Archives par mot-clé : Nabiha Jrad

Quand dire c’est faire : la révolution tunisienne, un évènement de langage fait l’histoire

« C’est le langage qui fait de l’homme un animal politique, […] les mots justes trouvés au bon moment sont de l’action […] seule la violence brutale est muette » Hannah Arendt

Au moment où les Tunisiens commencent à parler le langage des partis et des élections, il est bon de rappeler les énoncés de la révolution, ce premier réveil arabe pour la liberté qui a résonné dans toute la région et où les mots clés de ses slogans furent répétés. Initiée par une jeunesse que l’on croyait apolitique, cette révolution a d’abord montré la vertu performative du langage, sa capacité de transformer par le simple fait de dire une situation politique longtemps considérée comme le destin de certains peuples à vivre sous la tyrannie. Aussi, la théorie du langage comme action ne trouvera pas meilleure illustration que dans les propos de Hannah Arendt, et la théorie du clash de civilisations plus juste démenti que dans les mots des slogans qui ont secoué la Tunisie et d’autres pays arabes dix ans après les événements de septembre 2001.

La révolution comme événement de langage et événement politique

Ecrasés sous une chape de plomb de silence pendant 23 ans, les Tunisiens ont accompli une révolution qui a abattu l’une des dictatures les plus sévères de notre temps avec pour seule arme le langage. Brève, pacifique, sans leaders, sans partis, la révolution tunisienne a réuni toutes les classes sociales autour de slogans qui ont catalysé la haine d’un régime policier et corrompu. Lorsque le mur de la peur est tombé, la parole s’est libérée. Et c’est cet événement de langage qui a constitué en même temps un évènement politique. C’est une révolution qui a opposé à la répression policière la performance langagière. Des mots longtemps tus, censurés ont été criés à haute voix dans les manifestations, écrits sur les pancartes et sur les murs de la ville après avoir été écrits sur les murs de Facebook où l’on a pu voir et entendre ce qu’on n’osait pas se dire à soi-même. Ce fut une révélation : l’impensable devient dicible et communicable. Facebook est remercié pour sa contribution à la victoire. Il a anticipé et valorisé le regroupement, la manifestation qui rend au peuple son autonomie en la lui manifestant.

La révolution « pour la liberté et la dignité »

Alors que l’information officielle avait déclaré que l’immolation par le feu de Bouazizi était un « fait divers », la population a mis en mots cet acte comme une déclaration politique, un appel pour dénoncer une vie sans dignité et sans liberté où le citoyen réduit à rien s’anéantit. Les mots qui furent répétés durant les manifestations étaient : « shoghl, horryya, karama wataniyya » (emploi, liberté et dignité de citoyen), des mots justes qui ont sonné l’heure de parler pour tout un peuple humilié par la peur et l’absence de liberté. Le mot « emploi » a une connotation politique avant tout. Il dénonce la corruption et l’inégalité de la répartition des richesses. Il est glosé par cette précision : « Ce n’est pas une révolution des affamés »[1] que nous voyons sur cette image. Nous ne sommes plus dans le cycle des révoltes du pain, comme le souligne l’un des plus célèbres slogans de la révolution: « Khobz w mé w ben ali lé » (du pain, de l’eau et pas de Ben Ali). « Emploi » Ce mot a fini par trouver son sens intégré dans les mots de « liberté » et « dignité » qui sont les seuls marqueurs linguistiques de la révolution tunisienne et ses repères fondateurs : des valeurs universelles. Point de référence à l’islamisme, ni à l’impérialisme, ni au panarabisme.

C’est cette nouveauté dans les mots des slogans des révolutions arabes qui a surpris. Le quotidien français Libération a signalé cette nouveauté dans la couverture de sa livraison du 15 janvier 2011 par le mot « horrya » écrit en arabe et en grands caractères sur une photo de la manifestation de la veille qui a chassé Ben Ali du pouvoir. Sans doute pour la première fois, le mot « liberté » en arabe donne-t-il à voir, dans la lettre que les Tunisiens commencent à écrire avec ce mot, une nouvelle page de l’Histoire[2]. Après eux, au Caire, à Sanaa, à Damas, … les jeunes se sont soulevés pour exiger le départ de leur gouvernant en scandant : « Horrya », ou « ashaab youreed isqat an-nidham » (le peuple veut la chute du régime).

La thèse du clash de civilisations peutelle encore résister ?

 Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Nabiha JRAD

Linguiste, Université de Tunis

 

Crédit photographique : © DR ; Fethi Belaïd


[1] Jacques Chirac, lors de sa visite officielle à Tunis en 2003 avait déclaré « Le premier droit humain est celui de manger » pour vanter le miracle économique de la Tunisie, crédo de tous ceux qui défendaient le régime.

[2] Certains observateurs se sont empressés de penser que la démocratie peut s’exporter par les mots. « Dégage » « un mot français pour une invitation à la démocratie ». Le Monde. Mensuel Numéro 13. Février 2011. En réalité c’est un mot que la mémoire collective a réactivé pour revendiquer la liberté et la souveraineté du peuple, d’où le symbole du drapeau et de l’hymne national dans cette révolution vécue comme une seconde indépendance voire l’indépendance réelle comme l’ont affirmé les révolutionnaires.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook