Archives par mot-clé : partenariat

La dimension internationale de l’IRMC

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

L’IRMC accueille des chercheurs francophones, des doctorants et des boursiers, de tous pays. Il constitue un outil exceptionnel de coopération (seule la France dispose de ce type d’institut à l’étranger), et est un lieu privilégié de production et de diffusion pluridisciplinaires et internationales des savoirs en sciences de l’homme et de la société.

Des thématiques transversales et internationales

Les programmes de recherche développés par l’IRMC depuis 1992, ont toujours répondu à des préoccupations d’actualité internationale, ne cédant ni à la tentation du localisme ni à celle de l’analyse d’opinion. Cette internationalisation s’est concrétisée dans des partenariats institutionnels d’abord enracinés depuis la Tunisie. Citons pour exemple dans les années 1990 la recherche avec l’INRAT sur les politiques agricoles et les effets de la mondialisation sur les sociétés rurales dans l’espace méditerranéen dans le cadre du programme MOST de l’Unesco. Ou encore celle menée avec l’IPSI sur les techniques de communication et les médias au Maghreb ; ou sur les villes et les communautés locales maghrébines avec le groupe de recherche (GRVCL) de l’Université du 9 avril, qui deviendra le laboratoire DIRASET. À la charnière des années 2000, où s’intensifient l’intérêt de la France pour le partenariat en Méditerranée avec la Conférence de Barcelone, et les échanges entre communautés scientifiques du Nord et du Sud, par l’ouverture de l’espace euro maghrébin à l’espace euro méditerranéen, se développent des recherches sur les migrations internationales avec l’Université de Sousse, sur les flux de compétences et le retour des diplômés tunisiens, puis sur les ingénieurs au Maghreb avec l’INTES. Au cours des années 2000, l’accent des comparaisons internationales sera mis sur les analyses historiographiques avec les universités du 9 avril et de La Manouba ainsi que l’ISHMN, sur le droit et pluralisme juridique avec la Faculté des sciences juridiques de Carthage puis la Faculté des sciences juridiques et politiques de Tunis, sur les pratiques de la langue avec l’EHESS et l’Université de La Manouba, sur les formes de gouvernance mondialisée et de cultures d’entreprise avec l’ISG, les industries numériques et les économies émergentes avec SupCom. Les recherches de l’IRMC ont dès 2005 été dynamisées par les programmes FSP « Appui à la coopération pour la recherche en sciences humaines et sociales entre le Maghreb et la France ». Il y avait là une politique du MAEE français d’une part de renouveler la connaissance française sur le Maghreb et d’autre part de développer la coopération avec les chercheurs maghrébins sur des approches thématiques comparées. Deux recherches internationales ont ainsi été introduites sur l’espace euro maghrébin : l’une sur « Dynamique d’agglomération des activités productives et gouvernance territoriale », l’autre sur « Les étudiants étrangers » entre autres avec les universités de Sfax et de Sousse.

carte Irmc2Du franco-tunisien au régional Maghreb et à l’international

C’est ainsi que depuis Tunis, l’IRMC a offert des potentialités de coopérations avec les institutions françaises tout d’abord. Ce fut le cas avec URBAMA (Tours), l’EHESS, l’IISMM (Paris), la MMSH et l’IREMAM (Aix-en-Provence), l’IRD, l’Université de Montpellier, l’IEP d’Aix-en Provence, l’Université de Toulouse, de Lyon, le CNAM de Paris, l’Université de Rennes, de Franche-Comté etc… Et ces attaches de l’IRMC avec la recherche française en firent un attracteur pour les Tunisiens et les Maghrébins, le maillon fort d’une chaîne de coopération. L’IRMC fonctionnait alors, depuis son siège de Tunis, comme lieu d’expressions inter sociétales et d’acquisition du métier de chercheur, outil d’accompagnement à la recherche et de confrontation des générations entre seniors et juniors. En témoignent les 12 formations doctorales internationales (20 a 50 doctorants) proposées depuis sa création. Citons aussi l’organisation de conférences et l’invitation de personnalités internationales de prestige, l’accueil de chercheurs étrangers en mission et leur mise en contact avec leurs homologues tunisiens. Notons encore en aval de la politique systématique de publications (50 ouvrages), la parution depuis 2005 de la publication annuelle Alfa puis Maghreb et sciences sociales croisant des publications multinationales, et enfin la Lettre trimestrielle comme support du rôle d’interface et de valorisation joué par l’IRMC entre les communautés scientifiques maghrébines et européennes. Le but des la création de l’Institut était que celui-ci s’insère en profondeur dans le tissu intellectuel maghrébin dans un contexte où l’Algérie se trouvait verrouillée. Une antenne avait été créée à Rabat, avant qu’elle ne s’autonomise en 1997. Par la suite l’IRMC n’en n’a pas moins assuré sa vocation régionale qui s’est confirmée par un bulletin et un conseil scientifique communs avec le CESHS de Rabat (futur CJB), ainsi que par le maintien de recherches comparatives, d’enquêtes et de liens avec le Maroc. Une coopération fut amorcée à la fin des années 1990 avec le CENEAP d’Alger, le CRASC d’Oran, puis avec le Markez El Jihad de Tripoli et l’Université d’Aix-en-Provence, par l’intermédiaire d’une allocataire de recherche en histoire. C’est ainsi que se développa un espace scientifique à l’échelle du Maghreb et à partir de Tunis, confortant une complémentarité entre les dimensions tunisienne et maghrébine de l’Institut. C’est très certainement cette forte dimension régionale, de coopération multilatérale, qui a distingué l’IRMC, l’a fait accepter par la communauté intellectuelle et l’a sauvé des risques de compromis politique dans la Tunisie de Ben Ali où, de toute manière toute recherche bilatérale eut été vouée à l’instrumentalisation, à la dépendance et à l’échec. Il prônait alors le comparatisme et la dimension méditerranéenne. Ces enjeux faisaient sens non seulement en Tunisie mais au Maghreb et au-delà, et redéfinissaient le pourtour d’une communauté scientifique transnationale et métissée, intégrant aussi des partenaires français du Proche et Moyen Orient tels l’IFPO à Damas et Beyrouth et le CEDEJ au Caire. L’Institut est alors représenté « comme un lieu d’ouverture et d’échanges préfigurant les laboratoires mixtes », une voie d’accès, pour les chercheurs tunisiens, à des réseaux internationaux.

Par delà les frontières, un trait d’union

L’IRMC a été un vivier de chercheurs. Outre ses propres personnels, intégrés dans les institutions françaises ou tunisiennes, de très nombreux chercheurs étrangers (italiens, espagnols, allemands, anglais et américains) y ont été accueillis et sont devenus professeurs ou chefs de laboratoires. Le recrutement des chercheurs tunisiens détachés (1 gestionnaire, 2 économistes, 1 socio politologue, 1 historien, 1 géographe, 1 sociologue), tout comme celui des français affectés à l’Institut (14 chercheurs) a consolidé leur expérience de l’international et de la pluridisciplinarité (ouverture de l’économie sur la sociologie, de l’histoire et de la géographie sur les sciences sociales). Ainsi parlait un collègue tunisien : « Ma mission a l’IRMC était de monter un programme pluridisciplinaire, j’étais historien et l’ouverture sur d’autres savoirs m’a transformé complètement ». De même le montage de leurs programmes, par la mise en réseaux à la fois nationaux et internationaux, les a constitués en « passeurs » vers la communauté scientifique tunisienne, maghrébine ou française, tout en s’inscrivant avec leur institution d’origine dans des échanges Sud/Sud, et en accordant ainsi une plus grande visibilité à leurs propres travaux. Dès ses débuts, l’IRMC a recruté des chercheurs tunisiens avec le souci qu’ils ne s’isolent pas de l’Université tunisienne et, bien au contraire, qu’ils constituent des points de relai avec celle-ci, en gardant un enseignement à l’université. C’est là un des points forts de la présence de l’IRMC qui a contribué à l’engagement international des chercheurs tunisiens : « Avant l’IRMC, nous avions des rapports avec la France par les actions de coopération universitaire dans le cadre du CMCU. Mais on n’avait pratiquement aucun rapport avec les collègues maghrébins. Et c’est grâce à la dimension maghrébine de l’IRMC, notamment avec son antenne à Rabat, que nous avons pu nouer des relations Sud/Sud notamment avec les collègues algériens, marocains et même un mauritanien, nous les avons reçus et ils nous ont reçus par le biais et avec l’aide de l’IRMC » (chercheur tunisien détaché a l’IRMC). Plus encore, le détour par l’international a suscité un rapprochement vers les nationaux : « le passage à l’IRMC en m’ouvrant à des réseaux internationaux m’a rapproché de la communauté scientifique tunisienne » (chercheur tunisien détaché à l’IRMC). À ce titre, l’IRMC a toujours été plus qu’un partenaire bilatéral, par sa nécessité de maintenir dans l’espace de coopération franco-tunisien, une coopération franco maghrébine et internationale. L’internationalisation apparaît alors comme un outil de légitimité et de valorisation des liens bilatéraux franco-tunisiens. Il faut insister sur cette vocation privilégiée de l’Institut par delà les frontières, comme trait d’union entre chercheurs du Nord et chercheurs du Sud, eux-mêmes rattachés à une communauté qui est celle de la recherche transnationale en sciences de l’homme et de la société. Telle a été la vocation de l’Institut ces vingt années, en renforçant les SHS par la création de réseaux thématiques scientifiques internationaux. C’est la toute la fonction des réseaux, de sortir des coupures nationales et d’agir en transfrontaliers. À cet égard, l’IRMC défend une politique d’actions multilatérales : 10 nationalités de chercheurs l’ont fréquenté. Ses travaux de recherches ont porté sur autant de pays. Ses missions en Algérie ou en Libye incluent des Tunisiens à chaque déplacement en encourageant les rencontres et les relations Sud/Sud à Alger, Rabat, Tripoli, Tunis ou Paris. Il y joue un rôle de hub à l’échelle maghrébine, « synapse », lieu de connexions et d’échanges. On peut dire en ce sens, que le rayonnement de la France en Tunisie et au Maghreb est aussi passé par une coopération avec des institutions non françaises. Cette présence de la France, ailleurs que depuis la France ou ses institutions diplomatiques à l’étranger, ailleurs que dans le seul « bilatéral » jouant comme support des relations internationales, a valorisé l’IRMC comme passeur, relais et inter médiateur, faisant de lui un fer de lance du multilatéralisme scientifique.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « La dimension internationale de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 25 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1205

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook