Archives par mot-clé : Odile Moreau

L’IRMC, un initiateur de mises en réseaux

Odile Moreau
Photographie de Odile Moreau

La petite villa de Mutuelleville, si paisible de l’extérieur, était une ruche bourdonnante. Sa dimension modeste, aux allures familiales, abritait une effervescence et un bouillonnement, tout en restant un havre de paix et en ayant une ouverture au monde, aux autres, à l’altérite des profils et des disciplines. La première visite que je fis à l’IRMC remonte à l’automne 1998, quand, après avoir soutenu une thèse sur les reformes ottomanes, je vins à Tunis pour poser des jalons et envisager la faisabilité d’un projet de recherche sur les liens et les échanges entre le Maghreb et l’Empire ottoman. Je me souviens de l’accueil chaleureux de tous ses membres, tant du directeur, M. Jean-Philippe Bras, que d’Anne-Marie, de Christiane et d’Hayet et de leur grande générosité pour donner de leur temps et mettre les chercheurs de passage en contact avec les collègues tunisiens et les institutions avec lesquelles ils souhaitaient nouer des liens. Sans parler de la facilite d’accès et d’échange avec les chercheurs de l’IRMC. De ce point de vue, l’IRMC joue admirablement son rôle d’intermédiaire, de fédérateur, d’initiateur de collaborations et de mises en réseaux. Il est un moteur dans le domaine de la recherche sur le Maghreb et au Maghreb.

moreauTant et si bien que je proposai mon projet de recherche pour être hébergée à l’IRMC. J’eus le bonheur qu’il soit retenu et commença pour moi une expérience inoubliable. Jeune chercheure ayant terminé ma thèse, j’eus l’opportunité de piloter un programme collectif de recherche à la fois pluridisciplinaire et international[1], tout en étant basée sur mon terrain. Chance unique que peu de jeunes docteurs peuvent avoir en France. La grande qualité du travail à l’IRMC reposait aussi sur sa collégialité. Le travail étroit avec les collègues, tant au sein de l’IRMC qu’avec les collègues des universités tunisiennes, créait une dynamique très stimulante et motivante. Une des grandes chances était la réelle pluridisciplinarité de l’IRMC, car chaque chercheur en poste avait une spécialité disciplinaire différente. L’animation du séminaire annuel de l’IRMC transversal aux trois programmes de recherche était une source de grand enrichissement et d’ouverture intellectuelle. Nous préparions également de manière collégiale Correspondances, le bulletin de l’IRMC, qui était toujours très attendu par la communauté scientifique. L’ambiance de travail était conviviale et la bibliothèque était toujours quasiment remplie par de nombreux visiteurs et chercheurs, dont nombre d’habitués.

La métaphore de la ruche n’est pas excessive, car il y avait un réel foisonnement de programmes de recherche à l’IRMC, ou en partenariats, de conférences, etc., avec beaucoup de passage, tant de chercheurs confirmés que de jeunes chercheurs et doctorants. Les écoles doctorales permettaient aussi d’encadrer des ateliers de doctorants venus de divers horizons. L’IRMC était un jeune institut de recherche hyperactif, dans le bon sens du terme. L’IRMC a joué un rôle important dans le renouvellement des générations intellectuelles de chercheurs et a pleinement rempli sa vocation à être une pépinière fort prometteuse.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Odile MOREAU

est maître de conférences à l’Université Paul Valéry – Montpellier III. Elle a été chercheure à l’IRMC de 1999 à 2001.

Pour citer ce billet : Odile Moreau, « L’IRMC, un initiateur de mises en réseaux », Le Carnet de l’IRMC, 20 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1186

 

 


[1] Programme de recherche « La reforme de l’État dans le monde musulman méditerranéen a partir de l’exemple du Maghreb aux XIXe et XXe siècles », dont est issue la publication, Odile Moreau (ed.), 2009, Réforme de l’État et réformismes au Maghreb (XIXe – XXe siècles), Paris-Tunis, L’Harmattan-IRMC, collection « Socio-anthropologie des mondes méditerranéens ».

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook