Archives par mot-clé : Mounira Chapoutot-Remadi

L’IRMC a vingt ans 1992-2012

mounira-chapoutopt-remadi
Photographie de Mounira Chapoutot-Remadi, D.R.

L’IRMC a vingt ans « que le temps passe vite ! » dirait la chanson, et l’important c’est qu’en cet espace de temps, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain est devenu un lieu dans lequel les chercheurs en sciences sociales, quelles que soient leurs spécialités, se rencontrent et débattent volontiers. C’est parce qu’il a su s’affirmer comme un lieu de réflexion pour l’ensemble du Maghreb, un lieu ou le Maghreb des intellectuels s’est fait au fil des rencontres et des séminaires et continuera a se faire bien avant le Maghreb des politiques.

Cet Institut a une histoire. Au commencement étaient trois collègues qui ont eu une longue histoire avec la Tunisie. Anne-Marie Planel, historienne dynamique, entreprenante et passionnée, arrivée en Tunisie en 1977 ne savait pas alors qu’elle entamait une belle carrière dans ce pays. Elle a été chargée tout d’abord par la Direction des archives du ministère des Affaires étrangères, de faire l’inventaire du fonds de la Résidence générale de l’Ambassade de France a Tunis, fonds constitue principalement de livres et de revues. Deux ans plus tard naissait le CDTM, Centre de documentation Tunisie-Maghreb.

Son but était de maintenir un patrimoine intellectuel et historique et de le mettre à la disposition des chercheurs tunisiens et étrangers. Il faut rappeler à ce sujet le rôle déterminant du regretté Paul Bedarida et ensuite de Denis Louche, successivement conseillers culturels adjoints a l’Institut Français de Coopération qui ont épaulé Anne-Marie Planel et l’ont soutenue constamment dans la mise en place et le rayonnement de ce centre. Cet institut qui constitue l’embryon de ce que sera l’IRMC, situe au 1er étage de la bibliothèque Charles De Gaulle est devenu très vite un rendez-vous très prisé. On y trouvait en plus du fonds ancien, les livres récents. Le but étant d’aider tout ce qui concernait la recherche en sciences sociales. URBAMA a tout de suite contribue avec le don de ses publications grâce à Pierre Signales, ancien enseignant de géographie a la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis.

À coté de l’acquisition d’une documentation de plus en plus riche, le CDTM a organisé des conférences et des débats et les premières thèses de l’époque y ont été présentées comme celle de Jellal Abdelkefi sur la Médina de Tunis et d’autres. De jeunes chercheurs ont bénéficié de bourses de stage comme Khadija Mohsen-Finan, Frédéric Lagrange, Patrice Coussonet, Luc Barbulesco, Nadia Khouri-Dagher, Pierre-Noël Denieuil… Le PNR, programme National de Recherche créé a partir du rapatriement des archives françaises sur la Tunisie, travaillera également avec le CDTM.

Logo CDTMC’est l’embryon de ce qui deviendra l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National, ISHMN. Les qualités et le sérieux d’Anne-Marie Planel, de même que les relations qu’elle a su nouer avec l’ensemble des chercheurs et des enseignants tunisiens ont largement contribué au succès du CDTM. Anne-Marie connaissait tout le monde et bénéficiait d’un capital de sympathie qui a rejailli sur le CDTM.

Au commencement de l’IRMC était aussi Michel Camau, revenu en Tunisie après y avoir accompli son service miliaire, à peu près a la même époque qu’Anne-Marie. Michel, chercheur au CRESM d’Aix-en-Provence était alors invité par le CERP, centre de recherche de la Faculté de droit et sciences économiques. Malgré le cloisonnement des facultés existantes, Michel Camau a très vite tissé des liens avec l’ensemble des chercheurs du CERES comme des historiens de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, dans lesquelles, la Société tunisienne des historiens universitaires (STHU) organisait des rendez-vous hebdomadaires de débats et périodiquement de séminaires, des colloques et surtout des congrès d’histoire et de civilisation du Maghreb.

Michel Camau avait déjà publie sur la Tunisie et sur le Maghreb [1]. Il était connu par ses livres et il s’est fait connaître par ses activités a Tunis et par les travaux collectifs qu’il a aussitôt engagés. Il sera amené a faire des séjours plus ou moins longs a Tunis en alternance avec le CRESM [2], devenu plus tard l’IREMAM [3].

En 1992 quand il a été rappelé pour la troisième fois en Tunisie, Michel Camau était tout désigne pour devenir le premier directeur de l’IRMC. Le Centre de documentation Tunisie-Maghreb était ainsi devenu un institut a part entière et a vocation maghrébine. Dès lors, Anne-Marie-Planel et Michel Camau ont travaillé à l’épanouissement de ce centre résolument maghrébin.

Dès le départ, il a affirmé sa vocation maghrébine et il a pris en charge la recherche sur l’ensemble des pays de l’UMA. Pendant un certain temps, eu égard a la grave crise algérienne des années 1990, l’IRMC a installé une antenne a Rabat, mais très vite, nos amis et collègues marocains ont voulu avoir leur propre institut et c’est comme cela qu’est né le Centre Jacques Berque. Cet Institut a bénéficié de l’aide active et efficace du regrette Mohamed Charfi, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, qui a beaucoup aidé a sa mise en place et qui a désigné comme membres du comite de suivi deux grands chercheurs tunisiens, Yadh Ben Achour et Abdelmajid Charfi ainsi que les directeurs successifs de la direction générale de la Recherche scientifique, Brahim Baccari, Moncef El Gaied et Mohamed Nejib Lazhari.

L’IRMC a tout de suite organisé la recherche avec des chercheurs français, allocataires de recherches, des chercheurs associés tunisiens et des doctorants. Très vite, il a su élargir sa vocation en organisant non seulement des séminaires, des débats, des programmes de recherches mais il s’est intéressé également aux jeunes chercheurs en organisant des écoles doctorales associant des doctorants tunisiens et des doctorants venant des universités françaises, écoles animées par des enseignants tunisiens et français.

Au commencement enfin, un grand historien, le regrette André Raymond [4] a joué un rôle décisif dans la création de l’IRMC. Bien qu’ayant vécu longtemps en Égypte et en Syrie, il était resté un Tunisien de cœur. André Raymond a entamé sa carrière d’enseignant agrégé d’histoire en Tunisie de 1947 a 1951 au collège Sadiki. Il est parti ensuite a Oxford ou il a soutenu un PhD sur la Tunisie, British Policy toward Tunis (1830-1881) en 1953. Apres une longue carrière au Moyen Orient a l’IFEAD et a l’IFAO, André Raymond qui est notamment connu par sa grande thèse réalisée a partir des registres de la Mahkama du Caire, est rentré en France et à Aix-en-Provence en 1975.

jpg_Raymond-iden-web
Photographie d’André Raymond, D.R.

Ce que nous devons retenir d’une carrière riche et qui a donné a André Raymond une stature internationale, c’est qu’il a été un rassembleur de la recherche scientifique. Il a fondé l’IREMAM en 1986, rassemblant ainsi les laboratoires du CNRS. Il a fondé en 1987, l’AFEMAM[5] et il a activement œuvré pour la fondation de l’IRMC. Je voudrais rappeler à cet égard dans son œuvre prolifique deux publications sur la Tunisie, l’édition d’un extrait d’une grande chronique tunisienne, Ibn Abi Dhiaf, Présent aux hommes de notre temps. Chronique des rois de Tunis (Chap. IV et V), Edition critique, traduction et annotation, 2 vol. Tunis, et une belle étude sur Tunis sous les Mouradites : la ville et ses habitants au XVIIe  siècle, Tunis, IRMC-Cérès éd., 2006. Il avait demande à Karim Ben Smaïl de rencontrer a l’occasion de la parution de cet ouvrage, les membres de l’Association des anciens élèves du Collège Sadiki. Ce fut émouvant.

Anne-Marie Planel, Michel Camau et André Raymond ont été les trois fondateurs de l’IRMC auxquels, personnellement je rends un hommage amical pour l’œuvre et l’action accomplies. Par leur connaissance étendue et renouvelée de l’intelligentsia tunisienne, par leurs travaux personnels et par leur engagement, ils ont contribué non seulement à établir un pont entre recherche tunisienne et recherche maghrébine et internationale, à enrichir la réflexion et le débat sur les grandes questions en sciences sociales et à créer un lieu de rencontres de haut niveau.

Les successeurs de Michel Camau a la tête de l’IRMC ont continué cette orientation et su maintenir les liens qui avaient été tissés. Jean-Philippe Bras, Pierre Robert Baduel et Pierre-Noël Denieuil ont tous œuvré pour un Maghreb de la recherche et leur aide, leur participation a sa dynamisation n’ont jamais faibli ; l’harmonie n’a pas été rompue bien au contraire, tous ont donne le meilleur d’eux-mêmes pour la promotion continue d’une recherche importante. D’ailleurs la chance de l’IRMC c’est d’avoir eu tout le temps a sa tête des personnes qui connaissent bien le pays pour lui avoir consacré l’essentiel de leurs recherches et cette continuité est aussi un des principaux facteurs de succès de l’Institut. Grâce a leur engagement, la libre circulation des idées, la mobilité des chercheurs, les publications, la mise en réseau de l’ensemble de la réflexion en sciences sociales a incontestablement désenclavé la recherche et évité tout risque d’exotisme. Grâce a eux, plusieurs instituts ont travaillé ensemble, aussi bien ceux des grands centres universitaires français que ceux qui sont basés a l’étranger et dans l’ensemble des pays méditerranéens.

La moisson au bout de ces vingt ans est belle. Une bibliothèque riche de près de 30 000 ouvrages et 2 300 titres de revues. Un personnel tout aussi engagé avec Christiane Saddem, présente auprès d’Anne-Marie depuis la création du CDTM et Hayet Naccache. Plusieurs chercheurs tunisiens et français ont contribué au rayonnement de l’Institut comme Abdelhamid Henia, Mohamed Elloumi, Mohamed Kerrou, Hassen Boubakri, Dorra Mahfoudh, Sihem Najar, Kmar Bendana et bien d’autres encore ainsi que des chercheurs français comme François Siino, Eric Gobe, Vincent Geisser, Nicolas Puig, Katia Boissevain, Stéphanie Pouessel… La liste et longue et les publications sont la pour témoigner du chemin parcouru.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Mounira CHAPOUTOT-REMADI

est professeure émérite d’histoire du Moyen âge du monde arabe et musulman, Université de Tunis.

 

Pour citer ce billet : Mounira Chapoutot-Remadi, « L’IRMC a vingt ans 1992-2012 », Le Carnet de l’IRMC, 31 mai 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/887

 


[1] La Tunisie avec Charles Debbash, 1973 et La notion de démocratie dans la pensée des dirigeants maghrébins, (préface de Ch. Debbasch), Paris, CNRS, 1971.

[2] Centre de Recherches et d’Études sur les Sociétés Méditerranéennes.

[3] L’Institut de Recherche sur le Monde Arabe et Musulman.

[4] André Raymond est mort le 6 février 2011, au tout début de la révolution tunisienne qu’il a accueillie avec bonheur.

[5] L’Association Française des Études sur le Monde Arabe et Musulman

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook