Archives par mot-clé : mouvements sociaux

Mouvements sociaux : quel impact dans le processus de construction démocratique ?

s200_jan-erik.refle
photographie de l’auteur

Depuis 2011, la Tunisie est considérée comme un exemple dans le processus de construction démocratique en cours dans la région. Le rôle des mouvements sociaux est souvent associé à ce développement. Divers chercheurs soulignent que la fin du régime de Ben Ali n’a été possible que grâce à des soulèvements populaires massifs. Les revendications de ces mouvements sociaux (travail, perspectives d’avenir, fin de la corruption et du régime autoritaire etc.) sont centrales depuis le début de ce processus en 2011. Cinq ans après la fuite de Ben Ali, les mouvements sociaux jouent-ils toujours un rôle aussi important ? Quelle est leur influence dans le processus de construction démocratique ?

Suivant une perspective comparative, nous analysons d’abord, les paradigmes (worldviews) de plusieurs acteurs de la société civile œuvrant pour la démocratie tunisienne. Nous comparons ensuite, la perspective des acteurs étatiques sur la démocratie tunisienne avec celle des leaders de ces mouvements. Finalement une des questions centrales abordées est celle de savoir si les mécanismes sociologiques permettent d’identifier une influence de la société civile ?

Utilisant une approche qui se base sur la théorie de l’impact des mouvements sociaux, notre recherche vise à montrer si, et dans quelle forme, un lien entre les mouvements et les acteurs étatiques existe. La théorie de l’encadrement (framing theory), qui est un des courants majeurs de l’étude des mouvements sociaux, est utilisée pour détailler la vision de la démocratie auprès des différents mouvements. Cette approche permet d’analyser l’encadrement de la démocratie en Tunisie en se basant sur les approches développées par Robert Benford, David Snow et William Gamson (Collective Action Frames) et la réalisation des revendications des mouvements d’après le cadre théorique développé notamment par Marco Guigni.

Concernant la démocratie, la recherche du NCCR democracy et une approche inclusive prenant plusieurs formes de démocratie en compte, sont présentées. La recherche se base sur l’hypothèse que plus la pensée démocratique est aigüe, plus les mouvements sociaux ne peuvent influencer l’État.

sfax-manifestation-ugtt-21avril2013
Manifestation de l’UGTT à Sfax. 21 avril 2013 © D.R.

Un des objectifs de notre recherche consiste à découvrir les spécificités de la démocratie tunisienne. L’État tunisien entre en effet en contact avec les idées de ces mouvements sociaux via des « relais » que sont les leaders des mouvements eux-mêmes. Finalement, l’étude qualitative permet de comparer les mouvements sociaux en Tunisie et d’analyser leurs visions démocratiques et leurs liens avec l’État.

L’étude est réalisée essentiellement par le biais d’entretiens et d’analyses documentaires (documents des organisations et des acteurs étatiques clés). Après une sélection détaillée des leaders, des entretiens semi-structurés et des documents écrits permettent d’identifier les visions de la démocratie et de les comparer à travers la perspective de l’État tunisien.

Ce travail vise à vérifier l’influence des mouvements sociaux sur les processus de démocratisation – laquelle est souvent présupposée dans la recherche en Tunisie – et leur impact final dans l’encadrement du processus de construction démocratique. Enfin, l’étude relève les liens directs et indirects des mouvements contestataires avec l’État tunisien.

Jan-Erik REFLE

est doctorant à la Faculté des sciences sociales et politiques de l’Université de Lausanne, en accueil à l’IRMC. Contact : jan-erik.refle@unil.ch

Article publié dans La Lettre de l’IRMC n°16.

Pour citer ce billet : Jan-Erik Refle, « Mouvements sociaux : quel impact dans le processus de construction démocratique ? », Le Carnet de l’IRMC, 11 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1888.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Hybridation du politique, maux et mots de la révolution tunisienne

Compte-rendu de conférence, IRMC – 7 décembre 2011

Sarah Ben Nefissa et Michaël Béchir Ayari ont présenté à l’IRMC le dernier numéro de la revue Tiers Monde, « Protestations sociales, révolutions civiles ».

Sarah Ben Nefissa a montré comment la recherche française, polarisée sur les questions de l’islam, s’intéressant peu aux mouvements sociaux dans les sociétés arabes, a entretenu l’illusion de leur immobilisme, et a en partie manqué l’histoire de la mise en place de leurs révolutions. Elle a par la suite développé l’idée d’une hybridation du politique en se référant aux travaux de Michel Camau sur la combinaison des enclaves autoritaires et démocratiques dans ces régimes. Elle a défini la revendication communautaire comme l’expression d’une inégalité d’appartenance citoyenne, une demande de reformulation de l’unité nationale pour une intégration effective de l’ensemble de la société. Parlant d’hybridation idéologique, elle l’a caractérisée d’une part par l’insertion d’une rhétorique des droits de l’Homme dans les régimes autoritaires et d’autre part par une réappropriation et une reformulation de ces discours par la société civile (par exemple, le droit à la protection de l’environnement comme prétexte pour développer ses revendications). Enfin, elle a souligné la dichotomie entre temps révolutionnaire et temps électoral. Entre les deux, les acteurs et enjeux changent : les partis conservateurs peuvent sortir vainqueurs, le clientélisme électoral issu des partis d’État peut favoriser les partis islamistes, bien implantés localement.

De son côté Michaël Béchir Ayari a parlé de la cristallisation des souffrances populaires dans l’idée de « dignité », qui fait sens pour tous et sert de moteur et de cadre au mouvement social. Il décline alors les différentes définitions du terme de « dignité » : celle associée à l’idée de rang, que tout le monde peut acquérir par l’éducation ; la réponse au mépris permanent du pouvoir central et à l’humiliation permanente des Omda, celle des droits de l’Homme ; la dignité nationale post-indépendance comme forme d’accession à la condition humaine et que Bourguiba qualifiait de « dignité nationale ». Le conférencier rappelle que dans la révolution, des mobilisations de corporations, telles que les journalistes ou les avocats, évoquaient une dignité de rang. Ces mobilisations successives ont permis d’aller « au delà de la peur », comme l’a dit Hamma Hammami (POCT). Il était ici question de dignité ouvrière face à la taylorisation du travail par l’intermédiaire de l’action syndicale.

Il conclut sur la dignité par le travail comme symbole de la révolution tunisienne réalisant, autour de l’idée de dignité, « l’union sacrée » de toute une société.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

Irène CARPENTIER, IRMC

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook