Archives par mot-clé : Myriam Catusse

Les vingt ans de l’IRMC

Catusse
Photographie de Myriam Catusse

En 1995, étudiante à l’Institut politique d’Aix-en-Provence, j’étais pour la première fois accueillie à l’IRMC pour réaliser mon mémoire de master. Quelques années plus tard, c’était en tant qu’allocataire de recherche que je rejoignais l’équipe de l’IRMC dans ce qui était alors son antenne de Rabat, devenue plus tard le CESHS puis le centre Jacques Berque. Au gré de denses échanges intellectuels et amicaux, de contributions à plusieurs programmes de recherches, d’un projet de publication, et malgré une trajectoire qui m’emmena sur d’autres terrains que ceux de la Tunisie et du Maghreb, l’IRMC demeura pour moi un point d’ancrage. Sans aucun doute, les équipes qui se succédèrent à Tunis, et leurs directions, y furent pour beaucoup. Le rôle du staff administratif aussi, tant compte dans ces laboratoires où l’on circule, sa capacité à faire mémoire comme à contribuer, au quotidien, à la recherche en acte. Je souhaiterais donc me faire le témoin d’une génération de chercheur-es, enseignantes, expertes qui eurent l’opportunité peu commune de trouver dans leurs parcours professionnels le soutien et l’encadrement de ces laboratoires que sont les Instituts de recherche français à l’étranger et l’IRMC en particulier. Formés dans des équipes de recherches pluridisciplinaires, Couv Myriam Catusse copieau plus près de leurs terrains de spécialisation, ils eurent les moyens de combiner une formation aux et par les sciences sociales avec une connaissance approfondie des sociétés étudiées. Ceci se traduisit par la soutenance de nombreuses thèses de qualité (non seulement le ratio d’allocations ou de bourse d’aides à la recherche et de thèses soutenues s’y révèle meilleur que dans la moyenne nationale française, mais rares furent les nouveaux docteurs qui ne trouvèrent de débouchés professionnels dans un contexte de crispation des recrutements dans le monde académique). Ceci se manifesta également dans le développement de réseaux d’expertise dans la région, le passage par l’IRMC et les autres IFRE de futurs diplomates, consultants, experts. C’est donc sur ce vivier de spécialistes que fut l’IRMC ces vingt dernières années que je souhaiterais mettre avant tout l’accent. En formulant le souhait que la nouvelle génération de jeunes étudiants tunisiens, maghrébins, français, européens ou autres, puisse bénéficier des mêmes conditions de spécialisation que nous pûmes le faire.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Myriam CATUSSE

est chargée de recherche au CNRS, IREMAM, Aix-en-Provence. Elle a été allocataire de recherche à l’IRMC-Rabat en 1995.

Pour citer ce billet : Myriam Catusse, « Les vingt ans de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 1er octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1240

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook