Archives par mot-clé : Moncef Ouannès

L’IRMC et la Libye, de 2009 à 2012

Durant les années 2000, les actions de recherche développées par l’IRMC avec la Libye se sont heurtées au fort cloisonnement existant entre les institutions universitaires et les centres de recherche libyens, dû notamment à l’absence d’équipes de recherche permanentes. En marge de séminaires organisés à Aix-en-Provence et sous l’égide de travaux menés à l’époque par Olivier Pliez, deux missions de l’IRMC ont été conduites en Libye en 2001 et 2002, par Hassan Boubakri (géographe à l’Université de Sousse) et Jean-Philippe Bras (directeur de l’IRMC). En 2003 fut signée une convention entre le Markez el Jihad et l’IRMC. Le Markez el Jihad, fondé en 1977 par le Dr Mohamed Tahar Jarrari, possède une importante bibliothèque de cassettes numérisées sur la Libye. Il est devenu en 2010 le Centre des archives nationales et des études historiques de Tripoli. Une mission effectuée en 2005 par Pierre Robert Baduel (directeur de l’IRMC) a pu susciter le projet d’une confrontation d’historiens autour de la question de l’administration française du territoire du Fezzan après la Seconde Guerre mondiale. En mars 2009, l’IRMC a souhaité construire une stratégie de travail dans la durée en mobilisant des chercheurs de diverses disciplines (géographie, sociologie, histoire, sciences politiques, droit), et en confrontant deux types de regards, celui des chercheurs libyens sur leur propre société et celui des chercheurs tunisiens sur la société libyenne, mais aussi sur les relations croisées entre les deux pays et via une approche francophone. L’objectif de ce groupe était, d’une part, de participer à la mise en réseaux de chercheurs de différents pays maghrébins et européens et, d’autre part, d’amorcer un programme de recherche spécifique devant déboucher sur l’organisation d’une manifestation suivie de publications.

Il s’en est suivi en mai 2009 une mission à Tripoli réunissant le directeur de l’IRMC et quatre chercheurs tunisiens : Hassan Boubakri, Fathi Lissir et Mouldi Lahmar, coordonnée par Moncef Ouannès. Un séminaire interdisciplinaire fut alors organisé par l’IRMC à Tunis en décembre 2009 sur l’implantation militaire de la France au Fezzan entre 1943 et 1956. Les années 2010 et 2011 ont été consacrées à des échanges historiographiques et à la finalisation supervisée par Moncef Ouannès, d’un ouvrage en version bilingue (arabe/français) paru en octobre 2012, en coédition Cérès Éditions/Tunis, centre des Archives de Tripoli et IRMC, intitulé : Une histoire méconnue. Les relations libyo-françaises au Fezzan de 1943 à 1956. Regards croisés Libye, France, Tunisie.

couv fezzan
Couverture bilingue du livre édité par l’IRMC

Cet ouvrage retrace les grandes lignes de l’implantation de la France sur le territoire du Fezzan dans le Sud-libyen aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Il en analyse les visées politiques, les conditions d’occupation militaires et administratives, ainsi que le vécu des populations, de l’alliance à la résistance, jusqu’à l’indépendance libyenne et l’évacuation définitive en 1956. Dans un esprit de dialogue intellectuel entre les deux rives de la Méditerranée, ce livre rassemble des regards d’historiens, de sociologues, de politologues et de géographes libyens, tunisiens et français soucieux de croiser leurs savoirs. Du regard français, il ressort que cette période serait moins militaire que politique. Les Libyens de leur côté décryptent les dynamiques nationales et régionales (Algérie, Tunisie) des réseaux de résistance. Et les chercheurs tunisiens forts de leur regard distancié du pays d’à côté, se penchent sur les savoirs construits par la France, sur les stratégies d’alliances avec les dignitaires libyens, et les mémoires politiques.

Cette recherche a permis de livrer à l’actualité le portrait d’une Libye contemporaine comme cible et enjeu international majeur, en interaction constante avec les événements se déroulant aux différentes échelles : méditerranéenne, africaine, arabe et internationale. Il a ainsi été proposé un autre type d’écriture de l’histoire entre la France et la Libye et avec la Tunisie, qui consiste moins à « juger » qu’à « gérer un passé » pour construire un présent et à reconsidérer les faits en confrontant leur pluralité, en questionnant leurs interprétations. Il s’agit là d’une double initiative à poursuivre tant dans le domaine de la coopération multilatérale en sciences humaines et sociales que dans celui de la réécriture de l’histoire coloniale par la confrontation et l’échange interdisciplinaires sur des sociétés témoins et actrices des événements.

Publié en édition bilingue et au Maghreb par l’IRMC, il constitue un précédent historiographique en matière de traduction, et contribue ainsi a toucher un vaste public tant en Europe et dans la francophonie qu’au Maghreb et dans le monde arabe. Il ouvre la voie à une prochaine collaboration de l’IRMC avec le Centre des archives nationales et des études historiques de Tripoli, l’ISHMN (Institut supérieur d’histoire du mouvement national a Tunis), et la Casa de Velasquez à Madrid, sur l’histoire orale, ses techniques et ses méthodes disciplinaires, ses objectifs et ses finalités en matière de préservation des mémoires nationales.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

est sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’IRMC et la Libye, de 2009 à 2012 », Le Carnet de l’IRMC, 11 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1266

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le pétrole générateur de déséquilibres et de crises sociales

De toute évidence, le pétrole a beaucoup influé sur la Libye et a même surdéterminé la logique de fonctionnement de son système politique, et quelles que fussent les modes de son exploitation, il a certainement pu conditionner les comportements individuels et collectifs, les conceptions du temps, du travail et du sacré. C’est pourquoi la question principale qui s’est posée depuis 1960 était de savoir comment pourrait être investi, de manière satisfaisante, le surplus financier provenant de rente pétrolière. La réponse n’a pas été facile, si l’on considère les multiples politiques souvent contradictoires en matière d’exploitation de la rente pétrolière. Car lorsque nous parlons de pétrole dans le monde arabe d’une manière générale, et en Libye plus particulièrement, nous pouvons constater un phénomène de détermination par le politique, et nous avons aussi en vue les hésitations et les tâtonnements qui ont caractérisé plusieurs décennies de « gestion pétrolière ». Nous désignons aussi l’hypothèse selon laquelle la rente pétrolière n’a pas été traitée d’une façon rationnelle au sens usuel du terme, les considérations politiques ayant primé sur toutes les autres considérations et surtout stratégiques.

En effet, les grandes opérations d’infrastructures, d’industrialisation et de gros investissements, étaient souvent décidées en fonction de considérations politiques plutôt que stratégiques ou de rentabilité économique. C’est ce qui induit les échecs rencontrés au cours du processus de développement, la rente pétrolière ayant été gérée en fonctions des rapports avec les puissances étrangères, des conflits régionaux armés des ambitions politiques, des rêves expansionnistes (la bande d’Aouzou au Tchad) et des politiques exagérées d’armement.

Notre hypothèse, du reste très variable, est que le pétrole a financé et entretenu la violence exercée en Libye entre1969 et 1990, et qu’il a surtout servi ce qu’on pourrait appeler la « bédouinité rentière négative », c’est-à-dire une organisation sociale qui réponse sur une alliance entre le pouvoir et les tribus et dont le but était les réparations des revenus pétroliers et la reproduction des normes et des valeurs de la société bédouine.

Il est vrai que le pétrole a beaucoup contribué à l’amélioration des conditions de vie des masses pour les soins médicaux et pour l’éducation, mais a permis de réhabiliter la tribu et de répandre dans l’ensemble de la société des doses excessives de violence mises en applications par des dispositifs sécuritaires variés et souvent concurrentiels. Partant de toutes les constatations précédentes, nous dirons qu’il est normal que le pétrole ait entraîné des déséquilibres et des ruptures et qu’il ait complètement bouleversé l’architecture de la société traditionnelle et surtout agricole, l’agriculture ayant été abandonnée et le paysan ayant déserté la terre au profit de postes lucratifs et stables dans les villes, d’où en Libye une grave crise ayant entraîné une situation de dépendance alimentaire péniblement ressentie par les populations. La rente pétrolière a créé des situations irréversibles telles que l’effondrement de l’agriculture et de l’organisation sociale qui la sous-tendait, puisque la société était préoccupée par la circulation et la distribution des revenus pétroliers qui n’étaient en fait pas liées à une activité productive.

Cette crise n’était pas due au manque d’investissement et de moyens, mais plutôt à celle de toute la société, parce qu’elle était avant tout culturelle et symbolique et provenait de la dévalorisation du travail agricole, de la dépréciation du paysan et de l’attraction des villes aux dépens des campagnes, tous ces facteurs facilitent la rupture avec le monde rurale. Ainsi a-t-il semblé que la tâche fondamentale en Libye était dans la réhabilitation du paysan, dans son insertion dans de solides circuits de production, dans la limitation de l’exode rural et dans la revalorisation du travail agricole, ce qui n’est pas une mince tâche.

Car elle exigeait l’émergence d’une nouvelle culture et d’un nouveau mode de socialisation qui puissent valoriser l’agriculture et le paysannat libyens, une réhabilitation indispensable si l’on considère que l’exode rural était devenu un problème crucial et urgent à cause de la rente pétrolière et surtout de la déstructuration de la campagne. Certes, l’abandon de la campagne n’est pas l’unique conséquence négative de l’émergence du pétrole. Parmi les autres conséquences, on peut citer l’accentuation de la consommation ostentatoire et le mépris du travail productif. La rente avait créé une prédilection pour le luxe rapide et direct qui a provoqué une sorte de démoralisation de l’élite bureaucratique et technocratique travaillant dans le secteur public où elle était très mal rémunérée. Il est vrai que beaucoup d’occasions ont été gâchées, mais que les chances de la Libye ne sont pas épuisées, les ressources humaines et énergétiques y demeurant encore inépuisées et pouvant être très efficaces dans l’avenir du pays.

C’est une nouvelle société qu’il faut, par ses ressources humaines, par ce que Pierre Bourdieu appelle le capital social. Parce que la priorité la plus urgente pour la Libye actuelle est de savoir comment elle pourrait constituer une société d’acteurs et non de clients, c’est-à-dire une société productrice d’intelligences, d’innovations et de projets tirés de son imagination féconde et intarissable. Mais que faire donc quand la rente pétrolière est la mère des paresses ?

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Moncef OUANNES

Professeur de sociologie, Université de Tunis

 

crédit photographique : © Léon Néal – AFP ; AP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook