Archives par mot-clé : Olivier Feneyrol

Barcha hajet’ pour moi à l’IRMC

Latifa
Photographie de Latifa Bessoudi

L’IRMC m’a appris à savoir me mettre sur les deux pieds et à tenir la confiance, à aimer et à être appréciée. Dans les familles tunisiennes, on ne nous dit pas qu’on nous aime et ici on m’a montré qu’on peut aimer une femme de ménage. En Tunisie on ne met même pas votre nom, alors qu’ici on m’a acceptée malgré mes défauts, comme je suis, gentille, polie, parfois désagréable. Les heures que je passe à l’IRMC sont chères à mon cœur, c’est mieux que d’être bonne à tout faire dans ma famille. Ces vingt années m’ont fait découvrir beaucoup de choses, depuis 1992 ou j’ai pris ma véritable indépendance de ma famille, et j’ai découvert que j’étais une vraie femme libre.

Je n’ai pas pu finir mes études parce que j’étais une fille, et j’ai appris ici ce que je n’ai pas pu apprendre avant. On m’a supportée et on m’a soutenue quand il le fallait alors que je ne m’y attendais pas. Cela m’a aidée à sentir ma valeur dans des moments ou je ne me sentais rien du tout. Un jour j’ai eu un différent avec l’un de mes directeurs, on n’était pas clair avec moi. Je l’ai poussé à m’appeler et à me demander pardon, et la j’ai senti qu’il n’était pas seulement un directeur. Et puis parfois mes autres collègues m’aident sans avoir à aller parler avec le directeur. Anne-Marie aussi a été exceptionnelle, même si je ne faisais pas tout ce qu’elle me demandait. Elle est celle qui a donné le plus sans jamais prendre, c’est une grande femme qui a donné de sa sante et de sa vie pour l’IRMC.

Chacun de ceux qui sont passés, a laissé son empreinte dans mon cœur, et je n’ai pu en effacer aucune. Tous ceux qui sont venus, je les ai adoptés pendant les deux, quatre, six ans qu’ils sont restés, et au départ des filles du groupe de Katia j’ai été désagréable pendant deux mois et je suis allée chez le médecin. Ces filles devenaient chères à mon cœur, quand elles viennent m’annoncer leurs secrets, me dire qu’elles sont enceintes, et me donner une réserve d’amour qui va m’accompagner jusqu’à ma mort. Et je suis grand-mère de tous les enfants qui sont nés à l’IRMC. Je me glisse entre les problèmes pour soulager la personne, et elle aussi sait quand je ne suis pas bien et qu’il faut me soulager. Il y a eu aussi les jeunes VI qui venaient d’arriver, qui m’emmènent au restaurant alors que je n’avais avant jamais l’occasion d’y aller. Et là je suis plus que maman et pas la femme de ménage, je deviens la grand-mère qui les accompagne. Un jour on m’a dit « ce chercheur c’est votre fils ». Et quand je prépare un couscous, ils me passent tous dans la tête, ils viennent dans ma pensée, ils sont mon univers. Je pourrais depuis qu’ils sont partis leur envoyer des cuillerées de lentilles par courrier. Pour le mariage de mon fils je voyais tout le monde qui venait du côté de la mariée, et puis d’un coup j’ai vu l’IRMC qui était là à mon côté et cela m’a fait grand plaisir.

Tous ces chercheurs on connait leur valeur après quand ils écrivent leur thèse. Moi je connais leur cœur, et beaucoup ont des cœurs d’or mais ne le montrent pas. Chaque jeune qui arrive, j’essaie de le guider, je suis même allée sur le terrain avec Olivier Feneyrol, on est allé voir une cotraya, une boutique qui vend le nécessaire de mariage, pendant le ramadan. Moi je sais ce que font les chercheurs et je leur pose des questions, je leur demande de me lire leur texte. Je leur donne des idées je suis comme un conseiller, et eux ils m’ont appris et m’apprennent encore. Par exemple Stéphanie Pouessel m’a lu son texte dans le programme de Maha sur le racisme et m’a fait pleurer, ce n’est pas vrai que ca n’existe pas, j’en ai vu du racisme chez des grandes familles. Je lui ai dit : « ce que tu as écrit il faut le mettre dans un journal », alors elle a téléphoné devant moi et l’article a été publie. Et puis j’aime bien voir les Lettres de l’IRMC parce qu’on ne dépend que de nous-mêmes, même si bien sûr je sais qu’on est aussi l’ambassade, j’étais émue quand Myriam Bacha a mis mon nom dans les remerciements de son bouquin. J’ai au moins réussi quelque chose dans ma vie comme femme de ménage, et je ne connais pas beaucoup de femmes de ménage qui ont ca. Et j’espère un jour si Dieu existe, les retrouver un jour ces jeunes tous autour de moi comme la grand-mère qui retrouve ses petits enfants.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Latifa BESSOUDI

Agent d’entretien

Pour citer ce billet : Latifa Bessoudi, « Barcha hajet’ pour moi à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 20 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1191

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook