Archives par mot-clé : microfinance

Le renouveau du micro-crédit en Tunisie ?

Le déséquilibre régional entre Nord-Ouest, Sud-ouest, Centre et littoral tunisien, longtemps conçu par les régimes établis depuis l’indépendance, n’a pas été sans conséquences sur la montée du chômage dans les régions les plus défavorisées.

Plusieurs acteurs publics, associatifs et internationaux, se mobilisent dans ces régions, dans le but d’y améliorer l’insertion des chômeurs sur le marché de l’emploi. À ce titre, l’une des solutions proposées est l’encouragement au travail indépendant, l’incitation à la création de la microentreprise par le biais du micro-crédit. Ce dispositif financier pourrait favoriser le développement des régions. Il est devenu une composante des programmes de développement et un chantier prioritaire du gouvernement transitoire.

Le micro-crédit est un outil qui n’est pas nouveau en Tunisie. L’État de l’ancien régime, par le biais de sa Banque tunisienne de solidarité et Enda Inter-arabe[1], institution de micro-finance (IMF), était le spécialiste de son octroi. Le nombre des personnes qui sollicitent ces organismes ne cesse de s’accroître. Une étude réalisée en 2010 et financée par l’Union européenne a estimé à un million le nombre de demandeurs potentiels de micro-crédits en Tunisie. Selon le cofondateur et président de l’association pour le microcrédit Babyloan, « il serait plus raisonnable de compter sur une population cible de l’ordre de 600 et 700.000 clients potentiels, soit 300 à 400.000 de plus qu’actuellement ». De son côté, Michaël Cracknell, secrétaire général de Enda interarabe, assure que « depuis la révolution, ce chiffre pourrait même être réévalué à la hausse ». À l’heure actuelle, tout au plus « un tiers de cette demande est satisfaite par Enda et la Banque Tunisienne de solidarité ».

Actuellement et depuis quelques mois, certains organismes internationaux de micro-crédit (Babylone, Cerise, Planète Finance) se mobilisent pour travailler en collaboration avec les organismes existant.

D’autres, tels que l’Adie (Agence pour le développement de l’initiative économique) sont déjà sur le terrain pour la création d’une future antenne sur le territoire tunisien. Le micro-crédit devient un enjeu de concurrence entre un secteur privé à but « social » mais lucratif, et des ONG inquiètes de cette réinterprétation économique de l’aide aux plus démunis. D’ailleurs en restent-ils la cible ?

Alors que Babyloan et Enda devraient bientôt nouer un partenariat, les deux spécialistes s’accordent à souligner que le nombre d’IMF en Tunisie doit cependant être « limité ». Outre leur propre intérêt, il s’agit surtout, selon eux, « d’éviter le risque de surendettement des emprunteurs », comme cela a pu être le cas en Inde avec une saturation du marché dominé par de nombreux bailleurs entre lesquels les emprunteurs peuvent alors « jouer », comme c’est pratiqué au Maroc.

Ainsi, on passe du micro-crédit à la micro-finance pour le développement des régions. Le dispositif présente plusieurs autres services parallèles (épargne, assurance, transfert d’argent etc.) pour une clientèle plus étendue. La micro-finance, elle, ne se limite plus aujourd’hui à l’octroi de micro-crédit aux pauvres mais bien à la fourniture d’un ensemble de produits financiers à tous ceux qui sont exclus du système financier classique et afin de développer leur activité économique. De son côté Jacques Attali, président de PlaNet Finance, tout en admettant que « la microfinance est essentielle pour le développement d’un pays », précise que, mal gérée, elle peut conduire à des risques de surendettement. Il faut aussi insister sur le fait, très évoqué par de nombreux acteurs tunisiens qui se réfèrent à la mauvaise expérience passée d’un microcrédit étatique d’assistance et de clientélisme, que le rôle de l’État ne serait pas d’accorder des micro-crédits, mais plutôt de refinancer des associations par des subventions ou des crédits à des taux d’intérêt plus bas que ceux du marché.

En ce sens, des enquêtes menées dans les années 2000 sur les questions du micro-crédit et du lien social en région tunisoise (Laroussi, 2009), revues après les évènements, conduisent à s’interroger sur des questions de fond : les associations vont-elles cesser d’être le produit de l’administration ? Les politiques publiques vont-elles continuer à multiplier des programmes d’interventions mal connectés à la société civile ? L’introduction de la micro-finance en Tunisie peut-elle à la fois échapper à cette « étatisation du social » connue sous Ben Ali, mais aussi à la privatisation de sociétés financières au détriment des ONG actrices de développement social local ?

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Houda LAROUSSI

Sociologue , INTES, Université Tunis Carthage

 

crédit photographique : © Tunisie projet ; IRMC-Karthala

 


[1] 165.000 emprunteurs actifs en 2011. Depuis 1995, plus de 818.000 prêts accordés, d’un montant moyen de 865 dinars, soit 440 euros.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook