travers le monde arabe, la Tunisie s’est surtout illustrée par l’écart qui existe entre une image lisse de puissance moyenne et la fragilité d’un équilibre politique et social aggravée par l’exercice d’un pouvoir autoritaire pouvant être violent.

Après l’effondrement du système politique, à la suite de la fuite du président de la République, Zine el Abidine Ben Ali, le 14 Janvier 2011, il était intéressant de voir selon quelles modalités l’État a continué de fonctionner. Comment s’articule le principe fondamental de séparation entre l’idée d’État et le pouvoir et comment s’applique, finalement, le principe « Le Roi est mort, vive le Roi » en Tunisie, à l’époque contemporaine, via la question des politiques sociales.

Il s’agit de s’atteler à l’analyse de la mise en pratique des politiques sociales dans le domaine de la sécurité sociale, du planning familial et de la politique du logement en Tunisie. L’approche qui sera privilégiée a pour objectif d’identifier la présence et le rôle des multiples acteurs, au sein de la hiérarchie entre l’État central et les régions dans le cadre du déploiement de l’action sociale de l’État.

Ce projet de recherche s’articule autour de la question de l’évolution de la légitimation de l’État en Tunisie par rapport à la mise en oeuvre des politiques sociales. Quelle est l’implication de la société dans le processus décisionnel par rapport à la production des politiques publiques ? Comment s’impose la légitimité de la violence symbolique[1] dans un État moderne ? La démarche centrale consiste à tenter de saisir l’organisation et la solidification des bases du régime en analysant le processus d’application des dispositifs de sécurité sociale, mais aussi des politiques familiales et des politiques du logement.

© Mag14.com

Nous comprenons la production des politiques publiques comme un mode de gestion de la question sociale. Nous nous intéresserons plus particulièrement aux axes suivants :

– Les prestations sociales en matière de santé, de famille et de logement.

– La redistribution et la notion de contrepartie dans l’assujettissement.

– L’articulation entre impératifs nationaux (politiques d’ajustement structurel, réformes économiques liées à l’aide publique et aux emprunts internationaux) et politiques régionales.

– La décentralisation et le clientélisme par rapport à notre sujet d’étude.

L’objet de cette thèse est lié aux politiques publiques en matière sociale dans le secteur de la sécurité sociale et de la santé.

Le sociologue Robert Castel suppose que « la protection sociale a joué un rôle majeur dans la construction d’un individu moderne, indépendant et libre »[2]. Il explique dans ce sens qu’elle a subi, comme d’autres programmes sociaux, des changements allant jusqu’à la remise en question du système de l’État[3]. Cela nous amènera à nous questionner sur la promotion de l’action sociale par l’État, sur sa nature, sur le processus de prise de décision, mais également sur le clientélisme qui est pratiqué, notamment au niveau régional. Ainsi, peut-on qualifier l’État tunisien d’État patrimonial où la paix sociale et le maintien de l’ordre sont « achetés » en échange de droits sociaux ayant permis l’émergence et la consolidation d’une classe moyenne.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Saïda Ounissi

est doctorante en sociologie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sous la direction de Blandine Destremau. Sa thèse s’intitule « Relations de pouvoirs et ambitions coercitives dans la mise en œuvre des politiques sociales en Tunisie ». Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière Moyenne Durée (BMD) entre octobre et novembre 2012.

 

 

Pour citer ce billet : Saïda Ounissi, « Relations de pouvoir et ambitions coercitives dans la mise en oeuvre des politiques sociales en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 3 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/716

 


[1] P. Bourdieu et J-C Passeron, La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Éditions de Minuit, Paris, 1970.

[2] Anne-Marie Guillemard (dir.). Où va la protection sociale ? Paris, Presses universitaires de France, Collection Lien social, 2008.

[3] Houda Laroussi, « Le redéploiement du prêt sur gage dans une société en crise : Les mutations vers l’individualisation de la protection sociale », communication au colloque Protection sociale, politiques sociales et solidarités.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Civilités et incivilités dans les parcs et jardins publics du Nord-Est de la Tunisie

Au Maghreb, les parcs et les jardins publics ont été initialement installés dans les villes par la colonisation française et sont de ce fait associés à des enjeux urbains : organisation de la ville coloniale et amélioration du cadre de vie de ses habitants.

En Tunisie, l’intérêt politique pour ces espaces verts publics s’est récemment étendu et il est aujourd’hui intégré dans une politique publique nationale de « propreté et esthétique de l’environnement ». Ces espaces sont considérés comme devant assurer l’embellissement du cadre de vie dans le milieu urbain, où ils participent à l’amélioration du ratio d’espaces verts par habitant. Cependant, il est fréquent que ces parcs et ces jardins publics urbains soient peu entretenus. Leur faible fréquentation par le public est attribuée, soit à un mauvais entretien par les services publics, soit aux incivilités qui s’y manifestent, soit aux deux à la fois. La situation géographique de leur territoire d’inscription et les modes de leur conception pourraient constituer également des causes de leur désertion pour des usages quotidiens et traditionnels comme la promenade ou le pique-nique. Quels sont les facteurs qui peuvent influencer l’état de confort et d’inconfort ressenti dans les parcs ?

Notre recherche a pour objectif l’explication des relations entre les espaces publics de type parcs et jardins, les pratiques de leurs gestions et les comportements des usagers. Notre travail émet deux hypothèses principales : Les relations entre l’espace public et le comportement social dépendent d’une part de la gestion et se situent dans une spirale dynamique positive ou négative ; d’autre part, la domination de l’espace public par le pouvoir de l’État est un facteur d’affaiblissement de l’appropriation de ces territoires. D’où l’importance du contrôle social informel.

Notre démarche de recherche joint méthodes qualitative et quantitative, analyse de document et étude géographique. Cette dernière se résume à une localisation sur une carte des parcs et des jardins du Nord-Est de la Tunisie, à leur caractérisation et à leur typologie selon l’état d’entretien et la qualité apparente de ces parcs. Les comportements perçus comme incivils sont déterminés par le biais d’un entretien exploratoire. Les résultats de ces entretiens ont servi pour l’élaboration d’un questionnaire qui a été réalisé auprès des usagers de trois parcs. Un corpus d’articles de journaux sur la politique de création et de gestion des parcs a été analysé. Des entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès des différents acteurs de production et de gestion des parcs et des jardins.

La thèse porte donc sur trois échelles géographiques différentes, celle nationale en relation avec la politique de création et de gestion de ces espaces. Celle du Nord-Est de la Tunisie qui vise à déterminer la mise en ,place de ces politiques publiques dans cette région. Enfin, une échelle régionale, celle de la région de Tunis, afin d’analyser le fonctionnement puis les multiples usages et leurs perceptions par les différents acteurs.

Cette étude se base dans sa première partie sur la définition des concepts comme les incivilités et les civilités, le sentiment d’inconfort et d’insécurité dans ces espaces, la gestion et leurs interactions avec la qualité de vie en ville.

Dans sa deuxième partie la thèse présente et analyse les politiques publiques des différents acteurs de création et de gestion des parcs et des jardins publics en milieu urbain avec l’étude de cas des villes du Nord-Est de la Tunisie. Cette partie a aussi pour objectif d’évaluer des caractéristiques de ces espaces et de leur répartition géographique et l’explication des facteurs influant leur implantation dans l’espace urbain.

La recherche essaye de déterminer dans la troisième et dernière partie les différents comportements perçus comme civils et incivils, c’est à dire portant atteinte aux biens et aux propriétés. La thèse détermine ensuite les facteurs explicatifs du sentiment d’inconfort ressenti dans ces espaces.

Les résultats obtenus de cette recherche nous poussent à repenser le rôle de l’entretien en tant que facteur déclencheur de certains comportements portant atteinte à la qualité de l’espace public. L’espace public ne pourra donc pas être maintenu sans une pratique d’entretien qui agit au bon moment et qui prend en considération le maintien des aménités pour les usagers.

La gravité des incivilités fait que ces comportements portent atteinte à la qualité de vie en milieu urbain. En effet, malgré leur caractère infra pénal, les incivilités sont l’une des causes de l’augmentation du sentiment d’inconfort dans l’espace public.

La mainmise des acteurs du pouvoir sur les espaces publics est une autre explication au développement des incivilités à travers le manque ou l’absence d’appropriation de ces espaces par les usagers. En effet, les parcs et les jardins publics, comme les autres espaces publics urbains, sont des symboles des pouvoirs politiques qui les gouvernent. Selon la majorité des cas étudiés, la politique de création et de gestion des parcs et des jardins publics semble être devenue surtout un outil des pouvoirs politiques étatiques et urbains.

Cette thèse nous permet de contribuer à mieux comprendre les espaces de nature aménagée en ville dans un pays en voie de développement comme la Tunisie. Par opposition à la majorité des pays du Sud, la préservation des espaces publics de parcs et de jardins en ville est devenue une préoccupation des pouvoirs publics en Tunisie. Cependant cette politique semble maintenir une inégalité de moyens financiers entre les différents services municipaux et les usagers des quartiers de la région urbaine.

Les finalités écologiques, urbanistiques et sociales de ces parcs ont parfois rencontré les buts lucratifs des personnels de l’ancien régime à l’origine de cette politique verte.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Besma LOUKIL

est doctorante en sciences et architecture du paysage à l’ENSP Versailles (AgroParisTech) et l’Université de Sousse. Sa thèse s’intitule « Civilités et incivilités dans les parcs et les jardins publics du Nord-Est de la Tunisie : interactions entre gestionnaires et pratiques sociales », sous la direction de Pierre Donadieu et de Taoufik Bettaeib. Elle a rejoint l’IRMC en tant que chercheure associée.

crédit d’illustration : © Besma Loukil

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Bilan des politiques sectorielles environnementales en Tunisie depuis la décennie 90 : approche cartographique

Comme l’a souligné Henda Gafsi[1], la décennie 90 a été celle du développement durable en Tunisie. En atteste le 8ème Plan (1992-1997), qui le premier, intègre le développement durable et consacre tout un chapitre à l’environnement. Le contexte international aura largement contribué à l’émergence d’une véritable politique environnementale en Tunisie, mais aussi dans le reste du monde, à travers le foisonnement de conventions internationales en faveur du développement durable.

L’enjeu de la durabilité dans les villes prend tout son sens à la lumière d’un rapport des Nations Unies publié le 24 mars 2004, selon lequel en 2007, plus de la moitié de la population mondiale vivra dans les villes : « Ce sera la première fois dans l’histoire de l’humanité que le nombre de citadins dépassera le nombre de ruraux », note ce rapport.

Mes travaux de recherche dans le cadre d’une thèse récemment soutenue avaient déjà tenté de mettre en exergue la pression exercée par la démographie, l’urbanisation et les activités économiques sur les ressources en eau dans les villes, en prenant l’exemple du Grand Sousse, en Tunisie littorale[2].

Par ailleurs, l’eau n’est pas la seule ressource mise en péril dans ce contexte de forte augmentation de la population et des activités économiques dans les zones urbaines. La vitesse de l’expansion urbaine a davantage amplifié la pression sur l’environnement en général, en termes certes d’épuisement des réserves en eau douce, mais aussi de hausse de la consommation d’énergie, de la pollution de l’air. Cette dernière est liée principalement aux transports, à une recrudescence de déchets solides, à la détérioration du littoral, à la dégradation de la qualité de l’air et des sols, ainsi que de celle du paysage urbain et de ses périphéries.

C’est dans le cadre du programme AUF-Cedej « Ville durable au sud de la Méditerranée », que s’insère mon étude sur le bilan des actions environnementales dans les villes tunisiennes, et tout particulièrement à partir d’une approche approfondie de certaines politiques environnementales sectorielles majeures, le plus souvent portées par des acteurs publics.

Nous avons ainsi pu collecter une importante documentation, questionner des personnes ressources, et visiter des sites concernés, par exemple, par des opérations d’enrayement de la croissance de l’habitat spontané. L’objectif de l’Agence de Réhabilitation et de Rénovation Urbaine (ARRU) était à ce propos de résoudre les problèmes inhérents au développement urbain à travers des projets d’assainissement et de développement urbain. L’habitat n’est pas le seul défi qui se pose aujourd’hui à la ville pour accéder à une plus grande durabilité. Ainsi, nous accordons une large part dans nos recherches, au recensement des actions concrètes, à travers notamment les différents programmes de l’ANPE, de l’ANME, de l’ONAS, de l’ANGED… sur le milieu naturel, l’espace et les ressources dans les secteurs urbains. Une attention toute particulière a été consacrée à l’identification des expériences pilotes, ainsi qu’à leur mode de financement. Une localisation, à travers l’outil cartographique doit permettre d’alimenter notre réflexion sur l’état des lieux de la décentralisation de l’action environnementale à l’échelle régionale et locale.

Les premiers résultats de nos investigations nous ont permis de constater que, dans un premier temps, les politiques urbaines n’ont jamais été aussi attentives à améliorer la qualité et les conditions de vie de la population, ainsi qu’à équilibrer les différents quartiers au sein de la ville. Mais dans un second temps, on voit que ces politiques urbaines nécessitent de renforcer leur cohérence, afin d’atteindre un niveau optimal de développement urbain durable.

En effet, la notion même de « ville durable » invite à repenser la ville dans une approche plus intégrée, en tenant compte de la nécessaire interdépendance des actions environnementales.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Nadia SAHTOUT est docteur en géographie de l’Université Paris IV Sorbonne, où elle a soutenu une thèse en mars 2011 sur l’eau et la ville dans le Grand Sousse. Chercheure associée à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, elle participe au programme MerSI-AUF, piloté par le Cedej : « Ville durable au sud de la Méditerranée ».

 

crédit photographique : © Babnet.net


[1] Gafsi Henda, Histoire de l’évolution du domaine « Environnement en Tunisie » (Problèmes, acquis, défis), 9 janvier 2010.

[2] Sahtout Nadia, L’eau et la ville en climat semiaride : vers la gestion intégrée de la ressource. Exemple du Grand Sousse en Tunisie littorale. Université Paris IV-Sorbonne, Institut de Géographie, mars 2011.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vers la reconquête de nos villes : pour une participation citoyenne au développement urbain local et régional

Le 14 Janvier fût un jour à jamais gravé dans ma mémoire, empreint d’émotions intenses et d’un espoir naissant pour un avenir meilleur. Restent maintenant la fierté et l’impératif de la reconstruction d’un avenir meilleur. Le mouvement de contestation a mis en évidence des disparités multiples, dont le sous équipement et le manque d’infrastructures, de services et de projets structurants dans les régions de l’intérieur du pays.

L’État tunisien a misé, durant les deux décennies écoulées, sur une politique de métropolisation, qui implique un surinvestissement dans des projets structurants dans la capitale et quelques villes littorales[1]. Cette politique est sous tendue par l’impératif d’insertion de la Tunisie dans le mouvement de globalisation, afin de promouvoir une croissance économique et d’attirer les investisseurs étrangers en leur offrant des conditions favorables à leur implantation. Elle a eu pour effet la marginalisation des régions du centre et du Nord-Ouest, de ce mouvement de mise à niveau des villes Tunisiennes, et n’a fait que renforcer les clivages existants. Bien qu’il soit impératif de garantir pour la Tunisie une insertion dans l’économie mondiale par les différents échanges économiques et l’implantation d’investisseurs étrangers susceptibles de créer des emplois, il est essentiel de réfléchir à une orientation stratégique qui garantirait un équilibre dans la répartition des investissements au niveau régional. Des travaux de terrain doivent être entrepris par les chercheurs en sciences sociales et les professionnels de l’urbain, afin de comprendre les processus qui ont mené à ces clivages sociaux et régionaux, et pouvoir ainsi proposer des solutions adéquates afin de les réduire [2].

Il est également de notre devoir de chercheurs de susciter le débat et d’entreprendre des recherches portant sur les processus et les dynamiques institutionnelles liées au développement urbain, mais surtout autour de la question de gouvernance urbaine. Ce concept galvaudé à l’ère de Ben Ali, et utilisé à tort dans une entreprise d’affichage politique, garantit en réalité la concertation et la participation citoyenne au développement urbain. Dans ce sens, selon P. Le Galès[3], la gouvernance urbaine est à la fois la capacité à intégrer, à donner forme aux intérêts locaux, mais aussi à les représenter à l’extérieur, à développer des relations plus ou mois unifiées en relation avec le marché, l’Etat, les autres villes et autres niveaux de gouvernement. Il s’agira donc de réfléchir à l’avenir de nos villes, et à la mise en place d’un réel développement local et régional, basé sur la rationalité procédurale, et l’élaboration de modes consensuels de coordination, aussi bien dans la planification et la programmation des projets urbains locaux, régionaux et nationaux, que dans leur mise en oeuvre.

S’agissant enfin de développement local, il est essentiel de reconquérir l’espace local en participant aux conseils municipaux et régionaux futurs, et d’oeuvrer à leur rendre leur autonomie et leur poids prépondérant dans les processus décisionnels. Il s’agira de proposer de nouveaux modes de gestion urbaine, davantage basés sur la concertation et la transparence et garants d’une démocratie participative. Un développement urbain ne peut en effet être efficient que s’il émane de la population cible, des acteurs privés et de la société civile.

Ces pistes de recherches pourraient constituer un support pour la compréhension des phénomènes urbains et sociaux et contribuer à modeler de nouvelles orientations stratégiques en vue d’un développement urbain local et régional équitable et d’une gouvernance urbaine. Issues de revendications légitimes et populaires, ces réformes pourraient garantir l’adhésion des populations aux politiques mises en place, et une légitimité de l’action publique urbaine.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Hend BEN OTHMAN

Architecte – Urbaniste, doctorante en urbanisme

 

Crédit photographique : © Siba-immobilière.com


[1] Ben Letaief M., 2008, « Quelques réflexions sur les mutations d’une action publique postkeynésienne », Revue Métropoles, n° 4, 133-155.

[2] Des débats sont programmés à l’initiative de l’Association Tunisienne des urbanistes (ATU), afin de réfléchir sur le devenir des villes tunisiennes et la gouvernance urbaine.

[3] LE GALÈS P., 1995, “Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine”, Revue française de science politique, n° 1, vol. 45, 57-95.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Pour un renouveau politique du lien social

Des enquêtes menées dans les années 2000 sur les questions du micro-crédit et du lien social en région tunisoise, revues après les évènements, me conduisent à m’interroger sur quelques questions de fond : les associations vont-elles cesser d’être le produit de l’administration ? Les politiques publiques vont-elles continuer à multiplier des programmes d’interventions mal connectés à la société civile ? Les responsables administratifs pratiqueront-ils toujours la « langue de bois » ? Les chercheurs en politiques publiques et sociales, continueront-ils à rencontrer tant d’obstacles lors de la conduite de leurs enquêtes de terrain en matière de demande d’autorisation et de contrôle des objectifs et des enquêtés ?

Parler de société civile suppose « une forme de coupure entre un univers « politique » et un monde « civil » » (De maillard, 2002). Ce n’est pas le cas en Tunisie, où les politiques publiques ont étouffé la société civile. L’État contrôlait la liberté d’association (il fallait un visa du ministère de l’intérieur), au point que seules subsistaient des associations (professionnelles, patrimoniales, culturelles et sportives) appendices de L’État ou du RCD. Il a aussi cherché à contrôler le financement extérieur des ONG internationales. La culture associative dont la base est la démocratie participative apparaît dorénavant incompatible avec un système politique hiérarchisé et «descendant». Plus encore, l’État a tenu à neutraliser toute tentative associative en imposant sa propre « gouvernance » à la société civile, en créant ses propres associations (d’octroi de crédits aux entrepreneurs) qu’il nommait « ONG ». Ses politiques ont fonctionné par l’accumulation de toute une panoplie institutionnelle (programmes de développement urbain ou rural, création de l’ANETI, Fond de l’emploi 21/21 etc…) comme des « réseaux de consolidation » (Camau, Geisser, 2003), qui venaient renforcer la crédibilité d’un Etat se voulant « animateur » (Donzelot, 1996). Cette « étatisation du social » se traduisait par une inflation de structures à étiquette « solidarité » (Banque tunisienne de solidarité, Union tunisienne de solidarité sociale, Fond national de solidarité) envers les catégories les plus démunies, ou les diplômés du supérieur au chômage. Ces mêmes catégories lors des émeutes de 2010/2011, se sont retournées contre cette instrumentalisation du social, à laquelle ils n’ont plus fait confiance. Les causes de cette crise de confiance se situent aussi dans la lourdeur des procédures administratives d’octroi de soutiens, leur inefficacité (aides insignifiantes et très clientélistes), et l’absence de compétences locales des responsables administratifs. Il est à souhaiter pour l’avenir que les structures étatiques d’aide à l’emploi se simplifient et soient mises au service d’une efficacité locale moins procédurière et plus proche des besoins réels des populations.

Enfin, la langue de bois doit disparaître. Les termes employés en matière de développement sont ambivalents : les « ONG » n’en sont pas, la liberté associative est affichée mais contrôlée, la décentralisation n’est même pas une déconcentration et, les évènements l’ont montré, les régions sont restées abandonnées. L’appellation « développement local » reste toujours celle du ministère de l’intérieur… Il en est de même pour la notion de gouvernance (en réalité négociation consensuelle) utilisée à tort. C’est aussi le cas de la privatisation avec son apparence de passation de relais au secteur privé mais conçue plutôt comme moyen de renforcement de l’autorité de L’État. Jusqu’au terme de démocratie, positivement évoquée par La Presse au lendemain du discours de Ben Ali. On souhaiterait que le langage politique soit moins emphatique et plus « vrai », et que les politiques, mais aussi les administratifs, ne jouent plus avec le sens des mots et cessent d’en faire des « coquilles vides ». Durant la période Ben Ali, c’était au chercheur de décrypter l’ambigüité de cette instrumentalisation du langage. C’est à cette vigilance que nous, enseignants chercheurs en sciences sociales, devons appeler.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Houda LAROUSSI

Sociologue, INTES, Université Tunis Carthage

 

Crédit photographique : ©Zohra Bensemra – Reuters

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook