Archives par mot-clé : Pierre-Noël Denieuil

Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » Nouveaux supports, nouvelles pratiques

3Projet GDRI « Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » Nouveaux supports, nouvelles pratiques« , labellisé par le CNRS porté par l’IRMC (USR 3077) et le CERLIS (Université Paris 5), sous la responsabilité de Sihem Najar et Pierre-Noël Denieuil. Pays des participants : Tunisie, Algérie, Maroc, France, Espagne. Champs disciplinaires : sciences de l’information et de la communication, sociologie, psychologie, économie, marketing.

Compte-rendu de la réunion du 21-22 juin 2013.

L’objectif de cette réunion visait une première prise de contacts entre les membres de l’équipe constituée lors de l’appel à candidature, puis d’autres membres cooptés depuis,  et un état des lieux des potentialités et des actions projetées pour les années à venir.

– Ont été d’abord rappelés les objectifs généraux du GDRI, sur les points suivants : 1. Initier un réseau de recherche interdisciplinaire transméditerranéen qui croise des institutions et des approches différentes (constituer pendant 4 ans une sorte de laboratoire de recherche  sans murs). 2. Permettre au travers de ce réseau l’échange des connaissances et des expériences. 3. Développer une analyse comparative des usages sociaux des nouveaux médias dans la région méditerranéenne.

– Ont été présentés ensuite les trois ouvrages issus du programme de recherche dirigé par Sihem Najar à l’IRMC, qui est à l’origine du présent GDRI. Ils constituent une trilogie parue aux éditions Karthala/IRMC en 2012 et 2013 : 1. Les nouvelles sociabilités du Net en Méditerranée. 2. Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe. 3. Les réseaux sociaux sur Internet à l’heure des transitions démocratiques.

I. Thèmes prioritaires. Après un tour de table de présentation des équipes et des chercheurs, ont été discutées les thématiques prioritaires et les thèmes fédérateurs pour les prochaines rencontres. Ces thèmes devant se situer dans l’un des 4 axes définis lors du projet de candidature, à savoir :

            Axe 1. Les transformations des liens sociaux en Méditerranée à l’ère des TIC.

            Axe 2. Le processus communicationnel et l’interactivité concepteurs – usagers.

            Axe 3. Le cyberactivisme et les mouvements sociaux en ligne.

            Axe 4. La dimension linguistique dans les échanges établis grâce aux TIC

Les propositions des membres se résument en trois thématiques principales, sur lesquelles pourront s’articuler des sous-thématiques spécifiques. Ces thématiques énoncées ci-dessous ont été développées par le groupe et seront reprises dans l’argumentaire ci-joint pour les journées d’Oran.

1. Repenser l’espace temps du global au local. Incluant les questions de mondialisation des liens et des biens culturels, de liberté/surveillance, et de marchés globaux/espaces locaux.

2. La question des usages (appropriation, représentations…). Incluant les thématiques de la relation technologie/société, des pratiques discursives, des interactions concepteurs/usagers et de l’innovation.

3. Mobilisation des TIC et de l’action dans l’espace public  (politique). Incluant les thématiques des rapports industries culturelles/champ sociopolitique, des usages professionnels et du journalisme, des médias face au pouvoir politique.

Question transversale aux trois thématiques : On a tout d’abord évoqué la nécessité d’organiser des workshops thématiques dans le cadre du GDRI. Constituer des équipes de travail restreintes en binômes ou tripartites, liées aux problématiques et interrogeant les avancées des uns et des autres. Ces workshops alterneraient avec les séances plénières et permettraient de questionner la méthodologie et les modalités de l’approche comparative.

Questions abordées : Méthodes et objets  de recherche. Les bons outils d’observation et la construction d’un appareillage adapté. Quelles différentes méthodes en sciences sociales, appropriées pour aborder les objets numériques multiples, leurs concepts spécifiques et transversaux ?

Autre considération : Il ne faut pas que ce GDRI soit une simple juxtaposition de travaux, de terrains, de points de vue ou de méthodologies mais plutôt une véritable comparaison et un croisement des différents travaux menés. Il faut créer des zones de frontières pour que tout le monde puisse y participer.

II. Les activités du GDRI en programmation. On a évoqué la nécessité de rendre visibles et publics les travaux du GDRI par la création d’un outil de communication pouvant permettre aux membres d’échanger les informations, les documents et les points de vue relatifs à leurs travaux (Google drive, hypotheses.org, Facebook ou autres plateformes). Par ailleurs cet espace peut être ouvert aux publics externes souhaitant suivre nos activités. Abdel Benchenna se propose de prendre en charge la mise en place de cette plateforme avant la fin de septembre.

1. La prochaine activité du GDRI a été présentée par Chirine Ben Abdallah (doctorante). La journée d’études en question s’est tenue à l’IRMC le 28 juin 2013 sur : Transformations sociopolitiques et médias au Maghreb. Les nouveaux paysages télévisuels en Tunisie et les défis du passage à la démocratie. Elle sera suivie par une deuxième journée d’étude à Paris au troisième trimestre 2014. Une publication est envisagée.

2. La rencontre d’Oran. Par la suite ont été discutés les points concernant la prochaine rencontre d’Oran et le calendrier GDRI 2014-2016. Comité d’organisation : Pierre-Noël Denieuil, Aïda Fitouri, Mustapha Medjahdi, Vincent Meyer, Sihem Najar et Zeineb Touati. La date du 24-25 novembre 2013 a été retenue. Le thème de la rencontre intègrera les trois axes proposés ci-dessus et sera intitulé : Communication et recomposition des liens sociaux à l’heure des TIC. Chaque intervention sera commentée par un discutant qui insistera notamment sur la question méthodologique. On pourrait prévoir au milieu du séminaire une séance ou table ronde Workshop sur la méthodologie. 2 ou 3 intervenants extérieurs, susceptibles à terme de rejoindre le GDRI, pourraient être invités à communiquer.

Certains participants évoquent la difficulté d’y présenter un travail achevé et souhaitent que l’on donne plutôt un thème d’intervention permettant de présenter les enquêtes en cours. D’autre part, tous ne pouvant pas toujours assister aux RDV fixes, il faut trouver un moyen permettant le suivi des travaux par tous les membres. L’idée du workshop est à ce titre, intéressante.

 

III. Calendrier GDRI 2014-2015-1016. Fréquence des réunions (nommées rencontres, journées d’études ou colloques): tous les 6 mois.

Calendrier prévisionnel :

24/25 novembre. Oran/Algérie.

29-30 avril 2014. Rabat/Maroc.

Automne 2014. Malaga.

22-23 Avril 2015. Bejaïa.

Automne 2015. Toulon-Nice

Avril 2016. Sousse/Tunisie

Octobre 2016. Tunis ou Paris.

Répartition par groupes thématiques, des participants

Thème 1 : Repenser l’espace temps à l’ère des TIC

Dominique Carré, Professeur en sciences de l’information et de la communication, Labsic Paris 13.

Michel Durampart, Professeur des universités du Sud Toulon Var (UNS) en sciences de l’information et de la communication (SIC), I3M-Toulon

Francis Jauréguiberry, Professeur des Universités, Sociologie, Université de Pau

Vincent Meyer – Sociologue – Professeur des universités, Directeur-adjoint du Centre de recherche sur les médiations, Metz.

Marta Severo, chercheuse post-doc et chargée de communication pour le Groupement d’Intérêt Scientifique Collège International des Sciences du Territoire de Paris

Jean Max Noyer, chercheur I3M Toulon.

Hammad Sqalli, doctorant et chercheur au CESEM

Zeineb Touati ben Ali, Maître de Conférences à l’Université du Havre.

Thème 2 : La question des usages (appropriation, représentations…).

Miguel de Aguilera, Professeur en Communications. Chaire de communication et audiovisuel, Université de Malaga.

Hajer Bellalouna, Maître-assistante Sup’Com Tunis.

Chirine Ben Abdallah, Doctorante – IRMC.

Abdel Benchenna, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Labsic Paris 13.

Sarra Ben Jannet, Institut du cinéma, Université de Carthage.

Rached Ben Khalifa, Institut du cinéma, Université de Carthage.

Dominique Carré, Professeur en sciences de l’information et de la communication, Labsic Paris 13.

Sofiène Chérif, Professeur – Sup’Com Tunis.

Julien Denieuil, doctorant en sciences de l’information et de la communication au sein du LabSic, Université Paris 13.

Pierre-Noël Denieuil, Directeur de l’IRMC

Aïda Fitouri, Docteure en SIC, IRMC.

Francis Jauréguiberry, Professeur des Universités, Sociologie, Université de Pau

Driss Ksikes, Directeur du CESEM, Rabat.

Mustapha Medjahdi – Sociologue – chercheur au CRASC, Division de recherche: Socio-anthropologie de l’Histoire et de la mémoire.

Jean Max Noyer, chercheur I3M Toulon.

Kamel Rezgui, Maître de Conférences – Sup’Com Tunis.

Thème 3 : Les nouvelles formes de mobilisation de l’action et de l’espace public

Myriam Achour, Chercheure associée à l’IRMC

Fatma Aït Mous, CM2S

Dorra Ben Alaya, Directeure du département de psychologie, ISSHT Tunis.

Daim Allah Khaled Warda, Université de Béjaïa.

Hamida El-bour, IPSI Tunis.

Aïda Fitouri, Docteure en SIC, IRMC.

Rym Haloues Ghorbel, Doctorante en sociologie.

Koch Olivier, Labsic Paris 13

Abdelouahab Makhloufi, Université de Béjaïa

Imed Melliti, Maître de Conférences – ISSHT Tunis.

Aissa Merah – Maitre de conférences en Infocom, à la FSHS, Bejaïa

Racha Mezrioui, Maître-Assistante – IPSI.

Hayet Moussa, enseignante-chercheure – ISSHT.

Sihem Najar, Chercheure détachée à l’IRMC,

Robert Panico, Labsic Paris 13

Modération du workshop de Rabat :

Bertrand Cabedoche, Professeur en sciences de l’information et de la communication, Chaire UNESCO et Gresec, Université Grenoble-Alpes.

 

IV. Douze partenaires de part et d’autre de la Méditerranée

COMMED est un réseau de douze institutions universitaires et de recherche dont les membres impliqués dans le projet contribueront à l’approfondissement des cinq axes thématiques en apportant un cadre théorique, un dispositif conceptuel et des outils méthodologiques propres à leur champ disciplinaire.

– Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), Tunis
– Lexiques, dictionnaires, informatique (LDI), Paris
– Laboratoire Société, environnement, territoire (SET), Pau
– Laboratoire des sciences de l’information et de la communication (LabsSic), Villetaneuse
– Centre d’études européennes de Sciences Po (CEE), Paris
– Laboratoire de recherche Communication, signal et image (COSIM), Tunis
– Unité de recherche Traitement informatique du lexique (TIL), Sousse
– Unité de recherche Médias et société, Tunis
– Centre national de la recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC), Oran
– Équipe de recherche Les réseaux sociaux en Algérie, Béjaïa
– Centre d’études sociales, économiques et managériales (CESEM), Rabat
– Centre marocain des sciences sociales (CM2S), Casablanca

Le projet bénéficie du soutien de l’Institut français de Tunisie (IFT), du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de la direction de la Recherche du ministère français de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du Centre d’études et de recherches économiques et sociales (CERES).

 

Aïda FITOURI et Pierre-Noël DENIEUIL

Aïda Fitouri est chercheure en science de l’information et de la communication et chercheure associée à l’IRMC.

Pierre-Noël Denieuil est sociologue et l’ancien directeur de l’IRMC, de septembre 2008 à août 2013.

Pour citer ce billet : Aïda Fitouri et Pierre-Noël Denieuil, « Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » Nouveaux supports, nouvelles pratiques », Le Carnet de l’IRMC, 25 novembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1321

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et la Libye, de 2009 à 2012

Durant les années 2000, les actions de recherche développées par l’IRMC avec la Libye se sont heurtées au fort cloisonnement existant entre les institutions universitaires et les centres de recherche libyens, dû notamment à l’absence d’équipes de recherche permanentes. En marge de séminaires organisés à Aix-en-Provence et sous l’égide de travaux menés à l’époque par Olivier Pliez, deux missions de l’IRMC ont été conduites en Libye en 2001 et 2002, par Hassan Boubakri (géographe à l’Université de Sousse) et Jean-Philippe Bras (directeur de l’IRMC). En 2003 fut signée une convention entre le Markez el Jihad et l’IRMC. Le Markez el Jihad, fondé en 1977 par le Dr Mohamed Tahar Jarrari, possède une importante bibliothèque de cassettes numérisées sur la Libye. Il est devenu en 2010 le Centre des archives nationales et des études historiques de Tripoli. Une mission effectuée en 2005 par Pierre Robert Baduel (directeur de l’IRMC) a pu susciter le projet d’une confrontation d’historiens autour de la question de l’administration française du territoire du Fezzan après la Seconde Guerre mondiale. En mars 2009, l’IRMC a souhaité construire une stratégie de travail dans la durée en mobilisant des chercheurs de diverses disciplines (géographie, sociologie, histoire, sciences politiques, droit), et en confrontant deux types de regards, celui des chercheurs libyens sur leur propre société et celui des chercheurs tunisiens sur la société libyenne, mais aussi sur les relations croisées entre les deux pays et via une approche francophone. L’objectif de ce groupe était, d’une part, de participer à la mise en réseaux de chercheurs de différents pays maghrébins et européens et, d’autre part, d’amorcer un programme de recherche spécifique devant déboucher sur l’organisation d’une manifestation suivie de publications.

Il s’en est suivi en mai 2009 une mission à Tripoli réunissant le directeur de l’IRMC et quatre chercheurs tunisiens : Hassan Boubakri, Fathi Lissir et Mouldi Lahmar, coordonnée par Moncef Ouannès. Un séminaire interdisciplinaire fut alors organisé par l’IRMC à Tunis en décembre 2009 sur l’implantation militaire de la France au Fezzan entre 1943 et 1956. Les années 2010 et 2011 ont été consacrées à des échanges historiographiques et à la finalisation supervisée par Moncef Ouannès, d’un ouvrage en version bilingue (arabe/français) paru en octobre 2012, en coédition Cérès Éditions/Tunis, centre des Archives de Tripoli et IRMC, intitulé : Une histoire méconnue. Les relations libyo-françaises au Fezzan de 1943 à 1956. Regards croisés Libye, France, Tunisie.

couv fezzan
Couverture bilingue du livre édité par l’IRMC

Cet ouvrage retrace les grandes lignes de l’implantation de la France sur le territoire du Fezzan dans le Sud-libyen aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Il en analyse les visées politiques, les conditions d’occupation militaires et administratives, ainsi que le vécu des populations, de l’alliance à la résistance, jusqu’à l’indépendance libyenne et l’évacuation définitive en 1956. Dans un esprit de dialogue intellectuel entre les deux rives de la Méditerranée, ce livre rassemble des regards d’historiens, de sociologues, de politologues et de géographes libyens, tunisiens et français soucieux de croiser leurs savoirs. Du regard français, il ressort que cette période serait moins militaire que politique. Les Libyens de leur côté décryptent les dynamiques nationales et régionales (Algérie, Tunisie) des réseaux de résistance. Et les chercheurs tunisiens forts de leur regard distancié du pays d’à côté, se penchent sur les savoirs construits par la France, sur les stratégies d’alliances avec les dignitaires libyens, et les mémoires politiques.

Cette recherche a permis de livrer à l’actualité le portrait d’une Libye contemporaine comme cible et enjeu international majeur, en interaction constante avec les événements se déroulant aux différentes échelles : méditerranéenne, africaine, arabe et internationale. Il a ainsi été proposé un autre type d’écriture de l’histoire entre la France et la Libye et avec la Tunisie, qui consiste moins à « juger » qu’à « gérer un passé » pour construire un présent et à reconsidérer les faits en confrontant leur pluralité, en questionnant leurs interprétations. Il s’agit là d’une double initiative à poursuivre tant dans le domaine de la coopération multilatérale en sciences humaines et sociales que dans celui de la réécriture de l’histoire coloniale par la confrontation et l’échange interdisciplinaires sur des sociétés témoins et actrices des événements.

Publié en édition bilingue et au Maghreb par l’IRMC, il constitue un précédent historiographique en matière de traduction, et contribue ainsi a toucher un vaste public tant en Europe et dans la francophonie qu’au Maghreb et dans le monde arabe. Il ouvre la voie à une prochaine collaboration de l’IRMC avec le Centre des archives nationales et des études historiques de Tripoli, l’ISHMN (Institut supérieur d’histoire du mouvement national a Tunis), et la Casa de Velasquez à Madrid, sur l’histoire orale, ses techniques et ses méthodes disciplinaires, ses objectifs et ses finalités en matière de préservation des mémoires nationales.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

est sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et la Libye, de 2009 à 2012 », Le Carnet de l’IRMC, 11 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1266

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

Depuis 2008, date de la signature d’une convention avec le CRASC (Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle) d’Oran, l’IRMC entretient d’étroites relations avec la recherche et l’Université algérienne. Depuis fin 2008, les actions menées ont été soutenues par le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France d’Alger.

État de la recherche en Algérie

Le paysage algérien de la recherche a été structuré dans la dernière décennie par deux lois quinquennales, celle de 2002-2007 qui a précisé le statut des enseignants-chercheurs et des centres de recherche, puis celle de 2008-2013 qui a instauré une structure permanente et autonome de coordination de la recherche (DGRST, Direction générale de la recherche scientifique et technique ; CNRST, Conseil national de la recherche scientifique et du développement technologique ; CSNER, Conseil scientifique national d’évaluation de la recherche). Chaque ministère est doté d’une unité sectorielle permanente constituée d’experts. Les services actuellement en place toutes disciplines scientifiques confondues concernent 803 laboratoires de recherche repartis sur 36 universités, 15 centres universitaires, 16 écoles nationales, 5 écoles normales supérieures, 10 écoles préparatoires et 25 centres de recherche hors université. 25 000 étudiants sont actuellement inscrits en thèse, mais seulement 800 sont soutenues chaque année. On relève une difficulté qui est celle du manque d’enseignants de rang magistral, soit 11 000. De 2002 a 2007, l’Algérie a enregistré une forte croissance du nombre de ses chercheurs, alors que celui-ci déclinait parallèlement en Europe et aux États-Unis (4 %). Le secteur des sciences sociales occupe la 3e place après les sciences et techniques et les sciences fondamentales. En règle générale, on constate une désaffection de la présence des SHS dans la réponse aux appels d’offre proportionnellement à la part des autres sciences. En matière d’édition, le livre y représente un enjeu fort alors que les autres sciences privilégient la publication d’article. Notons la difficulté des chercheurs algériens à trouver une place dans des revues indexées.

Les partenariats scientifiques

AlgérieEn matière de recherche institutionnalisée, les deux principaux interlocuteurs de l’IRMC ont été le CREAD (Centre de recherche en économie appliquée au développement), partenaire d’un programme FSP avec le LISE CNAM (Paris) sur l’entrepreneuriat maghrébin, et le CRASC à Oran qui noue dès 1992 une pratique de recherche collective dans un contexte d’isolement international et de lent accompagnement des jeunes chercheurs. L’IRMC s’est attaché ces dernières années à construire un réseau multilatéral tenant compte des coopérations collectives entre chercheurs et institutions multiples, sur la base d’organisation de journées d’études et de séminaires débouchant sur des publications, et d’accueil régulier de boursiers et chercheurs. Un partenariat scientifique, soutenu par l’AUF a permis d’organiser des réunions internationales avec le CRASC d’Oran en avril 2009 et février 2010 sur la thématique de la crise du travail et de l’employabilité, en septembre 2012 sur le chômage et l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Il a permis de mettre en relation, sous l’égide de l’IRMC, l’équipe oranaise avec des enseignants chercheurs tunisiens de l’Université de Sfax, de l’ISSHT de Tunis, de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, de l’Institut national du travail et des études sociales de Tunis (INTES) et du LISE-CNAM/CNRS Paris. Dans cette perspective, un projet d’ouvrage est à l’étude sur les questions du chômage et de l’insertion professionnelle des jeunes diplômés, devant s’élargir prochainement aux chercheurs marocains. Enfin et simultanément, une autre collaboration de l’IRMC et du CRASC a donné lieu à l’automne 2012 à la publication conjointe (coédition) d’un ouvrage sur Le Maghreb et l’indépendance de l’Algérie, sous la direction de Amar Mohand-Amer et Belkacem Benzenine, à l’occasion de la célébration du cinquantenaire (1962-2012). Cet ouvrage, saisissant le « moment historique » dans un éclairage rétrospectif sur son devenir, traite de l’indépendance nationale et des processus de transitions politique et juridique, syndicale, économique et culturelle. Il en évoque les enjeux nationaux (position des Ulémas, statut des femmes, reconversion du mouvement national…). Il en questionne la confrontation et le devenir des valeurs coloniales et nationales – les anticolonialismes juifs et européens et l’idée de nation algérienne, l’exode des rapatriés, le devenir des Harkis. Outre l’originalité de son approche pluridisciplinaire – de l’histoire à la sociologie et à la littérature, en passant par les sciences juridiques, politiques et économiques –, ce travail s’inscrit dans un échange générationnel novateur. S’y font écho les analyses de chercheurs confirmés spécialistes des questions traitées, avec celles de nombreux doctorants qui livrent les conclusions de leurs premières recherches. Il s’agit là d’une innovation communicationnelle et éditoriale qui a pris la forme d’une publication simultanée. Grace à l’accord des deux centres et éditeurs, et sur la base d’un même manuscrit fabriqué par l’IRMC, cet ouvrage a pu sortir aux éditions Karthala en France, et aux éditions du CRASC en Algérie (sous le titre Les indépendances au Maghreb), ce qui lui garantit la meilleure diffusion de part et d’autre.

Une importante collaboration universitaire a été engagée en 2010 avec l’Université d’Alger 2 Bouzarea et son département de sociologie, avec le soutien du service de coopération universitaire du SCAC de l’Ambassade de France en Algérie. La thématique retenue en a été la question de la jeunesse et des violences scolaires au Maghreb. Une première rencontre s’est tenue à Tunis les 8 et 9 mars 2011. Celle-ci a associé l’IRMC, le Département de sociologie d’Alger, l’Université de Franche-Comté, avec le laboratoire C3S (Culture, Sport, Sante, Société) coordonné par Gilles Ferreol. Elle a réuni 15 chercheurs, dont 6 Algériens, 3 Français, 1 Libyen, 1 Mauritanien et 4 Tunisiens. Une seconde rencontre a eu lieu les 17 et 18 décembre 2011 à Alger, dans un partenariat renforcé avec les chercheurs tunisiens, par l’implication de membres de l’INTES). Ce colloque a rassemblé sous l’égide de l’IRMC une équipe de 7 communicants tunisiens, quatre français et un libyen. 5 communications ont été présentées par l’Université d’Alger 2. En présence d’un public d’enseignants chercheurs, d’étudiants, et de praticiens, évalue entre 100 à 200 personnes/jour. Les Actes de ces manifestations sont sous presse aux éditions Inter-communications (Fernelmont, collection « Mondes méditerranéens »).

Mises en réseaux et échanges scientifiques

En 2010, une importante mise en réseaux scientifiques a été conduite par deux chercheurs boursiers de l’IRMC. L’une sur « L’histoire de la nationalité algérienne et la constitution d’une nationalité post coloniale dans les pays du Maghreb » (Noureddine Amara), avec d’une part les Archives Nationales d’Algérie et d’autre part les Archives de Wilaya à Oran et à Constantine, en relation avec les Archives diplomatiques de Nantes ; dans ce cadre, a été organisé à l’IRMC le 30 avril 2011 une journée d’échanges scientifiques sur les « Nationalités et empires au prisme de la question de la souveraineté », par la mise en réseau d’historiens et de politologues sur « Etats et nationalités au Maghreb ». L’autre sur « Les artistes peintres et la guerre d’Algérie de 1954 à nos jours » (Emilie Goudal), avec le CCF d’Alger, le centre des Glycines, la bibliothèque du Musée national des Beaux-arts d’Alger, et le Centre des Archives du ministère algérien de la Culture. À ce titre, des contacts sont régulièrement entretenus avec le Centre d’étude et de recherche Les Glycines à Alger qui a reçu à plusieurs reprises des chercheurs de l’IRMC. Dans le cadre de l’animation et de la création de liens scientifiques depuis l’IRMC, notons de réguliers échanges visant à la construction de réseaux par la valorisation et la connaissance des travaux algériens à partir des programmes de recherche, des animations et des productions scientifiques de l’IRMC. Ainsi les rencontres sur Le Maghreb et ses africanités, l’identité nationale au regard de ses altérités coordonnées par Stephanie Pouessel, ont permis de mieux connaitre les travaux du CNRPAH d’Alger sur la negrophobie en Algérie, ou de l’Université de Birzeit a Ramallah (Palestine) sur l’intégration des Noirs en Algérie. De même les journées sur Les mouvements sociaux en ligne, cyberactivisme et nouvelles formes d’expressions en Méditerranée coordonnées par Sihem Najar, ont contribué à interroger « les mouvements sociaux en ligne et les nouvelles formes d’expression contestataire à travers l’exemple algérien » (Université d’Annaba), et « les jeunes et l’usage politique de l’Internet en Algérie » (CRASC d’Oran). Des contacts avec l’Université de Bejaïa ont de même été amorcés, notamment avec les Départements communication, économie managériale et sociologie sur les thèmes de l’entrepreneuriat transméditerranéen ainsi que sur les usages de l’Internet. À ce titre l’equipe de Bejaïa fait partie du projet de GDRI présenté par l’IRMC au CNRS sur les pratiques des NTIC en Méditerranée. Citons aussi les présences invitées de représentants du LISODIL Laboratoire de Linguistique, Socio-linguistique et Didactiques des Langues d’Alger 2 (programme Dire en langues coordonné par Myriam Achour-Kallel), et de l’Institut d’Archéologie d’Alger 2 (cycle tourisme et patrimoine). Outre l’accueil de nombreux chercheurs du CRASC, mentionnons l’invitation régulière de conférenciers algériens autour des animations scientifiques, telles les conférences de Mme Hallouma Cherif (Université d’Oran), sur « La construction de l’identité personnelle chez les algériennes », ou de M. Youcef Fatès sur « l’histoire des usages sociopolitiques et associatifs du sport en Algérie ».

Les formations doctorales

Poursuivant l’objectif d’encourager les jeunes chercheurs algériens, déjà maitres assistants à l’université, à finaliser leur thèse et à développer la méthodologie de la soutenance, l’IRMC a organisé en partenariat avec le Consortium des Universités de l’Est-algerien (universités de Skikda, Annaba, Constantine, Guelma, Oum el-Bouaghi) et avec le soutien du SCAC d’Alger, du 7 au 12 décembre 2009 à Hammamet, des « Doctoriales en sciences humaines et sociales : formation à la méthodologie et aux techniques de recherche ». Puis une seconde session s’est tenue à Sousse en décembre 2010, rassemblant sur cinq jours trente doctorants et 8 encadrants autour de deux objectifs : « la finalisation de la thèse » et « l’écriture des articles scientifiques », en collaboration avec le Consortium des universités de l’Est algérien et le CERES de Tunis et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF). Ces actions visent à assurer un soutien et un accompagnement méthodologique et théorique aux doctorants, en les aidant à dépasser les blocages, à s’intégrer dans le monde de la recherche et à valoriser leurs compétences en matière de rédaction d’articles scientifiques à partir des thèses en cours. Dans la même perspective, s’est tenu à Oran les 17-21 janvier 2013 une école doctorale algero-tunisienne (16 doctorants dont 8 Algériens, 8 Tunisiens et 6 encadrants) ayant pour thème « Les représentations sociales : théories et approches méthodologiques », co-organisée entre l’IRMC et la Faculté des sciences sociales de l’Université d’Oran (Département de psychologie), la Maison du Doctorant (Universite d’Oran), l’Institut Supérieur des sciences humaines et sociales de Tunis, avec une conférence du Pr. Denise Jodelet, directrice d’études à l’EHESS Paris. Notons aussi dans le cadre de l’atelier doctoral Les méthodes d’observation en démographie et sciences sociales, Hammamet (Tunisie), 18-20 juin 2012 co-organisé par l’ED-FSHST-Tunis – INED Paris- IRMC-Tunis, CRASC-Oran, AMER-Maroc, la prise en charge et la formation de 5 étudiants du CRASC-Oran.

L’accueil des boursiers

Outre l’accueil d’une dizaine de séjours scientifiques de courte durée (avec le CRASC d’Oran, l’Université Abderrahmane Mira de Bejaïa), l’IRMC a mis en place avec le soutien du SCAC de l’ambassade France à Alger une coopération transversale Sud/Sud en matière d’accueil (un à trois mois), de boursiers francophones. À ce titre en 2010, 2011 et 2012, 12 bourses ont été accordées sur l’Algérie pour une durée de 27 mois. Leurs profils se décomposaient ainsi : résidents en Algérie sur un terrain de recherche situé en Algérie et en séjour dans une université française (cotutelle), résidents en Algérie et en séjour de terrain (comparaison) en France, résidents et inscrits en France ou en Europe et en bourse de terrain en Algérie, résidents en Algérie et inscrits dans des échanges Sud/Sud d’Algérie vers la Tunisie, dans une approche comparative et en séjour de thèse à l’IRMC, résidents en Tunisie et en séjour de terrain en Algérie. Les thématiques des travaux proposés recouvraient de vastes thématiques disciplinaires : le projet de vie des adolescents marginaux en réinsertion sociale à Oran (psychologie), les violences scolaires en milieu urbain sensible à Constantine (sociologie), les centralités périphériques des villes de l’Est-algérien (géographie urbaine), les associations féminines en Algérie, en Tunisie et au Maroc (sociologie), les petites et moyennes entreprises algériennes (socio économie), le colonialisme dans les relations franco-algériennes (sciences politiques), les politiques publiques et l’espace commémoratif de l’Algérie coloniale (histoire), les proverbes kabyles (socio anthropologie), les systèmes oasiens en Algérie (géographie rurale), la femme ibadite dans la région du Mzab (anthropologie), étude comparative de l’histoire des archives tunisiennes et algériennes (histoire)…

De manière à capitaliser et à valoriser les aides ici évoquées, l’IRMC étudie actuellement un projet de « seminaire-atelier d’écriture » rassemblant 15 boursiers algériens suivis par lui en 2010, 2011 et 2012, en vue de l’écriture d’un article synthétique et à paraître dans un collectif consacré à la jeune recherche, Penser la société algérienne aujourd’hui. Enfin, il importe de souligner que les actions conduites par l’IRMC ne s’inscrivent pas seulement dans une relation bilatérale entre la France et l’Algérie. Les chercheurs algériens reçus à l’IRMC ou invités dans des programmes en réseaux y découvrent notamment leurs homologues tunisiens ou marocains. L’IRMC devient alors un passeur, assurant en corollaire de sa présence francophone, une position de coordinateur scientifique international et de relais intra maghrébin.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et l’Algérie, de 2009 à 2013 », Le Carnet de l’IRMC, 2 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1245

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La dimension internationale de l’IRMC

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

L’IRMC accueille des chercheurs francophones, des doctorants et des boursiers, de tous pays. Il constitue un outil exceptionnel de coopération (seule la France dispose de ce type d’institut à l’étranger), et est un lieu privilégié de production et de diffusion pluridisciplinaires et internationales des savoirs en sciences de l’homme et de la société.

Des thématiques transversales et internationales

Les programmes de recherche développés par l’IRMC depuis 1992, ont toujours répondu à des préoccupations d’actualité internationale, ne cédant ni à la tentation du localisme ni à celle de l’analyse d’opinion. Cette internationalisation s’est concrétisée dans des partenariats institutionnels d’abord enracinés depuis la Tunisie. Citons pour exemple dans les années 1990 la recherche avec l’INRAT sur les politiques agricoles et les effets de la mondialisation sur les sociétés rurales dans l’espace méditerranéen dans le cadre du programme MOST de l’Unesco. Ou encore celle menée avec l’IPSI sur les techniques de communication et les médias au Maghreb ; ou sur les villes et les communautés locales maghrébines avec le groupe de recherche (GRVCL) de l’Université du 9 avril, qui deviendra le laboratoire DIRASET. À la charnière des années 2000, où s’intensifient l’intérêt de la France pour le partenariat en Méditerranée avec la Conférence de Barcelone, et les échanges entre communautés scientifiques du Nord et du Sud, par l’ouverture de l’espace euro maghrébin à l’espace euro méditerranéen, se développent des recherches sur les migrations internationales avec l’Université de Sousse, sur les flux de compétences et le retour des diplômés tunisiens, puis sur les ingénieurs au Maghreb avec l’INTES. Au cours des années 2000, l’accent des comparaisons internationales sera mis sur les analyses historiographiques avec les universités du 9 avril et de La Manouba ainsi que l’ISHMN, sur le droit et pluralisme juridique avec la Faculté des sciences juridiques de Carthage puis la Faculté des sciences juridiques et politiques de Tunis, sur les pratiques de la langue avec l’EHESS et l’Université de La Manouba, sur les formes de gouvernance mondialisée et de cultures d’entreprise avec l’ISG, les industries numériques et les économies émergentes avec SupCom. Les recherches de l’IRMC ont dès 2005 été dynamisées par les programmes FSP « Appui à la coopération pour la recherche en sciences humaines et sociales entre le Maghreb et la France ». Il y avait là une politique du MAEE français d’une part de renouveler la connaissance française sur le Maghreb et d’autre part de développer la coopération avec les chercheurs maghrébins sur des approches thématiques comparées. Deux recherches internationales ont ainsi été introduites sur l’espace euro maghrébin : l’une sur « Dynamique d’agglomération des activités productives et gouvernance territoriale », l’autre sur « Les étudiants étrangers » entre autres avec les universités de Sfax et de Sousse.

carte Irmc2Du franco-tunisien au régional Maghreb et à l’international

C’est ainsi que depuis Tunis, l’IRMC a offert des potentialités de coopérations avec les institutions françaises tout d’abord. Ce fut le cas avec URBAMA (Tours), l’EHESS, l’IISMM (Paris), la MMSH et l’IREMAM (Aix-en-Provence), l’IRD, l’Université de Montpellier, l’IEP d’Aix-en Provence, l’Université de Toulouse, de Lyon, le CNAM de Paris, l’Université de Rennes, de Franche-Comté etc… Et ces attaches de l’IRMC avec la recherche française en firent un attracteur pour les Tunisiens et les Maghrébins, le maillon fort d’une chaîne de coopération. L’IRMC fonctionnait alors, depuis son siège de Tunis, comme lieu d’expressions inter sociétales et d’acquisition du métier de chercheur, outil d’accompagnement à la recherche et de confrontation des générations entre seniors et juniors. En témoignent les 12 formations doctorales internationales (20 a 50 doctorants) proposées depuis sa création. Citons aussi l’organisation de conférences et l’invitation de personnalités internationales de prestige, l’accueil de chercheurs étrangers en mission et leur mise en contact avec leurs homologues tunisiens. Notons encore en aval de la politique systématique de publications (50 ouvrages), la parution depuis 2005 de la publication annuelle Alfa puis Maghreb et sciences sociales croisant des publications multinationales, et enfin la Lettre trimestrielle comme support du rôle d’interface et de valorisation joué par l’IRMC entre les communautés scientifiques maghrébines et européennes. Le but des la création de l’Institut était que celui-ci s’insère en profondeur dans le tissu intellectuel maghrébin dans un contexte où l’Algérie se trouvait verrouillée. Une antenne avait été créée à Rabat, avant qu’elle ne s’autonomise en 1997. Par la suite l’IRMC n’en n’a pas moins assuré sa vocation régionale qui s’est confirmée par un bulletin et un conseil scientifique communs avec le CESHS de Rabat (futur CJB), ainsi que par le maintien de recherches comparatives, d’enquêtes et de liens avec le Maroc. Une coopération fut amorcée à la fin des années 1990 avec le CENEAP d’Alger, le CRASC d’Oran, puis avec le Markez El Jihad de Tripoli et l’Université d’Aix-en-Provence, par l’intermédiaire d’une allocataire de recherche en histoire. C’est ainsi que se développa un espace scientifique à l’échelle du Maghreb et à partir de Tunis, confortant une complémentarité entre les dimensions tunisienne et maghrébine de l’Institut. C’est très certainement cette forte dimension régionale, de coopération multilatérale, qui a distingué l’IRMC, l’a fait accepter par la communauté intellectuelle et l’a sauvé des risques de compromis politique dans la Tunisie de Ben Ali où, de toute manière toute recherche bilatérale eut été vouée à l’instrumentalisation, à la dépendance et à l’échec. Il prônait alors le comparatisme et la dimension méditerranéenne. Ces enjeux faisaient sens non seulement en Tunisie mais au Maghreb et au-delà, et redéfinissaient le pourtour d’une communauté scientifique transnationale et métissée, intégrant aussi des partenaires français du Proche et Moyen Orient tels l’IFPO à Damas et Beyrouth et le CEDEJ au Caire. L’Institut est alors représenté « comme un lieu d’ouverture et d’échanges préfigurant les laboratoires mixtes », une voie d’accès, pour les chercheurs tunisiens, à des réseaux internationaux.

Par delà les frontières, un trait d’union

L’IRMC a été un vivier de chercheurs. Outre ses propres personnels, intégrés dans les institutions françaises ou tunisiennes, de très nombreux chercheurs étrangers (italiens, espagnols, allemands, anglais et américains) y ont été accueillis et sont devenus professeurs ou chefs de laboratoires. Le recrutement des chercheurs tunisiens détachés (1 gestionnaire, 2 économistes, 1 socio politologue, 1 historien, 1 géographe, 1 sociologue), tout comme celui des français affectés à l’Institut (14 chercheurs) a consolidé leur expérience de l’international et de la pluridisciplinarité (ouverture de l’économie sur la sociologie, de l’histoire et de la géographie sur les sciences sociales). Ainsi parlait un collègue tunisien : « Ma mission a l’IRMC était de monter un programme pluridisciplinaire, j’étais historien et l’ouverture sur d’autres savoirs m’a transformé complètement ». De même le montage de leurs programmes, par la mise en réseaux à la fois nationaux et internationaux, les a constitués en « passeurs » vers la communauté scientifique tunisienne, maghrébine ou française, tout en s’inscrivant avec leur institution d’origine dans des échanges Sud/Sud, et en accordant ainsi une plus grande visibilité à leurs propres travaux. Dès ses débuts, l’IRMC a recruté des chercheurs tunisiens avec le souci qu’ils ne s’isolent pas de l’Université tunisienne et, bien au contraire, qu’ils constituent des points de relai avec celle-ci, en gardant un enseignement à l’université. C’est là un des points forts de la présence de l’IRMC qui a contribué à l’engagement international des chercheurs tunisiens : « Avant l’IRMC, nous avions des rapports avec la France par les actions de coopération universitaire dans le cadre du CMCU. Mais on n’avait pratiquement aucun rapport avec les collègues maghrébins. Et c’est grâce à la dimension maghrébine de l’IRMC, notamment avec son antenne à Rabat, que nous avons pu nouer des relations Sud/Sud notamment avec les collègues algériens, marocains et même un mauritanien, nous les avons reçus et ils nous ont reçus par le biais et avec l’aide de l’IRMC » (chercheur tunisien détaché a l’IRMC). Plus encore, le détour par l’international a suscité un rapprochement vers les nationaux : « le passage à l’IRMC en m’ouvrant à des réseaux internationaux m’a rapproché de la communauté scientifique tunisienne » (chercheur tunisien détaché à l’IRMC). À ce titre, l’IRMC a toujours été plus qu’un partenaire bilatéral, par sa nécessité de maintenir dans l’espace de coopération franco-tunisien, une coopération franco maghrébine et internationale. L’internationalisation apparaît alors comme un outil de légitimité et de valorisation des liens bilatéraux franco-tunisiens. Il faut insister sur cette vocation privilégiée de l’Institut par delà les frontières, comme trait d’union entre chercheurs du Nord et chercheurs du Sud, eux-mêmes rattachés à une communauté qui est celle de la recherche transnationale en sciences de l’homme et de la société. Telle a été la vocation de l’Institut ces vingt années, en renforçant les SHS par la création de réseaux thématiques scientifiques internationaux. C’est la toute la fonction des réseaux, de sortir des coupures nationales et d’agir en transfrontaliers. À cet égard, l’IRMC défend une politique d’actions multilatérales : 10 nationalités de chercheurs l’ont fréquenté. Ses travaux de recherches ont porté sur autant de pays. Ses missions en Algérie ou en Libye incluent des Tunisiens à chaque déplacement en encourageant les rencontres et les relations Sud/Sud à Alger, Rabat, Tripoli, Tunis ou Paris. Il y joue un rôle de hub à l’échelle maghrébine, « synapse », lieu de connexions et d’échanges. On peut dire en ce sens, que le rayonnement de la France en Tunisie et au Maghreb est aussi passé par une coopération avec des institutions non françaises. Cette présence de la France, ailleurs que depuis la France ou ses institutions diplomatiques à l’étranger, ailleurs que dans le seul « bilatéral » jouant comme support des relations internationales, a valorisé l’IRMC comme passeur, relais et inter médiateur, faisant de lui un fer de lance du multilatéralisme scientifique.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « La dimension internationale de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 25 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1205

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’identité irmcéenne

Raja Chaaba
Photographie de Raja Hamdia-Chaaba

Après une mission de près d’un an au sein du service comptabilité de l’Institut français de coopération, j’ai eu l’opportunité d’être recrutée à l’IRMC en 2004 en tant que gestionnaire puis de devenir responsable du service financier. J’ai en outre la charge de l’intendance, de la régie et d’une partie des ressources humaines. M’ennuyer dans mon travail était une chose que je redoutais. Après 9 ans, je peux dire que je n’en ai pas eu le temps car entre gérer les bobos de notre chère et vieille bâtisse (problèmes électriques, informatiques, inondations…) et jongler entre la gestion, les règles comptables et les desiderata des chercheurs et… des directeurs, ce n’est pas de tout repos !

Ce que j’apprécie à l’IRMC c’est l’ambiance, la convivialité. La cafeteria est un lieu que j’affectionne particulièrement. Elle est moche, même très moche et mesure à peine 7 m2 mais on s’y retrouve à 10, 12 et même plus en débordant dans le couloir pour boire un café, pour partager des repas délicieux préparés par notre chère Latifa, pour fêter des anniversaires, pour discuter, échanger, se détendre… Je suis sûre que beaucoup de lecteurs, visiteurs ont déjà senti les bonnes odeurs de cuisine et/ou entendu des éclats de rire !

La plupart des chercheurs, doctorants, directeurs qui sont passés par l’IRMC gardent le contact avec nous. De passage en Tunisie pour le travail ou des vacances, ils n’oublient pas de passer par la case IRMC. On dit que l’IRMC est une sorte de famille, c’est vrai. On s’apprécie, on s’aime, on s’accroche, on se dispute mais au final l’esprit de famille l’emporte. L’identité irmcéenne existe. J’occupe une fonction qui est souvent stressante et parfois ingrate, elle prend beaucoup de mon temps mais comme je l’ai dit à certaines personnes : « je n’aimerai quitter le navire IRMC pour rien au monde ». Merci à Pierre Robert Baduel qui m’a donné ma chance et avec qui j’ai beaucoup appris et un petit message à Pierre-Noel Denieuil : « cultiver le flou pour voir plus clair »… c’est possible ! Longue vie à l’IRMC et je ne pourrai terminer ces quelques lignes sans avoir une pensée pour notre chère Tunisie.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Raja HAMDIA-CHAABA

est responsable du service comptable et financier à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Raja Hamdia-Chaaba, « L’identité irmcéenne », Le Carnet de l’IRMC, 17 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1167

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Entretien de Pierre-Noël Denieuil avec François Gouyette, Ambassadeur de France en Tunisie

ambassadeur de france en tunisie
Photographie de François Gouyette, ambassadeur de France en Tunisie

À l’occasion de cette livraison de La Lettre consacrée aux vingt ans de l’IRMC à Tunis, je vous remercie vivement d’avoir bien voulu accepter le principe de cet entretien à bâtons rompus autour des Instituts français de recherche et de la mission des sciences sociales à l’étranger. Je sais que vous connaissez bien le monde de la recherche, et je commencerai par une question un peu personnelle. Comment vous êtes-vous familiarisé avec les sciences sociales ?

Cette familiarité est naturelle si je puis dire, dans la mesure où j’ai fait des études de droit à l’Institut d’études politiques de Paris, mais aussi de langue arabe dans le cadre du cursus de l’INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales). Il est clair qu’il y a là une dimension de civilisation déterminante, et qui touche à l’histoire des relations internationales. Et c’est en m’intéressant à ces deux aspects que je me suis bien évidemment familiarisé avec les sciences sociales telles qu’on les conçoit dans le cadre de la recherche sur le devenir des civilisations.

Et avec les Instituts français de recherche à l’étranger ?

Dans le cadre des fonctions que j’ai exercées, j’ai pu me familiariser davantage avec les institutions françaises qui travaillent dans ce domaine et notamment les Instituts. La première expérience que j’ai eue du fonctionnement concret d’un Institut français de recherche, c’est à Damas en Syrie lorsque j’étais n° 2 de l’ambassade de 1990 a 1993, et Jacques Langhade, un arabisant de Bordeaux, dirigeait cette institution. J’ai pu y voir toute l’utilité d’un tel Institut, à la fois académique en terme de connaissance du terrain, mais aussi pour les relations qu’il pouvait entretenir avec les services de l’ambassade. Ma seconde expérience a été en Turquie lorsque n° 2 à l’ambassade en 1996-97, j’ai découvert l’IFEA (Institut français des études anatoliennes). C’est aussi un prestigieux Institut qui a toujours joué un rôle de veille non seulement sur l’époque ottomane mais aussi sur l’époque contemporaine, et qui était aussi étroitement associé à la vie de l’ambassade. Stéphane Yerasimos, aujourd’hui décédé, a été un grand directeur de l’IFEA, où j’ai eu l’occasion de rencontrer des chercheurs. Je me souviens aussi du directeur de l’Institut français pour l’Asie centrale basé à Tachkent, lors d’une visite que j’avais effectuée en Ouzbekistan dans une délégation qui accompagnait le président Mitterrand lors de son dernier voyage dans cette région en 1994. Et puis sur le Maghreb il y a bien sur le Centre Jacques Berque de Rabat et l’IRMC à Tunis.

Quel regard portez-vous sur les travaux de ces différentes institutions et plus particulièrement sur ceux de l’IRMC ?

Son directeur est associé à la vie et au travail de l’ambassade, il assiste périodiquement aux réunions des chefs de service. C’est un signe de confiance bien sûr, c’est aussi un signe qu’il est partie prenante de cette équipe de France que j’ai l’honneur de diriger ici. Et je considère que c’est un élément important de notre dispositif de coopération. Mais au-delà, car on ne saurait réduire la recherche sur le Maghreb contemporain à cette seule dimension, même si elle reste importante, il s’agit d’un observatoire diversifié et multiforme des réalités de l’histoire du protectorat et de la Tunisie d’avant le protectorat, mais aussi de la Tunisie d’aujourd’hui.

Dans la mesure où la mission de l’IRMC couvre « le Maghreb contemporain », peut-on dire que son action dépasse le bilatéral franco-tunisien ?

Je peux me référer à mon expérience récente de la Libye où j’étais ambassadeur et où pour la première fois j’ai pu connaître l’IRMC puisque j’y ai reçu avec vous les chercheurs tunisiens qui travaillaient sur la Libye autour de la relation franco-libyenne.

Aujourd’hui en Libye, la situation est telle que Tunis peut plus que jamais se voir conforté dans son positionnement de centre de veille à l’échelle régionale. De son côté l’Algérie qui est un pays majeur du Maghreb nécessiterait peut-être qu’un Institut lui soit consacré, même si son absence a ce jour s’explique sans doute pour des raisons historiques de la période du terrorisme. Mais que l’IRMC ait une vocation régionale qui couvre la Libye me paraît nécessaire. D’ailleurs les services économiques de l’ambassade couvrent aussi la Libye, et la vocation régionale y est à renforcer.

Vous avez employé le terme de « veille » à propos de la recherche, c’est-à dire… ?

Oui absolument. Je considère qu’un Institut comme l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, et comme d’autres instituts d’ailleurs, a une fonction de veille sur la société, et là on revient au primat de la sociologie dans l’approche du pays où nous nous trouvons. Il est évident que si on ne valorise pas cette fonction, il y aura un déficit dans la manière dont on peut tirer profit de l’existence d’un tel institut.

Vous parliez de l’IRMC comme d’un observatoire de la Tunisie d’aujourd’hui. Que peuvent en dire les sciences sociales ?

La sociologie peut être un angle d’approche particulièrement utile aujourd’hui dans un pays qui depuis la révolution est en train de chercher sa voie pour édifier un État démocratique et une transition, amorcée depuis deux ans maintenant – mais à l’échelle de l’histoire deux ans c’est bien peu – et que la France a choisi d’accompagner avec tous les outils de coopération, dont l’IRMC par sa spécificité. Je pense qu’il faut mettre l’accent sur le suivi, sur les études et la recherche contemporaines, sur l’observation des réalités politiques, économiques et sociales, sociologiques et culturelles de la Tunisie post révolution. C’est un sujet qui peut recouper d’ailleurs des travaux qui sont menés par l’IRD ou par d’autres organismes.

Cela ne signifie pas que les autres travaux sont dénués d’intérêt mais on est quand même aujourd’hui dans une phase qui requiert la mobilisation de toutes les compétences en matière de recherche et d’analyse, et les chercheurs doivent bien évidemment contribuer à cet important travail d’observation.

Par exemple ?

Vous évoquiez l’examen du projet de constitution, mais il peut y avoir d’autres sujets comme par exemple l’Islam tunisien dans sa diversité, les tendances qui le traversent, les mouvements qui le travaillent, et puis au plan sociologique aussi la compartimentation et la fragmentation de la société. On est aujourd’hui au lendemain d’une tragédie de l’immolation d’un jeune marchand ambulant qui rappelle deux ans plus tard celle de l’immolation de Bouazizi qui a été le point de départ d’une révolution encore inachevée, qui n’a pas rempli toutes ses promesses – mais sans doute ne le pouvait-elle pas – en termes de satisfaction des besoins de la population. On voit bien qu’il y a là des questions fondamentales qui mériteraient qu’un Institut comme l’IRMC se penche davantage sur les réalités socio économiques sans préjuger de ce que font d’autres par ailleurs.

Pensez-vous qu’un chercheur puisse se positionner comme un conseiller du politique ou de la diplomatie ?

Cela renvoie à la conception du rapport que l’on peut voir entre diplomatie et recherche. Cela suppose que soient clairement définies les missions de chacun ou que soit affirmé aussi le principe de l’indépendance qui doit s’attacher à la recherche et à la qualité et au statut du chercheur. Le chercheur ne doit pas se considérer ou être considéré comme un auxiliaire de l’État ou de l’administration. En même temps, je dirai que la recherche n’est pas neutre, elle s’inscrit aussi dans un contexte qui est celui de l’action d’un État. Il faut donc trouver un équilibre entre ces exigences : les exigences d’indépendance légitime du scientifique qui ne doit pas être soumis à des contraintes qui iraient à l’encontre de ses convictions et de sa conscience, et en même temps ne pas considérer que la recherche est quelque chose de totalement abstrait et ne s’inscrit pas dans un contexte. De surcroît pour un institut de recherche français, il ne serait pas compréhensible qu’il inscrive son action à l’extérieur de l’État qui le soutient. Je crois que tout est question de gradation.

Que pensez-vous de cette notion de « diplomatie scientifique » ?

Il est tout à fait pertinent de réfléchir à ce que peut être l’apport de ce que l’on appelle diplomatie scientifique. On parle beaucoup de diplomatie économique, la diplomatie scientifique est un concept moins familier mais qui a sa pertinence dans la mesure où la connaissance des pays et des sociétés avec lesquels nous coopérons, est un atout essentiel. Dans un monde extrêmement compétitif, la diplomatie française ne peut négliger aucune piste et aucune perspective pour renforcer sa position. Alors dans un pays comme la Tunisie, il est clair que l’existence d’un centre de recherche ou d’un vivier de chercheurs français et tunisiens doit être mise en valeur.

Pour terminer, que souhaiteriez-vous dire aux chercheurs de l’IRMC ?

Je reviendrai sur les propos que j’ai tenus sur l’utilité de l’Institut telle que je la conçois. Je crois que les chantiers sont nombreux, multiformes et pluridisciplinaires. La synergie avec l’IRD (l’Institut de recherche sur le développement) doit être renforcée, et il faut veiller à ce que plus de liens soit assurés entre ces instituts qui travaillent sur des secteurs et des domaines différents, mais qui peuvent aussi avoir un intérêt commun à travailler ensemble, ainsi qu’avec les autres instituts a l’échelle régionale. Puis sur le fond, le chantier de la révolution est ouvert. Il est d’une extrême richesse et se décline dans tous les domaines que j’ai déjà mentionnés, le politique, la constitution, les institutions, la sociologie, l’économie et la culture. Encore une fois j’insiste sur le principe de l’indépendance du chercheur mais qui ne suppose pas qu’il reste enfermé dans une bulle étanche face aux services de l’ambassade. Au contraire il doit y avoir synergie dans le respect de chacun, mais dans un but de connaissance et de compréhension du pays dans lequel nous vivons.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

François GOUYETTE

Ambassadeur de France en Tunisie.

 

Pour citer ce billet : François Gouyette, « Entretien de Pierre-Noël Denieuil avec François Gouyette, Ambassadeur de France en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 3 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1013

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Lettre à Anne-Marie Planel, par Pierre- Noël Denieuil

Anne-Marie Planel
Photographie d’Anne-Marie Planel

Chère Anne-Marie,

Je souhaite te rendre un court hommage à l’occasion des 20 ans de présence de l’IRMC à Tunis. En tant que directrice adjointe depuis sa fondation tu as assuré transmission et continuité avec le milieu tunisien, tu y as initié les directeurs successifs, tu y as exercé ton art et investi ta créativité, tu as été une maître d’œuvre. Tout d’abord, un peu d’histoire. Professeur certifiée d’histoire-géographie, en situation de détachement en Tunisie dès 1978, tu as été d’abord chargée de l’inventaire de la Bibliothèque privée de la Résidence générale de France en Tunisie au sein de la Mission culturelle française en Tunisie (1978-1980), ce fonds historique devant servir de base à la création, à terme, d’une bibliothèque d’Institut français.

En parallèle, et à la demande de la Sous-direction des sciences sociales et humaines et de l’archéologie du ministère des Affaires étrangères, tu as ouvert en 1980 et dirigé jusqu’en 1991 le Centre de documentation Tunisie-Maghreb (CDTM). À partir de 1984, le CDTM s’est institutionnalisé et a été reconnu par la Convention franco-tunisienne de coopération culturelle. Cette structure, relevant des Services culturels et de coopération universitaire de l’Ambassade de France, a eu pour mission d’asseoir la coopération en sciences humaines et sociales dans un contexte ou ces dernières développaient en France un « âge d’or » (création de postes universitaires, fortes demandes des ministères et décrispation des relations avec le secteur privé, intérêt croissant des étudiants). Le CDTM a donc été, à Tunis, le premier relais de cette recherche française en SHS : organisation de conférences et de colloques, attribution de bourses scientifiques, aide à la publication de thèses ; mais également gestion d’importants moyens financiers (don de livres aux institutions, organisation de séjours scientifiques en France pour les chercheurs tunisiens et invitations de responsables, etc.).

C’est à cette période, en 1987/88, que je suis venu pour la première fois en Tunisie dans le cadre d’un séminaire de Moncef Bouchrara que le CDTM avait soutenu sur l’économie souterraine à Sfax. Sans l’intérêt et le soutien que tu avais porté à ma problématique de l’ethno-industrialisation que je menais alors dans l’ombre de l’ethnologue Robert Jaulin, la Tunisie ne serait pas devenue pour moi, après l’Amérique du Sud, l’objectif de mes travaux. Je serais ailleurs aujourd’hui et ma vie aurait un autre sens. Et comment aurais-je pu imaginer que 25 ans après, ce serait moi qui parlerait ici de toi ?

C’est donc en 1991/1992, avec la fermeture du CDTM, qu’a été créé l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) sur la base des activités documentaires, éditoriales et de coopération scientifique entre universitaires tunisiens et français assurées par le CDTM. Tu en es devenue la directrice adjointe. Depuis cette date et jusqu’en aout 2010, tu as occupé en complémentarité avec les quatre directeurs successifs (Michel Camau, Jean-Philippe Bras, Pierre Robert Baduel, moi-même), des fonctions de suivi de la bibliothèque et de la documentation (jusqu’en 1997), de gestionnaire en charge du budget (jusqu’en 2003), de coopération avec les institutions tunisiennes, de préparation scientifique des dossiers de recherche et des séminaires, de responsabilité du secteur Éditions et publications (de 2003 a 2008). En coordination avec Michel Camau, tu avais également assuré la dimension régionale de l’IRMC, d’octobre 1993 à décembre 1998, par la mise en place puis la coordination de l’antenne de l’IRMC à Rabat (devenu par la suite Centre Jacques Berque ou CJB). Là aussi, tu y as animé et « orchestré » une noria permanente de chercheurs.

Microsoft Word - amp photo1Doc3.docx
Anne-Marie Planel lors de sa soutenance de thèse
en novembre 2000 à Paris.

En parallèle, tu as brillamment soutenu ta thèse d’histoire le 17 novembre 2000, De la Nation (tu dis maintenant : du comptoir) à la colonie : la communauté française de Tunisie au XIXe siècle : d’après les archives civiles et notariées du consulat de France à Tunis (1814-1883), avec les félicitations unanimes d’un jury prestigieux composé de Jacques Revel, Annie Rey, Daniel Rivet, Lucette Valensi et André Zysberg à l’EHESS à Paris. Depuis, tu affines fructueusement ton texte, que l’IRMC éditera en coédition avec les éditions Riveneuve dans les mois à venir.

Au cours des deux dernières années passées avec moi (2008-2010) tu as redéployé, parallèlement à tes tâches éditoriales, tes fonctions polyvalentes de directrice adjointe : le conseil au directeur sur les grands dossiers, l’intérim et la représentation dans des manifestations, puis la coordination et l’animation scientifique dans les séminaires et groupes de travail (dont muséographie, manuels scolaires en Tunisie, etc.). Tu as guidé mes premiers pas a l’IRMC et, avisée et bienveillante, tu m’as vu « devenir » un directeur.

Cherchant les « mots » pour te dire, et en socio-anthropologue que je suis, attentif aux échos du « terrain », j’ai demandé aux « autres », dans l’entourage immédiat de notre équipe de l’IRMC, de me parler de toi en quelques mots ou phrases. Les mots techniques, les mots durs, les mots doux, qui se sont conjugués autour de toi, je vais tenter de te les traduire en prolongeant et en commentant quelque peu leur « sens ».

Les mots sur ton « réseau ». Tous saluent ton rapport privilégié aux chercheurs et à la production intellectuelle. Tu es capable d’accompagner tout le monde, du vieux bibliothécaire de Bourguiba au jeune chercheur débutant. Tu as vu grandir les chercheurs (je citerai notamment, et que les autres me pardonnent, Jocelyne Dakhlia, Eric Gobe, Myriam Catusse ou Sylvie Mazzella, puis Mohamed Kerrou, Abdelhamid Henia, Hassan Boubakri). Ta présence à l’IRMC, c’est aussi des centaines de chercheurs passés par ton bureau dans le cadre de leur contribution au patrimoine éditorial de l’Institut, puis dans le cadre de leur statut scientifique (boursiers, chercheurs…). Des dizaines de livres, des centaines d’articles. Les réseaux c’est aussi la coopération.

Un chercheur tunisien m’a dit « Anne-Marie, c’est la coopération, un trait d’union entre la France et la Tunisie. Une parfaite connaissance de la recherche tunisienne et de ses réseaux, elle a su créer une vraie relation avec les Tunisiens et elle a su rendre l’IRMC franco-tunisien et pas seulement français ». Un Français m’a confié : « Elle a une vraie relation de confiance avec les Tunisiens et c’est grâce à elle que l’IRMC est un vrai centre franco-tunisien. Ses liens très forts avec le pays ont une forte incidence sur ses actions à l’IRMC. Et cela se voit dans sa manière d’aborder les relectures, les corrections et reformulations, elle n’y différencie pas les Tunisiens ». Toi-même tu m’as dit un jour à propos de son histoire et de la culture : « J’ai l’impression parfois de connaître mieux la Tunisie que les Tunisiens ». En ce sens on peut te situer dans une tradition chère à l’IBLA. Et sur ce point de ta relation à la Tunisie, je veux saluer le partage avec Sadok et sa complicité. C’est le symbolique que tu ne mets, pudiquement, jamais en avant : à la fois sa grande présence et aussi sa grande discrétion car on l’a rarement vu a l’IRMC. Le réseau c’est aussi tout ton rapport à la sociabilité. J’ai beaucoup aimé durant ces deux ans de 2008 à 2010, et tu déclinais rarement, te demander de me remplacer dans un colloque, une inauguration, une réunion de services. On m’a précisé de toi et tu en es d’accord : « Elle est très relations publiques ».

Les mots de l’humanité. De toi on m’a dit dans mes petites enquêtes : générosité, humanité, loyauté. Les mots de l’humanité c’est ici le sens de l’autre. Un sociologue, François Dubet avait créé une belle expression pour qualifier l’enseignement, l’action pédagogique ou le travail social et culturel : « le travail pour autrui ». Je laisse parler quelques témoignages : « c’est une grande pédagogue », « c’est une femme dynamique, résistante, combattante, ouverte aux autres et à leur écoute ». On a dit : « disponible, sociable et serviable ». « Quelqu’un qui va vers l’autre. Même quand on est réservé, elle vient vers vous quand même. Ce n’est pas une indifférente. Si elle voit qu’on a mauvaise mine ou qu’on est stressé, elle vous pose une question et essaie de calmer les choses ». « C’est ma mère, elle m’appelle la môme ». Ou encore : « quand j’ai été opéré elle m’a soutenue avec ses paroles ». Aussi : « elle m’a beaucoup aidé. J’étais timide, je sortais du chômage, elle m’a encouragé en me disant que j’avais la vie devant moi ».

L’humanité, c’est le cœur et l’esprit. J’ai entendu non sans émotion : « c’est une grande dame, un grand cœur, beaucoup d’amour. J’ai les larmes aux yeux. J’adore cette dame ». « À chaque marche et étape de l’IRMC elle est là, à nous donner du courage, à nous écouter. On l’aime ». Il en résulte que ceux-là t’ont vue comme un « pilier » : « l’IRMC c’est Anne-Marie. Je n’imagine pas l’IRMC sans elle. C’est le cœur de l’IRMC. Quand je viens sans la voir, qu’elle part en voyage, quelque chose manque a l’IRMC. Anne-Marie c’est l’IRMC, l’IRMC c’est Anne-Marie ».

Les mots de l’humanité se couplent avec ceux de la rigueur scientifique : « une grande puissance de travail. Et du coup elle en devient très pointilleuse ». Ces mots de la rigueur se conjuguent aussi logiquement avec ceux de l’intransigeance. On m’a dit de toi : « c’est une femme sévère et monastique, qui a de la rigueur morale ». Ou de la mesure : « elle ne dépasse jamais ses limites, ne m’a jamais parlé à haute voix ». Et on revient à ce que j’appellerai l’exigeante humanité. On m’a dit ainsi : « elle est dure et exigeante avec elle-même et aussi avec les autres, et de ce fait elle peut vexer sur le coup, mais cela passe car soit elle s’explique soit on lui pardonne car elle ne fera jamais de mal ». C’est ce qui fait que ton exigence est respectée : « parfois j’ai envie de lui répondre mais je freine et je ne dis rien. Je me suis affrontée aux directeurs mais avec elle je ne dis rien par respect ».

Les mots du travail. On a parlé à ton propos de : « maçon, bâtisseur, travailleur de force. Fourmi, travail menu et profitable. Artisan, travail dans la durée, le silence, le détail ». On a évoqué ton rapport au savoir : « un puits de connaissance ». « C’est un dictionnaire ». Les mots du travail c’est aussi les mots de l’agir : « elle tire plus vite que son ombre ». C’est cette volonté de bien faire les choses et vite. Parfois je t’ai parlé d’un dossier en me laissant le temps de réflexion et pour mon plus grand plaisir je m’aperçois que tu l’as réglé…

Ton agir c’est aussi ta capacité à globaliser et à avoir des vues d’ensemble sur les situations ou sur les gens. Ton agir c’est de même certaines formes de décalage cocasses, qui font rire et qui attendrissent : on m’a parlé d’un rendez-vous où tu étais restée 30 minutes avec une personne que tu avais prise pour une autre, des bises du matin données 3 fois dans la matinée à la même personne, des conseils informatiques que tu demandais aux moins compétents en la matière, ou encore des courriers que tu recevais et que tu corrigeais comme s’ils partaient à l’editing

AMP et PND foire du livre 2009
Anne-Marie Planel et Pierre-Noël Denieuil sur le stand de l’IRMC à la Foire internationale du livre 2009, Le Kram – Tunis.

Les mots du respect de l’autorité et du dévouement à l’institution. Cela donne un aspect très « discipliné » au point qu’on m’ait rapporté : « elle encaisse face a l’autorité », et on impute cela au fait que : « elle laisse le temps oublier les choses, elle a un côté philosophe ». Il faut noter à ce propos ta disponibilité aux directeurs, et le fait que malgré d’éventuels désaccords, tu t’es toujours attachée à en faire respecter les grandes options. On m’a même dit « c’est son sens IIIe république ». De même tu as toujours œuvré pour la reconnaissance institutionnelle, du CDTM, de l’IRMC et pense que l’individu s’effaçait devant l’institution : lorsque je voulais te remercier nommément dans mon livre sur Sfax en 1992, tu m’avais dit que ce n’était pas toi mais l’institution, qui avait agi pour moi. Et cela n’empêche pas que ton respect de l’autorité, couplé avec ton attitude parfois perçue comme autoritaire, vienne se fusionner avec ton sens de l’autre. Cela te permet, quand c’est toi qui a l’autorité, de savoir « revenir sur (ses) tes positions ». C’est aussi ton « autoritarisme serviable »… Et cela te donne tout à la fois une capacité à rassurer (le furieux qui entre dans ton bureau et en ressort calme) ou au contraire à inquiéter (le gentil qui sort furieux…) car tu n’hésites pas à « dire » les choses. D’une manière générale, je t’ai beaucoup « utilisée », lors de rendez-vous difficiles, dans ta capacité à agir sur et à transformer les situations. On m’a confié à ce propos : « elle est magnétique », quand elle parle on l’écoute, elle sait rendre les choses importantes même quand elles le sont peu ».

Mais si tu respectes toujours l’autorité, tes valeurs « soixante-huitardes » et ton refus des conformismes, ton sens inaliénable de la liberté, t’ont toujours éloignée des petits et des grands pouvoirs, personnels et/ou institutionnels, que ton esprit de veille et de vigilance intellectuelle sait pertinemment traquer et démasquer. Je me souviens encore que tu as refusé l’idée même que l’on voulait t’attribuer des palmes académiques… Ta capacité d’action se trouve décuplée à la fois par ton sens de l’adaptation et par la multiplicité de tes compétences, qui construisent ta polyvalence. Tu me disais toi-même en 2010 : « j’ai toujours bouché les trous, quand quelque chose ne marchait pas je le reprenais ». Polyvalence dans le temps (pour une historienne !) et aussi dans l’espace (historienne géographe !) en étant « sur tous les fronts », mais aussi polyvalence interdisciplinaire que tu as su maintenir à l’IRMC. Tu as bien résumé ton action quand tu me disais : « ma seule qualité a été d’être intéressée par ce qui se passait autour de moi, j’étais dans une position stratégique avec une possibilité de connaissance et d’action ».

Toi, c’est tout cela : à la fois cette rencontre entre ta personnalité telle que je te la décris, et un environnement favorable autour de l’IRMC, à la connaissance et à l’action, et tu le résumes quand tu dis : « je n’ai jamais été seule ». Tu t’es toi-même inscrite dans un travail d’équipe dont tu as su valoriser tous les membres, comme maillon fort et opérateur d’une chaîne et d’un ensemble de volontés. Une entreprise, un centre de recherche, tout lieu de travail, ce n’est pas qu’une institution et un directeur, c’est essentiellement des hommes et des femmes, des valeurs et un état d’esprit, et tu as illustré ce constat fort.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Anne-Marie PLANEL

est historienne de formation, fondatrice et ancienne directrice du CDTM de 1980 à 1991. Elle a été directrice adjointe de l’IRMC de 1992 à 2010.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Lettre à Anne-Marie Planel », Le Carnet de l’IRMC, 18 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/935

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC avant et après Ben Ali

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

Ma présence à l’IRMC de 2008 à 2013 aura été marquée par le grand séisme politique et idéologique survenu en Tunisie et dans le monde arabe. L’IRMC en a été un témoin majeur, l’évolution de sa situation et de ses actions en ont constitué l’une des expressions. Sa position d’operateur des sciences sociales lui a permis d’en devenir un observateur privilégié. Il en ressortira profondément transformé.

L’IRMC sous Ben Ali

Dès sa création, les autorités tunisiennes du Gouvernement Ben Ali avaient insisté sur la nécessité de maintenir une adéquation entre les actions scientifiques de l’IRMC et les besoins de la recherche en Tunisie. Ce fut chose aisée puisque de son côté l’Institut avait « l’ambition de s’intégrer dans le tissu tunisien de la recherche ». Dans ce contexte, sa légitimité s’est établie sur la base de la formation d’un comité mixte franco-tunisien, chargé d’effectuer un suivi de ses activités et de formuler des recommandations, composé de trois personnalités scientifiques tunisiennes et présidé par la Direction générale de la recherche scientifique (tunisienne). Ce comité « seul exemple de concertation bipartite sur les activités d’un Institut français de recherche à l’étranger », a joué un rôle primordial de caution scientifique et a pu depuis 20 ans faciliter l’obtention des autorisations d’enquêtes ou de recherches en archives, demandées régulièrement par l’Institut. À ce titre, chaque réunion annuelle du comité était pour les directeurs successifs une occasion de remercier la DGRST et de marquer leur bonne entente avec les autorités. Durant ces années, l’IRMC attirait surtout des urbanistes et géographes, des politologues ou des historiens du Maghreb. Avec peu de candidats depuis la France et parfois même une suspicion institutionnelle sur les chercheurs soupçonnés de travailler dans une dictature, il n’en demeurait pas moins que l’Institut apparaissait depuis la Tunisie « comme une bulle ou l’on peut faire des choses ». Hormis les réseaux internationaux d’interconnaissances qu’il a suscités, plus d’une quinzaine de jeunes chercheurs français et européens s’y sont formés, y ont fait des thèses, et ont intégré ensuite le CNRS, l’université, ou d’autres institutions de recherche.

Chercheurs et personnels y ont toutefois vécu en état de méfiance permanente et de vigilance constante. Lors de mon audition de recrutement, le conseil scientifique conscient de la situation, m’avait demandé mon attitude face a la dictature, en tant que futur directeur d’un centre de recherche scientifique. J’avais éludé en évoquant de possibles stratégies de contournements. Ceci étant, j’avais déjà conduit des les années 1990 à Sfax, puis au Sahel, de nombreuses enquêtes sans me préoccuper d’autorisations administratives et sans jamais avoir été inquiété. Mon arrivée a l’Institut en septembre 2008 fut toutefois marquée par deux temps forts : saisie en douane d’un livre sur les entrepreneurs tunisiens (que j’avais préfacé) écrit par un ancien militant de l’époque bourguibienne, puis par le cambriolage de mon ordinateur et de ma veste en cuir a mon domicile, sans nouvelles depuis.

Mes prédécesseurs et le personnel avaient auparavant du faire face à une censure régulière pour l’acquisition des nouveaux ouvrages de la bibliothèque, qui étaient soumis a une demande préalable auprès du ministère de l’Intérieur ou qui pouvaient être retenus lors du passage en douane. Nous étions amenés a pratiquer l’autocensure en évitant toute commande de livres portant sur les régimes autoritaires ou sur l’Islam politique. En 2009 et en 2010, il nous arrivait de censurer même nos propres éditions (tels des livres sur l’archéologie ou sur le microcrédit en Tunisie, dont nous avons expurgé des « noms » ou des analyses).

Nous recevions fréquemment des visites « de surveillance » lors de nos séminaires. Nous étions qualifiés par la police, de « local de l’opposition ». Et nos partenaires tunisiens soumis à autorisations rencontraient de multiples difficultés lors de l’organisation conjointe de manifestations scientifiques. De notre côté, pour l’affichage de nos activités de recherches, il nous arrivait de travestir certains sujets (les émeutes ouvrières et la démocratie locale a Gafsa devenaient « le développement local dans le bassin de Gafsa », et nos séminaires sur l’Islam parlaient plutôt des « recompositions religieuses »). Cela n’empêcha pas la conduite de recherches prémonitoires (Amin Allal) menées sur les révoltes de Gafsa en 2008, ou sur le rôle des avocats (Eric Gobe) dont l’Ordre avait déjà pris une certaine indépendance sous le Gouvernement Ben Ali. Enfin, dans ses relations avec la partie française et l’Institut français de coopération, l’IRMC et ses chercheurs, bien que dans la nécessité de « prouver l’utilité de leurs investigations », ont toujours maintenu une entente cordiale mais autonome au sein d’un dispositif de coopération multi institutionnelle, aujourd’hui qualifié de « diplomatie scientifique ».

La Tunisie comme observatoire des révoltes et des révolutions

Puis survinrent les événements qui conduisirent au départ de Ben Ali le 14 janvier 2011. Fin janvier 2011, la Lettre de l’IRMC publiait un dossier « à chaud » (le « miracle » de la liberté, premières émotions et retour de la parole) sur la révolution tunisienne. Un communiqué d’hommage et de solidarité des chercheurs de l’Institut y figurait. À une période où les diplomaties semblaient prises de cours et quelque peu déboussolées, la presse tunisienne a salué le positionnement de l’IRMC et des scientifiques français. La révolution tunisienne apparaissait alors comme « un vaste laboratoire d’expérimentation sociale » pour les sciences humaines et sociales et pour l’Institut. Les dossiers se sont renouvelés depuis dans chaque Lettre (avec plus d’analyses sur les élites, la citoyenneté retrouvée, l’apport des Tunisiens de l’étranger, le syndicalisme et les partis politiques, les identités nationales et l’idée de patrie etc.). Des séminaires sur les régimes autoritaires, le changement institutionnel et la constitution furent organisés a l’IRMC dès le 4 février 2011. D’autres suivirent sur les avocats tunisiens, la citoyenneté et l’éthique, la société civile, la géographie électorale, la comparaison Égypte/Tunisie. Les publics fréquentant l’Institut changèrent momentanément : moins d’universitaires et beaucoup plus de personnes dites de « la société civile », surtout préoccupées par le débat d’idées.

Mise en page 1Certains chercheurs ayant pu reconstituer de nouveaux lieux de rencontres, estimaient désormais, tout au moins au cours de l’année 2011, « qu’on a moins besoin de l’IRMC ». La révolution tunisienne n’est pas restée à l’écart du monde et s’est vite imposée comme un lieu privilégié d’interprétation des mouvements sociaux et politiques traversant les mondes arabes. En mai 2011, nous avions initié un débat comparatif sur la transition démocratique. Nous y évoquions les diverses logiques de modifications constitutionnelles proposées : au Yémen et en Syrie pour désamorcer la contestation, au Maroc et en Jordanie comme outils de démocratisation d’un cadre figé, en Égypte comme nouvelle source de légitimation (avec les premières élections) et en Tunisie (avec les sit-in et la rupture). Dans cette même période, la Tunisie vivait au rythme de l’exode libyen. Au moment même où l’Europe combattait l’afflux des migrants depuis la rive Sud, la Tunisie accueillait en une dizaine de jours plus de 100 000 Libyens qui affluaient vers le Sud tunisien (Djerba, Tataouine, Gabes, Sfax,…) et remontaient jusqu’a Tunis, fuyant les violences du régime de Khadhafi, et gérait les refugiés africains, asiatiques, de toutes nationalités, à ses postes frontières, en attente d’un accueil dans un pays du « Nord ». Des collectifs et caravanes de solidarité venant des quartiers, d’entreprises, d’écoles et d’universités se mobilisaient depuis Sfax, Sousse, Tunis et les régions de l’intérieur, apportant des couvertures, des vivres, des ressources médicales. On a pu y voir l’expression d’une conscience citoyenne et un premier apprentissage de la transition démocratique. Plusieurs chercheurs ont alors souhaité publier a l’IRMC leurs analyses sur la redécouverte de la société libyenne : depuis les fondements historiques de la production du leadership et l’installation du pouvoir de Khadhafi, jusqu’a l’impact de la rente pétrolière sur le repli de la société libyenne, en passant par les possibles de la reconstruction économique.

Des premiers points de comparaison ont dès lors été lancés entre les fondements tribaux et armés de la révolution libyenne, le pouvoir des urnes sous contrôle de l’armée en Égypte, et la déconstitutionnalisation de la Tunisie. Par la suite et jusqu’à ce jour, l’IRMC s’est fait observateur d’une dichotomie entre le temps révolutionnaire et le temps électoral, et du changement des enjeux. Un travail de lecture « territoriale » des processus électoraux dans les régions tunisiennes et selon leurs contextes locaux est en cours. Les premiers résultats mettent l’accent sur les votes modernistes de la capitale et des villes côtières, sur la présence du Parti Ennahdha dans les périphéries populaires, et sur les votes dits « populistes » dans les régions de l’intérieur. Enfin, deux séminaires ont été organisés autour d’une comparaison des processus électoraux et des mobilisations de la société civile entre l’Égypte et la Tunisie. Il en ressort notamment, sous le dénominateur commun d’un vote sanction contre les partis dominants, la vision d’un Islam majoritaire en Égypte, et des situations d’alliances et de compromis dans un débat autour de l’identité nationale en Tunisie.

L’IRMC aujourd’hui et demain

Les thématiques de nos recherches se sont trouvées transformées. Nos programmes et séminaires se sont étoffés de nouvelles problématiques telles que : les usages politiques du dialectal tunisien ou de la langue arabe, les discriminations raciales face aux Noirs de Tunisie, les minorités et la question berbère, la naissance sur Internet d’un nouvel espace public d’exercice de la démocratie, le cyberactivisme, les intérêts télévisuels et la coopération franco-tunisienne, les religions face a l’expérience démocratique, les enjeux de la laïcité, les oubliés de la révolution en milieu rural…

Djaouida 1
Doctoriales de Sousse, décembre 2010.
© Djaouida Lassel

Les mutations des mondes arabes ont aussi drainé vers l’IRMC de nombreux jeunes chercheurs européens en sociologie, sciences politiques, sciences de l’information et de la communication, venus d’Algérie, d’Espagne, d’Italie, de France. Beaucoup viennent « prendre la température » ou se confronter a une expérience sociale et politique exemplaire, sollicitent des accueils scientifiques ou des bourses. Ils sont engagés dans des travaux de mémoire sur le rôle de la chaîne Al-Jazeera en Tunisie, les associations féminines dans les révolutions, les instances juridiques de transition, les nouvelles cultures et les partis politiques, l’identité tunisienne etc.

La révolution s’est aussi manifestée dans les pratiques de recherche. On a noté un accès facilité au « terrain » et aux enquêtes, moins de procédures, sans rétention sur les archives pour les historiens, et avec des personnes ressources plus faciles a atteindre. On a pu assister à un rapprochement des journalistes et des chercheurs qui s’efforcent de communiquer avec le grand public, s’affichent dans la presse, sont sollicités par la radio et la télévision. Sur le plan de l’édition, les événements ont suscité une meilleure collaboration et des potentialités de coéditions avec des éditeurs tunisiens (dont deux ouvrages avec Cérès Editions), ainsi que des contrats de diffusion de nos ouvrages auprès des distributeurs locaux. Enfin, les rapports de l’IRMC avec les institutions françaises et la mission diplomatique ont changé : l’Institut doit tout d’abord répondre à une forte demande d’actualité, au détriment parfois de l’histoire ou de la recherche dite fondamentale, de la part du MAE et en matière de diplomatie scientifique ; il est interpellé par le CNRS, moins a l’écoute de la demande sociale en coopération et plus centre sur la production de savoirs d’excellence et de publications.

Enfin, et il faut s’en réjouir, l’Institut français attend de l’IRMC des interventions dans le débat d’idées et une valorisation de ses activités au sein d’un espace d’action culturelle dont le souci de résultats et de visibilité ne semblait pas, jusqu’a ce jour, toujours compatible avec la temporalité plus longue et scrutatrice, dubitative et interprétative du chercheur face a l’événement. En ce sens l’IRMC doit mieux communiquer sur sa vocation essentielle résidant dans ses valeurs internationales et même transnationales, qui en font un Institut non plus au service d’un seul pays ou d’une politique binationale, mais de valeurs scientifiques universelles et exprimées dans des actions multilatérales.

De nouveaux enjeux

La révolution tunisienne interpelle aujourd’hui la recherche en SHS dans son souci d’interrogation et d’interprétation des faits sociaux pour comprendre le poids du passé, le développement et l’économie de la région, les conflits institutionnels, les valeurs et identités, les normes juridico-politiques. Si l’IRMC a jusqu’à ce jour su répondre à l’appel, d’autres questions se posent désormais a lui, plus incertaines et soumises à l’évolution sociale, politique et culturelle des révolutions arabes. En Tunisie par exemple, les événements survenus ont mis à jour l’émergence d’une nouvelle société civile au point que beaucoup de Tunisiens avouent avoir méconnu et mal connaître encore leur pays et ses forces humaines.

L’IRMC avait jusqu’à présent travaillé prioritairement avec les universitaires francophones au bénéfice de leur opposition au régime autoritaire. Face à un changement de société ces mêmes universitaires se trouvent encore dans une « opposition ». Beaucoup, fragilisés, se retournent vers cette autre société civile qui se dessine, où la « modernité » va se reconstruire dans un dialogue avec une tradition qui n’échappera pas à l’emprise de la mondialisation. C’est dans cette nouvelle donne, restructurée notamment par une recomposition plus apaisée de l’ancienne ligne de fracture entre arabisants et francophones, et au cœur de la quête d’une identité nationale tunisienne, que l’IRMC devra se recentrer et élargir son public, sans nul doute par-delà son actuelle audience en langue française.

 ***

Après avoir servi la communauté scientifique en Tunisie durant cinq années, je quitterai mes fonctions de directeur de l’IRMC le 31 aout 2013. J’ai beaucoup appris, beaucoup reçu, beaucoup donné. J’ai eu la chance de vivre la révolution tunisienne et cette intense période, non achevée, de turbulences et d’effervescences sociales. À l’IRMC, j’ai eu la liberté totale de diriger, de proposer et d’échanger selon mes propres convictions intellectuelles et mes valeurs personnelles. En Tunisie, et de l’Algérie a la Libye, et sans autre prétention que d’être une interface multilatérale, un passeur lui-même de passage, j’ai la satisfaction d’avoir fait se rencontrer des institutions, des personnes, des idées.

Pour cela, j’ai été accompagné par une équipe (de services, administrative, éditoriale et scientifique) très exceptionnelle, je tiens à le souligner, qui a mis toutes ses ressources et toute son énergie au service de cet esprit « Maison » qu’est celui de l’Institut. Merci mille fois et de tout cœur (la recherche a aussi un affect) pour nos partages et nos échanges, à toutes celles et à tous ceux qui liront ces lignes et qui s’y reconnaîtront. Dans la réalité ou dans la mémoire, nous nous recroiserons certainement. L’IRMC, avec vous et moi, « c’était bien ».

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël DENIEUIL

est directeur de recherche au CNRS et actuel directeur de l’IRMC. Son mandat a débuté en 2008 et s’achèvera à l’été 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC avant et après Ben Ali », Le Carnet de l’IRMC, 17 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/928

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’histoire orale des Instituts Pasteur

Portrait de Louis Pasteur
© Albert Edelfelt

Un séminaire s’est tenu à Tunis les 1er et 2 juin 2012 sur l’Histoire orale des Instituts Pasteur, organisé en partenariat entre l’Institut Pasteur de Tunis, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain et l’Institut Français de Tunis, avec le soutien de l’IRD, de l’association tunisienne pour le droit de la santé (ATDS) et de l’Université virtuelle de Tunis (UVT).

Le projet du séminaire remonte à l’automne 2010 où l’IRMC et l’Institut Pasteur avaient organisé une série de conférences sur l’histoire de la médecine, des grandes maladies (Typhus, Poliomyélite), et de l’Institut pasteur, en Tunisie. Les protagonistes ont alors souhaité questionner les sciences biologiques et médicales au prisme des sciences sociales et engager une réflexion sur les enjeux sociaux et institutionnels qui ont marqué l’histoire des Instituts Pasteur du Maghreb. Des archives existent concernant la période coloniale et du Protectorat, mais une histoire orale, du temps présent restait à faire.

À ce titre ont pu être réunies 40 personnes, entre praticiens et chercheurs, dont : trois directeurs de l’IP de Tunis depuis l’indépendance (Amor Chadli, ancien médecin de Bourguiba et directeur durant plus de 25 ans ; Koussay Dellagi, directeur durant 17 ans ; Hechmi Louzir, actuel directeur, en poste depuis 7 ans), ainsi que Mohamed Hassar (ancien directeur de l’IP du Maroc), Mohamed Tazi (directeur de l’IP d’Alger), d’illustres membres des Instituts (dont Alexis Cumbaras, Fadhila Boulahbal, Maurice Huet, Marie-Française Kennou) et des chercheurs spécialisés (Jean-Pierre Dedet, Claire Fredj, Benoit Gaumer, Anne-Marie Moulin). Trois ateliers thématiques ont interrogé tour à tour l’identité pasteurienne, la transmission et la mémoire, les perspectives des IP du Maghreb entre recherche scientifique et santé publique.

On a vu tout d’abord que l’identité pasteurienne se construit en référence à des hommes illustres qui ont construit des éléments d’histoire (Charles Nicolle à Tunis, Georges Blanc au Maroc, les frères Sergent en Algérie, Émile Roux…) ; à des réseaux constitués de ressources humaines et de structures disséminés de par le monde et contribuant à une forte mondialisation du savoir ; à des valeurs et croyances humanistes (la recherche du savoir liée à celle de son application, la curiosité et le « dévouement » des pasteuriens).

Chercheure à l’Institut Pasteur de Tunis
© Hicham Ben Hassine

Par delà ces constats, les débats ont soulevé d’importantes questions qui jalonnent l’histoire des Instituts :

– La logique de la production pharmaceutique pas toujours compatible face à la vie de laboratoire et à l’expérimentation pratico scientifique, le rôle à jouer de l’État face à la distribution des produits ;

– le rapport des Instituts Pasteur souvent difficile avec les facultés de médecine et l’enseignement, variable selon les spécificités des instituts : très cloisonnés au Maroc ; facilités en Algérie par la présence ancienne des institutions universitaires, ou des coopérants, mais soumis à une histoire chaotique depuis l’indépendance ; riches en techniciens et politiquement institués en Tunisie par la présence d’un directeur « relais » entre elles et ayant institué le statut de chercheur biologiste.

– La transmission écrite des connaissances, matérialisée par la revue des archives de l’Institut Pasteur, créée pour rassembler les savoirs, guidée par les normes académiques universitaires ou les impératifs de langue avec suprématie du français puis de l’anglais ; les cours, en matière de transmission orale, rassemblés, notamment à Tunis, sous forme de « management social du savoir », contribuant à créer un esprit de corps et une coopération entre disciplines.

Les débats ont contribué à réfléchir sur la distinction fondamentale à établir entre la veille sanitaire et la veille scientifique. La veille sanitaire est l’état des lieux permanent qui doit aboutir à un diagnostic clinique dans une situation donnée. La veille scientifique se situe en amont de la veille sanitaire et consiste en la recherche de paramètres qui constitueront des indicateurs de la veille sanitaire. Elle s’appuie par exemple sur le saut d’espèce vers la vie animale.

Institut Pasteur de Tunis vers 1900
© D.R.

Il a été conclu combien le passé sert à regarder l’avenir. On est parti du constat d’Instituts Pasteur uniques en leur genre et qui ont permis depuis la vaccination, à la science moderne de faire irruption dans les sociétés du Maghreb. Ils doivent désormais s’adapter et « anticiper » leur avenir auprès de l’autorité publique. En matière de statuts (EPST, EPIC, autres…) tout d’abord. Puis selon ce qui a été défini comme leur triple mission : renforcer la recherche et la formation sur les agents infectieux en lien avec les technologies d’avenir ; réaffirmer leur rôle de laboratoire de santé publique en collaboration avec les institutions environnantes ; et aussi, le plus problématique, questionner une fonction de production qu’il conviendrait peut-être de quitter, où les normes deviennent plus dangereuses et plus difficiles à assumer.

Enfin, il est ressorti de ces échanges une nécessité accrue par delà les spécificités nationales, d’une mutualisation internationale de moyens et de savoirs par l’accès à la construction d’une plateforme technologiques des Instituts Pasteur. Ces deux journées ont contribué à la préparation des commémorations du 120ème anniversaire de la création de l’IP de Tunis, qui se tiendront en 2013 et auxquels participeront l’IFT et l’IRMC. À cet effet a été prévue la publication des actes des rencontres sous forme d’articles, de témoignages et d’encadrés mémoriels, dans la revue de l’Institut Pasteur. Cette publication sera distribuée lors des manifestations de 2013. De plus, la couverture vidéo des interventions et des témoignages, doit déboucher pour 2013 sur un montage visuel et sonore de la mémoire exposée et transmise par les « grands témoins » invités, ainsi que par les chercheurs qui en analyseront les thématiques et les modes de transmission.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Pierre-Noël Denieuil

est sociologue et directeur de l’IRMC

 

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’histoire orale des Instituts Pasteur », Le Carnet de l’IRMC, 21 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/787

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Processus électoraux, révolutions et transitions en Égypte et en Tunisie

Sarah Ben Nefissa a organisé à Tunis le 24 avril 2012, avec l’IRMC, une rencontre scientifique sur Processus électoraux, révolutions et transitions en Egypte et en Tunisie [1] (partenariat IRMC-Tunis, IRD-Paris, MMSH-Aix-en-Provence).

Présentation et contexte. L’analyse des révolutions et des mouvements sociaux dans le monde arabe a fait l’objet, depuis 15 mois, de nombreuses manifestations scientifiques organisées par l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain. Ont été étudiées successivement les questions des hybridités politiques entre autoritarisme et démocratie, du changement constitutionnel et des transitions démocratiques, de l’expression des sociétés civiles et des nouvelles formes de la citoyenneté, du cyberactivisme et des mouvements sociaux en ligne.

En mars 2012, l’IRMC a soutenu un séminaire organisé en partenariat avec le Ladyss (Universités Paris 1 et Paris 10), l’OTTD (Observatoire tunisien de la transition démocratique) et la Fondation Hanns Seidel, sur la géographie électorale et les déterminations territoriales et régionales du scrutin tunisien des élections à la Constituante du 23 octobre 2011. Il a souhaité le 24 avril 2012, en partenariat avec l’IRD (UMR 201, Développement et sociétés) et l’IREMAM (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, UMR CNRS 7310), proposer une première comparaison des processus électoraux, révolutions et transitions dans les deux pays qui ont ouvert les « Printemps arabes » début 2011, l’Égypte et la Tunisie.

Cette rencontre a rassemblé des intervenants égyptiens, tunisiens et français, chercheurs confirmés et post doctorants, doctorants et masters. Elle a permis de mettre en évidence la continuité du processus établi dans les sociétés égyptienne et tunisienne entre les moments de l’effervescence sociale dits de la révolte ou de la révolution, et ceux de l’organisation citoyenne et politique pour la préparation des élections et la réalisation du scrutin. Une publication à eu lieu à l’automne 2012 dans la revue « Confluences méditerranéennes ».

Premiers résultats

1. Le cheminement politique de la révolution aux élections. Les participants ont entériné l’idée, sans charge religieuse dans les deux cas, d’une révolte puis d’une révolution populaires, parties du centre du pays pour la Tunisie, et beaucoup plus localisées au Caire pour l’Égypte. Elles ont été suivies d’une restauration autoritaire appuyée par l’armée en Égypte, et d’une rupture constitutionnelle en Tunisie. Deux clivages politiques majeurs y ont structuré les mouvements sociaux : l’ordre de la dictature comme « rempart » contre l’islamisme ; l’opposition à la dictature et l’alliance ou non des « démocrates » avec les islamistes.

Si en Égypte les premiers résultats électoraux ont vite campé un paysage majoritaire pour les islamistes (60 % dont 24 % salafistes), l’itinéraire tunisien a été jalonné par des gouvernements de transition et des institutions de régulation (Haute Instance, ISIE) chargées de déterminer notamment le mode de scrutin proportionnel, et les lois de parité des candidats, dans la recherche d’un compromis jusqu’au passage aux urnes.

Dans les deux cas, le vote a exprimé une sanction face aux régimes et partis dominants (NDP en Égypte, RCD en Tunisie). Il s’est toutefois agi en Tunisie d’un vote de sanction du passé, de rupture avec l’ancien système et d’identification à ses victimes. Le vote des Égyptiens était plus tourné vers un élan de sympathie avec les futurs dirigeants, leurs idées et leurs valeurs religieuses, pour un nouveau projet de société. Si, en Égypte, le score des partis civils (le « civil » entendu non comme une séparation mais comme une forme de dialogue entre l’État et la religion) a été plutôt faible (11 %), en Tunisie, un débat demeure autour de l’identité tunisienne entre acquis modernistes, islam modéré et Salafisme, dans un contexte de voisinage privilégiant, jusqu’à présent, davantage l’Europe à l’Arabie saoudite ou aux pays du Golfe.

2. La mobilisation de tous les acteurs. La joie et l’enthousiasme de tous et de chacun, pour aller voter, ont bien été signalés. Les participants se sont interrogés sur le « sens » du vote : un projet politique ou des intérêts d’affaires ? Sarah Ben Néfissa (coordinatrice des rencontres) a bien illustré, à ce titre, comment l’électeur est le produit de logiques d’intérêts sociaux et économiques, de dépendances multiples, de luttes et de conflits communautaires exercés sur lui par les institutions et acteurs locaux. Les votes, et ce fut le cas dans les deux pays, y ont toujours été travaillés par des phénomènes de clientélisme administratif, auxquels pourraient aujourd’hui se substituer les réponses des partis islamiques aux besoins de proximité, d’assistance et de service social des populations. Il a été montré que les femmes (45 % des inscrits volontaires), bien qu’ayant obtenu la parité en Tunisie, à laquelle avait aisément souscrit le parti Ennahdha, y étaient rarement têtes de listes et toujours en position de rendre des comptes quand à la légitimité de leur présence.

L’accent a aussi été mis sur le foisonnement des partis politiques. Avant leurs révolutions, Égypte et Tunisie souffraient d’un discrédit des formes partisanes et d’une crise de la représentation politique. Durant la transition la demande d’accréditation de partis a été pléthorique (autour de 120 en

Tunisie). En Égypte, les Frères musulmans, suivis des Salafistes, qui en tant qu’organisations de prédication refusaient les partis politiques, ont été les premiers à en créer un. De leur côté les notables locaux, auparavant présentés comme indépendants, ont eux aussi cherché l’investiture des partis et se sont réclamés de la proportionnelle. Les résultats ont toutefois récusé cette explosion : en Tunisie par exemple, près de 35 % des Tunisiens, ayant voté pour des petites listes indépendantes, n’ont aucune représentation à la Constituante.

3. L’interprétation du vote et le sens des élections. Il a été montré que le principe démocratique « un homme = une voix » remet en question l’idée que le choix électoral serait socialement construit, la fraude apparaissant comme une digression face à la symbolique de la solitude de l’isoloir et de l’urne transparente. En matière de comptage de l’électorat, la seule source fiable aujourd’hui en Tunisie s’avère être celle des inscrits volontaires, à l’été 2011, au nombre de 4 098 888 et dont 86,1 % ont voté. Les 3 470 936 inscrits dits automatiques, sur la base du fichier peu fiable (décès non enregistrés) des Cartes nationales d’identité, ont voté à 16,2 %.

Les analyses des résultats ont donné lieu à trois types de matrices d’analyse du processus électoral :

– L’explication par la recherche des liens entre la géographie de l’implantation des partis et les caractéristiques des territoires. Les inégalités sociales et territoriales ont été présentées comme possibles clefs d’analyses des comportements électoraux. Ainsi en Tunisie les grands partis réalisent de meilleurs scores dans les zones côtières urbaines que dans les zones rurales de l’intérieur. Dans ces dernières par contre, le parti Al Aridha Ecchaâbiya (Pétition populaire pour la liberté, la justice et le développement), s’est particulièrement implanté. On a pu noter, de même, de meilleurs scores des modernistes dans les villes côtières voire dans celles du Nord-Ouest, malgré de fortes dispersions et une concurrence entre ces listes. Enfin, on a noté que le parti islamiste Ennahdha réalise ses meilleurs scores dans les régions où les taux d’emploi féminin sont les plus faibles, avec toutefois une très forte participation dans les zones industrielles et au Sud. On en a conclu que le vote urbain serait un vote de classe et le vote rural un vote d’appartenance territoriale.

– L’explication par les individus leaders. On a insisté sur les aptitudes, les capacités, les compétences et les stratégies de l’acteur électoral. Les interventions égyptiennes ont mis l’accent sur la recherche d’indicateurs d’identification de candidats indépendants capables de battre les partis établis. Il en découle un profil électoral : le prestige scientifique, la capacité d’éloquence, le pragmatisme de la campagne basé à la fois sur la représentation régionale et la représentation du peuple, une bonne utilisation des réseaux sociaux, et la capacité à échapper aux polarisations des islamistes en s’inscrivant dans des formes de continuité idéologique.

– L’explication par l’imaginaire collectif et communautaire porté par un leader. Ce fut le cas en Tunisie du Parti Al Aridha Ecchaâbiya qui a obtenu 256 000 voix et 26 sièges à la Constituante, résultats non prévus et aujourd’hui encore considérés comme une « énigme ». Plusieurs éléments d’interprétation ont été proposés pour expliquer l’impact de ce parti : la figure charismatique de son leader Hechmi Hamdi, dissident du parti islamique Ennahdha et ancienne figure d’opposition à Ben Ali ; le fait qu’il possède à Londres une chaîne satellitaire (Al Mustakilla) émettant depuis plusieurs années ; son projet de programme « clientéliste » et populiste (transports et soins gratuits avec prime de chômage) ; sa présentation comme migrant (exilé) de son territoire (depuis Londres), et s’appuyant sur les NTIC pour défendre un populisme de revanche des exclus et de la plèbe.

Ces rencontres ont permis d’aborder la question des transitions politiques dans les sociétés arabes en mettant en relation les motivations des populations tant dans leurs capacités à renverser les régimes en place, qu’à reconstruire de nouvelles formes de légitimité incarnées dans le processus électoral. Cette première rencontre sera suivie à l’automne 2012 d’une session retour au Caire qui serait l’occasion d’une coopération entre l’IRMC, l’IRD, l’IREMAM et le CEDEJ, prélude d’un plus vaste projet d’observatoire des histoires sociales du vote dans les situations de transition et de recomposition des espaces publics dans les nouveaux mondes arabe et musulman.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Pierre-Noël DENIEUIL

est sociologue et directeur de l’IRMC.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Processus électoraux, révolutions et transitions en Égypte et en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 17 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/771

 


[1] Ont été ici résumés les grands axes des interventions de : Sarah Ben Néfissa, Mohamed- Chérif Ferjani, Michael Lieckefett, Michael Béchir Ayari, Alia Gana, Samer Soliman, Mohamed Kerrou, Sana Ben Achour, Clément Steuer, Myriam Catusse.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Religion et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen

La deuxième réunion du programme conçu et dirigé par Cherif Ferjani, Religion et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen, s’est tenue à Sidi Bou Saïd les 11 et 12 mai 2012, avec le soutien de l’ISERL (Institut supérieur d’études des religions et de la laïcité de Lyon), de la Faculté des Lettres et sciences humaines de Sousse et de la Fondation Abdelaziz Ibn Saoud pour les Études Islamiques et les sciences humaines de Casablanca.

Le fil conducteur de ces journées fut formulé dans les débats par René Otayek. Y aurait-t-il une religion qui entretiendrait des relations électives avec la démocratie ? Il n’y en a effectivement pas, tout comme il n’y a pas d’auto engendrement de la démocratie, et nous sommes plutôt en présence de longs conflits et négociations, de pressions progressives sous la forme d’une histoire qui peut osciller de la démocratie à la théocratie. Il a fallu d’entrée de jeu qualifier la démocratie : « la démocratie ce n’est pas le consensus mais le conflit même s’il est pacifié » (René Otayek). Et c’est là qu’interviennent les régulations de l’histoire, qu’elles soient positives ou négatives pour la démocratie.

L’historicité des régulations religion/société

Les intervenants ont mis en évidence l’historicité de la question religieuse. On a d’abord pu noter la force de la religion d’une part comme système symbolique capable d’apporter une réponse à la douleur ou à la mort, et d’autre part comme système de pouvoir par lequel l’Islam s’est trouvé confronté à un conflit avec l’Europe poussée au repli (Mohamed Kerrou). Le religieux est ici au cœur d’un rapport de force avec le politique, bien souligné par Kmar Bendana notamment à propos de la création de la grande mosquée de Paris dans la Tunisie coloniale, puis par Chérif Ferjani dans le cadre de la marginalisation de la pensée réformiste par les courants des Frères musulmans et des modernistes autoritaires. La thématique de l’historicité des régulations religion/société renvoie alors à deux préoccupations de la gestion démocratique :

– L’engagement du religieux dans la société, et le militantisme social. J.D. Durand a évoqué la politisation du catholicisme social par l’exemple de la démocratie chrétienne qui, nourrie de l’actualisation de la doctrine sociale, a aidé à la réconciliation des catholiques avec la démocratie. De son côté, Tassos Anastiadis a bien montré deux modèles d’acteurs religieux en Grèce : le modèle ascétique des officiers du culte (entrée au monastère, célibat), où l’acteur s’extrait de la société en se désengageant de ses principes vitaux ; le modèle d’engagement des congrégations qui vont quadriller la société par une politique de bienveillance sociale et d’assistance publique. Ce second modèle témoigne des diverses modalités d’intervention de l’État tantôt déléguant aux associations religieuses, tantôt reprenant la « Providence sociale ».

La gestion du pluralisme. L’oscillation de l’histoire dans un mouvement d’inclusion/ exclusion du religieux dans la société, s’illustre particulièrement dans un contexte pluriel. À ce titre, René Otayek nous a décrit le pluralisme religieux comme un processus de régulation à ne pas confondre avec un partage du pouvoir, comme un paramètre et une ressource stratégique dans la compétition politique. En ce sens, la rhétorique de l’unité nationale sera perçue comme mode de régulation des minorités pour légitimer la domination d’un groupe sur d’autres. Dans le cadre du pluralisme stratégique d’un régime autoritaire maintenu par des relais hors de sa communauté, et en estimant que « le consentement n’est pas l’obéissance », on pourrait interpréter l’adhésion d’un groupe à une idéologie dominante comme une forme d’émancipation de ce groupe. Dans cette même ligne d’interprétation, Martine Cohen a bien évoqué les alliances horizontales menées par les juifs en Afrique du Nord avec les autres groupes sociaux, et sur la base d’une construction de l’État-nation.

Enfin, autre forme de régulation historicisée, celle du retour du religieux. Selon Mondher Kilani, le retour du religieux ne correspond pas forcément à un ralentissement de la sécularisation mais plutôt à une sorte de stabilisateur des identités, un « idiome de revendications sociales et économiques », un espace de confrontations sociales.

Pour sa part Pierre Gisel y voit un fait social « qui cristallise la protestation […] lorsque les possibilités culturelles s’effondrent », et que « les relations ‘fondamentales’ réapparaissent sous forme d’acculturations et de discontinuités culturelles momentanément, on dira historiquement, normalisées et rationalisées ». Ainsi que le soulignait René Otayek, on peut imaginer qu’il s’agit moins là d’un « retour » que d’une « dérégulation » du champ du religieux.

Nouveaux acteurs, nouveaux concepts

L’intervention d’autres acteurs (les femmes, les jeunes) sur la scène sociale et notamment dans le cadre des mouvements sociaux et politiques qui traversent le monde arabe, s’impose comme un « analyseur » privilégié des relations établies entre religion et démocratie. Selon Sophie Bessis, de la révolution sociale est née une référence à la norme religieuse, qui vient entraver la réalisation de l’égalité entre les sexes. Considérant que la réislamisation de la loi ne peut pas faire l’économie d’une régression du statut de la femme, Sophie Bessis fait le constat d’un « oxymore » politique, caractérisant une « démocratisation sous hégémonie islamique ». Face au refus du mouvement de sécularisation, la prise de parole des femmes apparaît alors comme la principale manifestation de la mutation des sociétés, structurante du champ politique.

Mohamed Janjar s’est interrogé sur la contre culture jeune. Si au lendemain de l’indépendance 80 % des jeunes s’inscrivaient dans la démarche d’un refoulement du religieux dans l’espace privé, des recherches menées récemment au Maroc montrent une inversion des pratiques de ces jeunes dont plus de 41 % sont engagés dans la prière quotidienne et où 76 % des filles sont favorables à la tenue. Le religieux prend toutefois d’autres formes : pratiques moins régulières, plus de tolérance sur la mixité, comportements plus individualisées et ouverts sur l’ordre mondial, liés aux NTIC. On constate un déplacement de l’engagement politique vers la sphère civique et associative et, effet probable de la transition démographique, une montée en puissance de l’engagement socio territorial des jeunes ruraux.

Les intervenants ont mis en évidence l’opérationnalité des concepts. Selon Aqbal Gharbi, la coupure provoquée dans la pensée politique par la révolution tunisienne, introduit une réflexion fructueuse sur le concept de liberté défini comme l’autonomie et la spontanéité du sujet rationnel, ainsi que sur la relation établie entre liberté, citoyenneté et tradition, l’idée de laïcité devenant caduque puisque la religion pourrait aménager un terrain d’entente entre conservateurs et libéraux. Se pose aussi la question des conflits identitaires, la mise en avant de l’identité religieuse imposant une lecture unitaire susceptible de porter atteinte aux identités multiples que suppose la démocratie. En ce sens, l’intervenante a posé la nécessité de distinguer les aspects politiques et identitaires, le politique devant relever d’un projet partagé et non d’une identité culturelle ou religieuse, plaidant alors pour une rupture historique négociée face à la tradition musulmane, qui n’en marque ni une sortie ni un abandon. Enfin, autre concept interrogé par les mutations actuelles, celui d’espace public. Mohamed Kerrou montre d’abord que l’Islam aujourd’hui est un Islam sexué. De plus, cette notion a évolué dans le cadre d’un État national non achevé n’ayant pu imposer une dynamique de développement et s’étant lui-même acheminé vers un État transnational. La question religieuse s’est transformée dans un contexte de globalisation. On ne peut alors plus exclure les religieux de l’espace public, et ils sont appelés à traduire en termes séculiers leurs visions du monde.

Repenser les sciences sociales

Les transformations survenues dans les sociétés arabes ne sont pas sans impacter le projet même des sciences sociales et leurs outils de construction du savoir. À ce titre Mohamed Kerrou a bien évoqué le projet scientifique de la sociologie et de l’anthropologie, de « déconfessionnaliser » la religion, d’en déconstruire la diversité : « les données de l’anthropologie incitent à préférer une approche rationnelle du sacré, construction par l’homme d’un moi autonome confronté à une menace perpétuelle de sa disparition ». De son côté Martine Cohen a mis en évidence deux langages de la laïcité. D’une part le langage des acteurs (sécularisation, laïcité), et d’autre part le langage conceptuel et analytique des sociologues qui dégagent un principe d’universalité, modulable selon les sociétés, dans les notions de séparation des pouvoirs, de liberté de conscience, d’égalité des citoyens. Selon Mohamed Kerrou, de nouveaux outils sont à trouver pour penser par exemple le paradigme de la transition démocratique. Valables pour les pays de l’Est, les outils de la sociologie historique le sont-ils encore pour ceux du Sud, lorsque les différences l’emportent sur les similitudes ? Autre outil, celui de l’approche comparée des religions, mis en œuvre par Cherif Ferjani dans le cadre de son séminaire à l’IRMC. Enfin, René Otayek a bien posé la nécessité de revisiter le patriarcat à la lumière de la démographie, et de prendre en compte dans nos analyses la question des mouvements de populations. Mutation épistémologique des outils d’interprétation d’autant plus difficile du fait de l’objet même des sciences sociales qui travaillent sur « l’incertain des scènes qui se meuvent en permanence, des fluidités extrêmes ».

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10 

 

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, directeur de l’IRMC

 

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Religion et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen », Le Carnet de l’IRMC, 14 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/670

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La démocratie tunisienne comme histoire « toujours inachevée »

Pierre Rosanvallon dans son bureau du Collège de France, juin 2012.

Pierre Rosanvallon évoque la démocratie à la fois comme régime politique et comme forme de société et mode de lien social. Tel semble être le cas de la Tunisie qui, tout en construisant le principe majoritaire de la démocratie politique (les élections, la pluralité) essaie aussi de se construire un intérêt général et un lien social. Les formes en sont multiples et on a vu en 2011 la multiplication des instances et institutions de régulation dont entre autres, la Haute instance puis l’ISIE. Il s’agit bien là de ce que Pierre Rosanvallon nomme des « institutions d’impartialité ». On doit y voir un premier attachement de la Tunisie à construire une « démocratie comme qualité », et pas seulement comme mesure de distribution des richesses.

Un second indice réside dans l’expression des trois principes de l’égalité comme qualité démocratique, définis par Pierre Rosanvallon et appliqués à la situation tunisienne. Le premier est celui de « similarité ». Être semblable, c’est participer chacun d’une même humanité. On pense ici au droit à la dignité comme slogan premier de la Révolution tunisienne. Le second est celui de l’indépendance. L’égalité se construit dans une réflexivité de soi à soi, c’est-à-dire dans l’autonomie et l’absence de subordination de l’individu et dans la relation d’échange qui fonde celle de réciprocité. Lors des élections tunisiennes, chaque votant comptait pour sa propre voix et en était fier. Le troisième vise la citoyenneté. Elle a pu s’exprimer dans les réunions politiques ou les meetings. C’est la communauté d’appartenance et d’activité civique, manifeste dans les relations de solidarité entre individus ou quartiers, qui ont structuré cette révolution. Et ces trois principes rassemblés, c’est bien une volonté de « refaire société ».

La troisième positivité de cette révolution, bien qu’exposée à tous moments à des risques de clôture, est, depuis un an, sa dynamique de fabrication et d’invention permanente et, selon la formule de Pierre Rosanvallon, « toujours inachevée ». À ce titre Rosanvallon dit bien que faire l’histoire de la démocratie, c’est faire l’histoire de la construction d’une société « où s’enchevêtrent l’histoire d’un désenchantement et l’histoire d’une indétermination ». Penser la démocratie au présent, c’est reprendre le fil permanent de cette double histoire en train de se faire. Rosanvallon dit que la démocratie « n’a » pas une histoire, mais plutôt qu’elle « est » une histoire. Henry Laurens nous avait dit que les faits « ont » une histoire. Pierre Rosanvallon nous dit désormais qu’ils « sont » une histoire. Tel est le cas de la Tunisie dont la révolution n’est pas un fait accompli mais plutôt un processus en cours.

Hier les instances contribuaient à réguler les gouvernements provisoires et la préparation des élections. Aujourd’hui et demain devront être débattus les axes de la future constitution au fil d’une part des alliances et des désalliances politiques, et d’autre part des expressions à inventer par la société civile avec ceux qui souhaitent construire une société des égaux basée sur la similarité, l’autonomie, la citoyenneté. Fidèle à la tradition d’une histoire qui ne s’arrête pas, la Tunisie doit demeurer un laboratoire de construction du temps présent.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Pierre-Noël DENIEUIL

Sociologue, Directeur de l’IRMC

 

crédit photographique : © Audrey Cerdan – Rue89

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « La démocratie tunisienne comme histoire « toujours inachevée » », Le Carnet de l’IRMC, 5 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/472

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Transition démocratique et mutations institutionnelles

Table ronde IRMC – Tunis, 20mai 2011.

À la suite de ses manifestations du 4 février (La question autoritaire au prisme des sciences sociales) et du 29 mars (Constitutions et révolutions), l’IRMC a organisé le 20 mai une table ronde sur Transition démocratique et mutations institutionnelles. Sana Ben Achour (juriste, Faculté des sciences juridiques et politiques de Tunis) a traité du Rôle du droit constitutionnel dans les transitions démocratiques. Elle distingue trois registres de modification constitutionnelle mobilisés en réponse aux soulèvements populaires. Le premier pour désamorcer la contestation sociale, au Yémen « sous le signe de la présidence à vie », en Syrie « pour sauver le clan au pouvoir », à Oman face au sultanat sans contre-pouvoir. Le second « comme outil de démocratisation dans un cadre immuable », au Maroc dans une « démocratisation par le haut » et en Jordanie afin de « renforcer la vie parlementaire et politique ». Le troisième « comme nouvelle ressource de légitimation », en Égypte autour d’une révision constitutionnelle et en Tunisie dans la rupture. Le cas tunisien témoigne d’une volonté de suspendre la constitution, et de s’en remettre à une légitimité justifiée par ses seuls objectifs incarnés par des commissions dont celle pour la réalisation des objectifs de la révolution, des réformes politiques et de la transition démocratique.

Anna Krasteva (politologue, Nouvelle université bulgare de Sofia), a traité de L’émergence d’une citoyenneté post communiste. Elle a décrit les modalités de l’engagement communiste considéré non comme un droit mais comme un devoir (on doit être heureux, la mélancolie est bannie). Le communisme ayant concentré les droits sociaux et marginalisé les droits politiques et civils, le citoyen n’y a pas la liberté de se désengager. Ont été évoqués les deux fleurons du post communisme : le désengagement (abstention, apathie, non-participation comme droits et libertés) et la jubilation politico affective de la liberté, passant de la citoyenneté publique ascendante à la citoyenneté privée descendante. L’individualisme post communiste dessine plusieurs types de leaders : le charismatique allié du peuple, l’extrémiste xénophobe, l’adulé self made man. Et l’engagement s’incarne dans un mimétisme des sociétés de l’ouest et de la référence à une « société civile ».

Imed Melliti (sociologue, Institut supérieur des sciences humaines de Tunis) discuta les « passerelles » entre les interventions à travers quelques caractéristiques des pays arabes : des régimes autoritaires, idéologiquement affaiblis, en proie au gigantisme de leurs appareils partisans devenus des coquilles vides, défaillants pour la redistribution économique et sociale (d’où un chômage endémique), et avec un maillage associatif au service du pouvoir politique. Il posa la question du droit comme possible régulateur du conflit dans le passage de l’avant à l’après révolution, où la citoyenneté se négocie entre l’engagement individuel et la surproduction de leaders contre le citoyen, entre plus ou moins d’État et de social.

Lors du débat, l’accent a été mis sur les similitudes (surveillance, culte de la personnalité) et les différences (embrigadement politique) entre les sociétés de l’Est et la Tunisie. Il fut question de l’effondrement des structures de l’État ainsi que du manque de visibilité du rôle des jeunes dans l’actuelle mobilisation politique. On évoqua le tiraillement de la société tunisienne entre le mode de l’unité issu du consensus sur la suspension constitutionnelle, les principes d’universalité démocratique et les références aux valeurs d’un passé sur-investi. Avec l’espoir que le débat pour la constituante lui permette de redéfinir son projet et ses valeurs.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Pierre-Noël DENIEUIL

 

crédit photographique : © dndf.org

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’orientalisme et après?

Séminaire animé par FRANÇOIS POUILLON et ALAIN MESSAOUDI – Tunis – 25 février 2011

 

Ce séminaire organisé à l’IRMC le 25 février 2011, s’inscrivait dans la recherche critique, impulsée par François Pouillon, sur la question de l’orientalisme vu du Sud. L’idée en était de montrer que l’orientalisme ne renvoie pas uniquement à des démarches occidentales ou métropolitaines, et d’analyser alors « la manière dont les acteurs du Sud se sont réappropriés, fut-ce après une critique radicale, les différentes versions (savantes ou culturelles) de l’orientalisme ».
Cette séance animée par François Pouillon, rassemblait des chercheurs tunisiens, en vue de la préparation du colloque L’orientalisme et après ? Médiations, appropriations, contestations, qui se tiendra à Paris les 15, 16 et 17 juin 2011. Les participants ont évoqué les différents cas de figure d’un même processus de construction d’un savoir sur l’Orient, puis sa réception et sa réappropriation par celui qui en est l’objet, et la production d’un autre savoir, comme un orientalisme retraduit, voire réorientalisé, par l’indigène.

De la construction de l’orientalisme à sa réception indigène. Les propositions sur ce thème renvoient plutôt à l’analyse de la construction d’un savoir orientaliste utile et repris par l’indigène. Dans cette perspective, Alain Messaoudi (EHESS, Paris) propose de se pencher sur les usages et enseignements de l’orientalisme savant, à propos de l’Encyclopédie de l’Islam, s’intéressant ainsi au processus de la transmission des orientalistes et de leurs élèves. Sihem Missaoui (Université de la Manouba) a souhaité traiter de la présence des premiers islamologues dans l’enseignement et la recherche universitaire, et voir comment des articles dits « orientalistes » passent dans les encyclopédies, « mais avec des fautes ou erreurs ». Ce qui y est dit sur l’Islam et sur ses usages peut-être récusé ou considéré comme idéologique. Se pose alors la question de l’efficacité de cette information pour des musulmans de culture arabe. Comme l’a rappelé François Pouillon, les intellectuels chinois estiment pour leur part que le travail effectué par les grammairiens orientalistes est sans grande utilité pour eux. Ce n’est pas le cas des grammairiens arabes, qui ont souvent repris les cadres et instruments de la grammaire élaborés sur leur langue par les occidentaux. Il y a ici l’idée d’une réappropriation positive du fait que les travaux des orientalistes ont pu enrichir les approches des grammairiens arabes, connivence résultant sans doute d’un recours commun aux concepts et formalisations aristotéliciennes. Autre réappropriation positive, celle que des intellectuels indigènes peuvent réaliser sur l’analyse des cultures et traditions populaires du Maghreb, souvent méprisées par la tradition savante, mais initiées par les orientalistes. C’est le cas, par exemple avec le recueil du patrimoine musical produit par le baron d’Erlanger et ses informateurs. Selon Ahmed Khoudja (Université de Tunis), ces traditions, jusqu’alors marginalisée dans la culture arabe, ont ainsi été promues par les folkloristes pour les intéressés eux-mêmes. Quelle est l’histoire de cette patrimonialisation : comment cette culture orale a-t-elle été récoltée et auprès de quels informateurs, puis transcrite et traduite ? Quels ont été les enjeux politiques et contextuels de ce savoir colonial à la fois refusé (ou récusé) et pourtant utilement repris durant la période des indépendances ?

D’autres travaux ont abordé la question de l’orientalisme du point de vue du projet de rapprochement avec les intellectuels locaux, qui en sous tend la réception. Pour Clémentine Gutron (EHESS, Paris), il s’agirait, pour illustrer la mise en place du mythe national, d’étudier la production allogène d’une archéologie nationale. Elle s’intéresse notamment à la figure de Paul-Albert Février, militant de la décolonisation, constructeur de la pré-indépendance algérienne et bâtisseur des idées d’on Orient nouveau à l’ombre des États nations. Pour Youssef Cherif (Université de Tunis) il faudrait enquêter à Columbia au centre des études pour la Palestine, dépositaire des travaux sur Edward Saïd, pour un état des lieux de l’influence de cet auteur-phare, de l’histoire institutionnelle des « post-colonial studies », et du projet idéologique qui les structurent.

Réception indigène et reconstruction de l’orientalisme. D’autres analyses nous confrontent à une réappropriation plus conflictuelle. C’est ainsi que Mouldi Lahmar (Université de Tunis) a proposé une réflexion sur « L’orientalisme en Libye : un savoir colonial indigène ? » Le projet est de réexaminer la manière dont les intellectuels libyens ont reçu les études orientalistes sur la colonisation – le grand corpus de De Agostini sur les tribus libyennes – et comment ils peuvent les utiliser pour réécrire la « vraie histoire » de leur pays. Ils remettent en cause tout d’abord les modes de recueil et la véracité de certaines informations qui n’auraient « pas été données correctement par la société locale ». Ils posent par la suite la question de ce que les orientalistes ont fait avec ces informations, ce qui pose problème moins de l’information elle-même que la manière dont elle est traitée et interprétée. Parfois, le traducteur reprend des informations de la source orientaliste et en change les entrées. Parfois aussi, « des choses ne sont pas traduites parce que considérées comme non-conformes ». L’ensemble de ces opérations marque la capacité de réappropriation et de rétablissement du traducteur face à ce qu’il estime être une « dérive orientaliste ». Ce qui soulève la question du droit de l’indigène à contester la réception orientaliste, mais aussi sa capacité à la reconstruire. Dans le même sens, Khaled Kchir (Université de Tunis) entend travailler sur le livre de l’érudit allemand, Welhausen, dont le texte (1924) sur l’histoire du prophète a été traduit en arabe dans les années 1950. Le traducteur utilise alors les notes de bas de page comme lieu de restitution de sa parole, rétablissant les choses comme il les conçoit et selon sa vision d’un pieux musulman. Dans ces différents exemples, le champ de l’orientalisme est limité par ce qui peut se reconfigurer en arabe. Dans son mouvement de réappropriation par l’individu, l’orientalisme est l’objet d’une rectification et d’une conversion ou correction de l’information captée dans celle reconstruite par le traducteur.

De la co-construction orientaliste à la réorientalisation. Il s’agit là de montrer comment l’indigène construit sa propre conscience et identité, indépendamment de la construction qu’en fait l’autre, mais non sans quelque intervention extérieure de sa part puisque cela consiste souvent à en reprendre les productions. Comment se co-construisent les identités collectives après l’orientalisme ? Mercedes Volait (CNRS, Paris) va analyser le projet artistique ou de société qui sous tendrait et regrouperait sur le marché de l’art orientaliste, les achats des collectionneurs du monde arabe à destination de leur société. De son côté Nabiha Jerad (Université de la Manouba) montre, dans le cas du discours publicitaire et de l’image touristique, comment le décolonisé devient sujet et non plus seulement objet du discours, en proposant au touriste sa propre image. Quelle image le tourisme national va t- il restituer au touriste tunisien ou à l’autochtone qui regarde son propre patrimoine ? Est-elle médiatisée par des sources et images produites ailleurs ? Ou est-elle conforme à sa propre représentation de soi (mais n’est-ce pas déjà une représentation médiatisée) ? Il s’agirait là, de voir comment l’orientalisme savant ou folklorique se réorientalise dans les échanges au quotidien (publicitaires, commerciaux) en relation avec l’indigène lui-même.

C’est d’une telle « réorientalisation » qu’ont parlé plusieurs autres intervenants. A ce titre, Charlotte Jélidi (IRMC) souligne des formes d’une « sur erlangidisation » de Sidi Bou Saïd, en référence au Baron d’Erlanger qui, contrairement à l’idée reçue, n’aurait pas imposé par texte de loi le bleu des boiseries de ce village. De son côté, Kmar Bendana (Université La Manouba) a placé ce processus de réorientalisation sur un terrain « Sud/Sud », en retraçant l’itinéraire d’Abdellaziz Talbi qui a réincorporé une culture orientaliste dans son combat politique puis intellectuel. Pur arabophone, sans accès direct aux langues européennes, il a utilisé les orientalistes traduits en arabe, intégrant aussi de nouveaux outils fournis pas la sciences européenne (historiographie, psychosociologie etc…) notamment sur l’écriture de la vie du prophète. Il est ainsi montré que l’orientalisme s’est diffusé et réincorporé dans les milieux arabes même quand ils n’y étaient pas convertis.

Dans le même souci de sortir de la dichotomie orientaliste/indigène, et de rechercher les espaces de négociation où les deux se rencontrent, Abdelhamid Hénia (Université de Tunis) montre que les orientalistes n’ont pas construit leur savoir juridique avec des informateurs qui n’auraient été que des aides et auxiliaires externes. Il donne l’exemple d’un savoir colonial juridico foncier qui a été créé avec la colonisation. Il explique que cette science dite « coloniale » constitue elle-même le produit d’une co-construction interactive entre les juristes français et tunisiens, une alliance entre ces deux élites qui ont construit un savoir juridico-financier dans leur double intérêt. Ils ont alors réagencé, en les reformulant et en les métissant, à la fois les concepts fonciers du droit romain et de la pratique juridique tunisienne. De la même manière, les Turcs, du temps de l’Empire ottoman avaient marié entre eux les droits hanéfite et le malékite pour créer une juridiction foncière avantageuse pour les citadins. Une telle approche conduirait, selon le souligne Hénia, à « banaliser » l’idée d’orientalisme, en montrant que le changement ne se réduit jamais à la seule intervention de facteurs extérieurs venant gommer toute participation des acteurs locaux.

Enfin, les différentes participations à ce séminaire ont bien montré à quel point ces analyses du décalage entre le discours des orientalistes et leur réappropriation ou rectification par les indigènes viennent enrichir la question de l’écriture de l’histoire et la perspective historiographique dans sa forme transcendante de « projet de moi vers l’autre » selon les formules du philosophe Husserl.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Pierre-Noël DENIEUIL

Sociologue, directeur de l’IRMC

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La force de l’insoumission

De la révolte de la rue à la révolution des esprits

Les évènements vécus depuis le 17 décembre 2010 constituent une véritable « onde de choc » pour l’ensemble des Tunisiens. Il s’en dégage un sentiment de fierté, une dignité retrouvée, d’avoir combattu et écarté Ben Ali seuls, sans leader, sans parti et sans soutiens étrangers. S’en trouve renforcée l’image d’une Tunisie avant-gardiste dans le monde arabe, et qui, après avoir aboli la polygamie, érigé le code du statut personnel, revendique sa liberté d’expression et d’auto détermination. Ce mouvement valorise les jeunes (« on n’est pas des voyous mais on veut défendre nos valeurs »). Il illustre la mobilisation de toutes les catégories sociales autour de la lutte contre les milices tant dans les quartiers populaires que dans les quartiers chics. Se profile un autre visage du civisme et de la solidarité (« la solidarité nous appartient ») que celui des slogans abstraits de l’État.

L’homme de la rue tout comme l’intellectuel, en appellent à une séparation stricte entre l’État et tout parti. Il en ressort une confrontation des « jusqu’au boutistes » refusant la présence d’anciens du RCD au gouvernement, et des « on y va quand même ». Les forums de discussion se sont installés sur les chaînes de la radio et télévision nationale, invitant des acteurs et observateurs de la société civile, intellectuels, artistes, universitaires et chercheurs, hommes et femmes, de toutes tendances et sensibilités politiques. Des journalistes se questionnent sur leur mission, leur implication dans le mouvement social. Des métiers redéfinissent les contours de leur corporation (avocats, architectes, cinéastes, professions de santé…). Dans les entreprises publiques, des groupes de personnels demandent le départ de leur directeur général et souhaitent renouveler les lignes hiérarchiques.

Il s’agit là d’un mouvement multidimensionnel, impulsé par la jeunesse mais auquel participent toutes générations, catégories socioprofessionnelles, et classes sociales. Il faut insister sur la dimension sociale de ce mouvement qui a pris la forme d’une révolte des populations : contre la vie chère, contre le chômage des jeunes et des diplômés, contre les détournements économiques et la corruption financière, contre la censure de la liberté d’expression et l’autoritarisme politique. Face au foisonnement de l’expression, plusieurs réclament une pédagogie de la démocratie, un apprentissage de la liberté naissante, estimant « qu’il faut du temps pour un peuple non habitué à la démocratie », et que la « révolution des cerveaux » implique « d’enlever l’autocensure de nos têtes ».

La mobilisation numérique

Dans un contexte de censure de la presse, de mainmise de l’État sur les médias (radio, télévision), d’interdiction de sites internet, et dans l’un des pays les plus connectés d’Afrique, le mouvement tunisien s’est inscrit au cœur de la révolution numérique. Depuis la rue et avec l’aide des vidéos amateurs (fournies par les téléphones portables) et des ordinateurs, les messages numériques et les blogs ou encore les sites Twitter ou Facebook ont relayé les appels à manifester. Ils ont fourni des messages de dissidence ou de blocage de sites gouvernementaux, puis des commentaires en direct des émeutes. Le 12 janvier, le monde entier a eu connaissance en temps réel de la photo du décès par balle d’un enseignant franco-tunisien à Douz. Les acteurs de ce mouvement ne sont plus seulement dans la rue. Ce sont souvent des jeunes qui l’ont impulsé et qui, depuis leur ordinateur, en parlent le langage (le slogan des manifestants, « Game over »).

Internet s’est imposé comme un nouveau support d’information, de communication et de « résistance » au service d’une « cause ». Ce processus connecte les acteurs politiques de tous bords à la pression de la rue et des médias numériques. On doit y voir une profonde mutation où l’information passe directement de la parole de l’acteur à l’appréciation du spectateur. La communication sur le net a ainsi contourné et démenti les (non) informations de la radio et télévision nationale. Avec l’écueil toutefois d’une information issue de la rumeur et non confirmée, dont le récepteur doit reconstituer la véracité, et un court-circuit du canal du journaliste informateur et du « professionnel » de l’information. A noter le rôle fort de relais en direct de cette « micro information », joué par la chaîne internationale Al Jazira.

L’impact sur le métier de chercheur

Dans leurs soucis d’interrogation et d’interprétation des faits sociaux, entre l’analyse scientifique qui nécessite un recul, et l’urgence de l’implication au présent, les sciences sociales sont fortement interpellées par ces évènements. Une tradition en ce sens existe à l’IRMC, qui a déjà produit des recherches et des réflexions sur la question étudiante, sur les reconfigurations religieuses, les, migrations précaires ou clandestines, la crise du travail et de l’emploi, mais aussi sur le développement local et les révoltes ouvrières du bassin minier de Gafsa, puis sur les démocraties autoritaires. Cette « révolution des esprits » est susceptible auprès des étudiants et chercheurs sur le Maghreb puis le monde arabe et musulman, de renouveler les sujets de recherche objets d’articles, mémoires ou thèses sur des thèmes tels que la transition politique, les notions de revanche sociale, de rumeur, la question des suicides par immolation. Autres thèmes : les solidarités ; les jeunes et le changement social ; Internet et les nouveaux modes de communication ; les révoltes populaires régionales ; les rapports de force entre l’Armée, l’État et la police ; les compromis politiques et le jeu des partis dans les gouvernements de transition ; les relations du social, du politique et du religieux.

Ces évènements, au cours desquels les médias ont beaucoup sollicité les chercheurs, interrogent la relation, parfois source de malentendus, entre le journaliste et le chercheur, entre le temps circonscrit de l’évènement et le temps long et cohérent de l’histoire. Ils questionnent aussi les frontières disciplinaires internes aux SHS. Par exemple ils ne sont pas perçus de la même manière par les sociologues, juristes ou politologues qui souhaitent les analyser « à chaud », alors que les historiens prendront plus de recul sur les traces de ce qui est advenu ou sur les leçons du passé. Tout en respectant ces frontières, ces nouvelles recherches gagneront à être abordées dans une perspective comparative entre pays du Maghreb, ou avec l’Égypte. Cette confrontation des expériences internationales avec le vécu de la révolution tunisienne, devrait contribuer à un dialogue approfondi et à un renforcement de la coopération au sein de la communauté des chercheurs en sciences sociales.

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Pierre-Noël DENIEUIL

Sociologue, IRMC, Tunis

 

Crédit photographique :  ©Zohra Bensemra – Reuters.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook