Archives par mot-clé : Michel Camau

L’IRMC, lieu de circulation des recherches

melliti
Photographie de Imed Melliti

Lorsque j’étais étudiant, je comprenais au contact de certains chercheurs, qu’il existait à Tunis un espace de travail important dans les pratiques de recherche, le CDTM (Centre de documentation Tunisie-Maghreb).

Premiers contacts avec l’IRMC

Mais en vérité, la première fois où j’ai entendu parler de l’IRMC c’est lorsqu’il a pris en charge le billet de Sophie Ferchiou pour participer au jury de ma thèse à Paris en 1993. Et après, les choses se sont vite enclenchées. En rentrant, j’ai rencontré Michel Camau, on m’a proposé de faire un compte rendu de ma thèse, et mes premiers textes ont été publiés dans Correspondances, qui venait d’être créé : l’un sur l’observatoire de la condition de la femme (une structure créée par le CREDIF que je venais d’intégrer comme chercheur contractuel), et l’autre à partir de ma thèse. Juste après, Mohamed Kerrou a mis en place un groupe de recherche sur la sainteté dans lequel j’étais avec Latifa Lakhdar, Sami Bergaoui, Lotfi Aïsa et d’autres. Chacun de nous travaillait sur la sainteté dans une perspective particulière. La sainteté à l’époque était un thème très novateur, qui nous sortait des sociologies du développement, et qui nous permettait de rénover nos disciplines en allant vers des objets oubliés depuis le temps des règlements de comptes avec les legs de l’époque coloniale. Il y avait là un changement de paradigme, et je me suis souvent demandé ce qui fait qu’à un moment donné beaucoup de gens s’intéressent aux mêmes objets. On était nombreux à se diriger vers cette thématique et chacun avec le sentiment que c’était une décision individuelle prise sur des choix personnels. Je pensais moi-même que c’était lié à ma biographie autour des groupes confrériques. D’autres étaient dans ce cas, mais on assistait plutôt à un retour de légitimité de certains objets longtemps occultés.

On revenait à des lectures, à des auteurs, à l’anthropologie, avec d’autant plus d’intérêt que ma génération n’avait pas connu les labos et les espaces de débats ; ma thèse à Paris 5 avait encore été ce tête-à-tête solitaire entre directeur et étudiant. On se réunissait une fois par semaine à l’IRMC, et c’était la première fois que je faisais partie d’un groupe de recherche. C’était pour moi une occasion de m’exposer en public, de prendre la parole et des risques, je le vivais avec autant d’appréhension et de peur que de plaisir. Ma participation à ce groupe et au programme mené par Mohamed Kerrou sur la sainteté en Méditerranée occidentale m’a permis de publier un texte sur l’espace liturgique chez les Tïjâniyya. Par la suite, j’ai publié un deuxième texte sur l’idée de « seuil » dans le livre de Mohamed Kerrou sur public/privé en Islam. Dans les années 2000 j’ai continué à fréquenter l’IRMC pour des conférences, mais j’étais moins impliqué. J’ai aussi des souvenirs de Pouillon et Mahé qui avaient publié des articles de Berque et m’avaient sollicité pour réagir, c’était un grand moment pour moi. Je me souviens aussi des activités de l’Association d’anthropologie de la Méditerranée avec Jocelyne Dakhlia et des collègues marocains et algériens, des réunions à Casablanca et à l’IRMC.

La dynamique de recherche

L’IRMC a toujours joué un rôle central d’animation scientifique dans le domaine des sciences sociales, et cela d’autant plus que les institutions tunisiennes n’assuraient rien dans ce domaine, bien que cela ait maintenant un peu changé avec le Diraset. À son crédit aussi, et du fait que depuis trente ans l’Université tunisienne est malade du provincialisme, fermée sur elle-même et sans réseaux d’échanges, l’IRMC a obligé les gens à sortir de leur coquille pour entendre ce qui se passe ailleurs, même en dehors de leur discipline, il a versé par exemple les approches novatrices des historiens dans le champ scientifique tunisien. Cela nous permettait de voyager un peu, d’être en contact avec des chercheurs venus d’horizons différents. Et cette ouverture ne se fait pas seulement par rapport à la France mais par rapport aux autres pays européens et au Maghreb : l’IRMC a invité beaucoup de chercheurs marocains et les a fait connaître aux Tunisiens, a favorisé des échanges intra maghrébins et des mobilités et circulations des savoirs à l’échelle du Maghreb et de l’Europe. Puis il y a l’interdisciplinarité, le fait de mettre ensemble des gens de spécialités différentes, même s’il y a eu des mises d’accent disciplinaire par périodes, les sciences politiques au départ, puis les sciences juridiques et l’urbanisme, l’économie et la gestion dans les années 2000, et aujourd’hui la sociologie, et l’anthropologie que l’IRMC a aidée à émerger et à sortir d’une longue mise en quarantaine, comme discipline légitime.

Sa bibliothèque est l’un des atouts de l’IRMC, le seul endroit où des étudiants peuvent se documenter et se mettre a jour, contrairement aux bibliothèques tunisiennes où l’accès à la documentation est problématique, parce que mal entretenues, mal gérées ou plus à jour comme la bibliothèque du CERES où on trouvait des choses sur les grands auteurs du développement des années 1970 mais rien sur les années 1990. La bibliothèque de l’IRMC est un élément central, une pièce maîtresse dans le dispositif, qui constitue pour les chercheurs et doctorants un espace de travail de première importance. C’est aussi un lieu de rencontre qui m’a permis de connaître beaucoup de monde : des doctorants y sont venus me voir, des collègues travaillant sur les mêmes objets, avec une socialité importante qui prouve que l’on ne fait pas de la recherche dans un désert. Puis la bibliothèque a abrité des actions dirigées vers les doctorants et tournées sur la méthode et l’écriture : c’est important car cela fait de l’IRMC un espace de formation qui complète les manques au niveau des institutions tunisiennes et permet aux jeunes de pallier les insuffisances de leur formation dans les structures nationales. Cela a aussi l’avantage de fidéliser et d’assurer la relève dans la recherche en science sociale, en aspirant ces ressources dans le réseau de l’Institut. Enfin, il y a toujours eu une volonté de l’IRMC d’agir au sein des institutions tunisiennes mais cela n’a pas toujours été facile pour diverses raisons d’inerties du côté des Tunisiens. Par contre, beaucoup d’échanges à l’échelle du Maghreb rassemblent les chercheurs maghrébins sur des actions communes. Les travaux menés depuis la France ont des répercussions sur l’IRMC, mais ce qui se fait à l’IRMC alimente également la dynamique de recherche sur le Maghreb en France, et tout cela dans le cadre de circulations intra maghrébines. C’est bizarre de dire que les Maghrébins ont besoin de la France et de l’IRMC pour pouvoir travailler ensemble !

La révolution et d’autres enjeux

La révolution a apporté une liberté de ton qui n’existait pas, une ouverture de l’espace public tunisien, que l’IRMC doit saisir, en donnant plus d’opportunités aux chercheurs et étudiants tunisiens de faire du terrain. À deux ans de la révolution il n’y a pas encore eu de vraies enquêtes, et c’est symptomatique du rapport que les élites entretiennent avec le peuple, les chercheurs font des discours mais peu sont prêts à aller se frotter à la Tunisie profonde et précaire. L’IRMC a une liberté et n’est pas pris dans des enjeux d’influence (comme le PNUD ou la Banque mondiale) ou de positionnement politique. Il doit s’inscrire dans cette ouverture exceptionnelle des possibles, porter l’émergence de nouvelles thématiques, de nouveaux objets de recherches impensables il y a quelques années. Et si l’IRMC ne doit pas forcement s’impliquer dans le débat privé entre intellectuels et qui engage l’avenir de la Tunisie, il peut toutefois y contribuer au second degré dans des logiques savantes qui le traduiront à un niveau de sens qui n’est pas celui de l’actualité politique immédiate. La révolution a servi de laboratoire à grande échelle.

Enfin, un point négatif à méditer toutefois : l’IRMC est malgré tout resté prisonnier des clivages idéologiques et linguistiques (mais a quel point pouvait-il y échapper ?) qui traversent le champ tunisien notamment entre arabophones et francophones, indigénistes et francophiles. Désormais, des colloques doivent se faire dans les deux langues, on ne peut plus exclure la moitié des sociologues tunisiens. La question n’est pas celle de la compétence ou de l’incompétence qui existent des deux côtés, et on ne peut exclure quelqu’un qui n’a pas la maîtrise du français. J’ai vu en Turquie que les Turcs pouvaient parler leur langue même dans une manifestation organisée par l’Association internationale des sociologues de langue française, et pourquoi pas les Tunisiens ? Il faut surmonter cela, et des efforts ont été faits par l’IRMC, dont le livre sur la Libye. Il y a une volonté de casser ce clivage longtemps reproduit et structurant, et de dialoguer avec toutes les composantes de la société tunisienne.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Imed MELLITI

est maître de conférence au département de sociologie de l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis – Université de Tunis El Manar.

Pour citer ce billet : Imed Melliti, « L’IRMC, lieu de circulation des recherches », Le Carnet de l’IRMC, 19 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1068

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC un lieu d’échange entre chercheurs des deux rives de la Méditerranée

Mohamed Kerrou
Photographie de Mohamed Kerrou

Les trois années passées à l’IRMC furent marquantes et décisives pour la recherche que j’ambitionnais de réaliser dans le domaine des sciences sociales des religions. Détaché de l’Université de Tunis, je rejoignais le premier noyau de chercheurs dirigé par Michel Camau et Anne-Marie Planel durant cette période de fondation et d’institutionnalisation, de 1992 à 1995. Au tout début, nous exercions au sein du CDTM (Centre de documentation Tunisie-Maghreb) logé à l’étage, juste au-dessus de la Bibliothèque Charles De Gaulle, accueillant, entre autres, les trésors de l’ancien fonds de la Résidence. C’était en ce lieu d’ailleurs ou, encore étudiant en sociologie durant la seconde moitié des années 1970, je découvrais avec l’émerveillement du néophyte les écrits remarquables des pionniers de la recherche en sciences sociales du Maghreb : Edmond Doutte, Alfred Bel, Robert Montagne, Jacques Berque, Roger Letourneau… ainsi que le jeune Pierre Bourdieu effectuant ses premières enquêtes de terrain sur le monde du travail et de la paysannerie en Algérie.

Puis, l’IRMC s’établit dans l’actuelle « Villa aux deux palmiers de Mutuelleville » où l’équipe de documentalistes et de chercheurs tenait ses réunions périodiques, lançait les programmes de recherche, animait les conférences ou séminaires et confectionnait le bulletin mensuel Correspondances. De cela, je garde plaisamment le souvenir des notices de livres qui y étaient publiées; de courtes notices, non signées mais réécrites et corrigées, à plusieurs mains et maintes fois pour qu’elles soient conformes aux normes bibliographiques et typographiques. Je n’oublierai pas également la surprise et la consternation de toute l’équipe le jour ou, tôt le matin, nous fumes les témoins impuissants des ravages des pluies diluviennes qui avaient envahi, durant la nuit, les locaux de la bibliothèque et endommagé nombre de documents que nous avions tenté vainement de sauver. Le geste collectif illustrait l’esprit de solidarité de l’équipe qui s’attelait avec passion au lancement d’un institut de recherche à vocation maghrébine.

Le choix des sciences sociales des religions et en particulier celui de la socio anthropologie religieuse n’était pas, pour moi, le fruit d’un hasard mais plutôt le produit de deux motivations conjuguées : d’un côté, l’impossibilité d’exercer la politologie sous un régime policier à l’affut du moindre mouvement des universitaires non-partisans et, de l’autre, l’intérêt pour la tradition confrérique que j’héritais d’un certain milieu familial. Ce penchant pour l’étude de la « religion populaire » ou plutôt de la « religion des gens » m’amenait à choisir comme terrain d’investigation la ville sainte de Kairouan et comme programme de recherche la thématique de « l’Islam vécu et les enjeux de la sainteté ». C’est ainsi que je fus amené, dans un premier temps, à élargir le champ aux autres pays du Maghreb, le Maroc où j’ai rencontré les chercheurs spécialistes de la question que sont Halima Ferhat, Abdelahad Sebti, Hassan Rachik, Mohamed Tozy, Ahmed Toufic… et l’Algérie où je prenais connaissance de près des travaux de Fanny Colonna, Brahim Salhi, Akli Hadibi… Avec l’ensemble de ces chercheurs, j’essayais de partager les questionnements autour des figures légendaires de la sainteté et des rapports souvent tumultueux entre saints et pouvoirs, à partir des problématisations agencées par Ernst Gellner, Abdellah Hammoudi, Lucette Valensi, Abdallah Laroui, Mohamed Kably… Dans un second temps qui n’est pas forcement chronologique, je recourais aux matériaux puisés dans des études soit historiques, en remontant jusqu’a l’Antiquité avec les thèses de Peter Brown ou de Pierre-Albert Février, soit anthropologiques avec les incursions lumineuses de Clifford Geertz, Michael Gilsenan et Raymond Jamous.

8 Public et Privé M. KerrouC’est de la sorte que j’ai opté pour la perspective comparative en abordant de front la question de l’autorité des saints autour de la Méditerranée occidentale, lors d’un colloque international organisé dans le lieu symbolique et merveilleux de Sidi Bou Saïd, en mai 1994. Un ouvrage collectif en est sorti, en 1998, aux Éditions Recherche sur les Civilisations (ERC), sous le titre L’Autorité des saints. Perspectives historiques et socio-anthropologiques en Méditerranée occidentale. Tout en reprenant mon métier d’enseignant à l’Université de Tunis, je continuais à fréquenter l’IRMC en tant que chercheur associé. C’est ainsi que j’ai pu monter un autre programme de recherche axé sur les dynamiques de la sécularisation au Maghreb et au Machrek déclinées en études monographiques et comparées au sein d’un ouvrage collectif publié en 2004, aux Éditions Maisonneuve & Larose, sous le titre de Public et Privé en Islam. Espaces, autorités et libertés. C’était là l’amorce d’une longue et stimulante recherche autour de la question de la publicisation et de ses structurations politiques et symboliques.

J’aimerais terminer ces souvenirs glanés au petit bonheur en exprimant ma dette de reconnaissance envers l’IRMC et ses trois directeurs, Michel Camau, Jean-Philippe Bras et Pierre-Noël Denieuil, que je remercie sincèrement pour les précieux moments de partage des connaissances et également pour les multiples occasions qu’ils m’ont données en vue d’un échange fructueux avec les chercheurs des deux rives de la Méditerranée.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Mohamed KERROU

est professeur de sociologie à la Faculté de droit et des sciences politiques de Tunis, Université de Tunis El-Manar. Il a été chercheur à l’IRMC de 1992 à 1995.

Pour citer ce billet : Mohamed Kerrou, « L’IRMC un lieu d’échange entre chercheurs des deux rives de la Méditerranée », Le Carnet de l’IRMC, 5 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1027

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une journée à l’IRMC

iismm_bras-small480
Photographie de Jean-Philippe Bras
© IISMM

Il fallait d’abord garer son véhicule à l’ombre improbable d’un araucaria, dans la rue Mohamed Ali Tahar, de ce calme quartier de Mutuelleville. À l’entrée, encadrée de deux grands palmiers, de la sobre villa blanche ou se tient l’IRMC, on était accueilli par Salem Yacoubi ou Salem Yacoubi qui, faute de garder les buts du Club Africain ou de l’Espérance de Tunis, veillaient sur les locaux de l’Institut. Car le football était la première affaire du jour, et une affaire sérieuse, substitut a un champ politique déserté, ou Sahéliens, Sfaxiens, Tunisois réglaient leurs comptes entre eux, et bien sûr tous ensemble avec l’Espérance de Tunis, club du peuple et du pouvoir, présidé par le gendre du Président.

La chronique du championnat faite, on descendait par une marche abrupte dans un jardin bas et fort inondable, ce qui rendait le fonds documentaire sujet aux intempéries, au grand désespoir des bibliothécaires. Mais ce jardin, avec ses bancs de pierre, ses arbustes et ses herbes un peu folles, était propice aux conversations et aux déambulations, sorte d’extension pour le travail académique de locaux toujours trop exigus ; lieu de pause aussi, ou se grillaient les cigarettes, Latifa Bessoudi son cendrier à la main ; aire des festivités enfin, à l’occasion des séminaires et des journées d’études, mais aussi des départs célébrés par le fumet du méchoui et scandés par les stridents youyous des femmes.

Au fond du jardin était sis le « studio », où se tenaient tant bien que mal les chercheurs. Ce lieu mal commode et un peu sombre pouvait s’emplir d’animation, notamment a l’occasion des réunions du comité de rédaction du bulletin d’informations scientifiques Correspondances qui, avec les séminaires de recherche, conférait une corporalité à l’équipe de recherche, qui n’était pas acquise au départ, les chercheurs étant recrutés sur projets et pour des durées limitées. Ces moments communs étaient donc précieux, fortifiant les liens entre chercheurs français et tunisiens, associant pleinement les doctorants, moins solennels que la réunion annuelle du laboratoire. Le bulletin était aussi un instrument de veille sur la production scientifique maghrébine, et de collaborations scientifiques élargies. Kmar Bendana a beaucoup contribue au souffle du bulletin – nous étions dans l’histoire culturelle in vivo – comme elle l’a fait pour IBLA, la revue de l’Institut des Belles Lettres Arabes, avec lequel l’IRMC a toujours entretenu une forme de correspondance implicite, dans une position commune d’intermédiation. Après un maquettage précis par Besma Ouraied, et la contribution des volontaires du service national qui apportaient un surcroit de jeunesse a l’Institut, le bulletin était envoyé à l’imprimeur puis faisait l’objet d’une distribution certes couteuse et parfois malaisée dans les incertitudes des acheminements postaux, – mais nous n’étions qu’aux balbutiements de l’Internet.

Puis, il fallait entrer dans le vestibule de l’Institut dans une quiétude obligée par la proximité immédiate d’une bibliothèque, a la fréquentation toujours réconfortante, ou le chuchotement était de règle, sous la vigilance de Catherine Cassan-Touil et de son équipe. Mais tout changeait les jours de séminaires ou de conférences, dans le fracas des tables et des chaises que l’on déplace, puis des débats souvent vigoureux qui s’y tiennent. La partie gauche du vestibule était le domaine de Jellal Derouiche, passeur a la civilité souriante, passeur des livres entre le magasin (à sa gauche) et la bibliothèque, des livres aux photocopies (à sa droite), des visiteurs vers les bureaux auxquels on accédait en gravissant un escalier. En vis-à-vis immédiat du haut de l’escalier, se trouvait le secrétariat de la Direction. La porte a peine ouverte, Christiane Saddem et Hayet Naccache lançaient immanquablement à la cantonade et à l’unisson un vigoureux « bonjour, Monsieur le directeur ! » qui n’était pas dénué d’une forme d’ironie bienveillante, marque d’une confiance réciproque. Tous ces rituels de passage étaient bien réconfortants au moment où il fallait s’asseoir a la table de travail ou s’entassaient dossiers et parapheurs.

Bras 2000
Séminaire à l’IRMC avec des chercheurs tunisiens et français, 1999. De gauche à droite : Abdelmajid Charfi, Jean-Philppe Bras et Amar Mahjoubi.

Un des moments de la fin de la matinée était consacré à faire le point avec Anne-Marie Planel, directrice adjointe de l’IRMC, sur les questions stimulantes, autour des programmes de recherche, du calendrier scientifique, et des partenariats avec les chercheurs tunisiens (sa fine connaissance du monde universitaire tunisien, acquise de longue date, notamment dans le cadre du Centre de Documentation Tunisie Maghreb (CDTM) qu’elle dirigea et qui préfigurait le futur IRMC, fut bien précieuse pour les directeurs successifs de l’Institut) et les questions nécessaires, budgétaires ou du rythme des publications et de la préparation des rapports d’activité.

Mais il fallait aussi sortir du bureau, pour se rendre aux rendez-vous et aux réunions au service culturel et a l’ambassade, où l’on pouvait s’assurer de la cohérence des dispositifs de coopération, et susciter des complémentarités (les enquêtes conduites par Éric Gobe et Vincent Geisser avec un financement du service culturel, les relations établies avec l’AFD dans le cadre du programme conduit par Mihoub Mezouaghi). Il s’agissait aussi d’aller à la rencontre des partenaires tunisiens, pour établir des entreprises communes, ainsi des réunions préparatoires en vue des rencontres annuelles de jeunes chercheurs avec l’Université de Tunis, dirigée par le recteur Mahbouli, qui ont constitué un point fort de cette coopération. Mais, pour atteindre nos interlocuteurs, encore fallait-il déjouer les embarras de la circulation dans Tunis, ce que s’employait à faire avec talent, mais pas toujours avec succès – à l’impossible, nul n’est tenu –, Fathi Aouadi.

Les discussions avec les chercheurs et les doctorants en poste a l’IRMC étaient toujours passionnantes, en raison notamment des spécificités de l’Institut, qui en faisaient un lieu de recherche à la fois très libre et très contraint. Il était très libre sur le plan académique, et la transgression des frontières disciplinaires y était à la fois nécessaire, tant l’équipe avait une composition pluridisciplinaire (historiens, géographes, sociologues, anthropologues, linguistes, politologues, économistes… et un peu juristes) et souvent réjouissante par les nouveaux angles de vue sur les programmes qu’elle suscitait. Cette liberté disciplinaire se manifestait encore par l’investissement de disciplines qui n’avaient guère leur place dans le champ académique tunisien, comme l’anthropologie, fille marquée d’une ethnologie coloniale, à travers le programme conduit par Mohamed Kerrou, et la participation de l’IRMC à la création de l’Association des anthropologues de la Méditerranée (ADAM). D’autres initiatives ont pu être conduites dans le cadre de l’Institut, qui correspondaient bien à des besoins exprimés par des acteurs de la communauté scientifique tunisienne, par exemple sur le croisement entre droit et histoire, ce qui permit de mettre en place un groupe de travail entre juristes et historiens, où s’impliquèrent particulièrement Sami Bergaoui, Abdelhamid Henia, Sana Ben Achour, puis Nada Auzary-Schmaltz.

Mais l’IRMC était aussi un lieu de recherche très contraint sur le plan politique, confronté a la problématique de la mise en œuvre de la recherche en sciences humaines et sociales sous un régime autoritaire, que connaissaient également d’autres instituts équivalents dans le monde arabe. La difficulté était de taille. Était-il possible de tenir les standards de recherche avec ce qu’ils supposent d’autonomie du chercheur, et de conduire des travaux et de produire des résultats de la recherche qui ne mènent pas à la fermeture de l’Institut ? Dans ses nuits agitées, le directeur pouvait se représenter l’Institut comme sur le faite d’un toit, dont l’un des versants précipitait vers la complaisance et l’autre vers la perte. Si l’édifice a tenu, avec ses délicats équilibres, c’est qu’il a été bien conçu dans sa phase initiale, ce dont il est largement redevable à Michel Camau, son premier directeur.

Numériser0011
Séminaire à l’IRMC avec des chercheurs tunisiens et français 1999.

Pleinement intégré dans le dispositif de la coopération scientifique et culturelle bilatérale, l’Institut a été doté d’un comité de suivi franco-tunisien qui se réunissait chaque année, et dont les membres tunisiens étaient nommés par le ministre de l’Enseignement supérieur. Les relations de confiance qui ont pu être nouées avec ceux-ci, Moncef El Gaied, le directeur de la recherche scientifique au ministère, Yadh Ben Achour et Abdelmajid Charfi, les réunions annuelles où la partie tunisienne pouvait exprimer ses souhaits sur le renforcement des partenariats, ont contribué à éviter les chausse-trappes, à faciliter la délivrance des autorisations de recherche, à obtenir le détachement d’enseignants-chercheurs de l’université tunisienne à l’IRMC, où ils conduisaient des programmes pluriannuels. Parallèlement, un travail de mise en forme des termes des programmes de recherche, des demandes d’autorisation de recherche par les jeunes chercheurs permettaient d’éviter des difficultés prévisibles, pour des travaux ultérieurement publiés dans le cadre de l’Institut ou d’autres instances scientifiques. Ce travail était d’autant plus indispensable quand les chercheurs relevaient des disciplines des sciences politiques, comme ce fut le cas pour Vincent Geisser et Eric Gobe.

Ces traits marquaient une vraie spécificité de l’IRMC par rapport au réseau des instituts français de recherche à l’étranger, qu’il fallut parfois défendre, notamment quand le ministère des Affaires étrangères étendit le dispositif des comités du suivi à d’autres instituts, sur le modèle de l’IRMC donc, mais envisagea en retour d’étendre à l’IRMC le principe de nomination par l’ambassadeur des membres représentant les institutions scientifiques du pays d’accueil. Ce dispositif a également permis une pleine appropriation de l’outil de coopération qu’est l’IRMC par les enseignants-chercheurs tunisiens en poste à l’Institut. Au terme de leur détachement, ceux-ci ont continué de s’impliquer fortement dans les activités de l’Institut. Ce fut notamment le cas d’Abdelhamid Henia qui a créé et dirigé un gros laboratoire d’historiens (DIRASSET), dont les partenariats internationaux sont nombreux, avec des laboratoires français, européens et maghrébins, mais aussi avec l’IRMC, par l’organisation conjointe de rencontres jeunes chercheurs. Mais l’observation vaut également pour Mohamed Kerrou pour l’anthropologie, Hassan Boubakri pour les coopérations avec la Libye, ou Mohamed Elloumi pour l’économie du secteur agricole. Une limite à une pleine implication de la communauté scientifique tunisienne à l’Institut a cependant subsisté : celle de la langue de travail, qui était exclusivement le français, ce qui avait l’inconvénient d’épouser des clivages implicites à cette communauté scientifique.

Un autre atout de l’Institut aux yeux des autorités tunisiennes était naturellement sa dimension maghrébine. Dans un contexte de fermeture des frontières où les institutions scientifiques régionales avaient été mises en sommeil, l’IRMC était l’un des rares lieux où chercheurs marocains et algériens pouvaient se réunir et conduire des projets communs. Cette dimension maghrébine faisait partie des pré-requis des programmes de recherche de l’Institut. On se souvient des chercheurs algériens arrivant par la route dans les années noires, visiblement soulagés d’avoir échappé a l’improbable destinée promise par les barrages routiers, et des partenariats établis à cette époque avec le CREAD de Yacine Ferfera, le CRASC d’Oran dirige par Mme Remaoun, ou avec la revue Naqd de Daho Djerbal, qui tenaient le cap dans la tempête. Ce fut aussi le temps de la création du Centre Jacques Berque à Rabat, issu d’une antenne délocalisée de l’IRMC, ce qui ne signifiait nullement l’interruption des relations avec les institutions marocaines, mais une concertation attentive entre les deux instituts.

Dans cette pile de dossiers qui s’accumulait sur le bureau du directeur, il y avait toujours en bonne place la préparation du rapport annuel au conseil scientifique qui était la grande affaire de l’Institut, et mobilisait les énergies sur le trimestre du printemps. Le rapport était examiné avec soin par les figures tutélaires du conseil scientifique, qui représentaient les institutions de recherche françaises sur l’aire géographique du monde arabe et musulman, et veillaient aux équilibres des partenariats. L’IREMAM, bien sur, URBAMA ou Pierre Signoles et Pierre Robert Baduel se sont dépensés sans compter dans les relations avec l’IRMC, l’Institut Maghreb-Europe avec René Gallissot, Henri Regnault pour l’économie paloise et mondialisée, et plus tard l’EHESS avec Jocelyne Dakhlia. L’air s’emplissant des senteurs du soir montant du jardin, et des appels a la prière des muezzins par haut-parleur, il était temps de refermer les dossiers et de regagner ses pénates.

PS : Le mode du passé, qui est mien, c’est encore largement le présent de l’Institut, ce qui est signe de la permanence de l’institution, signe réconfortant pour le juriste et l’ancien directeur. Mais ce passé est tout aussi révolu. Depuis, bien d’autres ont apporté leurs pierres à l’édifice, et le Maghreb contemporain connaît des bouleversements dont l’IRMC ne reste bien sûr pas à l’écart.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Jean-Philippe BRAS

est professeur de droit public à l’Université de Rouen, Président du Conseil scientifique du Pôle Maghreb. Il a été directeur de l’IRMC de 1997 à 2003.

Pour citer ce billet : Jean-Philippe Bras, « Une journée à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 6 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/913

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Aux origines de l’IRMC

Michel Camau
Photographie de Michel Camau

1992 est l’année de naissance officielle de l’IRMC, mais celui-ci était en gestation depuis près d’un un an et demi avant son ouverture. La période était placée sous le signe de grandes transformations, avec la chute du mur de Berlin mais aussi la création de l’Union du Maghreb arabe. Du point de vue logistique, il y avait a Tunis le socle important du Centre de documentation Tunisie-Maghreb dont Anne-Marie Planel avait été la cheville ouvrière a partir de ressources françaises documentaires et bibliothécaires qu’elle a eu le talent d’organiser et de valoriser pour offrir un service très important a la communauté scientifique tunisienne. L’idée était de passer à la vitesse supérieure avec à l’esprit le format des centres de recherche français existant déjà de par le monde. Et ce projet a mûri.

Lorsque j’ai été sollicité, j’étais directeur de l’IREMAM depuis peu et j’ai hésité parce que cela m’ennuyait d’écourter mon mandat. J’ai fini par accepter car ce projet renouait avec un autre, entrepris avec le CNRS, qui devait en principe me nommer directeur adjoint de son bureau de Tunis en 1986. La chose ne s’était pas réalisée pour des raisons liées aux effets en chaîne de l’alternance politique (première cohabitation) en France. Lorsque l’administration française m’a relancé en 1990, certains de ses responsables avaient en tête ce premier projet non abouti. En acceptant, j’insistais sur la nécessité d’établir des liens entre des nouvelles générations de chercheurs en France et au Maghreb, sortir des relations franco-maghrebines « de papa » et créer quelque chose qui ne soit pas franco-français, mais franco-maghrébin, et d’abord franco-tunisien à partir de ce capital du CTDM, pour aller vers des perspectives euromaghrébines puisque le contexte était au renouvellement des relations entre l’Europe et le Maghreb.

Numériser0005
Inauguration de l’IRMC, 1992.

Sur le plan politique, il y avait eu une initiative du secrétaire d’État à la Coopération internationale du Gouvernement Rocard, Thierry de Beauce, qui, de passage a Tunis en 1990, avait émis le souhait de la création d’un « Institut de recherche sur le Maghreb contemporain », nom que nous avons retenu. J’avais souhaité mettre en place cet Institut en négociant d’abord avec les autorités tunisiennes avant de poser d’autres jalons, comme il m’était demandé, au Maroc et en Algérie. Du côté du ministère français des Affaires étrangères, il s’agissait de créer un établissement autonome financièrement, c’était là une grande conquête, qui ne plaisait pas à tout le monde. Cela signifiait qu’il y aurait une dotation budgétaire propre à l’IRMC, dont les crédits ne pourraient pas être amalgamés avec ceux de la coopération culturelle. Cette victoire sur le principe de la non fongibilité des crédits avait été remportée par Jean-Claude Vatin, directeur du CEDEJ au Caire, elle signifiait un statut d’Établissement à autonomie financière, condition d’autonomie de la recherche. À l’ambassade à Tunis tous ne voyaient pas cela d’un bon œil.

À mon arrivée, le message était : « débrouillez vous ! ». J’ai dû m’improviser diplomate. J’ai donc négocié avec le Ministre Charfi qui voyait les choses de façon favorable. Il était un souverainiste très ferme, c’était à son honneur, qui souhaitait s’assurer de la part des Tunisiens dans le projet. J’ai proposé la création d’un comité de suivi où la recherche tunisienne serait dûment représentée ; cela lui a convenu et il a transmis le dossier au ministère tunisien des Affaires étrangères, qui donna son aval quelques mois plus tard.

Les objectifs internationaux et l’expérience marocaine

Le premier principe était la relation entre les communautés scientifiques au-delà des chercheurs spécialisés sur le Maghreb et le monde arabe, que l’IRMC soit synonyme d’une ouverture et non d’un enfermement dans des échanges classiques et routiniers qui existaient déjà. Le second principe était la formation de jeunes chercheurs français mais aussi européens, espagnols, italiens ou autres, sur place ; qu’ils ne soient pas là en off shore mais en interaction avec les jeunes chercheurs du cru et avec le réseau scientifique local, dans le cadre de programmes de recherche configurés dans une perspective euromaghrébine. Nous avons entrepris à l’époque de faire venir des chercheurs marocains et algériens à Tunis ainsi que des Tunisiens et des Algériens au Maroc.

Ce fut une période difficile de discussions avec les services français au Maroc, parce que le projet était contraire aux routines administratives axées sur des relations de type bilatéral et non pas régional. La notion de Maghreb était totalement étrangère aux modes de fonctionnement des postes diplomatiques. Quant aux autorités marocaines, elles nous disaient « vous êtes a Tunis mais nous que sommes-nous dans votre projet ? ». Je voulais montrer qu’il n’y avait pas de tropisme particulier, que le directeur de l’IRMC pouvait résider 6 mois à Tunis et 6 mois à Rabat, dans une dimension régionale et française mêlée, ce qui est présentement le cas de l’IFPO au Proche-Orient. Je n’ai pas été entendu, faute de porte-voix, sans doute. Il a été décidé en haut lieu de transformer la représentation de l’IRMC au Maroc, assurée jusque-là avec grand mérite par Susan Ossman, en un centre distinct de celui de Tunis. J’ai alors incité amicalement Alain Roussillon à venir a Rabat, où son rôle a été déterminant. Rapidement, il s’est fortement inséré dans les réseaux marocains de recherche, permettant au Centre Jacques Berque (CJB) de prendre corps, l’IRMC assurant sa gestion administrative et financière jusqu’après mon départ. Il y a donc eu, échec du projet que j’avais porté, un Institut à vocation régionale, et néanmoins réussite, puisque le CJB a pu se constituer et par la suite prendre l’essor qui est le sien aujourd’hui.

La recherche en régime autoritaire

Inauguration Michel Camau
Inauguration de l’IRMC, 1992.
Michel Camau et Yves Saint Geours.

Quand nous avons nourri le projet d’un IRMC, le régime Ben Ali n’avait pas encore pris la forme que nous savons. Manque de chance ou d’à propos, c’est au moment ou l’IRMC entre en scène, que le pouvoir amorce un tournant répressif qui va cristalliser sa configuration autoritaire. Lors de mon premier voyage a Tunis pour prendre mes fonctions, l’ambassadeur avait fait état des déclarations de Rached Ghannouchi, me semble-t-il a l’appui, de l’épreuve de force engagée par Ben Ali contre Ennahdha ; il m’avait dit : « vous arrivez au mauvais moment ». De fait, le régime a basculé dans une formule autoritaire des plus professionnalisées, dont le fonctionnement s’apparentait au « panoptique » de Bentham, revisité par Foucault. Je parlerais à ce propos d’un « régime de surveillance » qui consiste à la fois dans l’affichage d’une omniprésence policière et dans l’aptitude à faire entrer dans les têtes que cette omniprésence est totale. C’est donner à croire que si la surveillance n’est pas nécessairement visible, il y a néanmoins toujours quelqu’un qui est la pour tout voir et tout entendre.

Peu étaient pleinement immunisés contre cette intériorisation de la surveillance. Sans être de ceux-là, nous étions en situation de prendre concrètement la mesure de la complexité d’un système autoritaire. Ainsi, avec la Sous-direction de la Recherche scientifique tunisienne, notre interlocutrice, nous avions affaire a des responsables, auxquels je tiens a rendre hommage, qui n’étaient pas les représentants patentés du Palais. Leur ligne de conduite par rapport au comité de suivi et aux activités de l’IRMC ne participait en aucune manière du régime de surveillance. Le régime autoritaire n’est pas un monolithe, il comporte des failles. Ainsi, par exemple, les autorisations d’accès au terrain ou d’enquêtes étaient soumises au visa du ministère de l’Intérieur. Nous passions par l’intermédiaire de la Sous-direction de la Recherche scientifique, qui nous couvrait, notamment pour les enquêtes hors de Tunis où il était plus difficile de ne pas respecter la consigne de demande préalable. Nos relations entre universitaires tunisiens et français n’avaient rien de conforme au portrait qui trônait dans tous les bureaux des administrations.

Du côté diplomatique français, il y avait ceux qui sans se faire d’illusion sur Ben Ali se demandaient s’il ne fallait pas le ménager et d’autres qui étaient implicitement sur la même longueur d’onde que la nôtre, a savoir ouvrir des espaces de liberté. Je me souviens d’une discussion avec l’Ambassadeur de France en fonctions lorsque le Gouvernement tunisien a décidé d’une autorisation préalable à tout colloque. Je lui avais dit qu’il n’était pas question de nous y soumettre et nous ne nous y sommes jamais soumis. Nous sommes allés le plus loin possible. Par exemple avant mon départ nous avons sorti un numéro spécial de la revue Maghreb/Machrek (juillet-septembre 1997) sur la Tunisie. Ma contribution était, thématiquement, la plus politique. J’ai essayé d’y dire des choses fortes tout en restant dans les normes académiques. Au demeurant, certains Tunisiens écrivaient des « choses fortes » dans la presse locale. Ainsi, par exemple, je me rappelle avoir cité un journaliste d’Achaâb qui, sur le mode humoristique, suggérait que la politique n’était pas une activité raisonnable en Tunisie.

Photo AMP inauguration 92
Inauguration de l’IRMC, 1992.

Il est possible de dire que l’IRMC a été un espace de liberté. Toutefois, je ne sais pas si tous les chercheurs, parmi les plus jeunes, l’ont toujours vécu ainsi. Par exemple pour le bulletin de l’IRMC il y avait de ma part une incontestable autocensure ; certains, à tort ou a raison, l’ont mal perçue. Les chercheurs tunisiens pouvaient trouver à l’IRMC des ouvrages indisponibles dans leurs institutions et travailler dans des conditions peu abordables ailleurs. On y voyait aussi des opposants politiques ; c’était un lieu ouvert, hélas même aux flics !… Espace de liberté quand nous organisions des séminaires à l’Académie de Carthage. Je retiens le souvenir d’une grande liberté de ces débats, qui touchaient à des questions de fond. Espace de liberté aussi avec les programmes de recherche. Il est vrai que les travaux étaient conduits en termes académiques et non de dénonciation politique. Ce qui nous ramène bien sûr au débat sur le rôle des sciences sociales et les limites de la « neutralité axiologique ».

Un bilan

Faisons un bilan de ces années de plomb avec des critères de satisfaction. La principale satisfaction est l’inscription de l’IRMC, des mon mandat, dans le paysage de la recherche, avec la réalisation d’excellents programmes, dirigés par Mohamed Elloumi, Abdelhamid Henia et Mohamed Kerrou. Quant aux insuffisances, elles ont été corrigées par mes successeurs. Il s’agit d’abord de la relation avec le CNRS, que je n’ai pas réussi à impliquer directement dans le développement de l’IRMC. Les choses ont changé plus tard quand le CNRS a reconnu le statut des IFRE sur le modèle du CEDEJ du Caire. Autre insuffisance, Alger, ou l’idée était de faire place à l’IRMC dans les locaux du nouveau centre culturel français qui était projeté. Il n’y a pas eu de suite du fait de l’évolution de la situation algérienne et de la politique française. Troisième insuffisance, rattrapée par la suite, une dimension européenne trop réduite en matière de recherche. S’il fallait parler d’échec, je mentionnerais celui du beau projet de constitution, auprès d’un éditeur français prestigieux, d’une collection d’ouvrages de chercheurs maghrébins, vivant et travaillant au Maghreb. Enfin, l’IRMC, lorsque je le dirigeais, n’a pas su ou pu se montrer suffisamment attractif auprès d’un milieu monolingue arabophone.

Table tonde 2011
Table ronde IRMC, avril 2011.
De gauche à droite : Michel Camau, Pierre-Noël Denieuil, Hamadi Redissi, Mouldi Lahmar, Vincent Geisser

Tout naturellement, j’ai eu droit a mon lot de critiques ici et là. À ce sujet, je me bornerai à mentionner deux anecdotes. Un jour, lors d’une brève conversation un quidam m’a aimablement traité de « mercenaire ». Sur Internet, quelqu’un s’est amusé à un jeu de mots pour m’appeler Kamel Michaud. Ces critiques, dont j’accepte le fait (surtout si l’humour s’en mêle), sinon la teneur, renvoient à des ambigüités fondamentales qui nous dépassent mais néanmoins nous concernent. À ce que je sache, il n’y a pas d’équivalent tunisien de l’IRMC à Paris ! Des relations historiques hégémoniques ? Assurément, mais cela ne signifie pas que nous, chercheurs, sommes nécessairement des vecteurs de l’hégémonie. Restent nos conduites… Libre a chacun d’en juger.

(propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil et Abdelhamid Henia)

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Michel CAMAU

est professeur émérite des universités. Il a dirigé l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (Aix-en-Provence), a enseigné à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et a été directeur de l’IRMC de 1992 à 1997.

Pour citer ce billet : Michel Camau, « Aux origines de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 3 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/901

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Hybridation du politique, maux et mots de la révolution tunisienne

Compte-rendu de conférence, IRMC – 7 décembre 2011

Sarah Ben Nefissa et Michaël Béchir Ayari ont présenté à l’IRMC le dernier numéro de la revue Tiers Monde, « Protestations sociales, révolutions civiles ».

Sarah Ben Nefissa a montré comment la recherche française, polarisée sur les questions de l’islam, s’intéressant peu aux mouvements sociaux dans les sociétés arabes, a entretenu l’illusion de leur immobilisme, et a en partie manqué l’histoire de la mise en place de leurs révolutions. Elle a par la suite développé l’idée d’une hybridation du politique en se référant aux travaux de Michel Camau sur la combinaison des enclaves autoritaires et démocratiques dans ces régimes. Elle a défini la revendication communautaire comme l’expression d’une inégalité d’appartenance citoyenne, une demande de reformulation de l’unité nationale pour une intégration effective de l’ensemble de la société. Parlant d’hybridation idéologique, elle l’a caractérisée d’une part par l’insertion d’une rhétorique des droits de l’Homme dans les régimes autoritaires et d’autre part par une réappropriation et une reformulation de ces discours par la société civile (par exemple, le droit à la protection de l’environnement comme prétexte pour développer ses revendications). Enfin, elle a souligné la dichotomie entre temps révolutionnaire et temps électoral. Entre les deux, les acteurs et enjeux changent : les partis conservateurs peuvent sortir vainqueurs, le clientélisme électoral issu des partis d’État peut favoriser les partis islamistes, bien implantés localement.

De son côté Michaël Béchir Ayari a parlé de la cristallisation des souffrances populaires dans l’idée de « dignité », qui fait sens pour tous et sert de moteur et de cadre au mouvement social. Il décline alors les différentes définitions du terme de « dignité » : celle associée à l’idée de rang, que tout le monde peut acquérir par l’éducation ; la réponse au mépris permanent du pouvoir central et à l’humiliation permanente des Omda, celle des droits de l’Homme ; la dignité nationale post-indépendance comme forme d’accession à la condition humaine et que Bourguiba qualifiait de « dignité nationale ». Le conférencier rappelle que dans la révolution, des mobilisations de corporations, telles que les journalistes ou les avocats, évoquaient une dignité de rang. Ces mobilisations successives ont permis d’aller « au delà de la peur », comme l’a dit Hamma Hammami (POCT). Il était ici question de dignité ouvrière face à la taylorisation du travail par l’intermédiaire de l’action syndicale.

Il conclut sur la dignité par le travail comme symbole de la révolution tunisienne réalisant, autour de l’idée de dignité, « l’union sacrée » de toute une société.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

Irène CARPENTIER, IRMC

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook